Bassin de vie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un bassin de vie (néologisme administratif créé en 2003 sous la plume de rédacteurs de la DATAR et de l'Insee[1]) est la « plus petite maille territoriale[2] » française, à l'autonomie plus ou moins marquée, où s'organise la vie quotidienne des habitants. C'est un « territoire présentant une cohérence géographique, sociale, culturelle et économique, exprimant des besoins homogènes en matière d'activités et de services[3] ». Sa délimitation se base sur le flux migratoire quotidien de la population ; en ce sens le bassin de vie peut être rapproché de l'aire urbaine. À la différence du bassin d'emploi, le bassin de vie prend en compte « la capacité d'attraction des équipements et services publics et privés (transport, enseignement, santé, action sociale)[3] » de la ville principale. Un bassin de vie peut donc être considéré comme l'espace délimité par l'aire d'influence d'une ville.

Zonage[modifier | modifier le code]

En 2004, la France est ainsi découpée par un zonage constitué de 1 916 bassins de vie, parmi lesquels l'immense majorité (1 745) s'articulent autour de localités de moins de 30 000 habitants[4] (dites « bourgs et petites villes »).

L’évolution de la France et des critères affinés poussent à une mise à jour en 2012 des bassins de vie. Leur nombre est réduit à 1666 (soit 250 de moins que huit ans auparavant) dont 1287 qualifiés de ruraux[5].

Zonage de 2004[modifier | modifier le code]

Zonage de 2012[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]