Siège de Paris (1429)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Paris.
Siège de Paris
Description de cette image, également commentée ci-après

Jeanne d'Arc à la porte Saint-Honoré lors du siège de Paris de 1429. Miniature issue du manuscrit de Martial d'Auvergne, Les Vigiles de Charles VII, vers 1484, BnF, fo 6 vo.

Informations générales
Date 3 - 8 septembre 1429
Lieu Paris
Issue Échec de la reprise
par les Français
de Charles VII
Belligérants
Blason France moderne.svg Royaume de France Royal Arms of England (1470-1471).svg Royaume d'Angleterre
Commandants
Jeanne d'Arc Jean de Villiers de L'Isle-Adam, Simon Morhier

Batailles

Première phase (1337-1360)
Arnemuiden (1338) · Chevauchée de 1339 · L'Écluse (1340) · Saint-Omer (1340) · Auberoche (1345) · Chevauchée de 1346 · Caen (1346) · Gué de Blanquetaque (1346) · Crécy (1346) · Calais (1346) · Neville's Cross (1346) · Winchelsea (1350) · Chevauchée de 1355 · Chevauchée de 1356 · Poitiers (1356) · Grande Jacquerie (1358) · Meaux (1358) · Amiens (1358) · Chevauchée de 1359-1360 · Reims (1359-1360)

Guerre de Succession de Bretagne (1341-1364)
Champtoceaux (1341) · Hennebont (1342) · Morlaix (1342) · Vannes (1342) · Cadoret (1345) · La Roche-Derrien (1347) · Combat des Trente (1351) · Mauron (1352) · Montmuran (1354) · Rennes (1356-1357) · Auray (1364)

Deuxième phase (1369-1389)
Cocherel (1364) · Pontvallain (1370) · La Rochelle (1372) · Chizé (1373) · Nantes (1380-1381) · Nevele (1381) · Révolte des Tuchins (1381-1384) · Révolte paysanne anglaise (1381) · Roosebeke (1382)

Guerre civile de Castille (1351-1369)
Nájera (1367) · Montiel (1369)

Armagnacs et Bourguignons (1407-1435)
Rethel (1411) · Révolte des Cabochiens (1413) · Mons-en-Vimeu (1421) · Anthon (1430)

Troisième phase (1415-1428)
Harfleur (1415) · Azincourt (1415) · Caen (1417) · Rouen (1418) · Montereau-Fault-Yonne (1420) · Baugé (1421) · Meaux (1421) · Cravant (1423) · Brossinière (1423) · Verneuil (1424) · Montargis (1427) · Laval (1428)

Quatrième phase (1429-1453)
Orléans (1428-1429) · Journée des Harengs (1429) · Jargeau (1429) · Meung-sur-Loire (1429) · Beaugency (1429) · Patay (1429) · Chevauchée vers Reims (1429) · Montépilloy (1429) · Paris (1429) · Laval (1429) · Compiègne (1430) · Gerberoy (1435) · Paris (1435-1436) · Dieppe (1442-1443) · Campagne Bretagne et Normandie (1448-1449) · Fougères (1449) · Verneuil (1449) · Formigny (1450) · Caen (1450) · Castillon (1453) · Bordeaux(1453)
Coordonnées 48° 51′ 24″ nord, 2° 21′ 07″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Siège de Paris

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Siège de Paris

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Siège de Paris

Le siège de Paris est entrepris en 1429 par les troupes françaises du roi Charles VII, sous l'impulsion notable de Jeanne d'Arc, en vue de prendre la cité tenue par les alliés anglo-bourguignons. Les troupes royales ne parviennent pas à entrer dans Paris, défendue par le gouverneur Jean de Villiers de L'Isle-Adam et le prévôt Simon Morhier.

Préambule[modifier | modifier le code]

Après la prise de Paris par Henri V d'Angleterre en 1420, l'administration anglaise se montra favorable aux bourgeois de Paris, en confirmant leurs anciens privilèges et en accordant même de nouveaux.

Les Parisiens avaient accepté les Anglais surtout par haine de Charles VII, qu'ils avaient surnommé « le roi de Bourges », et du parti Armagnac qui menaçait les nombreuses libertés que la ville avait obtenues au fil des siècles.

Après la bataille de Montépilloy, le 26 août 1429, Jeanne d'Arc et le duc Jean II d'Alençon prennent Saint-Denis, ville située au nord de Paris.
Le 28 août, Charles VII signe la trêve de Compiègne qui excepte de l'armistice Saint-Denis, qui était déjà pris, Saint-Cloud, Vincennes, Charenton et Paris[1].

Le siège[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Plans de Paris.
La porte Saint-Honoré un siècle plus tard vers 1530 (plan de Braun et Hogenberg).

Début septembre, Charles VII établit son camp vers la butte Saint-Roch[2].

Le 3 septembre Jeanne d'Arc accompagnée des ducs d'Alençon et de Bourbon, des comtes de Vendôme et de Laval, des maréchaux Gilles de Rais et Lahire et de leurs troupes, loge dans le village de la Chapelle. Après avoir effectué pendant plusieurs jours des reconnaissances et des escarmouches sur diverses portes de Paris, Jeanne d'Arc prie dans la chapelle Sainte-Geneviève.

Le jeudi 8 septembre 1429, au petit matin, Jeanne d'Arc, le duc d'Alençon ainsi que les maréchaux Gilles de Rais et Jean de Brosse de Boussac partent du village de La Chapelle pour donner l'assaut à la porte Saint-Honoré. Jeanne d'Arc fait installer des couleuvrines sur la butte Saint-Roch pour soutenir l'attaque[3],[4].
Les Parisiens, croyant que les Armagnacs voulaient détruire la ville de fond en comble, firent une vigoureuse défense. Tentant de franchir le fossé en eau devant la porte, Jeanne d'Arc fut blessée d'un carreau d'arbalète à la cuisse[5]. Jeanne fut ramenée à son logis de La Chapelle. Bien qu'elle eût souhaité reprendre l'attaque de Paris, le roi lui donna ordre de se replier sur l’abbaye de Saint-Denis. Après 4 heures d'assaut, le roi sonna la retraite.

Bilan[modifier | modifier le code]

La ville n'étant défendue que par 2 000 Anglais environ[2], ce fut bien la population parisienne, commandée par le prévôt Simon Morhier et le gouverneur Jean de Villiers de L'Isle-Adam, qui força le roi de France à la retraite.
Ayant échoué par la force, Charles VII, chercha à prendre la ville autrement. En 1430, il fomenta un complot qui, découvert par les Anglais, échoua et fit périr 6 Parisiens sur l'échafaud[2].

Sources imprimées[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Germain Lefèvre-Pontalis, « Un détail du siège de Paris par Jeanne d'Arc », Bibliothèque de l'École des chartes. Revue d'érudition publiée par la Société de l'École des chartes et consacrée spécialement à l'étude du Moyen Âge, volume 46, 1885, p. 5-15, [lire en ligne].
  2. a, b et c Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle volume 12
  3. Paris, le guide vert, Éditions Michelin, (ISBN 2-06-700352-6)
  4. http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre11229-chapitre50020.html
  5. Jean Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, édition établie par Auguste Vallet de Viriville, tome I, p. 109, Paris, Pierre Jannet, 1858. Une plaque se trouve au mitoyen des nos 161 et 163 de la rue Saint-Honoré, due au sculpteur Maxime Real del Sarte ; une seconde plaque identique se trouve dans la cour du no 15 de la rue de Richelieu, à l'emplacement où Jeanne fut blessée

Article connexe[modifier | modifier le code]