Tour Denecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tour Denecourt
La Tour Denecourt 2.jpg
Présentation
Type
Style
Architecture néo-médiévale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Architecte
Construction
Localisation
Adresse
Emplacement
Coordonnées

La tour Denecourt, anciennement Fort l’empereur, est une tour d'observation de la forêt de Fontainebleau édifiée sur le sommet est de la chaine du Cassepot. Située à 136 mètres d'altitude, elle offre une vue à 360 degrés sur la forêt.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'édifice doit son nom à son concepteur Claude-François Denecourt, qui a amenagé la forêt de Fontainebleau et en a fait les premiers guides touristiques. La tour fut rebaptisée ainsi suite à la décision du conseil municipal de Fontainebleau en 1882[1].

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Tour Denecourt au sommet de la colline

La tour culmine à 136 mètres[N 1] d'altitude sur une colline. Celle-ci est accessible via la route de la tour Denecourt qui adopte une forme hélicoïdale à l'ascension de la colline. La gare de Fontainebleau - Avon, point de départ de nombreux circuits, se situe à plus de 2 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tour Denecourt vers 1912

Construite en 1851 par Claude-François Denecourt, la tour est inaugurée le par Napoléon III et l'impératrice Eugénie. Écroulée le à la suite d'un tremblement de terre[2], elle fut rebâtie par Charles Colinet grâce à une souscription publique.

Depuis, la tour est restaurée à plusieurs reprises. En 1985, l’ONF installe des tables d’orientation au sommet[3].

Structure[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative surmontée du médaillon

L'édifice, faisant 5 mètres de hauteur, reprend une structure fortifiée en pierres sèches[3].

La tourelle comporte deux niveaux de terrasse. Le premier niveau, de forme ronde, offre un aperçu sur le côté sud-est. Le deuxième et dernier niveau adopte une base carrée et est couronné par 5 créneaux. Deux tables d'orientation se trouvent sur les murets de la deuxième terrasse.

Sur le mur côté nord-ouest, sont apposés un médaillon représentant le profil de Claude-François Denecourt et une plaque commémorative rappelant la reconstruction de la tour Denecourt.

On compte 31 marches pour atteindre le premier niveau (deux paliers séparant la suite en 19-8-4) puis 16 autres pour l'ascension jusqu'au deuxième (un palier sépare les deux dernières soit 14-2).

Une borne géodésique triangulaire est présente au centre de la deuxième terrasse[4].

Panorama[modifier | modifier le code]

Depuis son deuxième niveau, la tour offre une vue sur :

Visites notables[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après les ressources du Géoportail de l'IGN, sur geoportail.gouv.fr/carte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La tour Dénecourt », sur Ville Impériale, (consulté le 18 novembre 2020)
  2. Gaston Tissandier, « Les tremblements de terre des 26 et 28 janvier 1878 en France, en Angleterre et en Espagne », La Nature. Revue des Sciences, Oxford University Press, no 245,‎ , p. 162-163 (lire en ligne)
  3. a et b Jean-François Caltot, Laredj Djebar et Antoine Legros, « Les sentiers Denecourt », Seine & Marne Mag, no 131,‎ , p. 31 (ISSN 1147-9337, lire en ligne)
  4. Réseau géodésique français, « Fontainebleau C », sur IGN Géodésie, (consulté le 18 novembre 2020)
  5. Frédéric Valletoux, « https://twitter.com/fredvalletoux/status/1338927894513545221 », sur Twitter, (consulté le 15 décembre 2020)
  6. Yoann Vallier, « Seine-et-Marne. Edouard Philippe sonde sa popularité à Fontainebleau », sur actu.fr, La République de Seine-et-Marne, (consulté le 24 décembre 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]