Île Louviers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Île Louviers
Ancien plan de l'île Notre-Dame (actuelle île Saint-Louis) et de l'île Louviers.
Ancien plan de l'île Notre-Dame (actuelle île Saint-Louis) et de l'île Louviers.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Seine
Coordonnées 48° 50′ 56″ N, 2° 21′ 47″ E
Géologie Île fluviale
Administration
Région Île-de-France
Département Paris
Arrondissement 4e
Autres informations
Fuseau horaire UTC+01:00

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Île Louviers
Île Louviers

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Île Louviers
Île Louviers
Ancienne île parisienne

L'île Louviers, appelée aussi île aux Javiaux et île d'Antragues, est une ancienne île fluviale de la Seine à Paris, en France, qui fut rattachée à la berge au XIXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île Louviers était située légèrement en amont de l'île Saint-Louis[1] et possédait une taille comparable à cette dernière, 200 toises de longueur[2]. Elle était séparée de la rive droite par le bras de Grammont, ou petite rivière du Mail[3], et lui était reliée par le pont de Grammont[4] et par une estacade, la passerelle de l'Estacade. Le bras de la Seine fut d'abord élargi vers 1730.

Historique[modifier | modifier le code]

Île Louviers sur le plan de Truschet et Hoyau (c.1550).
Île Louviers sur le plan de Turgot (1734-1739).
Île Louviers sur le plan de Vaugondy (1760.)

Cette île appartenait en 1408 à Nicolas de Louviers, prévôt des marchands de Paris qui lui laissa son nom ; à l'origine, elle était couverte de pâturages[5].

Elle fut longtemps un terrain d'exercice pour les arbalétriers, puis elle se dota un temps, à l'initiative du prévôt des marchands et des échevins, d'un petit fort et d'une espèce de havre pour donner au roi Henri II un spectacle de siège et de combat naval[6]. Il est probable que la seule construction figurée sur le plan de Truschet et Hoyau, vers 1550, représente ce bâtiment royal. Le lundi 2 septembre 1613, sous Louis XII, pour la fête de la Saint-Louis, un petit château rempli de fusées de feux d'artifice fut dressé pour l'occasion sur l'île Louviers. Après une saynète guerrière, il fut mis en feu. Le roi et la reine régente ont pu admirer le spectacle pyrotechnique depuis leur tribune placée sur le quai des Célestins.[7]

L'île fut acquise par la Ville de Paris en 1700 et, en 1806, affermée à des marchands de bois[5], en leur permettant d'y débarquer et d'y entreposer des poutres, poutrelles, poinçons, pannes, chevrons, sabliers et bien d'autres éléments. Le prix de location s'élevait à 40 000 francs par commerçant et par an.[8] On accorde à Turgot la réalisation de l’estacade sur la pointe orientale de l’île, afin de dévier les glaces charriées par la Seine. Une échelle indiquant la profondeur de l'eau de la Seine est citée en 1789 sur cette estacade.[9]

En 1793 (frimaire an II), une manufacture de boutons fantaisie en métal, qui avait été installée sur l'île par l'entrepreneur Gérantel après un séjour de neuf ans à Birmingham et qui possédait une machine à vapeur, a été réquisitionnée pour la fabrication d'armes.[10] En 1798 (germinal an VI) les ouvriers se réunissaient sur l'île pour protester contre le coût élevé de la vie et contre les salaires trop bas.[11]

En 1816, l'île était encore inhabitée et servait d'immense chantier de bois à brûler pour les Parisiens[12]. Deux ponts la reliaient à la rive droite de la Seine : le pont de Grammont et la passerelle de l'Estacade.

En 1817, le docteur Bally, inspiré par les courants pédagogiques de son époque[13], propose la création d'un vaste institut destiné à l'éducation physique[14]. Cependant, après l'expérience de la pension Durdan, il s'est avéré que la pratique de la gymnastique était meilleure si elle se réalisait sur les lieux où les élèves vivaient et étudiaient, et l'idée fut abandonnée[15].

En 1847[16],[5] (ou en 1843 d'après le musée Carnavalet[17], les travaux ayant été ordonnés par Louis-Philippe en 1841[18]), le bras de Grammont qui la séparait de la rive droite, et qu'il était possible de passer à sec pendant l'été[19], fut comblé et réuni au quai Morland, qui devint alors le boulevard Morland[5].

Lors des journées de juin 1848, des campements provisoires furent établis sur son site pour accueillir une partie de l'armée de Paris[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 36e quartier « Arsenal », îlot no 19, F/31/89/17
  2. Soit environ 400 mètres.
  3. La grande ville: nouveau tableau de Paris : comique, critique et philosophique, Volume 1 par Paul de Kock. Ouvrage disponible sur le site Google Livres.
  4. Le pont de Grammont avait été construit vers 1700 aux frais de la ville de Paris.
  5. a, b, c, d et e Théophile Lavallée, Histoire de Paris depuis le temps des Gaulois jusqu'à nos jours, 2e édition, 1857, vol. II, chap. 2, p. 8 (disponible sur Internet Archive).
  6. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, tome 1, p. 43 (édition 1997).
  7. Chroniques de l'éphémère : Le livre de fête dans la collection Jacques Doucet, INHA, (lire en ligne).
  8. Îles de La Seine, Éditions du Pavillon de l'Arsenal, (ISBN 978-2-35487-034-8), p. 33.
  9. A. Goubet, « Les crues historiques de la Seine à Paris », La HouilleBlanche, no 8,‎ , p. 24 (lire en ligne).
  10. Jean-François Belhoste et Denis Woronoff, À Paris sous la Révolution : Nouvelles approches de la ville, (lire en ligne), « Ateliers et manufactures : une réévaluation nécessaire », p. 79-91.
  11. Edmond Soreau, « Les ouvriers en l'an VII », Annales historiques de la Révolution française, no 44,‎ , p. 118.
  12. Nomenclature des rues de Paris, édition de 1816, p. 36 (disponible sur Gallica).
  13. Balli était membre, tout comme Francisco Amorós, de la Société pour l’enseignement élémentaire
  14. M. Bally, « Éducation physique. Coup d’œil sur l’histoire de la gymnastique », Journal d’éducation,‎ , p. 262-263.
  15. Marc Le Cœur, « Couvert, découvert, redécouvert… : L’invention du gymnase scolaire en France (1818-1872) », Histoire de l’éducation, no 102,‎ , p. 109-135 (lire en ligne).
  16. Yvan Combeau, Histoire de Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 34), (ISBN 9782130748380, lire en ligne), p. 58.
  17. Fiche descriptive du tableau d'Antoine Perrot, Vue de l'île Louviers ; effet de neige (1830), Inv. p. 2819.
  18. Déclaration d'utilité publique. Bulletin des Lois du Royaume de France IXe série. Premier semestre de 1841 (disponible sur Gallica).
  19. Jacques-Benjamin Saint-Victor, Tableau historique et pittoresque de Paris : depuis les Gaulois jusqu'à nos jours, volume 1, partie 1 (disponible sur Google Livres).