Miocène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Miocène
Notation chronostratigraphique N1
Notation française mp
Notation RGF m
Niveau Époque / Série
Période / Système
- Érathème / Ère
-- Éonothème / Éon
Néogène
Cénozoïque
Phanérozoïque

Stratigraphie

DébutFin
Point stratotypique mondial 23,03 MaPoint stratotypique mondial 5,333 Ma

Faune et flore

Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution d'un paléopaysage du Miocène et de sa faune nord américaine

Le Miocène est la première époque du Néogène et la quatrième de l'ère Cénozoïque. Il s'étend de 23,03 ± 0,05 à 5,332 ± 0,005 millions d'années[1]. Il est précédé par l'Oligocène et suivi par le Pliocène.

Le nom « Miocène » a été créé par Charles Lyell à partir du grec μείων (meioon, moins) et καινός (kainos, nouveau), moins récent, car cette période comporte moins d'invertébrés marins modernes que le Pliocène.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Les subdivisions du Miocène sont définies par les abondances relatives de foraminifères et de nanofossiles calcaires.

Miocène inférieur
Aquitanien (23,03 ± 0,05 à 20,43 ± 0,05 Ma)
Burdigalien (20,43 ± 0,05 à 15,97 ± 0,05 Ma)
Miocène moyen
Langhien (15,97 ± 0,05 à 13,65 ± 0,05 Ma)
Serravallien (13,65 ± 0,05 à 11,608 ± 0,005 Ma)
Miocène supérieur
Tortonien (11,608 ± 0,005 à 7,246 ± 0,005 Ma)
Messinien (7,246 ± 0,005 à 5,332 ± 0,005 Ma)

Paléoclimat[modifier | modifier le code]

Durant sa première moitié, le Miocène connait une période de réchauffement puis d'optimum climatique. La végétation tropicale remonte vers le nord, favorisant l'expansion des faunes africaines, et notamment des hominidés, en Europe et en Asie. À partir de 14,5 millions d'années (Ma), le climat connait une tendance au refroidissement et à l'assèchement, qui se poursuivra avec des fluctuations pendant le Pliocène, jusqu'à parvenir aux cycles glaciaires du Pléistocène.

À la fin du Miocène, la température baisse et le climat devient plus sec. l'Australie devient semi-aride.

Paléogéographie[modifier | modifier le code]

Carte de paléogéographie au Miocène moyen (14 Ma).

La dorsale médio-atlantique poursuit son effet de tapis roulant : les Amériques continuent à s'éloigner de l'Afrique et de l'Europe.

L'Amérique du Sud accentue son choc avec les plaques du Pacifique, ce qui produit un mouvement de subduction qui entraine l'élévation de la Cordillère des Andes. La même poussée en Amérique du Nord élève les Montagnes Rocheuses et soulève la péninsule mésoaméricaine, qui s'étend vers le Sud et se rapproche de l'Amérique du Sud, sans toutefois encore l'atteindre.

La plaque indienne poursuit sa collision avec l'Asie, l'Himalaya continue son élévation, processus encore actif de nos jours.

Au début du Miocène, les plaques arabo-africaine et eurasiatique sont séparées par des bras de mer, qui occupent l'emplacement actuel du golfe Persique, de l'Irak et du nord de la Syrie. Le rapprochement puis la collision des plaques au cours du Miocène inférieur entrainent un grand échange de faune terrestre entre les deux continents, facilité par l'existence d'un même climat tropical des deux côtés de l'ancien bras de mer[2]. L'océan Téthys finit ainsi de disparaitre pour laisser la place à la Mer Méditerranée, la Mer Noire, et la Mer Caspienne.

La plaque africaine remonte aussi vers le Nord et les montagnes jeunes d'Europe du Sud (Alpes, Alpes dinariques, Balkans) entament leur surrection.

Il y a 6 millions d'années, le détroit de Gibraltar se ferme et la mer Méditerranée s'assèche, épisode dénommé crise de salinité messinienne. Cet épisode se termine au début du Pliocène, il y a 5,3 millions d'années, par la réouverture du détroit de Gibraltar.

L' « Arbre au sang de dragon » (Dracaena cinnabari) est considéré comme l'un des vestiges des forêts subtropicales du Mio-Pliocène de Laurasie, qui ont maintenant presque disparu d'Afrique du Nord.

Flore[modifier | modifier le code]

Article connexe : Effet de pompe du Sahara.

À différentes périodes du Miocène, le Sahara était au moins localement couvert de forêts humides. Ceci a été confirmé par la découverte de milliers de dents de petits mammifères trouvées dans des pelotes de régurgitation de rapaces. Ces dents appartenaient notamment à une dizaine d'espèces de petits lémuriens vivant dans les arbres, et elles étaient accompagnées de restes d'amphibiens, de petits reptiles proches des caméléons et de rongeurs[3]. Ces restes évoquent un milieu enforesté et humide (500 mm à 1 200 mm d'eau/an) avec des clairières assez grandes et nombreuses pour que s'y développent de petits rongeurs.

Martin Pickford pense que cette forêt a commencé à reculer il y a 10 millions d'années, avant que, vers 7 millions d'années, les forêts humides se réduisent à la zone intertropicale, alors que l'Égypte entamait elle aussi une phase d'aridification[4].

À la fin du Miocène, les forêts tropicales africaines ont sensiblement régressé en laissant la place à de vastes savanes où les graminées se diversifient. De nouvelles espèces capables d'assimiler plus efficacement le dioxyde de carbone apparaissent.

Faune[modifier | modifier le code]

Le Mégalodon est le grand prédateur marin du Miocène.
Fossile de grand crabe (Archaeogeryon peruvianus) du Miocène (Muséum de Toulouse)

Sur le territoire de l'actuelle Europe de l'Ouest et de la France, on peut notamment trouver des castors, loups, chevaux, cerfs, chameaux, proboscidiens[5] et rhinocéros (ex : Diaceratherium aurelianense et Brachypotherium brachypus[6]), de nombreux oiseaux dont corbeaux, canards, hiboux... vivant à cette époque.

Toutes ou presque toutes les familles d'oiseaux existent à la fin du Miocène. C'est durant le Miocène que les oiseaux marins atteignent leur plus grande diversité.

Les algues brunes appelés Kelp prolifèrent, supportant ainsi de nouvelles espèces, des loutres de mer, des poissons et des invertébrés. Les requins modernes apparaissent ainsi que les mégalodons. Les cétacés se diversifient, avec entre autres l'apparition des cachalots et l'évolution de dauphins, baleines et marsouins ; leurs ancêtres, les Archaeoceti, disparaissent, les Pinnipèdes évoluent vers des formes plus adaptées à un environnement aquatique.

Seules l'Amérique du Sud et l'Australie, toutes deux isolées, présentent des faunes de mammifères marsupiaux, ancestrales des mammifères placentaires.

En France, cette faune a commencé à être identifiée par les paléontologues et géologues à partir de la fin du XIXe siècle, par exemple dans le bassin rhodanien[7],[8],[9], ou à partir du début du XXe siècle, notamment dans les faluns de l'Orléanais et de Touraine[10], en Indre-et-Loire[11], en Maine-et-Loire[12], dans le Bassin Aquitain (Gascogne, Aquitaine, Gers)[5],[13],[14].

Hominidés[modifier | modifier le code]

Proconsul africanus, primate fossile emblématique des Hominoidea

Au début du Miocène, on assiste à l'expansion puis à une forte diversification en Afrique des Hominoidea (grands singes, ou singes sans queue), apparus durant l'Oligocène. Doté d'un cerveau un peu plus volumineux que ses prédécesseurs, Proconsul africanus (vers 20 Ma) est le plus connu des Hominoidea fossiles. Dès cette époque, les grands singes forment plusieurs familles, dont certaines sortent d'Afrique, comme les Hylobatidae (gibbons) qui se répandent en Asie du sud-est, et les Hominidae qui apparaissent en Europe vers 17 Ma, à la faveur de la collision des plaques arabo-africaine et eurasiatique.

Vers 16 Ma, les Hominidae se scindent en deux sous-familles, les Ponginae qui occupent toute l'Asie méridionale, de la Turquie jusqu'à la Chine, et les Homininae en Afrique et en Europe. C'est le temps de la « planète des singes » hominidés. Avec plusieurs dizaines d'espèces fossiles connues (il n'en reste aujourd'hui que huit), les Hominidae occupent toutes les niches écologiques des forêts de l'Ancien Monde[15].

À partir de 14,5 Ma, la tendance générale passe au lent refroidissement et assèchement du climat, qui devient progressivement plus saisonnier.

À la fin du Miocène, les savanes et les prairies se développent tandis que le couvert arboré régresse, se réduisant essentiellement à la zone intertropicale. Les Homininae d'Europe, espèces arboricoles, végétariennes et frugivores, s'éteignent. Sur le continent européen se met en place une autre « planète des singes » avec l'arrivée d'un cercopithécoïde (singe à queue), le Mésopithèque (en). Ce cercopithécoïde qui annonce l'expansion des singes à queue, notamment les macaques en Asie et, plus tard, les babouins en Afrique, est un folivore strict, spécialisation alimentaire mieux adaptée à des environnements devenus à la fois moins arborés et plus saisonniers[15].

Les homininés africains sont bien plus mal connus que leurs cousins européens. La période allant de 12 Ma à 7 Ma a livré très peu de fossiles en Afrique, ce qui ne permet pas d'imaginer une phylogénie même provisoire. Dans ce continent considéré comme le berceau de la lignée humaine, la fragmentation des forêts en zone intertropicale n'exclut pas l’existence d’îlots forestiers de dimensions plus réduites, comme la forêt claire (mêlant espaces arborés et espaces graminéens). D'ascendance encore indéterminée, les premiers hominines sont connus à partir de 7 Ma, avec Sahelanthropus tchadensis, puis Orrorin tugenensis (5,9 Ma) qui montre une bipédie avancée tout en conservant des membres supérieurs adaptés à la vie arboricole. Le refroidissement et l'assèchement climatiques n'empêchent pas l'existence de paysages mosaïques (rivières, lacs, marécages, zones boisées, ilots forestiers, savane arborée, prairies herbeuses et zones désertiques) dans lesquels apparaissent au Pliocène vers 4,2 Ma les australopithèques, à la bipédie plus affirmée. Il faut attendre 2,8 Ma et l'orée du Pléistocène pour trouver le premier fossile attribué au genre Homo[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) GeoWhen database
  2. (en) Mariam C. Nargolwalla, Eurasian Middle and Late Miocene Hominoid Paleobiogeography and the Geographic Origins of the Homininae, thèse de doctorat de l'université de Toronto, 2009, chapitre 4, p.186, lire en ligne
  3. Étude publiée par l'académie des sciences (Palévol 2006) à partir des découvertes de Martin Pickford (paléontologue au MNHN) et de ses collègues de l'université de Menoufia (Égypte), dans l'actuel désert libyque d'Égypte
  4. Publication de Paléoévolution, 2006, citée par le Figaro (article du 15/10/2007)
  5. a et b C. Bulot et L. Ginsburg, « Gisements à Mammifères miocènes du Haut-Armagnac et âge des plus anciens Proboscidiens d'Europe occidentale », Comptes-Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 2e série, vol. 316, no 7,‎ , p. 1011-1016.
  6. E. Cerdeño, « Étude sur Diaceratherium aurelianense et Brachypotherium brachypus (Rhinocerotidae, Mammalia) du Miocène moyen de France », Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle, vol. 15, nos 1-4,‎ , p. 25-77.
  7. C. Guérin et P. Mein, « Les principaux gisements de mammifères miocènes et pliocènes du domaine rhodanien », Doc. Lab. Géol. Fac. Sci. Lyon, no 49,‎ , p. 131-170
  8. J. Viret, Catalogue critique de la faune des mammifères Miocènes de La Grive Saint-Alban (Isère), A. Rey & Co, , 102 p..
  9. P. Mein, « Composition quantitative des faunes de mammifères du Miocène moyen et supérieur de la région lyonnaise », Paléobiologie continentale, vol. 14, no 2,‎ , p. 339-346.
  10. Léonard Ginsburg, « Les faunes de mammifères terrestres du Miocène moyen des Faluns du bassin de Savigné-sur-Lathan (France) », Geodiversitas, vol. 23, no 3,‎ , p. 381-394 (lire en ligne, consulté le 30 mai 2018).
  11. Léonard Ginsburg, « Les mammifères des sables du Miocène inférieur des Beilleaux à Savigné-sur-Lathan (Indre-et-Loire) », Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle, vol. 11, no 2,‎ , p. 101-121.
  12. Léonard Ginsburg et Michel Bonneau, « La succession des faunes de mammifères miocènes de Pontigné (Maine-et-Loire, France) », Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle, vol. 16, nos 2-4,‎ , p. 313-328 (lire en ligne [PDF], consulté le 30 mai 2018).
  13. S. Baudelot et A. Collier, « Les faunes de mammifères Miocènes du Haut-Armagnac (Gers, France) : Les Gliridés (Mammalia, Rodentia) », Geobios, vol. 15, no 5,‎ , p. 705-727 (résumé).
  14. P.-O. Antoine, F. Duranthon et P. Tassy, « L'apport des grands mammifères (Rhinocérotidés, Suoidés, Proboscidiens) à la connaissance des gisements du Miocène d'Aquitaine (France) », Mémoires et travaux de l'Institut de Montpellier, no 21,‎ , p. 581-590 (lire en ligne, consulté le 30 mai 2018)
  15. a et b Pascal Picq, Premier homme, Flammarion, , p. 34-35
  16. Michel Brunet et Jean-Jacques Jaeger, « De l’origine des anthropoïdes à l’émergence de la famille humaine », Comptes Rendus Palevol, vol. 16, no 2,‎ , p. 189-195 (DOI 10.1016/j.crpv.2016.04.007, lire en ligne [PDF])

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]