Parc zoologique de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parc zoologique de Paris

Image illustrative de l’article Parc zoologique de Paris
Le logo du parc zoologique de Paris affiche
une représentation stylisée du Grand Rocher,
symbole emblématique du parc.
Image illustrative de l’article Parc zoologique de Paris
Le grand rocher du Parc zoologique de Paris.

Date d'ouverture Inauguration :
Réouverture :
Date fermeture du au
Propriétaire MNHN
Direction Pierre-Yves Bureau
Situation Croisement de l’avenue Daumesnil et de la route de ceinture du Lac-Daumesnil, 75012 Paris, Drapeau de la France France
Superficie 14,5 hectares
Latitude
Longitude
48° 49′ 56″ nord, 2° 25′ 07″ est
Nombre d'animaux 2 800 (2 020)[1]
Nombre d'espèces 234[2],[1]
Nombre de visiteurs annuels 516 000 (2018)
Accréditations EAZA
À voir pumas, rhinocéros blancs, lynx d'Europe, lamantins, fossas
Site web http://parczoologiquedeparis.fr/
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Parc zoologique de Paris
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Parc zoologique de Paris
Géolocalisation sur la carte : bois de Vincennes
(Voir situation sur carte : bois de Vincennes)
Parc zoologique de Paris

Le parc zoologique de Paris, anciennement parc zoologique du bois de Vincennes[3],[4] et couramment appelé zoo de Vincennes[5],[6], est un parc zoologique français du Muséum national d'histoire naturelle, situé dans le 12e arrondissement de Paris, où il couvre une superficie de 14,5 hectares dans l'ouest du bois de Vincennes. Conçu en 1934, en complément de la ménagerie du Jardin des plantes, ce zoo a pour vocation l'observation du comportement animal en captivité et la reproduction d'espèces menacées dans leur milieu d'origine.

Dès son ouverture, il est remarqué pour son grand rocher artificiel, haut de 65 m, décor emblématique visible de loin et populairement nommé « le Grand Rocher ». Le zoo, devenu vétuste et, selon les critères du XXIe siècle, trop exigu pour ses pensionnaires, a été fermé du 30 novembre 2008 au . Les travaux de rénovation, commencés le 7 décembre 2011, ont duré près de deux ans et demi. Les enclos ont été entièrement revus et regroupés selon cinq thématiques de grands milieux naturels (ou biozones). Les travaux ont permis de les mettre aux normes modernes pour assurer le confort des animaux, la sécurité du public et l'intérêt muséologique, tout en portant une attention accrue au respect de l'environnement.

Il présente environ 2 500 animaux de 234 espèces (en 2021)[7] : vertébrés (mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens) ou non (arthropodes, mollusques…). Il comporte notamment une serre de 4 000 m2 abritant un milieu équatorial.

Membre permanent de l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA), il s'engage dans la conservation ex situ en participant à des programmes d’élevage européens pour les espèces menacées (EEP), dont il en coordonne cinq. Il est également membre de l'Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA).

En 2015, avec plus de 900 000 visiteurs par an, ce zoo était l'un des cinq parcs zoologiques les plus fréquentés de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Enclos des girafes et des autruches, lors de l'exposition coloniale internationale de 1931.

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, directeur du Muséum national d'histoire naturelle préconise en 1860 l'utilité d'une annexe de la ménagerie du Jardin des plantes pour y étudier le comportement des animaux. Le Jardin d'acclimatation aurait pu être ce lieu, mais selon les termes de la concession, ce sont surtout les animaux « utiles » (pour la plupart domestiques) qui y sont présentés. Or une loi du 7 juillet 1860 accorde au Muséum seize hectares du bois de Vincennes, propriété de la Couronne qui venait d'être cédée à la Ville de Paris. Le Muséum en fait une réserve végétale et animale (semis et élevages) mais le projet de zoo reste dans les cartons, faute d'argent. C'est seulement en 1931 qu'à l'occasion d'une exposition coloniale, un « zoo temporaire » ouvre sur ce terrain pour répondre à la curiosité des publics pour les « animaux exotiques ». Dirigé par Henry Thétard, il reçoit entre le 10 mai et une foule enthousiaste de plus de cinq millions de personnes. Une fois l'exposition close, il est décidé d'installer un zoo définitif sur un autre site du bois de Vincennes, à l'emplacement actuel[8].

Inauguré en 1934, il est fermé en 2008 pour cause de vétusté. Entièrement repensé, le zoo rouvre au public en 2014, sous le nom de « Parc zoologique de Paris ».

Le zoo a fêté ses 80 ans le [9].

Liste des dirigeants[modifier | modifier le code]

Parc zoologique du Bois de Vincennes (1932-2008)[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du zoo en 1934.

Le « Parc zoologique du Bois de Vincennes »[3] est conçu par le géologue Paul Lemoine (directeur du Muséum national d'histoire naturelle de 1932 à 1936) en accord avec la ville de Paris. Celui-ci l'avait conçu dans son esprit bien avant sa nomination en tant que directeur du Muséum en décembre 1931.

Inauguré le 2 juin 1934 par le président de la République, Albert Lebrun, le zoo est construit par Charles Letrosne, architecte des bâtiments civils et des palais nationaux[10].

Il est construit selon le modèle architectural innovant du zoo de Hambourg de Carl Hagenbeck, un modèle révolutionnaire pour l'époque qui visait à présenter les animaux sans cages, sur des plateaux, dans des fossés et des enrochements de manière à ne pas les séparer du public par des barreaux. Les loges intérieures de nombreux animaux pouvaient aussi être visitées par le public[11].

L'éléphant de mer Goliath avec son dresseur en 1936.

Très vite, il connaît un grand succès auprès des Parisiens, qui peuvent y admirer une faune spectaculaire, dans un cadre plus « naturel » que dans les anciennes ménageries telles que celle du Jardin des plantes.

Ses installations lui ont permis d'héberger de nombreux animaux, surtout des grands mammifères. Le zoo a obtenu de grands succès dans la reproduction de l'éléphant d'Asie, de la girafe du Kordofan et de l'okapi, tous trois menacés d'extinction dans la nature, ainsi que d'une multitude de félins, d'ours, d'antilopes et de cervidés. Il a également présenté des espèces très rares en captivité, telles que le kouprey (un spécimen de 1936 à 1940, seul à avoir été élevé en Europe), l'éléphant de mer (un spécimen y a vécu une trentaine d'années), le rhinocéros indien et le panda géant (deux mâles de cette espèce, offerts en 1973 par le Premier ministre chinois Zhou Enlai au Président Georges Pompidou, dans le cadre des relations diplomatiques entre la Chine et la France, y ont vécu ; l'un d'eux, Li Li, est mort peu de temps après son arrivée[12] ; l'autre, Yen Yen, y a vécu jusqu'à sa propre mort en 2000[13], soit 27 ans, ce qui représente une des plus longues durées de vie pour cette espèce en captivité).

Entrée Art déco côté Porte Dorée détruite en 2012, alors que l'entrée Saint-Mandé a en revanche été restaurée.

Toutefois, il n'a jamais présenté beaucoup d'espèces animales de petite taille, faute d'installations adaptées, et ce malgré la construction de quelques volières et l'ouverture d'une maison des lémuriens en 1986, où des groupes de lémuriens nocturnes, souvent rares, évoluaient dans une obscurité artificielle. Cette installation n'a jamais eu d'équivalent en France, et n'en a pas beaucoup ailleurs dans le monde.

À partir des années 1980, les installations du zoo, tels que les enclos et faux rochers constitués de treillis métalliques enduits de béton, qui avaient été conçus dans les années 1930 pour une durée de 50 ans, se sont trouvés dégradées par le vieillissement. Faute d'entretien, ils se sont effrités et sont devenus dangereux. Le Grand Rocher, symbole emblématique du parc, qui domine le bois de Vincennes, a alors été fermé plusieurs années. Conçu à l'origine pour abriter des animaux alpins, il fut surdimensionné pour recevoir deux réservoirs d'eau potable, les loges des mouflons, des escaliers et l'ascenseur le plus rapide d'Europe en 1934 avec une vitesse de 3 m à la seconde[14]. En 1993, le Gouvernement débloqua des crédits en urgence pour sa rénovation ; tandis que d'autres installations furent fermées au public au début des années 2000, certains animaux (éléphants, félins, rhinocéros, ours) étant déplacés hors du zoo.

Le Grand Rocher en 2006, déjà restauré en 1993.

Le zoo de Vincennes voyait alors parallèlement sa fréquentation diminuer depuis la fin du XXe siècle à 300 000 visiteurs en 2005, contre 600 000 en 2004, 800 000 en 2003, 1 000 000 en 1984 et 1 500 000 en 1968.

En 2004, la dégradation des installations est si visible, que des élus se mobilisent. Laurent Lafon, maire de Vincennes et conseiller régional d'Ile-de-France, lance le « Mouvement de soutien populaire en faveur du zoo de Vincennes »[15], une pétition qui recueille des milliers de signatures en vue d'attirer l'attention des ministres sur la nécessité de rénover le zoo, menacé de fermeture pour non-conformité. En septembre 2004, L. Lafon soulève à nouveau la question du devenir de l'établissement, dans une tribune du quotidien Le Monde[16],[17]. En décembre 2004, à l'Assemblée nationale, un député du Val-de-Marne, Patrick Beaudouin, interpelle à ce sujet François d'Aubert, Ministre délégué à la recherche[18].

Peu après, 500 000 euros sont débloqués en urgence pour les travaux de première nécessité sur les réseaux de gaz et d'électricité et sur le rocher des girafes. En 2005, le Gouvernement consacre un million d'euros à l'accueil des animaux et du public et 1,2 million supplémentaires à la volière des lémuriens et à l'accueil de nouveaux pensionnaires. Cela permet de lancer enfin la rénovation du zoo, qui entraînera sa fermeture en novembre 2008 durant 5 ans et demi.

Le coût global des travaux, qui ont débuté au premier trimestre 2007, était estimé entre 120 et 130 millions d'euros, pour une dépense finale de 167 millions. Ce plan de rénovation a mis l'établissement au niveau d'une « référence mondiale », comme l'affirme Allain Bougrain-Dubourg, président du comité scientifique.

Fermeture (2008-2014)[modifier | modifier le code]

Les fonds publics manquant, un partenariat public-privé est mis en place pour financer le chantier. Des acteurs privés (principalement Bouygues Construction et la Caisse d'épargne) assurent à 94 % le financement (soit 157 millions d'euros), en échange d'un loyer de 15 millions d'euros par an à verser pendant 25 ans[19], correspondant approximativement au surcroît de recettes généré par l'augmentation des tarifs des entrées[20]. Ce partenariat revient à reverser une partie des recettes du zoo public à des acteurs privés, mais n'affecte pas le statut et les missions du personnel et des chercheurs associés, ni les missions de service public du parc (recherche, protection des espèces).

Par ailleurs, le cabinet d'architecte choisi s'est engagé à lier développement durable et respect de la condition animale, en présentant les animaux dans leurs biotopes. Ainsi, « le visiteur deviendra l'invité de l'animal qu'il rencontrera dans son univers reconstitué »[21]. Le principe du nouveau zoo n'est plus de montrer le plus possible d'animaux, mais de valoriser leur présentation dans leur biotope : européen, guyanais, malgache, africain et patagonien, selon le choix qui fut arrêté, conforme aux origines de la majorité des pensionnaires du zoo.

Les travaux proprement dits ont duré deux ans et demi, les animaux étant déplacés pendant ce temps soit à l'intérieur du périmètre du zoo (girafes), soit dans d'autres établissements du Muséum comme la ménagerie du Jardin des plantes de Paris, le Centre d'écologie générale de Brunoy, le parc zoologique de Clères ou la réserve zoologique de la Haute-Touche à Obterre, soit encore dans d'autres zoos partenaires (Montpellier, Édimbourg, Dublin, Moscou...).

Les animaux ont été réinstallés au fur et à mesure de l'achèvement des enclos, volières et serre[22].

Renouveau[modifier | modifier le code]

Vue aérienne en 2018.

Le nouveau « Parc zoologique de Paris » ouvre au public le . C'est le seul zoo au monde à avoir été entièrement reconstruit, à l'exception de l'entrée Saint-Mandé désormais fermée, du Grand Rocher, de la volière des vautours et des îlots des primates de la zone Guyane-Madagascar.

Parc zoologique de Paris[modifier | modifier le code]

Cinq biozones[modifier | modifier le code]

Le nombre d'animaux a été porté à 2 500 de 234 espèces (en 2021)[7].

À la réouverture, le parc comptait initialement 1 000 animaux d'environ 180 espèces, dont 74 d'oiseaux, 42 de mammifères, 21 de reptiles, 17 d'amphibiens, 15 de poissons et 11 d'insectes et d'arachnides[23], regroupées dans cinq biozones :

  • SahelSoudan, renommée ensuite Afrique : 44 espèces animales sur 45 215 m2 ;
  • Madagascar : 30 espèces animales sur 9 655 m2.
  • Europe : 28 espèces animales sur 10 800 m2 ;
  • Amazonie (dont Guyane) : 67 espèces animales sur 12 530 m2 ;
  • Patagonie : 7 espèces animales sur 16 570 m2.

Le zoo comporte également :

  • une serre tropicale de 4 000 m2 et 16 m de haut ;
  • la grande volière de 2 000 m2 qui évoque le delta d'un fleuve africain, parmi une vingtaine de volières, dont la grande volière d'origine qui accueille des rapaces.

Il est alors initialement prévu que des drones volent aussi dans le parc et les enclos, en permettant ainsi de visualiser le point de vue de l'animal, et que certains animaux soient équipés de colliers-caméra à des fins scientifiques.

D'autres biozones, Afrique équatoriale et éventuellement Australie, réalisées sous la seule maîtrise d'ouvrage du Muséum, devraient être développées ultérieurement sur la zone des « clairières » à l'Est, en excluant donc seulement l'Asie qui, avec l'Océanie, est déjà présentée de manière complémentaire à la ménagerie du Jardin des plantes, avec des animaux comme le panda roux ou la panthère des neiges.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Les nouveaux bâtiments ont été réalisés par l'agence de Bernard Tschumi et l'aménagement paysager par celle de Jacqueline Osty. Au total, après conservation de 797 arbres, soit la moitié, 171 000 plants de 870 espèces, dont 3 800 dans la serre et 2 258 arbres ont été plantés, soit une augmentation de 40 % de la surface végétalisée, qui atteindra sa pleine maturité dans quelques années. Le cheminement continu de 4,2 km est ponctué de cartels et panneaux explicatifs et de points de rencontres animés par des médiateurs, pendant environ 15 min, lors des séances de nourrissage des animaux, notamment des grands carnivores. Des kiosques d'exploration, structures légères végétalisées et semi-ouvertes, situés à la sortie de chaque biozone offrent des contenus complémentaires sur le quotidien du zoo et ses actions de recherche et de conservation à l'aide d'écrans vidéo muraux, de tables tactiles et de supports d'information et sont complétés par 4 salles pédagogiques équipées de tableaux interactifs, qui permettent d'accueillir des groupes scolaires ou associatifs pour des activités ludo-éducatives, qui sensibilisent le public sur le respect de l'environnement, la biologie des espèces et la protection de la biodiversité. Le parcours s'achève à son point de départ par une librairie-boutique. On trouve aussi des consignes, un service de prêt de fauteuils roulants et de poussettes, ainsi qu'une salle de 100 places pour séminaires et conférences. Le parc est doté de deux restaurants, l'un situé dans le bâtiment d'entrée, l'autre dans le bâtiment avec terrasse donnant sur la plaine Sahel-Soudan et le Grand Rocher. Quatre kiosques de restauration rapide et des points de restauration ambulante sont également répartis sur le parcours, ainsi qu'une aire de pique-nique.

Reproduction, conservation et soins[modifier | modifier le code]

En 2019, le Parc zoologique de Paris participe à 56 programmes d’élevage européens et registres généalogiques européens (studbooks)[24], représentant un quart des espèces du parc, contre 44 EEP et 19 ESB à sa réouverture, en particulier pour les lémuriens, pour lesquels il assure le programme de reproduction de cinq espèces gravement menacées et fait figure de référence mondiale depuis les années 1990. Le Muséum mène en effet des actions dans une dizaine de réserves de Madagascar, en particulier la réserve forestière d'Antrema et l'aire protégée de la communauté Sakalava[25],[26]. Il participe également au programme de réintroduction du lamantin en Guadeloupe, dans la baie de Grande Anse en apportant un support scientifique accompagnant les scientifiques locaux, ou à la préservation du patrimoine génétique du puma de Patagonie[27].

Depuis sa vaste rénovation et se réouverture (2014), la parc a connu de nombreuses naissances: jaguars, otarie, girafes, lions de l'Atlas, manchots, grenouilles, fossas, lynx, babouins, caméléon, tapir, puma, glouton, pudu, suricates, lémuriens, serpents, flamants roses...[28].

La clinique vétérinaire est une véritable structure hospitalière pour soigner chacun des animaux du zoo et s'adapter à leurs spécificités, notamment de taille. D'une surface de 250 m2, elle contient une zone de soins (chirurgie, imagerie), une zone d'hospitalisation et une zone d'analyse. Le parc comporte cinq cuisines, la principale étant essentiellement occupée par des zones de stockage spécifiques comprenant huit chambres froides pour les viandes, poissons, végétaux et une chambre froide dotée d'un bassin dans lequel sont stockés des bambous pour les lémuriens.

En tant que membre de l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA), le zoo est coordinateur de cinq programmes européens pour les espèces menacées (EEP) : grand hapalémur (en danger critique d'extinction), vari à ceinture (en danger critique d'extinction), propithèque couronné (en danger), babouin de Guinée (quasi-menacée) et loutre d'Europe (quasi-menacée)[29].

Il est également membre de l'Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA)[30].

Gestion du nouveau parc[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Le week-end de réouverture du zoo du 12 avril 2014 connait un fort succès de curiosité avec une affluence de 25 000 visiteurs ; 150 000 billets avaient été pré-vendus en ligne.

Les prévisions du nouveau parc sont alors d'évoluer pour attirer quelque deux millions de visiteurs au total au cours de la première année, puis 1,4 million en année de croisière contre 800 000 à un million quelques années avant sa fermeture[31]. Pour relever ce défi, le parc diffuse largement dans le public les notions de bien-être animal et de biome, qui ont présidé à sa rénovation, notions également en œuvre dans certains zoos du monde et de France qui privilégient les vastes enclos, comme la réserve zoologique de la Haute-Touche créée dès 1958 par le Muséum sur 500 ha[32]. Il est également ouvert en nocturne un jour par semaine en juin et juillet[33]. Le parc a accueilli son millionième visiteur en cinq mois[34], son 1,5 millionième en huit mois [35] et 1 541 218 visiteurs en 2014[36]. Mais la fréquentation s'avère très inférieure aux prévisions. En 2015, le parc accueille seulement 911 000 visiteurs[37],[38] alors que 1,7 million était nécessaire pour assurer l'équilibre financier selon le budget prévisionnel[39]. En 2016, la baisse de fréquentation, également affectée par les attentats de 2015, se prolonge avec 766 000 entrées [38]. En juin et juillet 2016 est inaugurée l'ouverture en nocturne du zoo, tous les jeudis jusqu'à 22h30, avec entrée gratuite à partir de 21h30. Forte de son succès, cette initiative est renouvelée les années suivantes[40].

Tarifs d'entrée[modifier | modifier le code]

En 2014, pour la réouverture, le ticket d'entrée plein tarif passe de 6  avant la rénovation, à 22 [41], ce qui correspond à la moyenne haute des zoos européens (31  au zoo de Londres, 26  au ZooParc de Beauval)[6], et le forfait annuel coûte 40  pour les 3-11 ans, 55  pour les 12-25 ans et 65  pour les adultes.

En 2018, le zoo décide de baisser ses tarifs. L'entrée à tarif plein baisse de 2 , soit 20 , et le forfait annuel pour adulte baisse de 5 , soit 60  pour les plus de 13 ans[42], tandis que celui pour enfants (3 à 12 ans) baisse de 10€ en passant au prix de 45 €.

Conditions de réouverture et rapport de la Cour des comptes[modifier | modifier le code]

En 2014, des visiteurs sont déçus de trouver quelques enclos vides (sur les 180 espèces lors de la réouverture, le rhinocéros blanc, les pumas, les guanacos et des reptiles n'étaient pas encore présents, et d'autres animaux, présents mais pas encore familiarisés avec leur nouveau territoire, étaient restés cachés, comme les otaries à crinières)[43],[44].

Dans son rapport annuel 2017[39], la Cour des comptes s'est intéressée au Muséum national d'histoire naturelle et a fait état d'une "situation financière alarmante", notamment du fait de "choix stratégiques imprudents". Le montage financier de la rénovation du Parc zoologique de Paris (via un "Partenariat Public-Privé, "PPP", piloté notamment par le groupe Bouygues) est citée comme l'une des causes de cette situation. Pour rembourser les travaux (167 millions d'euros dont 10 du Muséum, 30 de l'État et 127 d'une société privée qu'il faut rembourser à tempérament sur 25 ans), les tarifs ont presque quadruplé par rapport à ceux de l'ancien zoo: le coût du remboursement des 127 millions d'euros avancés par une société privée[20] s'élève pour le Muséum à 20 millions d'euros par an, alors que les recettes de fonctionnement sont évaluées (sur la base de la fréquentation 2015) à seulement 12,6 millions annuels, soit un déficit structurel de 7,4 millions d'euros par an.

Les magistrats de la rue Cambon ont indiqué que la raison principale de ce déficit tenait à la faible fréquentation au regard des prévisions retenues lors de la préparation du partenariat public-privé (912 000 visiteurs au lieu de 1,7 million en 2015). Il est précisé que les hypothèses de fréquentation surestimées avaient été retenues du fait de "la volonté de présenter un niveau de recettes suffisant pour équilibrer le montage financier". De plus, la fréquentation du parc a pâti d'un mauvais bouche-à-oreille à l'ouverture. Celle-ci a en effet été trop précoce compte tenu des retards du chantier, d'où une déception chez les visiteurs, tous les animaux n'étant pas arrivés et les problèmes de visibilité des animaux dans les enclos n'ayant pas été anticipés malgré les doutes exprimés par les salariés. Bien que ces problèmes aient été résolus depuis, cette mauvaise réputation initiale a constitué un "handicap difficile à surmonter par la suite".

D'après la Cour, les visiteurs ont également le sentiment d'un tarif d'entrée trop élevé compte tenu de l'offre proposée. En effet, afin de privilégier le bien-être animal, le parc a fait le choix de renoncer à certaines espèces animales emblématiques nécessitant de larges espaces. La directrice du zoo, Sophie Ferreira Le Morvan et Thomas Grenon directeur du Muséum, expliquèrent ce choix par le fait que certains grands animaux comme l'éléphant, l'ours, les tigres et les grands primates ne pouvaient pas être présentés dans des espaces conformes à leurs besoins respectifs. C'est la même politique que celle déjà appliquée à la ménagerie du Jardin des plantes[45].

Enfin, la Cour des comptes cite les attentats de 2015 et le plan Vigipirate comme une autre cause possible de la faible fréquentation cette année-là, notamment celle des groupes scolaires.

Associations de soutien au zoo[modifier | modifier le code]

Deux associations soutiennent le zoo de Vincennes. Dès l'origine, la SECAS (Société d'Encouragement pour la Conservation des Animaux Sauvages), fondée en 1938 sous l'impulsion du premier directeur du parc zoologique de Paris, Achille Urbain[46]. En 2004 Patrick Beaudouin fonde Le printemps des animaux, association pour le renouvellement du zoo et son soutien, parrainée par l'actrice Corinne Touzet et l'humoriste Smaïn[47].

Le zoo reçoit aussi le soutien de L'ARBVE (Association pour la rénovation du Bois de Vincennes et de ses environs), basée à Saint-Mandé[48],[49].

Accès en transport en commun[modifier | modifier le code]

Le Zoo de Vincennes est accessible par la ligne 8 station Porte Dorée (à 7 minutes à pied); par la ligne 1 station Château de Vincennes mais après il faut prendre le bus ligne 46. L'accès est aussi possible par le tramway T3a à la station Porte Dorée et par les bus 46, 86, 201 et 325 arrêt Parc Zoologique et le 77 arrêt Porte de Reuilly.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rapport annuel d'activité 2020 du MNHN, p.37, site mnhn.fr.
  2. « Les animaux », sur Parczoologiquedeparis.fr (consulté le )
  3. a et b Jean de la Cerisaie, « Le parc zoologique du Bois de Vincennes vient d'être inauguré », La Nature, Soixante deuxième année, deuxième semestre, no 2932, 1er juillet 1934, p.30-32.
  4. Jacques Sorbets Le parc zoologique du Bois de Vincennes, dans L'Illustration du 28 mars 1936 (no 4.856), p. 375-378
  5. Parc zoologique - autour de Vincennes, site de la mairie de Vincennes
  6. a et b Le zoo ouvrira à nouveau ses portes en 2014 sur paris.fr.
  7. a et b Plan de visite du parc zoologique de Paris, 2021, sur parczoologiquedeparis.fr.
  8. Yves Laissus, Les Animaux du Muséum, Muséum national d'histoire naturelle, , p. 147
  9. Week-end anniversaire au parc zoologique de Paris, site www.parczoologiquedeparis.fr
  10. Georges J. Aillaud, Le jardin : entre science et représentation, Éditions du CTHS, , p. 167
  11. (en) Eric Baratay et Elisabeth Hardouin-Fugier, Zoo. A History of Zoological Gardens in the West, Reaktion Books, , p. 249
  12. Li li, le grand panda du Président Pompidou, sur le site du MNHN, consulté le 10 octobre 2016.
  13. « Le panda malade d'être un panda », sur liberation.fr,
  14. Jean Paul Crespelle, Promenons-nous dans Paris, Hachette, , p. 156
  15. Mouvement de soutien populaire en faveur du zoo de Vincennes (document PDF) sur http://www.vincennes.fr., liste des messages de soutien
  16. Le Monde Tribune de Laurent Lafon, parue dans Le Monde du 19 septembre 2004, en ligne sur http://www.mairie-vincennes.fr.
  17. La Lettre du maire de Vincennes (newsletter.vincennes.fr, 26 octobre 2006)
  18. « La dégradation progressive de ses équipements, donc de son fonctionnement, ont même conduit à envisager sa fermeture, temporaire ou définitive, ce qui a suscité une émotion légitime car cela signifierait la disparition d'une institution ancienne et d'un centre de recherche, d'information et de reproduction de renommée mondiale, déclara Patrick Beaudouin : voir Rénovation du zoo de Vincennes, mardi 7 décembre 2004, en ligne sur [1].
  19. Challenges, Le zoo de Paris change d'écosystème.
  20. a et b Loïc Chauveau : Le zoo de Vincennes fait peau neuve, in : Sciences et Avenir no 806, avril 2014, p. 60-62.
  21. Le Monde du 7 décembre 2005
  22. Les animaux s'installent au parc zoologique
  23. Parc Zoologique de Paris, dossier de presse, février 2014, site www.mnhn.fr
  24. Rapport annuel d'activité 2019 du MNHN, p.37, site mnhn.fr.
  25. Le Muséum à Madagascar, p. 4, 5, 15, 21, 22, site www.mnhn.fr
  26. Rôles des populations captives dans la conservation des lémuriens, Revue de primatologie, Delphine Roullet, 25 juillet 2011, site primatologie.revues.org
  27. Programmes de conservation, site parczoologiquedeparis.fr
  28. Naissance sur parczoologiquedeparis.fr.
  29. (en) « EAZA Activities > Collection Planning > EEPs and ESBs », sur eaza.portal.isis.org (consulté le )
  30. (en) « Membership », sur waza.org (consulté le )
  31. « Zoo de Vincennes : le succès est-il au rendez-vous ? », sur Le Nouvel Observateur, .
  32. L'animal n'est plus exhibé comme dans un musée, il faut aller à sa rencontre, le rechercher, a déclaré Thomas Grenon, directeur du Muséum national d'histoire naturelle, comme Valérie Mazur dans Les Échos sur [2].
  33. « Nocturnes au zoo 2016 », sur Parc zoologique de Paris, .
  34. « Succès Le parc zoologique de Paris accueille son millionième visiteur », sur www.parczoologiquedeparis.fr, .
  35. « Le zoo de Paris a accueilli plus de 1,5 million de visiteurs en 8 mois », sur france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france, .
  36. « Rapport d'activité 2014 », sur Muséum national d'histoire naturelle, .
  37. « Le Parc zoologique de Paris a 2 ans et veut encore innover », sur directmatin.fr,
  38. a et b « Zoo de Vincennes, opération relance », Le JDD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. a et b Cour des comptes, « Rapport public annuel 2017 / Publications / Publications / Accueil / Cour des Comptes - Cour des comptes », sur www.ccomptes.fr (consulté le )
  40. Nocturne 2017 au Parc Zoologique de Paris, communiqué de presse du 1er mai 2017, site parczoologiquedeparis.fr.
  41. Horaires, tarifs et plan du Parc zoologique de Paris
  42. Tarifs sur le site du Parc zoologique de Paris, consulté le 17 avril 2018.
  43. Sylvie Kerviel, « Succès pour la réouverture du zoo de Vincennes », sur Lemonde.fr,
  44. « Les premiers visiteurs du zoo de Vincennes déçus », sur Le Parisien,
  45. Marie-Anne Kleiber, « Zoo de Vincennes, coup d'œil avant ouverture », sur Le Journal du dimanche,
  46. Site web officiel de la SECAS
  47. Le printemps des animaux, site de l'association.
  48. Déclaration au Journal officiel, consulté le 22 juin 2017
  49. Zoo de Vincennes, Site d'actualité sur la rénovation du Zoo de Vincennes, édité par l'Association pour la rénovation du Bois de Vincennes
  50. « Le parc zoologique de Paris - LE PÈRE NOËL EST UNE ORDURE », sur www.parisfaitsoncinema.com (consulté le )
  51. « PHOTOS - Le père Noël est une ordure : cinq rôles splendides | News | Premiere.fr », sur www.premiere.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maryvonne Leclerc-Cassan, Dominique Pinon et Isabelle Warmoes, Le Parc zoologique de Paris, des origines à la rénovation, Paris, Somogy coédition Muséum national d'histoire naturelle, , 296 p. (présentation en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :