École du Louvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École du Louvre
École du Louvre
Informations
Fondation 1882
Fondateur Jules Ferry, Antonin Proust, Louis Courajod, Louis Nicod de Ronchaud
Type Établissement public à caractère administratif
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 39″ nord, 2° 19′ 56″ est
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Direction
Directeur Philippe Durey
Chiffres clés
Étudiants 1600 élèves (2016)
Divers
Affiliation Membre associé de Hesam Université
Site web http://www.ecoledulouvre.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
École du Louvre

L'École du Louvre est un établissement d'enseignement supérieur du ministère de la Culture qui dispense un enseignement en histoire de l'art, archéologie, épigraphie, histoire des civilisations, anthropologie et muséologie. Elle est située à Paris, dans l'Aile de Flore du palais du Louvre.

Historique[modifier | modifier le code]

Entrée de l’École du Louvre, la porte Jaujard de l'Aile de Flore du Palais du Louvre

Fondée le 24 janvier 1882 dans l'aile Mollien du musée, selon le grand dessein de Jules Ferry, l’École du Louvre est d'abord appelée « École d'administration des musées ». La première mention du nom « École du Louvre » date du 11 avril de la même année dans le premier rapport de son directeur, Louis Nicod de Ronchaud[1].

« Monsieur le Directeur général,

Le décret du 24 janvier 1882 a institué l’École du Louvre. Il s'agit maintenant de l'organiser. [...] Le titre d'école d'administration, dont s'est servi Monsieur le Ministre des arts, ne doit pas être pris à la lettre. Ce que Monsieur Proust a voulu créer au Louvre et ce que nous y devons, ce me semble, organiser c'est une école pratique d'archéologie et d'histoire de l'art. [...] Cette école, telle que je la comprends, ne doit pas former seulement des conservateurs ou des inspecteurs de musées. Il faut qu'il puisse en sortir des voyageurs pour des missions archéologiques, des professeurs, des vulgarisateurs dont la science a besoin à notre époque plus qu'à une autre, des critiques d'art sachant ce dont ils parleront, chose très désirable et assez rare encore pour qu'on se préoccupe d'y pourvoir. En un mot, je vois dans l’École du Louvre un Séminaire de jeunes savants qu'un enseignement précis et familier, donné en présence des monuments par des maîtres autorisés, doit mettre à même de servir la science par leurs travaux et leurs découvertes dans toutes les branches de l'archéologie et de l'histoire de l'art [...]

Les conservations du Louvre ont à leur tête des hommes éminents dont la science et le dévouement sont à la hauteur des plus grandes tâches. Plusieurs se sont rendus illustres par des écrits spéciaux connus de tous ceux qui s'occupent des mêmes matières, et leur autorité est égale à leur savoir. Ils n'auront qu'à ouvrir, à des heures réglées, à un jeune auditoire empressé autour d'eux, les trésors de leur érudition en même temps que ceux de leurs collections, et à lui faire part libéralement des connaissances acquises par eux dans l'exercice de leurs fonctions. L'enseignement naîtra de la conservation comme la conservation est née de la collection. Ce sera un développement logique et, pour ainsi dire, organique, qui fera porter à ces collections tous leurs fruits et tirera de ces vastes dépôts tout ce qu'ils peuvent contenir pour le progrès de la science et l'éducation du public. »

Deuxième semestre 1882-1883, affiche des cours de l’École du Louvre

Premier rapport de Louis de Ronchaud, administrateur du musée du Louvre et directeur de l’École d'administration des musées au directeur général des Beaux Arts, Palais du Louvre, 11 avril 1882[2].

Programme de l'année de muséographie, 1934

Le premier cours est donné le 4 décembre 1882 par Eugène Revillout sur l'étude des documents démotiques du musée du Louvre. Effectivement, l'École du Louvre a d'abord pour but d'enseigner l'archéologie. Cependant, l'enseignement se développe bientôt vers d'autres domaines de l'histoire de l'art et, en 1920, est mise en place l'histoire générale de l'art, initiée dès 1902 par Salomon Reinach[1]. Ces cours constituent encore aujourd'hui la base de l'enseignement de l'établissement. De nouveaux types de cours voient peu à peu le jour : cours du soir pour les personnes salariées (1921), cours d'été (1952), cours de la ville de Paris (1959), cours en régions (1978). Dès 1927, l'école crée également une chaire de muséographie. Enfin, en 1991, est mise en place la classe préparatoire au concours de conservateur du patrimoine.

Le 25 novembre 1997, l'école devient par décret ministériel un Établissement public à caractère administratif[3].

Actuellement[modifier | modifier le code]

Depuis 1972, l'école est située dans l'aile de Flore du palais du Louvre, aménagée en 1998 par l'architecte Antoine Stinco, et dispose, depuis 1994, d'un amphithéâtre dans une autre aile, l'amphithéâtre Rohan. Sa bibliothèque dispose de l'un des plus riches fonds bibliothécaires en matière d'histoire de l'art, accessible uniquement aux élèves et aux chercheurs. Elle organise des colloques et des journées d'étude et publie plusieurs types d'ouvrages, tels que manuels d'histoire de l'art, mémoires de recherche, actes de colloques et une revue de recherche en ligne, Les Cahiers de l’École du Louvre[4].

Depuis 2002, Philippe Durey, conservateur général du patrimoine, est directeur de l'école.

Les effectifs[modifier | modifier le code]

Grâce à l'instauration du test probatoire en 1994, les effectifs de l'école demeurent à peu près constants. « Avec les redoublants, nous avons 460 étudiants en première année, environ 250 en deuxième et troisième années et seulement 130 -140 qui ayant obtenu 14 de moyenne en spécialité passent en second cycle. »[5]

L'école compte 1.600 élèves, dont 23 % de boursiers (chiffres de 2016)[6].

Cursus et durée des études[modifier | modifier le code]

Détail d'une des deux lionnes qui flanquent l'entrée de l’École du Louvre, sculpture en bronze par Auguste Cain

Établissement d’enseignement supérieur sous tutelle du Ministère de la Culture, l’École du Louvre dispense des enseignements d’histoire de l’art et des civilisations, mais aussi des techniques de sauvegarde, de conservation et de mise en valeur du patrimoine culturel. L’enseignement dispensé en majorité par des conservateurs et des professionnels du patrimoine s’appuie sur l’étude des sites, édifices, œuvres et objets patrimoniaux.

Le cursus scolaire comporte trois cycles d’études, sur le schéma européen LMD (Licence, Master, Doctorat).

Admission[modifier | modifier le code]

Hall Jaujard de l’École du Louvre (2012), aménagé par Antoine Stinco.
L'amphithéâtre Rohan, rénové en 2014 par l'architecte Étienne Dufaÿ

L'entrée en première année de premier cycle est conditionnée par la réussite d'un test probatoire, accessible dès la fin des études secondaires. De nombreux étudiants entrent néanmoins avec un niveau plus élevé (après une classe préparatoire aux grandes écoles ou une première expérience universitaire). Pour le test probatoire, « Il ne s’agit pas tant de contrôler des connaissances en histoire de l’art, que de s’assurer des acquis en histoire, en géographie, en français de nos futurs étudiants. Aujourd’hui 1/5 des candidats sont admis, parmi eux les futurs bacheliers ne représentent que 1/3 des effectifs. Les autres ont derrière eux une hypokhâgne et khâgne ou une ou deux années de fac », a précisé Philippe Durey, le directeur de l’école dans une interview accordée en 2009 au magazine Télérama[7].

Taux d'admissions à l’École du Louvre
Nombre d'inscrits Nombre de présents Nombre de reçus  % du nombre d'inscrits  % du nombre de présents
2016 1763 1670 354 20,1 % 21,2 %
2015 1874 1772 391 20,9 % 22,1 %
2014 1966 1847 396 20,1 % 21,4 %
2013 2142 2014 383 17,9 % 19 %
2012[8] 2191 2064 378 17,3 % 18,3 %
2011 2332 2188 382 16,4 % 17,45 %
2010 2348 2226 422 18 % 19 %
2008 1874 1782 395 21,1 % 22,2 %
2007 2013 1893 392 19,5 % 20,7 %
2006 1929 1811 402 20,8 % 22,2 %
2005 1759 1668 489 27,8 % 29,3 %
2004 1740 1610 501 28,8 % 31,1 %
2003 1724 1651 577 33,5 % 34,9 %
2002 1860 1771 510 27,4 % 28,8 %
2001 1889 1780 507 26,8 % 28,5 %
2000 1768 1665 452 25,6 % 27,2 %
1999 2038 1938 579 28,4 % 29,9 %
1998 2163 2038 709 32,8 % 34,8 %
1997 2373 2211 728 30,7 % 32,9 %
1996 2388 2188 734 30,7 % 33,5 %

Il est également possible d'entrer dans les autres années du cursus par équivalence, après examen du dossier de l'étudiant demandeur et selon le nombre de places disponibles.

Depuis 2017, l’École du Louvre propose aux élèves de Classe préparatoire aux grandes écoles ayant suivi deux années de classe préparatoire (Hypokhâgne et Khâgne) avec l'option Histoire des arts, la possibilité d'intégrer la troisième année de premier cycle par la Banque d'épreuves littéraires (BEL). Les admissibles doivent passer une épreuve orale d'histoire de l'art organisée par l'École du Louvre et un entretien[9].

Premier cycle[modifier | modifier le code]

Vue des espaces d'enseignements de l'Aile de Flore

Durant le premier cycle, l'élève suit un enseignement d'« histoire générale de l'art » qui couvre la plupart des époques et aires géographiques.

En première année

Amphithéâtre Dürer

En deuxième année

En troisième année

Les cours en amphithéâtre sont approfondis par des « Travaux dirigés devant les œuvres » (TDO) dans les différents musées et monuments parisiens (Louvre, musées de Cluny, Guimet, Orsay, Centre Pompidou, Quai Branly etc.) et de la région parisienne (par exemple au Château de Versailles, au Château d'Écouen et au Château de Saint-Germain-en-Laye). D'autres cours généraux concernant les techniques de création, l'iconographie, et l'histoire des collections sont également dispensés.

Parallèlement, les élèves de premier cycle sont tenus de choisir une ou deux spécialités parmi 31 matières :

  • Archéologie de l'Europe préhistorique
  • Archéologie de la Gaule
  • Histoire de l'art et archéologie égyptienne
  • Archéologie orientale
  • Histoire de l'art et archéologie du monde grec
  • Histoire de l'art et archéologie du monde étrusque et italique
  • Histoire de l'art et archéologie du monde romain
  • Histoire de l'art et archéologie des mondes paléochrétien, byzantin et copte
  • Patrimoine et archéologie militaires
  • Histoire des arts de l'Extrême-Orient
  • Art et archéologie de l'Inde et des pays indianisés de l'Asie
  • Histoire des arts de l'Islam
  • Histoire des arts d'Afrique
  • Histoire des arts d'Océanie
  • Arts des Amériques
  • Histoire de l'architecture occidentale
  • Histoire de la sculpture du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes
  • Architecture, décor et ameublement des grandes demeures
  • Histoire des arts décoratifs
  • Histoire de la mode et du costume
  • Histoire de la peinture (école française)
  • Histoire de la peinture (écoles étrangères)
  • Histoire du dessin
  • Histoire de l'estampe
  • Histoire de l'art au XIXe et au début du XXe siècle
  • Art du XXe siècle
  • Art contemporain
  • Histoire de la photographie
  • Histoire du cinéma
  • Anthropologie sociale et culturelle de l'Europe
  • Patrimoine technique et industriel

Ces cours se composent d'un cours magistral, dit « organique », qui est la base même de la spécialité, d'un cours de synthèse et d'un cours de travaux pratiques visant à approfondir des notions, des lignes directrices et à entrer dans les détails du cours organique. En septembre 2007 a débuté le cours d'histoire de la mode et du costume.

Des cours d'épigraphie (achéménide, akkadienne, copte, égyptien hiéroglyphique, hiératique, élamite, sassanide, sémitique, sumérienne, parthe, vieux perse, hittite, grecque), d'héraldique, de numismatique, d'iconographie, de dessin archéologique et d'histoire des idées, facultatifs, permettent d'enrichir le parcours général des élèves.

Des cours de langues vivantes (anglais, allemand, espagnol, italien, français langue étrangère) sont désormais obligatoires.

Le diplôme délivré à l'issue du premier cycle s'intitule « diplôme de premier cycle de l'École du Louvre » et ouvre, pour son possesseur, au titre d'« ancien élève de l'École du Louvre ».

Deuxième cycle[modifier | modifier le code]

Plus court, le deuxième cycle correspond aux débuts de la recherche et à des visées plus professionnelles.

En première année, le tronc commun se compose de plusieurs cours pour le premier semestre :

  • Introduction à la médiation et aux publics
  • Les sources de la recherche
  • Principes de Conservation-Restauration
  • Administration et gestion des musées et du patrimoine
  • Historiographie (archéologie, ethnologie, histoire de l'art)
  • Histoire de l'art : sujet diachronique
  • Histoire des collections, des musées et du patrimoine en Europe
  • Histoire et fondements de la muséologie

Au deuxième semestre, l'élève est tenu de choisir une dominante, « Objets » (questions relatives au traitement et à la préservation des collections) ou « Médiation » (questions de publics et de stratégies culturelles). Il suit un séminaire de muséographie à Paris ou en régions et doit rédiger un mémoire d'une cinquantaine de pages sous la direction d'un enseignant de l’École du Louvre chargé d'un groupe de recherche.

Cette année mène au « diplôme de muséologie de l'École du Louvre », certifié au niveau II node NSF 342 V au répertoire national des certifications professionnelles par un arrêté du 23 février 2007 (JO du 3 mars 2007).

En seconde année de deuxième cycle sont proposés six parcours :

  • recherche en histoire de l'art appliquée aux collections
  • recherche en en muséologie
  • régie et conservation préventive
  • documentation et humanités numériques
  • médiation culturelle
  • marché de l'art

Les cours sont dispensés en séminaires. L'élève est astreint à un stage de deux ou trois mois selon les parcours. Il doit également remettre un mémoire dont la taille et les objectifs varient : mémoire de recherche de cent cinquante pages pour les deux parcours recherche, mémoire de stage d'une cinquantaine de pages pour les autres parcours.

Cette seconde année se solde par l'obtention d'un « diplôme de deuxième cycle de l'École du Louvre[10] ». Ce diplôme a été habilité au grade de Master par un arrêté du 17 octobre 2006 pour une durée de deux ans (JO du 27 octobre 2006).

Parrains et marraines des promotions de deuxième cycle de l’École du Louvre[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, chaque promotion de deuxième cycle (Master 2) se voit remettre son diplôme au cours d'une cérémonie présidée par un parrain ou une marraine, choisi parmi des personnalités marquantes du monde de la culture et des musées.

Troisième cycle[modifier | modifier le code]

Ce cycle, d'une durée de trois ans, correspond à la rédaction d'une thèse rédigée sous la conduite d'un professeur de l'École. Des séminaires sont organisés, et un « diplôme de troisième cycle » couronne la fin de ce cycle effectué sur le modèle doctoral, en co-encadrement universitaire ou sans co-encadrement. Un « diplôme libre de troisième cycle » sanctionne un mémoire de recherche ne répondant pas entièrement au modèle doctoral, en termes d'encadrement et de limite de temps.

Depuis 2012, l’École du Louvre propose chaque année trois bourses de recherche pour les élèves de troisième cycle, grâce à un mécénat de la Fondation Daniel et Nina Carasso[12]. Depuis 2017, la Francis Bacon MB Art Foundation alloue également une bourse de recherche à un doctorant de l'école travaillant sur Francis Bacon[13].

Universités proposant des co-encadrements avec l’École du Louvre :[14]

Une journée d'étude des troisième cycle est organisée chaque année.

Débouchés[modifier | modifier le code]

Les débouchés professionnels de l’École du Louvre s’ordonnent autour de nombreux axes :

  • les métiers du patrimoine : conservation et restauration des objets et monuments. L’École du Louvre prépare aux concours organisés par le ministère de la Culture, pour la formation de conservateurs, attachés de conservation, chargés d’étude (musées, monuments historiques, inventaire, documentation, archives).
  • les métiers de la médiation culturelle : administration et gestion culturelle, conférenciers de monuments historiques, organisateurs d’expositions et de salons.
  • les métiers du marché de l’art : pour les galeries, les salles des ventes (commissaire-priseur), l’expertise d’objet d’art.
  • les métiers de la presse et de l’édition : journalistes d’art, éditeurs, iconographes.
  • les métiers de l’enseignement et de la recherche en histoire de l’art et archéologie.
  • les métiers du mécénat et du marketing culturels.
  • les métiers du numérique culturel et de la diffusion des savoirs.

« Sans passion, cela n’a pas de sens de s’engager dans ce type d’études. Il est nécessaire pour se former l’œil de visiter des musées, des monuments, des expositions : de voir encore et toujours des œuvres. Les jeunes manquent de plus en plus de repères historiques et iconographiques, aussi ces filières deviennent très difficiles à aborder. Les jeunes ne doivent pas sous-estimer les difficultés. Le directeur d’un musée est un historien de l’art mais il est également un chef d’entreprise. »[15]

« À la sortie de l'École du Louvre, près de 80 % des jeunes trouvent du travail dans leur domaine professionnel en tant que guide culturel, conférencier restaurateur, conservateur... »[16]

Classe préparatoire aux concours de conservateur du patrimoine[modifier | modifier le code]

En 1991, une classe a été constituée afin de préparer les élèves aux concours de conservateur du patrimoine de l'Institut national du patrimoine (INP), (spécialités « archéologie », « musées » et « monuments historiques et inventaire »). La classe préparatoire a évolué en 2011, suite à la réforme des concours des conservateurs. Les cours se décomposent en :

  • cours magistraux d'histoire
  • cours magistraux d'histoire de l'art
  • cours magistraux de méthodologie
  • cours sur les métiers du patrimoine
  • cours d'histoire des idées et actualités de la recherche
  • devoirs sur table et corrigés
  • langues

Il s'agit de l'une des deux seules classes préparatoires aux concours de l’INP.

L’École du Louvre propose également une classe préparatoire intégrée, en partenariat avec l'Institut national du patrimoine, l’École nationale des chartes et la Fondation Culture & Diversité[17].

Taux d'admission des élèves de la classe préparatoire de l'École du Louvre au concours de conservateur du patrimoine (hors spécialité archives et PTSN jusqu'en 2010 et hors spécialité archives à partir de 2011)[18]
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012[19] 2013[20] 2014[21] 2015[22]
Concours d'état :

Nombre d'admis/nombre de postes

5/6

(83 %)

3/7

(43 %)

4/8

(50 %)

5/6

(83 %)

8/13

(62 %)

4/10

(40 %)

9/17

(53 %)

6/10

(60 %)

7/12

(58 %)

10/14

(71 %)

8/16

(50 %)

10/21

(48 %)

11/20

(55 %)

7/10

(70 %)

8/11

(73 %)

Concours territorial :

Nombre d'admis/nombre de postes

5/15

(33 %)

4/10

(40 %)

5/10

(50 %)

5/9

(56 %)

5/9

(56 %)

5/7

(71 %)

7/18

(39 %)

8/13

(62 %)

7/12

(58 %)

4/10

(40 %)

4/19

(21 %)

7/19

(37 %)

4/15

(27 %)

3/7

(43 %)

2/5

(40 %)

Classe préparatoire aux concours de restaurateurs[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, l’École du Louvre s'est associée à l'Université Paris-Nanterre et au musée Rodin pour proposer une classe préparatoire aux différents concours de restaurateurs[23] (INP, École des restaurateurs de Tours, Université Paris 1, École nationale des arts visuels La Cambre). Les cours se décomposent en :

  • enseignement en histoire de l'art et en techniques de l'art
  • apprentissage en physique et chimie
  • pratiques artistiques (dessin, copie...)

Outre la préparation aux concours, l'année de formation permet d'obtenir une Licence 3 "Histoire de l'art et préparation aux concours de restaurateur".

Auditeurs[modifier | modifier le code]

L’École du Louvre est également ouverte à un public d'auditeurs. Ils ne passent pas d'examen et sont en général présents pour leur plaisir, afin d'enrichir leur culture personnel. Les formations qui leur sont proposées ne sont donc pas diplômantes. Les auditeurs choisissent les cours auxquels ils veulent assister, n'étant pas tenus par un quelconque planning, et certains fréquentent l'école pendant plusieurs dizaines d'années. Différents cours leur sont ouverts ou dédiés :

  • Les cours d'histoire de l'art et des civilisations
  • Les cours d'initiation à l'histoire de l'art
  • Les cours d'été
  • Les cours en régions
  • Les cycles « découverte »

Le nombre d'auditeurs s'élève à 16.000 dont 9.000 à Paris (chiffres de 2016). « Nous en accueillons depuis l'ouverture de l'école, cela fait partie de notre mission de diffusion culturelle et permet à l'école de s'autofinancer », relève Philippe Durey pour le journal L’Étudiant en 2016[6].

Cours d'histoire de l'art et des civilisations[modifier | modifier le code]

Les auditeurs assistent soit à des cours destinés aux élèves (cours organiques et cours complémentaires), soit à des cours qui leur sont spécifiquement réservés (cours d'histoire générale de l'art, cours d'histoire des civilisations occidentales et travaux dirigés devant les œuvres). Ce sont les cours dont l'enseignement est le plus proche de celui que reçoivent les élèves de premier cycle de l’École. Les cours durent de septembre à juin.

Cours d'initiation à l'histoire de l'art (anciens cours du soir de la Fondation Rachel Boyer)[modifier | modifier le code]

Rachel Boyer en Diane, peinte par Maurice Boutet de Monvel, 1886

Par décret du 20 juillet 1921, la fondation de la comédienne Rachel Boyer permet l'ouverture de cours du soir d'histoire de l'art[24],[25]. La rente constituée par cette fondation assure la tenue de plusieurs cours à destination d'adultes hors cursus en échange d'une participation aux frais minime[26]. Aux cours d'initiation à l'histoire générale de l'art, s'ajoutent depuis plusieurs années deux nouveaux cycles thématiques : "Représenter l'humain, représenter le sacré" et "Initiation aux techniques de création et aux principes de restauration des œuvres d'art". Les cours ont lieu de septembre à juin.

Des visites dénommées "90 minutes au musée", gérées par l'Association de l’École du Louvre, sont également organisées, avec des conférences guidées au musée du Louvre et au Centre Pompidou, et dans les rues de Paris. La première année consiste en une initiation générale à l'histoire de l'art, tandis que les années suivantes, sont proposés des cycles thématiques. Les visites ont lieu une fois par mois[27].

Cours d'été[modifier | modifier le code]

Les cours d'été ont été mis en place en 1952. Il s'agit de sessions de cours thématique hebdomadaires, complétées par des visites d'application dans des musées ou des lieux patrimoniaux. Les cours ont lieu en journée ou en soirée de mi-juin à fin juillet.

Cours en régions[modifier | modifier le code]

Initiés dés 1978, les cours en régions (cours d'initiation à l'histoire générale de l'art, cours thématiques...) sont dispensés dans 26 villes en partenariat avec les musées locaux. Ils participent de la mission de diffusion des savoirs de l’École du Louvre.

Cycles « découverte »[modifier | modifier le code]

Ces cycles de cours sont les plus récemment mis en place par l’École du Louvre, la première session ayant eu lieu à l'automne 2014. Il s'agit de cours thématique organisés sur cinq séances, à raison d'une par semaine, et complétés d'une visite d'application. Deux à quatre sessions de cours sont organisées chaque année.

Partenariats[modifier | modifier le code]

Partenariats nationaux[modifier | modifier le code]

À l'échelle nationale, l’École du Louvre a signé un partenariat de double-diplôme avec l'ESSEC en 2010, puis avec Sciences Po Paris en 2014[28].

Elle propose également depuis 2007 un cursus associé avec l'Université Paris Sud pour l'obtention d'un diplôme universitaire d'études juridiques pour les élèves de l’École du Louvre et de trois certificats d'histoire générale de l'art (CGHA), pour les étudiants de l'université[29] .

L'École du Louvre est également partenaire d'autres établissements publics ou privés dans le cadre d'échange de séminaires tels que[30] :

L'école participe aussi au programme « égalité des chances », promu par la fondation Culture et diversité, afin de permettre à des lycéens de milieux défavorisés ayant choisi l'option histoire des arts de rejoindre les rangs de ses élèves. Ce programme consiste notamment en une découverte du milieu de l'histoire de l'art en seconde et première (visites de musées, rencontre avec des professionnels, tutorat par des élèves de muséologie), en stage de préparation au test probatoire pour les terminales et en un suivi, une fois le lycéen devenu élève[31].

Partenariats internationaux[modifier | modifier le code]

Partenariats d'enseignement[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, l'Université de Montréal accueille chaque année de juillet à septembre une vingtaine d'élèves en muséologie. En réciprocité, l’école reçoit un groupe d’étudiants de la maîtrise en muséologie de l'Université de Montréal et de l'Université du Québec à Montréal (en octobre chaque année) pour un séminaire de muséologie française[32],[33].

L’École du Louvre est également engagée depuis 1997 dans un partenariat avec l'Istituto Veneto di scienze, lettere ed arti. Ils organisent ainsi chaque année un séminaire sur l'histoire de l'art vénitien ouvert aux élèves de deuxième de l’École, mais aussi à des étudiants des universités italiennes et plus largement d’Europe. Ce séminaire a lieu à Venise et ses environs[34].

En 2007, a été mis en place un programme d'échange avec l'Université de Heidelberg qui permet à une quinzaine d'étudiants de deuxième cycle d'obtenir un master international en histoire de l'art et muséologie (IMKM) et des diplômes des deux établissements. Ce partenariat est soutenu par l’Université franco-allemande (UFA)[35].

Depuis 2010, l'École adhère au programme Erasmus avec des échanges avec Bologne (Université de Bologne), Essex (Université d'Essex), Gênes (Université de Gênes), Glasgow (Université de Glasgow), Leyde (Université de Leyde), Madrid (Université Complutense de Madrid), Padoue (Université de Padoue), Pise (École Normale Supérieure de Pise), Porto (Université de Porto), Rome (Université Roma Tre), Saint-Andrews (Université de Saint Andrews) et Vienne (Université de Vienne)[36]. Un accord bilatéral a également été signé avec l’Université de Neuchâtel prévoyant chaque année un échange d’étudiants pour une année d’études[37],[38].

En juin 2010, l’Université Paris-Sorbonne et l’École du Louvre ont créé, dans le cadre d’un partenariat, un master professionnel de deux ans intitulé « Histoire de l’art et métiers des musées » et destiné à l’Université Paris-Sorbonne-Abou Dabi (PSUAD)[39]. L’école participe à l’enseignement des trois premiers semestres et organise le quatrième semestre de stages des étudiants à Paris, en lien avec les musées français[40].

Le 5 décembre 2012, l’École a signé un accord avec l’Instituto Brasileiro de Museus (IBRAM) qui permet chaque année un échange de six étudiants (trois de l’École pour des stages dans des musées du réseau IBRAM et trois brésiliens pour des séminaires) et de deux enseignants (un de l’École et un d’une université brésilienne partenaire)[41].

En 2014, l’École du Louvre a conclu un partenariat avec le Bard Graduate Center (en) afin d'envoyer un à deux élèves de Master 2 de l’école, spécialisé en arts décoratifs, passer un semestre d’étude dans l’institution new-yorkaise. En réciprocité, l’École accueille une vingtaine d’étudiants du Bard pour un séminaire sur les arts décoratifs. Un co-encadrement doctoral a également été mis en place[42]. La même année, a été signée une convention entre l’École et l’Université de Columbia de New-York, qui, de la même manière, permet l’envoi d'un à deux élèves de Master 2 pour un semestre[43].

Depuis l’été 2015 et suite à un accord avec l’Université de Pékin, l’École peut envoyer quelques élèves de deuxième cycle suivre la « PKU Summer School[44] », qui propose des cours de langue, culture et civilisation chinoises. En réciprocité, l’École du Louvre reçoit quelques étudiants de l'Université de Pékin pour sa Summer School in French Museology[45].

Séminaires d'enseignement en partenariat avec d'autres institutions :

Séminaires organisés et accueillis par l’École du Louvre :

  • Séminaire international d’été de muséologie (SIEM), à destination de jeunes professionnels internationaux du monde de la culture[49]
  • Summer School in French Museology, à destination d'étudiants d'institutions partenaires de l’École du Louvre[50]

Partenariats de stage[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, la French Heritage Society[51] propose chaque été des stages à des élèves de deuxième cycle dans des institutions patrimoniales des États-Unis : The Historic New Orleans Collection (en), Laura Plantation (en), Louisiana State Museum (en) et The National WWII Museum (en) (Nouvelle-Orléans, Louisiane) ; Historic New England (en) (Boston, Massachussetts) ; Preservation Society of Newport County (en) (Newport, Rhodes Island), Lyndhurst (mansion) (en) (Tarrytown, Up State New York)… Elle leur apporte également un soutien financier et logistique[52].

De même, l’École du patrimoine africain est un partenaire de l’École du Louvre depuis 2009 et propose des stages aux élèves de niveau Master dans des musées et des sites patrimoniaux de son réseau : Centre de Jeunes et de Loisirs de Ouinhi (Bénin), Route des chefferies et musée des Civilisations de Dschang (Cameroun)…[53]

Suite à un accord conclu en 2010 entre l’École du Louvre, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), le musée Rodin, le musée d’Orsay, le Nascher Sculpture Center et l’Université de Dallas au Texas, des élèves stagiaires de l’École du Louvre participent chaque été au projet French Sculpture Census[54], qui vise à répertorier les sculptures françaises dans les collections publiques américaines[55].

Elle a également signé une convention avec la Fondazione Musei Civici di Venezia (it), qui permet d’envoyer des élèves de deuxième ou troisième cycles en stage dans des musées vénitiens de la Fondation (Palazzo Ducale, Museo Correr, Ca'Rezzonico, Palazzo Mocenigo, Casa di Carlo Goldoni, Ca'Pesaro...) pour des durées de deux à six mois[56].

Grâce à la bourse Liliane Pingoud Soriano et un accord avec l'université privée féminine Wellesley College (États-Unis), une élève de Master 2 de l’École du Louvre est sélectionnée chaque année pour aller faire un stage au Davis Museum (en) et suivre des cours au Wellesley College. En réciprocité, une élève de l’Université américaine vient faire un stage au musée du Louvre et suivre des cours à l’École[57].

Depuis 2014, l’École du Louvre a mis en place une convention avec le pôle muséal Glasgow Museums afin que des élèves de Master 2 puissent faire des stages dans un des musées de Glasgow. Parmi ceux-ci, la Collection Burrell et le Kelvingrove Art Gallery and Museum[58].

En 2015, elle a signé un partenariat avec le musée Calouste Gulbenkian pour permettre à des élèves de deuxième cycle d'y réaliser un stage dans les domaines de la conservation, de la documentation, de l'histoire des collections, de la médiation[59]...

L’École du Louvre propose également d'autres partenariats de stage avec[60] :

Vie associative[modifier | modifier le code]

L'Association de l’École du Louvre[modifier | modifier le code]

Fondée en 1935, l'Association de l’École du Louvre est une association loi 1901 qui s’adresse à la fois aux élèves, aux alumni et aux auditeurs. Elle organise des activités en prolongement des enseignements de l’École, soutient les élèves en mettant en place des voyages d’études à tarif préférentiel et crée des liens entre les différentes générations d’anciens élèves grâce à son réseau École du Louvre Alumni[61]. Depuis 2007, l’Association décerne un prix annuel qui couronne un travail de recherche d’un élève ou ancien élève de l’École du Louvre de moins de 30 ans. Ce travail est publié par l’École dans sa collection « Mémoires de recherche »[62].

Le Bureau des élèves (BdE)[modifier | modifier le code]

Le BdE est le moteur des activités étudiantes à l’École du Louvre. Il propose de nombreuses activités par ses différents clubs (ciné-club, chorale, sport, club de jeux, groupe de création contemporaine, journal...), des offres culturelles à prix réduits, organise des voyages, des manifestations culturelles et des soirées. Il met également en place un parrainage des nouveaux élèves de l’École.

École du Louvre Junior Conseil[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la Junior entreprise de l’École du Louvre, la première créée en France dans le secteur culturel. Elle est membre de la CNJE (Confédération nationale des Junior-Entreprises) et l'ensemble de son équipe est constitué d'élèves de l’École du Louvre. Les domaines de compétence de EDL Junior Conseil comprennent[63] :

  • la recherche de mécénat
  • les études de public
  • la conception d’expositions et la scénographie
  • la recherche documentaire
  • la conception de visites ou de séminaires culturels pour les entreprises
  • les chantiers des collections
  • la création de contenu multimédia d’aide à la visite : applications smartphones ou tablettes
  • la médiation
  • le marché de l’art

Corps professoral et personnalités liées à l’École du Louvre[modifier | modifier le code]

Professeurs[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Enseignant à l'École du Louvre.

Fondateurs[modifier | modifier le code]

Antonin Proust, peint par Edouard Manet, 1880, Toledo Museum of Art (Toledo Ohio)

Présidents du Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Directeurs[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Directeur de l'École du Louvre.

Directeurs des études[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Lancé à l’automne 2016, École du Louvre Alumni est un réseau qui regroupe tous les diplômés de l’École du Louvre, ayant terminé leur scolarité. Elle vise à favoriser l’insertion professionnelle, à maintenir des liens entre ses membres et organise des évènements dédiés, autour des métiers de la culture et du patrimoine[66].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Henri Verne, Edmond Pottier, Alfred Merlin et al., L'École du Louvre, 1882-1932, Paris, Bibliothèque de l'École du Louvre, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe Durey, École du Louvre depuis 1882, , 63 p., p. 5
  2. Ecole du Louvre, « 130 ans, Ecole du Louvre », (consulté le 9 août 2017)
  3. Texte du décret du 25 novembre 1997, sur légifrance.fr.
  4. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 18 septembre 2017)
  5. entretien accordé à l'hebdomadaire Télérama en 2009 dans un numéro consacré aux Métiers de la Culture, de l'Art et du Patrimoine (www.telerama.fr)
  6. a et b Delphine Dauvergne, « Au cœur de l’École du Louvre : pour l'amour de l'art », L’Étudiant,‎ (lire en ligne)
  7. Télérama, 2009
  8. http://www.ecoledulouvre.fr/webmaster/newsletter/Lettre062012.html
  9. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 3 août 2017)
  10. Arrêté du 16 août 2010, art. 16
  11. (en) « Remise des diplômes de 2e cycle de l'Ecole du Louvre - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 9 août 2017)
  12. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 11 août 2017)
  13. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 11 août 2017)
  14. « co-encadrements doctoraux | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 9 août 2017)
  15. entretien accordé à l'hebdomadaire Télérama, 2009 consacré aux Métiers de la Culture, de l'Art et du Patrimoine [1]
  16. Delphine Dauvergne, « Au cœur de l’École du Louvre : pour l'amour de l'art », L'Etudiant,‎ (lire en ligne)
  17. INP, « Classe préparatoire intégrée », sur www.inp.fr (consulté le 3 août 2017)
  18. Statistiques sur le site officiel de l'école du Louvre
  19. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 3 août 2017)
  20. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 3 août 2017)
  21. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 3 août 2017)
  22. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 3 août 2017)
  23. Natacha Pernac, « prepa concours restaurateur Ecole du Louvre Université Paris Nanterre », sur www.prepa-concours-restaurateur.fr (consulté le 4 août 2017)
  24. http://data.bnf.fr/12426209/fondation_rachel_boyer/
  25. https://www.association-ecoledulouvre.fr/90-minutes
  26. Magdeleine Hours, Une Vie au Louvre, Paris : Robert Laffont, 1987.
  27. « 90 minutes | L'Association de L'École du Louvre », sur www.association-ecoledulouvre.fr (consulté le 13 mai 2017)
  28. « L’école du Louvre multiplie les doubles diplômes », Le Figaro Etudiant,‎ (lire en ligne)
  29. « Arrêté du 23 juillet 2012 relatif au régime des études de l'Ecole du Louvre - Article 26 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 août 2017)
  30. « Partenariats | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 4 août 2017)
  31. http://www.fimalac.com/mecenat/FCD-partenariat-ecole-louvre.html
  32. « Montréal | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  33. « 20 ans de coopération entre l'Ecole du Louvre et l'Université de Montréal », sur https://www.lojiq.org/,
  34. « Séminaire d’histoire de l’art vénitien | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  35. « Site du Master international Ecole du Louvre Heidelberg », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 4 août 2017)
  36. « Erasmus | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 13 mai 2017)
  37. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  38. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  39. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  40. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  41. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  42. « Lettre École du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  43. « Columbia University (New York, Etats-Unis) | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  44. (en) « Program - PKU Summer School », sur PKU Summer school
  45. « Peking University summer school | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  46. « Séminaire d’histoire de la muséologie | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  47. « Séminaire d’histoire de l’art néerlandais | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  48. « Séminaire d’histoire des arts décoratifs XVIIe-XIXe siècles | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  49. « Séminaire international d’été de muséologie | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  50. « Summer School in French Museology | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)
  51. (en) « Student Exchange Program », sur https://frenchheritagesociety.org/ (consulté le 7 septembre 2017)
  52. « Lettre École du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 8 août 2017)
  53. « Lettre École du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 8 août 2017)
  54. INHA, « Répertoire de sculpture française (1500-1960) dans les collections publiques américaines », sur www.inha.fr, (consulté le 7 septembre 2017)
  55. « Equipe », French Sculpture Census,‎ (lire en ligne)
  56. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 10 août 2017)
  57. (en) « fellowship », sur Wellesley College (consulté le 11 août 2017)
  58. « Lettre Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 11 août 2017)
  59. (en) « Partnership with École du Louvre - Museu Calouste Gulbenkian », Museu Calouste Gulbenkian,‎ (lire en ligne)
  60. « Stages à l'étranger | Ecole du Louvre », sur www.ecoledulouvre.fr (consulté le 11 août 2017)
  61. « L'association de l’École du Louvre en bref | L'Association de L'École du Louvre », sur www.association-ecoledulouvre.fr (consulté le 11 août 2017)
  62. « Prix de l'association | L'Association de L'École du Louvre », sur www.association-ecoledulouvre.fr (consulté le 11 août 2017)
  63. « École du Louvre Junior Conseil », Ecole du Louvre Junior Conseil,‎ (lire en ligne)
  64. Décret du 3 juillet 2014
  65. [2]
  66. « Alumni | L'Association de L'École du Louvre », sur www.association-ecoledulouvre.fr (consulté le 7 août 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]