Bercy (Seine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bercy.

Bercy
Bercy (Seine)
Limites de la commune de Bercy appliquées au plan de 2016.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Seine
Arrondissement Sceaux
Canton Charenton
Statut Ancienne commune
Démographie
Population 14 239 hab. (1856)
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 08″ nord, 2° 23′ 07″ est
Historique
Date de fusion 1860
Commune(s) d’intégration Paris, Charenton
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bercy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bercy

Bercy est une ancienne commune de l'ancien département de la Seine qui a existé de 1790 à 1859 avant son incorporation au territoire de la ville de Paris.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Situation et environnement administratif de la commune de Bercy[modifier | modifier le code]

La commune de Bercy faisait partie du département de la Seine.

La commune de Bercy a d’abord fait partie du district de Bourg-la-Reine (qui prend rapidement le nom de district de Bourg de l’Égalité) et fut classée dans le 2e canton du district, c’est-à-dire le canton de Vincennes ; en 1800 les districts sont remplacés par des arrondissements et la commune de Bercy fait dès lors partie de l’arrondissement de Sceaux et se trouve classée dans le canton de Charenton-le-Pont[1].

La commune de Bercy avait pour voisines Paris, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont et Ivry.

Côté Paris la commune de Bercy ne voisinait qu’avec un seul de ses 12 arrondissements urbains, l’ancien 8e arrondissement de Paris et un seul de ses 48 quartiers administratifs, l’ancien quartier des Quinze-Vingts (plus étendu que l’actuel quartier des Quinze-Vingts).

Bercy sur une carte du département de la Seine en 1859, à la veille de l'extension de Paris.

Limites de l’ancienne commune[modifier | modifier le code]

Les limites de l’ancienne commune de Bercy correspondent aux voies suivantes[2] :

  • Le boulevard de la Rapée, partie de l'actuel boulevard de Bercy, de la barrière de la Rapée à celle de Bercy ;
  • Le boulevard de Bercy, de la barrière de Bercy à celle de Charenton ;
  • Le boulevard de Charenton, partie de l'actuel boulevard de Reuilly, de la barrière de Charenton à celle de Reuilly ;
  • Le boulevard de Reuilly, de la barrière de Reuilly à celle de Picpus ;
  • Le chemin de la Croix-Rouge, partie de l’actuelle rue de Picpus, de la barrière de Picpus au carrefour de la Croix-Rouge ;
  • Le chemin des Marais, partie de l’actuelle avenue Daumesnil, du carrefour de la Croix-Rouge au carrefour de l'allée des Noyers ;
  • L'allée des Noyers (approximativement à l'emplacement du boulevard périphérique de Paris), jusqu'au château de Bercy ;
  • La route de Paris à Charenton, du château de Bercy jusqu'au carrefour de l'avenue des Dames ;
  • L'avenue des Dames, partie de l'actuelle avenue de la Liberté à Charenton, jusqu'au carrefour de la ruelle du Port-aux-Meules ;
  • La ruelle du Port-aux-Meules, actuelle rue de l'Arcade à Charenton, jusqu’à la Seine.

Historique[modifier | modifier le code]

Bercy avant 1859[modifier | modifier le code]

Ancien château de Bercy, aujourd'hui sur le territoire de Charenton-le-Pont
Bercy (Perci) sur le plan Truschet et Hoyau dit plan de Bâle

C'est dans ce quartier qu'ont été mis au jour les vestiges parmi les plus anciens de l'occupation humaine sur le territoire de Paris. Des fouilles dans le quartier de Bercy ont permis la découverte des vestiges d'un village de la période chasséenne (entre 4 000 et 3 800 av. J.-C.), établi sur la rive gauche de l'ancien bras de la Seine, révélant un matériel archéologique exceptionnel : pirogues de bois, poteries, arcs et flèches, outils en os et en pierre.

Bercy était connu à l'époque de Louis le Gros (1108 à 1137).

Puis, c'est au XIIe siècle qu'apparaît pour la première fois le nom de Bercy ou Bercix dans des actes de propriété. Une ancienne forme berzilz permet de rattacher Bercy à l'ancien français bercil, ce qui signifie "bergerie"[réf. nécessaire].
Sur le plan de la Gouache, daté de 1535, on y remarque, indiquée sous le nom de Bercy, une sorte de forteresse d'aspect féodal, comportant un donjon carré et sans toiture, entouré d'une enceinte de murailles avec une porte fortifiée. Ce château est situé non loin de la Seine, entre deux chemins qui sont peut-être représentés de nos jours par les rues de Charenton et de Bercy.
Le plan de Truschet et Hoyau, dessiné vers 1550[3], montre un coin fort curieux de la région. Le donjon féodal, coiffé cette fois en poivrière, est toujours en place avec ses murailles et sa haute porte. Il y est dénommé Perci. En face, au milieu du fleuve est une île ayant à peu près la forme d'une poire, la pointe tournée vers Paris, et qui n'est pas identifiée. Plus loin, se voient le village de Conflans avec son église, le pont de Charenton couvert de tours, et le confluent de la Seine et de la Marne qui a donné son nom au village.

Le domaine de Bercy appartient à la seigneurie d'Yerres, aux mains de la famille de Montmorency[3]. À la fin du XVe siècle, elle est rachetée par Antoine Robert, notaire et secrétaire du Roi. Elle passe ensuite à la famille des Malon[3]. Le domaine s'agrandit au début du XVIIe siècle par l'absorption de territoires voisins : terre et seigneurie du bourg de Charenton en 1605 ; fief et seigneurie de la Grange-aux-Merciers, dite plus tard le Petit-Bercy, en 1624 ; domaine de Conflans en 1643[3].

Charles Henri de Malon fait clore le domaine en 1658 et raser l'ancien manoir fortifié situé en contrebas pour construire un peu plus sur les hauteurs un château dans le goût classique[3]. Il confie les travaux à Louis Le Vau[3]. Le château est achevé à partir de 1712 par Jacques de La Guépière[3]. Dans le même temps, la noblesse et la bourgeoisie font construire des maisons de plaisance le long de la Seine (Pâté-Paris, hôtel de la Rapée)[3].

Bercy faisait partie de la paroisse Saint-Paul. En 1677, les Prêtres de la doctrine chrétienne reçoivent un terrain à Bercy[3]. Bercy dépendant ensuite de la paroisse Sainte-Marguerite[4], créé en 1712. Elle n'est érigée en paroisse indépendante qu'en 1791[5].

Au xviiie siècle, des entrepôts de vin sont installés à l'extérieur du mur des Fermiers généraux afin d'éviter de passer par les barrières d'octroi[6]. Les tonneaux à destination de la capitale arrivent par bateaux sur la Seine et sont débarqués à la Rapée et entreposés dans les chais de Bercy. Joseph-Dominique Louis, ministre des Finances, acquiert en 1810 les entrepôts de Bercy qu'il fait remettre en état en 1825[7].

Au début du XIXe siècle, le domaine est repris par la famille de Nicolaÿ[3].

En 1823, une nouvelle église, l'église Notre-Dame-de-la-Nativité de Bercy, est érigée[3].

Au début des années 1840, l'enceinte de Thiers coupe la commune en deux.

Le partage de la commune de Bercy[modifier | modifier le code]

La loi du 16 juin 1859 déplace les limites communales de Paris du mur des Fermiers généraux vers l'enceinte de Thiers. La commune de Bercy est supprimée et son territoire est réparti entre Paris et la commune de Charenton[8].

La partie annexée à Paris en 1859 est rattachée au 12e arrondissement de Paris encore appelé arrondissement de Reuilly. Cette partie fut répartie entre trois des 80 quartiers administratifs de Paris[9] :

Répartition du territoire communal entre les quartiers parisiens et Charenton-le-Pont

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6561 0551 1651 4553 9256 4287 6238 96110 654
1856 - - - - - - - -
14 239--------
(Sources : Cassini[10])

Maires de la commune de Bercy[modifier | modifier le code]

Liste des maires qui administrèrent la commune de Bercy de 1790 à 1860 [11] :

  • De 1790 à 1800 : Edme Renat ;
  • De 1800 à 1814 : Nicolas-Henry Dufflocq ;
  • De 1814 à 1815 : de Chabons ;
  • De 1815 à 1821 : Louis Gallois ;
  • De 1821 à 1830 : Aymard-Chrétien, comte de Nicolay ;
  • De 1830 à 1832 : François Marie Renet ;
  • En 1832 : Louis-Marie-Philibert Portier ;
  • De 1832 à 1857 : Pierre-François-Marie Libert ;
  • De 1857 à 1859 : André Aquart.

Lieux et monuments notables[modifier | modifier le code]

Voies de la commune de Bercy[modifier | modifier le code]

Autres rues de Bercy[modifier | modifier le code]

D'autres voies ont portés le nom de Bercy :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages, p. 264.
  2. a et b Cadastre révisé des communes annexées (1830-1850), tableau d'assemblage [lire en ligne]
  3. a b c d e f g h i j et k Henri Cordier, « Études sur le vieux Paris – Lucien Lambeau, Histoire des Communes annexées à Paris en 1859 (compte-rendu) », Journal des savants, 1916, volume 14, no 4, pp. 145-154 [lire en ligne]
  4. Jean Junié, Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent, 1786 [lire en ligne]
  5. « Décret du 14 décembre 1791 », Collection générale des décrets rendus par l'Assemblée Nationale législative, vol. 3, p. 138–139 [lire en ligne]
  6. Les entrepôts, le grand Bercy et le petit Bercy
  7. Les Vestier sur le site gallica.bnf.fr
  8. Loi sur l'extension des limites de Paris (du 16 juin 1859), dans le Bulletin des lois de l'Empire français, t. XIV, XIe série, no 738, 3 novembre 1859, p. 747–751, [lire en ligne]
  9. Décret du 3 novembre 1859 qui fixe les dénominations des vingt arrondissements municipaux de la ville de Paris, dans le Bulletin des lois [lire en ligne]
  10. Notice communale sur Bercy, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales
  11. Lucien Lambeau, op. cit., pp. 270-271.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages
  • Cadastre révisé des communes annexées (1830-1850), tableau d'assemblage [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :