George Sand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sand et Dupin.
George Sand
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de George Sand par Auguste Charpentier (1838) coll. Musée de la vie romantique, à Paris.

Nom de naissance Amantine Aurore Lucile Dupin
Naissance
Paris
Décès (à 71 ans)
Château de Nohant-Vic
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Romantisme
Genres

Œuvres principales

Signature de George Sand

George Sand[1] est le pseudonyme d'Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant, romancière, dramaturge, épistolière, critique littéraire française, journaliste, née à Paris le et morte au château de Nohant-Vic le .

Elle compte parmi les écrivains prolifiques avec plus de soixante-dix romans à son actif, cinquante volumes d'œuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques.

À l'image de son arrière-grand-mère, qu'elle admire[2], Madame Dupin (Louise de Fontaine 1706-1799), George Sand prend la défense des femmes, prône la passion, fustige le mariage et lutte contre les préjugés d'une société conservatrice.

George Sand a fait scandale par sa vie amoureuse agitée, par sa tenue vestimentaire masculine, dont elle a lancé la mode[3], par son pseudonyme masculin, qu'elle adopte dès 1829[4], et dont elle lance aussi la mode : après elle, Marie d'Agoult signe ses écrits Daniel Stern (1841-1845), Delphine de Girardin prend le pseudonyme de Charles de Launay en 1843.

Malgré de nombreux détracteurs comme Charles Baudelaire ou Jules Barbey d'Aurevilly[5], George Sand contribue activement à la vie intellectuelle de son époque, accueillant au domaine de Nohant ou à Palaiseau des personnalités aussi différentes que Franz Liszt, Frédéric Chopin, Marie d'Agoult, Honoré de Balzac[6], Gustave Flaubert[7], Eugène Delacroix, conseillant les uns, encourageant les autres. Elle a entretenu une grande amitié avec Victor Hugo par correspondance mais ces deux grandes personnalités ne se sont jamais rencontrées.

Elle s'est aussi illustrée par un engagement politique actif à partir de 1848, inspirant Alexandre Ledru-Rollin, participant au lancement de trois journaux : La Cause du peuple, Le Bulletin de la République, l'Éclaireur, plaidant auprès de Napoléon III la cause de condamnés, notamment celle de Victor Hugo dont elle admirait l'œuvre et dont elle a tenté d'obtenir la grâce[5] après avoir éclipsé Notre Dame de Paris avec Indiana, son premier roman.

Son œuvre est très abondante[8] et la campagne du Berry lui sert souvent de cadre. Ses premiers romans, comme Indiana (1832), bousculent les conventions sociales et magnifient la révolte des femmes en exposant les sentiments de ses contemporaines, chose exceptionnelle à l'époque et qui divisa aussi bien l'opinion publique que l'élite littéraire. Puis George Sand ouvre ses romans à la question sociale en défendant les ouvriers et les pauvres (Le Compagnon du Tour de France) et en imaginant une société sans classes et sans conflit (Mauprat, 1837 - Le Meunier d'Angibault, 1845).

Elle se tourne ensuite vers le milieu paysan et écrit des romans champêtres idéalisés comme La Mare au diable (1846), François le Champi (1848), La Petite Fadette (1849), Les Maîtres sonneurs (1853).

George Sand a abordé d'autres genres comme l'autobiographie (Histoire de ma vie, 1855) et le roman historique avec Consuelo (1843) où elle brosse, à travers la figure d'une cantatrice italienne, le paysage artistique européen du XVIIIe siècle, ou encore Les Beaux Messieurs de Bois-Doré (1858) qui multiplie les péripéties amoureuses et aventureuses dans le contexte des oppositions religieuses sous le règne de Louis XIII. Vers la fin de sa vie, elle écrit une abondante œuvre théâtrale, restée largement inédite de son vivant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Madame Dupin de Francueil achète le , le château de Nohant dans l'Indre.

Amantine Aurore Lucile Dupin, future George Sand, nait le à Paris[9] (anciennement au 15 rue Meslay devenu le no 46, dans le 3e arrondissement)[10]. Fille de Maurice Dupin de Francueil et de Sophie-Victoire Delaborde, elle est, par son père, l'arrière-petite-fille du maréchal de France, Maurice de Saxe (1696-1750)[11]. Du côté de sa mère, elle a pour grand-père Antoine Delaborde, maître paulmier et maître oiselier, qui vendait des serins et des chardonnerets à Paris, sur le quai aux Oiseaux[12],[13]. Aurore a donc une double ascendance, populaire et aristocratique, qui la marque profondément. Deux origines sociales diamétralement opposées qui expliquent la personnalité d'Aurore Dupin et son engagement politique à venir[14] :

« On n'est pas seulement l'enfant de son père, on est aussi un peu, je crois, celui de sa mère. Il me semble même qu'on l'est davantage, et que nous tenons aux entrailles qui nous ont portés, de la façon la plus immédiate, la plus puissante, la plus sacrée. Or, si mon père était l'arrière-petit-fils d'Auguste II, roi de Pologne, et si, de ce côté, je me trouve d'une manière illégitime, mais fort réelle, proche parente de Charles X et de Louis XVIII, il n'en est pas moins vrai que je tiens au peuple par le sang, d'une manière tout aussi intime et directe ; de plus, il n'y a point de bâtardise de ce côté-là. »

Hippolyte Chatiron et Aurore Dupin, en 1810.

Son père, Maurice Dupin, incorporé dans les rangs de l'armée révolutionnaire, effectue de 1798 à 1808, toutes les guerres républicaines et impériales. Pendant les campagnes d'Italie, il s'éprend de Sophie Victoire Delaborde, qui partage alors la vie de l'intendant affecté aux subsistances, l'adjudant-général Claude-Antoine Collin, âgé de cinquante ans. Victoire suit Maurice à son retour en France. La mère de ce dernier, Marie-Aurore de Saxe, fait tout pour s'opposer à leur mariage ; c'est donc à son insu que le , moins d'un mois avant la naissance de la future George Sand, le capitaine Maurice Dupin signe devant le maire du 2e arrondissement ancien de Paris, l'acte de mariage avec Victoire Delaborde[15].

Maurice Dupin a eu précédemment une liaison avec la domestique du château de Nohant, Catherine Chatiron (1779-1866) [note A]. Elle est entrée au service de Madame Dupin de Francueil, le pour une rémunération de 60 francs par an[16]. Catherine donne le jour à La Châtre le , à un fils naturel et déclaré sous le nom de Pierre Laverdure[17]. Maurice Dupin refuse de reconnaître l'enfant qui prendra l'identité d'Hippolyte Chatiron (1799-1848) [note B], le demi-frère d'Aurore. Marie-Aurore de Saxe congédie Catherine Chatiron, mais fait élever l'enfant par le précepteur de Maurice, Jean-Louis François Deschartres[18].

Les trois premières années de la vie d'Aurore Dupin s'écoulent dans le petit logis de ses jeunes parents, rue de la Grange-Batelière. En avril 1808, Victoire, enceinte de sept mois, rejoint son mari en garnison à Madrid. Elle est accompagnée de sa fille Aurore et ce, malgré le désaveu de Maurice Dupin au vu de cette périlleuse expédition et de la situation militaire espagnole. Dans le palais de Godoy, Murat témoigne beaucoup d'affection à l'enfant. Le , Victoire donne naissance à Madrid à un fils, Auguste, mais il est aveugle. Les événements politiques se précipitent et l'heure de la retraite d'Espagne a sonné. Après un voyage éprouvant, la famille arrive dans l'Indre, chez la grand-mère paternelle. Aurore découvre pour la première fois le domaine de Nohant. Malheureusement, son petit frère ne va pas survivre au voyage et décède au château, le . Une semaine plus tard, Maurice Dupin meurt accidentellement d'une chute de cheval à la sortie de La Châtre, le [19],[20].

Portraits familiaux.

D'Aurore Dupin à la baronne Dudevant[modifier | modifier le code]

Aurore Dupin de Francueil (1748-1821), née Marie-Aurore de Saxe, et sa petite-fille, Aurore Dupin et future George Sand, reçoivent le général Alphonse de Colbert (1776-1843), au château de Nohant, en 1815. Peinture d'Alphonse Lalauze.

Aurore grandit à Nohant, tout d'abord avec sa mère et sa grand-mère. Cependant, un désaccord apparaît entre les deux femmes à propos de son éducation. Un compromis est trouvé et l'engagement est pris par écrit le [21]. Marie-Aurore de Saxe a la responsabilité de l'éducation d'Aurore qui passe la majeure partie de l'année à Nohant et peut voir sa mère, installée à Paris, en hiver. Victoire reçoit une rente de sa belle-mère augmentée par une compensation financière et elle est autorisée à se rendre à Nohant pendant l'été[21]. La grand-mère confie Aurore au précepteur et homme de confiance, le vieux Jean-Louis François Deschartres[22], qui l’élève avec son demi-frère Hippolyte Chatiron. Marie-Aurore de Saxe préfère passer la mauvaise saison dans la capitale et elle demeure rue Neuve-des-Mathurins, à proximité du logement de Victoire. Malgré un droit de visite, la mère n'a pas la permission d'emmener sa fille chez elle. Cette application des accords est encore plus restrictive vis-à-vis de Caroline Delaborde [note C], la fille aînée de Victoire, qui ne doit pas approcher sa demi-sœur Aurore et encore moins de venir au domicile parisien de Madame Dupin de Francueil. Mais un incident se produit au cours de l'hiver 1810-1811. Caroline se présente chez Marie-Aurore malgré l'interdiction et elle est chassée sans ménagement par la maîtresse de maison[23]. Aurore est traumatisée par cette injustice et en tombe malade. Prise de remords, Marie-Aurore décide d'emmener elle-même sa petite-fille, une fois rétablie, chez Victoire. Au moment du retour à Nohant, Marie-Aurore propose à Victoire de les accompagner, pour ne pas perturber davantage sa fille.

George Sand restera attachée toute sa vie à Nohant et à la campagne où elle peut s'échapper dans la nature pour laisser s'épanouir son imagination. Elle reprendra le thème de la vie pastorale dans ses romans champêtres[24],[25],[26],[27]. Aurore devenant peu assidue et rebelle, sa grand-mère la met en pension au couvent des Dames Augustines anglaises de Paris pour parfaire son enseignement, du jusqu'au [21],[28],[29],[30]. Elle traverse une crise de mysticisme dans cet établissement religieux, où sa mère et grand-mère étaient emprisonnées sous la Terreur. Marie-Aurore de Saxe, imprégnée des idées du siècle des Lumières, ne tarde pas à la retirer du cloître et la fait revenir à Nohant. La santé de sa grand-mère décline. Consciente que son temps lui est compté, Marie-Aurore a pour dessein de marier sa petite-fille au plus tôt et de la faire son unique héritière, tant de ses biens que des terres et du domaine de Nohant[21]. Au mois de janvier 1821, un projet de mariage est envisagé avec l'un des cousins d'Aurore, Auguste Vallet de Villeneuve[31], veuf depuis 1812 de Laure de Ségur et propriétaire du marquisat du Blanc. Mais il est âgé de 42 ans, alors que sa promise n'a que 16 ans…

Marie-Aurore de Saxe prodigue la plus grande attention à sa petite-fille, et lui fait découvrir Jean-Jacques Rousseau. Cette affection est réciproque, Aurore apprécie sa grand-mère, à l'esprit délicat et cultivé. L'enfant complète son instruction par la lecture. Si Rousseau la fascine, d'autres philosophes captivent la jeune prodige : Chateaubriand à travers le Génie du christianisme, mais également Aristote, Condillac, Montesquieu, Blaise Pascal, Jean de La Bruyère, Montaigne, Francis Bacon, John Locke, Leibniz, ainsi que les poètes Virgile, Alexander Pope, John Milton, Dante, et William Shakespeare. Marie-Aurore de Saxe meurt le à Nohant-Vic[32],[33], quelques mois après une attaque d'apoplexie. Ses ultimes paroles sont pour sa petite-fille : « tu perds ta meilleure amie ». Au lendemain de l'enterrement de Madame Dupin de Francueil, la mère d'Aurore arrive à Nohant afin de prendre connaissance des dernières volontés de la défunte. Le frère aîné d'Auguste, le comte René, François Vallet de Villeneuve, possesseur du château de Chenonceau, est désigné pour être le tuteur d'Aurore, mineure et seule légataire à la mort de sa grand-mère. La lecture du testament provoque une violente colère de Victoire Delaborde. Toute la rancœur, contenue ces dernières années, se déchaîne brutalement à l'encontre de sa belle-mère et René Vallet de Villeneuve, par des paroles outrageantes[34]. Elle exige que sa fille vienne vivre avec elle à Paris, et c'est la rupture avec la famille paternelle. Aurore quitte Nohant avec sa mère, le .

Jean-Louis François Deschartres indique dans une correspondance en date du à Nohant que Sophie, Victoire Dupin à propos d'Aurore n'avait qu'une hâte, celle :
« de lui trouver quelques vieilles moustaches qui la débarrassent de sa fille qui était un diable ».

Les relations entre la mère et la fille deviennent vite conflictuelles. Au printemps 1822, Victoire confie Aurore à des amis de Maurice Dupin, James et Angèle Roettiers du Plessis, qui vivent avec leurs cinq filles dans le château du Plessis-Picard près de Melun. Elle reste plusieurs mois dans cette famille, où règne une excellente ambiance, et y rencontre François Casimir Dudevant, avocat à la cour royale, qu'elle épouse à Paris le 17 septembre[35]. La mère d'Aurore a la présence d'esprit d'imposer le régime dotal, Aurore conservant sa fortune personnelle de 500 000 francs, et doit recevoir de son mari une rente de 3 000 francs par an pour ses besoins personnels. Dans une longue correspondance adressée à une « belle Dame », en date du à Nohant, soit quelques jours après le mariage de la jeune Aurore, Jean-Louis Deschartres explique que la mère n'avait qu'une hâte, se délivrer de sa fille au plus tôt[36] :

« Vous auriez bien voulu Madame, entrer dans quelques détails sur les nouveaux propriétaires de Nohant […]. Vous me mandez qu'à la place de la jeune baronne, vous seriez montée chez moi, vous vous seriez jetée à mon col vous m'auriez témoigné franchise, amitié, &c. […] mais tout le monde n'a pas un cœur fait comme le vôtre ; […] il faut bien se persuader qu'entre la vieillesse et la jeunesse, l'amitié ne peut exister […]. C'est d'après ce principe que je ne suis entré en aucune discussion avec les jeunes mariés. Je ne sais sur les antécédents que ce qu'ils ont bien voulu dans la conversation me laisser connaître […]. Le jeune homme est bien fait, a la figure peu avenante quoique doux ; il a un peu la pétulance gasconne, sans en avoir la jactance. Ses parents autrefois très riches colons américains, ont cherché comme tous les propriétaires à tirer le meilleur parti possible de leur récolte en établissant des raffineries de sucre. Son père était lieutenant colonel avant la Révolution. Il a été admis chez Mme Dupin rue du roi de Sicile […]. Après sa retraite, le colonel fut député, 12 ou 15 ans ; son fils unique aura droit à la fortune paternelle qui est de 25 à 30 000 francs de revenus […]. Bref si Aurore eût pu faire un meilleur choix sous tous les rapports, elle eût pu aussi en faire un bien plus mauvais ; et vous serez étonnée que la chose n’ait pas eu lieu, lorsque vous saurez qu’après la rupture du mariage Pontcarré, la mère Mme Maurice s’adressa à M. Savin l'ami de M. de Beaumont, et lui dit de lui trouver quelques vieilles moustaches qui la débarrassent de sa fille qui était un diable […]. Savin s'est adressé à M. Roëttiers de Montaleau du Plessis, lui disant que s'il trouvait un officier à demi-solde qui pût obtenir le consentement de la jeune personne il assurait celui de la mère. Ce M. du Plessis répondit qu'il avait tout ce que l'on pouvait désirer [...]. La mère conduisit la fille au Plessis-Picard et l'y laissa seule, sans domestique : Aurore fit l'objet alors de demandes d'un aide de camp du général Subervie, jeune turc de 45 ou 50 ans sans fortune, d'un avocat fils d'un payeur à Chalons, et d'un notaire, mais la jeune personne donna sa préférence à son mari, et Mme Maurice Dupin, oubliant les obligations d'une mère qui tient à l'honneur, à la probité, à la considération, qui si elle a le malheur d'avoir une fille répréhensible par sa légèreté, coupable dans sa conduite, doit la couvrir de son manteau, la protéger, la défendre lors encore que ses erreurs et ses fautes seraient avérées, […] par une infamie qu'on ne peut expliquer, alla calomnier sa fille, dire le plus de mal possible du jeune homme à qui a voulu l'entendre […]. M. de Beaumont ajouta foi aux rapports mensongers, et pendant que cette mère vomie par l'enfer, lui racontait qu'elle avait été indignement chassée de chez elle par les jeunes gens, elle écrivait à ces derniers les lettres les plus tendres [...]. Le caractère de duplicité paraît inhérent aux individus de cette famille. »

Victoire se désiste alors de la tutelle de sa fille le au profit de Casimir Dudevant et les époux s’installent à Nohant[37],[38]. Pour Aurore, ce mariage est une opportunité de liberté, mais c'est oublier que les femmes à cette époque sont traitées en mineures jusqu'à leur mort. Aurore va vite comprendre qu'elle reste enfermée dans sa condition de vassale et que Casimir, comme ses nombreux prétendants, ne voit en elle que la riche héritière.

Le , Aurore donne naissance à son fils Maurice (1823-1889) à Paris[39]. En 1824, chez les du Plessis, Casimir gifle Aurore en public pour un motif futile[40]. Les premières fêlures du couple apparaissent et Aurore réalise que tout la sépare de son époux, grossier, peu cultivé, à l'éducation si dissemblable, dont les goûts diffèrent totalement des siens. Le hasard d'une rencontre en juillet 1825, lors d'un voyage avec Casimir à Cauterets dans les Pyrénées, permet à la jeune femme de renaître à la vie. Aurore fait la connaissance d'Aurélien de Seze, avocat de talent, substitut au tribunal de Bordeaux et neveu du défenseur de Louis XVI. Séduisant, intelligent, Aurélien a conquis le cœur d'Aurore, le temps d'une courte histoire d'amour, passionnée et platonique[41]. Ils échangent une importante correspondance, mais leurs rencontres sont rares et Aurore vient de retrouver un ami de jeunesse. Au cours de ses séjours à Nohant, elle noue une liaison avec Stéphane Ajasson de Grandsagne, originaire de La Châtre, de 1827 à 1828[41]. La rumeur publique rattrape les amants et compromet l'équilibre précaire des époux Dudevant. Le , à Nohant, Aurore met au monde une fille, Solange (1828-1899), dont la paternité est empreinte d'incertitude, du fait de la fréquentation d'Aurore avec Stéphane Ajasson de Grandsagne[42]. De son côté, Casimir se met à boire, devient odieux et entretient des relations avec les servantes[43]. La situation conjugale se dégrade, les époux font chambre à part. Aurore veut son indépendance, souhaite travailler et gérer ses biens propres. Au même moment, elle engage une nouvelle idylle avec le romancier Jules Sandeau, et désire le rejoindre à Paris. Au mois de décembre 1830, une scène éclate entre Casimir et Aurore. Elle vient de découvrir le « testament » de son mari qui se résume à des critiques venimeuses et des rancunes envers sa femme. Leur séparation est inévitable (le divorce n'existe pas à cette époque) et prononcée en sa faveur le , le tribunal de La Châtre reconnaissant prouvés les « injures graves, sévices et mauvais traitements »[44]. Face à la grande fermeté de son épouse, Casimir Dudevant s'incline et ne veut surtout pas perdre l'usufruit des possessions d'Aurore. Elle décide de vivre alternativement entre Paris et Nohant. Casimir doit lui verser une pension de 3 000 francs prévue par leur contrat de mariage[43]. Dans un premier temps, Solange et Maurice restent auprès de leur père à Nohant. Une fois établie à Paris, Aurore emmène sa fille chez elle et Casimir Dudevant se laissera convaincre par la suite, de confier Maurice à sa mère[43]. Le demi-frère d'Aurore, Hippolyte Chatiron, semble avoir joué un rôle dans le conflit qui oppose sa sœur et son beau-frère Casimir Dudevant, dont il partage le penchant pour la boisson et les fêtes[43].

D'Aurore Dupin à George Sand.

La naissance de George Sand[modifier | modifier le code]

Couverture d'une édition parue chez Calmann-Lévy.
Marie Dorval, actrice célèbre. Lithographie de Paul Delaroche en 1831.

Les 27, 28 et - journées dites les Trois Glorieuses - les insurrections parisiennes renversent les Bourbons. L'engagement politique d'Aurore Dupin et sa prise de conscience débutent véritablement à partir de cette période. Jusqu'alors, Aurore Dupin ne s'intéresse guère à la politique. Sa sensibilité est même bonapartiste, en raison du souvenir et de la carrière militaire de son père. Elle s'est opposée avec son époux Casimir Dudevant, au candidat royaliste lors des élections censitaires de 1827 en soutenant activement le candidat républicain, Duris-Dufresne à La Châtre. Le , Aurore Dupin rencontre Jules Sandeau au château du Coudray à Verneuil-sur-Igneraie. Une rencontre qui marque la jeune Aurore, et qui va influer sa destinée. Le , elle quitte Nohant pour rejoindre à Paris une petite société de jeunes Berrichons, férus de littérature romantique et qu'elle fréquentait déjà dans l'Indre : Charles Duvernet, Alphonse Fleury et Jules Sandeau. Dans ce Paris de 1831, en pleine effervescence romantique après la révolution de Juillet, où les jeunes artistes et poètes du quartier latin portaient des costumes extravagants, Aurore mène une vie de bohème avec ses compagnons, allant dans les théâtres, les musées et les bibliothèques. Ayant obtenu de la préfecture de police de l'Indre une permission de travestissement[45],[46], elle adopte un costume masculin, plus pratique et moins coûteux : elle endosse une « redingote-guérite », se noue une grosse cravate en laine, se fait couper les cheveux jusqu'aux épaules et met un chapeau de feutre mou[47],[48]. Aurore affiche sa liaison avec Jules Sandeau. Ensemble, ils commencent une carrière de journalistes au Figaro, sous l'œil sévère mais bienveillant d'Henri de Latouche, le directeur du journal. Ils écrivent en commun un roman, Rose et Blanche, publié sous le pseudonyme de J. Sand[49].

Le roman Rose et Blanche est ébauché par Aurore, mais refait entièrement par Jules Sandeau. L'ouvrage se voit attribuer par une fantaisie d'Henri de Latouche, le nom d'auteur de Jules Sand[50], qui évoque non seulement Jules Sandeau, mais aussi Karl Sand, l'étudiant bavarois assassin d'August von Kotzebue. Ce livre connaît un certain succès, au point qu'un autre éditeur se présente et commande un prochain roman sous le même nom. Comme Aurore vient d'écrire Indiana, à Nohant durant l'hiver 1831-1832, elle veut le donner sous le même pseudonyme mais Jules Sandeau, par modestie, n'accepte pas la paternité d'un livre auquel il est totalement étranger. Henri de Latouche est consulté et tranche par un compromis : le nom de Sand est conservé pour satisfaire l'éditeur et le prénom est modifié pour distinguer les deux auteurs. Aurore prend celui de George, qui lui semble synonyme de Berrichon[51]. Étymologiquement, George signifie en effet « celui qui travaille la terre ». Sa première œuvre personnelle, Indiana, est publiée le sous le nom de G. Sand et tous ses romans ultérieurs le seront sous le pseudonyme de George Sand, qu'elle adopte définitivement.

Valentine, composée à Nohant et achevée pendant l'été de 1832, est éditée trois mois après Indiana. Ces deux romans assurent la renommée de l'écrivain et améliorent beaucoup sa situation financière. Elle quitte son petit logement du cinquième étage du quai Saint-Michel pour aller s'installer dans la « mansarde bleue », un appartement plus confortable au troisième étage, sous les toits, au no 19 quai Malaquais[52]. François Buloz, le directeur de la Revue des deux Mondes, lui assure par contrat une rente annuelle de 4 000 francs en échange de trente-deux pages d'écriture toutes les six semaines. Au début de 1833, elle rompt avec Jules Sandeau, coupable d'une infidélité. Elle a une brève relation avec Prosper Mérimée, très décevante et qu'elle regrette amèrement. C'est une période sombre pour George Sand, démoralisée par ces deux déceptions. Le , paraît Lélia, une œuvre lyrique, allégorique et très originale, dont le succès est prodigieux[53].

En janvier 1833, George Sand éprouve une affection profonde pour la comédienne Marie Dorval, une amie de Jules Sandeau[54], qu'elle admire lors de l'une de ses représentations au point de lui envoyer une lettre. Leurs échanges de correspondances donnent la mesure de l'amitié intense qui lie les deux femmes et leur attachement mutuel. Ainsi le , George Sand écrit à Marie Dorval : « Je ne peux vous voir aujourd'hui, ma chérie. Je n'ai pas tant de bonheur. Lundi, matin ou soir, au théâtre ou dans votre lit, il faudra que j'aille vous embrasser, madame, ou que je fasse quelque folie. Je travaille comme un forçat, ce sera ma récompense. Adieu, belle entre toutes » et Marie de lui répondre : « Vous êtes une méchante et je comptais bien sur le bonheur de vous avoir toute la soirée dans ma loge. Nous aurions vite dîné, à cinq heures, et nous serions parties ensemble. Voyons, tâchez. Je vous ai vue hier toute la soirée, je vous ai regardée sans rencontrer vos yeux. Vous aviez l'air d'une boudeuse. C'est moi qui viendrai vous voir demain matin. Ce soir, je ne suis pas chez moi. Mon Dieu, quelle envie de causer j'ai donc ! Nous ne pourrons donc jamais nous accrocher ? »[55]. Leur relation fait l'objet de médisances à Paris, d'autant qu'elles comptent parmi les personnalités féminines les plus en vue. Gustave Planche écrit à Sand de se méfier de cette « dangereuse amitié », tandis qu'Alfred de Vigny, amant de Dorval, lui conjure : « j'ai défendu à Marie de répondre à cette Sapho qui l'ennuie » ! Missive restée sans suite[56]. En effet, Marie Dorval collabore à l'écriture de Cosima[57], pièce de théâtre de George Sand créée le à la Comédie-Française, avec la célèbre comédienne dans le premier rôle[58].

Alfred de Musset[modifier | modifier le code]

« George Sand habillée en homme » le par Eugène Delacroix. La romancière vient de se couper les cheveux après sa rupture avec le poète Alfred de Musset. Le tableau est commandé par François Buloz, le rédacteur en chef de La Revue des deux mondes.
Musée national Eugène-Delacroix.
George Sand à l'éventail
par Alfred de Musset en 1833.
Venise - Façade de l'hôtel Danieli, sur le quai des Esclavons, photographie de Carlo Naya.
George Sand et la comtesse Marie d'Agoult dans une loge au théâtre le , par Mathilde Odier née de Laborde (1815-1904).

George Sand rencontre pour la première fois Alfred de Musset le , lors d'un dîner organisé par François Buloz pour ses collaborateurs de la Revue des deux Mondes, au restaurant Lointier, no 104 rue Richelieu à Paris[59]. À la fin du mois de juillet, ils sont amants et Musset s'installe chez George Sand, quai Malaquais. Le couple se rend à Fontainebleau où ils séjournent du 5 au 13 août à l'hôtel Britannique au no 108 rue de France[60]. Une nuit, lors d'une promenade en forêt aux roches de Franchard, Musset est la proie d'une hallucination, croyant voir apparaître son double. Cette scène est évoquée dans le roman Elle et Lui et décrite également par Musset dans la Nuit de Décembre[61].

Ils conçoivent le projet d'un voyage en Italie. Ils partent le et font une partie de la traversée en compagnie de Stendhal, rencontré à Marseille et qui rejoint son poste de consul à Civitavecchia. À Gênes, George Sand souffre de fièvre et dysenterie. Ils parviennent à Venise le et descendent à l'hôtel Danieli, le . Alors que George Sand est toujours souffrante et doit rester alitée deux semaines, Musset reprend sa vie de noctambule et s'abandonne à tous les plaisirs. Déjà à Gênes et à Florence, George Sand s'est plainte des inconduites de son compagnon et décide de lui fermer sa porte à Venise[62]. Alfred de Musset tombe gravement malade à son tour, atteint d'une fièvre accompagnée de crises de délire. Les ressentiments oubliés en de tels instants, George Sand est à son chevet[63]. Elle fait appel aux soins d'un jeune médecin, Pietro Pagello, qui diagnostique une fièvre typhoïde. George Sand s'éprend de Pagello, alors que la santé de Musset s'améliore. Sa guérison assurée, Pagello lui avoue sa passion pour George Sand. Musset, stoïque, leur conserve son amitié, quitte Venise le et rentre en France[64]. Il continue néanmoins d'entretenir une correspondance avec George Sand et celle-ci, restée avec Pagello, travaille énormément à plusieurs ouvrages[65]. Elle écrit Mattea, Leone Leoni, André, Jacques, les premières Lettres d'un voyageur, puis revient en France avec Pagello.

Le , ils arrivent à Paris et Musset informé de leur retour, supplie George Sand de lui accorder une entrevue. Elle exauce son vœu et le revoit dès le 17 août. Chacun se reproche d'avoir perdu le bonheur par sa propre faute. Les remords de George Sand sont tels, qu'elle songe au suicide[66]. Conscients de ne pouvoir revenir en arrière, ils décident de s'éloigner l'un de l'autre et de quitter Paris le 24 août, Musset à Bade et Sand à Nohant. Quant à Pagello, malgré une invitation pour accompagner la romancière au Berry, il a le bon sens de rester dans la capitale. De son exil en Allemagne, Musset envoie des lettres enflammées à George Sand et elle finit par lui céder. Le , George Sand renoue avec le poète de retour en France et Pagello, jaloux, repart pour l'Italie. Mais leur nouvelle liaison ne fait que raviver les souffrances, les querelles et les reproches, une passion destructrice, qui va les consumer. Leur union n'est plus supportable et c'est Musset, fatigué, qui rompt le premier, le [67]. George Sand est désespérée, tente une réconciliation mais Musset ne répond pas à ses lettres. Elle décide de couper sa magnifique chevelure dans un accès romantique et de lui envoyer cette preuve d'amour, gage de sa peine profonde.

Elle rencontre, à la fin du mois de novembre 1834, le peintre Eugène Delacroix, à la suite d'une demande de son éditeur François Buloz. Ce dernier souhaite en effet faire connaître à ses lecteurs, par un portrait, la romancière qui écrit dans son journal depuis 1833. Delacroix immortalise George Sand, le visage empreint de tristesse. L'écrivain est vêtu en costume d'homme et montre ses cheveux coupés. Au cours de cette période douloureuse, George Sand tient un journal intime et en date du 25 novembre, elle s'adresse directement à Musset[68],[69] :

« Ce matin, j'ai posé chez Delacroix. J'ai causé avec lui en fumant des cigarettes de paille délicieuses. Il m'en a donné […] Je ne guéris pourtant pas ! Eh bien, eh bien, comme vous voudrez, mon Dieu! Faites de moi ce qui vous plaira. Je racontais mon chagrin à Delacroix ce matin, car de quoi puis-je parler, sinon de cela ? Et il me donnait un bon conseil, c'est de n'avoir plus de courage. Laissez-vous aller, disait-il. Quand je suis ainsi je ne fais pas le fier ; je ne suis pas né romain. Je m'abandonne à mon désespoir. Il me ronge, il m'abat, il me tue. Quand il en a assez, il se lasse à son tour, et il me quitte. Le mien me quittera-t-il ? Hélas ! Il augmente tous les jours. »

À la réception du colis et de son précieux contenu, Alfred de Musset fond en larmes. En ce début du mois de janvier 1835, Sand et Musset renouent leur idylle et le 14 janvier, Sand, triomphante, écrit à Alfred Tattet, le confident de Musset : « Alfred est redevenu mon amant »[70]. Le 14 février, le couple assiste à une représentation de Chatterton de Vigny à la Comédie-Française. Leur relation se poursuit, orageuse, marquée par des plaintes, des remontrances, des récriminations, jusqu'à leur rupture définitive le , mais, cette fois-ci, à l'initiative de George Sand[71].

Cette relation inspire à George Sand les trois premières Lettres d'un voyageur et à Musset La Confession d'un enfant du siècle. Après la mort d'Alfred de Musset, George Sand fait paraître Elle et lui en 1859, qui raconte leur histoire. Le frère d'Alfred, Paul de Musset, riposte en publiant Lui et elle et Louise Colet, qui eut une liaison avec Alfred de Musset, renchérit par un Lui.

Album George Sand par Alfred de Musset en 1833, dont une lettre du poète avec un dessin représentant George Sand et ses enfants, Maurice et Solange.

Michel de Bourges[modifier | modifier le code]

George Sand entreprend les procédures judiciaires à l'encontre de son mari, Casimir Dudevant. Les rapports entre les époux se sont envenimés à cause du train de vie dispendieux de Casimir qui s'est engagé dans des opérations hasardeuses. George Sand craint à juste titre, qu'il ne provoque sa ruine. Des amis lui recommandent le célèbre avocat républicain Louis Michel, pour plaider sa séparation définitive avec le baron Dudevant. L'avocat, plus connu sous le pseudonyme de sa ville, Michel de Bourges, est doué d'un grand talent oratoire et intervient dans les procès politiques de la monarchie de Juillet. Le , George Sand le rencontre dans l'ancienne capitale du Berry et lui expose son affaire. Michel venait de lire son roman Lélia et sous le charme de George Sand, lui offre une plaidoirie impressionnante, en arpentant les rues de Bourges toute une nuit. La séduction est réciproque, George Sand le retrouve en mai à Paris et devient sa maîtresse[72]. Avec Michel de Bourges commence une double passion, amoureuse et politique. Michel convertit George Sand, déjà sensible aux opinions républicaines, aux idées socialistes[73]. L'engagement de cette dernière est tel que son appartement parisien est transformé en cénacle républicain et par voie de conséquence, sous surveillance policière. Michel gagne le procès en séparation de George Sand, au terme d'une longue procédure, le [74]. Il promet à George Sand de vivre avec elle, mais c'est un homme marié et qui va le rester. En raison de sa peur de sa femme et de la forte personnalité de la romancière, il rompt leur liaison délétère qui prend fin au mois de juin 1837, après des reproches mutuels. Cette séparation douloureuse déstabilise George Sand. Les liaisons qui suivent restent sans lendemain : Félicien Mallefille le précepteur de son fils Maurice[72], Charles Didier ou l'acteur Pierre Bocage. Ce dernier lui restera fidèle en amitié.

George Sand dédie la sixième des Lettres d'un voyageur à Éverard, surnom qu'elle donne à Michel de Bourges. Il lui inspire également le personnage de l'avocat Simon, dans le roman du même nom en 1836[75]. Un autre ouvrage intitulé Engelwald le Chauve n'est pas sans évoquer Michel de Bourges, mais l'œuvre ne sera jamais publiée et le manuscrit est détruit en 1864 par l'auteur[76].

Franz Liszt et Marie d'Agoult[modifier | modifier le code]

Franz Liszt (1847).

Alfred de Musset présente George Sand à Franz Liszt, compositeur, pianiste virtuose et professeur de musique d'Herminie, la sœur du poète. Franz Liszt est transporté par le mouvement de 1830, influencé par les idées saint-simoniennes et enthousiasmé par Lamennais. La lecture de Leone Leoni, transposition de Manon Lescaut dans le mode romantique, a fait de lui un admirateur de George Sand[77]. Leur relation restera purement amicale. Le célèbre pianiste a un élève de talent, Hermann Cohen et l'introduit dans le cercle parisien où se retrouvent écrivains et musiciens. En 1834, George Sand et l'abbé Lamennais font ainsi la connaissance du protégé de Liszt, qui s'accroche à son mentor, et sont tous deux charmés par le jeune garçon[78]. Franz Liszt le surnomme Puzzi, traduction de « mignon » en allemand et la romancière commence à parler de lui comme le mélancolique Puzzi. L'enfant, promis à une brillante carrière artistique, rencontre régulièrement George Sand qui lui prodigue beaucoup d'affection et le considère comme un second fils[78].

Le , George Sand part de Nohant avec ses enfants, pour se rendre en Suisse où l'attendent ses amis Franz Liszt et Marie d'Agoult[72]. Marie a quitté son mari et sa fille pour rejoindre Franz Liszt à Genève en juin 1835 et la passion qui les unit, plaît à George Sand. Il s'agit du second séjour de l'écrivain dans les Alpes. Franz et Arabella, pseudonyme romantique de Marie d'Agoult, accompagnent George Sand dans son périple qui commence par l'étape de Chamonix, avec leur protégé Hermann Cohen. Adolphe Pictet, professeur d'Histoire des littératures modernes à l'Académie de Genève et qui plus est, major d'artillerie de l'armée Suisse, se joint également au groupe. Cette excursion de quinze jours à dos de mulet, se déroule en divers lieux : Genève, Chamonix, le glacier des Bossons, le précipice de la Tête-Noire par le Col de la Forclaz, Martigny, Fribourg et la cathédrale Saint-Nicolas avec ses orgues réputés, la Mer de Glace[79].

Au mois d'octobre 1836, George Sand s'installe à l'hôtel de France, rue Laffitte à Paris, où résident Liszt et Marie d'Agoult. Le salon de la comtesse d'Agoult est fréquenté par Lamennais, Heine, Mickiewicz, Michel de Bourges, Charles Didier et Frédéric Chopin[80]. En février-mars et mai-juillet 1837, Franz Liszt et Marie d'Agoult séjournent à Nohant[72]. C'est à Franz Liszt que George Sand adresse la septième des Lettres d'un voyageur, sur Lavater et la maison déserte[81]. Liszt lui répond par ses trois premières Lettres d'un bachelier ès musique[82]. En 1838, George Sand donne à Balzac le sujet d'un roman, les Galériens ou les Amours forcés. Ces Galériens de l'amour, sont Franz Liszt et Marie d'Agoult. C'est pourquoi George Sand ne peut écrire ce roman elle-même et le confie à Balzac. L'ouvrage figure dans la collection de La Comédie humaine sous le titre de Béatrix[83]. Le personnage de la comtesse d'Agoult est celui de Béatrix et Liszt, celui du compositeur Conti. Quant à George Sand, elle apparaît dans le roman sous le nom de Félicité des Touches ou par son nom de plume androgyne, Camille Maupin. Les personnages sont parfaitement transparents et dans l’œuvre, Félicité des Touches est toujours comparée à Béatrix et lui est préférée. On voit que l'amitié des deux femmes s'est refroidie, à cause de l'engouement de George Sand pour Frédéric Chopin[84].

Félicité de Lamennais[modifier | modifier le code]

L'abbé Félicité de Lamennais, devient le démocrate chrétien qui trouve dans l'Évangile, la loi de liberté, d'égalité et de fraternité, loi recueillie par les philosophes et proclamée par la Révolution. Il est excommunié après la parution de son livre Paroles d'un croyant. Lamennais a une grande influence sur Franz Liszt et George Sand[85] qui manifeste son enthousiasme pour ce prêtre, dans Histoire de ma vie[86]. Elle lui déclare : « Nous vous comptons parmi nos saints... vous êtes le père de notre Église nouvelle ». Lamennais se fixe à Paris, fonde un journal, Le Monde, auquel George Sand collabore bénévolement. Elle publie en 1837, Ingres et Calamatta, un article destiné à faire connaître le graveur Luigi Calamatta. Celui-ci réalise des portraits de George Sand, la gravure Une visite aux Catacombes, un petit fragment poétique, et enfin les célèbres Lettres à Marcie[87]. Dans ces dernières, George Sand exprime ses idées sur le mariage, l'affranchissement de la femme et son égalité avec l'homme[88]. L'audace de cette œuvre a dû effaroucher Lamennais, pour qu'il commente son auteur en ces termes : « Elle ne pardonne pas à saint Paul d'avoir dit : Femmes, obéissez à vos maris ! »[89]. Finalement, la publication s'interrompt lorsque Lamennais abandonne la direction du Monde[90].

Lamennais inspire à George Sand, dans son roman Spiridion, le personnage du moine fondateur d'un couvent, chercheur intransigeant de la vérité[91]. Le philosophe Pierre Leroux marque également de son empreinte cet ouvrage.

Pierre Leroux[modifier | modifier le code]

Personnages assis, de gauche à droite : Alexandre Dumas, George Sand, Franz Liszt, la comtesse Marie d'Agoult. Personnages debout : Victor Hugo[92], Niccolò Paganini, Gioachino Rossini.

Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869), critique et écrivain, est le conseiller littéraire de George Sand. Il est aussi son confident, particulièrement au moment de ses amours avec Alfred de Musset. George Sand toujours en quête d'idéal et de ferveur réformatrice, demande son avis à Sainte-Beuve dans ce domaine[93]. Après Félicité de Lamennais, elle cherche un nouveau mentor qui pourrait satisfaire son ardeur politique. En avril 1835, se tient à Paris le procès de 10 000 insurgés, à la suite de la révolte des Canuts et aux insurrections de 1834 qui ont éclaté dans la capitale et différentes grandes villes de France. Ce procès monstre offre une tribune inespérée à l'opposition républicaine et les convictions de George Sand s'affirment lors de son déroulement. Face à l'échec des révoltes, elle interroge Sainte-Beuve sur « la révolution à faire ». Celui-ci l'oriente vers deux hommes de doctrine : Pierre Leroux et Jean Reynaud qui participent à l’élaboration de l'Encyclopédie nouvelle. George Sand demande à rencontrer Pierre Leroux et au mois de juin 1835, elle lui pose « la question sociale ». Leroux subjugue George Sand et « elle ne jure plus que par lui ». Une profonde amitié naît de leur admiration mutuelle, le philosophe trouvant auprès de l’écrivain, une aide matérielle importante. Elle découvre dans les principes de Pierre Leroux, une synthèse des dogmes épars qu'elle emprunte au christianisme, à Jean-Jacques Rousseau, au saint-simonisme, à Michel de Bourges et à Lamennais[94]. Compte tenu de l'influence des idées de Pierre Leroux sur l'œuvre de George Sand, il n'est pas inutile de résumer ici sa doctrine :

  1. « L'homme est un animal transformé par la raison et indissolublement uni à l'humanité ; on ne peut concevoir un homme hors de l'humanité ; l'homme n'est pas seulement sensation, ou sentiment, ou connaissance, mais une trinité indivisible de ces trois choses ».
  2. « Nous sommes immortels ; à la mort, l'âme ne fait que se retremper en Dieu, se plonge dans l'oubli avant chaque nouvelle renaissance dans l'humanité ; il y a un cycle de renaissances et à chaque incarnation l'homme se perfectionne ».
  3. « Durant son incarnation, chaque être humain doit progresser indéfiniment, en communication complète avec la nature et avec ses semblables ; l'homme ne peut pas vivre sans société, sans famille, sans propriété, mais il faut combattre les abus de ces trois institutions qui empêchent l'homme de progresser indéfiniment ».
  4. « Le progrès de l'humanité est infini et continu (idée de Leibniz). Les religions sont incomplètes, car elles séparent le corps et l'âme, l'esprit et la matière ; or Dieu est partout, dans le matériel comme dans le spirituel (idée de Saint-Simon sur la sainteté de la matière). L'homme trouvera son salut lorsqu'il comprendra qu'il ne faut pas attendre le royaume de Dieu en dehors de ce monde, après la mort, mais tenter d'élever et sanctifier la vie charnelle et le labeur terrestre ».

Leroux s'intéresse particulièrement de ce point de vue, à certaines sectes médiévales comme les lollards, les hussites et surtout les taborites[95].

Les idées de Pierre Leroux se manifestent dans toute une série de romans de George Sand : Spiridion, Consuelo, La Comtesse de Rudolstadt, Jean Zyska, Procope le Grand, Le Meunier d'Angibault, Le Péché de Monsieur Antoine, Horace, Le Compagnon du tour de France, Jeanne. Tous ces ouvrages apparaissent comme la mise en œuvre du programme de Leroux : lutte contre les triples abus : de caste, de famille et de propriété ; prédication de la doctrine du progrès continu et de la « vie de l'homme dans l'humanité »[96]. La rencontre de George Sand avec l'écrivain prolétaire Agricol Perdiguier lui inspire le personnage de Pierre Huguenin, le héros de son roman Le Compagnon du tour de France, publié en 1840[97]. Ce roman prêchant l'un des dogmes de la théorie de Leroux, la guerre aux préjugés de caste et l'abolition des différends entre groupes sociaux, François Buloz, le directeur de la Revue des deux Mondes, propose tant de changements et de coupures que George Sand préfère reprendre son manuscrit et le publier en volume. Un an plus tard, il refuse de faire paraître son nouveau roman, Horace, dans sa revue[98].

En 1841, George Sand fonde avec Pierre Leroux et Louis Viardot La Revue indépendante[99]. De 1841 à 1844, elle publie dans cette revue des romans : Horace, Consuelo, Jean Zyska, Procope le Grand, La Comtesse de Rudolstadt, Isidora, ainsi que divers articles[100]. Elle se lie d'amitié avec des poètes prolétaires, comme le maçon Charles Poncy de Toulon, le père Magu et son gendre, le serrurier Jérôme Gilland, pour lesquels elle écrit des préfaces à leurs ouvrages ; ils apparaissent comme une preuve visible de la théorie de Leroux sur le progrès continu et la perfectibilité de l'humanité[101]. Le père Magu inspire à George Sand le personnage d'Audebert dans son roman La Ville noire, publié en 1860[102].

Frédéric Chopin[modifier | modifier le code]

George Sand vers 1835. Pastel de Charles Louis Gratia. Collection particulière.

George Sand rencontre Frédéric Chopin dans les tout derniers mois de 1836, par l'intermédiaire de Franz Liszt et de Marie d'Agoult. Leur liaison commence au mois de juin 1838. À cette époque, Eugène Delacroix peint le double portrait de Sand écoutant Chopin au piano[103].

À la fin de l'année 1838, George Sand et ses deux enfants partent pour Majorque et Frédéric Chopin les rejoint au cours de leur trajet à Perpignan[104]. À Barcelone, George Sand visite le palais de l'Inquisition en ruines. Impressionnée par les lieux, elle y fait allusion dans son roman La Comtesse de Rudolstadt[105]. Arrivés à Palma de Majorque, les voyageurs sont ravis par le cadre enchanteur de l'île, mais ils éprouvent de grandes difficultés pour se loger, en raison de l'absence d'hôtels et de chambres meublées. Tuberculeux, Chopin voit sa santé se détériorer. Les visiteurs sont chassés de leur logement par les Majorquins, qui craignent le caractère contagieux de la maladie. Le 15 décembre 1838, George Sand et Frédéric Chopin se rendent à l'ancienne Chartreuse de Valldemossa, où ils sont hébergés dans des cellules monacales. Le site est magnifique, mais l'approvisionnement en nourriture est difficile, d'autant plus que les voyageurs sont en butte à l'hostilité des insulaires parce qu'ils n'assistent pas aux offices religieux. Le , ils quittent l'île, rejoignent Barcelone après un périple éprouvant au cours duquel la santé de Chopin se dégrade encore. Leur séjour à Marseille permet au musicien de se rétablir et à la fin du mois de mai, ils arrivent à Nohant, où ils passent tout l'été[106]. George Sand publie un récit de ce voyage : Un hiver à Majorque (sur ce que révèle cette expédition, se reporter au chapitre : Le voyage à Majorque).

Plaque au no 5 square d'Orléans.

George Sand et Chopin résident l'été à Nohant et l'hiver à Paris, d'abord rue Pigalle, puis à partir de l'automne de 1842, au square d'Orléans, rue Taitbout. En raison de la maladie de Chopin, leur liaison se transforme en une relation mère-fils[53]. Grâce à Chopin, le cercle des amis de George Sand s'élargit encore. Chopin reçoit des écrivains : Adam Mickiewicz, Julien-Ursin Niemcewicz, des musiciens : Giacomo Meyerbeer, Joseph Dessauer, Pauline Viardot et des membres de l'aristocratie polonaise en exil : Adam Jerzy Czartoryski, Delfina Potocka[107].

Mais Frédéric Chopin se comporte comme un compagnon absorbant et tyrannique[53]. Les malentendus deviennent fréquents, d'autant plus que les enfants de George Sand grandissent et s'imposent comme des individualités[108]. Maurice prend à cœur tous les désaccords entre sa mère et Chopin et les rapports entre le musicien et Maurice deviennent hostiles. À partir du printemps de 1846, George Sand héberge à Nohant une jeune cousine de sa famille maternelle, Augustine. Sa fille Solange et Chopin détestent Augustine, tandis que Maurice, son ami d'enfance, est toujours prêt à prendre sa défense[109].

Sur ce fond de discordes, des moments de détente sont privilégiés : pendant que Chopin improvise au piano, Solange, Augustine et Maurice miment des scènes et dansent des ballets comiques. Les hôtes séjournant à Nohant, comme Emmanuel Arago et Louis Blanc participent aussi à ces divertissements. Après le départ de Chopin pour Paris, ces pantomimes prennent le caractère de véritables pièces de théâtre, dans le genre de la Commedia dell'arte. Elles seront publiées en recueil[110] et sont à l'origine du théâtre de Nohant. Ce même théâtre est décrit en détail par George Sand dans son roman Le Château des Désertes, où Maurice Sand lui inspire le personnage de Celio Floriani et Augustine celui de Cécile, qui interprète le rôle de la Donna Elvira[111]. Citons également Frédéric Chopin, reconnaissable à travers le personnage du prince Karol, dans l'ouvrage de George Sand, Lucrezia Floriani, édité en 1846[112].

Un projet de mariage s'ébauche au mois de novembre 1846, entre Solange Sand et un hobereau berrichon, Fernand des Préaulx[113]. En janvier 1847, George Sand est présentée au sculpteur Auguste Clésinger, pendant un séjour à Paris et visite son atelier. En février, George Sand et sa fille se voient proposer la réalisation de leur buste par l'artiste. Celui-ci s'éprend de Solange et la réciprocité est immédiate, alors que dans le même temps, George Sand prépare l'union de sa fille avec Fernand des Préaulx. Quelques semaines plus tard, Solange rompt ses fiançailles la veille de signer son contrat de mariage et impose son nouveau prétendant, malgré le désaveu de sa mère[114]. George Sand s'incline et le , Solange épouse Auguste à Nohant[115]. Le 11 juillet, le couple très endetté demande en vain une aide financière à George Sand. À la suite de sa décision, une violente altercation se produit entre Auguste Clésinger et Maurice Sand et ce, malgré l'intervention de la romancière. George Sand congédie sur-le-champ sa fille et son gendre[116]. En raison de sa méfiance maladive, Frédéric Chopin donne crédit aux calomnies rapportées par Solange sur sa mère et met fin à sa liaison de dix années avec George Sand[117],[118].

L'esprit imaginatif de George Sand transpose le tempérament de sa fille et le traitement qu'elle inflige à son premier fiancé dans Mademoiselle Merquem en 1868. Dans cet ouvrage, une jeune fille, dont le prénom masculin est féminisé, Erneste du Blossay, ressemble à Solange sous une forme caricaturale et aux traits forcés : ambitieuse, capricieuse, têtue et rusée. C'est une constante chez George Sand de faire apparaître dans son œuvre littéraire des jeunes femmes qui ne sont pas sans rappeler la personnalité de Solange[119].

Entourage de George Sand.

L'engagement politique[modifier | modifier le code]

George Sand en 1850. Fusain de Thomas Couture.

En 1844, George Sand fonde un journal local, l'Éclaireur de l'Indre, dont le premier numéro paraît le 14 septembre[120]. Elle publie dans ce journal plusieurs articles en 1844 et 1845, notamment la lettre d'introduction aux fondateurs le , sur les ouvriers boulangers de Paris le 28 septembre, la lettre d'un paysan de la Vallée Noire aux rédacteurs de l'Éclaireur écrite sous la dictée de Blaise Bonnin les 5 et 12 octobre, la lettre au sujet de la pétition pour l'organisation du travail le 9 novembre, trois articles sur la politique et le socialisme les 16, 23 et 30 novembre, un compte rendu de l'Histoire de dix ans de Louis Blanc le , la préface du livre de Jules Néraud : Botanique de l'enfance le 15 mars suivant[121].

Des relations amicales s'établissent entre Louis Blanc et George Sand, qui songe même à lui faire épouser sa fille, mais ce projet échoue[122]. George Sand écrit également deux articles sur l'Histoire de la Révolution de Louis Blanc, en 1847 dans le Siècle et en 1865 dans l'Avenir national[123]. Au mois de novembre 1844, Louis Blanc prie George Sand de collaborer au journal qu'il a fondé, la Réforme[124]. Dans ce journal paraît successivement en 1845, son roman Le Meunier d'Angibault, l'article sur la Réception de Sainte-Beuve à l'Académie et en 1848, celui sur l'Élection de Louis-Napoléon à la présidence de la République[123]. À cette époque, George Sand noue des relations épistolaires ou personnelles avec Barbès, Mazzini, Bakounine, Louis Bonaparte, Pauline Roland, les frères Étienne et François Arago[125].

George Sand se réjouit de la chute du roi Louis-Philippe et de la fin de la Monarchie de Juillet le , affichant son engagement politique socialiste. La deuxième République est proclamée. La romancière arrive à Paris le 20 mars[126] et participe aux nouveaux journaux républicains comme le Bulletin de la République, la Cause du peuple avec Louis Viardot et la Vraie République. Une émeute se produit à la suite de la manifestation du 15 mai 1848 et l'Assemblée constituante nouvellement élue, mais conservatrice, est envahie par la gauche républicaine. Cette insurrection est réprimée et les dirigeants socialistes sont arrêtés dont Armand Barbès, Auguste Blanqui, Alexandre Martin surnommé « l'ouvrier Albert », François-Vincent Raspail, Pierre Leroux. Ce sont les premières arrestations politiques du régime. Face à l'échec de cette journée, George Sand se retire à Nohant le 18 mai, alors que ses amis souhaitent pour assurer sa sécurité, qu'elle quitte la France pour l'Italie[127]. Même si George Sand se défend de toute participation à la protestation du 15 mai[127], son départ est d'autant plus nécessaire, que les incarcérations se poursuivent. George Sand réside à Nohant pendant plus d'un an, où elle bénéficie de la protection bienveillante d'Alexandre Ledru-Rollin. Les événements politiques se précipitent avec la fermeture des ateliers nationaux qui engendre une insurrection le . L'armée commandée par le général Eugène Cavaignac, ministre de la Guerre investi des pleins pouvoirs par l'Assemblée, écrase dans le sang avec l'appui de la Garde nationale, les insurgés du 23 au 26 juin. L'échec de la Révolution de 1848 marque l'arrêt de l'activité militante de George Sand et l'amorce des désillusions. Le bonheur des peuples est-il une utopie, un idéal inaccessible ? L'avenir lui donne malheureusement raison. Avec l'arrivée au pouvoir de Louis Napoléon Bonaparte et son coup d'État du 2 décembre 1851, ce sont de nouveau les arrestations, les déportations, la censure, qui s'abattent sur le pays. Deux cents députés sont emprisonnés dont Adolphe Thiers. George Sand décide alors de prendre fait et cause pour les condamnés et prisonniers politiques. Elle entreprend de multiples démarches en leur faveur, au cours des mois de janvier et février 1852. Elle écrit plusieurs lettres à l'Empereur qui finit par lui accorder deux audiences dont la première a lieu le [128]. George Sand plaide pour une amnistie générale. Son geste sera vain, Napoléon III lui accorde de rares remises de peine. La censure empêche l'écrivain de s'exprimer dans la presse. De ce fait, elle manifeste sa pensée à travers ses romans, sa correspondance et le théâtre.

Alexandre Manceau[modifier | modifier le code]

Alexandre Manceau (1817-1865) vêtu de sa blouse d'artiste. Portrait d'Auguste Lehmann en date du . Musée de la vie romantique à Paris.
La propriété de George Sand et Alexandre Manceau à Palaiseau.
En 1858, Juliette Adam publie un essai féministe remarqué : Idées anti-proudhoniennes sur l'amour, la femme et le mariage, virulente défense de George Sand et de Marie d’Agoult. Chantre du féminisme, elle devient l'amie de George Sand qui la considère comme sa « fille adoptive ». Dès lors, Juliette intègre le cercle intime de son salon à Nohant.

1849, « mon cœur est un cimetière »[129], laisse échapper amèrement George Sand. La rupture avec sa fille Solange en 1847 est un véritable drame pour la romancière. Les disparitions se succèdent autour d'elle : sa petite-fille Jeanne meurt en bas-âge le à Pompiey, son demi-frère Hippolyte Chatiron le à Montgivray, son amie l'actrice Marie Dorval le à Paris, son ancien compagnon Frédéric Chopin le 17 octobre suivant, à Paris également. Au cours de cette funeste période, les idées sont étouffées et la répression est féroce dans cette Seconde République naissante.

George Sand se replie sur elle-même. L'existence est cruelle et les pensées sont toujours aussi sombres ; n'a-t-elle pas déjà écrit à Bocage : « La vie est une longue blessure qui s’endort rarement et ne se guérit jamais »[130] ? Elle vient juste de terminer un nouveau roman champêtre, La Petite Fadette. Une rencontre en cette fin du mois de décembre 1849, à Nohant, va bouleverser sa vie. Noël 1849, Maurice Sand présente à sa mère un ami graveur et auteur dramatique, Alexandre Manceau.

Tout semble pourtant les opposer. Il est âgé de trente-deux ans et elle, quarante-cinq. Lui est inconnu, d'un rang social moins élevé que George Sand, il est le fils d'un marchand limonadier. Elle, descendante du maréchal de Saxe mais aussi d'une filiation d'origine populaire par sa mère, est au faîte de sa célébrité. Alexandre Manceau se montre très attentif auprès de celle qu'il admire. Il s'est très vite intégré au cercle fermé de l'écrivain et participe activement aux activités théâtrales de Nohant. Intelligent, prévenant et patient, Alexandre attend son heure. George Sand officialise sa nouvelle liaison dans une correspondance adressée à son éditeur, Pierre-Jules Hetzel, à la fin du mois d'avril 1850[131] :

« Oui, je l'aime lui ! C'est un ouvrier qui fait son métier en ouvrier parce qu'il veut et sait gagner sa vie. Il est incroyablement artiste par l'esprit. Son intelligence est extraordinaire mais ne sert qu'à lui. Qu'est ce que ça me fait après tout, qu'il ne plaise pas aux autres, pourvu qu'il me plaise à moi. Lui, il pense à tout ce qu'il faut, et se met tout entier dans un verre d'eau qu'il m'apporte ou dans une cigarette qu'il m'allume […] Quand je suis malade, je suis guérie, rien que de le voir me préparer mon oreiller et m'apporter mes pantoufles. Moi, qui ne demande et n'accepte jamais de soins, j'ai besoin des siens, comme si c'était dans ma nature d'être choyée […] Enfin je l'aime, je l'aime de toute mon âme, avec ses défauts, avec les ridicules que les autres lui trouvent, avec les torts qu'il a eus et les bêtises qu'il a faites et que je sais par lui. […] Je suis comme transformée, je me porte bien, je suis tranquille, je suis heureuse, je supporte tout, même son absence, c'est tout dire, moi qui n'ai jamais supporté cela […] Je l'aime avec tout ce qu'il est, et il y a un calme étonnant dans mon amour malgré mon âge et le sien […] Car il aime, il aime, voyez-vous, comme je n'ai vu aimer personne. »

George Sand s'installe dans une relation apaisée avec Alexandre Manceau. Il est, pendant quinze ans, à la fois son amant et son secrétaire[129]. Manceau rédige un journal sur des agendas à partir de 1852 et qui, pour la postérité, seront connus par ce nom (voir le chapitre : Agendas). Il commence bien souvent le texte par un « Madame va bien » et consigne le quotidien de ce ménage hors norme. George Sand complète les recueils par quelques notes. Cette liaison est prolifique pour George Sand et elle écrit, au cours de cette période, près de cinquante ouvrages, dont une vingtaine de romans et des pièces de théâtre[132]. Il lui offre une chaumière à Gargilesse, sur les bords de la Creuse pour abriter leurs amours. Mais c'est sans compter sur l'animosité du fils « adoré », Maurice Sand. Ce dernier n'a jamais accepté la relation entre son ami et sa mère et exige le départ de Manceau. Le couple quitte donc Nohant pour se réfugier à Palaiseau en juin 1864. Malheureusement, ils ne profitent pas longtemps de cette intimité retrouvée. Alexandre Manceau a contracté la tuberculose depuis plusieurs années et sa fin est proche. Jusqu'au bout, George Sand soigne et veille Alexandre, son dernier bien-aimé. Il s'éteint à six heures du matin le lundi à Palaiseau, après avoir murmuré quelques mots[129].

Alexandre Manceau est inhumé civilement dans le cimetière de l'église Saint-Martin, le mercredi , en présence d'une centaine d'ouvriers venus lui rendre un dernier hommage. Maurice a fait le voyage et soutient sa mère mais Solange est absente. Quant à la mère d'Alexandre, elle ne s'est pas déplacée, parce que son fils ne s'est pas confessé[129]. En 1867, George Sand se réinstalle définitivement à Nohant et choisit pour chambre celle qu'occupait Manceau. Au mois d'avril 1869, elle vend la maison de Palaiseau. En 1886, le cimetière de Palaiseau est déplacé et la tombe d'Alexandre Manceau est détruite. Jusqu'au bout, le sort se sera acharné sur l'infortuné graveur[133].

Galerie Alexandre Manceau

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Gustave Flaubert (vers 1856).

George Sand est contrainte d'écrire pour le théâtre à cause d'embarras financiers. À Nohant, il lui arrive même d'exercer les fonctions de médecin de village, ayant étudié avec son premier précepteur, le docteur Deschartres, l'anatomie et les remèdes à base de plantes. Mais elle ne se cantonne pas à Nohant, voyageant aussi bien en France, et notamment chez son grand ami Charles Robin Duvernet au château du Petit Coudray, ou à l'étranger.

George Sand rencontre pour la première fois Gustave Flaubert, son cadet de 17 ans, le au Théâtre de l'Odéon, mais c’est seulement en 1863 qu’ils font connaissance lors d'un des célèbres dîners littéraires au restaurant Magny. George Sand est la seule femme admise à ces fameux repas, au cours desquels elle retrouve Théophile Gautier, les frères Jules et Edmond Goncourt, Ernest Renan, Hippolyte Taine et ce sont Alexandre Dumas fils et Charles-Augustin Sainte-Beuve qui les présentèrent l'un à l'autre. Leur correspondance assidue débute cette même année et une formidable amitié s'établit entre l'auteur de Consuelo et celui de Madame Bovary. Un attachement indéfectible qui prend naissance à la fin de l'année précédente le , date à laquelle est publié le roman historique Salammbô de Flaubert. George Sand fustige les critiques de ses confrères, dont Sainte-Beuve, et prend la défense de l'écrivain normand par un article enthousiaste sur trois colonnes paru dans La Presse dont le directeur est Émile de Girardin, le  : « Oui mon cher ami, j'aime Salammbô, parce que j'aime les tentatives et parce que… j'aime Salammbô. J'aime qu'un écrivain lorsqu'il n'est pas forcé par les circonstances ou entraîné par son activité à produire sans relâche, mette des années à faire une étude approfondie d'un sujet difficile, et le mène à bien sans se demander si le succès couronnera ses efforts. Rien n'est moins fait pour caresser les habitudes d'esprit des gens du monde, des gens superficiels, des gens pressés, des insouciants en un mot, c'est-à-dire de la majorité des lecteurs, que le sujet de Salammbô. L'homme qui a conçu et achevé la chose a toutes les aspirations et toutes les ferveurs d'un grand artiste »[134],[135]. Flaubert très touché par sa prise de position, l'en remercie vivement et George Sand lui écrit en retour, l'invitant à venir la voir.

Elle refuse la Légion d'honneur en 1873 et répond avec humour au ministre Jules Simon qui lui propose la décoration[136] :

« Ne faites pas cela, cher ami ; non, ne faites pas cela, je vous en prie ! Vous me rendriez ridicule. Vrai, me voyez-vous avec un ruban rouge sur l'estomac ? J'aurais l'air d'une vieille cantinière ! »

Contrairement à son ancien époux Casimir Dudevant qui, quatre ans plus tôt le , écrit à l'empereur Napoléon III, dans l'espoir d'obtenir cette Légion d'honneur[137],[138],[139] :

« Le baron Casimir Dudevant, ancien officier du premier Empire à Sa Majesté l'Empereur des Français […] J'ai pensé que l'heure était venue de m'adresser au cœur de votre Majesté pour en obtenir la récompense honorifique que je crois avoir méritée. Sur le soir de mes jours, j'ambitionne la croix de la Légion d'Honneur. C'est là, la faveur suprême que je sollicite de votre magnificence impériale. En demandant cette récompense, je m'appuie non seulement sur mes services depuis 1815, au pays et au pouvoir établi, services sans éclat, insignifiants peut-être, mais encore sur les services éminents rendus par mon père depuis 1792 jusqu'au retour de l'île d'Elbe. Bien plus, j'ose encore invoquer des malheurs domestiques qui appartiennent à l'Histoire. Marié à Lucile Dupin, connue dans le monde littéraire sous le nom de George Sand, j'ai été cruellement éprouvé dans mes affections d'époux et de père, et j'ai la confiance d'avoir mérité le sympathique intérêt de tous ceux qui ont suivi les évènements lugubres qui ont signalé cette partie de mon existence. »

Bien entendu, Napoléon III ne donne pas suite à la demande du baron, dont la dernière motivation de son courrier au sujet des malheurs conjugaux est pour le moins surprenante. À la décharge de Casimir Dudevant, la maladie altérait ses facultés intellectuelles et devait l'emporter deux ans plus tard[140], le à Barbaste.

George Sand continue d'écrire un à deux romans par an, mais commence à souffrir de douleurs abdominales. Le , elle complète à Nohant, son testament du . Au mois d'avril, son mal empire, mais elle n'en parle encore à personne. Le 28 mai, elle écrit à son médecin, Henri Favre : « Je me demande où je vais et s'il ne faut pas s'attendre à un départ subit un de ces matins. J'aimerais mieux le savoir tout de suite que d'en avoir la surprise »[141]. Le 30 mai, les douleurs s'accentuent, la souffrance est difficilement supportable. Son fils Maurice arrive à Nohant et demande l'intervention du docteur Gustave Papet, l'ami fidèle de George Sand. La famille se rend également au domaine : sa fille Solange Clésinger puis les neveux de la romancière, Oscar Cazamajou, fils de Caroline Delaborde et René Simonnet, fils de Léontine Chatiron. George Sand est à présent alitée et les médecins se succèdent à son chevet[142]. Leurs soins soulagent la douleur, mais de manière ponctuelle. La fin est proche, George Sand en est consciente. Le 3 juin, elle fait venir auprès d'elle ses deux petites-filles, Aurore et Gabrielle. À partir du 4 juin, les symptômes s'aggravent. Le 6 juin, les fidèles sont présents, tels qu'Edmond Planchut, Émile Aucante et Henri Amic. Le 7 juin, George Sand est toujours lucide et demande une dernière fois ses petites-filles pour les embrasser. Le soir de ce même 7 juin, elle murmure à Solange, qui lui prodigue les soins, et à sa belle-fille Lina Calamatta : « Adieu, adieu, je vais mourir »[142]. Le 8 juin, vers 6 heures du matin, elle cherche du regard la lumière, Solange positionne alors le lit de sa mère vers la fenêtre. George Sand a encore la force de prononcer quelques mots et perd connaissance[142]. Son agonie dure près de quatre heures. Elle meurt d'une occlusion intestinale dans sa 72e année et son décès est constaté à dix heures du matin[143], ce jeudi 8 juin 1876 au château de Nohant.

Domaine de Nohant par le photographe Placide Verdot (1827-1889), le 26 avril 1875. Photographie de gauche, George Sand sous une ombrelle, entourée de ses deux petites-filles, Aurore et Gabrielle, et en face son fils Maurice Dudevant-Sand avec son épouse Lina Calamatta. Photographie de droite, Lina Calamatta est sous le cèdre à gauche, debout et appuyée sur une chaise. Son époux Maurice Sand porte un chapeau haut de forme blanc. Leurs deux filles sont également présentes : Aurore est debout, les mains dans un buisson et Gabrielle est assise sur une chaise pliante.

Descendance[modifier | modifier le code]

Lina Calamatta et ses deux filles, Aurore et Gabrielle, en 1871.
Détail du portrait d'Aurore Lauth-Sand (1866-1961) à Nohant.
Gabrielle Dudevant-Sand (1868-1909), la petite-fille de George Sand, photographiée en 1890.
Photographie d'Aurore Dudevant-Sand (1866-1961) dans le jardin de la maison de Nohant. Collection privée.

Aurore, Amantine Lucile Dupin de Francueil, épouse le à Paris dans le 1er arrondissement ancien (8e arrondissement actuel), François dit Casimir Dudevant (fils illégitime mais reconnu du chef de brigade du 14e régiment de chasseurs à cheval et futur baron d'Empire en 1811, Jean-François Dudevant, avec sa servante, ménagère à son domicile, Augustine Soulé. Il est né le 17 messidor An 3 soit le à Pompiey et décédé le à Barbaste (acte de décès no 13), village de Lot-et-Garonne. François Dudevant est élevé par l'épouse légitime, Gabrielle Louise de La Porte). De cette union avec Aurore Dupin, sont nés deux enfants :

Marceline, Claudine Augustine dite « Lina » Calamatta est née à Paris (1er arrondissement ancien) le et décède à Paris (17e arrondissement), le [145].

De cette union, sont nés trois enfants :

  1. Marc-Antoine Dudevant, est né à Nohant-Vic le et décède au château de Guillery à Pompiey dans l'arrondissement de Nérac, le .
  2. Aurore, Jeanne Claudine Dudevant, est née à Nohant-Vic le et décède à Nohant-Vic, le à l'âge de 95 ans. Femme de lettres, chevalier de la Légion d'honneur le puis officier le [146]. Elle épouse le à Paris (16e arrondissement), Frédéric, Charles Lauth (né à Paris dans le 6e arrondissement, le [147] et décédé à Paris dans ce même 6e arrondissement, le ). Il est artiste-peintre.
  3. Gabrielle, Jeanne Lucile Dudevant, est née à Nohant-Vic le et décède à Nohant-Vic, le [148]. Elle épouse le à Paris (1er arrondissement)[149], Roméo Palazzi (né le 15 juin 1853 à Arcevia, Marche en Italie et décédé à Rome en 1932)[150], professeur de dessin.

Aurore et Gabrielle n'ont pas d'enfants.

De cette union, sont nés deux enfants :

  1. Solange-Jeanne-Gabrielle Clésinger, est née le au château de Guillery à Pompiey et décède en bas âge, le au château de Guillery à Pompiey.
  2. Jeanne-Gabrielle-Solange Clésinger, surnommée « Nini », est née le au château de Guillery à Pompiey et décède le à Paris dans le 1er arrondissement ancien.
  • Aurore Lauth-Sand adopte son filleul, l'architecte Georges-André Smeets (1911-1970) en 1958 et lui donne son nom. Son épouse, Christiane Sand, née Etave le à Châteauroux, est le défenseur actuel des droits moraux de George Sand. De son mariage avec Georges Smeets-Dudevant-Sand, elle a eu une fille prénommée Aurore, mais malheureusement décédée prématurément.

La descendance de George Sand ne serait pas complète sans la mention de la fille naturelle et supposée de Maurice Dudevant avec une domestique du château de Nohant, Marie Caillaud. Solange Dalot[153], enseignante, directrice d'école et écrivain, après de nombreuses recherches, apporte plusieurs éléments pour répondre à cette filiation[154].

Marie Caillaud ou Cailleau [note D], fille de Pierre Cailleau et de Jeanne Foulatier, est née le 13 février 1840 à Nohant-Vic[155]. Elle entre au service de George Sand en 1851, à l'âge de 11 ans et la romancière se charge de son enseignement. Marie Caillaud devient par la suite la gouvernante de George Sand et actrice du théâtre de Nohant. Elle meurt le à son domicile, au no 24 rue Nationale à La Châtre. Le , Marie Caillaud donne naissance à une fille naturelle, Marie-Lucie, à Nohant-Vic[156]. Marie-Lucie Caillaud épouse le à La Châtre[157], Ernest Marie Guillotin Sainte-Marie (1858-1918), arrière petit-fils du célèbre docteur Joseph Ignace Guillotin (1738-1814). Solange Clésinger-Sand fait une double donation à Marie-Lucie, lors du contrat de mariage en 1887 et au moment de sa succession. Marie-Lucie décède le et a une nombreuse descendance.

Sources :

Galerie le baron François dit Casimir Dudevant. George Sand obtient la séparation avec François Dudevant et la garde de ses deux enfants le . Mais l'année suivante, son ancien époux enlève leur fille Solange à Nohant au mois de septembre 1837 pour Guillery. George Sand entreprend aussitôt le voyage pour reprendre Solange et fait intervenir le jeune sous-préfet de Nérac, un certain Georges Eugène Haussmann et « qu'il monta sur-le-champ dans ma voiture pour courir à Guillery, qu’il me fit rendre ma fille sans bruit et sans querelle, qu'il nous ramena à la sous-préfecture avec mes compagnons de voyage »[158]. Photographie de droite : Jeanne Gabrielle Solange Clésinger (1849-1855), surnommée « Nini », est née le 10 mai 1849 au château de Guillery à Pompiey. Elle est la fille de Solange Dudevant et du sculpteur Auguste Clésinger. Elle meurt le 14 janvier 1855 à Paris, d'une scarlatine mal soignée, à la suite d'une imprudence de son père.

George Sand écrivain[modifier | modifier le code]

Chapitre détaillé : Liste des œuvres.

Genèse[modifier | modifier le code]

Le cabinet de travail et la bibliothèque de George Sand, au château de Nohant.
La couverture de l'ouvrage Rose et Blanche ou La comédienne et la religieuse (Tome 4) par J. Sand.

George Sand est la seule femme du XIXe siècle à pouvoir vivre de sa plume. Ce fait est la conséquence de l'alphabétisation de la population grâce aux lois successives en faveur de l'éducation dont les plus importantes voient le jour avec la loi Guizot à partir de 1833 et la création des écoles dans les communes de plus de 500 habitants. Tout au long de ce siècle, l'illettrisme va reculer et l'accès pour tous à l'école connait son apogée avec les lois de Jules Ferry. Dès la monarchie de Juillet, ce nouveau lectorat , composé notamment de la classe ouvrière, souhaite acquérir des ouvrages au moindre coût. L'imprimerie, parallèlement avec les nouvelles innovations techniques, va permettre au plus grand nombre d'accéder à leurs attentes. Autre demande du public, les romans populaires, ceux qui vont les passionner, les emporter vers de nouveaux horizons, afin d'oublier un temps leurs conditions misérables, les faire frémir ou larmoyer. Ces envies reçoivent un écho favorable avec l'émergence de nouveaux écrivains comme Victor Hugo, Honoré de Balzac, Alexandre Dumas ou George Sand. Mieux, à travers leurs fictions, se dessinent des prises de positions politiques et sociales contre l'ordre établi : « Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit » selon la citation célèbre de Napoléon Ier ou cette maxime de l'auteur britannique Edward Bulwer-Lytton en 1839 pour sa pièce, Richelieu : « la plume est plus puissante que l'épée ».

L'œuvre de George Sand est impressionnante et elle écrit sans discontinuer de 1830 jusqu'à sa mort, survenue en 1876. Sa création littéraire ne se limite pas aux seuls romans, dont le nombre considérable dépasse les soixante-dix ouvrages. La romancière est en effet prolifique dans tous les domaines de l'écriture : nouvelles, contes, pièces de théâtre, textes politiques et articles de presse.

Élève au couvent des Anglaises, la jeune Aurore Dupin adapte une pièce de Molière, Le Malade imaginaire qui lui permet d'organiser des soirées théâtrales devant la communauté religieuse[159]. Quelques années après son mariage avec François Casimir Dudevant, Aurore Dupin annonce à sa belle-mère, Gabrielle Louise de la Porte de Sainte-Gemme baronne Dudevant (1772-1837), son intention d'écrire. Gabrielle de la Porte n'a jamais manifesté le moindre sentiment d'affection envers sa belle-fille et elle lui a interdit de compromettre son nom sur les couvertures de ses livres : « Vous ne le ferez pas sous notre nom, ma fille ? », Aurore lui répond : « N'ayez crainte, ma mère »[160].

En 1829, elle fait ses premiers essais littéraires avec successivement : Voyage chez Mr. Blaise, Voyage en Auvergne et Voyage en Espagne. Cette même année au mois d'août, elle réalise un ouvrage pour une ancienne camarade de couvent, Jane Bazouin, sous le titre de La Marraine. Au commencement de 1830, elle écrit Histoire du rêveur puis en 1831, Aimée. Aurore demande l'avis d'un homme de lettres à la mode, Auguste Hilarion de Kératry, qui désapprouve le livre. De rage, elle brûle l'œuvre[161].

Son premier roman Rose et Blanche, est l'histoire d'une comédienne et d'une religieuse où le personnage principal montre un caractère déterminé. L'ouvrage projette l'amour au premier plan et le développement de l'individu au second plan. Quant aux héroïnes, leur opposition emprunte aux contradictions de l'auteur qui vient à peine de choisir entre le couvent où elle a connu une crise de mysticisme et le monde extérieur. Le roman a pour cadre les Pyrénées, où l'auteur a fait la connaissance, à Cauterets en juillet-août 1825, d'un jeune substitut de vingt-six ans, Aurélien de Seze, à Bordeaux où ils se sont retrouvés et le pays d'Albret où elle effectue plusieurs séjours à partir du mois de septembre 1825, dans le château de Guillery à Pompiey près de Nérac, propriété de la famille Dudevant. En marge des lieux qui servent de fond au roman Rose et Blanche, la liaison avec de Seze donne l'occasion à la jeune baronne Aurore Dudevant d'écrire le 15 novembre 1825, l'histoire détaillée sur dix-huit pages grand format de son roman d'amour avec Aurélien, intitulée : Confession de Madame Dudevant à son mari (collection Charles de Spoelberch de Lovenjoul).

Rose et Blanche est écrit de septembre à novembre 1831 avec la participation de Jules Sandeau, amant d'Aurore. L'ouvrage est signé sous le pseudonyme de J. Sand qui évoque Jules Sandeau[162].

Toujours en 1831, la collaboration avec Sandeau donne le jour à la publication de plusieurs nouvelles : Molinara (non signée, publiée dans Le Figaro le 3 mars), Vision (non signée, publiée dans Le Figaro le 5 mars)[163], La Prima Donna (signée J. Sand, dans la Revue de Paris en avril), La Fille d’Albano (signée J.S., dans La Mode du 15 mai) et Le Commissionnaire, œuvre posthume d'Alphonse Signol (publiée en septembre). Elle ébauche aussi au mois de juin 1831 un drame, Une conspiration en 1537.

La question du nom d'emprunt s'est posée avec le nouveau roman Indiana où la romancière écrit seule l'ouvrage et vient de le terminer au printemps 1832 à Nohant. La publication a lieu le 18 mai 1832. L'éditeur, pour des raisons commerciales évidentes, souhaite reprendre le pseudonyme Jules Sand mais Jules Sandeau est d'un avis opposé. Henri de Latouche est sollicité et décide par un arrangement : le nom de Sand est préservé et un autre prénom serait attribué à Aurore. Cette dernière s'était pourtant rangée à l'avis de l'éditeur mais comme elle s'en explique[164] :

« Le nom que je devais mettre sur des couvertures imprimées ne me préoccupa guère. En tout état de choses, j'avais résolu de garder l'anonyme. Un premier ouvrage fut ébauché par moi, refait en entier ensuite par Jules Sandeau, à qui Delatouche fit le nom de Jules Sand. Cet ouvrage amena un autre éditeur qui demanda un autre roman sous le même pseudonyme. J'avais écrit Indiana à Nohant, je voulus le donner sous le pseudonyme demandé ; mais Jules Sandeau, par modestie, ne voulut pas accepter la paternité d'un livre auquel il était complètement étranger. Cela ne faisait pas le compte de l'éditeur. Le nom est tout pour la vente, et le petit pseudonyme s'était bien écoulé, on tenait essentiellement à le conserver. Delatouche, consulté, trancha la question par un compromis : Sand resterait intact et je prendrais un autre prénom qui ne servirait qu'à moi. Je pris vite et sans chercher celui de George qui me paraissait synonyme de Berrichon. Jules et George, inconnus au public, passeraient pour frères ou cousins. »

Romancière[modifier | modifier le code]

De la carrière littéraire de George Sand, quatre périodes sont à distinguer :

  • De 1832 à 1840, elle écrit des œuvres romantiques dans lesquelles elle décrit les passions qui animent son existence. Elle exprime des revendications féministes et se révolte contre les préjugés sociaux.
  • À partir de 1840, elle publie des romans d’inspiration socialiste[165] ou mystique[166].

Ainsi Gustave Kahn[167] écrit-il : « George Sand, ce grand lac tranquille où se mirèrent tant de reflets, traduisit les idées de Pierre Leroux ; l’intention du roman social et du roman socialiste exista chez elle, après qu’elle eut terminé sa série de romans féministes. »

  • Elle rédige par la suite des romans champêtres et régionalistes qui se situent dans le Berry et répond en cela à l'intérêt croissant du nombre de Français au XIXe siècle pour les coutumes paysannes[168]. Elle donne le meilleur d'elle-même et c'est dans ce contexte qu'il faut situer ses chefs-d'œuvre.
  • Avec la maturité, elle revient aux œuvres romanesques mais les thèses audacieuses de ses débuts laissent la place à des idylles aimables.

Chez les romantiques, au moment où Sand commence à écrire, « la vision de la femme [...] est avant tout essentialiste : la femme est fondamentalement différente de l'homme, parce que la nature lui a donné un autre rôle, une autre fonction »[169]. Indiana va à l'encontre de cette manière de voir. À travers son personnage principal, l'auteur dénonce la place réservée à la femme dans le couple bourgeois. Elle s'affirme comme la voix d’un féminisme moderne pour lequel elle ne cesse de combattre. Le roman obtient un succès immédiat.

Le 10 août 1833 est publié Lélia, une œuvre lyrique, allégorique et très originale, mais qui déchaîne les passions et par voie de conséquence, bouleverse l'existence de George Sand jusque-là si discrète. Elle est sollicitée, courtisée, enviée ou observée avec curiosité et devient un écrivain à la mode[170]. Dans ce roman, George Sand transpose son amitié pour Marie Dorval qui sert à élaborer le personnage de Pulchérie.

Les héroïnes dans l'imaginaire sandien.

Mémoire[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Tombeau de George Sand. Domaine du château de Nohant.
  • Honoré de Balzac l'a transposée dans le personnage de Félicité des Touches, « l'illustre écrivain qui fume le narghilé », dans son roman Béatrix.
  • Victor Hugo a déclaré le  : « Je pleure une morte, je salue une immortelle ! ». Dans l'éloge funèbre qu'il lui consacre, et qui fut lu par Paul Meurice, il écrit : « Dans ce siècle qui a pour loi d'achever la Révolution française et de commencer la Révolution humaine, l'égalité des sexes faisant partie de l'égalité des hommes, il fallait une forte femme »[171].
  • Fiodor Dostoïevski dans son Journal d'un écrivain en juin 1876 : « Les femmes de l’univers entier doivent à présent porter le deuil de George Sand, parce que l’un des plus nobles représentants du sexe féminin est mort, parce qu’elle fut une femme d’une force d’esprit et d’un talent presque inouïs. Son nom, dès à présent, devient historique, et c’est un nom que l’on n’a pas le droit d’oublier, qui ne disparaîtra jamais ».
  • Ernest Renan écrit au lendemain de la disparition de George Sand : « Une corde est brisée dans la lyre du siècle […] Madame Sand traversa tous les rêves ; elle sourit à tous, crut un moment à tous ; son jugement pratique put parfois s'égarer, mais comme artiste, elle ne s'est jamais trompée. Ses œuvres sont vraiment l'écho de notre siècle ».
  • Le poète américain Walt Whitman déclare, lors d'entretiens publiés en 1898, qu'il place George Sand parmi ses auteurs favoris, et qu’il admire tout particulièrement Consuelo. Il ajoute qu’il tient les héroïnes de l'auteur français pour supérieures à celles de Shakespeare. Quant aux reproches sur sa moralité, ils n'ont, selon lui, pas de sens chez une artiste à la recherche de la liberté et de la vérité, et que les bien-pensants agaçaient[172].
  • George Sand inspire deux poèmes à la poétesse anglaise Elizabeth Browning. Le premier intitulé, To George Sand : A Desire, débute par ces vers : « Toi femme de grand esprit et homme de grand cœur / Qui se donna le nom de George Sand ! ». Dans le second, To George Sand : A Recognition, elle la reconnaît comme « Vrai génie, mais vraie femme »[173].
  • Lorsque Thomas Hardy demande au rédacteur de la revue littéraire le Cornhill Magazine des conseils de lectures profitables, celui-ci lui conseille entre autres, George Sand. Ses « histoires de vie campagnarde me semblent parfaites », lui écrit-il, et « présentent une certaine parenté avec les vôtres. La dernière que j'ai lue était Les Maîtres sonneurs que je vous recommande pour leur quasi-perfection »[174].

Lettre de Solange Dudevant-Sand[modifier | modifier le code]

Le 25 juillet 1883, la fille de George Sand, Solange (1828-1899) écrit à Émile Aucante (1822-1909), un ami très proche de la famille Sand[175]. Malgré des relations difficiles, Solange a aimé sincèrement sa mère, comme en témoigne cette correspondance. En 1883, Solange a 55 ans et la voici dans la maison familiale à Nohant. George Sand est morte depuis sept ans et les souvenirs sont intacts. Face à la présence de l'absente, Solange n'a pas oublié[176],[177] :

« On a beau faire, les années s'accumulent et on est saisi par l'immense vide de cette gigantesque personnalité disparue. Une morne et incommensurable tristesse emplit cette maison, ce jardin, ces prairies. Derrière chaque porte qu'on ouvre, on s'attend à la voir. Au détour de chaque allée, on se dit : Où est-elle ! Pourquoi ne vient-elle pas ! Le soir surtout, sur cette terrasse, et le long de cette avenue du pavillon, quand l'ombre se fait sous les incertaines lueurs de la lune, on se figure qu'elle va enfin apparaître, cherchant un papillon ou une fleur préférée. Attente atroce qu'on sait vaine. Alors l'effroi de cette implacable absence vous glace. Le cœur se serre d'angoisse et de regret, dans la désespérance de l'impitoyable néant où s'est englouti un être si précieux, une âme si vaste et si élevée. Être à jamais perdu, génie pour toujours disparu ! Nohant est lugubre. Nohant sans George Sand, c'est la rivière sans eau, la prairie sans soleil, la montagne sans forêt, une chose matérielle, assez laide, sans poésie, sans attrait, sans rien qui fasse endurer une souffrance incessante et cruelle. »

— Solange Dudevant épouse Clésinger.

Études et regards critiques[modifier | modifier le code]

Jugements sur la femme auteur[modifier | modifier le code]

Certaines grandes voix du XIXe siècle ont tenu sur George Sand des propos d’une grande virulence :

Charles Baudelaire, dans Mon Cœur mis à nu : « […] Elle n'a jamais été artiste. Elle a le fameux style coulant, cher aux bourgeois. Elle est bête, elle est lourde, elle est bavarde ; elle a dans les idées morales la même profondeur de jugement et la même délicatesse de sentiment que les concierges et les filles entretenues »[178]. Il ajoute, non sur l'auteur, cette fois, mais sur la femme : « Que quelques hommes aient pu s'amouracher de cette latrine, c'est bien la preuve de l'abaissement des hommes de ce siècle »[178].

Edmond de Goncourt, à propos de La Mare au diable : le diariste en août 1857, voit la preuve irréfutable que « les femmes ont le génie du faux »[179]. Le 8 décembre 1893, dans un accès de misogynie, il écrit : « […] Si on avait fait l’autopsie des femmes ayant un talent original, comme Mme Sand, Mme Viardot, etc… on trouverait chez elles des parties génitales se rapprochant de l’homme, des clitoris un peu parents de nos verges »[180].

Dans Une Chambre à soi, l'auteur Virginia Woolf la cite au côté de George Eliot, comme un exemple regrettable de ces femmes auteurs, prisonnières des  conventions sociales, qui firent le choix d’adopter un nom de plume masculin [181].

La femme scandaleuse[modifier | modifier le code]

George Sand vers 1860, par Nadar à Paris. Collection du Musée d'Orsay.

Il n'est pas exceptionnel, au XIXe siècle, qu'une femme écrivain prenne un pseudonyme masculin pour écrire, les auteurs femmes étant méprisées[182]. En revanche, George Sand est la seule femme écrivain de son siècle dont les critiques parlaient au masculin et qui était classée non pas parmi les « femmes auteurs », mais parmi les « auteurs », au même rang que Balzac ou Hugo.

De même, George Sand n'était pas la seule femme de son époque à s'habiller en homme afin de forcer les limites imposées aux femmes et d'accéder à des lieux interdits - fosses de théâtre, bibliothèques restreintes, procès publics[182]. D'ailleurs, George Sand, dans son autobiographie Histoire de ma vie, explique que ce fut d'abord pour des raisons pécuniaires qu'elle se mit à s'habiller en homme : se trouvant fort démunie à son arrivée à Paris (son mari avait gardé l'autorité sur sa fortune et sa propriété de Nohant), et les frais d'habillement étant moindres pour les hommes que pour les femmes, il lui fut plus économique de s'habiller en homme. C'était aussi plus confortable[182]. Autre précision : elle n'en faisait pas une habitude quotidienne, loin de là, et elle n'en restait pas moins femme, sachant plaire en tant que telle, contrairement à la « travestie » qu'on semble vouloir en faire de nos jours. S'il n'était pas exceptionnel qu'une femme se déguise en homme pour forcer les portes, la liberté d'esprit et de mœurs, la farouche indépendance, le refus total de l'idéal féminin imposé par les hommes de l'époque, le rejet du mariage, la force inaltérable de sa volonté, toutes ces caractéristiques de Sand, tenaient, elles, de l'exceptionnel en effet et d'une personnalité hors du commun. Elle provoqua également le scandale par ses positions anticléricales bien qu'elle fût croyante, par sa demande en séparation de corps d'avec son mari, l'avocat Casimir Dudevant, ou en fumant en public cigarettes et cigares[183].

Si aujourd'hui on la voit comme « la bonne dame de Nohant », douce et sans danger, il faut savoir qu'à ses débuts elle fait scandale, et elle fait peur. Le scandale d'ailleurs concernait bien moins ses attitudes que ses écrits : ses trois premiers romans, Indiana, Valentine et « l'abominable Lélia », comme l'appelait le critique Jules Janin dans son feuilleton du Journal des Débats, sont trois brûlots contre le mariage, dans lequel le mari est trompé, l'amant apparaît comme un lâche et la femme magnifiée par sa révolte contre les conventions sociales et le pouvoir masculin. Engagés pour la « réhabilitation de la femme », ainsi que George Sand le formulait, ses romans s'ouvrent ensuite à la révolte sociale en faveur des ouvriers et des pauvres (Le Compagnon du Tour de France), à la révolte politique contre la royauté et pour la République.

Le voyage à Majorque[modifier | modifier le code]

Chapitre détaillé : Frédéric Chopin.

Des aspects de l'œuvre de George Sand ou de son caractère sont cependant à nuancer. George Sand est désenchantée par son déplacement en Espagne en 1838, tant par l'accueil de ses habitants que par les conditions matérielles[184]. Dans son récit Un hiver à Majorque, l'écrivain manifeste son incompréhension par une description négative. Elle se livre à une charge en règle et peu objective contre les Majorquins, donnant ainsi à voir une forme d'intolérance[184], penchant qu'elle prétend pourtant combattre. Une posture qui élève une vague de protestations en Espagne, notamment celle de José María Quadrado[185] ou plus récemment, l'auteur Llorenç Villalonga[186]. Des journalistes soulignent également ce fait, comme Jules-Hippolyte Percher et Joséphine de Brinckmann[187].

D'autre part, à l'occasion de sa relation amoureuse avec le musicien, George Sand « a dû contracter auprès de Chopin une part de l'antisémitisme que ce dernier a rapporté de Pologne »[188], comme elle l'exprime dans sa correspondance et son ouvrage, Un hiver à Majorque[189].

La base documentaire et des recherches de George Sand pour l'élaboration de son roman sont empruntées à la Bibliothèque nationale, notamment les écrits de Joseph Tastu[190].

George Sand et la religion[modifier | modifier le code]

Madame Dupin de Francueil, transmet à sa petite-fille Aurore, les idées philosophiques du siècle des Lumières et « la met en garde contre les dogmes et les superstitions […] Aurore fit sa première communion après une rapide instruction religieuse. Toutefois, en dépit de cette atmosphère peu propice aux convictions religieuses, l’enfant s’était créé une divinité, Corambé, tantôt homme, tantôt femme, qui tenait le milieu entre le christianisme et les dieux de l’Iliade et de l'Odyssée […] Au contact des réalités de l’existence, les convictions religieuses acquises au couvent des Augustines anglaises à la suite d’une expérience mystique vont s’effriter progressivement »[191]. Les sentiments de George Sand à l'égard de la religion transparaissent sans détour, dans l'une de ses correspondances[192] :

« Nohant, le 13 novembre 1844. À M. …, curé de …[193] »

« Monsieur le desservant. Malgré tout ce que votre circulaire a d'éloquent et d'habile, malgré tout ce que la lettre dont vous m'honorez a de flatteur dans l'expression, je vous répondrai franchement, ainsi qu'on peut répondre à un homme d'esprit.
Je ne refuserais pas de m'associer à une œuvre de charité, me fût-elle indiquée par le ministère ecclésiastique. Je puis avoir beaucoup d'estime et d'affection personnelle pour des membres du clergé, et je fais point de guerre systématique au corps dont vous faites partie. Mais tout ce qui tendra à la réédification du culte catholique trouvera en moi un adversaire, fort paisible à la vérité (à cause du peu de vigueur de mon caractère et du peu de poids de mon opinion), mais inébranlable dans sa conduite personnelle. Depuis que l'esprit de liberté a été étouffé dans l'Église, depuis qu'il n'y a plus, dans la doctrine catholique, ni discussions, ni conciles, ni progrès, ni lumières, je regarde la doctrine catholique comme une lettre morte, qui s'est placée comme un frein politique au-dessous des trônes et au-dessus des peuples. C'est à mes yeux un voile mensonger sur la parole du Christ, une fausse interprétation des sublimes Évangiles, et un obstacle insurmontable à la sainte égalité que Dieu promet, que Dieu accordera aux hommes sur la terre comme au ciel.
Je n'en dirai pas davantage ; je n'ai pas l'orgueil de vouloir engager une controverse avec vous, et, par cela même, je crains peu d'embarrasser et de troubler votre foi. Je vous dois compte du motif de mon refus, et je désire que vous ne l'imputiez à aucun autre sentiment que ma conviction.
Le jour où vous prêcherez purement et simplement l'Évangile de saint Jean et la doctrine de saint Jean Chrysostome, sans faux commentaire et sans concession aux puissances de ce monde, j'irai à vos sermons, monsieur le curé, et je mettrai mon offrande dans le tronc de votre église ; mais je ne le désire pas pour vous : ce jour-là, vous serez interdit par votre évêque et les portes de votre temple seront fermées.
Agréez, monsieur le curé, toutes mes excuses pour ma franchise, que vous avez provoquée, et l'expression particulière de ma haute considération. George Sand »

La Commune de 1871[modifier | modifier le code]

George Sand, républicaine et socialiste en 1848, rejoint en 1871 les écrivains qui condamnent la Commune de Paris, comme Gustave Flaubert, Edmond de Goncourt, Théophile Gautier, Maxime Du Camp, Charles Marie René Leconte de Lisle, Alexandre Dumas fils, Ernest Renan, Alphonse Daudet, Ernest Feydeau, Émile Zola. Ce mouvement pour eux, est source de désordre : « La secousse brutale que constitua la Commune pour la société bourgeoise du XIXe siècle, si bien incarnée par Thiers, ne pouvait en effet manquer d'amener les gens de lettres à réagir, à la fois en tant qu'individus appartenant à une classe sociale donnée, quoiqu'ils s'en défendent, et en tant qu'artistes, dont la conception de l'art est liée à un certain état social, à certaines valeurs remises en question par le mouvement révolutionnaire »[194]. George Sand manifeste une forte hostilité au mouvement de la Commune de Paris[195]. Elle se démarque de Victor Hugo qui prend la défense des insurgés et n'hésite pas à critiquer sa prise de position. Les termes employés par George Sand sont extrêmement durs : « Tout va bien pour les Versaillais. La déroute des Fédérés est complète. On ne peut plaindre l'écrasement d'une pareille démagogie […] Les exécutions vont leur train. C'est Justice et nécessité »[196]. Le 3 octobre 1871, George Sand cherche à justifier son attitude dans un article du journal Le Temps, en reprenant les arguments des conservateurs. La romancière propose comme solution l'éducation pour tous, afin d'éviter les dérives révolutionnaires. Mais la virulence des propos exprimés par les écrivains de l'époque, surprend encore aujourd'hui. George Sand redoute un retour de la monarchie et ne comprend pas que la Commune puisse prendre les armes contre la République naissante, même bourgeoise. Ses convictions légalistes ne voient dans la Commune que les destructions, les incendies et les exécutions des otages. Son soutien à Thiers et à la République conservatrice resteront incompris. C'est aussi le fossé qui se creuse entre Paris et la Province, entre les grandes cités et le monde rural. L'échec de la Révolution de 1848, les désillusions, le poids des années et la perte de la foi politique entraînent George Sand vers un repli sur elle-même.

Georges Le Rider, historien et administrateur général de la Bibliothèque nationale de France, résume bien les différentes approches que l'on peut avoir de l'écrivain[197] :

« Le fait même qu'on porte sur elle, aujourd'hui encore, des jugements contradictoires témoigne de la richesse de sa personnalité et du caractère toujours actuel des problèmes qu'elle a posés. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Chapitre détaillé : George Sand écrivain.

La liste des œuvres est présentée comme une bibliothèque numérique, avec des liens permettant de lire en ligne et de télécharger la quasi-totalité des œuvres de George Sand.

Œuvres de George Sand.

Premières œuvres[modifier | modifier le code]

  • Aurore Dudevant, Voyage chez M. Blaise (récit de voyage, 1829) (lire en ligne)
  • Aurore Dudevant, Voyage en Auvergne (récit de voyage, 1829. Le journal Le Figaro publie l'intégralité du récit dans son supplément littéraire du 4 et 11 août 1888, no 31 et no 32. Le texte commence en bas des pages 2 et 3 du quotidien.)
    « Voyage en Auvergne - 1re partie » « Voyage en Auvergne - 2e partie »
  • Aurore Dudevant, Voyage en Espagne (récit de voyage, 1829)
  • Aurore Dudevant, La Marraine (roman, dont un chapitre « De l'amour » est publié le 15 mai 1895, dans la Revue de Paris), (lire en ligne), « De l'amour », p. 225 à 233
  • Aurore Dudevant, L'Histoire du rêveur (nouvelle, publiée le 1er novembre 1924, dans la Revue des deux Mondes. Autre variante du titre : Histoire d'un rêveur), début 1830 (lire en ligne), p. 115 à 147
  • Aurore Dudevant, Aimée (roman, dont il ne subsiste rien, George Sand a détruit le manuscrit, après l'avis défavorable de l'écrivain Auguste de Kératry),
  • Aurore Dudevant et Jules Sandeau, La Prima Donna (nouvelle, publiée au mois d'avril 1831, dans la Revue de Paris sous le pseudonyme de J. Sand, dont c'est la première utilisation), (lire en ligne), p. 234 à 248
  • Aurore Dudevant, Molinara (nouvelle, non signée, publiée le 3 mars 1831 dans Le Figaro no 62. Le texte commence en bas de page du quotidien), (lire en ligne), p. 2
  • Aurore Dudevant et Jules Sandeau, Vision (nouvelle, non signée, publiée le 5 mars 1831 dans Le Figaro no 64), (lire en ligne), p. 1 et 2
  • Aurore Dudevant, Jehan Cauvin (nouvelle, publiée le 1er décembre 1924, dans la Revue des deux Mondes), (lire en ligne), p. 565 à 582
  • Aurore Dudevant et Jules Sandeau, La Fille d'Albano (nouvelle, sous le pseudonyme de J. Sand), (lire en ligne)
  • Aurore Dudevant et Jules Sandeau, Le Commissionnaire (roman, sous le pseudonyme d'Alphonse Signol, auteur alors décédé),
  • Aurore Dudevant et Jules Sandeau, Rose et Blanche : ou la comédienne et la religieuse (roman en cinq tomes, écrit sous le pseudonyme de J. Sand), « Tome 1 » « Tome 2 » « Tome 3 » « Tome 4 » « Tome 5 »

Romans, récits, contes, nouvelles, textes divers[modifier | modifier le code]

Œuvres posthumes[modifier | modifier le code]

Manuscrit du dernier roman inachevé de George Sand, Albine, au Musée de la vie romantique (Paris).

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

Correspondance générale[modifier | modifier le code]

  • Une des plus prolifiques correspondances d’écrivain, comprenant plus de 40 000 lettres connues et recueillies entre 1812 et 1876. Une œuvre épistolaire dont l’édition de référence est à consulter infra, dans la section bibliographique.

George Sand et les arts[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]

Galerie photographique de George Sand par Nadar sous le Second Empire. Source : Bibliothèque nationale de France.

Le 24 mars 1864, George Sand écrit de Nohant, à Nadar, pour le féliciter des photographies qu'il a prises d'elle[198],[199] :

« Mon cher Nadar, j'ai encore besoin de deux belles épreuves retouchées de mon grand portrait de face. Je charge mon ami Maillard de vous les payer, si c'est abuser de vos dépenses comme je le crains. Mais choisissez-les-moi bien belles et remettez-les au dit Maillard. Mes enfants sont dans le ravissement de mes photographies, et ils vous remercient de les avoir faites et ils me remercient de vous les avoir fait faire. Détruisez donc l'affreuse photographie Richebourg – sur l'honneur ! »

Le daguerréotype de 1852 pris par Pierre-Ambroise Richebourg (1810-1875), ne flatte guère en effet la romancière qui garde un mauvais souvenir de ses premiers contacts avec ce nouvel art. Afin de contenir la diffusion du premier portrait photographique, George Sand correspond en 1863, avec le maître en la matière, Félix Tournachon (1820-1910), dit Nadar : « Le véritable remède ne serait-il pas d'en faire une meilleure ? ».

Elle se rend au mois de mars 1864 dans l'atelier du photographe, au no 35 boulevard des Capucines à Paris. Nadar, admirateur de la femme de lettres, réalise de multiples essais dont celui où George Sand apparaît coiffée d'une perruque « Grand Siècle ». Satisfaite, elle invite son dernier compagnon, le graveur Alexandre Manceau (1817-1865) à poser également. De par cette image fidèle, transparaît déjà les signes de la maladie, implacable et inexorable (se reporter au chapitre : Agendas). Les séances de pose se renouvellent en 1869, puis en 1874. George Sand noue de solides liens d'amitié avec la famille Nadar et une trentaine de lettres attestent cette sincérité constante[198]. La dernière photographie de l'écrivain est prise par un castelroussin, Placide Verdot (1827-1889), à Nohant en 1875. En effet, Nadar peu enclin au déplacement, ne s'est jamais rendu en terre berrichonne.

Sculptures[modifier | modifier le code]

Le peintre et sculpteur Louis Gallait réalise en 1840, un portrait en buste de George Sand dans un bas relief ovale en terre cuite. Cette œuvre a fait l'objet d'une exposition à Uzès le 19 décembre 2015, dans le cadre d'une vente aux enchères et une reproduction est publiée dans La Gazette de l'Hôtel Drouot. L'artiste a également peint un portrait de Frédéric Chopin en 1843, montré au Musée de la vie romantique à Paris du 2 mars au 11 juillet 2010, lors de l'exposition « Frédéric Chopin, la note bleue ».

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Fichier audio
La Reine Mab
Lecture audio du poème écrit par George Sand.
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Vidéographies[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Émission La Compagnie des auteurs, par Matthieu Garrigou-Lagrange sur France Culture, du 13 au 16 juin 2016 : George Sand. La biographie de la romancière est le sujet de quatre volets : Romancière au masculin, Une femme sur tous les fronts, La Sorcière du Berry, Dix-huit mille lettres ![203].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Botanique[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs roses portent son nom : Madame Dupin (obtenteur Foulard), Souvenir de George Sand (obtenteur Dücher), George Sand (obtenteur Gravereaux), George Sand II (obtenteur Meilland), George Sand III (obtenteur Laperrière-Robert)[205].

Découvrir George Sand[modifier | modifier le code]

Paysage, gouache réalisée par George Sand selon la technique de la dendrite. Musée de la vie romantique.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée de la vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, Paris, où sont exposés en permanence de nombreuses peintures, sculptures, objets d'art et memorabilia légués par sa petite fille Aurore Lauth-Sand - dont le célèbre moulage en plâtre de son bras droit, effectué par son gendre Auguste Clésinger. Une suite de ses dendrites complète l'ensemble : en peinture, la technique de la dendrite consiste à retoucher au pinceau ou à la plume une forme abstraite obtenue par pliage de taches d’encre ou de pigment projetées sur papier.
  • Le Domaine de George Sand, sa propriété à Nohant (Indre), dans la romantique vallée noire de la province du Berry.
  • Le Musée George Sand et de la Vallée Noire au no 71 rue Venôse à La Châtre, présente les souvenirs, œuvres littéraires et épistolaires de George Sand à travers des éditions originales, lettres autographes, manuscrits et portraits. Au mois de janvier 2014, le musée reverse une partie de ses collections sur la base numérique Joconde, dans le cadre de son accessibilité au public et de la sauvegarde du patrimoine[206].
  • La maison-musée de Gargilesse dans le Val de Creuse (Indre) où, avec son dernier amour Alexandre Manceau (1817-1865), George Sand passe de nombreuses années en villégiature.
Musées George Sand. Photographie de droite, la Chartreuse de Valldemossa sur l'île de Majorque. Dans les salles, sont exposés des souvenirs de George Sand et Frédéric Chopin, tels que des portraits de la romancière, ses manuscrits comme celui d'Un hiver à Majorque et pour le musicien, son masque mortuaire, une mèche de cheveux, des partitions ainsi que le piano de Pleyel sur lequel jouait Chopin et composait quelques-uns de ses préludes. Les cellules monastiques no 2 et no 4 sont celles où George Sand et Frédéric Chopin ont passé l'hiver 1838-1839[207].

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Culture et recherches[modifier | modifier le code]

Institution Lien internet Description
Ministère de la Culture « Biographie de George Sand » L'histoire de George Sand avec sa famille, son entourage, les amours, les lieux, l'écrivain, l'artiste romantique,
les combats, les théâtres, la musique.
Ministère de la Culture « Base de données George Sand » Documents, images, photographies, en provenance de plusieurs sites tant du ministère de la culture que de bases partenaires.
Bibliothèque nationale de France « George Sand (1804-1876) » Data.bnf.fr est le catalogue numérique de la Bibliothèque nationale de France. Il regroupe les œuvres et les thèmes d'un auteur
et permet d'accéder à une sélection de références bibliographiques et de liens à des documents.
Bibliothèque nationale de France « Œuvres de George Sand » Cette bibliographie recense 1 478 documents sur George Sand en tant que : auteur, préfacier, compositeur, dessinateur…
Parmi ces ouvrages en ligne, figurent les correspondances et biographies.
Bibliothèque nationale de France « George Sand sur Gallica » Base de données George Sand : romans, œuvres, biographies, journal intime de George Sand…
À consulter sur le site de la bibliothèque numérique Gallica.
Centre des monuments nationaux « Maison de George Sand » Visite de la maison de George Sand grâce au site photographique Regards, des monuments nationaux.
Possibilité de recherches à travers plusieurs thèmes concernant George Sand.
Internet Archive « Base de données George Sand » Bibliothèque numérique d'Internet Archive digital library à l'Université de Toronto, se rapportant aux ouvrages
de George Sand et aux différentes biographies qui lui sont consacrées.
Open Library « George Sand sur Open Library » Open Library est un projet de l'Internet Archive et a pour mission de répertorier tous les ouvrages
publiés dans une base de données.
Bibliothèque Électronique du Québec « Œuvres de George Sand » Bibliothèque numérique des œuvres de George Sand : romans, contes, récits, nouvelles,
pièces de théâtre et textes autobiographiques.
Projet Gutenberg « Base de données George Sand » Le projet Gutenberg offre une collection d'ouvrages de George Sand et de biographies consacrées à la romancière, à télécharger.
Réunion des musées nationaux « Dupin Aurore dite George Sand » Un album photographique et d'images, dédié à George Sand à partir d'une sélection de thèmes, de parcours,
pour découvrir la romancière.
Portail Joconde « Musée George Sand » Le musée George Sand à La Châtre, reverse une partie de ses collections sur la base nationale des musées de France, Joconde.
Musée de La Châtre « Musée George Sand et de la Vallée Noire » Collections du musée de La Châtre. George Sand à travers son œuvre, ses souvenirs, des éditions originales,
lettres autographes, manuscrits, photographies, portraits.
Portail Persée « Index des publications » Index des recherches, publications, comptes-rendus, articles, concernant George Sand sur le site de Persée,
portail en libre accès de revues scientifiques.
Assemblée nationale « George Sand à l'Assemblée nationale » Chronologie de l'écrivain avec les repères biographiques.
Assemblée nationale « 2004, année George Sand » Document pdf, publié lors du bicentenaire de la naissance de George Sand.
Sénat « Colloque, Femmes et pouvoirs » Colloque sur le thème des « femmes et pouvoirs » au cours du XIXe siècle et XXe siècle.
Conférencière : Martine Reid, professeur(e) de langue et littérature françaises.
Institut national d'histoire de l'art « Lettres d'Eugène Delacroix à George Sand » 85 lettres autographes, signées par Eugène Delacroix et adressées à George Sand de 1837 à 1863,
précédées d'une lettre d'Aurore Lauth-Sand authentifiant la correspondance.

Documents[modifier | modifier le code]

Les archives d'état civil de Paris sont détruites lors de l'incendie de l'Hôtel de ville, le 23 mai 1871 au moment de la Commune de Paris. George Sand entreprend les démarches nécessaires afin de reconstituer dans la mesure du possible, en fonction des documents en sa possession, l'état civil de sa famille parisienne et bien sûr, ses propres actes de naissance et de mariage. Par ailleurs, la romancière née le 1er juillet 1804 à Paris, pensait que sa naissance était le 5 juillet. Cette date erronée a pour origine une conversion incorrecte entre le calendrier républicain et grégorien. Son fils Maurice perpétue cette erreur dans l'acte de décès de sa mère le 8 juin 1876, jusqu'à l'inscription sur la tombe de George Sand.

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Correspondances[modifier | modifier le code]

Correspondance de George Sand, le 21 septembre 1849 à Édouard Charton (1807-1890), en faveur du peintre Léon Villevieille (1826-1863). Source : vente publique à l'Hôtel Drouot d'une collection importante de lettres et manuscrits par et autour de George Sand, le 5 novembre 2014.
Signature de George Sand en date du 18 novembre 1857 à Nohant. Musée George Sand à La Châtre.

Agendas[modifier | modifier le code]

Chapitre détaillé : Alexandre Manceau.

Les agendas de George Sand avec les détails de sa vie quotidienne, sont rédigés par Alexandre Manceau pendant 13 ans, puis par la romancière. La numérotation des volumes présentée dans ce chapitre, tient compte de l'agenda complémentaire comportant trois parties et daté des années 1858, 1859 et 1860. Son journal intime commence le 25 janvier 1852 et se termine à la date du 29 mai 1876. Le lendemain, 30 mai 1876, George Sand est prise de violentes douleurs abdominales. Elle meurt le jeudi 8 juin 1876, à Nohant (voir le chapitre : Les dernières années).

  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. I, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. II, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. III, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. IV, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. V, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. VI, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. VII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas (notes complémentaires de janvier à octobre 1858), vol. VIII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. IX, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas (notes complémentaires du 29 au 31 juillet 1859), vol. X, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XI, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas (notes complémentaires du 2 mai au 19 juillet 1860), vol. XII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XIII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XIV, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XV, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XVI, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XVII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XVIII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XIX, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XX, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXI, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXIII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXIV, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXV, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXVI, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXVII, (lire en ligne)
  • Journal intime : agendas, papiers de George Sand, vol. XXVIII, (lire en ligne)

Les textes sont transcrits et annotés par Anne Chevereau dans cinq volumes, accompagnés d'un sixième, avec l'index des patronymes :

Études[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Les ouvrages de George Sand sont dans le chapitre : Œuvres. L'autobiographie de la romancière, Histoire de ma vie, est à la fin de ce chapitre. Classement par ordre alphabétique pour les auteurs et en ordre décroissant pour l'année de parution des livres.

  • Marielle Caors, George Sand : de voyages en romans, Paris, Éditions Royer, coll. « Saga », , 272 p. (ISBN 978-2-90867-011-0)
  • Aurore Sand, George Sand chez elle, Paris, Éditions de l'auteur Aurore Sand, , 50 p. (lire en ligne)
  • George Sand (préf. Aurore Lauth-Sand), Journal intime (posthume), Paris, Éditions du Seuil, coll. « L'école des lettres », (1re éd. édition originale en 1926), 210 p. (ISBN 978-2-02023-908-0)
  • Georges Vicaire (préf. Maurice Tourneux), Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, 1801-1893 : éditions originales, ouvrages et périodiques illustrés, romantiques, réimpressions critiques de textes anciens ou classiques, bibliothèques et collections diverses, publications des sociétés de bibliophiles de Paris et des départements, curiosités bibliographiques, etc, t. VII, Paris, Éditions A. Rouquette, , 1234 p. (notice BnF no FRBNF36584974, lire en ligne), « Sand (Aurore Dupin, baronne Dudevant, dite George) », p. 193 à 329. 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir également le chapitre : Découvrir George Sand, notamment Culture et recherches (Ministère de la Culture, Bibliothèque nationale de France, Réunion des Musées nationaux…)

Sources[modifier | modifier le code]

Base de données[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Se reporter au chapitre : Bibliographie.
  • Pour le chapitre Œuvres : Georges Vicaire (préf. Maurice Tourneux), Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, 1801-1893 : éditions originales, ouvrages et périodiques illustrés, romantiques, réimpressions critiques de textes anciens ou classiques, bibliothèques et collections diverses, publications des sociétés de bibliophiles de Paris et des départements, curiosités bibliographiques, etc…, t. VII, Paris, Éditions A. Rouquette, , 1234 p. (notice BnF no FRBNF36584974, lire en ligne), « Sand (Aurore Dupin, baronne Dudevant, dite George) », p. 193 à 329. 

Archives nationales[modifier | modifier le code]

Abréviations :

  • AN : Archives Nationales.
  • MC : Minutier Central.
  • RE : Cote du répertoire.
  • ET : Cote de la Minute.
  • Chiffres romains : Étude notariale.

Note : Me Achille Nicolas René Tourin, est le notaire d'Aurore Dupin de Francueil, à Paris.

Actes notariés :

Origine de la propriété de Nohant

Lien Archives nationales : « Acquisition du domaine de Nohant par Marie-Aurore de Saxe »

Marie-Aurore de Saxe achète le domaine de Nohant pour un montant de 230 000 livres à Pierre Philippe Péarron de Serennes, ancien officier d'infanterie et gouverneur de Vierzon, cousin de la famille Dupin de Francueil.

Succession de Marie-Aurore de Saxe

  • Le 8 février 1822, inventaire après décès de Marie-Aurore de Saxe, veuve de Louis-Claude Dupin, receveur des finances à Metz et en Alsace, chevalier. Domicile : no 12 rue Neuve des-Mathurins à Paris. L'inventaire est déposé chez Me Charles Nicolas Denis de Villiers, notaire. Étude XXIX, 3 rue de Grenelle-Saint-Germain, quartier Saint-Germain-des-Prés, paroisse Saint-Sulpice, quartier du Luxembourg, 10e arrondissement (ancien) de Paris. Cote du document : MC - RE - XXIX - 12.

Lien Archives nationales : « Inventaire après décès de Marie-Aurore de Saxe »

Marie-Aurore de Saxe décède au château de Nohant, le 26 décembre 1821. Le 30 juin 1838, renonciation à bénéfice d'inventaire, sous la cote : ET - XXXII - 376.

  • Le 21 août 1822, délivrance de legs de Marie-Aurore de Saxe par Antoinette Sophie Victoire Delaborde, établi chez Me Achille Nicolas René Tourin, notaire. Étude XXIX, 3 rue de Grenelle-Saint-Germain, quartier Saint-Germain-des-Prés, 10e arrondissement (ancien) de Paris. Cote du document : AN - MC - ET - XXIX - 879.

Lien Archives nationales : « Délivrance de legs de Marie-Aurore de Saxe »

Intitulé : Saxe (Marie-Aurore de) veuve de Louis-Claude Dupin. § Délivrance de legs de Marie-Aurore de Saxe par Antoinette Sophie Victoire Delaborde, veuve de Maurice-François-Élisabeth Dupin, demeurant rue des Mathurins, tutrice d'Armandine-Aurore-Lucile Dupin, sa fille mineure, légataire universelle de défunte Marie-Aurore de Saxe son aïeule.

Aurore Dupin de Francueil

  • Le 24 août 1822, contrat de mariage entre François, baron Dudevant et Amantine-Lucile-Aurore Dupin de Francueil, rédigé chez Me Achille Nicolas René Tourin, notaire. Étude XXIX, 3 rue de Grenelle-Saint-Germain, quartier Saint-Germain-des-Prés, 10e arrondissement (ancien) de Paris. Cote du document : AN - MC - ET - XXIX - 879.

Intitulé : Contrat de mariage entre François Dudevant et Amantine-Lucile-Aurore Dupin dite George Sand. François Dudevant est licencié en droit, ancien officier au 10e régiment d'infanterie, demeurant no 1 rue du Hazard, fils du baron Jean-François Dudevant, ancien colonel de Cavalerie, ancien député, chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, officier de l'Ordre royal de la Légion d'honneur.

Lien Archives nationales : « Contrat de mariage entre François Dudevant et Amantine-Lucile-Aurore Dupin »

Aurore Dupin épouse le 17 septembre 1822 à Paris dans le 1er arrondissement ancien (8e arrondissement actuel), François Dudevant (né le 6 juillet 1795 à Pompiey et décédé le 8 mars 1871 à Barbaste, village de Lot-et-Garonne). Le mariage religieux est célébré à l'église Saint-Louis-d'Antin à Paris.

Archives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Note A  Catherine, Marie Anne Chatiron est née à La Châtre le et elle s'est mariée un an après la naissance de son fils Hippolyte, le 28 fructidor An VIII () à Sainte-Sévère[218], avec Gilbert Tixier (1773-1835)[219]. Catherine Chatiron meurt dans la commune de La Châtre, le [220],[221], à l'âge de 87 ans.

Note B  Hippolyte Chatiron est né le 16 floréal An VII () à La Châtre[17]. Attaché à l’école royale de cavalerie de Saumur, il rejoint en 1816 son régiment de hussards mais il quitte l'armée en 1822, peu de temps après avoir été nommé maréchal des logis. Hippolyte se marie à Paris le à l'église Saint-Étienne-du-Mont, avec Marguerite-Émilie de Villeneuve[222]. Il s'installe à Montgivray auprès de Nohant, dans le château appartenant à son épouse après avoir intenté des poursuites en expropriation à l'encontre de son beau-père, Charles de Villeneuve. Le couple a un seul enfant, une fille Léontine, née le à Montgivray. Hippolyte Chatiron fait partie des habitués de Nohant qu'Eugène Delacroix côtoie lors de ses séjours chez George Sand. Hippolyte Chatiron décède à l'âge de 49 ans le , à Montgivray[223]. L'Académie du Berry mentionne : « En 1823, Hippolyte épouse Émilie-Marguerite de Villeneuve avec qui, il s’ennuiera rapidement reprenant ainsi ses mauvaises habitudes, troussant les bonnes, parlant fort, buvant et faisant la fête avec son beau frère Casimir Dudevant. Il meurt en décembre 1848 et repose au cimetière de Montgivray »[224]. Leur fille Léontine Chatiron épouse à Montgivray le , Théophile Simonnet, avoué et conseiller municipal à La Châtre. De cette union, sont nés trois enfants : René (1844-1897), Edmé (1848-1935) et Albert (1851-1926). Léontine Chatiron décède à Bourges, le , à l'âge de 76 ans.

Note C  Caroline Delaborde, née à Paris le 20 ventôse An VII () est la fille naturelle de Victoire-Sophie Delaborde. Son père serait l'adjudant-général Claude-Antoine Collin, selon l'historien et généalogiste Joseph Valynseele. Elle est élevée avec Aurore jusqu'à la mort de Maurice Dupin. Caroline épouse à Paris le , Pierre-Jean Nicolas Cazamajou (1787-1864) dont elle aura un fils prénommé Oscar (1822-1891). Elle est restée en relation avec sa demi-sœur Aurore Dupin. Par ailleurs, Oscar Cazamajou, fils de Caroline Delaborde et René Simonnet, fils de Léontine Chatiron, sont les deux témoins qui déclarent le décès de la romancière à la mairie de Nohant-Vic, le [225]. Caroline Delaborde meurt à Châtellerault au domicile de son fils, deux ans après George Sand, le [226].

Note D  Une confusion peut subsister avec une homonyme, Marie Cailleau (ou également Caillaud), fille de Jean Cailleau et de Marie Chalandré, née le à Nohant-Vic[227]. Alors qu'elle est célibataire et demeure officiellement à Paris au no 42 rue de La Rochefoucauld, Marie Cailleau, couturière, met au monde un fils chez sa mère à Nohant-Vic, le et lui donne le nom de Georges Émile Aucante-Chesnois[228]. L'enfant est reconnu par le père, puis légitimé lors du mariage de Marie Cailleau avec Roc-Émile Aucante, le à Montmorency[229]. Roc-Émile Aucante, né le à La Châtre[230], enfant naturel de Gertrude Aucante et déclaré sous le nom de Chesnois, fait la connaissance de George Sand en 1844. Il devient son secrétaire et homme d'affaires, puis collaborateur de Michel Lévy, l'éditeur de George Sand. Il meurt à Montmorency, le [231]. Le site George Sand du ministère de la Culture indique par erreur que l'épouse de Émile Aucante est la servante-actrice de Nohant[175], d'où la méprise avec Marie Caillaud (1840-1914). En réalité, la future Mme Marie Aucante est couturière à Paris comme précisée dans l'acte de naissance de son fils en 1857, puis déclarée sans profession à Montmorency en 1869.

Note E  Georges Lubin est un écrivain français et spécialiste de George Sand. Il est né le à Ardentes[232] dans le département de l'Indre, à 15 kilomètres du château de Nohant. Après l'obtention de son baccalauréat en 1921, Georges Lubin devient dans un premier temps professeur dans différents lycées et collèges au gré des affectations, notamment à Châteauroux, Limoges, Parthenay, Rennes et enfin Rouen. Parallèlement, il se donne à sa passion poétique et littéraire, écrit divers articles dans la presse. Dès 1925, Georges Lubin se consacre à George Sand et Maurice Rollinat, dans un recueil dédié, À la gloire du Berry. Il publie de 1926 à 1954 sept romans et nouvelles : Le Vert paradis, La Terre a soif, Changer de peau, L'inconnue d'Angoulême, Une Jolie attelée, Maxime Rasquin, Le Rastreador. Georges Lubin rencontre Madeleine Lardy, assistante de Louise Weiss. Afin de se rapprocher de Madeleine, il démissionne de l'Éducation nationale pour intégrer un établissement bancaire, la Société générale en 1931. Cette nouvelle carrière professionnelle est aux antipodes de l'enseignement, mais il poursuit avec assiduité ses publications, poèmes et articles. Le mariage avec Madeleine est célébré à Asnières-sur-Seine, le [232]. Son épouse est la secrétaire de direction du journal L'Excelsior et sera sa collaboratrice dans ses travaux littéraires, en même temps que son plus fidèle soutien. À la déclaration de guerre, Georges Lubin est mobilisé, combat et se retrouve prisonnier. Une fois la liberté retrouvée, il entreprend l'œuvre de sa vie, la publication de la correspondance de George Sand. Un travail titanesque l'attend, ne ménageant pas sa peine et avec méthode, rassemble, copie, vérifie, identifie chaque lettre de la prestigieuse romancière. Georges Lubin prend sa retraite en 1964, date à laquelle paraît le premier tome de la correspondance. À ses côtés, Madeleine, infatigable, et ce sont près de 20 000 lettres qui sont collectées et publiées pendant près de trente ans de 1964 à 1995. L'édition de la correspondance de George Sand en vingt-six volumes aux Éditions Classiques Garnier, est un « monument de plus de vingt mille pages, devenu indispensable à qui veut connaître non seulement la vie et l’œuvre de Sand, mais aussi l’histoire du XIXème siècle »[233]. Le couple demeurait quai Le Gallo à Boulogne-Billancourt. Madeleine meurt au mois de mars 1996 et Georges va la rejoindre dans leur dernière demeure, quatre ans plus tard. Il décède le à Nogent-sur-Marne, à l'âge de 96 ans[232],[234].

Note F  Edmond, Antoine Gilbert Poinsot est né à Nogent-sur-Seine, le [235]. Marié à Emma, Marie Louise Bascans, le à Neuilly-sur-Seine[236]. Emma Bascans, musicienne, née à Paris dans le 1er arrondissement ancien le [237], est la fille de Ferdinand Bascans (1801-1861), journaliste, ami de George Sand et de Charles-Augustin Sainte-Beuve, et de Sophie Lagut (1801-1878), directrice de la pension au no 70 de la rue de Chaillot à Paris. George Sand a mis sa fille Solange Dudevant dans l'institution dirigée par Mme Ferdinand Bascans, née Sophie Lagut. Emma Bascans est décédée à Tancrou dans le département de Seine-et-Marne, le [238]. Elle séjournait à ce moment chez Me Charles, Jules Neveux (1831-1908), notaire, père de Pol-Louis Neveux (1865-1939), écrivain, inspecteur général des bibliothèques de France et membre de l'Académie Goncourt. Edmond Poinsot est un journaliste, fondateur et directeur de la Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique. Chef de bureau honoraire à la Grande Chancellerie de la Légion d'Honneur et conseiller municipal de la ville de Neuilly-sur-Seine, il demeure à Neuilly-sur-Seine au no 116 avenue du Roule. Edmond, Antoine Poinsot est Chevalier de la Légion d'Honneur le et Officier de la Légion d'Honneur, le [239]. Il prend comme pseudonyme, pour ses ouvrages : Georges d'Heylli. Il meurt le 6 octobre 1902 à Neuilly-sur-Seine[240]. Edmond Poinsot repose avec son épouse Emma Bascans dans l'ancien cimetière de Neuilly-sur-Seine (concession perpétuelle : 8e division, série no 169, tombe no 10). Solange Dudevant-Sand, veuve du sculpteur Auguste Clésinger, demeurait à Montgivray de 1873 à 1898[241] et elle est décédée à son domicile parisien le , des suites d'une grippe mal soignée, au no 16 rue de la Ville-l'Évêque dans le 8e arrondissement, à minuit un quart[151].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [sɑ̃ːd]. Voir : Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Éditions Peeters-France, coll. « Série pédagogique de l'Institut de linguistique de Louvain », , 247 p. (ISBN 978-2-87723-138-1), p. 104.
  2. George Sand, Histoire de ma vie, t. I, Paris, Éditions Michel Lévy frères, (1re éd. 1856), 274 p. (lire en ligne), chap. 2 (« Madame Dupin de Chenonceaux »), p. 61 à 64..
  3. Caroline Marbouty s'est habillée en homme pour suivre Honoré de Balzac en Italie. André Maurois, Prométhée ou la vie de Balzac, Hachette, 1965, p. 330-337.
  4. À cette date, elle signe J. Sand ses articles dans Le Figaro, en collaboration avec son amant Jules Sandeau, en cela très encouragée par Henri de Latouche.
    Consulter : Jean-Pierre de Beaumarchais, Daniel Couty et Alain Rey, Dictionnaire des littératures de langue française, t. III, Paris, Éditions Bordas, , 2208 p. (ISBN 978-2-04027-244-9), p. 2106.
  5. a et b Baudelaire l'appelait « la femme Sand », Barbey d'Aurevilly et Nietzsche la traitaient de « vache à écrire ».
    Consulter : Jean-Pierre de Beaumarchais, Daniel Couty et Alain Rey, Dictionnaire des littératures de langue française, t. III, Paris, Éditions Bordas, , 2208 p. (ISBN 978-2-04027-244-9), p. 2104.
  6. George Sand conseille Honoré de Balzac, d'écrire Massimilla Doni. Lire à ce propos, la lettre de Balzac à Maurice Schlesinger, dans : Honoré de Balzac (préf. Pierre Brunel), Sarrasine, Gambara, Massimilla Doni : Édition de Pierre Brunel, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio classique » (no 2817), (1re éd. 1995), 336 p. (ISBN 978-2-07034-485-7), p. 272.
  7. Dont elle fait l'éloge dans Le Courrier de Paris du et à qui elle dédie son roman Le Dernier amour en 1866.
  8. Charles de Spoelberch de Lovenjoul souhaitait publier en édition complète, mais George Sand est morte avant d'avoir terminé la compilation : Charles de Spoelberch de Lovenjoul (préf. Georges Vicaire), George Sand : Étude bibliographique sur ses œuvres, Paris, Éditions Henri Leclerc, coll. « Lovenjoul », , 118 p. (lire en ligne [pdf]).
  9. a et b Archives de Paris : État civil - Acte de naissance reconstitué. Cote du document : V3E/N 812. Archives de Paris 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
    Aurore Dupin est née le 12 messidor an XII () dans le 6e arrondissement ancien de Paris.
  10. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. II, p. 75 [lire en ligne].
  11. Cette ascendance, ainsi que l'histoire de ses grands-parents paternels, est traitée dans le chapitre II de la première partie de son autobiographie : George Sand, Histoire de ma vie : 1re et 2e partie, vol. 1, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 508 p. (lire en ligne), chap. II, p. 30 à 52. Voir aussi : Joseph Valynseele et Denis Grando (préf. Jean Guitton), À la découverte de leurs racines, t. II, Paris, L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, , 220 p. (ISBN 2901065031), « § George Sand ».
  12. George Sand, Histoire de ma vie : 1re et 2e partie, vol. 1, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 508 p. (lire en ligne), chap. I, p. 14.
  13. L'histoire de sa famille maternelle est traitée dans le chapitre IV de la première partie de son autobiographie : George Sand, Histoire de ma vie : 1re et 2e partie, vol. 1, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 508 p. (lire en ligne), chap. IV, p. 80 à 85.
  14. George Sand, Histoire de ma vie : 1re partie, t. 1, Paris, Éditions Michel Lévy frères, (1re éd. 1856), 274 p. (notice BnF no FRBNF36414323, lire en ligne), p. 19.
  15. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. II, p. 85-87 [lire en ligne].
  16. Christophe Grandemange, Le château de Nohant : Maison de George Sand, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, coll. « Provinces Mosaïques », , 160 p. (ISBN 978-2-81380-176-0), « Les jours heureux », p. 17.
  17. a et b L'accouchement a lieu au domicile de la mère, rue de la Fontaine à La Châtre. L'acte de naissance précise en marge : Pierre Laverdure, fils naturel de la patrie. Si l'enfant obtient plus tard, de s'appeler Hippolyte Chatiron, son nom sera toujours officiellement, Pierre Laverdure, dit Hippolyte Chatiron. Source, Archives départementales de l'Indre : État civil de La Châtre - acte de naissance no 104 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  18. Jean-Louis François Deschartres est né à Laon le . Clerc tonsuré, il est engagé par Marie-Aurore de Saxe et devient son homme de confiance. Il est le maire de Nohant sous le Premier Empire et exerce la profession de précepteur, successivement de Maurice Dupin de Francueil, d'Hippolyte Chatiron et d'Aurore Dupin. Il quitte Nohant le après l'élection au poste de maire, de Casimir Dudevant. Jean-Louis Deschartres meurt le dans un asile pour vieillards, la Maison royale de santé du 5e arrondissement ancien à Paris. Source des Archives de Paris : État civil - acte de décès reconstitué du 5e arrondissement ancien de Paris. Cote du document : V3E D/438. Archives de Paris, no 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  19. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. III, p. 93-103 [lire en ligne].
  20. George Sand, Histoire de ma vie : 2e (suite) et 3e partie, vol. 2, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 494 p. (lire en ligne), chap. XIV, p. 229 à 234.
  21. a, b, c et d Nathalie Desgrugillers, George Sand, ma grand-mère Marie Aurore de Saxe : Correspondance inédite et souvenirs, Clermont-Ferrand, Éditions Paleo, coll. « La collection de sable », , 178 p. (ISBN 978-2-84909-636-9).
  22. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. III, p. 130-131 [lire en ligne].
  23. George Sand, Histoire de ma vie, t. 4, Paris, Éditions Michel Lévy frères, (1re éd. 1856), 288 p. (notice BnF no FRBNF36414323, lire en ligne), p. 15.
  24. Chapitres XV et XVI de la deuxième partie et dans les chapitres I à IX de la troisième partie de son autobiographie : George Sand, Histoire de ma vie : 2e (suite) et 3e partie, vol. 2, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 494 p. (lire en ligne), chap. XV, p. 249 à 269.
  25. George Sand, Histoire de ma vie : 2e (suite) et 3e partie, vol. 2, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 494 p. (lire en ligne), chap. XVI, p. 270 à 286.
  26. George Sand, Histoire de ma vie : 2e (suite) et 3e partie, vol. 2, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 494 p. (lire en ligne), chap. I à VII, p. 287 à 473.
  27. George Sand, Histoire de ma vie : 3e (suite) et 4e partie, vol. 3, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 472 p. (lire en ligne), chap. VIII à IX, p. 1 à 58.
  28. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. III, p. 153-178 [lire en ligne].
  29. Chapitres X à XIV de la troisième partie et dans les chapitres I et II de la quatrième partie de son autobiographie : George Sand, Histoire de ma vie : 3e (suite) et 4e partie, vol. 3, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 472 p. (lire en ligne), chap. X à XIV, p. 59 à 188.
  30. George Sand, Histoire de ma vie : 3e (suite) et 4e partie, vol. 3, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 472 p. (lire en ligne), chap. I et II, p. 189 à 251.
  31. Nathalie Desgrugillers, George Sand, ma grand-mère Marie Aurore de Saxe : Correspondance inédite et souvenirs, Clermont-Ferrand, Éditions Paleo, coll. « La collection de sable », , 178 p. (ISBN 978-2-84909-636-9), « Chronologie », p. 30.
    Une réédition de l'ouvrage permettra de corriger le prénom du prétendant à la suite d'une confusion avec le frère d'Auguste Vallet de Villeneuve (1779-1837) : René, François Vallet de Villeneuve (1777-1863) époux d'Apolline de Guibert (1776-1852) et propriétaire du château de Chenonceau.
  32. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. V, p. 205-208 [lire en ligne].
  33. Chapitre VI de la quatrième partie de son autobiographie : George Sand, Histoire de ma vie : 3e (suite) et 4e partie, vol. 3, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 472 p. (lire en ligne), chap. VI, p. 348 à 372.
  34. Robert Ranjard, Le secret de Chenonceau, Tours, Éditions Gibert-Clarey, (1re éd. 1950), 256 p. (ISBN 978-2-24454-129-7), « Le comte René de Villeneuve », p. 221.
  35. Archives de Paris : État civil - Acte de mariage reconstitué. Cote du document : V3E/M 344. Archives de Paris 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  36. Étude Fraysse & Associés (dir.) et Valérie Maudieu (dir.) (Catalogue d'un ensemble important de lettres et manuscrits par et autour de George Sand. Présentation par Thierry Bodin. Vente publique à l'Hôtel Drouot, le 5 novembre 2014), Trois collections, Paris, Éditions Fraysse, , 92 p. (présentation en ligne, lire en ligne [pdf]), « Autour de George Sand (1804-1876), documents provenant d'une collection berrichonne », p. 50..
  37. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. V, p. 205-226 [lire en ligne].
  38. Chapitre VIII de la quatrième partie de son autobiographie : George Sand, Histoire de ma vie : 3e (suite) et 4e partie, vol. 3, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 472 p. (lire en ligne), chap. VIII, p. 396 à 428.
  39. George Sand, Histoire de ma vie : 3e (suite) et 4e partie, vol. 3, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 472 p. (lire en ligne), chap. XI, p. 435 à 436.
  40. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. V, p. 242 [lire en ligne].
  41. a et b Roger Pierrot, Jacques Lethève, Marie-Laure Prévost, Michel Brunet et la Bibliothèque nationale de France (dir.) (préf. Georges Le Rider), George Sand : visages du romantisme, Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. « Catalogue d'exposition », , 208 p. (ISBN 978-2-71771-337-4, notice BnF no FRBNF34702163, lire en ligne), « Chronologie de la vie et des œuvres de George Sand », p. IX.
  42. Site George Sand : « Solange Dudevant 1828-1899 ».
  43. a, b, c et d Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. V, p. 286-308 [lire en ligne].
  44. Nicole Mozet, George Sand : écrivain de romans, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Christian Pirot, coll. « Voyage immobile », , 214 p. (ISBN 978-2-86808-106-3), p. 79.
  45. Le Parisien, « Une permission de travestissement pour George Sand », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  46. Serge Kauder, « Une loi française interdit aux femmes le port du pantalon… », Finyear.com,‎ (lire en ligne).
  47. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 1, chap. VI, p. 309-322 [lire en ligne].
  48. Chapitre XIII de la quatrième partie de son autobiographie : George Sand, Histoire de ma vie : 4e (suite) et 5e partie, vol. 4, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 516 p. (lire en ligne), chap. XIII, p. 72 à 98.
  49. Georges Vicaire (préf. Maurice Tourneux), Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, 1801-1893 : éditions originales, ouvrages et périodiques illustrés, romantiques, réimpressions critiques de textes anciens ou classiques, bibliothèques et collections diverses, publications des sociétés de bibliophiles de Paris et des départements, curiosités bibliographiques, etc…, t. VII, Paris, Éditions A. Rouquette, , 1234 p. (notice BnF no FRBNF36584974, lire en ligne), « Sand (Aurore Dupin, baronne Dudevant, dite George) », p. 193 à 194.
  50. Voir à ce propos, sur le site George Sand : « Le roman Rose et Blanche, signé par J.Sand en 1831 ».
  51. George Sand, Histoire de ma vie : 4e (suite) et 5e partie, vol. 4, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 516 p. (lire en ligne), chap. XIV, p. 107.
  52. Marielle Caors, George Sand : de voyages en romans, Paris, Éditions Royer, coll. « Saga », , 272 p. (ISBN 978-2-90867-011-0), p. 145.
  53. a, b et c Albert Le Roy, George Sand et ses amis, Paris, Éditions Paul Ollendorff, , 542 p. (notice BnF no FRBNF34181280, lire en ligne), chap. VII à IX, p. 117 à 154.
  54. Marie Dorval deviendra la maîtresse de Jules Sandeau en 1838.
  55. George Sand et Marie Dorval, Correspondance inédite 1re partie : 1832-1836, Paris, Éditions de la Revue des deux Mondes, (lire en ligne).
  56. Anne Boquel et Étienne Kern, Une histoire des haines d'écrivains : de Chateaubriand a Proust, Paris, Éditions Flammarion, coll. « Essais », , 336 p. (ISBN 978-2-08121-653-2, présentation en ligne).
  57. « Marie Dorval, George Sand… au théâtre et à la vie », sur Lecture et spectacle.
  58. Pour une lecture amoureuse de cette relation, consulter l'ouvrage : (en) Belinda Élizabeth Jack (dir.), George Sand : A Woman's Life Writ Large, New York, Éditions Alfred A. Knopf, , 416 p. (ISBN 978-0-679-45501-1, présentation en ligne).
  59. Le Roy 1903, chap. IX [lire en ligne].
  60. Les amis de George Sand : « George Sand à Fontainebleau ».
  61. Doumic 1922, chap. IV, p. 134 [lire en ligne].
  62. Le Roy 1903, chap. X, p. 191-192 [lire en ligne].
  63. Doumic 1922, chap. IV, p. 136-138 [lire en ligne].
  64. Doumic 1922, chap. IV, p. 135-147 [lire en ligne].
  65. Le Roy 1903, chap. XI, p. 220-229 [lire en ligne].
  66. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 2, p. 94 [lire en ligne].
  67. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 2, p. 98 [lire en ligne].
  68. George Sand, Journal intime, Paris, Éditions du Seuil, , 210 p. (ISBN 978-2-02023-908-0), p. 57 à 58.
  69. Marielle Caors, George Sand et les arts : Actes du colloque international organisé du 5 au 9 septembre 2004 au Château d'Ars, Clermont-Ferrand, Éditions Presses universitaires Blaise-Pascal, coll. « Révolutions et Romantismes » (no 9), , 230 p. (ISBN 978-2-84516-326-3), « George Sand et Delacroix », p. 220-221.
  70. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 2, p. 99 [lire en ligne].
  71. Doumic 1922, chap. IV, p. 149-151 [lire en ligne].
  72. a, b, c et d Roger Pierrot, Jacques Lethève, Marie-Laure Prévost, Michel Brunet et la Bibliothèque nationale de France (dir.) (préf. Georges Le Rider), George Sand : visages du romantisme, Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. « Catalogue d'exposition », , 208 p. (ISBN 978-2-71771-337-4, notice BnF no FRBNF34702163, lire en ligne), « Chronologie de la vie et des œuvres de George Sand », p. XII.
  73. Doumic 1922, chap. V, p. 178-179 [lire en ligne].
  74. Le détail de la procédure se trouve dans l'ouvrage de : Le Roy 1903, chap. XVII, p. 329-348 [lire en ligne].
  75. Le Roy 1903, chap. XVIII, p. 350 [lire en ligne].
  76. Site de l'association Michel de Bourges : « Biographie Michel de Bourges ».
  77. Doumic 1922, chap. V, p. 187-188 [lire en ligne].
  78. a et b (en) Richard Cross, « The spiritual journey of Hermann Cohen », Cloud 9 Internet, White Plains (New York),‎ (lire en ligne).
  79. Chovelon 1988, p. 24.
  80. Doumic 1922, chap. V, p. 190-191 [lire en ligne].
  81. Le Roy 1903, chap. XXI, p. 404 [lire en ligne].
  82. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 2, chap. XI, p. 250-251 [lire en ligne].
  83. Honoré de Balzac, La Comédie humaine : Scènes de la vie privée, t. III, Paris, Éditions Alexandre Houssiaux, (1re éd. 1839), 712 p. (lire en ligne), « Béatrix », p. 157-461.
  84. Doumic 1922, chap. VI, p. 199-201 [lire en ligne].
  85. Le Roy 1903, chap. XIX, p. 364 [lire en ligne].
  86. George Sand, Histoire de ma vie : 4e (suite) et 5e partie, vol. 4, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 516 p. (lire en ligne), chap. IX, p. 356 à 362.
  87. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 2, XIII, p. 398 [lire en ligne].
  88. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 2, XIII, p. 404 [lire en ligne].
  89. Doumic 1922, chap. VII, p. 238-239 [lire en ligne].
  90. Le Roy 1903, chap. XIX, p. 374-375 [lire en ligne].
  91. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. III, p. 219-220 [lire en ligne].
  92. Victor Hugo ou Hector Berlioz ? Plusieurs versions diffèrent quant à l'identité exacte de l'artiste représenté. Le portrait ressemble plus à Victor Hugo. Mais nous pouvons remarquer que les écrivains sont assis et les musiciens debout, excepté bien sûr, Franz Liszt
  93. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. I, p. 13 [lire en ligne].
  94. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. I, p. 7 [lire en ligne].
  95. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. I, p. 7-12 [lire en ligne].
  96. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. I, p. 17 [lire en ligne].
  97. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. III, p. 245-256 [lire en ligne].
  98. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. III, p. 256 [lire en ligne].
  99. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. III, p. 265 [lire en ligne].
  100. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. III, p. 267-268 [lire en ligne].
  101. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. III, p. 292-331 [lire en ligne].
  102. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. III, p. 311 [lire en ligne].
  103. Ce portrait est aujourd'hui divisé. Consulter la chronologie de la vie et des œuvres de George Sand, dans le catalogue de l'exposition consacrée à la romancière, qui s'est tenue à Paris du 27 janvier au  : Roger Pierrot, Jacques Lethève, Marie-Laure Prévost, Michel Brunet et la Bibliothèque nationale de France (dir.) (préf. Georges Le Rider), George Sand : visages du romantisme, Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. « Catalogue d'exposition », , 208 p. (ISBN 978-2-71771-337-4, notice BnF no FRBNF34702163, lire en ligne), « George Sand », p. XII.
  104. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. I, p. 57 [lire en ligne].
  105. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. I, p. 59 [lire en ligne].
  106. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. I, p. 60-99 [lire en ligne].
  107. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. II, p. 119-120 [lire en ligne].
  108. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. V, p. 441-443 [lire en ligne].
  109. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 504-507 [lire en ligne].
  110. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 509-510 [lire en ligne].
  111. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 553-556 [lire en ligne].
  112. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 515-537 [lire en ligne].
  113. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 545 [lire en ligne].
  114. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 556-557 [lire en ligne].
  115. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 572-573 [lire en ligne].
  116. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 577-578 [lire en ligne].
  117. Chronologie de la vie et des œuvres de George Sand, consulter l'ouvrage de : Roger Pierrot, Jacques Lethève, Marie-Laure Prévost, Michel Brunet et la Bibliothèque nationale de France (dir.) (préf. Georges Le Rider), George Sand : visages du romantisme, Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. « Catalogue d'exposition », , 208 p. (ISBN 978-2-71771-337-4, notice BnF no FRBNF34702163, lire en ligne), « George Sand », p. XIII.
  118. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 581 [lire en ligne].
  119. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. VI, p. 566-567 [lire en ligne].
  120. Roger Pierrot, Jacques Lethève, Marie-Laure Prévost, Michel Brunet et la Bibliothèque nationale de France (dir.) (préf. Georges Le Rider), George Sand : visages du romantisme, Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. « Catalogue d'exposition », , 208 p. (ISBN 978-2-71771-3-374, notice BnF no FRBNF34702163, lire en ligne), « Chronologie de la vie et des œuvres de George Sand », p. XIII.
  121. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. IV, p. 388 [lire en ligne].
  122. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. IV, p. 393 [lire en ligne].
  123. a et b Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. IV, p. 394 [lire en ligne].
  124. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. IV, p. 392 [lire en ligne].
  125. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 3, chap. IV, p. 398 [lire en ligne].
  126. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 4, chap. VIII, « La Révolution de 1848 », p. 37 [lire en ligne].
  127. a et b Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 4, chap. VIII, « La Révolution de 1848 », p. 110-111 [lire en ligne].
  128. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 4, chap. IX, « George Sand et Napoléon III », p. 179 [lire en ligne].
  129. a, b, c et d Bloch-Dano 2010
  130. George Sand (préf. Georges Lubin), Correspondance : janvier 1843 à juin 1845, vol. VI, Paris, Éditions Classique Garnier, , 1036 p. (ISBN 2-7370-0197-8), « Lettre à Pierre-Martinien Tousez dit Bocage, 23 février 1845 », p. 807.
  131. George Sand (préf. Georges Lubin), Correspondance : janvier 1849 à décembre 1850, vol. IX, Paris, Éditions Classique Garnier, , 1020 p., « Lettre à Pierre-Jules Hetzel, avril 1850 », p. 543 à 545.
  132. Thierry Clermont, « L'amant oublié de George Sand », Le Figaro Culture, Paris,‎ (lire en ligne).
  133. Le Parisien, « Palaiseau : Le dernier amour de George Sand », Le Parisien, Paris,‎ (lire en ligne).
  134. George Sand, « Variétés : Lettre sur Salammbô », La Presse, Paris,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  135. « Texte intégral de l'article de George Sand du 27 janvier 1863 : Lettre sur Salammbô », sur le Centre Gustave Flaubert.
  136. Albert Cim, Le Dîner des gens de lettres : Souvenirs littéraires, Paris, Éditions Ernest Flammarion, (lire en ligne), chap. IV (« Histoire d'un ruban rouge »), p. 63.
  137. Original de la lettre dans les dossiers de la grande Chancellerie de la Légion d'honneur et copie dans la collection Charles de Spoelberch de Lovenjoul : cote E.868 / fol.80-291.
  138. Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 4, p. 259-260 [lire en ligne].
  139. Leduc 2015, p. 129.
  140. Marie-Louise Vincent, George Sand et Le Berry : Nohant, 1808-1876, vol. 1, Paris, Éditions Honoré Champion, , 680 p., « Monsieur Dudevant à Guillery », p. 625.
  141. George Sand, Correspondance 1812-1876 : années 1870 (suite) à 1876, vol. 6, Paris, Éditions Calmann-Lévy, , 424 p. (lire en ligne), « À M. le docteur Henri Favre, à Paris », p. 403 et 404.
  142. a, b et c Karénine, George Sand : sa vie et ses œuvres, vol. 4, chap. XIII, « La maladie et la mort », p. 599-612 [lire en ligne].
  143. Archives municipales : État civil - acte de décès no 12 - Mairie de Nohant-Vic, no 23 route de la Vallée-Noire 36400 Nohant-Vic.
  144. Maurice Dudevant-Sand (1823-1889) - dossier de la Légion d'Honneur : « Cote LH/829/45 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  145. Archives de Paris : État civil du 17e arrondissement de Paris - acte de décès no 2534 - Archives de Paris, 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  146. Aurore Dudevant-Sand (1866-1961) - dossier de la Légion d'Honneur : « Cote 19800035/743/84346 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  147. Archives de Paris : État civil du 6e arrondissement de Paris - acte de naissance no 200 - Archives de Paris, 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  148. Archives municipales de Nohant-Vic : État civil de Nohant-Vic - acte de décès no 11 - Mairie, Le Bourg 36400 Nohant-Vic.
  149. Archives de Paris : État civil du 1er arrondissement de Paris - acte de mariage no 414 - Archives de Paris, 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  150. Christophe Grandemange, Gabrielle Sand : Un ange de sérénité, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, coll. « Provinces mosaïques », , 192 p. (ISBN 978-2-84910-780-5).
  151. a et b Archives de Paris : État civil du 8e arrondissement de Paris - acte de décès no 488 - Archives de Paris, 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  152. Archives de Paris : État civil du 7e arrondissement de Paris - acte de décès no 42 - Archives de Paris, 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  153. Danielle Pearon, « Solange Dalot : chevalier des Palmes académiques », L'Écho du Berry, La Châtre,‎ (lire en ligne).
  154. Solange Dalot (préf. Georges Buisson), Marie des poules : Marie Caillaud chez George Sand, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, coll. « Provinces mosaïques », , 176 p. (ISBN 978-2-84910-647-1, présentation en ligne).
  155. Archives départementales de l'Indre : État civil de Nohant-Vic - acte de naissance no 4 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  156. Archives départementales de l'Indre : État civil de Nohant-Vic - acte de naissance no 10 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  157. Archives départementales de l'Indre : État civil de La Châtre - acte de mariage no 12 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  158. Philippe Lauzun, George Sand en Gascogne, Agen, Maison d'édition et imprimerie moderne, , 88 p. (lire en ligne), p. 66.
  159. (en+fr) Nigel Harkness (dir.), Jacinta Wright (dir.) et Collectif, George Sand, Intertextualité et Polyphonie : Palimpsestes, Échanges, Réécritures, vol. 1, Berne, Éditions Peter Lang AG (no 30), , 345 p. (ISBN 978-3-03911-987-5, présentation en ligne), « Catherine Masson : ls You Lihe It deShakespeare, comme il a plu à George Sand », p. 117.
  160. Christiane Veauvy (dir.) et Collectif (préf. Mireille Azzoug), Les Femmes dans l'espace public : Itinéraires français et italiens, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme et Le fil d'Ariane, , 346 p. (ISBN 978-2-73511-048-3, présentation en ligne), « Michelle Perrot : Femmes et création », p. 44.
  161. George Sand, Histoire de ma vie : 4e (suite) et 5e partie, vol. 4, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 516 p. (lire en ligne), p. 123.
  162. Béatrice Didier (dir.), George Sand : Indiana, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio classiques » (no 1604), , 416 p. (ISBN 978-2-07037-604-9, présentation en ligne), « Notice », p. 356.
  163. « George Sand - Œuvre Romanesque », sur le site d'Henri Schoenmackers.
  164. George Sand, Histoire de ma vie : 4e (suite) et 5e partie, vol. 4, Paris, Éditions Calmann Lévy, (1re éd. 1856), 516 p. (lire en ligne), p. 107.
  165. « George Sand 1804 - 1876 », sur www.georgesand.culture.fr (consulté le 19 août 2017)
  166. Agnese Silvestri, « Retour à l’utopie sans socialisme : La Ville noire de George Sand », Revue italienne d’études françaises. Littérature, langue, culture, no 3,‎ (ISSN 2240-7456, DOI 10.4000/rief.220, lire en ligne)
  167. Gustave Kahn, Symbolistes et Décadents, Librairie Léon Vanier, éditeur, 1902, p. 383.
  168. « George Sand 1804 - 1876 », sur www.georgesand.culture.fr (consulté le 19 août 2017)
  169. Citation extraite de Julien Josset, « Les philosophes romantiques et les femmes au XIXème siècle », Sisyphe, Montréal, Éditions Sisyphe,‎ (lire en ligne).
  170. Françoise van Rossum-Guyon, « Puissances du roman : George Sand », Romantisme, vol. 24, no 85,‎ , p. 79–92 (DOI 10.3406/roman.1994.6233, lire en ligne)
  171. Claude Malécot (préf. Jacques Seebacher), Le monde de Victor Hugo vu par les Nadar, Paris, Éditions du patrimoine, , 224 p. (ISBN 978-2-85822-698-6, présentation en ligne), p. 113.
  172. (en) « Chats with Walt Whitman », sur The Walt Whitman Archive
  173. (en) « Poems », sur Poets.org
  174. (en) Birgit Plietzsch (dir.), The Novels of Thomas Hardy as a Product of Nineteenth Century Social, Economic, and Cultural Change, Berlin, Éditions Tenea Verlag Ltd, , 294 p. (ISBN 978-3-86504-045-9, lire en ligne), p. 180.
  175. a et b Site George Sand : « Émile Aucante ».
  176. Christine Chambaz-Bertrand (préf. Béatrice Didier), George Sand était leur mère, Paris, Éditions Le Jardin d'Essai, , 253 p. (ISBN 978-2-91182-254-4), p. 186
  177. Christophe Grandemange, Le château de Nohant : Maison de George Sand, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, coll. « Provinces Mosaïques », , 160 p. (ISBN 978-2-81380-176-0), « Maurice Sand, le nouveau châtelain de Nohant », p. 104
  178. a et b Édition sur Wikisource Œuvres posthumes (Baudelaire) (1908), Paris, Société du Mercure de France,  Fac-similé disponible sur Wikisource Télécharger cette édition au format ePub
  179. Edmond de Goncourt (dir.) et Jules de Goncourt (dir.), Journal : mémoires de la vie littéraire (1851-1865), t. 1, Paris, Éditions Robert Laffont, , 1218 p. (ISBN 978-2-22105-527-4), p. 296
  180. Edmond de Goncourt (dir.) et Jules de Goncourt (dir.), Journal : mémoires de la vie littéraire (1887-1896), t. 3, Paris, Éditions Robert Laffont, , 1466 p. (ISBN 978-2-22105-945-6), p. 891 et 892
  181. (en) « A Room of One's Own, chaptitre 3, p. 49 », sur Adelaide.edu (consulté le 20 mai 2017)
  182. a, b et c Virgule, « George Sand : une femme libre », Virgule, Dijon, Éditions Faton, no 7 « George Sand, libre et immortelle »,‎ , p. 14 à 27 (ISSN 1760-2300)
  183. Thierry Debroux (préf. Georges Buisson), Sand la scandaleuse, Manage (Belgique), Éditions Lansman, coll. « Nocturnes théâtre », , 43 p. (ISBN 978-2-87282-434-2, présentation en ligne), p. 7
  184. a et b Antoni Ferrer, « George Sand : Un hiver à Majorque et ses deux auberges espagnoles », Cahiers d’études romanes, Aix-en-Provence, Centre Aixois d'Études Romanes, no 17,‎ , p. 361-403 (lire en ligne)
  185. Adrien Le Bihan, George Sand, Chopin et le Crime de la Chartreuse, Espelette, Éditions Cherche-bruit, , 211 p. (ISBN 978-2-95196-424-2, présentation en ligne, lire en ligne), chap. VIII (« Le belluaire s'acharne sur les porchers »), p. 95.
  186. Llorenç Villalonga (trad. Marie-France Borot), Un été à Majorque : Roman, Clermont-Ferrand, Éditions Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Cahiers romantiques », , 271 p. (ISBN 978-2-84516-390-4, lire en ligne), « Llorenç Villalonga, George Sand et Frédéric Chopin par Maria del Carme Bosch », p. 261
  187. Isabelle Bes Hoghton, « Voyager et raconter dans la première moitié du XIXe siècle : les voyageurs français aux Îles Baléares », Département de philologie espagnole latine et moderne, Palma de Mallorca, Université des Iles Baléares,‎ , p. 25 à 26 et 36 (lire en ligne [pdf])
  188. Le Roy 1903, chap. XXIII « En 1848 », p. 448-449 [lire en ligne].
  189. Jurgrau 1998, p. 349-356
  190. Consulter le dictionnaire de biographies roussillonnaises de l'abbé Capeille (1914) : « Joseph Tastu (1787-1849) », sur Méditerranées.net.
  191. Source et citation de : Marie-Reine Renard, « Les idées religieuses de George Sand et l'émancipation féminine », Archives de sciences sociales des religions, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales (Ehess), no 128,‎ , p. 29 (résumé, lire en ligne [pdf])
  192. George Sand, Correspondance 1812-1876 : années 1836 à 1847, vol. 2, Paris, Éditions Calmann-Lévy, , 400 p. (lire en ligne), p. 322 à 324
  193. Le nom et le lieu ne sont pas renseignés dans la lettre.
  194. Bernard Canal, « George, Gustave et les autres face à la Commune », Le français dans tous ses états, Revue du réseau CNDP pour les enseignants de français, no 42,‎ (lire en ligne)
  195. Voir le documentaire dans la série, « Les dossiers de l'histoire » : La Commune de Paris. D'après Henri Guillemin, George Sand se félicite du massacre des insurgés lors de la répression de la Commune de Paris.
  196. Citation de George Sand. Source : Marcel Gouzil, « La Commune de Paris 1871 », Bibliothèque de travail - Institut Coopératif de l'Ecole Moderne - pédagogie Freinet, Cannes, C.E.L., no 27,‎ , p. 25. Extrait du chapitre de George Sand et la Commune de Paris.
  197. Roger Pierrot, Jacques Lethève, Marie-Laure Prévost, Michel Brunet et la Bibliothèque nationale de France (dir.) (préf. Georges Le Rider), George Sand : visages du romantisme, Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. « Catalogue d'exposition », , 208 p. (ISBN 978-2-71771-337-4, notice BnF no FRBNF34702163, lire en ligne), « Préface », p. 6
  198. a et b Claude Malécot, George Sand et Félix Nadar, Paris, Éditions du Patrimoine, coll. « Photographies », , 162 p. (ISBN 978-2-85822-785-3, présentation en ligne)
  199. Claire Greilsamer et Laurent Greilsamer, Dictionnaire George Sand, Paris, Éditions Perrin, coll. « Documents Historiques », , 453 p. (ISBN 978-2-26204-099-4, lire en ligne)
  200. Sand… George en mal d'Aurore
  201. Émission Secrets d'Histoire : « George Sand, libre et passionnée », sur France 2.
  202. Émission Une maison, un artiste : « George Sand, la rebelle de Nohant », sur France 5.
  203. « George Sand », sur France Culture.
  204. Clémentine Fitaire, « George Sand et moi ! : Caroline Loeb signe un hommage musical truculent », AuFeminin.com Culture,‎ (lire en ligne)
  205. George Sand III
  206. La Nouvelle République du Centre-Ouest, « Le Musée George-Sand sur la toile », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne)
  207. Galerie photographique Frédéric Chopin et George Sand à la Chartreuse de Valldemossa : (es) « Celda de Frédéric Chopin y George Sand, Cartuja de Valldemossa ».
  208. Cet article commet une erreur en indiquant que la grand-mère de George Sand, Marie-Aurore de Saxe (Mme Dupin de Francueil 1748-1821) a entrepris un manuscrit sur l'amour et les femmes avec Jean-Jacques Rousseau. L'ouvrage en question et jamais publié, est de Louise de Fontaine (1706-1799), l'arrière grand-mère par alliance de George Sand. Jean-Jacques Rousseau était le secrétaire de Louise de Fontaine et le précepteur de son fils, Jacques-Armand Dupin de Chenonceaux.
  209. Extraits de la correspondance, par Thierry Bodin aux Éditions Gallimard : George Sand, « Lettres choisies », Fondation La Poste, Paris,‎ (lire en ligne)
  210. Lire les correspondances de George Sand adressées à Eugène Sue, Astolphe de Custine et Urbain Canel, dans : L'Express Culture, « George Sand, Lettres retrouvées : Un inédit par l'auteur de La mare au diable », L'Express,‎ (lire en ligne)
  211. Ce volume contient douze lettres de George Sand et quatorze de François Rollinat.
  212. Aspharesd : Association pour la sauvegarde du patrimoine archéologique de la région d'Eguzon et du sud du département de l'Indre - Mairie d'Éguzon, rue Jean Jaurès 36270 Éguzon.
  213. a et b Martine Reid est professeur(e) de langue et littérature françaises. Département de lettres modernes, Unité de formation et de recherche des Humanités, université Lille III.
  214. a et b Georges Buisson est l'administrateur de la demeure de George Sand à Nohant et conservateur du musée Jacques Cœur à Bourges.
  215. Site recommandé par le Ministère de la culture, la Bibliothèque nationale de France, le Centre départemental de documentation de l'Indre (terre de George Sand), le Magazine littéraire, ainsi que le Monde Littéraire.
  216. L'association américaine de George Sand est une société littéraire fondée à l'université Hofstra en 1976 par les amis de George Sand.
  217. Nohan (sans le « t ») : reprise de l'orthographe de l'acte notarié.
  218. Archives départementales de l'Indre : État civil de Sainte-Sévère - acte de mariage no 24 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  219. Gilbert Tixier est né le à La Châtre et décède le , dans cette même commune où il exerçait la profession d'aubergiste. Archives départementales de l'Indre : État civil de La Châtre - acte de décès no 118 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  220. Archives départementales de l'Indre : État civil de La Châtre - acte de décès no 63 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  221. Joseph Valynseele et Denis Grando (préf. Alain Decaux), À la découverte de leurs racines, t. 2, Paris, Éditions L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, , 236 p. (ISBN 978-2-90800-303-1).
  222. Nom de famille également orthographié Devilleneuve, à ne pas confondre avec la famille de René Vallet de Villeneuve, cousin de George Sand.
  223. L'acte de décès précise : Pierre Laverdure dit Hippolyte Chatiron. Source, Archives départementales de l'Indre : État civil de Montgivray - acte de décès no 20 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  224. Consulter le site de l'Académie du Berry : « Personnalités du Berry ».
  225. Archives départementales de l'Indre : État civil de Nohant-Vic - acte de décès no 12 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  226. Archives départementales de la Vienne : État civil de Châtellerault - mention extraite de l'acte de décès no 307 - Archives départementales, 30 rue des Champs-Balais 86000 Poitiers.
  227. Archives départementales de l'Indre : État civil de Nohant-Vic - acte de naissance no 16 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  228. Archives départementales de l'Indre : État civil de Nohant-Vic - acte de naissance no 14 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  229. Archives départementales du Val-d'Oise : État civil de Montmorency - acte de mariage no 8 - Archives départementales, 3 avenue de La Palette 95011 Cergy-Pontoise Cedex.
  230. Archives départementales de l'Indre : État civil de La Châtre - acte de naissance no 133 - Archives départementales, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux.
  231. Émile Aucante sur le site d'Alexandre Dumas : « Biographie ».
  232. a, b et c Archives municipales de la mairie d'Ardentes, 2 rue de la Gare 36120 Ardentes.
  233. Thierry Bodin, « Adieu à Georges Lubin », les Amis de George Sand,‎ (lire en ligne).
  234. Libération, « Mort de Georges Lubin », Libération,‎ (lire en ligne).
  235. Archives départementales de l'Aube : État civil de Nogent-sur-Seine - acte de naissance no 57 - Archives départementales, 131 rue Étienne Pédron 10000 Troyes.
  236. Archives départementales des Hauts-de-Seine : État civil de Neuilly-sur-Seine - acte de mariage no 83 - Archives départementales, 137 Avenue Frédéric et Irène Joliot Curie, 92023 Nanterre.
  237. Archives de Paris : État civil du 1er arrondissement ancien (8e arrondissement de Paris, actuel) - acte de naissance reconstitué no ? - Archives de Paris, 18 boulevard Sérurier 75019 Paris.
  238. Archives départementales de Seine-et-Marne : État civil de Tancrou - acte de décès no 7 - Archives départementales, 248 avenue Charles Prieur 77190 Dammarie-les-Lys.
  239. Archives nationales - Base Léonore : « Dossier de la Légion d'Honneur de Edmond Poinsot ».
  240. Archives départementales des Hauts-de-Seine : État civil de Neuilly-sur-Seine - acte de décès no 555 - Archives départementales, 137 Avenue Frédéric et Irène Joliot Curie 92023 Nanterre.
  241. Le château de Montgivray était précédemment la propriété de son oncle Hippolyte Chatiron et sa tante Marguerite-Émilie de Villeneuve, puis de leur fille Léontine Chatiron, épouse de Théophile Simonnet. Solange Clésinger achète le château grâce à un prête-nom, le et le vend en viager ainsi que l'ensemble des terres, le .