Jean Lebeuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lebeuf.
Abbé Lebeuf, gravure.

L'abbé Jean Lebeuf, né le à Auxerre, mort le , est un prêtre, historien et érudit français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, enfance, études[modifier | modifier le code]

Lebeuf naît le 6 mars 1687 à Auxerre dans la paroisse Saint-Renobert[n 1],[n 2], dans une famille peu aisée. Son père, Pierre Lebeuf, est commis aux recettes des consignations ; il vient de Joigny mais sa famille (éteinte en 1848 ou avant) est d'Auxerre. Sa mère, Marie Marie, est d'une famille bourgeoise renommée d'Auxerre, orientée vers la magistrature. Jean est l'aîné de leurs deux enfants, tous deux entrés dans les ordres[1].

Il est noté très tôt pour son sérieux et son amour de l'étude. À sept ans, il entre au collège des jésuites pour y étudier les humanités (langues et littérature ancienne) et dans le même temps il prend l'habit clérical. Il se forme aux devoirs ecclésiastiques dans sa paroisse, où il apprend également le plainchant et les caractères gothiques : la paroisse est pauvre et ses antiphoniers sont des manuscrits du XIIIe et XIVe siècle ; il y acquiert sa passion pour la musique et les vieux manuscrits[1]. Il se fait remarquer dès l'âge de 10 ans par une dissertation publique sur les événements d'histoire ecclésiastique et profane dans les épîtres de saint Jérôme. À l'âge précoce de 12 ans (en 1699), il est tonsuré par l'évêque d'Auxerre André Colbert (neveu de Colbert le célèbre ministre des finances de Louis XIV). En l'an 1700, le même évêque lui octroie un petit bénéfice à la nomination du chapitre d'Auxerre sous le titre de Chapelle de Saint-Louis (ad altare S. Alexandri).
Il termine le cycle d'études des jésuites d'Auxerre à l'âge de quatorze ans et désire grandement poursuivre des études à Paris - mais la famille est pauvre. Un oncle bienfaiteur le pourvoit financièrement pour ce faire et le place au collège Sainte-Barbe. Jean y reste cinq ans, suit aussi les cours de théologie du collège de Sorbonne, étudie le grec et l'hébreu, fait de profondes études historiques et devient féru en paléographie, science relativement nouvelle et rare à l'époque. Il est reçu maître-ès-arts en 1704.
Son sérieux et sa brillante intelligence lui amènent des amis et protecteurs, dont Claude Chastelain, chanoine de Notre-Dame[n 3] de grande érudition notamment en liturgie et musique sacrée. Plus tard, Lebeuf citera abondamment Chastelain, dans les meilleurs termes[2].

À 18 ans (en 1705), Jean Lebeuf s'est déjà fait un nom comme compositeur. Il est appelé au diocèse de Lisieux[3], où il reste une année entière pour y introduire dans le chant ecclésiastique les mêmes réformes faites par Chastelain à Paris ; vaste travail qu'il ne finit qu'après son retour à Auxerre[2], et qui est approuvé et prescrit pour usage dans le diocèse par l'évêque de Lisieux le 11 septembre 1711[3]. Il profite de son séjour dans cette région proche du Bessin pour aller en 1707 consulter sur place les documents relatifs aux premiers évêques de Bayeux[4], notamment sur saint Regnobert qui a donné son nom à la paroisse où Lebeuf a grandi[5].

Retour à Auxerre[modifier | modifier le code]

Le 16 mars 1709 Lebeuf reçoit à Auxerre les quatre ordres mineurs. Il est ordonné sous-diacre le 21 septembre de cette année, diacre le 15 avril 1710 et prêtre le 21 mars 1711[3].

En 1711 il en arrive presque à faire un procès à son évêque Charles de Caylus pour un canonicat et prébende associée, qu'il revendique suite au décès de Laurent le Seure[n 4] et auquel son grade lui donne droit. Mais Caylus veut attribuer canonicat et prébende à un brevetaire[n 4]. Lebeuf doit se pourvoir auprès de l'archevêque de Sens (Hardouin Fortin de la Hoguette), qui lui accorde ses provisions le 11 août. Sur le point d'entrer en instance au conseil, un autre canonicat se présente ; Lebeuf le demande et l'évêque admet sa réquisition, Mgr de Caylus n'ayant pas agi contre Lebeuf mais seulement en faveur de son propre protégé. Lebeuf reçoit ses provision des mains de son évêque le 12 janvier 1712, et le nomme sous-chantre de la cathédrale Saint-Étienne le 29 septembre 1712 - lui donnant ainsi la direction du chœur de l'église sous l'autorité du chantre[3].

Ses recherches[modifier | modifier le code]

Son avenir matériel ainsi assuré, Lebeuf peut se consacrer aux études historiques[3]. Il s'attache d'abord à éclairer les antiquités de son pays et fait paraître en 1716 la Vie de Saint Pèlerin, premier évêque d'Auxerre (Auxerre, in-12). Il publie en 1722 l'Histoire de la vie de Saint Vigile, évêque d'Auxerre (Auxerre, in-12). L'année suivante paraît son Histoire de la prise d'Auxerre par les huguenots (Auxerre, in-8°), sur le titre de laquelle il ne juge pas à propos de mettre son nom. Ces travaux ne sont qu'une préparation à l'Histoire ecclésiastique et civile d'Auxerre[7] qu'il publie vingt ans plus tard[8]. Il visite les grottes d'Arcy-sur-Cure le 29 octobre 1728[9].

Mais quoique Lebeuf ait traité avec plus de prédilection les questions qui touchent aux antiquités de sa patrie, il aborde bien d'autres sujets. Il se fait connaître du monde érudit dans les concours ouverts par l'Académie de Soissons et par celle des inscriptions et belles-lettres[8].

En 1734, il est couronné par la seconde de ces académies, pour son Discours sur l'état des sciences dans l'étendue de la monarchie française, depuis la mort de Charlemagne jusqu'à celle de Robert, dissertation qui paraît d'abord dans le Mercure de France de juin et juillet 1734 et est réimprimée dans l'ouvrage de Lebeuf intitulé Recueil de divers écrits pour servir d'éclaircissements à l'histoire de France et de supplément à la notice des Gaules[10]. Dans ce recueil on retrouve plusieurs mémoires qui avaient parus séparément[8].

En 1735, Lebeuf obtient une couronne à l'académie de Soissons pour une Dissertation sur l'état des anciens habitants du Soissonnais avant la conquête des Gaules (Paris, in-12). Lebeuf y émet une opinion nouvelle sur la position de la ville de Noviodunum mentionnée par César. Il s'ensuit, entre lui et le bénédictin Toussaint Duplessis, une discussion scientifique qui est consignée dans le Mercure. La réplique de Lebeuf paraît en 1736, in-12[8].

L'année suivante, la même Académie de Soissons lui donne le prix pour un mémoire traitant de l'époque de rétablissement de la religion chrétienne dans le Soissonnais et de ses progrès jusqu'à la fin du IVe siècle. Ce mémoire est imprimé avec ceux de Duperret et Rochefort sur la même question (Paris, in-12). Deux autres dissertations, l'une sur l'origine de l'église de Soissons (Paris, in-12), l'autre sur plusieurs circonstances du règne de Clovis et en particulier sur l'Antiquité des monnaies de nos rois et de celles qui portent le nom de Soissons (Paris, 1738, in-12), sont également couronnées par l'académie de cette ville[8].

En 1740, Lebeuf reçoit une double couronne, la première de la même académie de Soissons pour sa Dissertation dans laquelle on recherche depuis quel temps le nom de France a été en usage (in-12) ; l'autre de l'Académie des inscriptions pour une Dissertation sur l'état des sciences en France depuis la mort du roi Robert jusqu'à celle de Philippe le Bel, imprimée depuis au tome 14 des Mémoires de cette académie et qui lui vaut son entrée dans cette institution. Il est élu en 1740, à la place de Lancelot[8]. Lebeuf devient dès lors un des membres les plus actifs de l'Académie, dont le recueil renferme quarante-six de ses dissertations[11].

Géographie de la Gaule et de la France au Moyen Âge, archéologie gallo-romaine, numismatique, histoire de nos rois, histoire de nos villes, diplomatie, histoire littéraire, critique des sources, hagiographie, histoire des mœurs et coutumes des Français, Lebeuf embrasse de très nombreux sujets qu'il traite avec une égale érudition, un grand sens et une bonne compréhension du sujet. Il s'attache plus généralement aux détails et on ne trouve pas en lui une grande hauteur d'aperçus, mais il saisit habilement et expose avec clarté la marche des événements. On peut le considérer comme un des fondateurs de l'étude et de la géographie nationale aux époques mérovingienne et carolingienne[11].

Toutefois, entraîné par une imagination pleine de ressources, il se laisse en certains cas aller au désir de proposer des attributions nouvelles, et plusieurs de ses opinions géographiques ne reçoivent pas la sanction de la critique. Pour connaître Lebeuf tout entier, il faut joindre ses Dissertations pour servir à l'histoire de France aux mémoires qu'il a publiés dans le recueil de l'Académie des inscriptions[11].

Esprit sagace et pénétrant, Lebeuf excelle à discuter un texte ancien, comme on en peut juger dans ses notices sur les grandes chroniques de Saint-Denis[12], sur les Annales de Saint-Bertin[13], par son examen des trois histoires fabuleuses dont Charlemagne est le sujet[14], par sa notice sur les Annales Vedastines[15].

Quoiqu'au XVIIIe siècle on n'ait encore que très imparfaitement exploré les antiquités recelées par le sol, Lebeuf sait déjà beaucoup sur les monuments, comme en témoignent son Traité sur les anciennes sépultures à l'occasion des tombeaux de Civaux en Poitou, et sa Dissertation sur l'Ascia sépulcrale des anciens (imprimés dans son recueil de dissertations)[11].

Les Antiquités de Paris et de ses environs sont l'objet plus habituel des derniers travaux de Lebeuf ; il a déjà donné en 1739 une Dissertation sur l'histoire ecclésiastique et civile de Paris ; mais il reprent complètement ce sujet dans un grand ouvrage qui paraît de 1754 à 1758 (15 vol. in-12), sous le titre d'Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, véritable monument de grande érudition, recueil très riche dans laquelle ont puisé et puisent encore tous ceux qui s'occupent de la géographie et des antiquités de l'Île-de-France[11].
Il faut joindre à cet ouvrage son Histoire de la banlieue ecclésiastique de Paris (Paris, in-12), qui en forme le complément.

À citer encore de Lebeuf : Traité historique et pratique sur le chant ecclésiastique, avec le directoire qui en contient les principes et les règles, etc. (Paris, in-12). La bibliothèque des auteurs de Bourgogne, imprimée dix-huit ans avant la mort de Lebeuf, donne l'indication de cent soixante ouvrages ou opuscules publiés par cet écrivain et contenus, la plupart, soit dans le Mercure, soit dans les Mémoires de Desmolets[11].

Lebeuf a pris part à la nouvelle édition du Glossaire de Du Cange et à la nouvelle édition du Dictionnaire géographique de La Martinière entrepris à Dijon en 1740[11].

On lui attribue l'ouvrage anonyme intitulé Essai historique, critique et philosophique sur les lanternes. Lebeuf a été l'éditeur de l'Histoire de la ville de Verdun, de Roussel (1745, in-4°), à laquelle il a ajouté des notes. Il a fourni au Journal de Verdun vingt-cinq dissertations ou lettres remplies d'érudition, en sus de plusieurs autres qu'il n'a pas signées. Enfin l'on trouve dans Fontette (tables, p. 588-390), le détail de tout ce que l'abbé Lebeuf a écrit sur l'histoire de France, formant 173 pièces[11].

Entièrement absorbé dans ses travaux, Lebeuf vit sans ambition matérielle et de la manière la plus modeste. "C'était un homme simple, un cœur droit, sans intrigue, sans bassesse, bon ami, bon citoyen, dégagé de bien des préjugés, plaisantant volontiers sur ce qui ne mérite que le respect des sots"[16]. Le pape Benoît XIV, qui est frappé des mérites de Lebeuf, veut l'attirer à Rome ; mais la mauvaise santé du savant ecclésiastique l'empêche d'accepter cette proposition. Bien que n'ayant qu'un revenu restreint, il trouve le moyen de faire des legs pieux à divers établissements publics de sa ville natale, et il fonde sur ses épargnes un lit à l'hôpital des incurables de Paris[11].

Lebeuf meurt le 10 avril 1760. Son éloge à l'académie royale est prononcé par Lebeau[17], un autre de Jean-François Dreux du Radier est publié en juillet 1760 dans le Journal de Verdun. La Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne entreprend au XIXe siècle la publication de la correspondance de l'abbé Lebeuf[18].

Hommages[modifier | modifier le code]

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • [1723] Histoire de la prise d'Auxerre par les huguenots et de la délivrance de la même ville : avec un récit de ce qui a précédé et de ce qui a suivi ces deux fameux événements ; et des ravages commis à la Charité, Gien, Cône, Donzi, Entrains, Crevan, Iranci, Colanges-les-Vineuses et autres lieux du diocèse d'Auxerre, Auxerre, impr. Jean-Baptiste Troche, , sur books.google.fr (lire en ligne).
  • [1738 (1)] Recueil de divers écrits pour servir d'éclaircissemens à l'histoire de France, et de supplément à la Notice des Gaules, t. 1, Paris, Jacques Barois Fils, , 416 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [1738 (2)] Recueil de divers écrits pour servir d'éclaircissemens à l'histoire de France, et de supplément à la Notice des Gaules, t. 2, Paris, Jacques Barois Fils, , 376 p. (lire en ligne).
  • [1741] Traité historique et pratique sur le chant ecclésiastique, avec le directoire qui en contient les principes et les règles suivant l'usage présent du diocèse de Paris, Paris, impr. Hérissant, , 290 p..
  • [1743 (1)] Mémoires concernant l'histoire ecclésiastique et civile d'Auxerre..., vol. 1, Auxerre, Perriquet, , 886 p. (lire en ligne).
  • [1743 (2)] Mémoires concernant l'histoire ecclésiastique et civile d'Auxerre..., vol. 2, Auxerre, Perriquet, , 923 p. (lire en ligne).
  • [Lebeuf et al. 1848] Jean Lebeuf, Ambroise Challe et Maximilien Quantin, Mémoires concernant l'histoire ecclésiastique et civile d'Auxerre : continués jusqu'à nos jours avec addition de nouvelles preuves et annotations, vol. 1, Auxerre, Perriquet, , 544 p., sur books.google.fr (lire en ligne).
  • [Lebeuf et al. 1851] Jean Lebeuf, Ambroise Challe et Maximilien Quantin, Mémoires concernant l'histoire ecclésiastique et civile d'Auxerre : continués jusqu'à nos jours avec addition de nouvelles preuves et annotations, vol. 2, Auxerre, Perriquet, , 549 p. (lire en ligne).
L'édition de 1855, vol. 3 (lire en ligne) et vol. 4 [lire en ligne], est celle utilisée par Charles Cawley pour le site « Foundation for Medieval Genealogy » ou MedLands.
  • [1754] Jean Lebeuf, Histoire de la banlieue ecclésiastique de Paris, Paris, impr. Prault père, (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'Académie royale des inscriptions et belles lettres avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie, XXIX, 1764, p. 372-382 (éloge funèbre de l'abbé Lebeuf prononcé lors de la séance de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres le jour de la saint Martin 1760).
  • « Jean Lebeuf », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Bastard 1857] L. de Bastard, « Lettres de l'abbé Lebeuf », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, no 11,‎ , p. 538-559.
  • [Bastard 1859] L. de Bastard, « Lettre de l'abbé Lebeuf », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, no 13,‎ , p. 100-105.
  • [Cocheris 1863] Hippolyte Cocheris, Lebeuf, sa vie et ses œuvres, éd. A. Durand, .
  • [Dauvergne 1971] Robert Dauvergne, « L'abbé Lebeuf à Paris », Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, vol. 96e année,‎ , p. 125-155.
  • [Dugenne 1997] Paul-Camille Dugenne, Dictionnaire biographique, généalogique et historique du département de l'Yonne, vol. 3 : L-N, , p. 751-754.
  • [Julliot 1908] Gustave Julliot, « Inscriptions romaines trouvées à Sens en 1735 et 1736. Correspondance entre l'abbé Jean-Basile-Paschal Fenel, chanoine de Sens et l'abbé Jean Lebeuf, chanoine d'Auxerre », Bulletin de la Société archéologique de Sens, no 23,‎ , p. 1-48.
  • [Moreau 1987] H. Moreau, « L'abbé Lebeuf et les antiquités gallo-romaines », Bulletin de la Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l'Yonne, no 4,‎ , p. 48-56.
  • [Nicolle 1961] Jean Nicolle, La correspondance Lebeuf-Fenel et l'archéologie sénonaise, L'abbé Lebeuf. Le Jansénisme (Actes du 31e congrès de l'Association bourguignonne des sociétés savantes. Auxerre, 20, 21, et 22 mai 1960), , p. 217-225.
  • [Petit 1885] Ernest Petit, « Correspondance de l'abbé Lebeuf et du président Bouhier », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, no 39,‎ , p. 151-225 (lire en ligne [sur gallica.bnf.fr]).
  • [Petit 1896] Ernest Petit, « Quatre lettres de l'abbé Lebeuf », Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne,‎ (lire en ligne [sur archive.org]).
  • [Quantin 1848] Maximilien Quantin, Annuaire statistique du département de l'Yonne : recueil de documents authentiques destinés à former la statistique départementale, Auxerre, éd. Perriquet, , sur books.google.fr (lire en ligne), « Personnages historiques de l'Yonne : Jean Lebeuf », p. 205-237. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Quantin et Chérest 1866-1868] Maximilien Quantin et Aimé Chérest, Lettres de l'abbé Lebeuf ((412 lettres, 1708-1753)), Société des Sciences de l'Yonne.
    • vol. I, 1866, LXXXII-439 p. ;
    • vol. II, 1867, XXXVI-588 p. ;
    • Table analytique, 1868, 68 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Quantin 1848, p. 206, cite une lettre publiée dans le Recueil de divers écrits pour servir d'éclaircissemens à l'histoire de France…, au début de l'article de Lebeuf intitulé Apologie de M. Baillet sur S. Renobert évêque de Bayeux. Voir Lebeuf 1738, vol. 1, p. 192.
  2. Une tradition auxerroise fait naître Jean Lebeuf au no 10 rue Notre-Dame. Mais Quantin a vérifié l'acte d'achat de cette maison, acquise par Pierre Lebeuf seulement le 30 décembre 1702 alors que son fils Jean avait déjà 15 ans ; et l'acte n'indique pas que les acheteurs aient été auparavant locataires de cette demeure, ce qui aurait vraisemblablement été mentionné si tel avait été le cas. Voir Quantin 1848, p. 206, note 1.
  3. Chastelain, chanoine de Paris, est aussi député pour la révision des Livres de l’Église (voir [Mauléon 1718] Auger de Mauléon, Voyages liturgiques de France…, Paris, , sur books.google.fr (lire en ligne), XII).
  4. a et b Laurent le Seure était trésorier de l'église Notre-Dame-de-la-Cité. Il est mort le 26 juillet 1711. Jean-Baptiste Taveault lui succède dans cette charge[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Quantin 1848, p. 206.
  2. a et b Quantin 1848, p. 207.
  3. a b c d et e Quantin 1848, p. 208.
  4. Lebeuf 1738, p. 194.
  5. Quantin 1848, p. 192.
  6. Lebeuf 1743, p. 823.
  7. Lebeuf 1743.
  8. a b c d e et f « Jean Lebeuf », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition], t. 23, p. 456.
  9. Jean-Claude Liger, « Les grottes d'Arcy aux XVIIIe et XIXe siècle - La mise en place progressive d'une pensée scientifique sur les cavernes », Colloque International OH2, Dijon « Origines et Histoire de l'Hydrologie »,‎ , p. 530 (lire en ligne [PDF], consulté le 13 avril 2018).
  10. Lebeuf 1738, t. 2, p. 1-141.
  11. a b c d e f g h i j k et l « Jean Lebeuf », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition], t. 23, p. 457.
  12. Comptes-rendus de l'Acad. des inscr., vol. 16. Cité dans Michaux, t. 23, p. 457.
  13. Comptes-rendus de l'Acad. des inscr., vol. 48. Cité dans Michaux, t. 23, p. 457[11].
  14. Comptes-rendus de l'Acad. des inscr., vol. 21. Cité dans Michaux, t. 23, p. 457[11].
  15. Comptes-rendus de l'Acad. des inscr., vol. 24. Cité dans Michaux, t. 23, p. 457[11].
  16. Testament manuscrit de J-F Dreux du Radier, BN cote Q 651
  17. Histoire de l'Académie royale des inscriptions et belles lettres avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie, XXIX, 1764, p. 372-382.
  18. Quantin et Chérest 1866-1868 ; Bastard 1857 ; Bastard 1859 ; Petit 1885.
  19. « Place de l'Abbé Jean Lebeuf à Paris », caméra de rue interactive, sur google.fr/maps (consulté le 9 juin 2019).
  20. « Rue Lebeuf », série Auxerre > Quartier de l’Hôtel de ville, sur auxerre.historique.free.fr (consulté le 9 juin 2019).
  21. « Rue Lebeuf à Auxerre, carte interactive » sur Géoportail.
  22. « Rue Lebeuf à Auxerre », caméra de rue interactive, sur google.fr/maps (consulté le 9 juin 2019).
  23. Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, t. 1, réédité en 1883, impr. Féchoz et Letouzey.
  24. Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, t. 5, réédité en 1883, impr. Féchoz et Letouzey.