Saint-Georges-sur-Baulche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Georges-sur-Baulche
Saint-Georges-sur-Baulche
Blason de Saint-Georges-sur-Baulche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Auxerrois
Maire
Mandat
Christiane Lepeire
2020-2026
Code postal 89000
Code commune 89346
Démographie
Population
municipale
3 201 hab. (2021 en diminution de 2,32 % par rapport à 2015)
Densité 333 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 22″ nord, 3° 32′ 02″ est
Altitude Min. 111 m
Max. 207 m
Superficie 9,6 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Auxerre
(banlieue)
Aire d'attraction Auxerre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxerre-1
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Georges-sur-Baulche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Georges-sur-Baulche
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
Saint-Georges-sur-Baulche
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Saint-Georges-sur-Baulche
Liens
Site web saint-georges-sur-baulche.fr

Saint-Georges-sur-Baulche est une commune française située près d'Auxerre dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-sur-Baulche fait partie de l'agglomération d'Auxerre, c'est une commune membre de la communauté de l'Auxerrois. Elle fait partie de la grande ville d'Auxerre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Georges-sur-Baulche

La commune de Saint-Georges-sur-Baulche porte :

De sinople à la fasce ondée d'argent, sur le tout un Saint George du même nimbé d'or, portant d'argent à la croix de gueules, monté sur son cheval aussi d'argent et terrassant de sa lance aussi d'or un dragon de sable armé, lampassé et allumé de gueules; le tout accompagné à dextre d'une crosse abbatiale aussi d'or.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Perrigny Rose des vents
Charbuy N Auxerre
O    Saint-Georges-sur-Baulche    E
S
Villefargeau

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 749 mm, avec 11,7 jours de précipitations en janvier et 7,7 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Aillant », sur la commune de Montholon à 16 km à vol d'oiseau[3], est de 11,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 727,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 42,7 °C, atteinte le ; la température minimale est de −23,5 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-sur-Baulche est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Auxerre, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[11] et 41 849 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auxerre dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 104 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (59,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (26,1 %), forêts (24,8 %), zones urbanisées (20,5 %), prairies (19,3 %), zones agricoles hétérogènes (9,3 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Auxerre et ses dépendances, dont Bauche, sont vendues par le comte d'Auxerre Jean IV de Chalon au roi Charles V en 1370. Les habitants ne deviennent pas français pour autant, qui se rallient au duc de Bourgogne à chaque conflit (guerre des Armagnacs contre les Bourguignons, guerres de religion). Lors de la huitième guerre de religion (1585-1598), Auxerre est contre le roi (Henri III puis Henri IV en 1589) et catholique, appartenant à la Ligue. Bauche est pris par le sieur du Halde, protestant. Il est repris au plus tard au début de 1590 par le capitaine de Montalan, dont les troupes sont subséquemment divisées entre la défense de Bauche et celle d'Auxerre. En mai ou peu après dans la même année, les renforts envoyés par le duc de Chevreuse, fils[note 1] du duc de Guise, arrivent à Auxerre. Montalan veut se retirer avec ses troupes mais Auxerre ne le laisse pas partir avant qu'il n'ait rendu le château de Bauche[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Alfred (Adolphe) Vinot    
1947 1949 Paul Edmond Piedefer    
1949 1953 Maurice Lucien Chouard    
1953 1955 Paul Émile Guillaume    
1955 1965 Georges Jules Ménétrier    
1965 1978 Jean-Marie Comperat    
1978 avril 2008 Hubert Moissenet UDF-PR puis DL
puis UMP
Professeur d'allemand retraité
Conseiller général du canton d'Auxerre-Sud-Ouest (1988 → 2008)
avril 2008 juin 2010 Maurice Valette    
juillet 2010 2020 Crescent Marault[18] DVD Chef d'entreprise
4 juin 2020 En cours Christiane Lepeire Divers Clerc de notaire retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2021, la commune comptait 3 201 habitants[Note 4], en diminution de 2,32 % par rapport à 2015 (Yonne : −2,21 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479489525472588570570626661
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
623639650664618628664589558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
575596548493529498535561663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7181 3642 9623 3853 1863 1553 2483 2613 337
2017 2021 - - - - - - -
3 2303 201-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège Jean Bertin, à l'intérieur de la ville accueille 650 élèves chaque année ; il a été récemment rénové et agrandi. Il y a également une école élémentaire de 200 élèves, ainsi qu'une petite école maternelle qui compte environ 150 élèves.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Germain Poterat de Billy, aviateur, mort pour la France (17/12/1878-25/09/1917, Mance) références: éditeur Société Généalogique de l'Yonne, Généa-89 n° 161 premier trimestre 2019, Les POTERAT de BILLY par Pierre Le Clercq Thierry burat, chef cuisinier propriétaire d'un restaurant au Canada qui figure parmi les plus grandes tables du Québec

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Georges-sur-Baulches (1631-1832) par Robert Timon un volume 554 pages 8 500 entrées, éd. Société Généalogique de l'Yonne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lebeuf mentionne « Monsieur de Chevreuse, fils du duc de Guise ». En 1590 le duc de Guise est Charles Ier de Guise. Selon l'article wikipédia des ducs de Guise, c'est son frère et non son fils qui est duc de Chevreuse, depuis 1588 soit deux ans avant l'épisode décrit. Le duc de Guise mentionné par Lebeuf est donc le père du duc de Guise du moment, Henri Ier de Guise.
Notes sur la démographie
  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Saint-Georges-sur-Baulche et Montholon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Aillant », sur la commune de Montholon - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Aillant », sur la commune de Montholon - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 d'Auxerre », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Auxerre », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. Lebeuf, Mémoire concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre, volume 2, 1743. Pages 416.
  18. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 1er janvier 2014.
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.