Enceinte carolingienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Enceintes de Paris.
Les limites de Paris du IVe siècle à 2015.

La première enceinte médiévale ou enceinte du XIe siècle construite à la fin du Xe siècle et au début du XIe siècle, est l'une des sept enceintes ayant successivement entouré Paris. Contrairement aux enceintes postérieures, elle se limite à la rive droite. Son tracé actuellement en grande partie établi reste incertain sur certains tronçons. Après sa destruction, dont la date est inconnue, le souvenir de cette enceinte s'est perdu durant plusieurs centaines d'années.

Historique[modifier | modifier le code]

Après le traité de Saint-Clair-sur-Epte qui met fin aux invasions normandes, la rive droite de Paris l'urbanisation se concentre sur des monceaux de la rive droite à l'abri des crues de la Seine autour des églises Saint-Germain-L'Auxerrois, Saint-Merri et Saint-Gervais au détriment de la rive gauche. Chacun de ces petits bourgs aurait été protégé par une enceinte particulière. Afin de protéger ces agglomérations et l'urbanisation qui se développe sur la rive droite, une seconde enceinte est construite uniquement sur la rive droite peut-être à la fin du IXe siècle les travaux ayant été engagés par Eudes ou Robert Ier[1],[2].

Cette enceinte a donc entouré Paris, au moins à partir du règne de Hugues Capet (987-996), de celui de Robert le Pieux (996-1031) ou de celui de Louis VI le Gros (1108-1137), au plus tard[3]. Suivant sa date de construction, s'il semble acquis que cette muraille n'existait pas lors du siège de 885 à 887 par les Normands, il est à supposer que cette enceinte ait pu permettre de repousser le siège de Paris de 978 entrepris par Otton II du Saint-Empire[4]. En effet, les historiens indiquent que l'empereur Otton vint frapper de sa lance une des porte de Paris, qu'il incendia le faubourg méridional et menaça de brûler Paris[5],[6].

Cette enceinte, qui existait encore durant le règne de Louis VII le Jeune (1137-1180)[7], est mentionnée dans divers actes du XIIIe siècle sous les noms de Murs du Roi ou Vieux Murs de Paris[8], il ne reste aucune trace, aucun vestige, visibles, de ce rempart[9].

La rive gauche de Paris n'était pas entourée de murailles. Elle n'avait pour défense que les murs des abbayes[7].

Tracé[modifier | modifier le code]

Traces de l'enceinte primitive dans le parcellaire actuel

L'enceinte carolingienne disparut dans l'urbanisation. Il en restait des vestiges en 1380 mais elle tombe ensuite dans l'oubli. À partir du XVIIIe siècle, des historiens supposent son existence, antérieure à celle de Philippe-Auguste, en raison de plusieurs toponymes tels que porte Baudoyer, archet Saint-Merri, etc[10].

Différents tracés sont imaginés. L'ensemble des historiens s'accordent sur un tracé qui englobe à l'est l'église Saint-Gervais, au nord les églises Saint-Merri et Sainte-Opportune en suivant l'axe de la rue de la Ferronnerie, la rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois et incluant dans l'enceinte l'église Saint-Germain-l'Auxerrois[11]. La découverte d'un fossé derrière l'immeuble du 144 rue de Rivoli confirme le tracé du fossé pour la partie orientale englobant l'église Saint-Germain-l'Auxerrois qui avait été mise en doute[1],[4].

Impasse des Bourdonnais sur le tracé de l’enceinte
  1. Selon Jean de La Tynna, au début du XIXe siècle : Le mur de clôture construit autour du faubourg qui s'était formé au Nord de la Cité commençait sur le bord de la Seine, en face de la rue Pierre-à-Poisson et se dirigeait le long de la rue Saint-Denis jusqu'à la rue des Lombards ou l'on trouvait une porte. Elle passait ensuite entre la rue des Lombards et la rue Troussevache jusqu'à la rue Saint-Martin ou il y avait une porte appelée Archet-Saint-Merri. Ce mur traversait ensuite le cloitre Saint-Merri, coupait les rues du Renard, Barre-du-Bec et aboutissait rue des Billettes, ou il y avait vraisemblablement une porte. Il longeait ensuite la rue des Deux-Portes, traversait la rue de la Tixéranderie et le cloitre Saint-Jean, près duquel il y avait une porte, et finissait enligne droite sur le bord de la Seine entre Saint-Jean-en-Grève et Saint-Gervais[12],[7].
  2. Selon l'INRAP, au début du XXIe siècle : Partant de l'actuelle place du Louvre, il devait suivre la direction de l'ancienne rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois (l'actuelle rue Perrault n'en est qu'une portion) en passant par le croisement des rues de l'Arbre-Sec et de Rivoli, l'impasse des Bourdonnais, ancienne Fosse aux Chiens sur le fossé de l'ancienne fortification, puis l'axe de la rue de la Ferronnerie. Il couperait ensuite la rue du Temple au niveau de son no 15, la rue du Bourg-Tibourg au no 15 avant de rejoindre la Seine au niveau de l'actuel pont Louis-Philippe. Les limites des parcelles cadastrales, visibles par l'orientation des souches de cheminées qui ne sont pas perpendiculaires aux rues, permettent de reconstituer en grande partie le tracé[13].

Ces recherches ont permis de définir avec une certaine précision ce tracé qui comprend, à l'ouest de la rue Saint-Martin une majorité (55,4% ) de limites viaires actuelles (rue Perrault, rue de la Ferronnerie, rue de la Reynie) ou de rues existant avant les travaux haussmanniens des années 1850, dans sa partie orientale une majorité (68,8 %) de limites parcellaires cadastrales et de traversées du bâti (25,3 %)[14].

Quatre portes de cette enceinte ont laissé des traces dans la toponymie parisienne, ce sont :

Fouilles[modifier | modifier le code]

En 1995, des fouilles ont décelé des vestiges de l'enceinte, datés des Xe-XIe siècles, au 15 rue du Temple[1],[16].

En 2009, des fouilles menées par l'Inrap à l'angle du no 144 rue de Rivoli et de la rue de l'Arbre-Sec des vestiges de cette première enceinte médiévale[17],[18]. Ces vestiges ne consistent qu'en la découverte du fossé. Le talus et la palissade de bois ayant été arasés lors de la destruction de l'enceinte il n'en reste aucune trace[19].

Suite aux fouilles effectuées, les chercheurs supposent que cette enceinte était vraisemblablement flanquée d'un talus d'environ 2 mètres de haut avec un sommet plan de 3 mètres de large surmonté d'une palissade en bois et d'un fossé en forme de « V » qui avait environ 12 mètres de large et 3,5 mètres de profondeur.

Documents[modifier | modifier le code]

Plusieurs documents font état de l'existence de cette enceinte en citant des bâtiments et leurs emplacements[20] :

  1. Une charte de Lothaire, donnée vers 980, où il est question de la chapelle Saint-Georges, qui était située près de la rue Saint-Magloire, qui est dite In suburbio Parisiaco, haud procul a moenibus c'est-à-dire dans la banlieue de Paris, non loin des murs.
  2. Dans un compte des revenus de l'abbaye Saint-Denis, rendu vers 1145, l'abbé Suger, ministre de Louis le Gros, parle d'une maison qu'il avait acquise, et qui était située super..., porta Parisiensi, versus sanctum Medericum c'est-à-dire près de la porte de Paris appelée Saint-Mederic autrement dit l'archet Saint-Merri.
  3. Dans un acte de 1253, il est dit que les Templiers possédaient une rente de cinquante sous sur deux masures à la porte Baudoyer, joignant les murs du Roi.
  4. Dans des lettres patentes de Philippe le Hardi, datées de 1280, et relatives à l'étendue du fief de Saint-Éloy, vers la rue Saint-Antoine, on lit que ce fief s'étendait juxta venditores piscium, prope portam Bauderii, a domo Johannis des Carniaux, que est de dicto territorio sancii Eligii, per quem muri veteres Parisienses ire solebant c'est-à-dire Au poissonniers de la porte Baudoier, à la meson Jehan des Creniaus, laquelle meson est de saint Éloy, par laquelle les viez murs de Paris alerent.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Paris retrouve sa première enceinte médiévale », sur www.inrap.fr.
  2. L’extension et l’administration de Paris sous l’Ancien Régime
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris
  4. a et b La première enceinte médiévale de Paris avec carte sur pourlascience.fr
  5. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle volume 13
  6. 978, Hugues Capet défend Paris contre les Allemands sur passion-histoire.net
  7. a b et c Enceintes de Paris à diverses époques
  8. Guy le Hallé : Les fortifications de Paris
  9. "La première enceinte médiévale de Paris" (INRAP, 2009) sur archeologia.be
  10. Tracé de l'enceinte carolingienne en l'an 1000 sur paris-atlas-historique.fr
  11. Une enceinte médiévale du Xe siècle exhumée à Paris, découvrez les images
  12. Jean de La Tynna : Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris
  13. a et b Renaud Gagneux et Denis Prouvost : Sur les traces des enceintes de Paris, promenade au long des murs disparus
  14. Hélène Noizet, Le Paris du Moyen Âge, Belin, , 277 p. (ISBN 978 2 7011 8327 5), p. 99-103
  15. Robert Descimon & Jean Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au XVIIIe siècle, évolution d'un espace plurifonctionnel » in Annales, économies, sociétés, civilisations, 1979, pages 956 à 983. l'article en ligne
  16. Paris : la première enceinte médiévale mise au jour sur lefigaro.fr
  17. La première enceinte médiévale de Paris sur lesparisdld.com
  18. Une enceinte carolingienne rue de Rivoli sur leparisien.fr
  19. « La première enceinte médiévale de Paris », sur www.inrap.fr.
  20. De l'enceinte du faubourg septentrional de Paris, antérieure a celle de Philippe Auguste, et de la possibilité d'en retrouver des fragments.