Quai des Orfèvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quai des Orfèvres (homonymie).
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Le Guet des orfèvres.

1er arrt
Quai des Orfèvres
Image illustrative de l’article Quai des Orfèvres
Quai des Orfèvres vu du pont Saint-Michel.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Saint-Germain-l'Auxerrois (île de la Cité)
Début Pont Saint-Michel et boulevard du Palais
Fin Pont Neuf et 15, place du Pont-Neuf
Morphologie
Longueur 366 m
Largeur 14 m
Géocodification
Ville de Paris 6847
DGI 6920

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Quai des Orfèvres
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai des Orfèvres est une voie et un quai, situé le long de la Seine sur l’île de la Cité, dans le 1er arrondissement de Paris.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom fut attribué à la partie occidentale de l'actuel quai des Orfèvres, dès sa création (1580 à 1643), en raison de la présence d'orfèvres et de joailliers[1] dans cette voie.

Typographie[modifier | modifier le code]

On écrit le « quai des Orfèvres » pour la voie publique elle-même et « le Quai des Orfèvres » pour désigner, par métonymie et de façon familière, les services de la Direction régionale de la police judiciaire de Paris installés au no 36 jusqu'à leur transfert 36, rue du Bastion dans le 17e arrondissement, en septembre 2017. Un prix littéraire français appelé prix du Quai des Orfèvres est décerné annuellement, depuis 1946 par un jury présidé par le préfet de police et composé de policiers et magistrats qui jugent des manuscrits anonymes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le quai des Orfèvres tel qu'il existe aujourd'hui résulte de la réunion de deux voies initialement distinctes, orientées est-ouest et parallèles à la Seine, situées de part et d'autre de l'ancienne rue de Jérusalem (disparue en 1883), dont l'extrémité sud se trouvait à hauteur de l'actuel no 38.

La partie orientale, précédemment « rue Saint-Louis », parfois « rue Saint-Louis-du-Palais »[2], antérieurement « rue Neuve Saint-Louis » (1623) et plus anciennement « rue Neuve » — « rue Révolutionnaire » en 1793 — fut ouverte sous Henri IV[3] entre l'ancienne rue de la Barillerie (voir boulevard du Palais) et l'ancienne rue de Jérusalem pour faciliter la communication avec le pont Neuf[4]. Au nord de la rue Saint-Louis s'étendait un ensemble de bâtiments où logèrent les chanoines de la Sainte-Chapelle royale du Palais, dit quartier des chanoines qui ne doit pas être confondu avec le cloître Notre-Dame, également appelé ainsi. La rue Sainte-Anne, ultérieurement rue Sainte-Anne-en-la-Cité, fut percée en 1631 a travers cet enclos, depuis la rue Neuve-Saint-Louis jusqu'à la cour du Palais. Crée conformément à un brevet du 25 juin 1624 confirmé en 1630 par Louis XIII afin de faciliter l'accès et la sortie du palais de la Cité, ce fut cette rue que le roi emprunta pour gagner son palais[5].

En 1702, la rue Saint-Louis, qui fait alors partie du quartier de la Cité, possède 60 maisons et 8 lanternes[6]

La partie occidentale du quai des Orfèvres fut construite de 1580 à 1643 entre l'ancienne rue de Jérusalem et le Pont-Neuf et reçut dès l'origine le nom qu'elle porte encore aujourd'hui. Celui-ci n'a pas varié, exception faite pour l'époque révolutionnaire au cours de laquelle la voie fut dénommée « quai du Midi » avant de reprendre son nom d'origine sous Napoléon Ier.

La rue Saint-Louis, contrairement au quai des Orfèvres située dans son prolongement, était bordée de maisons sur ses deux côtés longitudinales. En vertu d'un décret du les maisons riveraines de cette rue du côté du fleuve sont démolies pour permettre la construction d'un nouveau quai[7] et la fusion de ce dernier avec son voisin, sous la dénomination commune de quai des Orfèvres en 1810.

Ces mesures obligèrent environ la moitié des habitants de la rue Saint-Louis-du-Palais à se reloger voire à transporter leurs enseignes ailleurs. La rue était – comme le quai des Orfèvres – un haut lieu de l’achat, de la vente et de la transformation de métaux précieux, du commerce de pierres précieuses et de leur montage en bijoux et en divers autres ornements et objets. Parmi les artisans et échoppes L’Almanach Dauphin, paru en 1776, recense dans la rue Saint-Louis 26 artisans orfèvres, joailliers, bijoutiers et marchands dévoués à la clientèle désireuse d'acquérir des produits de luxe (contre 29 sur le quai des Orfèvres), dont : 1 orfèvre en vaisselle (5 sur le quai des Orfèvres), 9 joailliers metteurs en œuvre (11 sur le quai des Orfèvres), 6 de bijou [sic] d’or (1 sur le quai des Orfèvres), 1 metteur et 1 metteuse en œuvre, 5 marchands de diamants, d’or ou d’argent (7 sur le quai des Orfèvres) et 3 marchands d’objets précieux de toute sorte (2 sur le quai des Orfèvres dont un fournisseur d’ornements d’église).

Cheret d'après Antoine-Denis Chaudet: La Paix, 1806, Musée du Louvre. La statue fut exposée dans la maison à l'enseigne « Au Chariot d’or », quai des Orfèvres, en 1807.

Entre le pont Saint-Michel et le pont Neuf plus d’une cinquantaine d’artisans et marchands proposaient, sur une distance de 450 mètres, des orfèvreries de table, des joailleries et « assortiments de bijoux, de toutes espèces des plus à la mode et du meilleur gout », et entre autres « l’exécution de toute sorte de fleurs, aigrettes & bouquets de diamans » [sic], des « bagues à chiffres & à secrets, agate & chiffres en cheveux », des « chaînes de montre en or de couleur émaillés & garnis », des « tabatières connues sous le nom de Georgettes », des « boites d’argent » des « porte mousquetons à ressort » [2]. Après s’être rendu au quai des Orfèvres en 1785, Henri Paulin Panon Desbassayns écrit : Nous « avons été au « Chariot d’or » (…) « chez Monsieur Cheret, maître orfèvre, voir une toilette qu’il a faite pour Madame de Montmorency. C’est un morceau achevé dans son genre. Le travail est si beau, l’ouvrier a si bien imité la dentelle que l’on y portait la main pour tâter si ce n’était pas de la dentelle. Même chose pour le reste. Il a imité un petit chien en argent qui est un morceau d’un goût charmant. Le loup est d’une élégance charmante. Nous avons vu de l’argenterie de toutes sortes et en quantité. »[8]. En 1807 fut exposé, dans le même lieu, la grande statue en argent intitulée La Paix, fondue par Cheret fils d’après le modèle donné par Antoine Denis Chaudet[9], aujourd'hui exposée au Musée du Louvre[10].

À partir de 1811, la transformation de la rue se poursuivit quand il fut ordonné au préfet de police — par décret impérial du 18 septembre 1811 portant sur l'organisation du bataillon des sapeurs-pompiers — de réquisitionner deux maisons attenantes au chef-lieu des sapeurs-pompiers, déjà installé près de la préfecture de police de Paris qui occupait alors l'ancien hôtel des premiers Présidents du Parlement, au fond de l’étroite rue de Jérusalem. En 1839, les effectifs du bataillon des sapeurs-pompiers s'élevaient à 636 hommes y compris 16 officiers, divisés en quatre compagnies dont la première était casernée sur le quai des Orfèvres, no 20[11].

Il faudra attendre 1871 pour que la préfecture de police de Paris intègre son nouveau bâtiment. En effet, bien que créée en 1800, cette dernière occupa, jusqu'en 1871, l'ancien hôtel des premiers Présidents du Parlement. Après l'incendie du bâtiment par les communards en 1871, Jules Ferry met à disposition de la police judiciaire les bâtiments du Palais de Justice reconstruits au 36, quai des Orfèvres[12].

En 1904, on expropria les habitants de l'ancien quartier des chanoines, afin d'y édifier les locaux de tribunal de grande instance de Paris dont les plans furent confiés à Albert Tournaire. Les travaux commencés en 1907 furent achevés en 1914[13].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Les maisons d'angle du quai d'Orsay no 42 (à gauche, préservé) et no 40 (droite, disparu) au débouché de la rue de Harlay, avant 1870
  • No 40 (disparu) : La rue de Harlay, tracée en 1607 était jusqu'à la deuxième moitié du XIXe siècle bien plus étroite qu'aujourd'hui. Elle débouchait entre les nos 40 et 42 du quai des Orfèvres. En vertu d'une ordonnance du 26 mai 1840[17]relative au projet d'agrandissement du palais de justice de Paris, la maison qui formait l'angle sud-est du quai (no 40) fut destinée à la destruction, de même que tous les immeubles du côté impair de la rue de Harlay. Or, après expropriation des occupants ces maisons furent attribuées, en attente de leur démolition, à la préfecture de police de Paris dont les services durent, à la même époque, quitter leurs locaux de la cour Harlay. Cette solution, initialement provisoire se prolongea jusqu'à la disparition effective du côté est de la rue de Harlay et du no 40 du quai d'Orsay, vers 1871/1872.
  • No 42 : ancienne demeure, depuis au moins 1792, du marchand-joaillier Frédéric Devoix, qui fut cette même année appelé comme expert auprès du tribunal criminel dans le cadre de l'affaire du vol au Garde-meuble, ensemble avec Alexandre Minier, orfèvre-joaillier demeurant rue Saint-Louis[18] et Georges-Frédéric Bapst (1756-1826), joaillier[19], également installé quai des Orfèvres[20] (voir aussi : Joyaux de la Couronne de France).
  • No 58 : Jean-Charles Cahier (1772-18??), marchand orfèvre et joaillier, auparavant installé rue de Turenne (1802), s'établit par la suite ici, à l'enseigne « À l’Ancre ». Connu pour avoir fourni des croix, croix de procession, calices, encensoirs et autres objets liturgiques, il est qualifié « églisier »[21]. Nommé orfèvre du roi (1816), il prit en 1821/1823 la succession de Martin-Guillaume Biennais (1764-1843), rue Saint-Honoré no 283, mais géra mal ses affaires et fit définitivement faillite en 1830[22], date à laquelle sa présence au no 58 du quai des Orfèvres est encore attestée[23]. Parmi les œuvres sorties de ses ateliers figure le reliquaire dit de la Sainte-Ampoule (1823) conservé à Reims[24].
  • No 68 : une plaque apposée sur la façade perpétue le souvenir de Martin Flinker et de Karl Flinker qui tenaient ici, de 1948 à 1988 leur librairie et maison d'édition.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres riverains[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quai des Orfèvres dans la nomenclature des rues de Paris, mise à disposition par la Mairie de Paris.
  2. a et b L'Almanach Dauphin, 1776
  3. Hurtaut, Dictionnaire historique de la Ville de Paris, Moutard, Paris, 1779, p. 390 (voir en ligne).
  4. Jacques-Maximilien Benjamin Bins de Saint-Victor : Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours, tome 1, p. 453 (voir en ligne)
  5. Jacques-Maximilien Benjamin Bins de Saint-Victor : Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu’à nos jours, tome 1, p. 442 (voir en ligne)
  6. Jean de la Caille, Description de la ville de Paris.
  7. nomenclature des rues de Paris « Quai des Orfèvres », www.v2asp.paris.fr.
  8. Henry Paulin Panon Desbassayns, Christelle de Villèle, Jean Barbier : Petit journal des époques pour servir à ma mémoire : 1784-1786, Musée historique de Villèle, 1991.
  9. Aubin Louis Millin : Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettes et des arts, tome 1, Imprimerie Bibliographique, 1807, p. 167 (Voir en ligne)
  10. Base Mistral (vooir en ligne)
  11. Jules de Gaulle, Nouvelle histoire de Paris et de ses environs, notes et introduction de Ch. Nodier, Pourrat, 1839, consulter en ligne.
  12. « La préfecture de police au cœur de l'île de la Cité », www.prefecture-police-paris.interieur.gouv.fr.
  13. Delhumeau 2011, p. 124.
  14. M. Tompkins Lewis, « La montée de Cézanne à Paris », Cézanne et Paris, catalogue de l'exposition au musée du Luxembourg, Paris, Réunion des musées nationaux, 2011, p. 44-53.
  15. Une photographie du quai des Orfèvres, datée du 25 août 1870, où figure la maison du no 4 —  reconnaissable à l'enseigne du dentiste Sabra — est conservée dans les collections du musée Carnavalet (voir en ligne).
  16. Notice des tableaux, dessins, estampes, livres ... composant le Cabinet de feu M. P. H. Valenciennes, avril 1819 voir en ligne sur le site gallica de la BnF)
  17. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Ordonnance du 26 mai 1840 », p. 167.
  18. Ultérieurement, Minier père et fils seront installés au no 5 de la rue Neuve-des-Petits-Champs (Almanach, 1820).
  19. Ordonnance du directoire du jury d'accusation du 20 octobre 1792 in Alexandre Tuetey : Répertoire général des sources manuscrites de l’Histoire de Paris pendant la Révolution Française, tome 5, Imprimerie Nouvelle, Paris, 1900, p. 91 (Voir en ligne)
  20. Jeanne Driancourt-Girod : L'Insolite histoire des luthériens de Paris de Louis XIII à Napoléon, Albin Michel, 1992
  21. Almanach Azur de 1811
  22. Anne Dion-Tenenbaum : Martin Guillaume Biennais : une carrière exceptionnelle, (lire en ligne)
  23. Almanach de 1830
  24. Base Palissy : [1]
  25. Nicolas Toussaint Le Moyne des Essarts : Les siècles littéraires de la France ou Nouveau dictionnaire de tous les écrivains français, tome 3, Paris, 1800, p. 356 (Voir en ligne)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Herveline Delhumeau, Le Palais de la Cité. Du palais des rois de France au Palais de Justice, éditions Actes Sud, , 136 p. (ISBN 978-2-7427-7207-0).
  • Jacques Hillairet: L'Île de la Cité, Éditions de Minuit, Paris, 1969.