France 5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec les chaînes de télévision TV5, La Cinq ou La5, ni avec la série télévisée France Five.
France 5
Image illustrative de l'article France 5

Création (création de la Cinquième)
(renommage en France 5)
Propriétaire Télévision du savoir, de la formation et de l'emploi (1994-1997)
GIE La Cinquième/La Sept-Arte (1997-2000)
France Télévisions (depuis 2000)
Slogan « France 5, d'intérêt public »
Format d'image 16/9, 576i (SD) et 1080i (HD)
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Généraliste nationale publique
Siège social Issy-les-Moulineaux (France)
Ancien nom La Cinquième (1994-2002)
Chaîne sœur Réseau Outre-Mer 1re, France 2, France 3, France 4, France Ô, France Info
Site web france5.fr
Diffusion
Aire Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Drapeau de Monaco Monaco
Drapeau de la Suisse Suisse
Diffusion TNT, satellite, câble, IPTV et Web
Chronologie
Précédent Télé emploi (1992-1994) puis La Cinquième (1994-2002)

France 5, anciennement La Cinquième[1], est une chaîne de télévision généraliste française de service public diffusant depuis le et faisant partie du groupe France Télévisions. Ses programmes, principalement composés de magazines et de documentaires, sont axés sur l'éducation et le partage des savoirs et des connaissances. Sa couleur d'identification au sein du groupe de télévision public est le vert et se retrouve sur tout son habillage d'antenne.

Après avoir fait partie d'un groupement d'intérêt économique avec La Sept-Arte à partir de 1997, La Cinquième intègre le groupe France Télévisions avec la loi du . La chaîne est finalement renommée France 5 le pour mieux marquer son appartenance au groupe audiovisuel public.

Sixième chaîne de France en termes d'audience, elle est diffusée sur la TNT, le satellite, le câble, la télévision IP et le Web. Elle est également disponible dans certains pays limitrophes et ses programmes sont partiellement repris par TV5 Monde.

Histoire de la chaîne[modifier | modifier le code]

1992-1994 : La genèse[modifier | modifier le code]

Article connexe : La Cinq.

Le , la chaîne privée La Cinq, très endettée et mise en liquidation judiciaire depuis le , cesse d'émettre sur le cinquième réseau analogique terrestre de TDF. Divers projets sont alors proposés pour occuper le réseau vacant, mais la procédure habituelle d'appel à candidature par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) n'est pas suivie. Le , avec l'appui du président François Mitterrand, le gouvernement Pierre Bérégovoy préempte le réseau pour diffuser la chaîne franco-allemande Arte à partir du entre 19 h et h. Pour compléter la diffusion, le gouvernement Édouard Balladur crée la société La Télévision du savoir, de la formation et de l'emploi (future La Cinquième) par la loi du . Le journaliste Jean-Marie Cavada en prend la présidence et le philosophe Michel Serres est nommé président du Conseil scientifique de la chaîne[2],[3].

Le , le ministre de la Communication Nicolas Sarkozy impose la création d'un groupement d'intérêt économique (GIE) incluant La Sept-Arte (le pôle français d'Arte) et La Cinquième. Les chaînes doivent trouver des terrains de coopération, comme le partage de l'exploitation de programmes. La structure est dirigée par une présidence tournante[3],[4].

1994-2001 : La Cinquième[modifier | modifier le code]

Le à 18 h, La Cinquième est inaugurée sous la pyramide du Louvre en présence du Premier ministre Édouard Balladur et de 500 enfants venus de toute la France. La chaîne se présente comme celle du savoir et de la connaissance, diffusant notamment des programmes éducatifs à destination des enfants. À partir du lendemain, la chaîne diffuse tous les jours de h à 19 h en complément d'Arte[3],[5],[6]. L'habillage de la Cinquième est de Philippe Lallemant, Antoine Lantieri et Martial Valenchon.

La chaîne étend sa programmation de 19 h à minuit à partir du sur le câble parisien[7], puis sur le satellite à partir du sur Canalsatellite et du sur TPS[8]. En , le CSA autorise la chaîne d'étendre sa diffusion jusque h sur le câble[9].

En , la chaîne est l'une des premières à se doter d'un site web. Elle met à disposition des acteurs de l'éducation et de la vie sociale une banque de programmes et de services. Cette expérience d'un an est accessible sur quatre sites en France, à Lyon, Marseille, Bordeaux et en Nord-Pas-de-Calais, et un site en Grèce[10],[11].

Fin 1996, face à l'échec du GIE La Sept-Arte/La Cinquième en termes d'économies, le ministre de la Culture Philippe Douste-Blazy envisage la création d'une nouvelle société dotée d'un budget propre[12]. Cette structure est mise en place par le gouvernement Lionel Jospin après les élections législatives françaises de 1997, et se voit dotée d'un budget de 1,6 milliards d'euros. Jérôme Clément, président de La Sept-Arte, devient également PDG de La Cinquième. La chaîne se dote d'un nouvel habillage, d'un nouveau logo et lance de nouvelles émissions[3],[13].

Le , La Cinquième participe au lancement de la chaîne musicale Mezzo. Elle en détient 5 % du capital aux côtés de France Télécom, France 2 et Arte[14]. Le , le GIE La Cinquième/La Sept-Arte entre à hauteur de 25 % dans le capital de la chaîne internationale francophone TV5[11],[15].

2000 : Intégration dans France Télévisions[modifier | modifier le code]

En 1998, la ministre de la Culture Catherine Trautmann lance un projet de réforme de l'audiovisuel public qui prévoit notamment la création d'une holding regroupant les sociétés France 2, France 3, La Cinquième/La Sept-Arte et RFO pour faire face aux groupes privés[16]. Mais les Allemands s'opposent à ce que La Sept-Arte — la partie française d'Arte — intègre cette structure franco-française, menaçant l'indépendance de la chaîne franco-allemande[17].

La loi du crée la holding France Télévisions rassemblant les chaînes France 2, France 3 et La Cinquième[18],[19]. Le GIE La Cinquième/La Sept-Arte est donc dissous[20] et La Cinquième devient une société nationale de programmes[11].

À la rentrée 2001, la chaîne modifie en profondeur sa grille de programmes (à plus de 80 %) avec le lancement de nombreuses nouvelles émissions telles que C dans l'air et Les Maternelles. Cette grille est construite autour d'une hypothèse de diffusion 24h/24 en préfiguration du développement de la télévision numérique terrestre en France[11],[21].

Depuis 2002 : France 5[modifier | modifier le code]

Le , La Cinquième devient France 5 pour mieux marquer son appartenance au groupe France Télévisions. La chaîne change d'identité visuelle et se voit attribuer la couleur verte dans le groupe, complémentaire du rouge de France 2 et du bleu de France 3[2],[22].

Le , la télévision numérique terrestre française (TNT) est lancée. France 5 obtient alors son propre canal et peut désormais émettre 24h/24 sur le hertzien, comme elle le faisait déjà sur le câble et le satellite. La chaîne met alors au point une nouvelle grille des programmes, préparée depuis cinq ans. Elle dispose d'un budget d'un peu plus de 100 millions d'euros[23].

En , France 5 arrête la rediffusion de ses magazines dans son créneau horaire du canal analogique partagé avec Arte. La chaîne prépare l'arrêt de l'analogique prévu pour le [24].

La loi no 2009-258 du transforme au France Télévisions en une entreprise commune, société nationale de programme, par fusion-absorption de la quarantaine de sociétés qui composait jusque là une holding. France 5, comme ses chaînes sœurs, est désormais directement éditée par France Télévisions. De plus, la loi entérine la suppression de la publicité du service public entre 20 h et h, déjà effective depuis le . Les programmes de première partie de soirée débutent désormais à 20 h 35 au lieu de 20 h 50 auparavant[19],[25]

À la rentrée 2015, le nouveau directeur de la chaîne, Michel Field, décide de retravailler les premières parties de soirée de la chaîne, historiquement plus faibles que les journées, en misant sur l'évènementiel et des soirées thématiques[26].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

Le logo de La Cinquième est un disque bleu bombé percé d'un « 5 » blanc avec le nom de la chaîne écrit en dessous en noir avec des accents rouges. Il reprend ainsi les trois couleurs nationales. L'habillage de la Cinquième est de Philippe Lallemant, Antoine Lantieri et Martial Valenchon.

Le , pour ses cinq ans, La Cinquième change de logo et d'habillage. Le logo évolue en douceur : le disque bleu est conservé, le nom de la chaîne est supprimé et un exposant « e » est ajouté au « 5 » blanc. Le nouvel habillage de l'agence Art Design décline les bandes annonces, génériques et jingles publicitaires en trente langues étrangères[27].

Le , le groupe France Télévisions adopte une nouvelle identité visuelle conçue par l'agence Gédéon. La toute nouvelle France 5 est doté d'un nouveau logo similaire aux autres chaînes : un trapèze de couleur verte (complémentaire au rouge de France 2 et au bleu de France 3 et rappelant les couleurs RVB des écrans) avec le chiffre « 5 » en blanc positionné à l'intérieur le long du côté droit[28].

Le , France 5 dévoile un nouvel habillage signé de l'agence View. Les premiers jingles pub mêlant prises de vues réelles et images de synthèse sont rapidement remplacés car trop chers à produire. Les nouveaux jingles sont des animations de nuages de lettres sur des sons décalés. Plus tard, l'habillage doit être adapter au format 16/9[28].

Le , le logo de France 5 évolue avec l'ajout d'un effet en 3D. De plus, l'habillage de la chaîne est optimisé pour le nouveau format 16/9[29],[28]. Si le logo en 3D apparait à l'antenne, c'est l'ancien en 2D qui est toujours utilisé pour les imprimés de la chaîne[30].

Le , France 5 adopte une nouvel habillage conçu par l'agence Luigi&Luigi. Les jingles pub sont désormais des séquences colorées et chorégraphiées sur des thèmes musicaux rappelant les comédies musicales des années 1930. Au fil des années, ils connaissent différentes évolutions. Les auto-promotions sont réalisés de toutes pièces, sans images des programmes[28].

Le , la chaîne se dote d'un nouvel d'habillage signé de Les Télécréateurs. Les séquences d'autopromotion font apparaitre des rectangles de couleurs vives et une typographie noire sur carrés blancs. Les jingles pubs sont des montages rapides de plusieurs éléments visuels ayant un mouvement commun[28],[31].

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1994 : « Éduquons ! C'est une insulte ? »[32]
  • 1995 : « Vivre au XXIe siècle »
  • 2000 : « Télé bien curieuse »[32]
  •  : « Faisons connaissances »[33]
  • 2011 : « Explorer, étonner, éclairer »
  •  : « France 5, d'intérêt public »[34]

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants de France 5[modifier | modifier le code]

France 5 est présidée depuis le par le président-directeur général de France Télévisions. Depuis et la suppression du poste de directeur général, la chaîne est dirigée par le directeur de l'antenne et des programmes[35].

Présidents-directeurs généraux
Directeurs généraux
Directeurs de l'antenne et des programmes

Capital[modifier | modifier le code]

De sa création le à , La Cinquième est éditée par la société nationale de programme publique La Télévision du savoir, de la formation et de l'emploi, détenue à 100 % par l'État français. En , elle fusionne avec La Sept-Arte, le pôle français de la chaîne franco-allemande Arte, au sein d'un groupement d'intérêt économique (GIE) dont le capital est toujours détenu à 100 % par l'État français.

Le , France 5 intègre la holding France Télévisions et redevient une société nationale de programme publique détenue à 100 % par l'État français.

Le , elle perd son statut de société pour devenir une simple chaîne éditée par la nouvelle entreprise commune, France Télévisions[56], dont le capital est détenu à 100 % par l'État français via l'agence des participations de l'État (APE).

Missions[modifier | modifier le code]

La loi no 94-88 du définit les missions de la future La Cinquième.

« Une société est chargée de la conception et de la programmation d'émissions de télévision à vocation nationale favorisant l'accès au savoir, à la formation et à l'emploi sur l'ensemble du territoire. La programmation doit spécialement viser à améliorer les moyens de connaissance et de défense de la langue française tout en illustrant l'expression de la francophonie dans le monde. Une partie significative de cette programmation doit être consacrée à des programmes de promotion pour des organismes favorisant l'accès au savoir. »

— Article 2 de la loi no 94-88 du [57].

Désormais, les missions de France 5 sont précisées dans le cahier des charges de France Télévisions, fixé par le décret no 2009-796 du [58].

« France 5 est la chaîne du décryptage, du partage des savoirs et de la transmission des connaissances. Ses programmes contribuent à la découverte et à la compréhension du monde, en s'attachant tout particulièrement aux registres des sciences et techniques, des sciences humaines, de l'environnement et du développement durable. Elle valorise l'accessibilité de ses contenus pédagogiques et de connaissances par tout moyen de communication électronique et développe la coopération avec les milieux éducatifs. »

— Article 3 du décret no 2009-796 du [59].

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de La Cinquième se situe dans l'immeuble « Le Gouverneur » au 10-14 rue Horace Vernet à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine en région Île-de-France. La nécessité de contacts réguliers avec le monde culturel et éducatif ont justifié l'implantation du siège social de l'entreprise en région parisienne. En 1996, les 2 800 m2 de surface ne suffisant plus à accueillir tous les services de la chaîne, cette dernière s'étend à de nouveaux locaux d'une surface de 244 m2 situés au 18 rue Horace Vernet[60].

Le siège de France 5 se situe toujours au 10 rue Horace-Vernet à Issy-les-Moulineaux[61].

Programmes[modifier | modifier le code]

À ses débuts, les programmes éducatifs de La Cinquième sont constitués de formats courts (jamais plus de 13 minutes) destinés à rapprocher la télévision et l'école. Ils cohabitent avec d'autres formats plus longs comme les magazines éducatifs Les Écrans du savoir et Va savoir, le magazine sportif L'Esprit du sport ou encore Inventer demain qui donne la parole à des chercheurs. Organisée dans une forme de puzzle, la programmation de La Cinquième doit lutter pour que le commun des téléspectateurs y retrouve son compte. La chaîne lance des émissions emblématiques telles que Arrêt sur images, Le Journal de la santé, Les Maternelles, C dans l'air ou Silence, ça pousse !.

Aujourd'hui, la programmation de France 5 est essentiellement axée sur le documentaire et le magazine. Elle se différencie ainsi des autres chaînes de France Télévisions et de ses concurrentes nationales françaises.

Les documentaires occupent 50 % de la grille des programmes, représentant environ 4 200 heures diffusées chaque année. En 2014, la chaîne produit 351 heures de documentaires, dont 50 h avec des partenaires internationaux, et en achètent 600 heures[62],[63]. Les documentaires sont unitaires ou font partie d'une collection telle que Des trains pas comme les autres, Échappées belles, J'irai dormir chez vous, Le Doc du dimanche, Les Routes de l'impossible, Nus et culottés ou Sale temps pour la planète.

L'autre grande partie de la programmation de la chaîne consiste en des magazines. Elle diffuse chaque jour de la semaine le magazine de société Les Maternelles, le magazine de consommation La Quotidienne, le magazine culinaire La Quotidienne, la suite, les magazines de santé Le Magazine de la santé et Allô Docteurs, l'interview C à dire ?!, l'émission de débat C dans l'air, le talk-show C à vous, et le magazine culturel Entrée libre. D'autres magazines sont diffusés chaque semaine : La Grande Librairie sur la littérature, La Maison France 5 sur la décoration intérieure, Les Escapades de Petitrenaud sur la cuisine, et Silence, ça pousse ! sur le jardinage.

La chaîne diffuse occasionnellement de la fiction, que ce soit des films, des téléfilms ou des séries télévisées françaises ou étrangères. Chaque jour, elle diffuse des dessins animés dans le cadre de son programme jeunesse Zouzous.

Les premières parties de soirée abordent chacune des thèmes différents à travers des documentaires ou des magazines. Le lundi est consacré au cinéma, le mardi aux sujets de société et de géopolitique, le mercredi aux sciences et à l'archéologie, le jeudi à la littérature, le vendredi à la décoration intérieure et au jardinage, le samedi à la découverte et au voyage, et le dimanche aux sujets de consommation et d'histoire.

Présentateurs[modifier | modifier le code]

Présentateurs actuels[modifier | modifier le code]

Anciens présentateurs[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Audiences générales[modifier | modifier le code]

D'après Médiamétrie, en 2016, France 5 est la 5e chaîne de télévision la plus regardée de France, ex-æquo avec C8, avec une part d'audience moyenne annuelle de 3,4 %[64].

La chaîne conserve au fil des ans sa place de 6e chaîne nationale de France avec une audience stabilisée depuis 2004 entre 3 et 3,5 %[65],[66],[67],[68]. Elle est la seule des chaînes dites « historiques » à avoir résisté à l'arrivée de nouvelles chaînes concurrentes avec le lancement de la télévision numérique terrestre (TNT) en 2005, dont la mesure d'audience débute en 2007.

Audiences annuelles en part de marché
de La Cinquième (1995-2001) puis de France 5 (2002-2006)[69]
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
1,3 % 1,6 % 1,8 % 1,9 % 1,9 % 1,8 % 1,9 % 2,3 % 2,9 % 3,0 % 3,1 % 3,1 %
Audiences mensuelles et annuelles en part de marché de France 5
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Moyenne annuelle Rang
2007 3,3 % 6e
2008 3,0 %**
2009 3,1 % 5e
2010 3,2 % 3,4 % 3,6 % 3,2 % 6e
2011 3,4 % 3,5 % 3,3 % 3,1 % 3,3 % 3,2 % 3,1 % 3,4 % 3,2 % 3,5 % 3,3 % 7e
2012 3,7 % 3,5 % 3,6 % 3,5 % 3,8 %* 3,3 % 3,2 % 3,4 % 3,5 % 3,6 % 3,5 %* 6e
2013 3,4 % 3,0 % 3,2 % 3,3 % 3,2 % 3,3 %
2014 3,3 % 3,1 % 3,2 % 3,3 % 3,2 % 2,7 %** 3,0 % 3,5 % 3,4 % 3,5 % 3,6 % 3,2 %
2015 3,5 % 3,4 % 3,3 % 3,4 % 3,1 % 3,2 % 3,3 % 3,4 % 3,5 % 3,6 % 3,4 %
2016 3,7 % 3,5 % 3,4 % 3,3 % 3,4 % 2,9 % 3,5 % 3,6 % 3,4 % 5e
2017 3,7 %

Source : Médiamétrie[69]

Légende :

  • * : Maximum historique.
  • ** : Minimum historique.
  •      Meilleur score mensuel de l'année.
  •      Moins bon score mensuel de l'année.

Audiences du canal partagé[modifier | modifier le code]

Audiences France5.PNG

Du au , La Cinquième puis France 5 était diffusée de h à 19 h sur le cinquième réseau analogique terrestre de TDF en canal partagé avec la chaîne franco-allemande Arte. Cette tranche bénéficiait d'une mesure spécifique de son audience.

Audiences annuelles de La Cinquième[69]
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001
4,5 % 4,6 % 4,5 % 4,6 % 4,7 % 4,7 % 5,0 % 5,0 %
Audiences annuelles de France 5[69]
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
5,1 % 6,4 % 6,7 % 7,3 % 7,2 % 6,5 % 5,5 % 5,1 % 4,7 %

Records d'audiences[modifier | modifier le code]

Le lundi , France 5 réalise sa meilleure journée historique avec une part d'audience moyenne atteignant 5,2 % sur l'ensemble de la journée. Ce record est atteint grâce à la bonne forme de ses émissions en journée, Le Magazine de la santé (712 000 téléspectateurs) et Allô Docteurs (635 000), en access prime-time, C dans l'air (1,94 million) et C à vous (1,1 million), et à la bonne performance en première partie de soirée du téléfilm L'Orange de Noël de Jean-Louis Lorenzi (1,6 million)[70].

Le , France 5 réalise son record d'audience historique avec l'émission de débat C dans l'air sur les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises. Elle est suivie par 2,3 millions de téléspectateurs, soit 16,7 % de part de marché[71]. Dix ans plus tard, le , le record est battu par cette même émission sur les attentats du 13 novembre 2015 en France en attirant 2,46 millions de téléspectateurs, soit 16,5 % de part de marché[72]. Un mois plus tard, le , ce record est de nouveau battu par C dans l'air avec 2,5 millions de téléspectateurs, soit 17,2 % de part de marché. L'émission était consacrée aux résultats du premier tour des élections régionales françaises de 2015, marqué par une forte poussée du Front national[73].

Les 5 meilleures audiences de la chaîne
Date Programme Genre Téléspectateurs Part de marché
C dans l'air (Élections régionales françaises de 2015) Magazine 2 500 000 17,2 %[73]
C dans l'air (Attentats du 13 novembre 2015 en France) Magazine 2 460 000 16,5 %[72]
C dans l'air (Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises) Magazine 2 300 000 16,7 %[71]
Ripostes (Nicolas Sarkozy) Magazine 2 242 400 14,1 %[74]
C dans l'air (Élection présidentielle française de 2012) Magazine 2 172 000 14,5 %[75]

Diffusion[modifier | modifier le code]

France 5 est diffusée sur la télévision numérique terrestre, le câble, le satellite, la télévision IP et en streaming. Comme les autres chaînes publiques de France Télévisions et conformément à la loi no 86-1067 du , les distributeurs de télévision en France ont l'obligation de la reprendre gratuitement dans leurs offres[76]. La chaîne peut également être reçue dans des pays limitrophes : la Belgique, le Luxembourg, Monaco et la Suisse. De plus, ses programmes sont en partie repris par la chaîne francophone internationale TV5 Monde.

La chaîne émet en français depuis le , d'abord sous le nom de La Cinquième puis sous le nom de France 5 à partir du . Elle est diffusée au format 16/9 depuis le [77], et est disponible en haute définition (HD) sur certains supports depuis le [78].

Hertzien[modifier | modifier le code]

France 5 est diffusée en clair sur le multiplex R4 (Multi 4) de la télévision numérique terrestre (TNT) au standard MPEG-4 (HDTV) depuis le . Auparavant, elle était disponible sur le multiplex R1 (SGR1) au standard MPEG-2 (SDTV) à partir du . En France d'outre-mer, la chaîne est diffusée sur le multiplex ROM 1 de la TNT au standard MPEG-4 (SDTV) depuis le .

Du au , date de l'arrêt de la télévision analogique en France, La Cinquième puis France 5 était diffusée de h à 19 h sur le cinquième réseau analogique terrestre de TDF, en canal partagé avec la chaîne franco-allemande Arte, au standard SÉCAM L à 625 lignes.

Câble[modifier | modifier le code]

France 5 est diffusée sur le réseau câblé de SFR. En France d'outre-mer, elle est disponible sur les réseaux de SFR Caraïbe et Zeop.

Dans les autres pays francophones, elle est diffusée sur les réseaux câblés belge (SFR Belux, Telenet Group, VOO), luxembourgeois (SFR Belux), monégasque (MC Cable) et suisse (Naxoo, UPC Suisse).

La Cinquième était diffusée sur le réseau câblé parisien de h à minuit à partir du , puis jusque h à partir de .

Satellite[modifier | modifier le code]

France 5 est diffusée sur satellite via les bouquets Canalsat, Fransat, TNTSAT, Bis Télévisions, et les offres satellites de La TV d'Orange et du Bouquet TV de SFR. En France d'outre-mer, elle est disponible dans les offres de Canalsat Caraïbes, Canalsat Calédonie, Canalsat Réunion, Parabole Maurice, Parabole Réunion et Tahiti Nui Satellite.

Dans les autres pays francophones, elle est diffusée par l'opérateur belge et luxembourgeois TéléSAT.

La Cinquième était diffusée de h à 19 h dès son lancement sur le satellite Telecom 2B sur 12606V , puis sur le bouquet TPS à sa création en 1996. Elle étend sa programmation jusque minuit à partir du sur Canalsatellite et du sur TPS.

Internet[modifier | modifier le code]

France 5 est diffusée en streaming sur le site internet de la chaîne et sur le service de télévision de rattrapage Francetv pluzz. Elle est également disponible via la télévision IP sur la Freebox TV, La TV d'Orange, le Bouquet TV de SFR, la Bbox et la Wibox. En France d'outre-mer, elle est accessible dans les offres de Mediaserv, SFR Caraïbe et Zeop.

Dans les autres pays francophones, elle est diffusée par les opérateurs belge (Proximus TV), luxembourgeois (POST Luxembourg) et suisse (Swisscom TV).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le slogan du changement de nom étant « Le nom change, les visages restent », La Cinquième n'a connu aucun remaniement important permettant de la différencier - mis à part l'habillage.
  2. a et b « Chronologie de la politique de l'audiovisuel », sur Vie-publique.fr,‎ (consulté le 29 septembre 2016).
  3. a, b, c, d et e « La Cinquième, la chaîne de la connaissance », sur le site de l'INA,‎ (consulté le 29 septembre 2016).
  4. Nicole Vulser, « La Sept-Arte accélère sa diversification », sur le site des Échos,‎ (consulté le 4 octobre 2016).
  5. [vidéo]« Inauguration de La Cinquième au Journal de 20H de France 2 », sur le site de l'INA,‎ (consulté le 4 octobre 2016).
  6. [vidéo]« Inauguration de La Cinquième au 19/20 de France 3 », sur le site de l'INA,‎ (consulté le 4 octobre 2016).
  7. « Projet de loi de finances pour 1996 - La Cinquième », sur le site du Sénat,‎ (consulté le 8 octobre 2016).
  8. [PDF]« Bilan de La Cinquième - 2000 », sur le site du CSA (consulté le 7 octobre 2016).
  9. « La Cinquième : nouveaux horaires sur le câble », sur le site du CSA,‎ (consulté le 7 octobre 2016).
  10. « La Cinquième lance une banque de programmes et de services », sur le site des Échos,‎ (consulté le 6 octobre 2016).
  11. a, b, c et d « Fr5: Une émission spéciale pour fêter ses 15 ans en décembre », sur jeanmarcmorandini.com,‎ (consulté le 7 octobre 2016).
  12. Martine Esquirou, « Cinquième-Arte, mariage forcé », sur le site de Libération,‎ (consulté le 6 octobre 2016).
  13. Odile Benyahia-Kouider, « Arte-la Cinquième font la chaîne. Jérôme Clément cumule depuis hier la présidence des deux chaînes », sur le site de Libération,‎ (consulté le 6 octobre 2016).
  14. « Lancement de la chaîne Mezzo », sur le site de Libération,‎ (consulté le 7 octobre 2016).
  15. « 30 ans de TV5MONDE... », sur le site de TV5 Monde (consulté le 7 octobre 2016).
  16. Martine Esquirou, « Le gouvernement veut créer un super holding pour coiffer l'audiovisuel public », sur le site des Échos,‎ (consulté le 7 octobre 2016).
  17. Emmanuel Berretta, « France Télé sans pub : Arte ne se sent pas inquiétée », sur le site du Point,‎ (consulté le 7 octobre 2016).
  18. « Les principales dispositions de la loi du  », sur le site du ministère de la Culture,‎ (consulté le 7 octobre 2016).
  19. a et b « Histoire de France Télévisions », sur le site de France Télévisions (consulté le 7 octobre 2016).
  20. Marc Endeweld, France Télévisions, Off the Record : Histoires secrètes d'une télé publique sous influences, Éditions Flammarion, 479 p. (ISBN 2081254425, lire en ligne).
  21. Alexandre Raveleau, « Les 10 ans du succès pour France 5 », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 7 octobre 2016).
  22. « Nouvelle identité visuelle de France Télévisions », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 6 août 2016).
  23. Guy Dutheil, « 24 heures sur 24, France 5 va tenter de séduire avec "une autre télévision" », sur le site du Monde,‎ (consulté le 6 août 2016).
  24. Tony Cotte, « France 5 supprime ses rediffusions », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 6 août 2016).
  25. « La réforme de l’audiovisuel public », sur le site du ministère de la Culture,‎ (consulté le 6 août 2016).
  26. Christine Rousseau, « Michel Field : "Il n'est pas question que France 5 dorme pendant dix ans" », sur le site du Monde,‎ (consulté le 6 août 2016).
  27. Colette Boillon, « Les habits neufs de La Cinquième », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 8 octobre 2016).
  28. a, b, c, d et e Julien Baldacchino, France Télévisions - Histoires d'habillages (mémoire), , 106 p. (lire en ligne [PDF]).
  29. Alexandre Raveleau, « Nouvelle identité visuelle pour France Télévisions », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 6 août 2016).
  30. « Charte Graphique de France Télévisions », sur issuu.com,‎ (consulté le 7 août 2016).
  31. « Le nouvel habillage de France 5 », sur blog.lenodal.com,‎ (consulté le 7 août 2016).
  32. a et b Colette Boillon, « Cinq bougies pour La Cinquième », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 8 octobre 2016).
  33. Jérôme Roulet, « Faisons connaissance avec France 5 », sur toutelatele.com,‎ (consulté le 8 août 2016).
  34. Benoit Daragon, « France 5 lance une campagne de pub à l'occasion de sa nouvelle signature », sur PureMédias,‎ (consulté le 6 août 2016).
  35. « France Télévisions: Pflimlin supprime les directions de chaîne », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 22 août 2016).
  36. Odile Benyahia-Kouider, « Arte-la Cinquième font la chaîne. Jérôme Clément cumule depuis hier la présidence des deux chaînes », sur le site de Libération,‎ (consulté le 6 octobre 2016).
  37. « Jean-Pierre Cottet, directeur général de La Cinquième », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 6 août 2016).
  38. « Daniel Goudineau devient directeur général », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 6 août 2016).
  39. « Claude-Yves Robin, directeur général de France 5 », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 6 août 2016).
  40. Fernand Nouvet, « Pflimlin a nommé ses directeurs de chaîne », sur le site de L'Humanité,‎ (consulté le 6 août 2016).
  41. a et b « Jean Mino devient directeur général adjoint de La Cinquième », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 8 octobre 2016).
  42. « Norbert Balit arrive sur La Cinquième », sur le site de Libération,‎ (consulté le 8 octobre 2016).
  43. « Geneviève Giard, directrice générale de France 3 », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 8 août 2016).
  44. « France Télévisions: Alexandre Michelin, premier candidat déclaré à la présidence du groupe », sur le site de 20 minutes,‎ (consulté le 8 août 2016).
  45. « Le journaliste Philippe Vilamitjana a été nommé directeur de l'antenne et des programmes de France 5 », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 8 août 2016).
  46. Benjamin Meffre, « L'instoppable valse des patrons de chaînes à France Télévisions », sur PureMédias,‎ (consulté le 6 août 2016).
  47. Christine Rousseau, « Michel Field : "Il n’est pas question que France 5 dorme pendant dix ans" », sur le site du Monde,‎ (consulté le 6 août 2016).
  48. Benjamin Meffre, « Nathalie Darrigrand en route pour la direction de France 5 », sur PureMédias,‎ (consulté le 8 août 2016).
  49. « France 5 a une nouvelle directrice: Nathalie Darrigrand », sur le site de L'Express,‎ (consulté le 6 août 2016).
  50. « Biographie de Jacques Bouzerand », sur le site de Who's Who in France (consulté le 8 octobre 2016).
  51. [PDF]« Satellimag no 83 - avril 2008 », sur satellifax.com,‎ (consulté le 8 août 2016).
  52. « Valérie Dissaux, directrice de la communication et du marketing de France 5 », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 8 août 2016).
  53. « Laurence Cadenat », sur LinkedIn (consulté le 8 août 2016).
  54. « Daniel Duigou a été nommé médiateur de France 5 », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 8 août 2016).
  55. « Éric Martinet, nouveau médiateur de France 5 », sur le site de Télé 2 semaines,‎ (consulté le 8 août 2016).
  56. « La réforme de l’audiovisuel public », sur le site du ministère de la Culture,‎ (consulté le 6 août 2016).
  57. « Loi no 94-88 du modifiant la loi no 86-1067 du relative à la liberté de communication », sur Légifrance (consulté le 9 octobre 2016).
  58. « Les chaînes nationales gratuites », sur le site du CSA (consulté le 11 août 2016).
  59. « Décret no 2009-796 du 23 juin 2009 fixant le cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions », sur Légifrance (consulté le 11 août 2016).
  60. « Rapport 1997/1998 - L'avenir de l'audiovisuel à l'ère du numérique », sur le site du Sénat (consulté le 9 octobre 2016).
  61. « Venir à France 5 », sur le site de France 5 (consulté le 11 août 2016).
  62. Isabelle Repiton, « France 5, chaîne grand public de tous les documentaires », sur le site de l'INA,‎ (consulté le 16 août 2016).
  63. Cédric Mal, « Les documentaires à France Télévisions : bilan et perspectives 2015/2016 », sur leblogdocumentaire.fr,‎ (consulté le 16 août 2016).
  64. Charles Decant, « Audiences annuelles 2016 : TF1, France 2, France 3 et Canal+ au plus bas », sur PureMédias,‎ (consulté le 5 janvier 2017).
  65. Julien Lalande, « Les audiences des chaînes de télévision en 2012 : le grand bilan », sur PureMédias,‎ (consulté le 14 août 2016).
  66. Benoit Daragon, « Audiences : le bilan annuel 2013 des chaînes de télévision gratuites », sur PureMédias,‎ (consulté le 14 août 2016).
  67. Benoit Daragon, « Audiences : Le grand bilan 2014 des chaînes de télévision gratuites », sur PureMédias,‎ (consulté le 14 août 2016).
  68. Benoit Daragon, « Audiences : Le grand bilan 2015 des chaînes de télévision gratuites », sur PureMédias,‎ (consulté le 14 août 2016).
  69. a, b, c et d Médiamétrie, mesure d'audience, Mediametrie.fr
  70. Benoit Daragon, « Audiences : France 5 réalise sa meilleure journée historique », sur PureMédias,‎ (consulté le 14 août 2016).
  71. a et b Camille Neveux, « C dans l'air, dix ans de débats », sur le site du Journal du Dimanche,‎ (consulté le 15 août 2016).
  72. a et b Julien Bellver, « C dans l'air offre un record d'audience historique à France 5 », sur PureMédias,‎ (consulté le 15 août 2016).
  73. a et b Xavier Allain, « Régionales : C dans l'air bat son record d'audience historique »,‎ (consulté le 14 août 2016).
  74. « Ripostes bat un record d'audience avec Sarkozy », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 15 août 2016).
  75. « Record d’audience pour C dans lair », sur le site de Télé 2 Semaines,‎ (consulté le 15 août 2016).
  76. « Article 34-2 - Loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication », sur Légifrance,‎ (consulté le 13 août 2016).
  77. Julie de Meslon, « France Télévisions se met à l'heure des télés 16/9 », sur 01net,‎ (consulté le 6 août 2016).
  78. « France 5 et France 4 accessibles en HD sur Freebox », sur freenews.fr,‎ (consulté le 13 août 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]