Le Translay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Translay
La mairie du Translay.
La mairie du Translay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Jean de Beaufort
2014-2020
Code postal 80140
Code commune 80767
Démographie
Population
municipale
230 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 13″ nord, 1° 40′ 35″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 139 m
Superficie 5,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Le Translay

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Le Translay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Translay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Translay

Le Translay est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village agricole picard est situé sur le plateau dominant la rive droite de la Bresle, au carrefour des anciennes routes nationales RN28 et RN 336 (actuelles RD 928 et 938). Il est aisément accessible par l'autoroute A28.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune, instituée lors de la Révolution française, absorbe entre 1790 et 1794 celle de Busménard[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait jusqu'en 2016 dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme, avant d'intégrer le l'arrondissement d'Amiens[2]. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la troisième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Gamaches[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Poix-de-Picardie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes de la Région d'Oisemont (CCRO), créée au .

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d’Oisemont  », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[3],[4]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[5], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[6].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1834 après 1836 Joseph Hyacinthe Christosome Barbier     
    M. Heffort[9]    
1947 mars 1971 Louis Descamps    
mars 1971   Michel Degardin     
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2008 Frédéric Tuncq    
mars 2008[10] avril 2014[11] Engilbert Bouvet    
avril 2014[12] en cours
(au 6 mai 2014)
Jean de Beaufort    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 230 habitants, en augmentation de 9,52 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
285 276 317 306 285 279 314 333 312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
308 309 285 269 280 289 297 305 269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
267 262 255 238 214 192 207 196 196
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
202 201 202 198 200 182 197 235 230
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés par un Regroupement Pédagogique Intercommunal créé en 1975 et qui regroupe, depuis 2014, les communes de Framicourt et du Translay. En effet, les communes de Biencourt et Ramburelles ont alors quitté le RPI qu'elles a avaient en commun avec Framicourt et Le Translay, et créé leur propre regroupement scolaire[16].

Framicourt et Le Translay seront intégrés au regroupement pédagogique concentré d'Oisemont, probablement à la rentrée 2018. L'établissement comptera à terme 300 élèves environ[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts comporte le nom des victimes de la Première Guerre mondiale mais aussi ceux de tous les mobilisés ayant participé au conflit[20]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Arrêté du Préfet de région du 23 décembre 2016 portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme », Recueil des actes administratifs de la préfecture des Hauts-de-France, no 200,‎ , p. 321 (lire en ligne [PDF]).
  3. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  4. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  5. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  6. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, no 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  7. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  8. « Les maires de Translay (Le) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 12 juin 2017).
  9. Son nom figure sur le monument aux morts.
  10. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 18 avril 2009)
  11. Blandine Thoreux, « Quels maires du canton seront candidats en mars prochain ? : Dans bientôt deux mois, les électeurs devront passer aux urnes afin d'élire leur nouveau conseil municipal. Sur le canton de Gamaches, plusieurs maires sortants seront candidats », L'Informateur - L'Éclaireur,‎ (lire en ligne) « Engilbert Bouvet a été élu maire du Translay en 2008, un peu par hasard. « À la base, je m’étais présenté en tant que conseiller » se souvient-il. En mars prochain, “pour des raisons strictement personnelles”, il ne se représentera pas, “ni comme conseiller, ni comme maire”. Il est âgé de 67 ans ».
  12. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 11 avril 2014, p. 14.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. Blandine Thoreux, « Une classe de maternelle rénovée au RPI : Après leur exclusion du RPI qu'elles formaient avec Framicourt et Le Translay, Biencourt et Ramburelles ont créé leur propre regroupement scolaire, et réalisé des travaux », L'Informateur - L'Éclaireur,‎ (lire en ligne).
  17. Émilie Da Cruz, « Une cantine et une maternelle pour 2018 à Oisemont : Les projets de la communauté de communes de la région d’Oisemont seront repris par la nouvelle Intercommunalité. Entre autres, la construction d’équipements scolaires », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  18. « Le château de Busménard », notice no PA80000044, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Jardin d'agrément du château de Busménard », notice no IA80000755, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. [* Le monument aux morts comporte le nom des victimes de la Première Guerre mondiale mais aussi ceux de tous les mobilisés ayant participé au conflit Mémoire des soldats de ma commune.]