1977

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page concerne l'année 1977 (MCMLXXVII en chiffres romains) du calendrier grégorien.

1977 est une année commune commençant un samedi.

Événements[modifier | modifier le code]

78 mai : le G7 à Londres

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 18 janvier : violentes émeutes en Egypte pour protester contre l’augmentation du prix des denrées alimentaires (+ 50 % pour le pain, + 67 % pour la farine) décidée par le président égyptien Anouar el-Sadate. Les émeutiers s’en prennent aux bâtiments administratifs, aux postes de police ainsi qu'a certains symboles du pouvoir égyptien dans plusieurs villes égyptiennes. Le gouvernement mobilise alors l’armée qui se déploie massivement dans les rues et tire sur la foule. 160 personnes sont tuées et 600 blessés. On compte plusieurs milliers d’arrestations à travers le pays.
  • 31 janvier : libération de Françoise Claustre détenue deux ans dans le Tibesti (Tchad).
  • 5 février : création du Parti de la Révolution en Tanzanie (Chama cha Mapinduzi).
  • 11 février : prise de pouvoir par le colonel Mengistu en Éthiopie.
  • 11 - 12 février : visite officielle de Valéry Giscard d'Estaing au Mali.
  • 2 mars : publication en Libye de la Déclaration sur l'avènement du Pouvoir du Peuple, par laquelle le Colonel Kadhafi fait officiellement du pays une Jamahiriya, soit un « État des masses », théoriquement gouverné via un système de démocratie directe.
  • 8 mars - 10 avril : première « guerre du Shaba » au Zaïre : lutte contre les rebelles (FNLC) de la province du Shaba (Katanga) avec l’aide marocaine et française. La mauvaise gestion et la corruption entraine une inflation vertigineuse. Le FMI et la banque mondiale imposent un assouplissement du régime politique.
  • 18 mars : comité militaire au pouvoir en République populaire du Congo après l’assassinat du président Marien Ngouabi. Le Congo-Brazzaville évolue de plus en plus vers l’Union soviétique.
  • avril : invasion du Shaba (ancien katanga) par des rebelles partis d'Angola[1].
  • 5 avril : Joachim Yhombi-Opango devient le président de la République populaire du Congo (fin en 1979).
  • 10 juin : au Mali, la Cour de sûreté de l'État condamne à mort 7 sous-officiers et soldats et 5 nomades accusés d’« avoir tenté un coup d’État en 1976 ». Agitation estudiantine.
  • 27 juin : indépendance de Djibouti.
  • 23 juillet : début de la guerre de l'Ogaden. La Somalie appuie la revendication des nomades pasteurs somaliens de l’Ogaden qui refusent le tracé arbitraire de la frontière héritée du colonialisme italien et anglais. Elle envoie des troupes. L’Union soviétique ayant décidé de défendre son nouvel allié éthiopien, la Somalie expulse les 6 000 experts soviétiques qui séjournent sur son territoire et récupère la base de Berbera qu’elle concède aux États-Unis. Moscou compense cette perte en étendant son influence en Éthiopie ; grâce à son aide militaire et aux soldats cubains, Addis-Abeba a l’avantage dans la guerre d’Ogaden (1977-1978, 1980). La Somalie, battue par l’Éthiopie, sombre dans la guerre civile.
  • 26 août : la République populaire du Bénin adopte sa nouvelle constitution.
  • 12 septembre : mort du militant anti-apartheid Steve Biko
  • 13 novembre : rupture des relations diplomatiques de la Somalie avec Cuba et l'Union soviétique.
  • 4 décembre : à Bangui, sacre de l’empereur de Centrafrique, Bokassa Ier qui a érigé la peur en système de gouvernement depuis 1966. Cette cérémonie fastueuse a coûté au pays environ 20 millions de dollars et plus de cinq mille invités y ont participé, mais aucun chef d'État. La France était représentée par son ministre de la coopération. Revêtu de sa grande tenue de maréchal, copie de celle que portait le Maréchal Ney lors du sacre de Napoléon Ier, le nouvel empereur auto-proclamé, qui s'était accordé le titre de président à vie en 1972, atteint ce jour-là le sommet de son délire mégalomane.
  • 5 décembre : indépendance du bantoustan du Bophuthatswana, non reconnue par la communauté internationale.

Amérique[modifier | modifier le code]

  • Avril : dans un discours à l’OEA, Jimmy Carter annonce la signature par les États-Unis de la convention américaine sur les droits de l’homme et du traité de Tlatelolco interdisant le stationnement d’armes nucléaires en Amérique latine.
  • Juillet : plan Tupac Amaru du dictateur Morales au Pérou, destiné à renforcer une « démocratie sociale pleinement participative ». Il signifie un retour en arrière dans le sens de l’austérité économique et des conditions favorables aux investissements étrangers. Morales se heurte à une agitation sociale croissante provoquée par une baisse du niveau de vie des Péruviens. La répression employée ne fait que nourrir le mécontentement. Le 19 juillet, alors qu’une grève générale paralyse le pays, Morales fait arrêter plus de 700 dirigeants syndicaux. Soumis à la pression de la rue et des organisations financières internationales, devant faire face à des divisions au sein de l’armée, pressé par le président Carter, le dictateur annonce le 28 juillet 1977 son intention d’engager une transition vers la démocratie.
  • 7 septembre : accords Carter-Torrijos, qui abolissent le traité inégal de 1903 entre les États-Unis et Panama et prévoient un transfert progressif des responsabilités du canal de Panama jusqu’à la fin 1999. les États-Unis obtiennent le droit unilatéral de défendre la voie d’eau. Le Sénat des États-Unis fait rajouter, lors du vote de ratification (), une clause précisant que si les Américains renoncent au droit d’intervention dans les affaires intérieures de Panama, ils se réservent le droit de rouvrir le canal, au besoin par la force, au cas où il serait fermé par suite de troubles. Les accords sont accueillis triomphalement à Panama et dans toute l’Amérique latine.
  • 25 novembre : « Loi de défense et garantie de l’ordre public »[2] au Salvador (1977-1979) qui permet au gouvernement de mener une campagne de répression contre toute contestation et contre l’Église, ce qui affecte ses relations avec les États-Unis.
  • 8 décembre : enlèvement d'Alice Domon à Buenos Aires avec 11 autres membres du Mouvement des mères de la place de Mai. Léonie Duquet est enlevée deux jours plus tard.
  • Décembre, Bolivie : des femmes de mineurs emprisonnés commencent une grève de la faim pour réclamer la libération des prisonniers politiques. Le mouvement prend rapidement de l’ampleur, remettant en question le contrôle du régime sur le mouvement syndical.
  • Le président du Mexique José López Portillo resserre les liens avec les États-Unis et rétablit des relations diplomatiques avec l’Espagne.
  • Plan Chacarillos au Chili : un projet de Constitution est rédigé pour répondre aux pressions internationales (Carter) et à celle de l’Église catholique. Il prévoit un processus d’institutionnalisation sur la période 1978-1985 avec pour objectif le transfert du pouvoir au civil dans le cadre d’une démocratie contrôlée par les militaires. Ce plan ne sera jamais adopté.
  • En Argentine, une estimation fait état de 6000 exécutions et de 15 000 prisonniers politiques incarcérés.
  • Réévaluation de 85 % en Argentine entre 1977 et 1981, provoquant un fort déséquilibre des balances commerciales compensé par l’emprunt.

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

Zulfikar Alî Bhutto, Premier ministre du Pakistan, renversé en 1977.
  • 12 novembre : le gouvernement thaïlandais de Tanin Kraivixien est renversé par l’amiral Sangad Chaloryu et son groupe. Sangad instaure un nouveau cabinet dirigé par le général Kriangsak Chomanan pour essayer de panser les divisions de la société thaïlandaise et améliorer les relations avec les régimes communistes des pays voisins.
  • 31 décembre : rupture des relations diplomatiques entre le Viêt Nam et le Cambodge.
    • Le Viêt Nam lance une offensive massive contre la résistance anticommuniste des Hmongs du Laos. Plus de 30 000 soldats vietnamiens appuyés par l'aviation attaquent la région montagneuse entre Luang Prabang et Vientiane en utilisant du napalm et de la pluie jaune, un agent chimique très mortel. Bilan : 40 000 civils vont être massacrés et plusieurs dizaines de milliers de réfugiés s'enfuient vers la Thaïlande.
    • Les Khmers rouges, qui rêvent de conquérir la Cochinchine perdue au XVIIe siècle, lancent des incursions contre le Viêt Nam et s’en prennent aux Vietnamiens résidant au Cambodge.
  • À Taïwan, les trois zones franches accueillent 267 usines et emploient 71 000 personnes, parmi leurs activités : production de téléviseurs, d'objets en plastique, de confection et de bonnèterie. La seule obligation de ces entreprises est celle d'exporter la totalité de la production.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 18 janvier[6] : émeutes du pain en Égypte. Le FMI fait pression sur l’Égypte pour qu’elle réduise ses subventions sur les produits de base. Il s’ensuit des manifestations populaires qui font 160 morts.
  • Février : Jimmy Carter relance les pourparlers de paix. Israël refuse tout entretient avec l’OLP.
  • 16 mars :
    • Jimmy Carter répond à Israël que la question palestinienne doit être résolue et que les réfugiés doivent avoir une terre (homeland). Au Caire, le XIIIe CNP examine la question de la participation de l’OLP à la conférence de Genève. Le refus de la résolution 242 est rappelé. Toutefois l’OLP affirme son intention d’être à Genève et laisse entendre qu’elle pourrait envisager la création d’un État palestinien dans les territoires occupés, signifiant l’acceptation d’une coexistence possible avec Israël.
    • Liban : assassinat de Kamal Joumblatt. Son fils Walid le remplace à la tête de la communauté druze. Le Mouvement national se désagrège au profit de l’OLP, seule organisation capable de mettre sur pied une administration semblable à celle du secteur chrétien. Israël soutient les milices chrétiennes au Liban Sud et établit une ligne rouge (le fleuve Litani) que les Syriens ne doivent pas franchir.
  • 17 mai : Menahem Begin arrive au pouvoir en Israël. Il accepte le principe de la conférence de Genève mais refuse la participation des Palestiniens. Le Likoud au pouvoir n’entend céder aucune conquête aux Palestiniens en vue de réaliser un « Grand Israël ».
  • 14 août : extension de la législation israélienne à la Cisjordanie et à la bande de Gaza.
  • 1er octobre : un communiqué américano-soviétique appelle à la tenue de la conférence de Genève, au retrait des forces israéliennes des territoires occupés en 1967, au respect des droits légitime des Palestiniens. Carter doit reconnaître un droit de veto à Israël sur la participation des Palestiniens à la conférence.
  • 9 novembre : Anouar el-Sadate déclare devant l’assemblée nationale égyptienne qu’il est prêt à se rendre en Israël pour négocier la paix.
  • 19 novembre : visite historique de Anouar el-Sadate en Israël, à Jérusalem, il prononce un discours à la Knesset. Il y réaffirme son désir de paix et le droit des Palestiniens. Cette visite reconnaît de facto l’État d’Israël, ce qui entraîne l’hostilité des autres pays arabes.
  • 2 décembre : au sommet arabe de Tripoli, le front du refus palestinien et l’Irak s’opposent à la Syrie et à l’OLP qui souhaitent un règlement négocié avec Israël. Les participants gèlent leurs relations avec l’Égypte, qui obtient le soutien de Jimmy Carter.
    • Israël fait connaître ses propositions : évacuation du Sinaï, maintient des colons sous la protection de l’ONU et d’Israël, report de toute discussion sur les territoires occupés. Le 25 décembre, une rencontre entre Sadate et Begin aboutit à une impasse

Europe[modifier | modifier le code]

  • Le Pays basque espagnol est doté d’un conseil général.
  • Espagne : programme de rigueur et de déflation, dévaluation, limitation des dépenses de l’État (-10 %), augmentation des salaires.
  • La part du Royaume-Uni dans la production industrielle mondiale tombe à 9 % (20,5 % en 1955). Les dépenses publiques atteignent 48,5 % du PNB (157 milliards de %).
  • Plan d’alphabétisation des adultes au Portugal.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Naissances en 1977[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Naissances en 1977.

Décès en 1977[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décès en 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Atlas historique de l'apparition de l'homme sur la terre à l'ère atomique page: 569
  2. Ley De Defensa Y Garantia Del Orden Publico
  3. Afghanistan Legal Documents Exchange Center - Constitutions of Afghanistan
  4. Katta G Murty, Case Studies in Operations Research : Applications of Optimal Decision Making, Springer, (ISBN 9781493910076, présentation en ligne)
  5. Thomas Taylor MacKie, Richard Rose, International Almanac of Electoral History, Springer, (ISBN 9781349063215, présentation en ligne).
  6. books.google.com
  7. Key economic events - 1955-1979
  8. http://www.senado.gob.mx/internacionales/assets/docs/relaciones_parlamentarias/europa/reuniones/espana3.pdf
  9. Site internet du Parlement wallon - Historique
  10. Thomas Taylor MacKie, Richard Rose, International Almanac of Electoral History, Springer, (ISBN 9781349063215, présentation en ligne).
  11. Texto íntegro de los Pactos de la Moncloa

Liens externes[modifier | modifier le code]