Rue Pierre-à-Poisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anc. 4e arrt
Rue Pierre-à-Poisson
(supprimée en 1854)
Image illustrative de l’article Rue Pierre-à-Poisson
La rue Pierre-à-Poisson en 1750, le long du Grand Châtelet.
Situation
Arrondissement Anc. 4e (1er)
Début Rue de la Saunerie
Fin Rue Saint-Denis et place du Châtelet
Historique
Ancien nom Rue au Poisson
Rue de la Petite-Saunerie
Rue de la Larderie
Rue de la Poulaillerie

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Pierre-à-Poisson (supprimée en 1854)

La rue Pierre-à-Poisson, est une ancienne rue de Paris qui était située dans l'ancien 4e arrondissement (actuel 1er arrondissement), disparue en 1854.

Situation[modifier | modifier le code]

Cette rue commençait rue de la Saunerie et finissait rue Saint-Denis et place du Châtelet. Elle était située dans l'ancien 4e arrondissement dans le quartier du Louvre[1].

Les numéros de la rue étaient noirs[2]. Il n'y avait pas de numéro impair et le dernier numéro pair était le no 16.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue doit son nom à de longues pierres sur lesquelles on étalait et vendait du poisson.

Historique[modifier | modifier le code]

Un marché aux poissons aurait été créé à cet emplacement par Philippe-Auguste en 1182 qui permit aux bouchers de la Grande-Boucherie du Parvis-Notre-Dame de faire le commerce du poisson d'eau douce[2]. Les pierres de ces marchands étaient installées sous des auvents qui étaient adossés au Grand Châtelet[3].

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous la forme « rue o Poisson ».

On trouve aussi cette rue sous les noms de « rue de la Petite-Saunerie » à cause de la maison de marchandise de sel qui était située tout près ainsi que sous celui de « rue de la Larderie » et de la « rue de la Poulaillerie » parce qu'elle était située près du marché à la volaille.

Lors du percement du boulevard de Sébastopol et du réaménagement de la place du Châtelet dans le cadre des transformations de Paris sous le Second Empire, il est prévu de supprimer la rue afin de construire un nouvel hôtel des postes[4],[5]. Finalement, la place du Châtelet est élargie vers l'ouest en englobant la rue[6] qui disparait en 1854[3].

La rue Pierre-à-Poisson en 1836 le long de la place du Châtelet.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 14e quartier « Louvre », îlot no 25, F/31/80/45, îlot no 26, F/31/80/46.
  2. a et b Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris.
  3. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris.
  4. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Décret du 21 juin 1854 », p. 282-283.
  5. Plan du boulevart du Centre et des rues projetées dans son parcours, Paris, imp. de A. Godchaux, 1855 [lire en ligne].
  6. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]