Attentat du cinéma Saint-Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le cinéma image illustrant le [[droit <adj>]] image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant le cinéma et le droit français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

L'attentat du cinéma Saint-Michel est l'incendie criminel, dans la nuit du 22 au 23 octobre 1988, du cinéma Espace Saint-Michel à Paris[1]. Un groupe intégriste catholique, rattaché à l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, a déposé un engin incendiaire dans ce cinéma pour protester contre la projection du film La Dernière Tentation du Christ de Martin Scorsese.

Le feu, qui s'est déclenché peu après minuit, a pris naissance sous un fauteuil de la salle du sous-sol, moins surveillée, où était projeté Stormy Monday (en) de Mike Figgis. L'engin incendiaire était constitué d'une charge de chlorate de potassium déclenchée par une ampoule d'acide sulfurique[2]. Cet attentat a fait quatorze blessés dont quatre sévères[3]. Cinq personnes sont condamnés le 3 avril 1990 par la 10e chambre de la Cour d'appel de Paris, à des peines de 15 à 36 mois d'emprisonnement avec sursis et à 450 000 francs de dommages et intérêts[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Explosion cinéma Saint-Michel », Soir 3, 23 octobre 1988, sur le site de l'INA
  2. François Caviglioli, « Le bûcher de Saint-Michel », Le Nouvel Observateur, no 1323, semaine 15 au 21 avril 1990, p. 110.
  3. « Quatorze blessés dans une salle parisienne projetant La Dernière Tentation du Christ : La police soupçonne des extrémistes de droite d'avoir incendié le cinéma Le Saint-Michel », Le Monde, 25 octobre 1988. [lire en ligne] (payant).
  4. « L'Absolution des terroristes », L'Humanité, 4 avril 1990.

Voir aussi[modifier | modifier le code]