Émile Dermenghem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émile Dermenghem
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Émile Dermenghem, né à Paris le et mort à Samois-sur-Seine le , est un journaliste, archiviste et bibliothécaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une licence ès lettres, Émile Dermenghem intègre l'École des chartes, d'où il sort en 1913 après avoir soutenu une thèse sur Claude d'Annebault.

En , il part faire son service militaire, mais est ajourné peu après. En 1914, au début de la Première Guerre mondiale, il est rappelé dans le service auxiliaire jusqu'en . Il est alors affecté au ministère des Affaires étrangères comme attaché au service de presse. Il se consacre dès lors au journalisme et à la littérature. Il devint ensuite rédacteur puis de secrétaire de rédaction du journal L’Information, jusqu'à la disparition de ce quotidien en 1938.

En 1938, il reprend son métier de d'archiviste. D'avril à , il effectue un stage aux Archives départementales de Seine-et-Oise, et, le de la même année, est nommé archiviste adjoint du département des Bouches-du-Rhône, délégué dans les fonctions d'archiviste départemental des Hautes-Alpes. En 1942, il est nommé archiviste-bibliothécaire du Gouvernement général de l'Algérie. Il y reste jusqu'à sa mise à la retraite, le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Claude d'Annebault, maréchal et amiral de France sous François Ier et Henri II, thèse de l'École des chartes, 1913[1].
  • La Vie affective d'Olivier Minterne, Paris, Crès, 1917
  • Melchisédech, suivi de Symiamire, Paris, La Connaissance, 1920.
  • La Vie de Mahomet, éd. Librairie Plon, Paris, 1920, Collection Le Roman des Grandes Existences no 23.
  • Joseph de Maistre mystique : ses rapports avec le martinisme, l'illuminisme et la Franc-Maçonnerie, l'influence des doctrines mystiques et occultes sur la pensée religieuse, La Connaissance, 1923, 338 p.
- Prix Bordin 1924 de l’Académie française
  • Introduction de La Franc-maçonnerie, Mémoire au duc de Brunswick, Rieder, 1925
  • Les Quatre Demeures, La Connaissance, 1925
  • La Vie admirable et les révélations de Marie des Vallées, d'après des textes inédits, Plon-Nourrit et Cie, 1926, 326 p.
  • Thomas Morus et les Utopistes de la Renaissance, Les Petits-Fils de Plon et Nourrit, 1927, 280 p.
- Prix Thérouanne 1928 de l'Académie française
  • Vies des Saints Musulmans, Alger, Baconnier, 1943, 308 p.
  • Contes kabyles, récits contés par Saïd Laouadi, recueillis et commentés par Émile Dermenghem, Alger : Charlot, 1945, 214p.
  • La Vie de Mahomet, Alger, Charlot, 1950, 326 p.
  • Le Culte des saints dans l'Islam maghrébin, éd. Gallimard, Paris, 1954, réédition 1982 (ISBN 2070210669)
  • Mahomet et la tradition islamique, Paris, Le Seuil, Collections Microcosme "Maîtres spirituels", 1955, 190 p.
  • Le Pays des Ouled-Naïl, 1956, 12 p.
  • Le Pays d'Abel : le Sahara des Ouled-Naïl, des Larbaâ et des Amour, Gallimard, 1960, 217 p.
  • Notes sur les valeurs permanentes et actuelles de la civilisation musulmane : Témoignage de l'Islam, 1947
Articles de revues
  • « Un ministre de François Ier : la grandeur et la disgrâce de l'amiral Claude d'Annebault », dans la Revue du XVIe siècle, t. IX, 1922, p. 34-50.
  • « Érasme et Thomas Morus contre Machiavel ou la politique et la morale », paru en 1926 dans Le Roseau d’or [2].
  • « Tlemcen mystique, saints et confréries », Richesses de France, Tlemcen no 18, 1er t. 1954, Ed. Delmas, Bordeaux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chronique et mélanges », Bibliothèque de l'École des chartes, 1913, vol. 74, no 74, pp. 228-230 [1].
  2. Biblisem
  3. Persée.fr Émile Dermenghen, note biographique par Pierre Boyer, Bibliothèque de l'École des chartes Année 1971 129-2 pp. 523-527.

Liens externes[modifier | modifier le code]