Boulevard Saint-Germain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

5e, 6e, 7e arrts
Boulevard Saint-Germain
Voir la plaque.
Voir la photo.
Le boulevard Saint-Germain en 2010.
Situation
Arrondissements 5e
6e
7e
Quartiers Saint-Victor
Sorbonne
Monnaie
Odéon
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Thomas-d'Aquin
Invalides
Début Seine au niveau du pont Sully
Fin Seine au niveau du quai d'Orsay
Morphologie
Longueur 3 150 m
Largeur 30 m
Historique
Création 1855
Géocodification
Ville de Paris 8845
DGI 8619
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
boulevard Saint-Germain
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le boulevard Saint-Germain est un boulevard de la rive gauche de Paris, ainsi nommé en l'honneur de l'évêque Germain de Paris (496-576), et en raison de la proximité de l'église Saint-Germain-des-Prés qui lui est dédiée.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Long de 3 150 mètres et large de 30 mètres environ, le boulevard Saint-Germain part de la Seine au coin du quai Saint-Bernard et face à l'île Saint-Louis, dans le 5e arrondissement, longe le fleuve à quelques centaines de mètres au pied de la montagne Sainte-Geneviève, puis traverse le 6e arrondissement et rejoint à nouveau la Seine au niveau du quai d'Orsay, dans le 7e arrondissement. C'est la principale voie du Quartier latin, avec le boulevard Saint-Michel[1] et du faubourg Saint-Germain.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Son nom lui vient du faubourg Saint-Germain que traverse le boulevard.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est l'un des projets conçus personnellement par le baron Haussmann lors des travaux de transformation de Paris sous le Second Empire. Il complétait sur la rive gauche les boulevards de la rive droite et facilitait la desserte est-ouest des quartiers centraux sur la rive gauche. Il ne fut cependant achevé que sous la IIIe République, par l'ouverture de son tronçon central (entre les rues Hautefeuille et des Ciseaux) en 1877[2].

Le percement du boulevard Saint-Germain a entraîné la démolition d'un nombre important d'anciens hôtels du faubourg Saint-Germain. Il a également absorbé plusieurs rues, dont notamment :

On peut constater que plusieurs maisons de ces rues disparues ont été conservées, car elles se trouvaient par hasard dans l'alignement du boulevard. On peut ainsi retrouver le côté impair de la rue de l'École-de-Médecine place Henri-Mondor ; son côté pair entre la rue de Seine et la rue de Buci ; tout le côté impair de la rue Taranne ; et tout le côté pair de la rue Saint-Dominique[3].

En octobre 1896, à l'occasion de leur visite en France, le tsar russe Nicolas II et son épouse Alexandra empruntent le boulevard Saint-Germain, le trajet devant les conduire à l'ambassade de Russie[4].

Le 11 mars 1918, durant la Première Guerre mondiale, les nos 211, 213 bis, 231, 240, 242 et 246 boulevard Saint-Germain sont touchés lors d'un raid effectué par des avions allemands[5].
Le 30 mars 1918, un obus lancé par la Grosse Bertha explose au carrefour Saint-Germain-Buci[6]. Le , un autre obus tombe au no 179.

En décembre 1958, entre 6 000 et 7 000 manifestants étudiants du Quartier latin qui voulaient marcher en direction du palais Bourbon sont stoppés par des gardiens de la paix au carrefour des boulevards Saint-Michel et Saint-Germain. Peu après, l'Assemblée nationale vote à l'unanimité un vœu condamnant des violences policières[7].

Une partie des événements de Mai 1968 se déroula sur le boulevard.

Le boulevard a longtemps abrité des maisons d'édition et des librairies, par exemple des éditions médicales à proximité de la faculté de médecine. Au fil des années, elles ont tendance à être remplacées par des magasins de mode et des restaurants.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • No 71 : en 1864 est construit le théâtre de Cluny, sur une partie du site de l'ancien couvent des Mathurins qui vient d'être démoli. Jusqu'à la fin du siècle, il est célèbre pour les opérettes et les pièces de boulevard qui y sont jouées. En 1933, il est transformé en cinéma[Note 1] , renommé Cluny-Palace, conservant sa façade d'origine et sa salle de 900 places dotée d'un balcon. En 1948, François Truffaut y organise des séances de son « Cercle Cinémane ». Durant l'été 1972, la salle est scindée en deux sur la hauteur, chacune proposant 350 places. Le cinéma ferme une première fois en 1985, est repris par une nouvelle équipe qui le rouvre l'année suivante en orientant la programmation vers les films d'art et essai mais le Cluny-Palace finit par définitivement fermer en 1989[13]. En 1991, la Fnac y installe une librairie internationale, proposant des ouvrages dans des langues principalement européennes, ainsi qu'en arabe et dans certaines langues asiatiques. Sur trois niveaux, l'immeuble fait alors 1000 m² de surface[14]. Si l'enseigne « Librairie internationale » a été conservée sur la façade, lui succèdent un magasin de micro-informatique puis, jusqu'à nos jours, un centre de salles de sports[15],[12].
  • No 74 : immeuble où demeura et se pendit le docteur Simon Noël Dupré (1814-1885), professeur d'anatomie et de chirurgie, poète, chansonnier et homme politique français[réf. nécessaire].
  • No 79 : librairie Hachette, fondée en 1826 par Louis Hachette, remplacée par une banque depuis 1994. Sur le mur même de la librairie, on pouvait lire une plaque rappelant l'emplacement de l'hôtel d'Aligre où Charles Baudelaire est né en 1821[16] ; le trophée de la première Coupe de France de football y fut exposé pendant plusieurs semaines aux yeux du public, avant la finale jouée le 5 mai 1918[17].
  • No 87 : Édouard Branly (1844-1940), physicien et médecin français, pionnier de la radio, habita cet immeuble où il mourut le [réf. nécessaire].
  • No 90 : l'architecte Charles Garnier y est mort ; une plaque lui rend hommage.
  • No 99 : cinéma UGC Danton.
  • No 104 : le médecin Arnold Netter y a vécu ; une plaque lui rend hommage.
  • No 108 : le Journal des économistes y tint son siège au XIXe siècle et au XXe siècle.
  • No 112 : appartement de Pierre-Charles Pathé, et siège du Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés[18]
  • No 113 : cinéma Mk2 Odéon (côté St Germain).
  • No 117, à l'angle de la rue Grégoire-de-Tours : immeuble construit en 1877-1879 par Charles Garnier pour le Cercle de la librairie, association professionnelle des métiers du livre. Le bâtiment sur la rue Grégoire-de-Tours a été prolongé à la fin du XIXe siècle. Il abrite aujourd'hui l'école de journalisme et l'école urbaine de l'Institut d'études politiques de Paris.
  • No 120 : plaque de la Ville de Paris en hommage au docteur Pierre Simon[19].
  • No 123 : la Librairie polonaise de Paris.
  • No 124 : cinéma UGC Odéon.
  • No 126 : l'écrivain Gilbert Cesbron y vit de 1946 à 1979 ; une plaque lui rend hommage.
  • Entre les nos 133-135 : une plaque rappelle les massacres de Septembre 1792.
  • No 136 : l'anarchiste Ravachol fit en partie sauter cette maison le 11 mars 1892. Dans les années 1930, l'immeuble est acheté par un couple de commerçants juifs venus de Roumanie, dont hérite ensuite leur fille Yolande. Emprisonnée dix ans en Roumanie pour des raisons politiques, celle-ci revient ensuite à Paris, s’installe au sixième étage du bâtiment, loue le reste des appartements et gère au rez-de-chaussée une boutique de vêtements pour hommes avec son mari. Il meurt de la maladie de Parkinson dans les années 1990. Sans enfant, elle consacre alors son héritage à lutter contre cette maladie avec la fondation de France, créant à cet effet la fondation Schutzman-Zisman, du nom de ses parents, désormais inscrit sur une plaque au-dessus de la porte de l'immeuble[20].
  • No 142 : le restaurant Vagenende, ancien bouillon datant de 1905. Vagenende était le nom du propriétaire en 1920.
  • No 143 : l’hôtel Madison. André Malraux y a passé l’hiver 1937[réf. nécessaire].
  • No 145 : Monument à Diderot par Jean Gautherin (1886)[21], rappelant le lieu où il habitait, alors rue Taranne ; galerie Steph Simon dans les années 1950.
  • No 145 : brasserie Lipp. Le leader de l'opposition marocaine Mehdi Ben Barka fut enlevé devant en 1965 ; une plaque lui rend hommage.
  • No 149 : à l'angle de la rue de Rennes, ancien drugstore Publicis, ouvert en 1965, le deuxième lancé par le groupe en France (le premier étant situé 133 avenue des Champs-Élysées). Bar, restaurant, magasin (tabac, parfumerie, pharmacie, kiosque, etc.), ouvert à des horaires très tardifs pour l'époque et ciblant la jeunesse, il reprend un concept observé par le dirigeant de Publicis Marcel Bleustein-Blanchet aux États-Unis. Slavik est une nouvelle fois chargé de la décoration. En 1974, un attentat terroriste commis par Carlos y fait deux morts et 34 blessés. Le chanteur Serge Gainsbourg était un habitué. Jusqu'au milieu des années 1980, il accueillait entre 2000 et 3000 visiteurs par jour. En 1995, trop exigu au goût du public, la fermeture du drugstore est annoncée, laissant place deux ans plus tard à une boutique Armani[22].
  • No 153 : l'historien et homme politique polonais Joachim Lelewel y a vécu en 1832 ; une plaque lui rend hommage.
  • No 166 : La Rhumerie, bar fréquenté notamment par Antonin Artaud[réf. nécessaire].
  • No 167 : le résistant François Faure y a vécu ; une plaque lui rend hommage.
  • Face au no 168 sur l'actuel boulevard, immédiatement à l'ouest de l’actuel passage de la Petite-Boucherie) : emplacement de la prison de l'Abbaye (démolie)[23].
  • No 168 bis : le square Félix-Desruelles résulte de la démolition des maisons qui enserraient l'église Saint-Germain-des-Prés jusqu'au milieu du XIXe siècle. Il abrite le Monument à Bernard Palissy par Louis-Ernest Barrias (1883)[24] et, contre le mur de l'immeuble voisin, une façade en grès émaillé conçue par l'architecte Charles-Auguste Risler et le sculpteur Jules Coutan pour illustrer l'utilisation des produits de la manufacture nationale de Sèvres lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À noter qu'à la même époque existent, sans qu'il faille les confondre, un théâtre Cluny 91 boulevard Saint-Germain et un cinéma Cluny, rue des Écoles[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Belleret, Le Monde, 25 février 2005.
  2. Pitt 2014, p. 66.
  3. Léonard Pitt, Paris, un voyage dans le temps, Parigramme, 2008, 221 p. (ISBN 978-2-84096-454-4), p. 108, 115, 131 et 134-135.
  4. « Le Pays : journal des volontés de la France », sur Gallica, (consulté le ), pages 1-2.
  5. Exelsior du 8 janvier 1919 : Carte et liste officielles des bombes d'avions et de zeppelins lancées sur Paris et la banlieue et numérotées suivant leur ordre et leur date de chute
  6. Excelsior du 9 janvier 1919 : Carte et liste officielles des obus lancés par le canon monstre et numérotés suivant leur ordre et leur date de chute
  7. Emmanuel Blanchard, « Quand les forces de l'ordre défient le palais Bourbon (13 mars 1958). Les policiers manifestants, l'arène parlementaire et la transition de régime », Genèses, 2011/2 (no 83), p. 55-73.
  8. Le Monde Illustré, 26 février 1870.
  9. Vincent Guiroud, « Leonor Fini et André Pieyre de Mandiargues : un roman inachevé », Non-Fiction, 22 mars 2011
  10. Voeu relatif à l’apposition d’une plaque commémorativeen l’honneur de Georgette ELGEY
  11. Archives départementales de la Seine-Maritime, registre matricule 1R3472.
  12. a et b Encyclopédie multimédia de la comédie musicale théâtre en France, « Les Théâtres parisiens - Cluny », sur biusante.parisdescartes.fr (consulté le ).
  13. « Cluny-Palace (Paris 5e) », sur sallesdecinemas.blogspot.com, (consulté le ).
  14. « Au centre du Quartier latin La FNAC inaugure une librairie internationale à Paris », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  15. « Health City - Paris 5e », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  16. Paris, Guide bleu Hachette, 1988, p. 413 (ISBN 201011485X).
  17. « Coupe de France de football association », Lectures pour tous,‎ , p. 1220 (lire en ligne).
  18. Siramy, Pierre., 25 ans dans les services secrets, Flammarion, (ISBN 978-2-08-123261-7 et 2-08-123261-8, OCLC 587016058, lire en ligne)
  19. « Conseil de Paris »
  20. Nathalie Birchem, « La postérité de l’immeuble de Yolande », la-croix.com, 7 novembre 2017.
  21. « Monument à Diderot – Paris », notice sur e-monumen.net.
  22. Nadya Charvet, « Saint-Germain sonne le glas du drugstore. Le complexe, vieux de trente ans, a été vendu au couturier italien Armani », sur Libération, (consulté le ).
  23. « Indication sur l'emplacement de la prison de l'Abbaye », www.tombes-sepultures.com.
  24. « Monument à Bernard Palissy, Paris (75006) », notice sur e-monumen.net.
  25. Karl Baedeker, Paris et ses environs : manuel du voyageur, Baedeker, 1900 p. 15-18.
  26. « Hôtel de la société », socgeo.com.
  27. Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale: De la peste d'Orient à l'OMS, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-7535-2091-2 et 978-2-7535-6904-1, DOI 10.4000/books.pur.117311, lire en ligne)
  28. Norman Howard-Jones, « Les bases scientifiques des conférences sanitaires internationales, 1851-1938 », Chronique OMS, vol. 28,‎ (lire en ligne)
  29. Norman Howard-Jones, La santé publique internationale entre les deux guerres. Les problèmes d'organisation, Genève, Organisation mondiale de la santé, coll. « Histoire de la santé publique internationale » (no 3), , 96 p. (ISBN 92 4 256058 8), p. 35
  30. Office international d'Hygiène publique, Vingt-cinq ans d'activité de l'Office international d'Hygiène publique (1909-1933), Paris, Office international d'Hygiène publique, , 132 p. (lire en ligne)
  31. Plaque commémorative.
  32. Jacques-François Blondel, Architecture française, Paris, Jombert, 1752, tome Ier : Description des principaux édifices du Faubourg St. Germain et catalogue de l'exposition « Le Faubourg Saint-Germain », musée Rodin, 1984, article de Bruno Pons, p. 68-72.
  33. « 215, boulevard Saint-Germain », www.cdi.fr.
  34. Favier, Pierre, 1946-, La décennie Mitterrand. 4, Les déchirements (1991-1995), Ed. du Seuil, (ISBN 2-02-029374-9, 978-2-02-029374-7 et 2-02-014427-1, OCLC 41340549, lire en ligne)
  35. Yves Coirault, dans Saint-Simon, Mémoires, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1985, t. V, p. 681, note 12.
  36. Monument à Claude Chappe – Paris (75007) (fondu)
  37. 1869 – Le Boulevard Raspail
  38. Matthieu Deprieck, « Fillon a 48 heures pour être la surprise de la primaire de droite », lesinrocks.com, 17 novembre 2016.
  39. « Conseil de Paris »
  40. Cf. notice de la BnF [1] et Maurice Culot, William Pesson, Histoire d'une ambassade, Bruxelles, AAm éditions, 2008. Dans cet ouvrage, les auteurs supposent que l'immeuble soit d'Henri Parent.
  41. « Représentation en France », ec.europa.eu ; « Bureau d'information en France », ec.europa.eu.
  42. « Plaque à la mémoire de Robert Bottine », sur http://museedelaresistanceenligne.org/ (consulté le ).
  43. « Plaque en hommage au résistant Marcel Martin », sur http://museedelaresistanceenligne.org/ (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :