Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
La mairie.
Blason de Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Intercommunalité Saint-Malo Agglomération
Maire
Mandat
Joël Masseron
2020-2026
Code postal 35430
Code commune 35070
Démographie
Population
municipale
1 715 hab. (2018 en augmentation de 11,36 % par rapport à 2013)
Densité 1 243 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 40″ nord, 1° 55′ 47″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 43 m
Superficie 1,38 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Malo
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dol-de-Bretagne
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
Liens
Site web www.chateauneuf-d-illeetvilaine.com

Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 715 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est, en superficie, la deuxième plus petite commune d'Ille-et-Vilaine derrière Bécherel.

Transports[modifier | modifier le code]

À Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine se trouve l'échangeur entre deux voies rapides de Bretagne, la N176 qui longe dans l'ensemble la côte depuis Pontorson jusqu'à la jonction avec la N12 à proximité de Saint-Brieuc, et la D137 qui relie Saint-Malo à Rennes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Malo, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (53,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (46 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (53,7 %), prairies (28,3 %), forêts (15,9 %), terres arables (2,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Castellum de Noes[8] ou Castellum de Bure au XIIe siècle , Castellum de Noa au XIIIe siècle, (en français Chastel-Noë et par déformation Chastel Neuë avant de devenir plus tard Chasteau Neuf).

Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine tire son nom de l'implantation au XIIIe siècle du château appelé Château-Neuf, surnommé Chastel-Noé.

Châteauneuf devint Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine par décret du 22 janvier 1890[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église de Châteauneuf.

La voie romaine de Rennes à Alet passait par Châteauneuf sous la forme d'une chaussée surélevée entre les marais. C’est par cette route que les premiers évangélisateurs chrétiens venus de Bretagne arrivent, dirigés par un certain Colomban. Ils édifient un prieuré au bord des marais (les Noës).

Vers le XIe siècle, un premier château en bois protège le passage menant vers le Clos-Poulet (plou aleth : « pays d'Aleth »). La paroisse de Castellum des Noës est certifiée dès le XIIe siècle (1181). Le château fort en pierre, la forteresse de Bure, fait des seigneurs de Châteauneuf de la Noë une importante châtellenie avec droit de haute justice sur vingt-cinq paroisses.

Les dîmes de la paroisse sont au bénéfice de l'abbaye Notre-Dame du Tronchet[10].

L’organisation des fêtes révolutionnaires témoigne de l’accueil favorable de la population de Dol aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur :

  • l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, est fêté (à partir de 1795)[11] ;
  • l’anniversaire de la fondation de la Première République, le 21 septembre[12] ;
  • la fête du 26 messidor (14 juillet), qui devait être fêtée à partir de 1794, est cependant célébrée par les citoyens[13] ;
  • les autres fêtes républicaines sont peu suivies, notamment à cause du manque de succès du calendrier républicain, qui fait que les fêtes d’Ancien Régime et les nouvelles ne coïncident pas[13]. On peut citer la fête de la Jeunesse, très suivie au printemps de l’an VII, ou celle de la Reconnaissance.

En 1885[14] la compagnie des chemins de fer de l'Ouest met en service la ligne de Miniac-Morvan à La Gouesnière - Cancale - Saint-Méloir qui dessert la commune avec la gare du Fort de Châteauneuf. Elle permet le lien avec la ligne Rennes - Saint-Malo à la gare de La Gouesnière - Cancale et avec la ligne Lison - Lamballe à la gare de Miniac.

En 1890, le nom de la commune de Châteauneuf a été modifié en Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine[15].

Les 4 et 5 août 1944, Châteauneuf est le théâtre des affrontements entre les Américains et les Allemands.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent aux trois pals de gueules, au chef d’azur chargé de deux quintefeuilles du champ.

Ce sont les armes de la famille de Beringhen, qui furent comtes puis marquis de Châteauneuf.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[16]
Période Identité Étiquette Qualité
février 1851 mai 1864 Louis Pareur    
mai 1864 janvier 1874 Auguste Bovius    
janvier 1874 octobre 1877 Paul-Marie Lemée    
janvier 1878 janvier 1894 François Sauvage    
février 1894 janvier 1900 Joseph Glémée    
janvier 1900 janvier 1904 Édouard Delein    
janvier 1904 décembre 1906 Jean Baslé    
janvier 1907 décembre 1919 Gaston Pallier    
décembre 1919 juin 1925 Pierre Carrière    
juin 1925 décembre 1933 Louis Lecoq    
décembre 1933 mars 1977 François Rouvrais URD > FR Boucher
Conseiller général de Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine (1937 → 1940 puis 1945 → 1976)
mars 1977 juin 1995[17] Henri Levitoux   Maire honoraire
Chevalier de l'Ordre national du Mérite (2003)
juin 1995[17] En cours Joël Masseron[18],[19] DVD Directeur de CAT
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2018, la commune comptait 1 715 habitants[Note 4], en augmentation de 11,36 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +4,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
478539513590694704756789810
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
834823716699729740657685663
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
619622637580529540524560542
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
6536626858068139129921 2491 662
2018 - - - - - - - -
1 715--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune abrite un monument historique :

  • le château de Châteauneuf, situé également sur la commune de Saint-Père. Il a été édifié en 1740 sur la base d’un ancien château reconstruit en totalité à plusieurs reprises : en 1353, 1441 et 1611 ; certains éléments du château actuel datent des XVe et XVIIe. Le château a été classé avec ses jardins par arrêté du 2 octobre 1992[23]. Il a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles archéologiques durant les années 1980[24]. Elles ont permis de révéler la présence des restes de l'ancien donjon anglo-normand.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autre monument de la commune :

  • Église paroissiale Saint-Nicolas (XVe-XIXe siècles)[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le général baron Athanase de Charette, le chef charismatique des zouaves pontificaux (1860-1870) y avait sa propriété en la demeure du château de Basse Motte. La famille de Charette ne possède plus cette propriété.

Entreprises[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amélie Decaux, Évolution architecturale du site castral de Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine du Xe au XXe siècle, mémoire de maîtrise d'histoire de l'art, (Archives d'I&V - 2 J 790).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 3 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 3 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Mention faite en 1181, dans une enquête de Tourbe concernant le territoire temporel de l’église de Dol, réalisée sur ordre d’Henri II, duc de Normandie et roi d’Angleterre, et à la demande du Cardinal Rolland.
  9. « Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo », Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo (consulté le 16 décembre 2016).
  10. Déclarations de 1685 et 1790.
  11. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  12. Dubreuil, Fêtes..., p. 401
  13. a et b Dubreuil, Fêtes..., p. 397
  14. Site Glad, Bretagne Ille-et-Vilaine Saint-Père-Marc-en-Poulet : gare du Fort de Châteauneuf et gare marchandises lire en ligne (consulté le 16 juin 2011).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine et ses maires, sur le site officiel de la mairie.
  17. a et b « J'apprécie les compétences, pas l'étiquette », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 mai 2016).
  18. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688).
  19. « Deux nouvelles adjointes aux côtés d'élus expérimentés », Ouest-France, 1er avril 2014.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. Notice no PA00090527, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. GRUEAU Patrick, CHÂTEAUNEUF D'ILLE ET VILAINE (35). le château. rapport de fouille programmée annuelle. RAP00330,, Rennes, Service régional de l'archéologie de Bretagne. Bibliothèque numérique du Service Régional de l’Archéologie, , 48 p. (lire en ligne), p. 41.
  25. « http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/eglise-paroissiale-saint-nicolas/cc2ca2fb-1de1-4da1-9b3b-c4cc9be1da23 ».
  26. http://institut-biblique.org/pmb/opac_css////index.php?lvl=publisher_see&id=769