Jules Jaluzot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Jaluzot

Jules Jaluzot, né le 5 mai 1834 à Corvol-l'Orgueilleux, près de Clamecy dans la Nièvre et mort le 21 février 1916 à Paris, est un entrepreneur « self-made-man », homme politique et le fondateur des magasins du Printemps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires à Clamecy puis à Paris au lycée Bonaparte, Jules Jaluzot, fils de notaire, refuse à 19 ans de rejoindre Saint-Cyr pour entamer une carrière militaire et décide de devenir commerçant. En novembre 1853, il débute comme calicot, dans une maison de la rue de Cléry, puis dans une fabrique de tissus, chez M. Aubeux. En 1855, il entre à La jeune orpheline, deuils et confections, rue du Bac, puis l’année suivante, c’est Aux Villes de France, rue Vivienne qu’il poursuit son apprentissage. Enfin, il entre comme second au Bon Marché. Au début de l’année 1864, Jaluzot rencontre parmi ses clientes une étoile, sociétaire de la Comédie-Française, Augustine Figeac, qu’il épouse le 17 février 1864. La mariée apporte une dot considérable d’un montant de 300 000 francs. Jules Jaluzot apporte lui une somme plus modeste, de l’ordre de 60 300 francs or. Grâce à la dot de sa femme, il peut désormais, à 30 ans, fort de son expérience, ouvrir sa propre affaire, le magasin Au Printemps, en 1865.

Au Printemps est le premier grand magasin électrisé, qui dispose de cinq machines à vapeur dans les sous-sols produisant le courant électrique. Jaluzot est connu pour avoir officialisé les soldes, ce qui assure la prospérité de son magasin. Aujourd’hui ne survit au Printemps de Paris que la coupole et les vitraux bleus de toute beauté.

Jules Jaluzot est un homme d’affaires et un homme politique. Il est élu plusieurs fois à la Chambre en 1889, 1893, 1898 et 1902. Député conservateur, antidreyfusard, il rallie le boulangisme et vote contre la loi sur la séparation des Églises et de l’État le 3 juillet 1905. Il est également maire de sa commune natale, Corvol-l'Orgueilleux.

Il est à la tête de plusieurs organes de presse nationaux :

Il est aussi un personnage charismatique et mondain, fréquentant les salons de la capitale. En 1908, il abandonne la direction des magasins du Printemps.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]