Hôtel de Sully

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hôtel de Sully
P1200929 Paris IV hotel de Sully rwk.jpg
Façade sur cour de l'hôtel de Sully.
Présentation
Type
Destination actuelle
Style
Architecte
Construction
Occupant
Patrimonialité
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
62, rue Saint-Antoine
Accès et transport
Métro
Autobus
(BUS)RATP20297596
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L'hôtel de Sully est un hôtel particulier entre cour et jardin de style Louis XIII, situé dans le quartier du Marais, dans le 4e arrondissement de Paris, au 62 rue Saint-Antoine. Il est le siège depuis 1967 du Centre des monuments nationaux.

Bâti en 1625-1630, cet édifice est « encore tourné vers le passé, inféodé qu'il est aux traditions de la Renaissance par la profusion ornementale, la silhouette des pavillons, la place et le type de l'escalier[1] ». Caractéristique des hôtels particuliers parisiens de la première moitié du XVIIe siècle, il est « l'une des demeures les plus accomplies du Marais »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel est construit dans le Marais, qui est alors le lieu de construction privilégié par la noblesse : se multiplient dans les années 1620 les chantiers de grands hôtels particuliers. Celui de l'hôtel de Sully s'inscrit aussi dans la période d'apogée des constructions monumentales du quartier. En 1624, le contrôleur des finances Mesme Gallet achète le terrain. Il est à l’origine de la construction, un an plus tard, de cet hôtel particulier attribué à l'architecte Jean Androuet du Cerceau. La première campagne de construction, de 1625 à 1627, permet l'achèvement du corps de logis, du jardin et de l'orangerie[3].

Joueur de dés invétéré, Gallet perd sa fortune aux jeux. Ruiné, il vend l'hôtel inachevé à Jean Habert de Montmagny, un de ses créanciers, le 4 décembre 1627. Ce dernier le revend le 27 avril 1628 au conseiller d'État Roland de Neufbourg, qui fait terminer les travaux en 1630, à l'exception de l'aile en retour sur le jardin. Le 23 février 1634, Maximilien de Béthune, duc de Sully, conseiller d'Henri IV, alors en disgrâce, achète le bâtiment achevé et entièrement aménagé. Il fait réaliser le décor intérieur (qui subsiste aujourd'hui)[4],[5]. Même si le duc n'habite en pratique que très peu l'hôtel, celui-ci acquiert et conserve alors le nom de Sully, dont la famille possède la résidence jusqu'en 1752[2].

En 1660, le deuxième duc de Sully acquiert l’hôtel et le fait agrandir en lui rajoutant une aile supplémentaire à l’ouest des logis, dans les jardins. Les travaux sont exécutés par l'entrepreneur Siméon Lambert, peut-être avec l'aide de François Le Vau qui, en reprenant le style architectural des autres bâtiments, créent une certaine homogénéité entre cette aile et le reste de l’hôtel[6].

Après la Révolution, l'hôtel passe entre les mains de négociants. De 1819 à 1838, il est le campus des étudiants de l'École spéciale de commerce et d'industrie (aujourd’hui renommée ESCP Business School). Le directeur de l'école signe en 1820 un bail avec le joailler Louis-François Radu et son épouse pour louer la majeure partie de l'hôtel de Sully et de son jardin. Les héritiers Radu y font installer une école pour filles en 1856 et les deux sphinges dans la cour[7].

Au XIXe siècle, à l'instar d'autres hôtels particuliers du Marais, le bâtiment est divisé en appartements et boutiques, la terrasse surmontant le portail étant comblée par une construction liant les deux pavillons d'entrée. L'État français acquiert l'hôtel en pour en faire le musée de la Demeure française[8]. Si le changement de régime met un terme au projet, une campagne de restauration profonde, entamée dès 1945 et prolongée jusqu'en 1974[9], permet de rétablir cette terrasse, de réunifier l'hôtel et son orangerie, divisé en deux parcelles au cours du XIXe siècle, et redonner à l'hôtel une configuration proche de celle de sa construction (le bâti au-dessus du porche est ainsi détruit[10]), malgré des modifications neuves à l'orangerie pour des raisons fonctionnelles[8].

De 1994 à 2010, l'hôtel de Sully accueille des expositions de photographie pour le compte de la Mission du patrimoine photographique du ministère de la Culture et de la Communication (1994-2000), devenue association Patrimoine photographique (2000-2004) et fusionnée avec la Galerie nationale du Jeu de Paume et le Centre national de la photographie (2004-2010).

Architecture[modifier | modifier le code]

Façades sur cour du corps de logis et d'une aile, rythmées respectivement par cinq et sept travées. L'égalité de hauteur entre ces corps de bâtiment donne une certaine massivité à l'ensemble bâti en pierre de taille avec combles droits à croupes recouverts d'ardoises et percés de lucarnes maçonnées.

L'entrée principale de cet hôtel se trouve au 62 rue Saint-Antoine. On peut également y accéder par une entrée discrète de la place des Vosges.

Il est composé d'un corps de logis centré, entre cour et jardin, dispositif qui caractérise l'hôtel « à la française » et qui existe depuis le Moyen Âge (hôtel de Cluny, palais Jacques-Cœur), mais, innovation du XVIe siècle, il adopte un plan en U avec deux ailes sur cour, terminées par deux pavillons sur rue reliés par une terrasse (comme l'hôtel Carnavalet). Faute de place, il ne dispose pas de deux cours séparées (cour d'honneur et cour de service), mais d'une seule cour sur laquelle donnent les communs (bâtiments de service comprenant les remises à carrosses, écuries, cuisines et offices qui sont rejetés sur la rue et communiquent avec elle). Une courette à fumier, avec l'indispensable puits, complète ce service[13].

Le registre décoratif des façades sur cour et jardin est très riche, de goût maniériste et d'inspiration Renaissance. Il prend trois voies principales : la sculpture (trumeaux ornés de bas et haut-reliefs représentant des allégories, alternance de frontons), le jeu du bossage et les ordres d'architecture à l'aspect ostentatoire. Le même goût maniériste se retrouve dans la distribution, avec l'escalier principal placé au centre du logis, dans l'axe de l'entrée, et associé au passage vers le jardin[14]. Le motif qui s'impose au niveau du logis central est le perron amorti par deux grosses piles rectangulaires qui servent également de socle aux deux sphinges gardant une porte entablement surmonté d’une petite fenêtre couronnée d'un fronton curviligne à volutes sur cosses[15].

Les fenêtres des façades sont réparties sur trois étages. Au rez-de-chaussée, elles sont surmontées de linteaux droits ornés de rosaces encadrées de palmettes, et couronnées de frontons curvilignes dans lequel apparaissent des têtes de femmes (coiffées à la mode du temps de Louis XIII) entourées de feuillages et de fruits. Au bel étage, les linteaux sont ornés de têtes de femmes plus classiques, émergeant d'un gros collier de perles, et qui sont cantonnées par des draperies pendantes soutenues par des patères. Au centre des frontons triangulaires, sont inscrits des coquilles Renaissance. Les grandes lucarnes, flanquées d'ailerons à grandes feuilles, reprennent le même décor que celui du rez-de-chaussée, avec un motif ornemental supplémentaire à l'extrémité des linteaux, des têtes de divinité[16].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, Hazan, , p. 146.
  2. a et b Alexandre Gady 2008, p. 184
  3. Alexandre Gady 2008, p. 30
  4. Alexandre Gady 2008, p. 17
  5. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le Guide du patrimoine : Paris, Hachette, , p. 523-526.
  6. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully au cœur du Marais, Édition du patrimoine, , p. 17.
  7. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully au cœur du Marais, Édition du patrimoine, , p. 25.
  8. a et b Alexandre Gady 2008, p. 257
  9. Menée par Charles Halley et Robert Vasas (Alexandre Gady 2008, p. 184)
  10. Camille Lestienne , « Le Marais : un quartier insalubre sauvé par André Malraux en 1962 », lefigaro.fr, 18 novembre 2016.
  11. Orné de bossage en table, il est encadré de colonnes doriques et de fenêtres. Les colonnes supportent un entablement qui présente une architrave sur laquelle est inscrit le nom de l'hôtel, et une corniche à modillons qui amortit également le corps de logis et les ailes.
  12. Ces murs bas sont reliés par deux pavillons sur rue. Chaque pavillon qui termine une aile comporte trois travées et en élévation, un rez-de-chaussée avec des fenêtres à fronton curviligne, un étage avec des fenêtres à fronton triangulaire. Il est couronné par un haut toit pointu, qu'amortit un large fronton demi-circulaire (grand arc) dans le tympan duquel s'ouvre une petite fenêtre, flanquée de génies tenant des casques antiques, et coiffée d'un arc en forte saillie dont la clé est ornée d'une tête de lion. Les autres façades des pavillons sont amorties par des frontons cintrés percés d'un oculus.
  13. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully au cœur du Marais, Édition du patrimoine, , p. 9.
  14. Les frontons des deux travées externes, sont coupés, phénomène qui s'observe également sur le chambranle externe des fenêtres, ce qui suggère que le projet de construction initial ne comportait que trois travées avec des pavillons plus larges, à une époque où l'hôtel n'avait pas d'autre accès à la rue Saint-Antoine qu'en passant sous une ancienne demeure médiévale, l'hôtel de La Moufle (accès dégagé qu'en 1530). L'alternance classique des frontons courbes et triangulaires, appuie ce décor Renaissance (draperies pendantes, rinceaux, têtes de femme). Cf. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully : au cœur du Marais, Éditions du patrimoine, , p. 9, 10 et 50
  15. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully au cœur du Marais, Édition du patrimoine, , p. 50
  16. Jacques Houlet, L'hôtel de Sully, Caisse Nationale des Monuments Historiques et des sites, , p. 21.
  17. Le portail est orné de massifs bossages et flanqué de ces deux colonnes dont le fût lisse se détache sur ce décor à bossages, créant un effet très plastique inspiré de Michel-Ange. Le passage du portail est couvert d'une voûte en berceau à caissons octogonaux. Cf. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully : au cœur du Marais, Éditions du patrimoine, , p. 48.
  18. Hôtel ne disposant pas de la place suffisante, les fonctions de remises et d'écurie se mêlent dans la cour unique, les premières dans une suite d'arcades, la seconde côté rue. Les grandes demeures disposent en plus de la cour d'honneur d'une cour de service avec notamment des bâtiments abritant les écuries dont le nombre de stalle est un étalon de la richesse et de l'importance du propriétaire. « Il peut y avoir une écurie à deux rangées de stalles, disposition que Savot (la) critique, mais qui domine. À partir du XVIIe siècle, l'écurie se complète de remises à carrosses, pour ranger les voitures, encombrantes et trop fragiles pour être laissées dehors. Ces remises peuvent rester ouvertes sur la cour ou bien être fermées de portes de menuiserie. Elles deviendront logiquement, au XXe siècle, les garages des automobiles ». Cf. Alexandre Gady, Les hôtels particuliers de Paris : du Moyen-Âge à la Belle Époque, Parigramme, , p. 65.
  19. Quatre bas-reliefs attribués au ciseau de Goujon et de son atelier.
  20. Il est représenté par un Bacchus en adolescent couvert d'une peau de bête. Il tient dans ses mains des grappes de vigne. Accompagné d'un chien de chasse, il est surmonté d'un signe du zodiaque correspondant à l'équinoxe d'automne, la Balance.
  21. Il est représenté par un vieillard frileux appuyé sur une canne dont l'extrémité s'enfonce dans un feu. À côté de lui est figuré un tronc d'arbre mort autour duquel s'enroule un serpent. Glissant une main sur sa poitrine, le vieillard semble rechercher la chaleur en s'avançant près d'un feu. Il est surmonté d'un signe du zodiaque correspondant au solstice d'hiver, le Capricorne.
  22. Cette saison est personnifiée par Flore, une divinité qui porte une corne d'abondance dans sa main droite et un oiseau sur son bras gauche levé. Une corbeille de fleurs est posée à ses pieds. Elle est surmontée du signe du Zodiaque correspondant à l’équinoxe du printemps, le Bélier.
  23. Il est représenté par une jeune femme dont la chevelure est ornée d’épis. Son bras gauche soutient une corne d'abondance contenant des épis. La faucille qu'elle tient dans la main droite symbolise comme les épis les moissons. Ses pieds foulent des gerbes de blé et une cruche laissant échapper de l'eau. Il est surmonté d'un signe du zodiaque correspondant au solstice d'été, le Cancer.
  24. Les sculptures représentent des femmes nues. Une très légère draperie tombe de leur épaule et vient pudiquement voiler leur sexe.
  25. À gauche la Terre représentée par Cybèle dont le ventre rond est prêt à enfanter le monde. Coiffée d'une tour, tenant de son bras droit une corne d'abondance, un lion est à ses pieds. À droite l'Eau, représentée par Amphitrite qui tient sur son épaule gauche un vase qui verse de l'eau pour alimenter une rivière bordée de roseaux. À ses pieds, un autre vase renversé laisse également échapper de l'eau. Autour de ses jambes ondulent des flots dans lesquels se joue un dauphin. Au-dessus, des bandeaux horizontaux soulignent et isolent de ces deux figures, respectivement une truie (symbole de fécondité) et un arc-en-ciel trônant au-dessus de rayons (représentant une pluie battante ou les rayons du soleil dont la réfraction forme ce photométéore).
  26. À gauche, l'Air est représenté par une femme, un bras levé au ciel. À ses pieds est figuré un petit animal, peut-être un caméléon car on pensait à l'époque qu'il changeait de couleur en fonction de l'air. Au-dessus, sous la corniche, son attribut représente ce qui ressemble à un éventail de plumes de paon. À droite le Feu, représenté par une femme couronnée d’un soleil. À ses pieds, une salamandre se joue dans les flammes (ce reptile légendaire étant réputé être engendré par le feu), à côté d'une souche d'arbre où l'on croyait qu'elle hibernait. Au-dessus, son attribut représente l'astre solaire et des flammes.
  27. Réplique d'une rosace gothique de la Chapelle Sainte-Croix du palais des rois de Majorque, effectuée par un compagnon du devoir qui l'a offert à l'hôtel.
  28. Cette terrasse est bornée à l'origine, d'un côté par ce mur renard destiné à masquer le mitoyen de la cour du voisin (et non le mur en briques actuel), de l'autre par le portique de style Louis XIII du petit jardin (aujourd'hui disparu). Cf. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully au cœur du Marais, Édition du patrimoine, , p. 50
  29. Composée d'un corps de logis reposant sur cinq grandes arcades auxquelles répondent les cinq lucarnes pendantes (coupant la corniche), flanqué de deux pavillons aux toitures en pointe ornées d'épis de faîtage en plomb, l'orangerie permet, par un jeu de miroir, « de contempler la façade arrière du corps de logis principal, qui reprend le décor de la cour, à une époque où les façades sur jardin sont d'ordinaire moins soignées ». Cf. Alexandre Gady, L'hôtel de Sully : au cœur du Marais, Éditions du patrimoine, , p. 10

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Gady, L'hôtel de Sully au cœur du Marais, Collection Itinéraires, Édition du patrimoine, 2002.
  • Alexandre Gady, Les hôtels particuliers de Paris, du Moyen-Âge à la Belle époque, Paris, Parigramme,
  • Jean Marot, Recueil des plans, profils et élévations des [sic] plusieurs palais, chasteaux, églises, sépultures, grotes et hostels bâtis dans Paris et aux environs par les meilleurs architectes du royaume desseignez, mesurés et gravez par Jean Marot, vues 90, 91, 92 et 93 (Voir)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]