1485

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'année 1485 est une année commune qui commence un samedi.

Asie[modifier | modifier le code]

Exploration et colonisation européennes[modifier | modifier le code]

Progression de l'exploration maritime portugaise en Afrique[modifier | modifier le code]

Depuis 1420 (Henri le Navigateur), les Portugais explorent le littoral de l’Afrique. Dans les années 1470, ils naviguent au sud de l'Équateur (découverte de l'île de Sao Tomé (latitude 0° 14' Nord) en 1470).

Christophe Colomb à la recherche d'un mécène[modifier | modifier le code]

Installé au Portugal depuis 1476, le navigateur et négociant génois Christophe Colomb a élaboré un projet d'atteindre les Indes (l'Asie) en naviguant vers l'Ouest, à travers l'océan Atlantique[11]. Ce projet a été rejeté par le roi de Portugal (Jean II) en 1484.

Europe[modifier | modifier le code]

Evénements non politiques[modifier | modifier le code]

France (règne de Charles VIII, régence d'Anne de Beaujeu) : la « Guerre folle »[modifier | modifier le code]

Fils de Louis XI (mort en 1483), Charles VIII (1470-1498) règne sous l'égide de sa sœur, Anne de France (ou « Anne de Beaujeu »), officiellement régente à la mort de Louis XI, et de son époux, Pierre II de Bourbon, sire de Beaujeu. Le début du règne est marqué par la Guerre folle, rébellion de grands féodaux, dont des princes du sang des maisons d'Orléans et d'Orléans-Angoulême, notamment l'héritier présomptif, Louis II d'Orléans (futur Louis XII), soutenus par le duc de Bretagne François II.

Divers[modifier | modifier le code]

La rébellion de l'héritier présomptif, Louis II d'Orléans[modifier | modifier le code]

La question du duché de Bretagne (règne de François II)[modifier | modifier le code]

François II est duc de Bretagne depuis 1458. Son principal conseiller est Pierre Landais, quasi régent du duché depuis 1481, mais en butte à l'opposition d'une partie de la noblesse bretonne. Le duc et son gouvernement résident dans le château de Nantes.

État bourguignon (règne de Philippe le Beau, régence de Maximilien d'Autriche)[modifier | modifier le code]

L'État bourguignon, réduit par le traité d'Arras (1482) aux Pays-Bas bourguignons, est gouverné par Maximilien d'Autriche, fils de l'empereur Frédéric III, veuf de la duchesse Marie de Bourgogne (fille de Charles le Téméraire), au nom de leur fils le duc Philippe le Beau, premier duc de Bourgogne (en titre[23]) de la maison de Habsbourg. Durant sa régence (1482-1494), Maximilien est confronté à plusieurs rébellions de ses sujets des Pays-Bas, notamment les habitants des villes du comté de Flandre, qui s'opposent à sa politique belliciste en France après la mort de Louis XI (1483) et aux impôts qui en résultent. Maximilien apporte en effet son soutien aux rébellions des princes féodaux français, qui marquent le début du règne de Charles VIII.

Péninsule italienne (pontificat d'Innocent VIII)[modifier | modifier le code]

Royaume de Naples (règne de Ferdinand Ier)[modifier | modifier le code]

Le royaume de Naples (officiellement : « royaume de Sicile péninsulaire ») a pour roi Ferdinand Ier (1423-1494) un parent du roi d'Aragon Ferdinand II, qui est à cette date roi de Sicile (insulaire), les liens entre l'Aragon et les Siciles étant assez anciens (Ferdinand de Naples est à l'origine « Ferrante d'Aragon »)

Castille et Aragon (règnes d'Isabelle Ire de Castille et de Ferdinand II d'Aragon)[modifier | modifier le code]

Isabelle de Castille et Ferdinand II d’Aragon, mariés depuis 1469, règnent véritablement depuis 1479 (après la guerre de Succession de Castille). Ils recevront du pape (1496) la dénomination honrifique de « Rois catholiques », couramment utilisée pour les désigner.

La guerre de Grenade (1482-1492)[modifier | modifier le code]

Depuis 1482, ils mènent la guerre contre le royaume de Grenade, dernier État musulman (depuis 1238) dans la péninsule Ibérique.

15 septembre : Le martyre de Saint Pedro de Arbués, eau-forte de Franceso Cecchini

Les problèmes religieux et l'Inquisition[modifier | modifier le code]

En 1478, ils ont instauré un tribunal d'inquisition particulier à la Castille et à l'Aragon, dépendant de la couronne et non pas des évêques, le tribunal du Saint-Office, présidé depuis 1483 par le Grand inquisiteur Tomás de Torquemada. Ce tribunal est chargé notamment de surveiller l'orthodoxie religieuse des juifs convertis (conversos).

Navarre (règne de Catherine de Navarre et de Jean d'Albret)[modifier | modifier le code]

Le royaume de Navarre (capitale : Pampelune) s'étend de Tudela (sur l'Èbre) à Saint-Palais (sur la Bidouze) au nord du col de Roncevaux. Catherine de Foix hérite du royaume en 1483 et épouse en 1484 Jean II d'Albret, qui devient Jean III de Navarre.

  • Septembre-octobre : voir la partie « Castille et Aragon » sur l'affaire des conversos de Saragosse.

Angleterre (règne de Richard III, puis de Henri VII) : fin de la guerre des Deux-Roses[modifier | modifier le code]

La guerre des Deux-Roses, commencée en 1455, opposait la maison d'York à la maison de Lancastre, puis à la maison des Tudor.

22 août : Henri Tudor est couronné deux mois après la bataille de Bosworth. Par la suite, il doit lutter contre les grands seigneurs pour asseoir son autorité : il utilise les actes d'« attainder » pour déposséder les nobles rebelles et crée un tribunal d'exception, la Chambre étoilée, pour juger sans recours ceux qui complotent contre la paix publique (1487). Il utilise des « bons de bonne conduite », que les aristocrates doivent payer très cher, et interdit les milices privées (féodales). Il contrôle aussi étroitement les shérifs et les juges de paix dans les comtés, celui des assemblées municipales dans les villes.

Saint-Empire et États des Habsbourg (règne de Frédéric III)[modifier | modifier le code]

Le Saint-Empire romain germanique regroupe plusieurs centaines d'entités féodales, dont plusieurs dizaines sont des États souverains. L'empereur (généralement issu de la maison de Habsbourg) a, en tant que tel, un pouvoir limité. Mais Frédéric III (1452-1493), détient en tant que chef de la maison de Habsbourg plusieurs fiefs importants, notamment en Autriche, Autriche antérieure et Alsace.

Hongrie (règne de Matthias Corvin)[modifier | modifier le code]

Matthias Corvin est devenu roi de Hongrie (Matthias Ier le Juste) en 1458. Il a construit un empire personnel en devenant roi de Bohême (1469) et en combattant les Ottomans et les Habsbourg. Il a un seul fils, illégitime, Jean, né en 1473. Matthias l'a légitimé en 1479 en vue de lui succéder et l'a doté de grands honneurs[36]

  • juin : conquête et annexion de territoires appartenant à la maison de Habsbourg (voir la partie Saint-Empire).

Pologne-Lituanie (Casimir IV), Moscovie (Ivan III)[modifier | modifier le code]

Le royaume de Pologne (Cracovie) et le grand-duché de Lituanie (Vilnius) ont souvent le même monarque, issu de la famille lituanienne des Jagellon. Casimir IV (1427-1492) est roi de Pologne depuis 1447 et grand-duc depuis 1440. À l'est de la Lituanie, la grande-principauté de Moscou étend peu à peu son emprise sur les territoires russes. Ivan III (1440-1505) est prince de Moscou depuis 1462.

Naissances et décès de 1485[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Shai Har-El, Struggle for Domination in the Middle East : The Ottoman-Mamluk War, 1485-91, BRILL, , 238 p. (ISBN 978-90-04-10180-7, lire en ligne)
  2. Benjamin Lellouch, Les Ottomans en Égypte : historiens et conquérants au XVIe siècle, Paris/Louvain/Dudley, Peeters Publishers, , 423 p. (ISBN 978-90-429-1770-5, lire en ligne)
  3. Sree Rama Sarma, Saluva Dynasty of Vijayanagar, Prabhakar Publications, (lire en ligne)
  4. Fernão Nunes et Domingos Paes (trad. du portugais), Chroniques des rois de Bisnaca, Paris, L'Harmattan, , 234 p. (ISBN 978-2-296-05726-5, lire en ligne)
  5. Eiko Ikegami, The Taming of the Samurai : Honorific Individualism and the Making of Modern Japan, Harvard University Press, , 428 p. (ISBN 978-0-674-86808-3, lire en ligne)
  6. Pierre François Souyri, Le Monde à l'envers : la dynamique de la société médiévale, Maisonneuve & Larose, (ISBN 978-2-7068-1297-2, lire en ligne)
  7. Izequiel Batista de Sousa, Sao Tomé et Principe de 1485 à 1755, une société coloniale, Paris, L'Harmattan, , 374 p. (ISBN 978-2-296-06022-7, lire en ligne)
  8. Vitorino Magalhães Godinho, L'Économie de l'empire portugais aux XVe et XVIe siècles, Paris, SEVPEN, (lire en ligne)
  9. Jean Aubin, Les Frustrations de Duarte Pacheco Pereira, Coimbra, Bibliothèque universitaire, (lire en ligne)
  10. Jean-Marie Nkouka-Menga, Chronique politique congolaise : du Mani-Kongo à la guerre civile, Paris, L'Harmattan, , 381 p. (ISBN 978-2-7384-5226-9, lire en ligne)
  11. María Lourdes Díaz-Trechuelo, Cristóbal Colón, Ediciones Palabra, , 237 p. (ISBN 978-84-9840-020-5, lire en ligne)
  12. Edouard Charton, Voyageurs anciens et modernes, Aux bureaux du Magasin pittoresque, (lire en ligne)
  13. Carte du trajet des éclipses entre 1481 et 1500 sur eclipse.gsfc.nasa.gov.
  14. Revue des deux mondes, Volume 5, Au Bureau de la Revue des deux mondes, (lire en ligne)
  15. Albert Montémont, Œuvres de Walter Scott, Ménard, (lire en ligne)
  16. a b c d e et f Jean-Charles-Léonard Simonde Sismondi, Histoire des Français, Volume 9, Wouters frères, (lire en ligne)
  17. Louis Nicolas Henri Chérin, Abrégé chronologique d'édits, Royez, (lire en ligne)
  18. a et b Henri Martin, Histoire de France, Volume 7, Furne, (lire en ligne)
  19. Georges Bordonove, Louis XII : le père du peuple, Pygmalion, , 318 p. (ISBN 978-2-85704-664-6, lire en ligne)
  20. a et b Claude Joseph de Cherrier, Histoire de Charles VIII, roi de France, Volume 1, Didier et cie, (lire en ligne)
  21. Philippe de Commynes, Joël Blanchard, Mémoires : Introduction, édition des livres I à VIII, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-01122-8, lire en ligne)
  22. Jean Baptiste F. Delaporte, Recherches sur la Bretagne, Rennes, Vatard, (lire en ligne)
  23. Le duché de Bourgogne a été repris par Louis XI en 1482. Le titre est cependant utilisé par le souverain de l'État bourguignon, désormais de la maison de Habsbourg.
  24. La Belgique militaire, Volumes 5 à 6, Bruxelles, Bureau de la Revue Militaire et de la Marine, (lire en ligne)
  25. Walter Prevenier, « Réalité et Histoire : le quatrième membre de Flandre », Revue du Nord, 1961, p. 5-14.
  26. Frédéric Schoell et Franz Xaver Zach, Cours d'histoire des états européens, Volume 13, de l'imprimerie royale et chez Duncker et Humblot, (lire en ligne)
  27. Karl Heinrich Joseph Coeckelberghe-Duetzele, Histoire de l'empire d'Autriche, Volume 4, C. Gerold,, (lire en ligne)
  28. Joseph Calmette, La Question des Pyrénées et la marche d'Espagne au Moyen Âge, J.B. Janin, (lire en ligne)
  29. Itinéraire culturel des Almoravides et des Almohades : Maghreb et Péninsule ibérique, Fundación El legado andalusì, , 515 p. (ISBN 978-84-930615-1-7, lire en ligne)
  30. José Bisso, Crónica de la provincia de Málaga, Editorial MAXTOR, , 99 p. (ISBN 978-84-9761-015-5, lire en ligne)
  31. Jean-Pierre Dedieu, L'administration de la foi : l'Inquisition de Tolède, XVIe-XVIIIe siècle, Casa de Velázquez, , 406 p. (ISBN 978-84-86839-36-9, lire en ligne)
  32. Juan Antonio Llorente, Memoria histórica sobre qual ha sido la opinion nacional de España acerca del tribunal de la Inquisicion, Impr. de Sancha, (lire en ligne)
  33. Béatrice Leroy, L'Espagne au Moyen Âge, A. Michel, (ISBN 978-2-226-03475-5, lire en ligne)
  34. William Duckett, Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Volume 11, Firmin Didot, (lire en ligne)
  35. Karl Heinrich Joseph Coeckelberghe Dützele, Histoire de l'empire d'Autriche, C. Gerold et Fils, (lire en ligne)
  36. En 1490, il essaiera d'obtenir la reconnaissance de cette légitimation par Frédéric III, notamment pour ce qui concerne le royaume de Bohême, qui fait partie du Saint-Empire, mais meurt brusquement avant de l'obtenir.
  37. Академия де Штиинце а РССМ., Институтул де Историе "Я.С. Гросул", Ревистӑ де исторые а Молдовей, "Șтийнțа",‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]