Université Paris-Dauphine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Paris-Dauphine
Image illustrative de l'article Université Paris-Dauphine
Informations
Fondation
Type Grand établissement (EPSCP),
Grande école
Régime linguistique Français, anglais
Budget 85 millions d'euros[1]
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 14″ N 2° 16′ 26″ E / 48.870694, 2.27392648° 52′ 14″ Nord 2° 16′ 26″ Est / 48.870694, 2.273926
Ville Paris (XVIe)
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Direction
Président Laurent Batsch
Chiffres clés
Personnel 447
Enseignants 552
Étudiants 10 320
Divers
Affiliation PSL Paris Sciences et Lettres, Conférence des grandes écoles
Site web dauphine.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Université Paris-Dauphine

L’université Paris-Dauphine est établissement public d’enseignement supérieur et de recherche français spécialisé dans les sciences des organisations et des marchés. Créée en 1971 après la scission de l’Université de Paris avec le nom d’« université Paris-IX », elle prend en 2004 son nom actuel et le statut de Grand établissement. Elle tire son nom de la porte Dauphine, dans le 16e arrondissement de Paris où est situé le bâtiment principal, l'ancien secrétariat général de l'OTAN.

Dauphine est l'un des membres fondateurs de la Comue Paris sciences et lettres.

Institution[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Université Paris-Dauphine

Le Centre universitaire Dauphine a été créé comme une faculté en 1968[2] dans des locaux construit entre 1955 et 1957 afin d'abriter le secrétariat général de l’OTAN qui y siégea jusqu'en 1966, année durant laquelle la France quitte commandement intégré de l'organisation. Cet établissement devint l'université Paris IX Dauphine en 1970[3]. C'est un « Établissement public à caractère scientifique et culturel » institué par la loi Faure de 1968. Il consacre l'éclatement de l'université de Paris en treize universités autonomes.

Paris IX Dauphine et Paris-VIII Vincennes sont conçues comme des universités expérimentales. Elles doivent mettre en vigueur les principes de la loi Faure, et notamment la rénovation pédagogique et le caractère pluridisciplinaire. Dauphine devait imiter la Harvard Business School[4].

Les conditions de sa naissance ont fortement marqué le caractère singulier de l'université Paris-Dauphine. C'est la rénovation pédagogique voulue par la loi Faure après les événements de mai 1968; et c'est la disponibilité dans le 16e arrondissement de Paris des anciens locaux du secrétariat général de l'OTAN. Ils sont libérés avec le retrait de la France du commandement militaire intégré en 1966, puis réquisitionnés par Edgar Faure. Un enseignant de l'époque déclare : « À part le grand amphi de l'état-major, il n'y a que des petites salles... »[5]. Cela permet une pédagogie par petits groupes, et le contrôle continu. Les enseignants viennent du département d'économie de la faculté de droit d'Assas. Ils affirment ainsi l'indépendance, et une nouvelle autonomie de leur discipline. Ces orientations sont notamment formulées par les professeurs Alain Cotta, et Pierre Tabatoni. Il s'agit de s'inspirer des « formules gagnantes » anglo-saxonnes. L'unité de valeur (UV), inventée[6] à partir du credit unit américain, est mise en place. Face à Alain Badiou, Gilles Deleuze et Félix Guattari à Paris-VIII Vincennes, Dauphine propose Jacques Delors et Jacques Attali. Ces derniers interviennent surtout dans l'UER d'économie appliquée; aux côtés de l'UER de gestion, et de l'UER de mathématiques de la décision. Progressivement l'économie appliquée est fondue avec la gestion; et l'informatique de gestion rejoint les mathématiques appliquées.

  • En 2004 l'université devient « l'université de technologie en sciences des organisations et de la décision de Paris-Dauphine » avec le statut de « Grand établissement »[7]. Il lui permet la sélection de ses étudiants et la fixation du coût de ses formations. Depuis cette date la sélection des candidats est légalement pratiquée. Chaque année la sélectivité augmente.
  • En 2009, Dauphine obtient l'accréditation European Quality Improvement System (EQUIS)[8], jusqu'alors uniquement octroyée aux grandes écoles en France[9].
  • En 2011, Dauphine devient une composante de l'université d'excellence Paris Sciences et Lettres - Research University (PSL*), aux côtés de 16 partenaires. Il s'agit notamment, de l'École normale supérieure (rue d'Ulm), du Collège de France, de grandes écoles artistiques et scientifiques, du CNRS et de l'INSERM.
  • En 2014, Dauphine devient la seule université à être membre de la Conférence des grandes écoles (CGE)[10]. Dans le futur, cela devrait aussi lui permettre de créer des mastères spécialisés et des mastères en science, labels déposés par la CGE.
  • En 2015, Dauphine est réaccréditée EQUIS pour 5 ans, soit la durée maximale possible[11].

Classement[modifier | modifier le code]

Dauphine est reconnue pour la qualité de ses enseignements en finance, économie, droit financier, mathématiques et stratégie d'entreprise[12],[13]. Elle est souvent considérée comme une faculté d'élite de par la notoriété de ses Masters et de son exigence académique[14],[15],[16],[17],[18].

Par ailleurs, l'université figure chaque année aux premiers rangs des établissements les plus réputés auprès des recruteurs et plus particulièrement dans le domaine de la finance[19],[20],[21],[22].

  • Classement Shanghai 2015 : Classée dans la fourchette mondiale "151-200" en économie et au 28ème rang mondial en mathématiques.
  • Classement Eduniversal : 5e Business School de France et 95e mondiale, derrière Insead, HEC, Essec et EM Lyon, quotée 5 Palmes "Universal Business School with major international influence"[23].
  • Classement QS World University Rankings Employer Reputation 2013 : 4e formation commerciale française derrière Insead, HEC et ESSEC, 19e européenne (champ management et sciences sociales) et 44e mondiale[24].
  • Classement QS World University Rankings 2015 : Classée dans la fourchette mondiale "101-150" en Finance[25].
  • Classement Times Higher Education, 36e institution formant le plus de millionnaires dans le monde[26].
  • Classement l'Express : 11ème établissement français le plus côté, toutes disciplines confondues[27].
  • Classement Le Parisien : Paris-Dauphine fait partie du top 5 des grandes écoles de management françaises[28].
  • Classement Le Nouvel Économiste 2008 : 6e business school française derrière HEC, Essec, ESCP-EAP, Sciences Po Paris et EM Lyon[29].
  • Classement Challenges : 4ème meilleur réseau alumni selon le "Who's Who ranking" (ENA, Polytechnique, HEC, Dauphine)[30].
  • Classement Ipsos Public Affairs : 5e formation commerciale française derrière HEC, IEP Paris, Essec et ESCP (2000-2001)[31].
  • Classement L'Étudiant-Stratégies : 5e formation française en marketing derrière Essec, HEC, EM Lyon et ESCP (2011)[32].
  • Étude de l'Observatoire politico-économique des structures du Capitalisme (OpesC) sur le capital scolaire des dirigeants exécutifs du CAC 40: 4e formation commerciale derrière HEC, ESSEC et ESCP (novembre 2011)[33].
  • Classement Towers-Perrin (2010) : 1re filière universitaire française longue de niveau Bac+5. Ce classement positionne Paris-Dauphine au même niveau de rémunération minimale à l'embauche que les écoles de commerce de groupe 1 (HEC, ESSEC, ESCP, EM Lyon, Edhec, Sciences Po Paris)[34].
  • Classement Observatoire Boivigny/MSTP (2007) : 1re école doctorale de gestion en France (note maximale A+ en qualité globale, qualité scientifique et qualité gouvernance)[35].
  • Classement Capital formation continue (2012) : l'EMBA de Dauphine est classé parmi les cinq formations-phares en France aux côtés de HEC, Essec, ESCP et EM Lyon[36].
  • Classement "Google Scholar" des citations en économie : 6e rang français (1553), après PSE-Paris, TSE-Toulouse, Crest-ENSAE, HEC, et Aix-Marseille 2-3[37].

Sélection[modifier | modifier le code]

Façade de Dauphine

L'université Paris IX Dauphine a le statut de grand établissement depuis 2004 qui lui permet de pratiquer légalement la sélection à l'entrée des étudiants.

Aux débuts de l'université les inscriptions étaient ouvertes à tous, mais le nombre de places limité. Il était conseillé d'avoir une mention au bac. Ensuite, dans la pratique une sélection a été appliquée en fonction des mentions au bac. Toutefois, sa légalité a été contestée par certains devant les tribunaux. Alors, le principe premier arrivé, premier pris a été appliqué. Il était nécessaire de passer la nuit devant les portes avant de pouvoir retirer un dossier. De nouveau l'université est revenue à une sélection sur mention au bac, mais dans un certain flou juridique lié à son « statut » d'université expérimentale. Bernard de Montmorillon, ancien président de l'université a déclaré : « À la rentrée 2002, j'ai trouvé plus de 100 recours sur mon bureau. Il y avait deux moyens d'entrer à Dauphine : suivre la procédure sélective ou faire un recours au tribunal administratif, recours que nous étions sûrs de perdre... »[38]. Cette situation a déterminé le passage au statut de Grand établissement en 2004. Par contre, il y a toujours eu une forme de sélection à l'entrée en 2e cycle (graduate) pour les Masters.

Pour la mise en œuvre de la sélection, des personnels de Dauphine inventent l'acronyme BOLERO pour Bonne orientation des lycéens et réussite de l'opération Ravel. Il s'agissait notamment de s'opposer à l'ancien système d'orientation postbac RAVEL; celui-ci privilégiait notamment une sectorisation géographique. BOLERO est l'ancêtre du système de sélection actuel.

Il est maintenant appliqué une sélection basée sur les notes des bulletins trimestriels de 1re et des deux premiers trimestres de terminale. Il est nécessaire de s'inscrire sur le site Internet de l'université[39]; celle-ci n'utilise pas encore le système d'Admission Post-Bac. C'est un résidu de l'opposition de BOLERO à RAVEL.

La filière de gestion et d'économie appliquée (DEGEAD) ne recrute que des bacheliers provenant des séries ES (sciences économiques et sociales) et S (scientifiques), alors que la filière de mathématiques-informatique-économie (DEMI2E) ne recrute que des bacheliers S.

Il n'existe pas de barre d'admission à proprement parler à l'Université Paris-Dauphine, puisque de nombreux critères entrent en compte dans l'évaluation de la candidature d'un bachelier. Toutefois, 94,4% des admis en première année de DEGEAD en juin 2013 avaient obtenu une mention bien ou très bien au baccalauréat[40].

Pour la rentrée de l'année 2015/2016 du DEGEAD, on dénombre 6676 candidats pour 727 admis avec un taux de 67 % de mention « Très bien » au bac[41].

Pour les Masters les plus demandés, la sélection est de l’ordre de 10 candidats pour 1 place.

Évaluation[modifier | modifier le code]

L'université a fait l'objet d'une évaluation par l'AERES en 2009[42]. Les points forts sont la qualité du corps enseignant et des équipes de recherche, la pédagogie avancée, et la formation continue. Il y a eu des critiques sur la gouvernance ; la réponse a été l'accréditation EQUIS. Le campus a été jugé relativement inadapté ; la réponse a été l'usage de locaux à la Défense (pôle universitaire Léonard-de-Vinci). L'internationalisation a été jugée trop limitée au monde francophone ; la réponse a été la mise en place de doubles cursus avec Madrid et Francfort.

Dauphine est également accréditée EQUIS. Ce prestigieux label est le plus difficile à obtenir et récompense le niveau global d'un établissement d'enseignement supérieur dans le domaine du management. Le président, Laurent Batsch, a indiqué qu'il ne lui semblait pas nécessaire d'obtenir d'autres accréditations.

Le Figaro Magazine positionne Paris-Dauphine parmi les cinq meilleures formations à la gestion en France : « En gestion, cinq établissements se disputent les futures élites du management français. HEC et l'ESSEC (...) en restent les leaders.(...)Trois modèles distincts, une même localisation privilégiée au cœur de Paris : ESCP Europe, Dauphine et Sciences Po représentent une alternative sérieuse aux deux premières. »[43].

Concernant son réseau alumni, le magazine Challenges le classe 4ème après l'ENA, Polytechnique et HEC et indique : « [...] la conquête du pouvoir ou comment HEC, Dauphine, l'Essec, l'ESCP ou l'Insead s'apprêtent à rejoindre l'ENA et Polytechnique dans la formation des élites. »[44].

Liens avec Paris Sciences et Lettres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paris Sciences et Lettres.
PSL, Paris Science et Lettres


Paris-Dauphine est membre fondateur de l’Université Paris Sciences et Lettres (PSL) et a beaucoup contribué à la construction du projet. Dauphine cherche ainsi à développer des partenariats avec les autres membres du regroupement (l'ENS Ulm, Mines Paristech, le Lycée Henri IV, l'ESPCI, le Collège de France...).

Depuis 2014, Dauphine accueille une partie des cours de troisième année du cycle pluridisciplinaire d'études supérieures (CyPES) de PSL.

Poursuite d'études[modifier | modifier le code]

Concernant les chiffres du MIDO (mathématiques et informatique de la décision et des organisations) que ce soit les admissions parallèles ou les admissions en première année, de nombreux étudiants ont intégré des établissements prestigieux. Pour les admissions parallèles : 7 étudiants ont intégré Polytechnique, 2 Centrale Paris, 2 les Mines Paris (5 admis), 1 Normale Lyon (également admis au magistère d'Ulm), 1 Centrale Lyon, 3 l'ENSAE (5 admis), 1 aux Ponts.

Du côté des écoles de commerce : 4 étudiants ont intégré l'ESCP, 1 l'EM Lyon, 2 l'EDHEC, 1 l'ESADE de Barcelone, 1 la LSE de Londres.

Le taux d'admission en DEMI2E 1 est de 42 % (751/1779), 217 se sont inscrits. Pour le profil type : c'est un garçons (comme 66 % de la promotion) d'Île de France (80%) il a eu un bac mention Bien (41% et 38 % ont eu très bien).

Campus[modifier | modifier le code]

Nicolas Sarkozy à Dauphine

Campus de la Porte Dauphine : Dauphine occupe l’ancien Palais de l’OTAN (1959-1966) situé dans le XVIe arrondissement, libéré par le départ du siège de l’organisation. Le bâtiment a été conçu dans un style monumental par l’architecte Jacques Carlu, qui réalisa également le Palais de Chaillot[45]. En octobre 1994, une « nouvelle aile » est inaugurée par Jacques Chirac, maire de Paris, refermant ainsi le bâtiment dont la forme rappelle un A.

Campus de La Défense : Dauphine dispose de six salles de 50 places, une dizaine de salles de 28 places et une dizaine de bureaux au Pôle universitaire Léonard-de-Vinci[46]. En 1990, un projet de déménagement intégral de l’établissement vers La Défense avait été envisagé, mais avait rencontré une vive opposition[47]. La question de l’implantation à La Défense s’est finalement concrétisée dans le cadre du projet du Grand Paris, évoqué par le président de la République Nicolas Sarkozy le 29 avril 2009 : « Il faut faire de la Défense ‘la City’ de la France. On a besoin que Dauphine ne reste pas coincée dans les locaux de l’Otan »[48].

Campus de Londres : Dauphine dispose depuis 2014 d'un campus à Londres où les étudiants peuvent passer le Global Bachelor Dauphine qui est l'équivalent du DEGEAD à Paris. La sélection s'opère parmi les bacheliers des lycées français à l'étranger, les détenteurs d'un bac international ou les A level britanniques. Pour la 3ème année, les étudiants peuvent décider de poursuivre leurs études à Paris ou dans un programme international de Paris-Dauphine.

Campus de Madrid : Après Londres, Dauphine ouvre l'équivalent de son programme DEGEAD à Madrid pour la rentrée 2016. Ce cursus est pensé pour des bacheliers attestant d'un excellent niveau académique mais aussi linguistique. Dauphine collabore ainsi avec la prestigieuse Université Carlos III de Madrid (U3CM) [49].

Institut Tunis Dauphine : L'université est présente en Tunisie à travers l'Institut Tunis-Dauphine[50],[51]. L'institut respecte à la fois les normes universitaires tunisiennes et la pédagogie de l'université mère. En effet, les diplômés obtiennent non seulement un mastère national tunisien mais également un master de Paris-Dauphine.

Institut pratique du journalisme : C'est IPJ l'école de journalisme de Dauphine, dans le quartier des grands magasins et à proximité de l'Opéra Garnier. Elle accueille 44 étudiants par an pour un cursus de deux ans en master. Ce diplôme est reconnu depuis 1991 par la convention collective des journalistes.

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de Dauphine, située au 6e étage du bâtiment historique de l'université, se répartit en une bibliothèque d'étude et une bibliothèque de recherche[52].

La bibliothèque d'étude, rénovée en 2006, met à la disposition des étudiants 620 places de lectures et 17 salles de travail en groupe. La bibliothèque de recherche est réservée aux étudiants de master 2, aux doctorants et aux enseignants chercheurs ; créée en 1994 et rénovée en 2012, elle rassemble 126 places de lecture[53]. La bibliothèque dans son ensemble conserve environ 180 000 livres, dont 60 000 en libre accès dans les deux bibliothèques et 120 000 dans ses magasins. Elle met également à la disposition de ses lecteurs 3 600 revues au format papier et 30 000 au format numérique. La bibliothèque fournit en effet à ses usagers l'accès à une quarantaine de bases de données, accessibles depuis son catalogue, Odyssée[54].

Bénéficiant du statut de CADIST pour l'économie et la gestion, la bibliothèque de Dauphine est le principal centre de ressources documentaires dans ces domaines en France. Elle est également pôle associé de la Bibliothèque nationale de France.

Formation et Recherche[modifier | modifier le code]

Diplômes[modifier | modifier le code]

Campus de La Défense

Dauphine délivre des diplômes nationaux et des diplômes universitaires.

Pour les deux premières années, Paris-Dauphine propose deux diplômes : le diplôme d’établissement de gestion et d’économie appliquée de Dauphine (DEGEAD) et le diplôme d'établissement de mathématiques, informatique et applications à l’économie et à l’entreprise (DEMI2E)[55].

Parmi les diplômes nationaux, les licences ne sont accessibles qu’en troisième année. Elles sont regroupées dans les domaines « Gestion-Économie-Droit et Sciences de la société » et « Mathématiques et Informatique de la décision et des organisations »[56]. Quant aux masters, ils se déclinent en 18 spécialités (management et organisation, finance, informatique des organisations, droit, développement durable…)[57]. Des magistères (diplôme d'excellence en 3 ans à partir de bac+2, à très haute sélectivité) sont également proposés (magistère banque finance assurance et magistère de gestion)[58].

Parmi les diplômes d’université, Dauphine propose des formations en « management des pays en voie de développement » ainsi que dans le domaine de la finance[59]. Plus connue du grand public pour ses formations en finance et en économie, Dauphine dispense également des formations juridiques spécialisées particulièrement réputées dans leur domaine, telles que le master 214 droit des affaires[60] ou le Master 221 Fiscalité de l'Entreprise[61], formation évaluée Triple A+ (note maximale) par l'AERES.

Enfin, l'université propose des diplômes de doctorat par le biais de ses quatre écoles doctorales.

Chaires d'entreprise[modifier | modifier le code]

Une chaire d'entreprise vise à développer une expertise d'enseignement et de recherche sur des thématiques définies en partenariat avec le(s) entreprise(s) partenaire(s). Son principe est simple : une petite équipe, dirigée par une personnalité scientifique reconnue et ayant des liens forts avec l'industrie, développe pendant une durée déterminée des activités de recherche, de formation initiale et de formation continue. Les chaires d'entreprise développées par Paris-Dauphine recouvrent un large panel de spécialités : Géopolitique, Ville et Immobilier, Management et diversité, Assurance et risque majeur, Les particuliers faces aux risques, Santé Risque Assurance, Marché des risques et création de valeurs, Finance d'entreprise, Finance et développement durable, Risque et chance de la transition démographique.

La mise en place de ces chaires d'entreprises est réalisée en partenariat avec de grands groupes, tels que par exemple AXA ou Crédit agricole Corporate and Investment Bank, et en partenariat avec d'autres établissements universitaires, tels que par exemple HEC Paris, École polytechnique ou l'École nationale de la statistique et de l'administration économique[62].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Logo de Dauphine Alumni
Logo de Dauphine Alumni

L'université Paris-Dauphine se caractérise aussi par le dynamisme de ses associations d'étudiants, organisant de nombreux événements : Dauphine On Air, Dauphine Evasion, Omega Dau, Fleur de Bitume, BdE Dauphine, Channel 9, Association Sportive, Phinedo.com, Dauphine Junior Conseil, Urbaine Paris, Dauphine Genius, Le Forum Dauphine, Paris-Ci, Dauphine Discussion Débat, Dauvigne, Go To Togo, La Spi Dauphine, La Plume Dauphine, Dauphine Durable, Cheer Up!, Dauphine Éloquence, Association Cinéma Dauphine, Dauphine Erasmus Exchange, Association Théâtre à Dauphine, Club Photo, Ski-Club, Bureau des Arts, L’Oreille de Dauphine, NOISE, Esprit Dauphine, l'UNEF Dauphine, l'UNI Dauphine, l'UEJD, App'Dau, etc.

Évolution démographique de la population étudiante
2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010
7 969[63] 7 971[63] 8 482[63] 8 703[63] 9 260[63]
 Alain Juppé lors d'une conférence de Dauphine Discussion Débat
Alain Juppé lors d'une conférence de Dauphine Discussion Débat

L'Association des anciens élèves de l'université Paris Dauphine, créée en 1968, revendique 50 000 adhérents[64].

Après sa création, l'association a changé de nom pour devenir Dauphine Alumni.

Sur le modèle des grandes écoles, elle fédère ses adhérents autour de rencontres et publie chaque année un annuaire qui permet aux diplômés de se retrouver.

Fondation Dauphine et incubateur[modifier | modifier le code]

D-Incubator, l'incubateur de l'université Paris-Dauphine, a ouvert ses portes en avril 2012 grâce à une initiative de la Fondation Dauphine, soutenue par la présidence de l'université ainsi que Dauphine Alumni. L'objectif de l'incubateur est de devenir, à terme, l’un des incubateurs les plus innovants de la place de Paris. À cet égard, D-Incubator a été labellisé PIA (Paris Innovation Amorçage) par la Mairie de Paris et la BPI[65].

L'incubateur répond à trois besoins majeurs de l'entrepreneuriat étudiant :

  • Accompagnement et lancement opérationnel des startups incubées
  • Formation des porteurs de projets incubés
  • Accès à différent dispositifs de subventions et de financement externes

L'incubateur de Paris-Dauphine offre l'accès à des dispositifs-clés, tels que :

  • Un environnement de travail adapté (locaux, téléphones, reprographie)
  • Un mentorat personnalisé par une équipe d’entrepreneurs expérimentés
  • Une mise en relation avec des avocats pour le démarrage juridique
  • Un programme de formation « Certificat Startup innovante »
  • Un accompagnement afin de bénéficier de la subvention « Paris Innovation Amorçage » sous réserve d’éligibilité auprès de la Mairie de Paris et de la BPI
  • Des relais de communication auprès de l’écosystème dauphinois
  • Un réseau de partenaires variés

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Le président de l’université est élu par les 3 conseils centraux : conseil d’administration, conseil des études et de la vie universitaire et conseil scientifique[66]. Son mandat est de cinq ans, non renouvelable immédiatement. Le changement de statut de l'établissement a entraîné une exception : Bernard de Montmorillon a assuré la présidence de Dauphine pendant 8 années consécutives.

Enseignants[modifier | modifier le code]

Docteurs honoris causa[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Décret du 24 octobre 1968
  3. Décret du 17 décembre 1970
  4. Michel Debeauvais dans De l'autonomie des universités à l'indépendance des universitaires
  5. Anne-Marie Charles, maître de conférences honoraire en maths
  6. par Jean-Baptiste Duroselle cité par Rémi Faucherre dans atypie-utopie Vincennes, Naissance d'une université - mai 1968-Janvier 1969
  7. Décret du 26 février 2004
  8. « Dauphine 1ère université française à obtenir l’accréditation EQUIS », sur www.dauphine.fr
  9. Caroline Beyer, Dauphine désormais parmi les business school,‎
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées letudiant.fr.
  11. « L'Université Paris-Dauphine est réaccréditée EQUIS pour 5 ans | Université Paris-Dauphine », sur www.dauphine.fr, https://plus.google.com/+parisdauphine (consulté le 18 décembre 2015)
  12. « Autour du modèle Sciences Po, la concurrence s’organise »
  13. « MS et MSc de gestion et finance : Dauphine attire, Sciences Po s’affirme »
  14. « HEC ou Dauphine ? Grande école contre fac d’élite - Letudiant.fr », sur www.letudiant.fr (consulté le 27 décembre 2015)
  15. « Dauphine, la fac d'élite, s'engage pour les lycéens de banlieue », sur leparisien.fr, https://plus.google.com/+LeParisien (consulté le 27 décembre 2015)
  16. « Portrait de fac : l’université Paris-Dauphine, tout d'une grande école - Letudiant.fr », sur www.letudiant.fr (consulté le 27 décembre 2015)
  17. « Réseaux conquérants »,‎
  18. « À l’université Paris-Dauphine, la pression familiale est omniprésente », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 3 janvier 2016)
  19. (fr) « Comment choisir entre l'université de Dauphine et Sciences-Po ? », sur Challenges, https://plus.google.com/+challenges (consulté le 3 janvier 2016)
  20. (fr) « Les meilleures écoles pour travailler en finance », sur start.lesechos.fr (consulté le 8 février 2016)
  21. (fr) « Qui sont les mieux payés en finance : les diplômés d'« Oxbridge » ou des Grandes Écoles françaises ? - eFinancialCareers », sur eFinancialCareers (consulté le 8 février 2016)
  22. « Banque, la fac concurrence les grandes écoles mais les débouchés se sont raréfiés avec la crise »
  23. « Classement Eduniversal », sur www.eduniversal-ranking.com
  24. .[2]
  25. « QS World University Rankings by Subject 2015 - Accounting & Finance », sur Top Universities (consulté le 29 décembre 2015)
  26. http://www.timeshighereducation.co.uk/news/worlds-top-100-universities-for-producing-millionaires/2008749.article
  27. « Les écoles et universités françaises les plus cotées chez les recruteurs », sur www.lexpress.fr (consulté le 1er décembre 2015)
  28. « Dauphine : « Nous voulons faire une fac aux normes pour les 60 ans à venir  » », sur leparisien.fr (consulté le 1er décembre 2015)
  29. http://www.groovy-campus.com/classements/nouvel-economiste-classement-commerce-2008
  30. « Réseaux conquérants », sur Challenges,‎
  31. [3]
  32. http://www.letudiant.fr/etudes/ecole-de-commerce/formations-en-marketing-hors-des-grandes-ecoles-point-de-salut-19832/formations-en-marketing-les-recruteurs-preferent-les-grandes-ecoles-19838.html
  33. [4]
  34. .[5]
  35. http://www.boivigny.com/Le-classement-des-ecoles-doctorales_a335.html
  36. http://www.capital.fr/carriere-management/dossiers/formation-continue-notre-palmares-des-meilleurs-mba-masters-et-masteres-specialises-688447/%28offset%29/2
  37. Clément Bosquet et Pierre Philippe Combes, GRECAM Aix-Marseille, décembre 2011
  38. cité par le journal Le Monde du 29 mai 2008 : Christian Bonrepaux et Brigitte Perucca
  39. Candidater en licence à Dauphine
  40. « Quelle est la vraie sélection à l’entrée de Paris-Dauphine ? - Letudiant.fr », sur www.letudiant.fr (consulté le 25 octobre 2015)
  41. « La rentrée 2015/2016 du département LSO | Université Paris-Dauphine », sur www.dauphine.fr, https://plus.google.com/+parisdauphine (consulté le 4 décembre 2015)
  42. http://www.aeres-evaluation.fr/Etablissements/UNIVERSITE-DE-TECHNOLOGIE-EN-SCIENCES-DES-ORGANISATIONS-ET-DE-LA-DECISION-DE-PARIS-DAUPHINE Rapport d'évaluation AERES 2009
  43. Le Figaro Magazine, mai 2005.
  44. « Réseaux conquérants », sur Challenges,‎
  45. « Faculté de Gestion de Paris-Dauphine », sur www.insecula.com.
  46. « Des formations Dauphinoises à la Défense », sur www.dauphine.fr
  47. « Dauphine, ça déménage » Le Quotidien de Paris, 11 mai 1990
  48. Cité in Nicolas Sarkozy souhaite que le « cœur de l’activité » de Dauphine s’installe à la Défense, Caroline France, AEF
  49. « Global Bachelor de Dauphine à Madrid | Département Licence Sciences des Organisations - Université Paris-Dauphine », sur www.lso.dauphine.fr (consulté le 6 février 2016)
  50. (fr) Site officiel de Pais-Dauphine, International, Institut Tunis Dauphine
  51. (fr) Site officiel de Tunis-Dauphine, Le Conseil d’Administration
  52. www.bu.dauphine.fr
  53. Bibliothèque de l'université Paris-Dauphine, Rapport d'activité 2012.
  54. http://primo.bu.dauphine.fr/primo_library/libweb/action/search.do?
  55. « DEGEAD/DEMI2E », sur www.dauphine.fr
  56. « Licences », sur www.dauphine.fr
  57. « Masters », sur www.dauphine.fr
  58. « Magistères & autres formations », sur www.dauphine.fr
  59. « Diplômes d'université », sur www.dauphine.fr
  60. « Master 214 Droit des affaires »
  61. « Master 221 Fiscalité de l'Entreprise »
  62. « Chaires d'entreprise », sur www.dauphine.fr
  63. a, b, c, d et e Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 43
  64. Association des anciens élèves de Dauphine
  65. « D-Incubator, l'incubateur de l'Université Paris-Dauphine », sur dauphine.fr
  66. Décret n° 2004-186, article 5
  67. « Historique de Dauphine », sur www.dauphine.fr

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]