Avenue de l'Observatoire (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

5e, 6e, 14e arrts
Avenue de l'Observatoire
Voir la plaque.
Voir la photo.
L'avenue de l'Observatoire en direction de l'observatoire astronomique de Paris.
Situation
Arrondissements 5e
6e
14e
Quartiers Val-de-Grâce
Odéon
Notre-Dame-des-Champs
Montparnasse
Début 9, rue Auguste-Comte et place André-Honnorat
Fin Observatoire de Paris
Morphologie
Longueur 800 m
Largeur 82 m
Historique
Création 1807 et 1866
Dénomination
Ancien nom Rue de la Pépinière, avenue du Luxembourg
Géocodification
Ville de Paris 6805
DGI 6860
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue de l'Observatoire
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L'avenue de l'Observatoire est une voie à cheval sur le 6e et le 14e arrondissement de Paris, aux confins des quartiers du Val-de-Grâce (5e), de l'Odéon et de Notre-Dame-des-Champs (6e), et de Montparnasse (14e).

Situation et accès[modifier | modifier le code]

L'avenue de l'Observatoire est desservie par le RER B à la gare de Port-Royal et la gare du Luxembourg, ainsi que par les lignes de bus RATP 388391.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie doit son nom à l'Observatoire de Paris à laquelle elle mène.

Historique[modifier | modifier le code]

Avenue de l'Observatoire, par Charles Marville (vers 1853-1870).
Exécution du maréchal Ney.
Von Drais et sa draisienne.
Extrait du plan Bénard (1857) avec l'avenue de l'Observatoire au centre.

Anciennement « avenue de la Pépinière » puis « avenue du Luxembourg », un décret impérial du décide l'ouverture de l'avenue à partir de l'Observatoire de Paris[1] dans l'axe du méridien de Paris sur les terrains de la chartreuse de Paris.

En 1790, l'ordre des Chartreux est supprimé. La chartreuse de Paris est confisquée et vendue comme bien national. Une loi du 27 germinal l'an VI () prévoit le percement de plusieurs voies à l'emplacement de l'enclos des Chartreux : l'avenue de l'Observatoire, la rue de l'Ouest (actuelle rue d'Assas) et la rue de l'Est (partie de l'actuel boulevard Saint-Michel). L'espace entre la rue de l'Est et l'avenue de l'Observatoire n'est pas loti mais réservé à l'établissement d'une pépinière. L'extrémité méridionale de cette avenue porte le nom de « Carrefour de l'Observatoire », jusqu'en 1811[2].

Le , après un rapide procès organisé par la Chambre des pairs, le maréchal Ney, ancien prince de la Moskowa, est exécuté entre l’entrée de l’avenue de l’Observatoire et la grille du jardin du Luxembourg, le long du mur d’un enclos correspondant aujourd'hui à l’emplacement de la station RER Port-Royal.

Pierre-Nicolas Berryer, avocat du maréchal, évoque dans son livre de souvenir ce passage macabre : « Le mur qui était en construction et ses débris furent bientôt recouverts de son sang ; la foule empressée se précipita pour en recueillir les moindres traces, avec la même ardeur que s’il se fût agi des morceaux de la vraie croix (…) ».

Une draisienne, ancêtre de la bicyclette est expérimentée à Paris par son inventeur, le baron badois Karl von Drais, en avril 1818 à ce même carrefour, à proximité des jardins de l'abbaye de Port-Royal[3],[4].

En 1866, l'avenue est prolongée et élargie de la rue d'Assas et du boulevard Saint-Michel jusqu'à la rue Auguste-Comte devant le jardin du Luxembourg. À cette occasion, deux jardins publics sont créés sur une surface de plus de 22 000 m2 : le jardin Marco-Polo et le jardin Robert-Cavelier-de-La-Salle.

Le 23 mars 1918, durant la Première Guerre mondiale, un obus lancé par la Grosse Bertha explose avenue de l'Observatoire[5].

Le , en pleine guerre d'Algérie, François Mitterrand, alors sénateur de l'opposition, déclare être la victime d'un attentat, lequel se révélera avoir été simulé, au du numéro 5 de l'avenue, épisode qui est connu sous le nom de l'attentat de l'Observatoire[Note 1].

icône image Image externe
Photographie Avenue de l'Observatoire, 1934, Brassaï

Au niveau de la gare de Port-Royal, la partie de l'avenue le long des voies de chemin de fer a été renommée avenue Georges-Bernanos et accueille les locaux du CROUS de Paris.

Le photographe Gyula Halász, plus connu sous son nom d'artiste Brassaï, est l'auteur de nombreuses photographies artistiques prises dans le quartier Montparnasse, dont l'une représente l'avenue en plein brouillard, un soir de l'année 1934.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Également dénommé sous le nom d' « attentat des jardins de l'Observatoire ».
  2. Également dénommé « jardins de l'Observatoire », appellation qui, cependant, désigne un autre espace public.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, fac-similé de l'édition de 1844, p. 32-33.
  2. Dictionnaire historique des rues de Paris de Jacques Hillairet, page 191.
  3. Mathieu Flonneau, « Draisienne », sur Encyclopædia Universalis (consulté le ).
  4. Site draisienne.family, page "La draisienne, ancêtre du vélo", consulté le 29 juin 2021.
  5. « Les bombardements par Berthas », Excelsior, 9 janvier 1919, sur Gallica.
  6. « 7, rue Auguste-Comte », sur pss-archi.eu.
  7. La Journée industrielle, 5e colonne, 12 juillet 1939, sur RetroNews.
  8. Protections patrimoniales, 6e arrondissement, Ville de Paris, Règlement du PLU, tome 2, annexe VI, p. 153 à 219.
  9. Le Petit journal, 27 février 1913, p. 2, 1re colonne.
  10. « Monument au maréchal Ney – Paris, 6e arr. », notice sur e-monumen.net.