Tornade du 10 septembre 1896 à Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La place Saint-Sulpice, où le phénomène a débuté (gravure de Charles Pinet, 1867-1932)

La tornade du 10 septembre 1896 est un phénomène météorologique violent qui a affecté le cœur de Paris ce jour-là, un peu avant 15 heures.

Description de la tempête[modifier | modifier le code]

Décrite par la presse à l'époque comme un « cyclone » dévastateur[1] ou une « trombe », elle a causé la mort d'au moins cinq personnes et fait une centaine de blessés. De catégorie vraisemblablement F2 sur l'échelle de Fujita, elle suivait un autre « cyclone » qui a traversé Paris le 26 juillet de la même année[2].

Le phénomène, qui s'est déplacé quasiment en ligne droite, sur une bande de 150 à 300 mètres de large pour 6 km de long, a touché notamment : la place Saint-Sulpice, le quai des Grands-Augustins, où les arbres sont déracinés et les boîtes des bouquinistes dispersées ; la Seine, ou plusieurs péniches sombrent ou sont endommagées ; le Pont au Change et le Pont Saint-Michel ; l'Opéra-Comique et le Châtelet, dont les toitures sont en partie arrachées ; la rue Turbigo, la Place de la République, le canal Saint-Martin, où une femme et son enfant sont précipités à l'eau ; le boulevard de la Villette, où une fête foraine est ravagée, ainsi que le parc des Buttes-Chaumont.

Parmi les victimes, on compte[1]: un jockey anglais, Alfred Eyears[3], qui se trouvait dans une voiture découverte et fut selon les sources, soit projeté « à dix mètres de hauteur »[1], soit plus sobrement « broyé par la chute d'une cheminée »[3], quai des Orfèvres ; un journalier, M. Vandenberghe, tué par une plaque de plomb arrachée d'un toit ; un enfant de cinq ans tué par une branche d'arbre ; un porteur aux Halles, atteint d'une maladie de cœur, qui décéda le lendemain en racontant son accident ; la femme d'un marinier, Mme Lefèvre, heurtée par une branche d'arbre sur sa péniche qui sombrait.

Ce phénomène a fait l'objet à l'époque de plusieurs communications à l'Académie des Sciences[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gazette du village no  38, datée du 20 septembre 1896
  2. Une autre tornade devait affecter la région (en particulier Asnières-sur-Seine), le 18 juin de l'année suivante.
  3. a et b Le Petit Parisien, no 7260, 12 septembre 1896
  4. http://www.meteo-paris.com/chronique/?d=1890-1899

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]