Colonne Vendôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vendôme (homonymie).
Colonne Vendôme
Vendome Column A.jpg

Colonne Vendôme de trois-quart dos en 2007.

Présentation
Type
Matériau
Construction
Démolition
1871
Reconstruction en 1873-1875
Destination initiale
Commémoration de la campagne d'Allemagne (1805) jusqu'à la bataille d'Austerlitz
Statut patrimonial
Localisation
Situation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 1er arrondissement de Paris
voir sur la carte du 1er arrondissement de Paris
Red pog.svg

La colonne Vendôme est un monument parisien situé au centre de la place du même nom dans le Ier arrondissement de Paris. Elle fut érigée par Napoléon pour commémorer la bataille d'Austerlitz. Au fil des années, elle reçut les noms de colonne d'Austerlitz, puis colonne de la Victoire avant de devenir colonne de la Grande Armée. Elle est communément appelée colonne Vendôme. Il convient de ne pas la confondre avec la colonne de la Grande Armée qui se trouve près de Boulogne-sur-Mer. Elle est classée au titre des Monuments Historiques depuis le 31 mars 1992[1].

La place est desservie par les stations de métro Madeleine, Opéra et Tuileries.

Description[modifier | modifier le code]

La colonne[modifier | modifier le code]

C'est une colonne en bronze de 44,3 mètres de haut et d'environ 3,60 mètres de diamètre moyen, posée sur un socle et surmontée par une statue de Napoléon Ier. Elle a été inspirée par la colonne Trajane située dans le forum de Trajan à Rome, qui est, quant à elle, entièrement en marbre. La colonne de Juillet sur la place de la Bastille est d'une inspiration similaire.

Détail de la frise.

Son fût, constitué de 98 tambours de pierre, est recouvert d'un parement coulé avec le bronze de 1 200 canons pris aux armées russes et autrichiennes (nombre sans doute exagéré par la propagande, les historiens dénombrent environ 130 canons pris à Austerlitz) et décoré, à la manière antique, de bas-reliefs représentant des trophées et des scènes de batailles. S'enroulant en une spirale continue jusqu'au sommet, ce décor long de 280 m est composé de 425 plaques de bronze.

Les dessins des frises en bas-relief sont commandés en 1806 à Pierre-Nolasque Bergeret (1782- 1863), François Mazois (1783-1826) et Benjamin Zix (1772-1811). Vivant Denon a distribué la réalisation des bas-reliefs à des sculpteurs confirmés et à des jeunes talents : Lorenzo Bartolini, Simon-Louis Boquet (1743-1833), François Joseph Bosio, Jacques-Antoine Bouilliet, Pierre-Charles Bridan, Charles Antoine Callamard (1769-1815), Pierre Cardelli, Julie Charpentier, Claude Michel, dit Clodion, Charles-Louis Corbet, François-Nicolas Delaistre, Louis Pierre Deseine, Jacques-Edme Dumont, Antoine-Léonard du Pasquier (vers 1748-1831), Augustin Félix Fortin, Jean Joseph Foucou (six des bas-reliefs), Guillaume Francin, fils de Claude-Clair Francin, Edme Gaulle, Antoine-François Gérard, Edme-Étienne-François Gois fils, Jean-François Lorta (1752-1837), Jean-Robert-Nicolas Lucas, Antonio Moutoni, Pierre Petitot, Joseph-Gaspard Picard (1748-1818), Jean-Martin Renaud (1746-1821), Henri-Joseph Ruxthiel, Jean-Baptiste Stouf, Charles-Auguste Taunay, Simon-Louis Boizot, Guillaume Boichot, Pierre-Nicolas Beauvallet[2].

Un escalier intérieur permet d'accéder à une plate-forme située sous la statue sommitale. La statue visible de nos jours date du Second Empire. Elle est due au sculpteur Auguste Dumont et représente Napoléon Ier, en Caesar imperator, drapé dans un manteau court et portant pour attributs de sa gloire, le glaive, la victoire ailée et la couronne impériale de lauriers.

La base de la colonne Vendôme est en granite porphyroïde de Corse[3] (Algajola). L'inscription dédicatoire, rédigée à la manière antique, est la suivante :

NEAPOLIO IMP AVG
MONVMENTVM BELLI GERMANICI
ANNO MDCCCV
TRIMESTRI SPATIO DVCTV SVO PROFLIGATI
EX AERE CAPTO
GLORIAE EXERCITVS MAXIMI DICAVIT

qui peut se lire : Napoléon Empereur Auguste a consacré à la gloire de la Grande Armée cette colonne formée de l'airain conquis sur l'ennemi pendant la guerre d'Allemagne, remportée sous son commandement en 1805 en l'espace de trois mois[4].


Socle et inscription
Socle et, à droite, la dédicace.

Les trois statues de Napoléon[modifier | modifier le code]

Napoléon en César, statue réalisée par Auguste Dumont en 1863 (réplique de la statue de Chaudet).

La première statue de Napoléon en César fut réalisée par le sculpteur Antoine-Denis Chaudet (1763-1810). Cette commande est la plus importante passée par l'État au sculpteur ; il y consacra ses dernières années avant de mourir d'épuisement. La statue fut coulée en 1808 et placée au sommet de la colonne le 5 août 1810. Descendue en 1814 elle est fondue en 1818. Seul le globe de la victoire fut préservé et fut plus tard installé sur la réplique de Dumont.

Sous la monarchie de Juillet une nouvelle statue de l'empereur, en petit caporal, par Charles Émile Seurre, (aujourd'hui dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides après avoir été quelques années au carrefour de Coubevoie), est placée au sommet de la colonne le , en présence de Louis-Philippe. L'effigie mesure 3,50 m de haut.

Napoléon III la fait remplacer par une copie de la première statue en empereur romain de Chaudet, réalisée par le sculpteur Auguste Dumont. C'est cette statue, restaurée en 1875, que l'on peut voir aujourd'hui. Cependant, tandis que Chaudet avait représenté l'Empereur tenant dans sa main gauche le globe de la victoire et son épée dans sa main droite, Dumont a montré Napoléon tenant son épée de la main gauche et le globe de la victoire provenant de l'ancienne statue de Chaudet dans sa main droite.

Histoire de la colonne[modifier | modifier le code]

Le Napoléon de Seurre, aujourd'hui aux Invalides, surmonta la colonne sous la Monarchie de Juillet et la Deuxième République.

La place Vendôme, voulue par Louis XIV, est dessinée par Jules Hardouin-Mansart et comportait en son centre une statue équestre du Roi-Soleil. La place était baptisée place Louis le Grand. En 1792, les révolutionnaires détruisirent la statue, symbole du pouvoir royal.

C'est en 1800 qu'un arrêté prévoit la construction d'une colonne, au chef-lieu de chaque département, dédiée aux braves du département. À Paris, une colonne nationale sur la place de la Concorde, dédiée à la Nation et une colonne départementale sur la place Vendôme furent décidées le 20 mars (29 Ventôse an VIII), par Bonaparte Premier Consul. La colonne nationale ne vit jamais le jour, celle projetée sur la place des Piques (place Vendôme) eut un début d'existence : Lucien, frère de Napoléon Bonaparte et ministre de l'Intérieur, posa la première pierre du monument le 14 juillet 1800 (25 Messidor An VIII). Sans aboutir, l'idée fut reprise en 1803 par le Premier Consul qui confirma la construction d'une colonne place Vendôme « à l'instar de celle élevée à Rome, en l'honneur de Trajan », ornée de 108 figures des départements montées en spirale et surmontée de la statue de Charlemagne ». D'abord dédiée à la Gloire du Peuple Français, la colonne sera rapidement dédiée à la gloire de Napoléon Ier. Mais la construction fut lente et il fallut attendre 1805 et la fonte de 1 200 canons pris à l'ennemi, principalement russes et autrichiens, (au total 180 tonnes) pour que le projet, relancé par Vivant Denon, avance. C'est le fondeur Jean-Baptiste Launay qui l'a réalisée. Achevée en 1810 et dédiée à la gloire des armées victorieuses, la colonne fut baptisée colonne de la Grande Armée. Une statue de Napoléon en César par le sculpteur Antoine-Denis Chaudet (1763-1810) fut placée au sommet.

« Ah ! qu'on est fier d'être Français, quand on regarde la Colonne. » Des officiers français en uniforme et un enfant de troupe, admirent la colonne Vendôme à Paris durant le règne de Louis XVIII (un militaire à droite tient le drapeau blanc de la Restauration).

En 1814, lors de l'occupation de Paris par les troupes alliées, la statue fut enlevée à l'initiative du comte de Maubreuil et de Sosthène de La Rochefoucauld et remplacée par un drapeau blanc fleurdelisé pendant la Restauration. Elle fut fondue pour réaliser la Statue équestre de Louis XIV (place des Victoires) inaugurée en 1822[5].

La même année le goguettier Émile Debraux composa une chanson : La Colonne, à la gloire de la colonne et de Napoléon 1er. Elle eut immédiatement un très grand succès. Cette chanson lança son auteur et connut durant longtemps la célébrité[6]. Elle est à présent tout à fait oubliée par le public.

Sous la monarchie de Juillet, une nouvelle statue de l'empereur, en petit caporal, par Charles Émile Seurre, (aujourd'hui aux Invalides), est placée au sommet de la colonne le , en présence de Louis-Philippe, soucieux de capter à son profit un peu de la gloire de l'Empire.

Napoléon III, estimant que cette précieuse statue était en péril au sommet de la colonne, la fit déposer et remplacer en 1863 par une copie de la première statue en empereur romain de Chaudet, réalisée par le sculpteur Auguste Dumont. La statue déposée fut dressé sur un piedestal au rond-point de Courbevoie et y restera jusqu'au siège de Paris en 1870, ou elle sera déboulonnée et mise en sécurité[7],[8],[9]

Après la proclamation de la IIIe République, le peintre Gustave Courbet adresse une pétition au gouvernement de Défense nationale le demandant « à déboulonner la colonne, ou qu'il veuille bien lui-même en prendre l'initiative, en chargeant de ce soin l'administration du Musée d'artillerie, et en faisant transporter les matériaux à l'hôtel de la Monnaie ». Il n'a en fait que l'intention de la faire reconstruire aux Invalides. Cette demande reste sans effet. Lors de l'insurrection de la Commune de Paris, les motivations deviennent plus radicales :

« La Commune de Paris, considérant que la colonne impériale de la place Vendôme est un monument de barbarie, un symbole de force brute et de fausse gloire, une affirmation du militarisme, une négation du droit international, une insulte permanente des vainqueurs aux vaincus, un attentat perpétuel à l’un des trois grands principes de la République française, la fraternité, décrète : article unique - La colonne Vendôme sera démolie. »

La démolition avait été prévue pour le , jour anniversaire de la mort de Napoléon, mais la situation militaire avait empêché de tenir ce délai. Plusieurs fois repoussée, la cérémonie a lieu le , la colonne est abattue, non sans difficultés, à 17 h 30, sous les acclamations des Parisiens. Les plaques de bronze sont récupérées[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Après la chute de la Commune, le nouveau président de la République, le maréchal de Mac-Mahon, décide en , de faire reconstruire la Colonne Vendôme aux frais de Gustave Courbet (soit 323 091,68 francs selon le devis établi). Gustave Courbet obtient de payer près de 10 000 francs par an pendant 33 ans, mais il mourra le , la veille de recevoir la première traite à payer, d'une maladie de foie que son intempérance avait aggravée[11]. La reconstruction de la colonne est entreprise en 1873 et terminée en 1875 par l'architecte Alfred-Nicolas Normand[12]

La restauration de la colonne[modifier | modifier le code]

En 2014-2015, la colonne Vendôme est l’objet d’une campagne de restauration dirigée par Christophe Bottineau, architecte en chef des Monuments historiques, intégralement financée par l’hôtel Ritz. L’objet de la conservation-restauration était de redonner sa lisibilité à l’ouvrage par le retrait des encroûtements et empoussièrements et l’équilibrage des nuances par un nettoyage sélectif et l’application de patines ponctuelles. La restauration de la colonne Vendôme a compris la restauration des bronzes mais aussi des ouvrages de serrurerie et de ferronnerie, des couvertures et des maçonneries[13],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Colonne Vendôme », notice no PA00085790, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. La fondation Napoléon : Autour de la colonne de la Grande armée
  3. Amédée Burat. Géologie appliquée, ou, Traité de la recherche et de l'exploitation des minéraux utiles. 1843 (Livre numérique Google)
  4. Traduction contestée avec un humour ravageur par Alexandre Dumas dans l'une de ses célèbres causeries : [1]
  5. Mémoires relatifs à la Révolution française. Mémoires de Lombard de Langres, ancien ambassadeur en Hollande. Ladvocat, libraire, 1823, p. 70
  6. Gaetano Manfredonia, La chanson anarchiste en France des origines à 1914 : dansons la Ravachole !, Éditions L'Harmattan, Paris 1997, page 32 [2].
  7. Carte postale montrant la statue surmontant autrefois la colonne Vendôme dressé sur un piedestal au rond-point de Courbevoie
  8. Histoire de La Défense
  9. 1958 – Histoire de la Défense
  10. « La colonne Vendôme le 16 mai 1871 », sur www.raspouteam.org (consulté le 13 octobre 2015).
  11. Lucien Descaves, « Chroniques Historiques : Gustave Courbet et la Colonne Vendôme », sur www.luciendescaves.fr, (consulté le 12 octobre 2015).
  12. Musée Carnavalet, « Reconstruction de la Colonne Vendôme », sur carnavalet.paris.fr (consulté le 12 octobre 2015).
  13. BOUGAULT, Valérie, « Du haut de la colonne Vendôme », Connaissance des arts. Le patrimoine en France en 2015, no 681,‎ , p. 86-87
  14. HUMANN Sophie, « Une épopée de bronze », Figaro Histoire, no 24,‎ , p. 126-129

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]