Rue de La Reynie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rue Troussevache)
Aller à : navigation, rechercher
1er, 4e arrt
Rue de La Reynie
Rue de La Reynie vue depuis la rue Quincampoix
Rue de La Reynie vue depuis la rue Quincampoix
Situation
Arrondissement 1er et 4e
Quartier Halles
Saint-Merri
Début 17 rue Quincampoix
Fin 32 rue Saint-Denis
Morphologie
Longueur 174 m
Largeur 16 m
Historique
Dénomination
Géocodification
Ville de Paris 5277
DGI 5350

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de La Reynie
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de La Reynie est une voie, ancienne, des 1er et 4e arrondissements de Paris, en France.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue prend en 1822 le nom du premier lieutenant de police Gabriel Nicolas de La Reynie (1625-1709)

Situation[modifier | modifier le code]

En 1817, la rue Trousse-Vache était située dans l'ancien 6e arrondissement, quartier des Lombards et commençait aux nos 21-23 Rue des Cinq-Diamans et finissait aux nos 82-84 rue Saint-Denis[1].
A cette époque, les numéros de la rue étaient rouges[1]. Le dernier numéro impair était le no 29 et le dernier numéro pair était le no 36.

En 1844, devenue la rue de la Reinie, cette rue d'une longueur de 120 mètres avait les mêmes caractéristiques qu'en 1817[2],[3].

Après l’absorption de la rue Ogniard, et actuellement, la rue de La Reynie d'une longueur de 174 mètres, qui est située dans les 1er et 4e arrondissements de Paris Quartiers des Halles et Saint-Merri, commence au no 17 rue Quincampoix et se termine au no 32 rue Saint-Denis

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue est connue sous le nom de rue Trousse-Vache ou rue Troussevache dès 1248. L'origine de ce nom est sujette à discussion : Il pourrait s'agir d'une enseigne de la Vache troussée, c'est-à-dire à la queue relevée mais il s'agirait plus vraisemblablement du nom de la famille Troussevache[1].
En effet, dans un cartulaire de saint Magloire, datant du mois de mai 1257, il est fait mention d'un nommé Eudes Troussevache[4].

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous le nom de rue Trousse-Vache.

Une décision ministérielle, du 18 vendémiaire an VI (), signée Letourneux, fixe la largeur de cette voie publique à 6 mètres[2].

En 1822, la rue Troussevache est renommée rue de la Reinie :

« Paris le 27 juin 1822. Au préfet de la Seine. Monsieur le préfet, j'ai l'honneur de vous informer que d'après la proposition contenue dans votre lettre du 31 mai, j'ai décidé que la rue Troussevache portera le nom de la Reinie. Le ministre secrétaire d'état de l'intérieur, signé Corbière. »

En vertu d'une ordonnance royale du 19 juillet 1840, la largeur de la rue est portée à 13 mètres.

L'actuelle rue de La Reynie est formée en 1851 de la réunion de[5] :

Jean-Paul Clébert a noté en 1952 que le rue de La Reynie devenait la rue « de l’Araignée pour les gars des environs qui aplanissent toujours les difficultés » [6].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris (1817)
  2. a et b Félix et Louis Lazare : Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 23e quartier « Lombards  », îlot no 13, F/31/83/14, îlot nos 14 et 15, F/31/83/15
  4. La famille Troussevache de l'est parisien
  5. Dictionnaire historique des rues de Paris, Jacques Hillairet, éditions de Minuit, p.22
  6. Jean-Paul Clébert, Paris insolite : VI, VII ; page 230 de l’édition achevée d’imprimer en janvier 1953 (254 pages, chez Denoël).