Rue de Rennes (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de Rennes.
arrt
Rue de Rennes
Rue de Rennes vue depuis le boulevard Saint-Germain
Rue de Rennes vue depuis le boulevard Saint-Germain
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Odéon
Notre-Dame-des-Champs
Saint-Germain-des-Prés
Début Place du Québec
Fin Place du 18-Juin-1940
Morphologie
Longueur 1 195 m
Largeur 22 m
Historique
Dénomination Décret du
Géocodification
Ville de Paris 8137
DGI 8151

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Rennes
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Rennes est une voie du 6e arrondissement de Paris. Elle est une artère commerçante majeure de la rive gauche de la capitale.

Historique[modifier | modifier le code]

Rue de Rennes vers 1853-1870 (photographie attribuée à Charles Marville), depuis le boulevard Raspail, vers la gare.
Le Grand bazar de la rue de Rennes, en 1907.

La rue de Rennes est une réalisation du Second Empire. Elle devait à l'origine rejoindre la Seine. C'est pour cette raison que la numérotation commence au 41, les numéros précédents ayant été réservés pour la partie de la rue qui devait être percée au nord du boulevard Saint-Germain[1]. La partie existante a été percée en deux fois.

Son ouverture s’est faite à la suite du décret du depuis les rues Notre-Dame-des-Champs et de Vaugirard jusqu'à la place du 18-Juin-1940. Le plan annexé à ce décret n'attribuait à la voie qu'une largeur de 20 mètres. Elle a cependant été ouverte, suivant des alignements différents sur une largeur de 22 m, telle qu'elle figure sur le plan annexé au décret du et fixant son nivellement entre la rue de Vaugirard et la place du 18-Juin-1940.

La seconde tranche fait suite au décret du depuis le boulevard Saint-Germain jusqu'aux rues de Vaugirard et du Regard.

La troisième tranche n'a jamais été percée ; le tracé finalement retenu impliquait la destruction de l’Institut de France[2],[3].

En 1880, le débouché de la rue de Rennes sur le boulevard du Montparnasse a pris le nom de « place de Rennes » (aujourd'hui place du 18- Juin-1940). En 1977, la partie située au contact de la place Saint-Germain-des-Prés s’est trouvée englobée à cette dernière.

On parle souvent de la rue de Rennes en référence à l'attentat de la rue de Rennes, perpétré devant le magasin Tati, le . C'est le dernier et le plus meurtrier (7 morts et une soixantaine de blessés) d'une série commencée le 4 septembre (11 morts en tout). Perpétré en plein jour, il est revendiqué par le CSPPAC, un faux nom dissimulant le Hezbollah agissant pour le compte de l'Iran[4], qui réclame la libération du chef libanais Georges Ibrahim Abdallah. Le chef du commando terroriste responsable des attaques, Fouad Ali Salah, est arrêté en mars 1987. Une plaque inaugurée par le président François Mitterrand honore la mémoire des victimes.

La rue de Rennes est en cours de réaménagement. Une première étape concernant la partie sud entre la place du 18 juin 1940 et le boulevard Raspail a été lancée mai 2011 [5] et s'est achevée le [6] : élargissement des trottoirs, création de bandes cyclables et de places de livraison. Pour permettre ces aménagements, les couloirs de bus ont été supprimés bien que quatre lignes de bus, dont deux lignes Mobilien, y circulent[7].

Description[modifier | modifier le code]

La rue de Rennes débute place du Québec et finit place du 18 juin 1940. De tracé rectiligne et d'orientation nord-sud, elle mesure plus d'un kilomètre de longueur et vingt mètres de largeur. Ouverte au milieu du XIXe siècle, c'est une voie récente à l'échelle de l'histoire de Paris : son bâti, de gabarit assez homogène, rassemble en effet uniquement des bâtiments postérieurs à 1850.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue est nommée d'après la ville de Rennes. À l'époque, la rue aboutissait à la gare de Rennes - aujourd'hui gare de Paris-Montparnasse - à partir de laquelle partent des lignes desservant la Bretagne.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

  • no 50 : Au-dessus de la porte se trouve un bas relief figurant le dragon de Sainte Marguerite réalisé en 1732 par Paul-Ambroise Slodtz. Il surplombait à l'origine un portail donnant sur une cour intérieure, la cour du Dragon. La cour fut détruite au milieu du XXe siècle et le portail, pourtant classé monument historique, fut détruit en 1935 pour laisser place à un immeuble en béton. La fresque présentée de nos jours est une copie, l'originale se trouvant au musée du Louvre.
  • nos 136-138 : Ancien immeuble du Grand bazar de la rue de Rennes, inauguré le , dû à l'architecte Henri Gutton (qui s'est fait remarquer à Nancy avec le mouvement Art nouveau). Les poutrelles métalliques de l'immeuble proviennent des ateliers de l'ingénieur Armand Moisant. En 1910, il devient les Grands Magasins de la Rue de Rennes, qui deviennent dans les années 1920 la propriété des Magasins Réunis. Vers 1960, ceux-ci plaquent une nouvelle façade plus banale sur la façade d'origine. Le bâtiment originel est détruit puis reconstruit[9]. En 1974, l'édifice devient un magasin Fnac, le premier magasin de l'enseigne à Montparnasse qui propose des livres.
  • no 140 : Immeuble de l'ancien magasin Félix Potin, ouvert en 1904, œuvre de l'architecte Paul Auscher, grande surface alimentaire de six étages richement décorée en style Art nouveau qui proposait notamment un « service de cuisine pour la ville » avec son rayon traiteur[10]. La façade et la toiture du bâtiment sont classées Monument historique. Cet immeuble fut ensuite repris par Tati. La zone commerciale est désormais occupée par Zara.

Plaques commémoratives[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas d'Estienne d'Orves (ill. Alain Bouldouyre), Dictionnaire amoureux de Paris, Paris, Plon, coll. « Dictionnaire amoureux », , 1e éd., 1 vol., 716 p., 22 cm (ISBN 2-259-21749-4 (édité erroné) et 978-2-259-21749-1, OCLC 932126468, notice BnF no FRBNF44430812, SUDOC 189134305, présentation en ligne, lire en ligne), p. 341 [lire en ligne (page consultée le 19 février 2017)].
  2. http://www.ruederennes.com/Histoire_de_la_Rue_de_Rennes.html
  3. http://www.ruevisconti.com/Histoire/EchappeBelle/EchappeBelle.html
  4. Michel Auboin, Arnaud Teyssier et Jean Tulard, La Police, Histoire et dictionnaire, Éditions Robert Laffont, 2005, (ISBN 2221085736), p. 516 et 517.
  5. « Le 23 mars, découvrez la Rue de Rennes de 2012 », sur Paris.fr, Mairie de Paris, (consulté le 23 mars 2011)
  6. « Rue de Rennes, les piétons au pouvoir », sur http://www.leparisien.fr/, Le Parisien, (consulté le 30 juin 2012)
  7. « Un premier couloir de bus disparaît », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 24 mars 2011)
  8. « 22 mars 1895 : première projection publique des frères Lumière », franceinter.fr, 22 mars 2013.
  9. « Le Grand Bazar de la rue de Rennes - Paris 6e », paris199.lartnouveau.com, consulté le 23 avril 2017.
  10. Jean-Michel Dumay, « Félix Potin réinvente l'épicerie », article paru dans Le Monde Magazine du 7 août 2010, p. 36-39
  • Yoann Brault, Baptiste Essevaz-Roulet, La rue de Rennes : un siècle d'hésitations, ruederennes.com, en ligne