Sol (pédologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sol.
Échantillons de sol.
Le sol est le support des cultures mais aussi pour partie leur produit, tout particulièrement l'humus dont la perte fragilise le sol
La nature et la qualité du sol, ainsi que son degré de végétalisation contribuent à sa plus grande vulnérabilité ou résilience face aux phénomènes érosifs
Exemple de profil de sol : B laterite, régolithe; C saprolite, régolithe moins météorisé puis bedrock ou roche-mère
Différentes étapes de la formation d'un sol (pédogénèse) : de la météorisation de la roche mère à l'évolution de l'enrichissement en humus et de la pédofaune.

Le sol est le support de la vie terrestre. Il résulte de la transformation de la couche superficielle de la roche-mère, la croûte terrestre, dégradée et enrichie en apports organiques par les processus vivants. Hors des milieux marins et aquatiques d'eau douce, il est ainsi à la fois le support et le produit du vivant. Le sol est une interface entre biosphère et lithosphère. La partie du sol spécialement riche en matière organique se nomme l'humus.

On différencie le sol de la croûte terrestre par la présence significative de vie. Le sol est aussi un des puits de carbone planétaires, mais semble perdre une partie de son carbone, de manière accélérée depuis au moins 20 ans[1]. Il peut contenir et conserver des fossiles [2], des vestiges historiques[3] et les traces d'anciennes activités humaines[4] (anthropisation, voir aussi anthrosol, archéologie) ou d'évènements climatiques[2]. Ces éléments influent à leur tour sur la composition floristique[4].

Le sol est vivant[5] et est constitué de nombreuses structures spatiales emboîtées (horizons, rhizosphère, macro- et micro-agrégats, etc.). Cette dimension fractale autorise la coexistence de très nombreux organismes de tailles très diverses et fait du sol un réservoir unique de biodiversité microbienne, animale et végétale[6]. Il est nécessaire à la grande majorité des champignons, des bactéries, des plantes et de la faune.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a déclaré 2015 comme étant l'année internationale des sols, avec comme phrase clé « Des sols sains pour une vie saine »[7].

Définitions[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs définitions du sol.

  • Les agronomes nomment parfois « sol » la partie arable (pellicule superficielle) homogénéisée par le labour et explorée par les racines des plantes cultivées. On considère qu'un bon sol agricole est constitué de 25 % d’eau, 25 % d’air, 45 % de matière minérale et de 5 % de matière organique[8]. Le tassement et la semelle de labour peuvent induire une perte de rendement de 10 à 30 %, pouvant aller jusqu'à 50 %[9].
  • Les pédologues estiment que la partie arable ne constitue que la partie superficielle du sol. Le pédologue et agronome Albert Demolon a défini le sol comme étant « la formation naturelle de surface, à structure meuble et d'épaisseur variable, résultant de la transformation de la roche mère sous-jacente sous l'influence de divers processus, physiques, chimiques et biologiques, au contact de l'atmosphère et des êtres vivants »[10].
  • L'aménagement du territoire distingue des catégories d'occupation du sol, avec les sols agricoles, les sols boisés, les sols bâtis et les autres sols. Une base de données contenant des données géographiques d'occupation du sol existe, au niveau de l'Union européenne: il s'agit de Corine Land Cover. Des données plus précises sont recueillies par le GMES: la base de données les contenant est Urban Atlas[11].

Les définitions du sol sont liées à son utilisation. Pour un ingénieur civil le sol est un support sur lequel sont construites les routes et sont fondés les bâtiments. Pour un ingénieur d'assainissement le sol est un récipient d'égouts domestiques et municipaux. Pour l'hydrologiste ou l'hydrogéologue le sol est un manteau vivant et végétalisé permettant le cycle de l'eau. Pour l'écologue le sol est un habitat et un élément de l'écosystème qui est le produit et la source d'un grand nombre de processus et interactions chimiques, biochimiques et biologiques[12]. On a d'ailleurs de plus en plus tendance à considérer les sol comme un écosystème à part entière, et non plus comme une composante d'un écosystème dont la base serait la végétation[13].

La science qui étudie les sols, leur formation, leur constitution et leur évolution, est la pédologie. Plus généralement, aujourd'hui, on parle de science du sol, englobant ainsi toutes les disciplines (biologie, chimie, physique) qui s'intéressent pro parte au sol. De nombreux processus, autrefois considérés comme purement physico-chimiques, sont aujourd'hui attribués à l'activité des êtres vivants, comme l'altération des minéraux[14] ou la mobilisation du fer par les sidérophores bactériens.

Description[modifier | modifier le code]

Constituants des sols[modifier | modifier le code]

Fraction minérale[modifier | modifier le code]

La fraction minérale représente l'ensemble des produits de la dégradation physique puis chimique de la roche mère.

On peut les classer par diamètres décroissants (granulométrie) :

Article détaillé : Granulométrie.

Tous ces éléments constituent le « squelette » du sol.

La fraction minérale est composée d'une fraction grossière et d'une fraction fine :

  • fraction grossière, les particules ont un diamètre supérieur à deux micromètres : les graviers et cailloux, les sables, les limons. Cette fraction est sans intérêt immédiat pour les plantes, mais est primordiale pour garder l'eau en réserve dans le sol (macroporosité). Il s'agit du squelette du sol, qui finira par se transformer en fraction fine par altération ;
  • fraction fine : les particules sont inférieures à 2 μm. Cette fraction est biologiquement et chimiquement active. Elle est composée de colloïdes minéraux.

Fraction organique[modifier | modifier le code]

La matière organique du sol peut être définie comme une matière carbonée provenant de la décomposition et du métabolisme d'êtres vivants végétaux, animaux et microbiens (fongiques, bactériens). Elle constitue l'humus.

Elle est composée d'éléments principaux (carbone-C, hydrogène-H, oxygène-O et azote-N), d'éléments secondaires (soufre-S, phosphore-P, potassium-K, calcium-Ca et magnésium-Mg), ainsi que d'oligoéléments.

Elle se répartit en quatre groupes :

  • la matière organique vivante, animale (faune du sol), végétale (organes souterrains des plantes) et microbienne (bactéries, champignons, algues du sol), qui englobe la totalité de la biomasse en activité,
  • les débris d'origine végétale (résidus végétaux ou litière, exsudats racinaires), animale (déjections, cadavres) et microbienne (cadavres, parois cellulaires, exsudats) appelés matière organique fraîche,
  • des composés organiques intermédiaires, appelés matière organique transitoire (évolution de la matière organique fraîche),
  • des composés organiques stabilisés, les matières humiques ou humus, provenant de l'évolution des matières précédentes.

La végétation fournit des débris végétaux qui constituent la litière ou horizon organique. Sa décomposition se fait sous l'action de la microflore et de la faune du sol, et produit l'humus et des composés minéraux. Les deux processus de décomposition sont d'une part la minéralisation (produisant des composés minéraux tels que le dioxyde de carbone (CO2), l'ammoniac (NH3), les nitrates et les carbonates) et l'humification (polymérisation oxydative sous la forme de composés organiques amorphes qui migrent ou se lient aux argiles et aux hydroxydes métalliques). Le processus d'humification aboutit à la formation de l'humus.

  • En milieu peu actif, la décomposition des litières est lente, l'horizon organique OH est épais, brun noir, fibreux et acide. On parle de mor ou terre de bruyère.
  • En milieu biologiquement plus actif mais sans bioturbation, l'horizon OH est moins épais et constitue un moder.
  • En milieu biologiquement très actif, la décomposition est très rapide, l'horizon OH disparaît et apparaît un horizon A grumeleux, composé d'agrégats argilo-humiques à fer et aluminium. On parle de mull.

Selon l'acidité du sol, sous climat tempéré, l'humus prendra la forme de mull, moder ou mor (sur substrat siliceux) ou mull, amphi ou tangel (sur substrat carbonaté)[15],[16].

Texture du sol[modifier | modifier le code]

Une des caractéristiques des sols est la taille des éléments minéraux qui le composent.

  • Les cailloux ou blocs sont les éléments de taille supérieure à 2 mm.
  • Les éléments de taille inférieure à 2 mm sont définis par leur classe de texture (sables, limons et argiles), les argiles étant de par leur taille des particules colloïdales).

Ces minéraux appartiennent aux groupes des silicates ou des carbonates.

Les particules colloïdales chargées négativement peuvent se présenter à l'état dispersé ou floculé.

  • À l'état dispersé, les particules se repoussent en raison de leur polarité, et occupent tous les interstices du sol, où elles peuvent s'accumuler (colmatage du sol) ou bien migrer (lessivage du sol). Dans le premier cas le sol devient asphyxiant, et l'eau ne s'y infiltre plus, le sol est difficile à travailler. Dans le second cas il se forme un niveau d'accumulation d'argile en profondeur, pouvant entraîner la formation d'une nappe perchée.
  • À l'état floculé, les particules colloïdales sont neutralisées électriquement par les ions métalliques chargés positivement, et s'agglutinent avec ceux-ci. Les flocons formés laissent un espace lacunaire, perméable à l'eau et à l'air. C'est un sol avec une bonne structure.

En agriculture, une bonne analyse de sol est nécessaire afin de corriger d'éventuelles anomalies. Par exemple, une terre sablonneuse (et donc drainante) devra être plus irriguée qu'une terre argileuse, qui retient l'eau. On peut faire analyser son sol de façon très précise en laboratoire mais il existe des techniques très simples pour faire une analyse de base[17].

Le profil du sol[modifier | modifier le code]

Les profils de sol (ou fosses pédologiques) permettent d'étudier les horizons du sol et l'activité biologique
Profil de sol montrant les horizons principaux (d'après United States Department of Agriculture[18])

Pour décrire un sol, il est nécessaire de l'observer en tranches parallèles à la surface, appelées horizons. Deux types d'horizons se superposent habituellement : une suite d'horizons humifères, reposant sur des horizons minéraux (voir Le profil de sol pour plus de précisions).

Les horizons humifères sont les horizons les plus riches en êtres vivants (pédofaune et microflore). On les observe surtout en forêt.

  • O, (ou A0) comprenant la litière fraîche et les matières organiques qui en dérivent, en cours de transformation,
    1. OL - litière fraîche: comprend l'ensemble des débris bruts (feuilles mortes, bois, fleurs et fruits, cadavres d'animaux) qui tombent au sol et s'accumulent en surface tout en restant reconnaissables,
    2. OF - horizon de fragmentation (parfois appelé à tort horizon de fermentation). La température et l'humidité y sont optimales, en raison de l'isolation fournie par la litière fraîche. On y observe aussi de nombreuses racines fines en croissance, souvent mycorhizées. C'est l'horizon où l'activité biologique est à son optimum,
    3. OH - horizon d'humification : horizon composé en majorité de matière organique morte transformée par les organismes du sol. On y observe de nombreuses boulettes noires ou brun foncé issues de la défécation des animaux du sol, qui sont responsables de la couleur sombre de cet horizon, ainsi que des racines, vivantes et mortes (rhizodéposition), ces dernières étant à leur tour en voie de transformation,
  • A - horizon mixte, composé d'éléments minéraux et d'humus. Sa structure dépend de l'incorporation plus ou moins rapide de l'humus et du mode d'agrégation des particules minérales et organiques.

Les horizons minéraux sont les moins riches en organismes vivants.

  • E - horizon de lessivage. Il est drainé par l'eau qui s'infiltre, transportant composés solubles et particules colloïdales (lixiviat), ce qui le rend pauvre en ions, argiles, composés humiques et hydroxydes de fer et d'aluminium.
  • B - horizon d'accumulation. Horizon intermédiaire apparaissant dans les sols lessivés. Il est riche en éléments fins (argiles, hydroxydes de fer et d'aluminium, composés humiques), arrêtant leur descente à son niveau lorsqu'ils rencontrent un obstacle mécanique lié à la porosité (frein à la diffusion lorsque la porosité devient plus fine) ou une modification de l'équilibre électrostatique ou du pH[19].
  • S - horizon d'altération. Il est le siège de processus physico-chimiques et biochimiques aboutissant à la destruction des minéraux du sol (altération minérale)
  • C - roche-mère peu altérée.
  • R - roche-mère non altérée. Couche géologique dans laquelle se sont formés les sols.

Chaque profil de sol a une histoire, que les pédologues tentent de retracer grâce aux caractéristiques et à l'agencement des différents horizons.

La répartition des grands types de sols dans l'Union européenne (à 15).
Autre exemple de cartographie : grands types de sols tels que définis par la base de référence mondiale pour les ressources en sols (WRB)[20]
Carte, très simplifiée, de sensibilité naturelle des sols à la compaction (sols limoneux fragiles en général), en 4 catégories. La dernière des catégories colorées (« pas d'évaluation possible ») représente les sols urbains ou des sols marécageaux plus ou moins drainés ou des sols perturbés par l'homme[21].
Carte de richesse en nématodes (moyenne par pays, évaluation d'après les données fournies par les pays à l'Agence Européenne de l'Environnement, initialement publiées 2010-12-08
Les efforts de diminution des émissions et retombées acides ont porté leurs fruits (pour SO2, NOx, COV et NH3). Les dépassements de la « charge critique » de retombées acides sont en diminution (unité : eq ha-1a-1). Attention, sur cette carte de l'Agence Européenne de l'Environnement, les valeurs pour 2010 sont les valeurs-cibles prévues par l'adhésion à la mise en œuvre de la directive NEC. Ces cibles ne sont peut être pas atteintes partout[22]

Types de sols[modifier | modifier le code]

Il existe un grand nombre de types de sols, parmi lesquels les sols bruns, les podzols, les sols hydromorphesgley ou pseudo-gley), les sols rouges, les sols isohumiques, les sols ferralitiques, les sols ferrugineux. Voir la liste des sols ou la Classification française des sols pour plus de détails.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Les sols ont plusieurs fonctions. Ainsi, selon les critères du Service d'Information des Sols Africains (ASIS) du Centre International d'Agriculture Tropicale (CIAT), un sol est considéré comme sain lorsqu'il parvient à la fois à[23] :

  • héberger un écosystème (le sol)[13], lui-même fonctionnellement fortement lié aux écosystèmes terrestres et parfois aquatiques via notamment les symbioses à l'œuvre dans la rhizosphère et parce que le sol abrite de nombreuses espèces qui y effectuent une partie de leur cycle de vie (hibernation ou estivation notamment). Les plantes non-aquatiques dépendent fortement du sol au travers de biofeedbacks complexes et nombreux[24],[25].
  • produire des récoltes,
  • stocker le carbone et l'azote de l'atmosphère[26],
  • retenir les eaux de pluie et de ruissellement[27].

Par sa capacité à retenir les eaux de ruissellement, un sol doté d'une bonne structure permet de lutter contre l'érosion, notamment l'érosion en nappe[28]. Les sols de qualité limitent également les risques de salinisation[29].

Le sol est un acteur-clé des cycles biogéochimiques du carbone, de l'azote, du potassium, du calcium, du phosphore, des métaux[30].

Le sol joue aussi un rôle très important dans la fixation, la dispersion et la biodégradation des polluants[31].

Par la richesse de ses fonctions, la diversité des formes de vie qu'il abrite et les services écosystémiques qu'il assure, le sol est considéré comme un patrimoine essentiel dont la conservation est le garant de la survie de l'humanité[32].

Sol et cycle de l'eau[modifier | modifier le code]

Parmi les services écosystémiques assurés par le sol figurent son rôle majeur dans le cycle de l'eau[33].

Grâce à sa porosité le sol retient une quantité considérable d'eau, qui en son absence et selon la nature du terrain (pente, rugosité, porosité de la roche) rejoint immédiatement la nappe phréatique ou s'écoule en nappe, provoquant inondations et érosion. La quantité d'eau retenue dans le sol, appelée réserve utile, permet la croissance des plantes au cours de la saison de végétation et l'eau du sol alimente les réservoirs naturels (mares, tourbières) ou artificiels (retenues collinaires) situés dans les déclivités du terrain ainsi que les systèmes d'irrigation. La présence de matière organique améliore considérablement la capacité du sol à retenir l'eau, notamment en surface, grâce à sa grande capacité d'adsorption, notamment lorsque la matière organique est humifiée. Il en est de même pour les particules minérales les plus fines que sont les argiles. D'une manière générale, plus la texture du sol est grossière (cailloux, graviers, sables grossiers), moins il est capable de retenir l'eau.

L'eau du sol passe dans les plantes par l'intermédiaire de l'absorption racinaire et effectue son ascension sous l'influence conjointe de la poussée radiculaire et de la transpiration. Une partie de l'eau est directement évaporée à la surface du sol, sous l'influence du soleil et du vent mais aussi du simple différentiel de concentration de la vapeur d'eau entre le sol et l'atmosphère (diffusion). L'ensemble de ces processus constitue ce que l'on appelle l'évapotranspiration. L'évapotranspiration potentielle ou ETP, déterminée par le climat régional et la position topographique, est calculée à l'aide de modèles mathématiques tenant compte d'une couverture végétale "idéale". Elle permet de cartographier les potentialités hydriques des sols et les besoins en irrigation à l'échelle locale, nationale ou mondiale[34]. En cas de sécheresse prolongée les capacités du sol à fournir de l'eau aux plantes (Sa réserve utile en eau) et aux autres organismes peuvent atteindre leurs limites - on parle de stress hydrique - comme en Europe occidentale lors de la sécheresse de 1976[35].

Sols et puits de carbone[modifier | modifier le code]

Stocks de carbone dans le sol et en forêt dont par la biomasse, (en MtC = mégatonnes de carbone, = millions de tonnes de carbone)[36],[37]

Le protocole de Kyoto a mis en avant l'importance du sol comme puits de carbone, surtout en zone tempérée. Les enjeux sont très importants, car le CO2 émis par les microbes constitue l'essentiel du flux de dioxyde de carbone (CO2) émis de la surface du sol vers l'atmosphère[1], et le second flux de carbone terrestre le plus important. Les plantes émettent du CO2 la nuit, mais la plupart du temps cette émission est très largement compensée par la photosynthèse le jour[1].

  • la fonction puits de carbone est encore mal cernée car elle varie fortement dans l'espace et dans le temps, selon les conditions biogéographiques, agro-pédologiques, voire de pollution du sol. La respiration du sol est facile à mesurer localement mais ses variations locales et saisonnières rendent les bilans globaux difficiles. De plus, aucun instrument de télédétection ne peut aujourd'hui la mesurer à l'échelle de vastes territoires[38].
  • Des modèles doivent donc être construits sur la base d'extrapolations, calés et vérifiés avec les données du terrain. À ce jour les modèles et les études de terrain laissent penser qu'un réchauffement climatique, même d'un ou deux degrés, devrait fortement perturber la biodiversité du sol et donc le cycle du carbone[1]. Sur la base d'un gradient latitudinal de la distribution des formes d'humus forestières, et avec toutes les réserves associées à ce type de calcul qui ne tient pas compte de la capacité de dispersion des invertébrés terrestres, on peut prévoir que l'activité des vers de terre va s'accroître de plus en plus, une augmentation de température de 1 °C faisant décroître l'Humus Index (indice traduisant l'accumulation de matière organique en surface)[39],[40] de 0,3 unités[41]. Mais l'incorporation par les animaux fouisseurs de la matière organique accumulée en surface ne signifie pas pour autant que le sol va déstocker son carbone, car la matière organique résiste mieux à la biodégradation lorsqu'elle est liée à la matière minérale et/ou incluse dans les agrégats du sol[42].
  • Le bilan respiratoire du sol et son évolution commencent à être mieux approchés. Le bilan correspond à la somme des flux de CO2 et de vapeur d'eau libérés par le métabolisme des bactéries, des animaux du sol, des racines des plantes et des champignons du sol. Une méta-analyse (Nature, mars 2010[1]) a porté sur 439 études. Sur la base des 50 années de données d'émissions des sols recueillies sur 1.434 points de données répartis sur toute la planète, les auteurs ont conclu que les sols du monde entier ont encore augmenté leurs émissions de CO2 entre 1989 et 2008, probablement à cause de l'augmentation de l'activité microbienne induite par l'accroissement de température et l'eutrophisation, résultant en une biodégradation de l'humus. Les changements de comportement du sol sont lents, mais se traduisent par des effets globaux très significatifs. Selon cette méta-analyse l'expiration des organismes du sol vers l'atmosphère a augmenté d'environ 0,1 % par an (0,1 Pg C/an) de 1989 à 2008, pour atteindre en 2008 environ 98 milliards de tonnes de carbone (98 ± 12 pg C), soit 10 fois plus de carbone que ce que les humains injectent dans l'atmosphère annuellement. Le réchauffement climatique est le facteur explicatif qui semble dominant, via l'accroissement de la vitesse de décomposition de la matière organique du sol, cependant, selon Eric Davidson, biogéochimiste au Woods Hole Research Center, à Falmouth, Massachusetts, il faut tenir compte des incertitudes qui existent dans l'équilibre entre l'augmentation de la production végétale (donc des apports de matière organique au sol) et l'augmentation de la vitesse de décomposition de cette matière organique[43]. Les auteurs de cette méta-analyse ont à cette occasion posé les bases d'un observatoire mondial de l'expiration des sols, appuyé sur une base de données actuelles jumelée à une base de données météorologiques historiques, de haute résolution[44]. Des données déjà disponibles, après prise en compte des moyennes climatiques annuelles, de la surface foliaire, des dépôts d'azote et des changements des méthodes de mesure du CO2, se dégage une tendance à l'augmentation, avec des flux de CO2 effectivement corrélés aux anomalies de la température de l'air (anomalies par rapport à la moyenne des température de la période 1961-1990). Il reste à différencier la part du carbone anthropique issu de l'atmosphère et reperdu, et celle anormalement perdue ou émise par la matière organique du sol à la suite d'une perturbation des processus pédologiques. Ce CO2 ajoute ses effets à ceux du méthane qui semble également en augmentation à partir de la fonte des pergélisols[45]. Une très petite part du CO2 expiré par les sols peut aussi provenir des bactéries méthanotrophes. Mais ce CO2 serait, en termes de bilan, moins nuisible pour le climat comparé au méthane, considéré comme un gaz à effet de serre plus puissant. Les auteurs de la méta-analyse concluent des données disponibles qu'elles sont compatibles avec une accélération en cours du cycle du carbone terrestre, en réponse au dérèglement climatique.
  • L'importance du sol comme puits de carbone (et pour la biodiversité, notamment pour les sols prairiaux et forestiers[46],[47]) est mieux reconnue[48]. Une conférence européenne, Puits de Carbone et Biodiversité, qui s'est tenue à Liège (Belgique) du 24 au 26 octobre 2001, a rappelé l'importance des relations entre puits de carbone et biodiversité[49].
  • Enjeu pour la lutte contre l'effet de serre : selon le groupe de travail du Programme européen sur le changement climatique (PECC) consacré aux puits de carbone liés aux sols agricoles, les sols agricoles de l'UE présentaient à eux-seuls un potentiel équivalant à 1,5 à 1,7 % des émissions de CO2 de l'Union européenne, potentiel qui devra peut-être être revu à la baisse avec le réchauffement[50].

Biodiversité / Sol vivant, support et milieu de vie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Biodiversité du sol.

Végétaux, animaux et microorganismes profitent de la désagrégation des roches de la croûte terrestre et y contribuent, coproduisant le sol et y puisant l'eau et les nutriments[5]. À l'échelle moléculaire, les champignons et leurs métabolites[51], le mucus (des vers de terre notamment[52]) et les exopolysaccharides (dextrane, xanthane, rhamsane, succinoglycane) sécrétés par les bactéries[53] jouent un rôle important dans la formation et la conservation des sols par leur capacité à agréger les particules minérales et organiques, créant ainsi une structure stable permettant l'aération et la circulation de l'eau, et protégeant le sol de l'érosion[54].

Biodiversité intrinsèque du sol[modifier | modifier le code]

De nombreux organismes trouvent dans le sol un abri, un support ou un milieu indispensable à leur vie[5]. Pour les animaux du sol, on parle de microfaune (< 0,2 mm), mésofaune (de 0,2 à 4 mm) et macrofaune (> 4 mm). À titre d'exemple, rien que pour la microfaune, un seul mètre carré de prairie permanente bretonne abrite dans ses trente premiers centimètres jusqu’à 260 millions d'organismes animaux/m² (ind./m²), appartenant à plusieurs milliers d’espèces[55]. Cette biomasse animale correspond au minimum à 1,5 t/ha ou le poids de deux vaches. Le labour de cette prairie et sa mise en culture diminuent de 20 à 90 % le nombre de vers de terre en trois ans, surtout avec un travail mécanisé du sol et avec des pesticides[56].

Le sol était autrefois considéré comme un élément abiotique, résultant de facteurs physico-chimiques tels que la géologie, le climat, la topographie. Il est maintenant démontré que l'ensemble des éléments abiotiques constituant le sol sont mobilisés par les êtres vivants, et en particulier par les microorganismes, qui recyclent également la nécromasse (biomasse morte) et les excréments des animaux, constituant ainsi la base trophique des écosystèmes terrestres[25]. Le sol est donc à la fois un produit de la vie et un support de celle-ci[57].

La rhizosphère est l'interface complexe entre le monde végétal, le monde microbien et le monde minéral, lieu et niche écologique où se nouent des relations étroites entre les processus biotiques et abiotiques qui régissent la formation des sols et la nutrition minérale des végétaux (altération minérale, décompaction, lessivage, formation des complexes argilo-humiques, échanges ioniques, symbioses), qui influencent les cycles du carbone, de l'azote, du phosphore et impactent les cycles biogéochimiques[58].

En plus des virus, ce sont jusqu'à 100 millions de microorganismes qui vivent dans un gramme de sol[5].

Menaces[modifier | modifier le code]

Les pesticides et le labour sont deux facteurs d'érosion et de perte de sol. Ces deux pratiques culturales, communes en agriculture conventionnelle, en dégradant la structure par la disparition de l'activité des organismes fouisseurs (vers de terre)[59], favorisent le départ des particules fines (limons, argiles) sous l'influence de l'eau et du vent[60]. Le surpâturage entraîne une réduction de la biodiversité et de la capacité du sol à résister au stress hydrique, en diminuant la macroporosité, notamment en zone subtropicale (Argentine par exemple)[61]. La dégradation des sols peut aussi être aggravée par la monoculture de quelques espèces (dont celles destinées à produire des agrocarburants)[62],[63]. Les réflexions se portent désormais plus sur la réutilisation de déchets verts[64] ou de plantes dédiées (voir Biocarburant). La production d'agrocarburants est en effet une nouvelle vocation proposée pour certains sols. L'intérêt et le bilan écologique de ces carburants sont cependant très discutés[65], notamment en raison du risque de détournement des sols de cultures vivrières vers des productions commerciales dans les pays les plus pauvres (Changement d'affectation des sols), et en raison d'un bilan global neutre, voire négatif en termes de bilan carbone et effet de serre[66]. Selon la Cour des Comptes en 2012[67] « Le bilan environnemental des biocarburants est fort loin d’être à la hauteur des espoirs placés en eux. Si l'on intègre (ainsi qu’il a été fait dans les dernières études d'impact environnemental) le changement d'affectation des sols indirects (CASI), on obtient pour l’EMHV des émissions de gaz à effet de serre qui sont doubles de celle du gazole ».

Connaître pour agir[modifier | modifier le code]

Le pédologue peut repérer des sols favorables ou défavorables à certains organismes et produire des cartes de pédopaysages. Le botaniste et le phytosociologue peuvent également, au moyen de plantes bioindicatrices, identifier les caractéristiques de certains sols, par exemple les plantes de milieux calcaires secs, notamment les pelouses et prairies de fauche calcicoles au sein desquelles on pourra repérer quelques orchidées emblématiques[68].

Connaître et mieux protéger, restaurer et gérer les sols nécessite d'identifier, localiser et cartographier leur biodiversité, leur niveau de dégradation, de pollution, leur degré de vulnérabilité, leur isolement écologique et leur degré de résilience face aux usages par l'homme ou face au dérèglement climatique. Cela permettra aussi de mieux identifier certains enjeux (production alimentaire, protection de l'eau, puits de carbone, biodiversité, etc.).

La « richesse microbienne globale » peut maintenant être évaluée par la biologie moléculaire, via la mesure de la diversité de l'ADN microbien d'un sol[69]. Par exemple, les communautés microbiennes ont été étudiées en 2006 et 2007 sur 2 200 échantillons de sols de France métropolitaine, prélevés selon une grille de 16 km de côté dans le cadre du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols (Programme ECOMIC-RMQS)[70], travail poursuivi dans le cadre du Programme européen Envasso visant à trouver des bio-indicateurs pertinents pour les sols et à mieux comprendre le déclin de la biodiversité dans les sols[71],[72]. L'approche est globale pour la microflore (fumigation/extraction, quantification de l'ADNa), ou taxonomique (avec identification des espèces ou au moins des genres) pour la faune. Le RMQS-BioDiv vise à établir un référentiel de la biodiversité des sols en Bretagne, en lien avec les caractéristiques du milieu (pédologie, usages des sols)[73],[74]. La cartographie nationale de la diversité bactérienne des sols a montré en France que « certaines pratiques agricoles sont assez agressives et délétères sur le patrimoine biologique. Il s’agit des pratiques viticoles, des forêts monospécifiques de résineux et de certaines pratiques conventionnelles en grandes cultures céréalières qui sont actuellement mises sous surveillance »[57]. Les sols français les plus pauvres en diversité bactérienne sont la grande pinède des Landes, mais les zones enrésinées méditerranéennes sont également très pauvres de ce point de vue. L'Observatoire National de la Biodiversité a retenu l'évolution de la biomasse microbienne des sols en métropole comme l'un de ses indicateurs[75]. La première valeur de référence a été estimée à 61 µg d'ADN microbien/g de sol pour 2000-2009 (On trouve de de 2 à 629 µg d’ADN par gramme de sol, mais dans 75 % des échantillons, ce taux est de 10 à 100 µg, le reste se répartissant équitablement au-delà de ses deux limites).

Pour mieux comprendre l'écologie des sols, on commence à approcher leur diversité biologique[74] : par la mesure de la diversité des ADNs présents, par certains indices tels que l'abondance en micro-organismes, nématodes, enchytréides ou lombrics, réputés être de bons bioindicateurs de la qualité biologique des sols, en particulier de leur diversité fonctionnelle. Un indicateur synthétique de qualité biologique des sols agricoles de Bretagne a été proposé dans le cadre du programme RMQS-Biodiv[73]. Des programmes spécifiques portent sur ce thème (ex BIODEPTH, Nouvel atlas européen du Centre Commun de Recherches (JRC) qui porte notamment sur la biodiversité des sols en Europe et fait apparaître certaines menaces auxquelles elle est exposée ; il montre que le Royaume-Uni, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et le nord de la France ont particulièrement dégradé leurs sols et que la biodiversité du sol y reste plus menacée qu'ailleurs).

En 2010, l'UE a publié son Atlas de la biodiversité des sols[76] et organisé une conférence de mise au point et d'information sur le sujet[77] où a eu lieu une présentation de l'étude Soil biodiversity: functions, threats and tools for policy makers[78] et du rapport destiné à préparer la conférence mondiale sur la biodiversité de Nagoya (2010)[79].

Qualité d'un sol[modifier | modifier le code]

Elle concerne l'aptitude d'un sol à remplir ses fonctions de production agricole, sylvicole ou écologique et sa résilience. Elle est mesurée par ses composantes biologiques (bioindicateurs, comme les vers de terre), sa fertilité, son état sanitaire (au sens large), par comparaison avec un stade dit climacique ou "idéal", qui varie selon la zone biogéographique, l'altitude et le contexte considérés[80]. On cherche maintenant à mesurer les risques environnementaux portant sur l'eau et l'air et les risques liés aux inondations/sécheresses, nitrates, pesticides, aérosols, etc. On différencie les impacts de polluants biodégradables (nitrates, hydrocarbures aromatiques polycycliques ou HAPs) de polluants non dégradables (éléments traces métalliques ou ETMs, polluants organiques persistants ou POPs), et on s'intéresse à leurs voies de dissémination ou aux synergies qu'ils peuvent développer avec d'autres polluants ou éléments du système sol[81].

Quelques normes ISO concernant la qualité des sols :

  • ISO 10381-6:2009, Qualité du sol - Échantillonnage - Partie 6: Lignes directrices pour la collecte, la manipulation et la conservation, dans des conditions aérobies, de sols destinés à l'évaluation en laboratoire des processus, de la biomasse et de la diversité microbiens[82] ;
  • ISO 10390:2005, Qualité du sol - Détermination du pH[83] ;
  • ISO 10694:1995, Qualité du sol - Dosage du carbone organique et du carbone total après combustion sèche (analyse élémentaire)[84] ;
  • ISO 11268-1:2012, Qualité du sol - Effets des polluants vis-à-vis des vers de terre - Partie 1: Détermination de la toxicité aiguë vis-à-vis de Eisenia fetida/Eisenia andrei[85] ;
  • ISO 11269-2:2012, Qualité du sol - Détermination des effets des polluants sur la flore du sol - Partie 2: Effets des sols contaminés sur l'émergence et la croissance des végétaux supérieurs[86] ;
  • ISO 11274:1998, Qualité du sol - Détermination de la caractéristique de la rétention en eau - Méthodes de laboratoire[87] ;
  • ISO 11465:1993, Qualité du sol - Détermination de la teneur pondérale en matière sèche et en eau - Méthode gravimétrique[88] ;

De nombreuses autres normes ISO relatives à la qualité des sols existent, elles sont au nombre de 167 à la date du 10 juillet 2016[89] et leur nombre ne cesse d'augmenter, suivant l'avancée des recherches en écotoxicologie et le perfectionnement des méthodes d'analyse physiques, chimiques et biologiques. Elles sont revues tous les 5 ans et certaines sont en préparation dans le cadre d'examens inter-laboratoires chargés d'en établir la précision et la reproductibilité.

Les menaces[modifier | modifier le code]

La France, avec l'Espagne et l'Allemagne, fait partie, selon l'Agence européenne pour l'environnement des vingt pays européens qui ont en dix ans perdu le plus de sols agricoles (transformés en routes, immeubles, zones d'activité…), selon la mise à jour de la carte européenne d'occupation du sol Corine Land Cover
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)[90]
Cet autre graphique met visuellement en évidence le fait que la perte de terres agricoles due à l'urbanisation et à l'artificialisation (routes…) est proportionnellement beaucoup plus importante dans les petits pays très peuplés (Les Pays-Bas étant un exemple typique). Ici, la France, bien qu'elle compte parmi les trois pays qui perdent le plus de sols agricoles, paraît moins touchée en raison de la taille de son territoire (données estimées à partir de la mise à jour de l'occupation du sol Corine Land Cover)

Le sol est une ressource naturelle, peu ou lentement renouvelable, globalement en voie de dégradation (surtout dans les pays pauvres, où elle n'est pas compensée par les hausses de productivité actuellement permises par la mécanisation, les engrais et les pesticides). Ce patrimoine est aussi en régression quantitative selon l'ONU (FAO), organisation essentiellement consacrée à l'agriculture, à la sylviculture et aux écosystèmes mais aussi et de plus en plus aux « établissements humains » (villes, habitations, zones d'activité, parkings, etc.)[91].

Menaces autres que les pollutions[modifier | modifier le code]

De grandes quantités de sols sont « consommées » ou stérilisées par l'urbanisation et la périurbanisation (habitats, infrastructures pour les transports, parkings, etc.)[92].

Le dérèglement climatique menace également les sols des régions chaudes et tempérées, avec notamment selon le GIEC le risque croissant d'aridification estivale des sols et de phénomènes érosifs accrus en hiver ou à la suite des pluies d'orage et des modifications probables des communautés de microorganismes qui participent à la production et à l'entretien de l'humus[93]. Le réchauffement des sols pourra aussi nuire à leur capacité à séquestrer le carbone, et dégrader la sécurité alimentaire[94]. La distribution verticale du carbone dans le sol et les boucles de rétroaction puits de carbone - climat pourraient en être perturbées[95].

Certaines pratiques agricoles induisent en outre diverses formes de régression et dégradation des sols ;

Dans les basses terres, ils peuvent aussi être menacés de submersion marine (cf. montée des océans et soumis à des risques accrus de surcote), en particulier dans la perspective d'une fonte des glaciers et calottes glaciaires.

Un autre problème est la dispersion dans le monde d'espèces invasives de vers plats (Plathelminthes terrestres) dont certains sont d'importants prédateurs des vers de terre (20 % des vers de terre auraient disparu des zones du Royaume-Uni où plusieurs de ces espèces ont été introduites)[98].

Sols pollués[modifier | modifier le code]

Les retombées atmosphériques, les boues d'épuration, certains engrais (phosphates riches en cadmium en particulier), les pesticides et parfois les eaux d'irrigation apportent dans les sols des quantités significatives de métaux lourds (non dégradables, bioaccumulables)[99] et de divers polluants ou contaminants microbiens, parfois pathogènes[100].

Les sols agricoles contiennent souvent des micropolluants qui ont pour origine le fonds géochimique[101], les séquelles de guerre, ou plus souvent les retombées atmosphériques (45 000 t/an de zinc et 85 000 t de plomb/an estimés dans les années 1990 pour l'Europe des 12[102]) et parfois les eaux d’irrigation[103].

En France, l’INRA a étudié sept métaux lourds (Cd, Cr, Co, Cu, Ni, Pb et Zn) dans 460 horizons de sols agricoles, et trouve un taux médian de 0,22 mg/kg, contre 0,10 en sols forestiers équivalents[104]. Dans une région industrielle (Nord de la France), P. Six (1992, 1993) confirme ces résultats dans le département du Nord: sur 1000 horizons labourés, n’ayant pas subi d’apports de boues d'épuration, la valeur médiane des teneurs en métaux lourds est de 0,37 mg/kg[105]. Hormis dans le cas d'espèces métallophytes, l'exportation naturelle par les végétaux est faible (moins d'un % des apports de boues résiduaires dans les récoltes étudiées sur quinze à dix ans).

Certains sols forestiers, exposés à des retombées de polluants ou en contenant naturellement, s’avèrent cependant mieux conserver certains de ces polluants que les sols labourés: c’est le cas des radionucléides[106]. Les polluants sont plus ou moins biodisponibles selon les sols. Ils le sont généralement plus (jusqu’à cent fois plus) dans les sols acides[107].

Article détaillé : Sols pollués.

Protection[modifier | modifier le code]

En France le Grenelle de l'Environnement a proposé en 2007 les concepts de trame verte et de remembrement environnemental, qui pourraient tous deux contribuer à restaurer les sols. Un bail environnemental a été créé en application de la Loi d'orientation agricole (LOA) du 6 janvier 2006 (décret de mars 2007[108]). Ce bail ne vaut cependant que dans certaines zones géographiques précisées par le décret et pour des bailleurs privés, si leurs parcelles sont situées dans des espaces naturels sensibles et si les clauses conformes au document de gestion officiel sont en vigueur dans ces zones. Ce bail permet d'imposer une liste limitative de pratiques culturales susceptibles de protéger l'environnement. Leur non-respect par le repreneur du bail peut entraîner sa résiliation.

On attend toujours au niveau européen une série de mesures visant à lutter contre la régression et la dégradation des sols à l'échelle européenne, une urgence soulignée par l'Agence Européenne de l'Environnement[109]. La Directive cadre pour la protection des sols, proposée par la Commission Européenne le 22 septembre 2006 et adoptée en première lecture le 14 novembre 2007 par les députés européens[110], n'a jamais pu être adoptée définitivement en raison de l'opposition de certains pays, dont l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Autriche et la France[111]. Elle a finalement été officiellement retirée par la Commission Européenne le 21 mai 2014[112]. Cependant, La Commission européenne a décidé le 27 juillet 2016 d'enregistrer l’initiative citoyenne européenne People4Soil, portée par un réseau d’ONG européennes, d’instituts de recherche, d’associations d’agriculteurs et de groupes environnementaux[113], qui selon la législation en vigueur devra recueillir, à partir de septembre 2016 et sur une durée de 12 mois, un million de signatures avec un minimum venant d'au moins un quart des pays membres, pour la convertir en proposition d’acte juridique.

Le sol dans l'art[modifier | modifier le code]

Avant la Renaissance, le sol est représenté schématiquement par de simples lignes ou une simple surface. À la Renaissance, sa représentation s'affine mais reste standardisée[114].

Le land art est une forme d'art contemporain, pratiquée en plein air et utilisant le sol (la terre) comme support et souvent comme matériau d'œuvres d'art par nature éphémères, mais maintenues dans les mémoires grâce à la photographie, notamment les photographies aériennes.

Le soil art, utilisant de façon symbolique les couleurs de la terre pour attester son importance dans notre vie, est un domaine de l'art contemporain qui s'est spécialisé sur ce sujet[115]. La pédothèque, collection d'échantillons de terre dont la couleur est classée selon le nuancier de Munsell), de l'artiste Kôichi Kurita en est une des illustrations[116].

Le sol est également très présent dans la poésie. Francis Ponge a été décrit comme un poète du sol[117]. Eugène Guillevic publie en 1942, la même année que Le parti pris des choses de Francis Ponge, un recueil de poèmes, Terraqué, dont le titre affirme son enracinement dans la terre de son pays natal, la Bretagne.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Année internationale des sols[modifier | modifier le code]

Le logo de l'Année internationale des sols

À sa soixante-huitième session, l’Assemblée générale de l'ONU (A/RES/68/232)[118] a déclaré l’année 2015 année internationale des sols (AIS)[119].

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a été désignée pour mettre en œuvre l'Année internationale des sols 2015, dans le cadre du Partenariat mondial sur les sols[120] et en collaboration avec les gouvernements et le secrétariat de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification.

L'AIS vise à accroître la sensibilisation et la compréhension de l’importance des sols pour assurer la sécurité alimentaire et permettre aux écosystèmes terrestres de remplir leurs fonctions essentielles, appelées services écosystémiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Ben Bond-Lamberty & Allison Thomson « Temperature-associated increases in the global soil respiration record » Nature 464, 579-582 (2010).DOI:10.1038/nature08930([1])(PDF, 6 pp.)
  2. a et b Olivier Moine, Denis-Didier Rousseau, Pierre Antoine & Christine Hatté « Mise en évidence d'évènements climatiques rapides par les faunes de mollusques terrestres des Lœss Weichseliens de Nussloch (Allemagne) » Quaternaire 1967;13(3-4):209-217.DOI:10.3406/quate.2002.1713([2]) [PDF]p.
  3. Hervé Barrouquère « Nouvelles données sur le centre potier médiéval de Beylongue (Landes) » Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes 2007;26:145-160.([3]) [PDF] 16 p.
  4. a et b Alain Froment & Martin Tanghe « Répercussion des formes anciennes d'agriculture sur les sols et la composition floristique » Bulletin de la Société Royale Botanique de Belgique 1967;100:335-352.
  5. a, b, c et d Jean-Michel Gobat, Michel Aragno & Willy Matthey, Le sol vivant. Bases de pédologie. Biologie des sols. Troisième édition, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, (ISBN 9782880747183)
  6. Jean-François Ponge (2011) dossier Biodiversité animale du sol et gestion forestière [PDF]p.
  7. Portail FAO de l'Année internationale des sols
  8. UNIFA parlons fertilisation
  9. Dossier Prosensols Le tassement des sols agricoles: prévenir et remédier [PDF] 32 p.
  10. Albert Demolon & Désiré Leroux, Guide pour l'étude expérimentale du sol. Deuxième édition, Gauthier-Villars,
  11. Urban Atlas une base de données pan-européenne de couverture et d'utilisation du sol
  12. Dossier Gessol La vie cachée des sols [PDF] 19 p.
  13. a et b (en) Jean-François Ponge « The soil as an ecosystem » Biology and Fertility of Soils 2015;51(6):645-648.DOI:10.1007/s00374-015-1016-1([4]) [PDF]p.
  14. (en) Stéphane Urozemail, Christophe Calvaruso, Marie-Pierre Turpault & Pascale Frey-Klett « Mineral weathering by bacteria: ecology, actors and mechanisms » Trends in Microbiology 2009;17(8):378-387.DOI:10.1016/j.tim.2009.05.004([5]) [PDF] 10 p.
  15. (en) Jean-François Ponge « Humus forms in terrestrial ecosystems: a framework to biodiversity » Soil Biology and Biochemistry 2003;35(7):935-945.DOI:10.1016/S0038-0717(03)00149-4([6]) [PDF] 11 p.
  16. Dossier Terrestrial humus forms: ecological relevance and classification [PDF]p.
  17. Vidéo : Comment tester simplement la structure de votre sol ?
  18. [7]
  19. (en) Heike B. Bradl « Adsorption of heavy metal ions on soils and soils constituents » Journal of Colloid and Interface Science 2004;277(1):1-18.DOI:10.1016/j.jcis.2004.04.005([8]) [PDF] 18 p.
  20. Source AEE
  21. Données publiées : 8 décembre 2010, en ligne: 7 décembre 2010; Couverture temporelle: 2000. Carte faite par le Centre Commun de Recherche (CCR), avec comme source: la sensibilité naturelle à la compaction 2007[Source http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/figures/the-natural-susceptibility-fo-soils: European Environment Agency], CC-by-2.5, consulté
  22. (en) Exceedance of critital loads of acidity Document Actions Maps showing changes in the extent to which European ecosystems are exposed to acid deposition (i.e. where the critical load limits for acidification are exceeded). Values for 2010 are predicted based on adherence to implementation of NEC Directive (Directive 2001/81/EC of the European Parliament and of the Council of 23 October 2001 on national emission ceilings for certain atmospheric pollutants).
  23. Le Monde, 15 janvier 2009, page 4
  24. (en) James D. Bever, Kristi M. Westover & Janis Antonovics « Incorporating the soil community into plant population dynamics: the utility of the feedback approach » Journal of Ecology 1997;85(5):561-573.DOI:10.2307/2960528([9]) [PDF] 13 p.
  25. a et b (en) Jean-François Ponge « Plant–soil feedbacks mediated by humus forms: a review » Soil Biology and Biochemistry 2013;57(February):1048-1060.DOI:10.1016/j.soilbio.2012.07.019([10]) [PDF] 13 p.
  26. Véronique Antoni & Dominique Arrouays « Le stock de carbone dans les sols agricoles diminue » Le 4 pages 2007;121:1-4.([11]) [PDF]p.
  27. (en) Michael Bonell, Don A. Gilmour & Dennis F. Sinclair « Soil hydraulic properties and their effect on surface and subsurface water transfer in a tropical rainforest catchment » Hydrological Sciences Bulletin 1981;26(1):1-18.DOI:10.1080/02626668109490858([12]) [PDF] 18 p.
  28. Éric Roose, Mourad Arabi, Khaled Brahamia, Rachid Chebbani, Mohamed Mazour & Boutkhil Morsli « Érosion en nappe et ruissellement en montagne méditerranéenne algérienne » Cahiers de l'ORSTOM, Série Pédologie 1993;28(2):289-308.([13]) [PDF] 20 p.
  29. Ali Ghazi « Problématique de la désertification en Algérie : état et mesures de lutte pour la protection des ressources naturelles » Desertification in the Mediterranean Region : a security issue 2006;3:167-185.DOI:10.1007/1-4020-3760-0_06([14]) 19 p.
  30. UNIFA Les cycles bio-géo-chimiques
  31. Bruno Lemière, Jean-Jacques Seguin, Cécile Le Guern, Dominique Guyonnet & Philippe Baranger « Guide sur le comportement des polluants dans les sols et les nappes » Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement. BRGM/RP-50662-FR février 2001.([15]) [PDF] 177 p.
  32. Daniel Nahon, L'épuisement de la terre: L’enjeu du XXIe siècle, Odile Jacob, (ISBN 9782738120427)
  33. Ary Bruand & Yves Coquet « Les sols et le cycle de l’eau » Sols et Environnement 2005;345-363.([16]) [PDF] 19 p.
  34. André Darlot & Claude Lecarpentier «  Cartographie de l'évapotranspiration potentielle: son utilisation pour la détermination des besoins en eau d'irrigation » Union Géodésique et Géophysique Internationale, Section Internationale d’Hydrologie Scientifique, Publication No 62, Berkeley 1963;143-149.([17]) [PDF]p.
  35. Gilbert Aussenac « La sécheresse de 1976: influence des déficits hydriques sur la croissance des arbres forestiers » Revue Forestière Française 1978;30(2):103-114.DOI:10.4267/2042/21213([18]) [PDF] 12 p.
  36. Jérôme Balesdent & Dominique Arrouays « Usage des terres et stockage de carbone dans les sols du territoire français: une estimation des flux nets annuels pour la période 1900-1999 » Comptes Rendus de l'Académie d'Agriculture de France 1999;85(6):265-277.([19]) [PDF] 13 p.
  37. Jean-Luc Dupouey, Gérôme Pignard, Vincent Badeau, Anne Thimonier, Jean-François Dhôte, Gérard Nepveu, Laurent Bergès, Laurent Augusto, Said Belkacem & Claude Nys «  Stocks et flux de carbone dans les forêts françaises » Revue Forestière Française 2000;52:139-154.DOI:10.4267/2042/5399([20]) [PDF] 16 p.
  38. Guy Jacques & Bernard Saugier, Les puits de carbone, Lavoisier, (ISBN 9782743018856)
  39. Jean-François Ponge « L'Humus Index: un outil pour le diagnostic écologique des sols forestiers » ([21]) [PDF]p.
  40. (en) Jean-François Ponge & Richard Chevalier « Humus Index as an indicator of forest stand and soil properties » Forest Ecology and Management 2006;233(1):165-175.DOI:10.1016/j.foreco.2006.06.022([22]) [PDF] 11 p.
  41. (en) Jean-François Ponge, Bernard Jabiol & Jean-Claude Gégout « Geology and climate conditions affect more humus forms than forest canopies at large scale in temperate forests » Geoderma 2011;162(1-2):187-195.DOI:10.1016/j.geoderma.2011.02.003([23]) [PDF]p.
  42. (en) Uta Stockmann, Mark A. Adams, John W. Crawford, Damien J. Field, Nilusha Henakaarchchi, Meaghan Jenkins, Budiman Minasny, Alex B. McBratney, Vivien de Remy de Courcelles, Kanika Singh, Ichsani Wheeler, Lynette Abbott, Denis A. Angers, Jeffrey Baldock, Michael Bird, Philip C. Brookes, Claire Chenu, Julie D. Jastrow, Rattan Lal, Johannes Lehmann, Anthony G. O’Donnell, William J. Parton, David Whitehead & Michael Zimmermann « The knowns, known unknowns and unknowns of sequestration of soil organic carbon » Agriculture, Ecosystems and Environment 2013;164:80-99.DOI:10.1016/j.agee.2012.10.001([24]) [PDF] 20 p.
  43. (en) Eric A. Davidson & Ivan A Janssens « Temperature sensitivity of soil carbon decomposition and feedbacks to climate change » Nature 2006;440(7081):165-173.DOI:10.1038/nature04514([25]) [PDF]p.
  44. (en) Bend Bond-Lamberty & Allison Thomson « A global database of soil respiration data » Biogeosciences 2010;7(6):1915-1926.DOI::10.5194/bg-7-1915-2010([26]) [PDF] 10 p.
  45. (en) Edward A. G. Schuur, Anthony D. McGuire, Christina Schädel, Guido Grosse, Jennifer W. Harden, Daniel J. Hayes, Gustaf Hugelius, Charles D. Koven, Peter Kuhry, Davis M. Lawrence, Sue M. Natali, David Olefeldt, Vladimir E. Romanovsky, Kevin Schaefer, Merritt R. Turetsky, Claire C. Treat & Jorien E. Vonk « Climate change and the permafrost carbon feedback » Nature 2015;520:171-179.DOI:10.1038/nature14338([27]) [PDF]p.
  46. Biodiversité: La vie cachée des sols
  47. Jean-François Ponge « Biodiversité et biomasse de la faune du sol sous climat tempéré » Comptes-Rendus de l'Académie d'Agriculture de France 2000;86(8):129-135.([28]) [PDF]p.
  48. Augmenter la séquestration de carbone dans les sols
  49. Puits de carbone et biodiversité : conférence internationale sous la Présidence belge de l'Union Européenne, Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement, Jambes, Belgique, (ISBN 2874011525)
  50. Commission des Communautés Européennes : Stratégie thématique en faveur de la protection des sols[PDF] 13 p.
  51. (en) Mike H. Beare, Shuijin Hu, David C. Coleman, Paul F. Hendrix « Influences of mycelial fungi on soil aggregation and organic matter storage in conventional and no-tillage soils » Applied Soil Ecology 1997;5(3):211-219.DOI:10.1016/S0929-1393(96)00142-4([29]) [PDF]p.
  52. Anne Zangerlé, Participation des organismes ingénieurs à l'agrégation des sols : analyse des patrons et mise en évidence des interactions, Thèse soutenue à l'Université Pierre et Marie Curie de Paris le 1er décembre 2011 ([30]) [PDF] 171 p.
  53. Lina Judith Henao Valencia, Étude des bases moléculaires de l'agrégation des sols par des exopolysaccharides bactériens, Thèse soutenue à l'Université Joseph Fourier de Grenoble le 28 octobre 2008 ([31]) [PDF] 196 p.
  54. Pierre Curmi « Structure, espace poral du sol et fonctionnement hydrique: analyse de quelques cas concrets » Science du Sol 1988;26(3):203-214.([32]) [PDF] 10 p.
  55. L'essentiel sur... La biodiversité des sols
  56. (en) Céline Pelosi, Lucile Toutous, François Chiron, Florence Dubs, Mickaël Hedde, Audrey Muratet, Jean-François Ponge, Sandrine Salmon & David Makowski « Reduction of pesticide use can increase earthworm populations in wheat crops in a European temperate region » Agriculture, Ecosystems and Environment 2013;181(1):223-230.DOI:10.1016/j.agee.2013.10.003([33]) [PDF]p.
  57. a et b Les sols, un support vivant, des services multiples. Repères, périodique d'Alterre Bourgogne, numéro 58, octobre 2011 [PDF] 12 p.
  58. (en) Yakov Kuzyakov « Factors affecting rhizosphere priming effects » Journal of Plant Nutrition and Soil Science 2002;165(4):382-396.DOI:10.1002/1522-2624(200208)165:4<382::AID-JPLN382>3.0.CO;2-#([34]) [PDF] 15 p.
  59. Dossier CNRS: Pratiques agricoles et biodiversité du sol
  60. Fiche technique L'érosion du sol: causes et effets
  61. (en) Adriana Abril & Enrique H. Bucher « The effects of overgrazing on soil microbial community and fertility in the Chaco dry savannas of Argentina » Applied Soil Ecology 1999;12(2):159-167.DOI:10.1016/S0929-1393(98)00162-0([35]) [PDF]p.
  62. (en) Emily B. Fitzherbert, Matthew J. Struebig, Alexandra Morel, Finn Danielsen, Carsten A. Brühl, Paul F. Donald & Ben Phalan « How will oil palm expansion affect biodiversity? » Trends in Ecology and Evolution 2008;23(10):538-545.DOI::10.1016/j.tree.2008.06.012([36]) [PDF]p.
  63. Ana María Cubillos, Victoria E. Vallejo, Ziv Arbeli, Wilson Terán, Richard P. Dick, Carlos H. Molina, Enrique Molina, Fabio Roldan « Effect of the conversion of conventional pasture to intensive silvopastoral systems on edaphic bacterial and ammonia oxidizer communities in Colombia » European Journal of Soil Biology 2016;72:42-50.DOI:10.1016/j.ejsobi.2015.12.003([37]) [PDF]p.
  64. Sabine Houot, Philippe Cambier, Marjolaine Deschamps, Pierre Benoit, Guillaume Bodineau, Bernard Nicolardot, Christian Morel, Monique Lineres, Yves Le Bissonnais, Christian Steinberg, Corinne Leyval, Thierry Beguiristain, Yvan Capowiez, Maelenn Poitrenaud, Claire Lhoutellier, Cédric Francou, Violaine Brochier, Mohamed Annabi & Thierry Lebeau « Compostage et valorisation par l'agriculture des déchets urbains » Innovations Agronomiques 2009;5:69-81.([38]) [PDF] 13 p.
  65. Bruno Dorin & Vincent Gitz « Écobilans de biocarburants : une revue des controverses » Natures Sciences Sociétés 2008;16(4):337-347.([39]) [PDF] 11 p.
  66. Agrocarburants, danger confirmé
  67. La politique d’aide aux biocarburants, Rapport public thématique / Évaluation d’une politique publique (2012-01-24), voir paragraphe 243 page 118 (sur 259)
  68. Josias Braun-Blanquet & Jean Susplugas « Reconnaissance phytogéographique dans les Corbières » Bulletin de la Société Botanique de France 1937;84(5):669-685.DOI:10.1080/00378941.1937.10837439([40]) [PDF] 17 p.
  69. Apport des nouvelles générations de séquençage pour accéder à la diversité et la richesse des communautés microbiennes de sols issus d'échantillonnage de grande ampleur
  70. Samuel Dequiedt, Mélanie Lelièvre, Claudy Jolivet, Nicolas P.A. Saby, Manuel Martin, Jean Thioulouse, Pierre-Alain Maron, Christophe Mougel, Nicolas Chemidlin Prévost-Bouré, Dominique Arrouays, Philippe Lemanceau & Lionel Ranjard « ECOMIC-RMQS: biogéographie microbienne à l’échelle de la France: état d’avancement et premiers résultats » Étude et Gestion des Sols 2009;16(3/4):219-231.([41]) [PDF] 13 p.
  71. (en) Antonio Bispo, Daniel Cluzeau, Rachel Creamer, Miklós Dombos, Ulfert Graefe, Paul Henning Krogh, Jorge Paulo Sousa, Guénola Pérès, Michiel Rutgers, Anne Winding & Jörg Römbke « Indicators for monitoring soil biodiversity » Integrated Environmental Assessment and Management 2009;5(4):717-719. DOI:10.1897/IEAM_2009-064.1([42]) [PDF]p.
  72. (en) Lionel Ranjard, Samuel Dequiedt, Mélanie Lelièvre, Pierre-Alain Maron, Christophe Mougel, Fabien Morin & Philippe Lemanceau « Platform GenoSol: a new tool for conserving and exploring soil microbial diversity » Environmental Microbiology Reports 2009;1(2):97-99. DOI:10.1111/j.1758-2229.2009.00023.x([43])
  73. a et b (en) Jean-François Ponge, Guénola Pérès, Muriel Guernion, Nuria Ruiz-Camacho, Jérôme Cortet, Céline Pernin, Cécile Villenave, Rémi Chaussod, Fabrice Martin-Laurent, Antonio Bispo & Daniel Cluzeau « The impact of agricultural practices on soil biota: a regional study » Soil Biology and Biochemistry 2013;67:271-284. DOI:10.1016/j.soilbio.2013.08.026([44]) [PDF] 14 p.
  74. a et b Daniel Cluzeau, Guénola Pérès, Muriel Guernion, Rémi Chaussod, Jérôme Cortet, Mireille Fargette, Fabrice Martin-Laurent, Thierry Mateille, Céline Pernin, Jean-François Ponge, Nuria Ruiz-Camacho, Cécile Villenave, Laurence Rougé, Vincent Mercier, Alain Bellido, Mario Cannavacciulo, Denis Piron, Dominique Arrouays, Line Boulonne, Claudy Jolivet, Patrick Lavelle, Elena Velasquez, Olivier Plantard, Christian Walter, Blandine Foucaud-Lemercier, Sylvie Tico, Jean-Luc Giteau & Antonio Bispo « Intégration de la biodiversité dans les réseaux de surveillance des sols: exemple du programme-pilote à l'échelle régionale, le RMQS Biodiv » Étude et Gestion des Sols 2009;16(3/4):187-201. ([45]) [PDF] 15 p.
  75. Taux d'évolution de la biomasse microbienne moyenne des sols en métropole
  76. « Atlas de la biodiversité des sols» (commander ou télécharger)
  77. Conference Soil, Climate Change and Biodiversity – Where do we stand ? Commission Européenne, 23 et 24 Septembre 2010 [PDF]p.
  78. Présentation de l'étude Soil biodiversity: functions, threats and tools for policy makers
  79. Rapport final European Commission - DG ENV; Soil biodiversity: functions, threats and tools for policy makers, Février 2010 [PDF] 250 p.
  80. Les indices de qualité des sols : développement et application sur deux communes du bassin minier de Provence [PDF] 13 p.
  81. Guide sur le comportement des polluants dans les sols et les nappes, BRGM, février 2001 [PDF] 88 p.
  82. [46]
  83. [47]
  84. [48]
  85. [49]
  86. [50]
  87. [51]
  88. [52]
  89. [53]
  90. AEE, Losses of agricultural areas to urbanisation Document Actions Graph showing estimated loss of agricultural land in 20 EU countries due to urbanization between 1990 and 2000 based on an analysis of CORINE Land Cover Data
  91. Portail d'information sur les sols: dégradation des sols
  92. Frédéric Denhez, Cessons de ruiner notre sol !, Flammarion, (ISBN 9782081342774)
  93. (en) María Jesús Iglesias Briones, Philip Ineson & Trevor George Piearce « Effects of climate change on soil fauna: responses of enchytraeids, Diptera larvae and tardigrades in a transplant experiment » Applied Soil Ecology 1997;6(2):117-134. DOI:10.1016/S0929-1393(97)00004-8([54]) [PDF] 18 p.
  94. (en) Rattan Lal « Soil carbon sequestration impacts on global climate change and food security » Science 2004;304(5677):1623-1627. DOI:10.1126/science.1097396([55]) [PDF]p.
  95. (en) Eric A. Davidson & Ivan A. Janssens « Temperature sensitivity of soil carbon decomposition and feedbacks to climate change » Nature 2006;440:165-173. DOI:10.1038/nature04514([56]) [PDF]p.
  96. GIE ARVALIS/ONIDOL, Rapport, Retour au sol des matières organiques nécessaire à leur maintien en état en sols agricoles
  97. La compaction des sols: Les causes et les solutions
  98. Plathelminthes terrestres invasifs, par Jean-Lou Justine (Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris)
  99. Denis Baize « Teneurs totales en métaux lourds dans les sols français: premiers résultats du programme ASPITET » Courrier de l'Environnement de l'INRA 1994;22:37-46. ([57]) [PDF] 10 p.
  100. Microflore des sols et bactéries pathogènes de l’Homme[PDF]p.
  101. Denis Baize « Éléments traces dans les sols. Fonds géochimiques, fonds pédogéochimiques naturels et teneurs agricoles habituelles: définitions et utilités » Courrier de l'Environnement de l'INRA 2009;57:63-72. ([58][PDF] 10 p.
  102. Christian Juste, Isabelle Feix & Jacques Wiart, Les micro-polluants métalliques dans les boues résiduaires des stations d'épuration urbaines, ADEME, (ISBN 2868171001)
  103. Réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation des cultures, l’arrosage des espaces verts par aspersion et le lavage des voiries[PDF] 150 p.
  104. Denis Baize, Teneurs totales en éléments traces métalliques dans les sols (France), Quae, (ISBN 9782738007476)
  105. Pierre Chassin, Denis Baize, Philippe Cambier & Thibault Sterckeman « Les éléments traces métalliques et la qualité des sols: impact à moyen et à long terme » Étude et Gestion des Sols 1996;3(4):297-305. ([59][PDF]p.
  106. Réseau Becquerel pour la mesure de radioactivité: échantillons environnementaux
  107. (en) Michel Mench, Denis Baize & Bernard Mocquot « Cadmium availability to wheat in five soil series from the Yonne district, Burgundy, France » Environmental Pollution 1997;95(1):93-103. ([60][PDF] 11 p.
  108. Décret no 2007-326 du 8 mars 2007 relatif aux clauses visant au respect de pratiques culturales pouvant être incluses dans les baux ruraux: version consolidée au 03 septembre 2016
  109. Agence Européenne de l'Environnement: dossier sols
  110. Position du Parlement Européen arrêtée en première lecture le 14 novembre 2007 en vue de l’adoption de ladirective 2008/.../CE du Parlement européen et du Conseil définissant un cadre pour la protection des sols (EP-PE_TC1-COD(2006)0086)
  111. Protection des sols: l'absence de directive européenne coûte cher
  112. Retrait de propositions de la commission qui ne revêtent plus un caractère d'actualité
  113. Donnons un droit au sol
  114. (en) Edward R. Landa & Christian Feller, Soil and culture, Springer,
  115. [61]
  116. Kôichi Kurita collectionneur de poussières
  117. Dominique Rabaté, Joëlle de Sermet & Yves Vadé, Le sujet lyrique en question, Presses Universitaires de Bordeaux, (ISBN 9782867811876)
  118. Résolution adoptée par l’Assemblée générale le 20 décembre 2013
  119. 2015 Année internationale des sols: des sols sains pour une vie saine
  120. Partenariat mondial sur les sols

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]