Quai des Orfèvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Quai des Orfèvres » redirige ici. Pour les autres significations, voir Quai des Orfèvres (homonymie).
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Le Guet des orfèvres.
1er arrt
Quai des Orfèvres
Quai des Orfèvres vu du pont Saint-Michel
Quai des Orfèvres vu du pont Saint-Michel
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Saint-Germain-l'Auxerrois (île de la Cité)
Début Pont Saint-Michel et boulevard du Palais
Fin Pont Neuf et 15 place du Pont-Neuf
Morphologie
Longueur 366 m
Largeur 14 m
Géocodification
Ville de Paris 6847
DGI 6920

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Quai des Orfèvres
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai des Orfèvres est une voie et un quai situé le long de la Seine sur l’île de la Cité dans le 1er arrondissement de Paris.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom car elle abrita des orfèvres, joailliers et bijoutiers dès l'origine de la création du quai[1].

Typographie[modifier | modifier le code]

On écrit le « quai des Orfèvres » pour la voie publique elle-même et « le Quai des Orfèvres » pour désigner, par métonymie et de façon un peu familière, les services de la Direction régionale de la police judiciaire de Paris installés au no 36. Un cas analogue est celui du quai d’Orsay (la voie) et de l'hôtel abritant le ministère des Affaires étrangères. Cependant, cette situation pourrait disparaître dans les prochaines années, puisque la police judiciaire parisienne, tout comme le tribunal de grande instance de Paris, ainsi que les tribunaux d'instance répartis dans chacun des 20 arrondissements de la capitale, devraient tous déménager dans le quartier des Batignolles, dans une tour dédiée dont la construction devrait être achevée en 2017[2].

Il existe un prix du Quai des Orfèvres, prix littéraire français, décerné chaque année depuis 1946 par un jury composé de policiers et magistrats qui jugent des manuscrits anonymes. Il est présidé par le préfet de police.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue comprise entre le Pont-Neuf et l'ancienne rue de Jérusalem, construite de 1580 à 1643, s'est appelée dès l'origine quai des Orfèvres.

En 1702, la rue Saint-Louis, qui fait partie du quartier de la Cité, possède 60 maisons et 8 lanternes[3]

Durant la Révolution française, elle fut rebaptisée « quai du Midi » et reprit son nom d’origine sous Napoléon Ier. Les maisons riveraines de cette rue du côté du fleuve ont été démolies pour la formation du quai à la suite d'un décret du [4], par exemple :

  • Ch. Cahier : Marchand orfèvre-joaillier-bijoutier au 58, boutique « à l’ancre » ;
  • Devoix : Marchand joaillier au 42 ;
  • Le Moyne : boutique « Au Mouton ».

En 1839 les sapeurs pompiers forment un bataillon composé de six cent trente six hommes y compris seize officiers. Leur état major est placé sur le quai des Orfèvres n°20[5].

Il faudra attendre 1871 pour que s'y installe la Préfecture de Police de Paris. En effet, bien que créée en 1800, cette dernière occupa, jusqu'en 1871, l'ancien hôtel des Premiers Présidents du Parlement, au fond de l’étroite rue de Jérusalem. Après l'incendie du bâtiment par les Communards en 1871, Jules Ferry met à disposition de la Police Judiciaire, les bâtiments du Palais de Justice reconstruits au 36, quai des Orfèvres[6].

En 1904, on expropria les habitants de l'ancien quartier des chanoines, afin d'y édifier les locaux de Tribunal de grande instance de Paris dont les plans furent confiés à Albert Tournaire. Les travaux commencés en 1907 furent achevés en 1914[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

C'est sur ce quai que se trouvait l'Académie Suisse.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nomenclature officielle des rues de Paris
  2. « Les étapes du projet », sur Etablissement public du palais de justice de Paris,‎
  3. Description de la ville de Paris par Jean de la Caille
  4. Les fournisseurs de Napoléon Ier et des deux impératrices d'après des documents inédits, tirés des Archives nationales, des archives du ministère des Affaires étrangères et des archives des Manufactures de Sèvres et des Gobelins / par Alph. Maze-Sencier... - H. Laurens (Paris) - 1893.
  5. Jules de Gaulle, Nodier. Nouvelle histoire de Paris et de ses environs. Pourrat, 1839. Consulter en ligne
  6. La Préfecture de Police au cœur de l'Île de la Cité, article du site Internet de la Préfecture de Police
  7. Delhumeau 2011, p. 124
  8. Selon la plaque commémorative apposée sur le mur de la maison pour en perpétuer le souvenir.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]