Joseph-Marie Lo Duca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Marie Lo Duca
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Activité

Joseph-Marie Lo Duca est un écrivain et un critique de cinéma franco-italien né le à Milan et mort le 6 août 2004 à Samois-sur-Seine, près de Fontainebleau, où il vécut les dernières années de sa vie. Il est l'un des fondateurs des Cahiers du cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Passionné dès son plus jeune âge par la lecture et l'écriture, il publie à 16 ans son premier ouvrage en 1927 qui le fera connaître de tous les écrivains futuristes en Italie. Son œuvre, traduite et publiée en France, préfacée par Marcel Griaule enthousiasme de nombreux écrivains comme André Breton, Jean Cocteau et Paul Valéry qui deviendront ses fidèles admirateurs, séduiront et attireront Joseph-Marie Lo Duca vers la France et le persuaderont de rédiger ses prochains ouvrages en français.

Lo Duca vécut à Paris à partir de 1933. On lui doit Conversation sur l'histoire écrit avec Paul Valéry. Il écrit en 1942 une Histoire du cinéma, parue aux Presses universitaires de France dans la collection « Que sais-je ? » et traduite en douze langues, puis Technique du cinéma en 1943, ouvrage de référence, dans la même collection. On lui doit également Le dessin animé chez Prisma, 1948 préfacé par Walt Disney. En 1947 paraît ce qui est sans doute son plus grand succès éditorial, Le journal secret de Napoléon Bonaparte. Il écrit ensuite plusieurs essais sur le cinéma, notamment avec la collaboration de son ami Maurice Bessy : Georges Méliès, mage, Louis Lumière, inventeur. À partir de 1958, il dirige la collection « Bibliothèque Internationale d'érotologie », publiée par Jean-Jacques Pauvert ; Georges Bataille et André Breton lui rendirent alors de vibrants hommages. Et en 1961, il aide Georges Bataille, miné par la maladie, à terminer et publier son dernier ouvrage, Les Larmes d’Éros, publié dans cette collection. On retrouve le génie provocateur et l'érudition scintillante de Lo Duca dans Les Mines de Sodome (réédition Max Milo, 2001), et bien d'autres essais, notamment une somme en trois volumes sur L'Érotisme au cinéma (Pauvert, 1958-1962), qui défièrent la censure « bien pensante » de cette époque. Contre les hydres moralisatrices, les censeurs et les cagots, Lo Duca défendit toujours la liberté de penser, le droit à la liberté, le droit à la vie, « les droits de l'érotisme et le droit à l'érotisme », dont il écrit qu'il est « un phénomène individuel ; à ce titre, il exige la liberté et sa disjonction de tout contexte "moral". La morale sexuelle consiste dans cette règle fondamentale et générale : ne pas porter atteinte à autrui, par vice de consentement, par piège physique ou contrainte psychique. Le reste appartient entièrement à la vie. »[1]

En 1998, il quitte sa résidence de Nanterre, où il vivait avec sa famille, son fils et ses petits-enfants, et s'installe à Samois-sur-Seine, où il possède de nombreux amis. Pour lui rendre hommage et en souvenir de son attachement affectif à cette commune, celle-ci donne son nom à la Bibliothèque communale, située en face de la Mairie, qui se nomme désormais "Bibliothèque Lo Duca".

Bibliographie partielle[modifier | modifier le code]

  • Arturo Martini (Hoepli)
  • La Sphère de platine
  • Giorgio de Chirico (Hoepli)
  • Neige sur la baltique (Racine)
  • Histoire du cinéma, avec André Bazin et Jacques Doniol-Valcroze, Paris, "Les Cahiers du cinéma", 1950.
  • Bayard, le premier photographe
  • La Technique du cinéma
  • Le Journal Secret de Napoléon Bonaparte
  • Dictionnaire de sexologie
  • Les Mines de Sodome (réédition Max Milo, 2001)
  • Technique de l'érotisme, Paris, Jean-Jacques Pauvert, collection « Bibliothèque Internationale d'érotologie », 1958
  • L'Érotisme au cinéma, Paris, Jean-Jacques Pauvert, collection « Bibliothèque Internationale d'érotologie », trois volumes, 1958-1962
  • Histoire de l'érotisme, Paris, La Jeune Parque, collection « Les Classiques de l'univers sexuel », 1959 ; Paris, Pauvert, collection « Bibliothèque Internationale d'érotologie », 1959
  • La Douceur de vivre, Paris, Julliard, 1960
  • L'Amour, aujourd'hui, Paris, Albin Michel
  • L'Objet. Droits de l'érotisme et droit à l'érotisme, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1966
  • Érotique de l'Art, Paris, La Jeune Parque, 1966.
  • Le Huitième Sceau, Paris, Pauvert, 1968.
  • Et si nous parlions des crétins ?, Paris, Robert Laffont, 1973.
  • Et le ciel se retira…, Club du livre d'anticipation, 1980.
  • Luxure de luxe (l'art érotique dans la bande dessinée de Sandro Botticelli à Roy Lichtenstein), Paris, Éditions Dominique Leroy, 1983.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lo Duca, L'Objet. Droits de l'érotisme et droit à l'érotisme, Jean-Jacques Pauvert, 1966, p. 40-41.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :