1979

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1979 (MCMLXXIX en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour la chanson des Smashing Pumpkins, voir 1979 (chanson).

1979 est une année commune commençant un lundi.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Les négociations pour la reprise des relations bilatérales entre la Chine et l’Union soviétique qui débutent fin 1979 sont interrompues au début de 1980, avant de reprendre en 1982.
18 juin : accords SALT 2
  • 26 - 27 mars : conférence de l’OPEP. Le prix du pétrole augmente de 20 %. Début du deuxième choc pétrolier.
  • 15 - 18 juin : accords SALT 2 signés à Vienne par Brejnev et Carter, ils ne seront jamais ratifiés du fait de l'invasion de l'Afghanistan.
  • 28 - 29 juin : sommet du G7 à Tokyo qui refuse toute régulation à l’échelle internationale concertée face au second choc pétrolier et à l’inflation mondiale. Tôkyô et Bonn rejoignent Paris pour imputer la responsabilité du second choc pétrolier au laxisme monétaire et au gaspillage énergétique des États-Unis.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 17-18 janvier, Centrafrique : manifestations d’élèves contre le port obligatoire de l’uniforme imposé par le gouvernement centrafricain. L’agitation des élèves et étudiants tourne à l’émeute les 19 et 20 janvier, à la suite de la répression brutale des forces de l’ordre[1].
  • 11 - 16 mars : conférence de Kano qui met fin à la guerre civile au Tchad et met en place un gouvernement présidé par Goukouni Oueddei, chef du Frolinat (front de libération nationale) le 23 mars. La guerre civile reprend.
  • 25 mars, guerre ougando-tanzanienne : les forces tanzaniennes bombardent Kampala et Entebbe ; malgré l’appui de la Libye qui a envoyé des troupes le 4 mars, l'aéroport d’Entebbe est pris le 9 avril, Kampala tombe le lendemain[4].
  • 30 mars[5] : le FMI impose au Sénégal un Plan d’ajustement structurel (PAS), impliquant la diminution des dépenses publiques en vue de rétablir l’équilibre du budget, la liquidation des entreprises non rentables et la privatisation des firmes potentiellement ou réellement rentables, la dévaluation de la monnaie nationale, la compression des effectifs des administrations publiques et du secteur public. Les PAS se répandent dans tous les pays africains, provoquant des licenciements et des réductions de salaire, la hausse des prix, la réduction massive de l’offre scolaire, la détérioration des systèmes de santé et des conditions d’existence.
  • 9 avril, Centrafrique : les étudiants de l’Université Jean Bedel Bokassa et les écoliers de Bangui se mettent de nouveau en grève pour protester contre les arrestations d’étudiants. L’armée occupe l’Université et le gouvernement annonce qu’elle est autorisée à tirer sur les manifestants. Les meetings continuent clandestinement à Bangui (10-18 avril). Après des heurts avec la police, l’empereur ordonne l’arrestation massive des écoliers de Bangui (18-20 avril), détenus avec une extrême dureté dans prison de Ngaragba. Ceux qui résistent sont battus et dans certains cas, tués sur place[6].
  • 11 avril : le dictateur de l’Ouganda Idi Amin Dada est mis en fuite par l’armée Tanzanienne. Son régime a fait depuis 1971 environ 200 000 morts dont une partie des cadres du pays.
  • 25 septembre : promulgation de l'amendement à la loi de conciliation industrielle (Industrial Conciliation Amendment Act No 94), suite aux recommandations de la commission Wiehahn ; le gouvernement sud-africain de Pieter Willem Botha autorise l’ensemble des travailleurs noirs à se syndiquer[11].
  • 26 septembre : en Centrafrique, Bernard Christian Ayandho est nommé Premier ministre de la République centrafricaine.
  • 16 novembre : début d’une grève scolaire et estudiantine au Mali qui dure jusqu’en juin 1980. L’agitation est durement réprimée par le gouvernement du 5 décembre au  : arrestations, tortures, incorporation forcée des élèves dans l’armée, fermeture des établissements scolaires[13].

Amérique[modifier | modifier le code]

29 mars : Révolution sandiniste. Graffiti photographié en 1980
Articles détaillés : 1979 au Canada et 1979 aux États-Unis.

Océanie, Pacifique et Antarctique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1979 en Nouvelle-Calédonie.

Asie[modifier | modifier le code]

Janvier : fin du Kampuchéa démocratique, le régime des Khmers rouges au Cambodge. Entre 1975 et 1979, le régime de Pol Pot a fait périr plus d’un million de Cambodgiens sur 7 à 8 millions.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Février : incidents de frontière entre l’Irak et l’Iran.
  • Mars : Jimmy Carter doit intervenir, mais ne parvient pas à modifier la nouvelle orientation de l’accord israélo-égyptien qui laisse de côté la question des territoires.
  • 26 mars : traité de paix entre l'Égypte et Israël (Washington) mettant fin à la guerre qui durait depuis 1948[24]. L'Égypte reconnaît l'État israélien, qui évacue le Sinaï.
  • Avril : face à la menace iranienne, l’Irak conclu avec l’Arabie saoudite un accord de sécurité par lequel l’Irak s’engage à défendre l’Arabie saoudite en cas d’agression iranienne ou de menace soviétique.
  • 18 avril[25] : Saad Haddad proclame l’État du Liban libre dans la région qu’il contrôle (Liban du Sud). La Syrie ne parvient pas à dominer le réduit chrétien et diminue son engagement au Liban.
  • 26 mai : Israël restitue officiellement à l'Égypte la ville d'El Arich, capitale du Sinaï, en application des accords de Camp David. Pour sortir de l’impasse, la question des territoires jordaniens et syriens occupés par Israël est occultée, ainsi que les problèmes des implantations de colons juifs en Cisjordanie et à Gaza, du statut ultime de Jérusalem et de l’autonomie palestinienne. La coalition arabe anti-israélienne perd sa principale force militaire.
  • 29 mai : les pourparlers sur l’autonomie palestinienne reprennent entre l'Égypte et Israël en même temps que le retrait israélien du Sinaï (1979-1982).
  • 6 juin : attentats islamistes en Syrie. Un commando attaque l’école d’artillerie d’Alep et assassine 83 cadets, tous de confession alaouite. Le mouvement islamiste s’implante surtout dans les grandes villes du Nord (Alep, Hama, Homs, Lattaquié) et délaisse Damas solidement tenue par les forces armées et policières du régime.
  • 16 juillet : Saddam Hussein devient Président de la République en Iraq après avoir écarté du pouvoir son oncle, le général Ahmad Hasan al-Bakr, dirigeant baasiste historique. Il cumule les fonctions de président de la République, secrétaire général du Ba’th, chef du conseil de commandement de la révolution et commandant en chef des forces armées. Dans les jours qui suivent, ses opposants au sein du Ba’th, en majorité chiites, sont éliminés
  • 25 octobre : traité de Moscou entre L'URSS et le Yémen du Sud[26]. Les tensions entre le Yémen du Sud et le Yémen du Nord, aiguisées par la découverte de gisements pétroliers sur des frontières mal définies, poussent le gouvernement du sud à s’allier avec l’Union soviétique, à laquelle il accorde des facilités navales et aériennes.
  • 20 novembre : un groupe d’exaltés s’empare de la grande mosquée de La Mecque et proclame son chef le mahdi, homme guidé par Dieu. Les forces de polices saoudiennes, aidées par un contingent du GIGN français, reprennent le contrôle des lieux après quinze jours de siège. Les insurgés sont tous exécutés.
  • Novembre : les populations chiites du royaume saoudien, qui n’ont pas le droit de célébrer leurs culte, prises dans l’exaltation de la révolution iranienne, organisent des manifestations religieuses (Achoura) immédiatement réprimées par la police (19 morts).
  • Expulsion des chiites d’origine iranienne d'Irak.

Iran[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution iranienne.
  • 16 janvier : départ pour l'exil du shah d'Iran Mohammad Reza Pahlavi, atteint d’un cancer.
  • 1er février : proclamation de la république islamique en Iran. L’ayatollah Khomeyni, alors en exil en France, rentre en Iran et fonde une république islamique basée sur le retour à la pureté religieuse et sur le rejet de l’occidentalisation.
  • 11 février : l’ayatollah Khomeyni annonce la victoire de la révolution et prend le pouvoir. Il établit une théocratie autoritaire où il s’attribue le pouvoir suprême d’arbitrage. Mehdi Bazargan devient son premier ministre (fin le 5 novembre).
  • 30 mars: la république islamique est approuvée par référendum.
  • Avril : deuxième choc pétrolier à la suite de la révolution iranienne. Les grèves dans l’industrie iranienne du pétrole stoppent les exportations iraniennes et déclenchent une seconde vague de panique chez les pays consommateurs, qui effectuent des achats de précaution. Le cours du baril de brut triple, de 12,70 à 36 dollars entre 1979 et 1980.
  • 4 novembre : crise iranienne des otages. Quand Jimmy Carter accepte que le shah se fasse soigner à New York, des extrémistes iraniens contrôlés par le nouveau pouvoir occupent l’ambassade américaine de Téhéran et détiennent 66 otages pendant quinze mois (fin le ).
  • L’Iran de Khomeyni, hostile au "grand Satan" américain, déteste aussi l’Union soviétique et lui barre l’accès au golfe Persique et aux gisements pétroliers. Il suscite son inquiétude de voir s’étendre la contestation religieuse en Asie centrale soviétique, une des raisons de l’intervention en Afghanistan.

Europe[modifier | modifier le code]

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Naissances en 1979[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Naissances en 1979.

Décès en 1979[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décès en 1979.

Personnalités majeures décédées en 1979 :

John Wayne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jeune Afrique, Numéros 965 à 977, Groupe J.A., (présentation en ligne)
  2. Patrice Yengo, La guerre civile du Congo-Brazzaville, 1993-2002: "chacun aura sa part", Karthala, (ISBN 9782845868151, présentation en ligne)
  3. Robert Buijtenhuijs, Le Frolinat et les guerres civiles du Tchad (1977-1984): la révolution introuvable, Karthala, (ISBN 9782865371969, présentation en ligne)
  4. (en) Michael Brecher et Jonathan Wilkenfeld, A Study of Crisis, University of Michigan Press, (ISBN 9780472108060, présentation en ligne), p. 228
  5. Nations Unies Sénégal - FMI
  6. Roger Delpey, La manipulation, Grancher, (présentation en ligne)
  7. Smash Apartheid Through Workers Revolution - Permanent Revolution & Black Labor in South Africa
  8. HoG Assembly 1979.PDF
  9. Réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth
  10. Maurice Vaïsse, Dictionnaire des relations internationales de 1900 à nos jours, Armand Colin, (ISBN 9782200247386, présentation en ligne)
  11. Stanford Journal of International Studies, vol. 17, Stanford University School of Law, (présentation en ligne)
  12. Chris Cook, John Stevenson, The Routledge Companion to World History Since 1914, Routledge, (ISBN 9781134281794, présentation en ligne)
  13. Ophélie Rillon, « Les « années de braise » (Mouvement des scolaires 1977-1980) », sur maitron-en-ligne
  14. Le Saint-Siège - Saint-Père - Jean Paul II - Voyages 1979
  15. Autres Brésils - Dossiers - Elections 2002/3
  16. André Lannoy, Maîtrise des risques et sûreté de fonctionnement : repères historiques et méthodologiques, Lavoisier, (ISBN 9782743010188, présentation en ligne)
  17. Christian Rudel, L’Équateur, Karthala, (ISBN 9782865373611, présentation en ligne)
  18. NEW ZEALAND DISASTERS - AIR NEW ZEALAND PLANE CRASH ON MOUNT EREBUS - 1979
  19. Barbara Vaillant, Boat people vietnamiens : entre mémoire et diaspora, L'Harmattan, (ISBN 9782336291949, présentation en ligne)
  20. Christophe Jaffrelot, Le Pakistan, Fayard, (ISBN 9782213649771, présentation en ligne)
  21. Notes : 33. Insurrection népalaise
  22. http://www.ipu.org/parline-e/reports/arc/THAILAND_1979_E.PDF
  23. retour à l'accueil
  24. http://untreaty.un.org/unts/60001_120000/2/5/00002248.pdf
  25. Chronique Des Guerres Du Liban
  26. http://untreaty.un.org/unts/60001_120000/5/7/00008347.pdf
  27. Ante el XXVIII Congreso del PSOE · ELPAÍS.com
  28. Marie-Thérèse Bitsch, Histoire de la construction européenne de 1945 à nos jours, Editions Complexe, (ISBN 9782804800215, présentation en ligne)
  29. http://www.la-sociale.net/IMG/pdf/ksm.pdf
  30. Referendos en España (es)

Liens externes[modifier | modifier le code]