Actes de capitulation du Troisième Reich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Seconde Guerre mondiale
Cet article est une ébauche concernant la Seconde Guerre mondiale.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Generaloberst Alfred Jodl signant les documents de la capitulation à Reims le .

Les Actes de capitulation du Troisième Reich sont constitués par les deux versions de l’Acte de reddition militaire — en anglais : Act of military surrender — qui constituent le texte légal de la capitulation du Troisième Reich par lequel le Haut Commandement des forces armées allemandes s'est rendu de manière simultanée sans condition aux hauts commandements suprêmes des forces expéditionnaires alliées en Europe et de l'Union soviétique, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, en Europe. La première capitulation a été signée à Reims le à 2 h 41, la seconde à Berlin le 8 mai 1945 à 23 h 01,heure de Berlin, soit le à 1 h 01, heure de Moscou[N 1].

Article détaillé : 8 mai 1945.

Première capitulation[modifier | modifier le code]

Deux jeunes femmes lisant la une du Montreal Daily Star annonçant la capitulation allemande et la fin imminente de la Deuxième Guerre mondiale, .
Les deux pages de l’acte de capitulation allemand, signé à Reims le par le Generaloberst Jodl et visé par les représentants alliés sur place.

La délégation allemande est composée du Generaloberst Alfred Jodl, de l'amiral von Friedeburg et du major Wilhelm Oxenius. Le à 2 h 41, dans une salle du « Collège technique et moderne » de Reims (actuel musée de la Reddition) qui était alors occupée par l'état-major du général Eisenhower, est signée la reddition sans condition des forces armées allemandes par Alfred Jodl, au nom du Haut Commandement des forces armées (en allemand : Oberkommando der Wehrmacht) et en tant que représentant du nouveau Reichspräsident, le Großadmiral Karl Dönitz.

Le document, rédigé en quatre langues, est signé pour le SHAEF par le général Walter B. Smith, chef d’état-major du général Eisenhower qui signe au nom des Alliés occidentaux, et par le général Ivan Sousloparov, seul représentant de l'Union soviétique à Reims et commandant la mission de liaison militaire. Le général français François Sevez, convoqué in extremis, est invité à le contresigner comme témoin en tant que chef d'état-major du général de Gaulle. Le texte en anglais était le seul texte faisant autorité[1].

L'étendue des pouvoirs dont est investi le général Susloparov n'est pas vraiment claire et il ne dispose d'aucun moyen de contacter rapidement le Kremlin. Il prend néanmoins le risque de signer pour la partie soviétique. Il fait noter cependant que le document pourrait être remplacé dans le futur par une nouvelle version (voir l'article 4). Staline se révèle très mécontent de la tournure de l'événement. Il exige que la capitulation allemande ne puisse être acceptée qu'en présence d'un représentant du Haut Commandement des forces de l'Union soviétique et il insiste pour que le protocole de Reims ne soit considéré que comme un préliminaire à la cérémonie officielle qui se tiendrait à Berlin en présence du maréchal Joukov[2].

Texte de l'acte de capitulation du 7 mai 1945 à Reims[modifier | modifier le code]

(traduction française)

Seul le texte en anglais fait autorité

ACTE DE REDDITION MILITAIRE

1. Nous soussignés, agissant au nom du Haut Commandement allemand, déclarons par la présente que nous offrons la reddition sans condition au Commandant suprême des Forces expéditionnaires alliées et, simultanément au Haut Commandement soviétique, de toutes les forces de terre, de mer et de l'air qui sont à cette date sous contrôle allemand.

2. Le Haut Commandement allemand transmettra immédiatement à toutes les autorités militaires navales et aériennes allemandes et à toutes les autorités militaires sous contrôle allemand, l'ordre de cesser de prendre part aux opérations actives à 23 heures 01 heure d'Europe centrale le et de rester sur les positions qu'elles occuperont à ce moment. Aucun navire ni avion ne sera sabordé et aucun dégât ne sera fait à leur coque, à leurs machines ou à leur équipement.

3. Le Haut Commandement allemand adressera immédiatement aux commandants des forces intéressées tous les ordres donnés par le Commandant suprême des Forces expéditionnaires alliées et par le Haut Commandement soviétique, et s'assurera de leur exécution.

4. Cet acte de reddition militaire ne préjuge pas de l'avenir et sera remplacé par tout autre instrument général de reddition qui sera imposé par ou au nom des Nations unies et applicable à l'ALLEMAGNE et aux forces armées allemandes dans leur ensemble.

5. Dans le cas où le Haut Commandement allemand ou certaines forces sous son contrôle manqueraient d'agir conformément à cet acte de reddition, le Commandant suprême des Forces expéditionnaires alliées et le Haut Commandement soviétique prendront toutes actions punitives ou autres qu'ils jugeront appropriées.

Signé à Reims France à 2 heures 41, le .

Au nom du Haut Commandement allemand.

Signature du général JODL
EN PRÉSENCE DE

Au nom du Commandant suprême des Forces expéditionnaires alliées

Signature du général BEDELL-SMITH

Au nom du Haut Commandement soviétique,

Signature du général SOUSLOPAROV

Général, Armée française (Témoin)

Signature du général SEVEZ

Seconde capitulation[modifier | modifier le code]

Le Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel signe la capitulation de l’Allemagne à Berlin le .

Le peu avant minuit, la seconde capitulation allemande est signée[3] à Karlshorst, en banlieue sud-est de Berlin, dans une villa qui abrite aujourd'hui le musée germano-russe[4]. Les représentants de l'URSS, de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis arrivent peu avant minuit. Après l’ouverture de la cérémonie par le maréchal Joukov, les représentants du Haut Commandement allemand, emmenés par le Generalfeldmarschall Keitel, sont invités à signer l'acte de capitulation entrant en vigueur le à 23 h 01, heure d'Europe centrale, soit le à 1 h 01 à l’heure de Moscou : ceci explique pourquoi la victoire est célébrée le 9 Mai, au lieu du 8, dans les pays de l'ex-URSS, notamment en Russie.

Texte de l'acte de capitulation du 8 mai 1945 à Berlin[modifier | modifier le code]

(traduction en français à partir du texte original en anglais)

ACTE DE CAPITULATION MILITAIRE

1. Nous, soussignés, agissant au nom du Haut Commandement allemand, déclarons par la présente que nous présentons la reddition sans condition, au commandant en chef de la Force expéditionnaire alliée et simultanément au Haut Commandement suprême de l'Armée rouge, de toutes les forces terrestres, navales et aériennes qui sont à ce jour sous contrôle allemand.

2. Le Haut Commandement allemand transmettra immédiatement l'ordre, à toutes les autorités militaires terrestres, navales et aériennes allemandes et à toutes les forces sous contrôle allemand, de cesser leurs actions de combat à 23 h 01 heure de l’Europe centrale le , de rester sur les positions qu'elles occupaient à ce moment et de se désarmer complètement, remettant leurs armes et équipements aux commandants alliés ou aux officiers locaux désignés par les représentants des commandements suprêmes alliés. Aucun bateau, navire ou avion ne doit être sabordé, ou aucun dommage ne doit être fait à leur coque, machines ou équipement, ainsi qu'aux machines de toutes sortes, aux armements, appareils et à tous les moyens techniques permettant la poursuite de la guerre en général.

3. Le Haut Commandement allemand transmettra immédiatement aux commandants concernés tous nouveaux ordres publiés par le commandant en chef de la Force expéditionnaire alliée et par le Commandement suprême de l'Armée rouge, et il s'assurera de leur bonne exécution.

4. Cet acte de reddition militaire ne tient pas compte de tout éventuel nouvel acte de reddition général imposé par les Nations unies ou en leur nom et applicable à l'ALLEMAGNE et aux forces armées allemandes dans leur ensemble, lequel nouvel acte remplacera le précédent.

5. Si le Haut Commandement allemand ou toute force sous son contrôle n’agissaient pas selon les termes de cet acte de reddition, le commandant en chef de la Force Expéditionnaire Alliée et le Haut Commandement suprême de l'Armée rouge exerceraient toutes actions punitives ou autres comme ils le jugeraient opportun.

6. Le présent acte est établi en anglais, russe et allemand. Seuls les textes anglais et russe font foi.

Signé à Berlin, le .

Keitel[N 2]
von Friedeburg[N 3]
Stumpff[N 4]
Pour le Haut Commandement allemand

EN PRESENCE DE :

Air chief marshal A. W. Tedder
Au nom du commandant en chef de la Force expéditionnaire alliée

G. Joukov
Au nom du Haut Commandement suprême de l'Armée rouge

À la signature étaient également présents comme témoins :

J. De Lattre de Tassigny,
Général commandant en chef de la 1re armée française

Carl Spaatz
Général, commandant des Forces stratégiques aériennes des États-Unis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette différence de fuseau horaire, représentant un écart de deux heures, explique que l’événement est commémoré en Russie le 9 Mai.
  2. En tant que chef du Haut Commandement de la Wehrmacht (en allemand : Chef des Oberkommandos der Wehrmacht) et en tant que représentant de la Heer ((en français : « l’Armée de terre »)).
  3. En tant que commandant en chef (en allemand : Oberbefhelshaber) de la Kriegsmarine.
  4. En tant que représentant de la Luftwaffe.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « German Instrument of Surrender » (voir la liste des auteurs).

  1. Christian Delporte, Les médias et la Libération en Europe : 1945-2005, Éditions L'Harmattan,‎ , p. 11.
  2. The Memoirs of Georgy Zhukov.
  3. Earl F. Ziemke, chapitre XV : The Victory Sealed, p. 258, dernier paragraphe.
  4. (en) (de) (ru) Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Earl F. Ziemke, « The U.S. Army in the occupation of Germany 1944-1946 », Cenrer of Military History, United States Army, Washington, D. C., 1990, Library of Congress Catalog Card Number 75-619027
  • (ru) The Memoirs of Georgy Zhukov. Chapter 22: Unconditional Surrender of Nazi Germany
  • Maurice Vaïsse (dir.), « Une capitulation sans conditions pour l’Allemagne : 7, 8 et 9 mai 1945, la Paix », Historia Spécial, Paris, Historama, vol. 35 « Il y a cinquante ans : la capitulation de l’Allemagne », no 35,‎ , p. 10-17

Articles connexes[modifier | modifier le code]