1751 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chronologie de la France


Cette page concerne l’année 1751 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 13 février : Bourgeois de Boynes devient président au grand Conseil[3].
  • Février : les représentants du clergé n’ont toujours pas fourni la déclaration de leurs biens et revenus pour la perception du vingtième. Ils votent une subvention extraordinaire de dix millions de livres, en plus du don gratuit, mais échappent au vingtième[4].
  • 28 mars : surprise d’une assemblée protestante à Lézan[5].
  • Avril : une circulaire enjoint aux protestants de présenter sous quinze jours aux églises catholiques leurs enfants baptisés au désert pour confirmer le baptême dans le rite catholique[6].
  • 24 mars : déclaration sur la réforme de l’Hôpital général de Paris. Début de l’affaire de l’Hôpital général de Paris (1749-1752). Le nouvel archevêque de Paris, Christophe de Beaumont, dévot, contribue, contre le Parlement, à bouter l’administration janséniste de l’Hôpital général[7]. Cet appui, comme la célébration du jubilé, explique en partie le revirement du roi en faveur de l’exemption fiscale du clergé.
  • Mai : un nouvel édit porte création de 2 millions de rentes viagères sur l’Hôtel de ville de Paris au capital de 20 millions, et de 900 000 livres de rentes héréditaires sur la ferme des postes[8].
  • 21 novembre : une déclaration royale double le droit de fret sur les navires étrangers, qui passe à 5 livres par tonneau[8].
  • 19 et 30 décembre : fêtes données à Versailles pour la naissance du duc de Bourgogne ; illuminations de la Grande Galerie et feux d’artifices[13].
  • 23 décembre : devant la pression du lobby clérical un édit du roi Louis XV suspend la levée du vingtième sur les biens ecclésiastiques[8]. D’autres exemptions sont accordées aux états provinciaux et aux corps privilégiés. Échec de la volonté de reforme fiscale et d’impôt sans privilèges.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cartes à jouer et tarots de Marseille : la donation Camoin, Alors Hors Du Temps, (ISBN 9782951793279, présentation en ligne)
  2. Charles de Montzey, Institutions d'éducation militaire, vol. 2, J. Dumaine, (présentation en ligne)
  3. Nicolas Viton de Saint-Allais, La France législative, ministérielle, judiciaire et administrative, vol. 1, Paris, Didot, (présentation en ligne)
  4. Jean-Jules Clamageran, Histoire de l'impôt en France, vol. 3, Paris, Guillaumin, (présentation en ligne)
  5. Claude de Vic, Joseph Vaissete, Histoire générale de Languedoc, vol. 13, E. Privat, (présentation en ligne)
  6. Henri Martin, Histoire de France: depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789, vol. 18, Furne, (présentation en ligne)
  7. a, b et c André Zysberg, La Monarchie des Lumières (1715-1786), Points (ISBN 9782757845677, présentation en ligne)
  8. a, b et c Mireille Touzery, L’invention de l’impôt sur le revenu : La taille tarifée 1715-1789, Vincennes, Institut de la gestion publique et du développement économique, (ISBN 9782821828506, présentation en ligne)
  9. Catherine Salles, Louis XV, Tallandier (ISBN 9791021014831, présentation en ligne)
  10. Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française : La maçonnerie, école de l'égalité (1725-1789), Fayard, (ISBN 9782213650135, présentation en ligne)
  11. Mathieu Da-Vinha, Raphaël Masson, Versailles pour les Nuls, edi8, (ISBN 9782754027670, présentation en ligne)
  12. Eudoxe Soulié, Notice du Musée Impérial de Versailles, vol. 1, Charles de Mourgues frères, (présentation en ligne)
  13. Pierre de Nolhac, Histoire du Château de Versailles : Versailles au XVIIIe siècle, Émile-Paul frères, (présentation en ligne)