Clément-Auguste Andrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Clément-Auguste Andrieux
Auguste ANDRIEUX LITHO ORIGINALE AUTO PORTRAIT ATELIER PIPE 1860 01.jpg
À l'atelier ou L'Amateur, autoportrait (lithographie, vers 1860).
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Clément-Auguste Andrieux, né le à Paris et mort à Samois le [1] est un peintre français qui se spécialisa dans les scènes militaire et de genre. C'est un peintre réaliste qui subit l'influence ensuite de Gustave Courbet et de Carolus Duran. Il est l'auteur d'eaux-fortes, de dessins et de lithographies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris, Andrieux est l'élève en peinture et dessin d'Alcide-Joseph Lorentz (1813-1889) et de Charles Gleyre. Il prend part au Salon de Paris de 1850 à 1880[2],[3].

Il y présente des toiles inspirées des guerres du premier Empire, de la guerre de Crimée, de la guerre franco-allemande de 1870-71. Dans de nombreux dessins et aquarelles, il a mis en scène les pompiers de province, les gardes nationaux, les communards, les citoyens de 1793. Il fait partie de l'équipe de dessinateurs pour l'édition en quatre volumes de la suite Le Diable à Paris (Jules Hetzel, 1868).

Il collabore pour Le Monde illustré pendant la guerre de 1870 dont il est témoin.

Andrieux a gravé une eau-forte, L'Affaire de Châtillon (septembre 1870), et des lithographies, par exemple La Garde nationale au village (suite de sept lithographies humoristiques), et un album, Souvenirs d'un assiégé de septembre 1870 à janvier 1871, suite de 30 lithographies sur le siège de Paris[4]

Il finit ses jours du côté de Fontainebleau.

Il laisse à sa mort un jeune fils ; une vente aux enchères est organisée en mai 1881 pour lui venir en aide[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

  • Pierre Dupont, Chants et chansons, préface de Charles Baudelaire, ornés de gravures d'après Tony Johannot, Andrieux, Célestin Nanteuil, Paris, A. Houssiaux, 1852.
  • Harriet Beecher Stowe, La Case de l'Oncle Tom, Paris, Perrotin, 1853.
  • Edmond Robert, Petits mystères du quartier latin : Huit dessins par Andrieux, Paris, G. Havard, 1860.
  • L'Armée française à l'exposition de peinture en 1861, dessins de Gustave Staal et Andrieux, gravures de Gusman, Paris Henri Plon, 1861.
  • Victor Hugo, Le Dernier jour d'un condamné suivi de Claude Gueux, Paris, J. Hetzel, 1866.
  • Gaspard de Cherville, Histoire d'un trop bon chien, J. Hetzel, 1867.
  • Balzac, Oeuvres de jeunesse, dessins par Jean-Adolphe Beaucé, Eugène Lampsonius, Andrieux, Ed. Coppin... [et al.], Paris, Michel Lévy frères, 1868.
  • Alexandre Dumas, Les mille et un fantômes. Pascal Bruno, dessins avec Ed. Coppin, Paris, Calmann Lévy, s.d.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de Seine-et-Marne, acte de décès n°27 dressé le 16/05/1880, vues 124 et 125 / 289
  2. Fiche exposant Salon 1850, base salons du musée d'Orsay.
  3. Fiche exposant SAF 1880, base salons du musée d'Orsay.
  4. a et b Lugt, Andrieux, Clément-Auguste, Marques de collection], Fondation Custodia.
  5. Notice œuvre exposée Salon 1852, base salons du musée d'Orsay.

Liens externes[modifier | modifier le code]