Jardin des serres d'Auteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jardin des serres d'Auteuil
Image illustrative de l'article Jardin des serres d'Auteuil
Plan du jardin des serres d'Auteuil.
Géographie
Pays France
Commune Paris
Quartier 16e arrondissement
Superficie 7,017 ha
Caractéristiques
Création 1897
Type Jardin botanique sous serres
Gestion
Protection  Inscrit MH (1998)
Localisation
Coordonnées 48° 50′ 49″ N 2° 15′ 08″ E / 48.846944, 2.25222248° 50′ 49″ Nord 2° 15′ 08″ Est / 48.846944, 2.252222

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Jardin des serres d'Auteuil

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Jardin des serres d'Auteuil

Le jardin des serres d'Auteuil est un jardin botanique ouvert au public, situé dans le bois de Boulogne. Réaménagé à la fin du XIXe siècle sous la conduite de Jean Camille Formigé, il est alors agrémenté de grandes serres en fonte peintes en bleu turquoise, édifiées par l'architecte français en 1898, d'une fontaine de Jules Dalou et de mascarons d'Auguste Rodin.

En 1998, le jardin et une partie des bâtiments qu'il contient sont inscrits au titre des monuments historiques[1].

Le jardin est un des quatre pôles du Jardin botanique de la Ville de Paris avec le parc de Bagatelle dans le bois de Boulogne, le parc floral de Paris et l'arboretum de l'école du Breuil dans le bois de Vincennes. Jusqu'en 2008, il accueillait par ailleurs la direction des parcs, jardins et espaces verts de la mairie de Paris. Tous les étés, il accueille un festival de musique classique : les solistes aux serres d'Auteuil.

Ce site est desservi par la station de métro Porte d'Auteuil.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jardin classique avec une vaste serre bleu clair à dôme de verre
La grande serre de Formigé au fond du jardin à la française.

En 1761, Louis XV fait construire un jardin décoré comportant des serres et des parterres de fleurs.

À la fin du XIXe siècle, l'architecte en chef du service des Promenades et Plantations de la Ville de Paris, Formigé, est chargé par la ville de Paris de créer un lieu de production horticole. La construction dure de 1895 à 1898. On peut y voir une fontaine ornée du haut-relief en pierre de la Bacchanale de Dalou. Le mur de soutènement des terrasses est orné de quatorze mascarons en fonte galvanisée de Rodin, fondus d'après les modèles commandés en 1878 par Davioud pour la fontaine en cascade du palais du Trocadéro.

En 1968, la construction de l'échangeur d'Auteuil et du boulevard périphérique supprima un tiers de la surface et entraîna le déménagement du centre horticole de la Ville de Paris à Rungis et Fresnes.

Depuis quelques années, le projet d'extension du stade Roland-Garros en direction de la porte d'Auteuil en fait un espace disputé.

Architecture[modifier | modifier le code]

Intérieur d'une serre.

Le jardin est organisé autour d'un vaste parterre à la française. Les cinq serres principales (la grande serre, les serres est et ouest, la serre aux palmiers et celle aux azalées) donnent sur cet espace central. Elles ont été réalisées par l'architecte français Jean Camille Formigé dans le style 1900 qu'on avait pu voir s'exprimer aux serres de Laeken ou au jardin d'hiver des Champs-Élysées.

Les armatures de fonte, peintes dans un bleu-vert typique de l'époque, dessinent d'harmonieux vaisseaux en ogive. La grande serre est un véritable morceau de bravoure technique, puisque sa nef est divisée en trois espaces climatiques différents : un jardin tropical, chaud et humide, une palmeraie, plus sèche et enfin une orangerie, un peu moins chaude. En retrait, coupée du parterre par la grande serre, se trouve un seconde orangerie, plus traditionnelle, en meulière et en briques, qui abrite les plantes en caisses qui décorent le jardin en été.

Collections[modifier | modifier le code]

Le jardin des serres d'Auteuil abrite des collections de plantes rares et d'arbres remarquables. Il compte plus de six mille espèces végétales regroupées en collections thématiques (succulentes ; plantes du Sahel avec 55 taxons ou plantes originaires de Nouvelle-Calédonie avec 130 taxons dont une majorité de spécimens du genre Araucariaetc.) ou systématiques (palmarium, collections de ficus dont 120 taxons, pépéromies dont 130 taxons, philodendrons dont 60 taxons, bégonias dont 580 taxons, fougères, Caladium dont 130 taxons, etc.). Les serres regroupent plus de cinq mille genres, espèces ou variétés de plantes différentes.

On remarque ainsi une collection de palmiers des Canaries au pied de laquelle se trouve un bassin de carpes japonaises.

Parmi les arbres remarquables, on distingue un Gingko biloba, fossile vivant originaire de Chine, l'arbre à caramel qui exhale une forte odeur de caramel à l'automne, le lilas des Indes aux couleurs mauves, le Pterocarya stenoptera qui est l'arbre le plus grand du jardin, le Magnolia grandiflora aux grandes fleurs blanches odoriférantes.

Les orchidées sont représentées par 515 taxons, les Bromeliaceae par 400 taxons.

Les différents secteurs[modifier | modifier le code]

Les serres[modifier | modifier le code]

La grande serre ou palmarium[modifier | modifier le code]
Les serres du plateau[modifier | modifier le code]
Les serres chaudes[modifier | modifier le code]
Les serres techniques[modifier | modifier le code]

Les jardins[modifier | modifier le code]

Jardin à la française[modifier | modifier le code]
Jardin à la japonaise[modifier | modifier le code]


Jardin contemporain[modifier | modifier le code]
Jardin méditerranéen[modifier | modifier le code]

Événements ponctuels[modifier | modifier le code]

Le jardin des serres d'Auteuil propose des expositions temporaires à thème botanique ainsi que d'autres événements artistiques comme le festival Les Solistes des Serres d'Auteuil, transféré au parc de Bagatelle en prévision de l'extension du stade Roland-Garros[2] .

Projet d'extension de Roland-Garros[modifier | modifier le code]

Le , la FFT décide que Roland-Garros doit rester porte d'Auteuil[3], avec une extension portant la superficie de 8,5 ha à 13 ha. Ce projet prévoit un ou deux courts couverts, dont l'actuel court Philippe-Chatrier. Cette décision rejette l'option d'un déménagement en banlieue à Marne-la-Vallée, Gonesse ou Versailles qui offraient néanmoins des terrains allant de 20 ha à 35 ha[4].

Cette extension de Roland-Garros prévoit d'occuper à compter de 2016 une partie du jardin des serres d'Auteuil et la destruction d'une partie de celles-ci[5]. La surface de ce parc avait été déjà amputée d'un tiers en 1968 par la construction de l'échangeur d'Auteuil et du boulevard périphérique. Ce projet déclenche une polémique opposant la FFT et la municipalité aux riverains, aux écologistes et aux associations de défense du patrimoine[6] qui cherchent d'autres possibilités et lancent une pétition pour préserver ce site classé ainsi que les serres chaudes qui abritent des collections botaniques rares et vulnérables[7].

Le , le tribunal administratif de Paris annule la délibération du Conseil de Paris[8] qui prévoyait l'extension du stade d'ici 2016. La décision se fonde sur le fait que, d'une part, le « sol » du site horticole de la Ville est classé « monument historique » et que, d'autre part, la délibération est jugée « illégale », le montant de la redevance de la FFT à la Ville étant « manifestement insuffisant au regard des avantages de toute nature consentis » par la mairie de Paris.

Le , le tribunal administratif de Paris rend trois décisions favorables à la Ville de Paris et à la FFT, rejetant les requêtes déposées par les associations de défense de l'environnement[9].

Le 9 juin 2015, après arbitrage du Premier ministre Manuel Valls, Anne Hidalgo annonce que les permis de construire concernant l'agrandissement ont été signés par la ville de Paris, prévoyant la récupération d'un hectare sur le jardin des serres d'Auteuil[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jardin fleuriste municipal », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Olivier Olgan, Le festival des solistes aux Serres d'Auteuil à Bagatelle. Publié le 22/06/2012 sur le site Le Figaro-Culture, consulté le 19 mai 2015.
  3. « Le tournoi de Roland-Garros ne quittera pas la Porte d'Auteuil », sur france-info.com,‎ (consulté le 7 avril 2011) : « Paris, qui avait besoin de 66,6 % des voix pour être retenu dès ce dimanche, a raflé la mise en « finale » avec 70 % des voix au dernier tour face à Marne-la-Vallée »
  4. « Roland-Garros : une extension en question », sur Les Échos,‎ (consulté le 4 juin 2014).
  5. Le plan du projet sur le site Concertation sur le modernisation du stade Roland-Garros.
  6. Notamment l'ICOMOS paysages, la plus haute instance internationale de protection du patrimoine et du paysage, rattachée à l'UNESCO. Lire les résolutions du comité scientifique.
  7. « Roland Garros - Serres d'Auteuil : jeu, set et match ? », sur rustica.fr.
  8. « Roland-Garros : un revers pour Bertrand Delanoe » sur lemonde.fr.
  9. « La justice donne le feu vert à l'extension de Roland Garros », sur Métronews,‎ (consulté le 4 juin 2014).
  10. « Les permis de construire du "nouveau Roland-Garros" signés », dans Le Point, publié le 09/06/2015, consulté le 10 juin 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucienne Deschamps et Annick Maroussy, Les serres d'Auteuil et leur jardin : histoires d'un centenaire, Paris, Éditions du Castelet,‎ , broché, 363 p. (ISBN 2-908-55583-2 et 978-2-908-55583-7).
  • Sophie Nauleau et Jean-Christophe Ballot (photographe) (préf. Jean-Yves Tadié), Pour le jardin des serres d’Auteuil, Gallimard, coll. « Hors série Alternatives »,‎ (ISBN 9782072648182)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :