Quai de Conti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
6e arrt
Quai de Conti
Le quai et le port de Conti.
Le quai et le port de Conti.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Monnaie
Début Pont Neuf
2, rue Dauphine
Fin Pont des Arts
place de l'Institut
Morphologie
Longueur 307 m
Largeur 22 m
Historique
Création 1655
Dénomination 1814
Ancien nom Quai de Nesle
quai Guénégaud
quai Conti
quai de la Monnaie
Géocodification
Ville de Paris 2297
DGI 2296

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Quai de Conti
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai de Conti est un quai situé le long de la Seine, à Paris, dans le 6e arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie porte ce nom car l'hôtel de Conti y avait sa principale entrée, et sur l'emplacement duquel on commença en 1771 à bâtir l'hôtel des Monnaies.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1655, le projet de construction d'un quai voit le jour :

« Bureau de la ville. — Nous, ce jour, estant allez visiter ce qu'il est nécessaire de faire pour l'embellissement et la décoration de la ville, le quay de la rivière, despuis le bout du Pont-Neuf jusques à la porte de Nesle, suivant les résolutions pour ce prises au bureau de la ville, à la prière et requeste de M. du Plessis de Guénégaud, secrétaire d'Estat ; ce considéré que la maison appelée le Château-Gaillard empeschait en quelleque façon l'ornement du dit quay, qui ne sert d'ailleurs qu'à des divertissements publiques parmy lesquels il s'y trouve tousjours quelques désordres, joinct que la ville qui en a faict concession n'en retire pas grande utilité ; nous avons, en conséquence d'autres précédentes délibérations, résolu de la faire abbattre et de se servir des démolitions qui en proviendront pour l'establissement d'un quay qui prendra despuis le dict lieu jusques à la porte de Nesle, en desdommageant les particuliers qui y ont basty par la permission de la ville ; et vu la nécessité qu'il y avait de faire promptement travailler au dit quay et soustenir les terres qui y ont esté apportées, ce qui pourroit gaster la rivière, avons ordonné qu'il soit procédé au plustôt à la construction du dit quay. Fait au bureau de la ville, le . »

En 1662, le gros œuvre de la construction du quai est déjà commencé, et le projet est finalisé :

« Bureau de la ville. Nous estant ce jour assemblés au bureau de la ville pour donner notre advis sur les propositions et dessins qui nous ont esté présentés pour la construction de certains bastiments sur et le long du quay Malaquais, joignant la porte de Nesle, depuis icelle jusques à l'entrée de la rue de Seine, etc., sommes d'avis que l'on doit continuer le quay encommaucé du costé du Pont-Neuf jusques à la tour de Nesle, et depuis ycelle le conduire aussi en ligne droite jusques à la rue des Petits-Augustins, laissant au devant de la rue un quay de la largeur de 10 à 12 thoises , conformément aux dessins ci-devant arrestez, et les alignements donnés en conséquence aux propriétaires des maisons sur le dit quay. Fait au bureau de la ville, le . »

Ce quai, d'abord nommé « quai de Nesle », en raison de la tour de Nesle qui en occupait toute la largeur, prit ensuite le nom de « quai Guénégaud » en raison hôtel de Guénégaud qui en était voisin, avant de prendre le nom de « quai Conti ».

En 1769, des lettres patentes prévoient l'élargissement du quai Conti :

« 22 avril 1769. — Le quai Conti sera élargi depuis l'entrée de la rue Dauphine jusqu'à la rue Guénégaud, pour suivre l'alignement du nouvel hôtel des Monnaies, qui se construit actuellement sur l'emplacement de l'ancien hôtel de Conti, en exécution de nos lettres patentes du mois d'avril 1768, et il sera fait au mur dudit quai les changements et rectifications convenables et relatifs à la disposition de la façade dudit hôtel des Monnaies ; et il sera alors fait un pan coupé des deux côtés de la rue Dauphine, en face du Pont-Neuf. Ce même quai sera aussi élargi suivant l'alignement du nouvel hôtel des Monnaies par la suppression des deux bâtiments qui bordent les deux côtés de la place du Collège-Mazarin, au moyen de quoi il sera pratiqué une sortie directe de la rue de Seine sur le quai en face du Louvre, nous réservant d'ordonner par la suite une communication de la rue de Seine avec la rue de Tournon, qui se trouvent l'une et l'autre dans la même direction vers notre palais dit Luxembourg. Signé Louis. »

Ces dispositions n'ont toutefois pas été exécutées.

Par arrêté du 14 fructidor an VI () le quai de Conti prend le nom de « quai de la Monnaie » :

« Administration centrale. Séance du IV fructidor an VI. L'administration centrale du département, vu la lettre du commissaire du Directoire exécutif près l'administration municipale du 10e arrondissement, qui propose de changer la dénomination du « quai de Conti » ; le commissaire du Directoire exécutif entendu, arrête que ce quai prendra le nom de « quai de la Monnaie ». Le citoyen Molinos demeure chargé de l'exécution du présent arrêté. »

Deux décisions ministérielles, l'une en date du , signée Monlalivet, l'autre du , ont déterminé l'alignement de ce quai. L'hôtel des Monnaies et les constructions situées entre l'impasse de Conti et l'Institut de France sont alignées ; le surplus est soumis à un retranchement considérable.

Un arrêté préfectoral du lui rendit le nom de « quai de Conti ».

Des travaux de reconstruction du quai ont été effectués entre 1851 et 1853. Il en a résulté un élargissement de la voie publique, notamment devant l'Institut de France, où la circulation était, déjà difficile et dangereuse à cette époque.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans le roman À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, le salon des Verdurin se trouve quai de Conti.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  • Les ouvrages cités dans la section Bibliographie
  1. Emily Barnett, « Modiano, quai de compta », Vanity Fair, no 52, novembre 2017, p. 44.
  2. Bottin de 1820[réf. incomplète].