Rozay-en-Brie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rozay-en-brie)

Rozay-en-Brie
Rozay-en-Brie
La rue Principale et l'église Notre-Dame.
Blason de Rozay-en-Brie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes Val Briard
Maire
Mandat
Patrick Percik
2020-2026
Code postal 77540
Code commune 77393
Démographie
Gentilé Rozéens
Population
municipale
2 807 hab. (2018 en diminution de 1,96 % par rapport à 2013)
Densité 885 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 00″ nord, 2° 58′ 00″ est
Altitude Min. 81 m
Max. 110 m
Superficie 3,17 km2
Unité urbaine Rozay-en-Brie
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontenay-Trésigny
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Rozay-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Rozay-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rozay-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rozay-en-Brie
Liens
Site web rozay-en-brie.fr

Rozay-en-Brie (prononcé [ʁɔ.ˈzɛ ɑ̃ ˈbʁi]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie est une commune située à 50 km au sud-est de Paris, à 30 km au nord-est de Melun, à 30 km au sud-est de Meaux et à 30 km au nord-ouest de Provins.

Communes limitrophes de Rozay-en-Brie
Lumigny-Nesles-Ormeaux
Rozay-en-Brie Voinsles
Bernay-Vilbert

Une borne située sur la place de la mairie rappelle que la commune est au centre géographique du département de Seine-et-Marne. La commune se situe au cœur de la région de la Brie.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 371 hectares ; l'altitude varie entre 81 et 110 mètres[1].

L'unique hameau de la commune est Vilpré, situé en bordure de Voinsles. Une partie de la ville est construite sur un terrain en faible déclivité dont le point bas se situe au bord de l'Yerres et le point haut en direction de la mairie et de la porte de Gironde.

La commune de Rozay-en-Brie présente un relief peu marqué, le plateau briard descend en pente douce vers les vallées peu profondes de l'Yerres et de ses affluents. Le paysage est typique de la Brie, dédié aux cultures céréalières en dehors de la ville. Le boisement est discret mais relativement bien réparti sur un territoire communal pour une large part urbanisé.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Rozay-en-Brie.
L'Yerres traversant Rozay-en-Brie.

Le territoire est entièrement situé sur le bassin versant de l'Yerres[2] et ses affluents. Cette rivière, longue de 98,23 km, affluent de la Seine, prend sa source à une douzaine de kilomètres au nord.

L'Yerres, ainsi qu'un bras de 0,17 km[3], sert de limite communale au nord, puis le ru de Vulaine, 5,54 km[4], affluent en rive droite, à l'ouest de la ville jusqu'à la confluence avec le ru des Fontaines Blanches, affluent en rive gauche qui borde le territoire communal au sud.

Le ru des Fontaines Blanches, 4,94 km[5], et son affluent le ru de la Tessonnerie prennent leur source dans le bois de Blandureau sur le territoire de Voinsles.

Le ru de Vulaine a un cours parallèle à l'Yerres sur près d'un kilomètre, il prend sa source au bois de Lumigny au nord et donne son nom à la pente de Vulaine et à la prairie de Vulaine.

Le fossé 01 de Quétotrain, canal non navigable de 2,35 km[6], conflue avec le ru de Vulaine.

La longueur totale de ces cinq cours d'eau référencés sur la commune est de 3,77 km[7].

L'Yerres irrigue au nord de la ville les étangs des Carreaux dédiés à la pêche et au camping. La vallée de l'Yerres est relativement pittoresque en rompant de manière douce la monotonie du plateau briard.

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[8].

La commune fait partie du SAGE « Yerres », approuvé le . Le territoire de ce SAGE correspond au bassin versant de l’Yerres, d'une superficie de 1 017 km2, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l'Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[9]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse »[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,8 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 714 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -1,4 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[12]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[13]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 23 km à vol d'oiseau[14], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[15] à 11,6 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[17].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[18],[Carte 1] : « L'Yerres de sa source a Chaumes-en-Brie », d'une superficie de 18 ha, un tronçon de 40 km de l'Yerres qui héberge une faune piscicole et une végétation aquatique devenues rares en Ile-de-France[19],[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Rozay-en-Brie est une commune urbaine[Note 2]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Rozay-en-Brie, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[21] et 3 653 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (48,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (44 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (46,8% ), terres arables (44,2% ), eaux continentales[Note 4] (7,7% ), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,3 %)[26].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[27],[28],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La commune, en 2019, avait engagé l'élaboration d'un plan local d'urbanisme[29].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La vieille ville de Rozay s'est établie en amont direct de la confluence de l'Yerres et du ru des Fontaines Blanches, sur un site propice à l'établissement d'une ville fortifiée. Cette partie historique de la ville est ceinturée par des remparts prenant une forme hexagonale, situés à l'intérieur des boulevards Amiral-Courbet, La Fayette, Thiers et Gambetta, et percés de huit rues. La densité y est forte, avec des maisons contigües dont certaines remontent au Moyen Âge le long des différentes rues menant au centre situé au niveau de la place de la mairie. Dans cet espace organisé et compartimenté se trouvent des espaces verts et des potagers à l'arrière des maisons.

Au milieu du XIXe siècle, on retrouve quelques habitations hors des remparts le long des routes émanant des trois portes, devenues rue du Général-Leclerc, faubourg de Gironde et rue de Rome.

L'habitat pavillonnaire s'est développé durant la seconde moitié du XXe siècle et se trouve en périphérie à l'ouest, au nord et au sud.

L'unique hameau de la commune est Vilpré, situé en bordure de Voinsles. Il existait déjà au XIXe siècle.

Le hameau de Villeneuvotte, situé à Bernay-Vilbert, est collé à Rozay par la rue du Général-Leclerc, ancienne route nationale 4.

Logements[modifier | modifier le code]

En 2011, le nombre total de logements dans la commune était de 1 100, alors qu'il était de 1 047 en 2006[a 1].

Parmi ces logements, 89,8 % étaient des résidences principales, 4,3 % des résidences secondaires et 5,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 64 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 30,9 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 61,9 %, stable par rapport à 2006 (61,8 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était toujours inférieure au seuil de 20 % (7,9 % contre 8,8 % en 2006, leur nombre ayant légèrement reculé de 92 à 87)[a 2].

Voies et transports[modifier | modifier le code]

Routes et pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie est un nœud routier, desservi par la voie rapide route nationale 4 contournant la ville au nord, la route départementale 201 contournant la ville à l'est (axe nord-sud du centre Seine-et-Marne), et plusieurs autres routes départementale secondaires. La RN 4 fut déviée en 1955 pour la première voie et 1993 pour la seconde voie[30]. Rozay-en-Brie ne possède pas de piste cyclable.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare.
Historique[modifier | modifier le code]

La ville était reliée à Paris dès le XVIIIe siècle par une grande route rectiligne passant notamment par Tournan et Fontenay. Cette route se terminait à Rozoy et ne sera poursuivie qu'au XIXe siècle à la sortie de la ville. Le Chemin de Rozoy à Sésane ou Grande route de Sésane passait par Voinsles venant de Rozoy et allant vers Vaudoy-en-Brie. Rozay-en-Brie était située sur la ligne Jouy-le-Châtel - Marles-en-Brie (24 km) du Réseau de Seine-et-Marne, ouverte en 1902. Il s'agissait d'un ancien réseau de chemins de fer à voie métrique, concédé à la Société générale des chemins de fer économiques (SE) connue sous la dénomination des "Tramways de Seine-et-Marne". Le service des voyageurs sera supprimé en 1934 avec transfert sur route, par autocar sur certaines sections. Les marchandises subsisteront jusqu'en 1938[31].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La commune de Rozay-en-Brie se situe dans la zone 5 du réseau de transports d'Île-de-France. Elle est desservie par les lignes 24 et 34 du réseau de bus Darche-Gros, les lignes 10 et 21 du réseau de bus Sol'R, ainsi que le Proxibus Val Bréon. Elle est située à proximité des gares de Marles-en-Brie, Verneuil-l'Étang et Mormant pour la ligne P du Transilien et de Tournan pour le RER E.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées Rosetum en 1017[32],[33], Roseyum en 1153[34], Rozetum in Bria en 1264[35], Rosai vers 1222 (Livre des vassaux) et Rosoi vers 1240[36].

D'un gallo-roman RAUSETU « lieu planté de roseaux », qui a donné l'ancien français rosei, rosoi. Il est basé sur le gallo-roman RAUS d'origine germanique[33] et qui a donné l'ancien français ros « roseau »[36] (d'où le diminutif rosel qui explique la forme roseau), dérivé avec le suffixe latin collectif -etum[33] (comprendre gallo-roman -ETU, suffixe servant à désigner un ensemble d'arbres ou d'arbustes appartenant à la même espèce, mais jamais utilisé avec un nom de fleur). Ce suffixe se perpétue sous une forme féminine -aie (< gallo-roman -ETA) d'où roseraie, basé sur le nom du rosier, d'étymologie différente (latin rosa « rosier, rose » + suffixe -ier).

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Rozoy-l'Unité[37].

Autrefois orthographiée Rosoy comme l'atteste le Dictionnaire des communes de France et des principaux hameaux en dépendant (1818) qui la situe à cinq lieues de poste de Coulommiers (soit 21,44 km), elle ne porte le nom de Rozay-en-Brie que depuis 1934 lorsque le maire Gilbert Eugène, après délibération du conseil municipal, décida que l'orthographe Rozay-en-Brie doit être définitivement substituée à celle de Rozoy-en-Brie, rosoi étant une forme dialectale plutôt caractéristique de l'oïl septentrional (picard, etc.).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site de Rozay-en-Brie est probablement occupé depuis la Préhistoire.

Au Néolithique : la forêt (Brigia Sylva) recouvre alors 80 % de la Brie. La chasse et la cueillette sont pratiquées.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Entre -2500 et -1000, la déforestation est progressive, la population augmente et travaille le cuivre, le bronze, puis le fer ; les terres sont mises en culture.

Durant la période gauloise, le territoire se situe à la limite des peuples celtes des Meldes (Meldi) au nord et des Sénons (Senones) au sud. C'est un lieu de passage entre l'oppidum sénon de Metlosédum (Melun) et la capitale melde Iantinum (Meaux). Non loin se trouvait la possible agglomération antique de Lumigny bâtie sur une butte de sable proéminente.

Durant la période gallo-romaine, les cités de Meaux (Meldès) et Melun (Melodunum) se développent, bien situées sur les berges de la Seine et de la Marne. Un diverticule de la future via Agrippa permettait de relier les deux cités par les environs de Rozay-en-Brie[38]. La via Agrippa passait à Châteaubleau (Riobé) et à Chailly-en-Brie en remontant vers Meaux. Les voies antiques ont perduré les siècles suivants sous le nom de Chemin Paré.

Au Ve siècle, la civilisation gallo-romaine décline, la Gaule passe ensuite sous la domination des Francs.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Jusqu'au Xe siècle, Rozay-en-Brie (Rosoy) est une ville souterraine composée de caves et de souterrains dont certains, selon la légende, iraient jusqu'à Provins[39]. Dès 1017, l'église de Rozay est confiée aux chanoines de Paris par l'évêque de Meaux. L'édifice actuel est construit à partir du XIIe siècle. Ce sont les chanoines du chapitre cathédral de Paris qui assument la seigneurie de Rozay/Rosoy jusqu'à la Révolution.

La région correspond à la zone frontière de 5 à 15 kilomètres de large, située entre le comté de Champagne, le domaine royal de l'Île-de-France et le chapitre de Paris. Elle est mise en valeur aux XIIe siècle et XIIIe siècle, à l'image de Villeneuve-le-Comte, à l'époque des défrichements de la forêt briarde et du développement des foires. La charte de défrichement de « Rozetum in Bria » date de 1225.

Possédant une compagnie d'arquebusiers, Rozay devient au Moyen Âge un centre commercial florissant avec des marchés et des foires. Certaines rues portent les noms de cette époque : rue aux Fromages, rue des Porcelets, rue de la Haranderie, place du Marché-au-Blé. Le bourg de Rozay est alors entouré de fortifications (remparts avec tourelles et portes). Rozay se situait sur la route de pèlerinage menant à Rome. Le grand chemin de Fontenay à Rozay était appelé chemin de Rome. Cette route venant de Paris, qui se poursuit vers Troyes par Provins, est vraisemblablement utilisée par les marchands qui se rendent aux célèbres foires de Champagne et par les pèlerins.

En 1314, lorsque Louis le Hutin succède à son père Philippe le Bel, la ville est définitivement rattachée au royaume de France. Elle se situera jusqu’à la Révolution à la limite des provinces d’Île-de-France et de Champagne. En 1358, la Brie est soulevée par la Grande Jacquerie lors de la Guerre de Cent Ans.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le couvent des dominicaines est fondé en 1648. Ses lettres de patente, datées de janvier 1656, sont confirmées en février 1673 puis jusqu'en janvier 1792, année où le conseil municipal demande la translation des religieuses pour loger la brigade de gendarmerie dans leurs locaux.

Les douves des fortifications sont comblées au début du XVIIIe siècle. Des routes rectilignes sont tracées, notamment vers Fontenay-en-Brie et Paris.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La Révolution française en 1789 met fin à l'Ancien Régime. Le département de Seine-et-Marne est créé le en application de la loi du , à partir d'une partie des provinces d'Île-de-France et de Champagne. Rozay n'eut que 231 suffrages et Melun qui en avait recueilli 239 devint la préfecture. Rozay devint chef-lieu de district. En 1795, le district disparut et Rozay devint chef-lieu de canton.

En 1792, la Terreur sévit dans la Brie. En 1814, sont remportées les victoires de Mormant () et de Montereau () sur les troupes coalisées. En 1815-1818, la Brie se trouve dans la zone d’occupation russe.

En 1870-1871 se déroule la guerre franco-allemande. Du au , la Brie est occupée par les Prussiens. En septembre 1871, les troupes d'occupation allemandes quittent la Brie.

Le bourg fut desservi, de 1902 à 1938, par la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique du réseau de Seine-et-Marne des Économiques, de Jouy-Le-Châtel à Marles-en-Brie.

Lors de la Première Guerre mondiale, du au , la première bataille de la Marne aux portes de Meaux et de Coulommiers se soldera par une victoire des alliés français et anglais. Lors de la Seconde Guerre mondiale, en juin 1940 à la défaite de la France, l’exode remplit les routes. Le , en pleine débâcle de l'armée française, la Wehrmacht fait son entrée à Rozay-en-Brie. La ville sera libérée le à la suite de l'offensive du général Patton.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Fontenay-Trésigny est devenu le chef-lieu du canton de Fontenay-Trésigny[40] qui regroupe 33 communes et 49 804 habitants[41]. Le redécoupage a pris effet en mars 2015, lors du renouvellement général des assemblées départementales.

Le canton de Fontenay-Trésigny se situe dans le département de Seine-et-Marne qui a pour chef-lieu la ville de Melun. Le canton de Fontenay-Trésigny est composé de communes appartenant aux arrondissements de Provins (17 communes), Melun (13 communes) et Meaux (3 communes). Rozay-en-Brie appartient à l'arrondissement de Provins, le plus étendu mais le second moins peuplé et le moins dense du département. Cet arrondissement de 9 ancien cantons et 165 communes comptait 161 849 habitants en 2012[42].

Rozay-en-Brie était jusqu'alors le chef-lieu du canton de Rozay-en-Brie, qui comprenait 22 communes et comptait 25 985 habitants en 2012[43]. Fontenay-Trésigny était la commune la plus peuplée du canton, loin devant Rozay-en-Brie qui compte près de la moitié de sa population. Le canton de Rozay-en-Brie faisait partie de l’arrondissement de Provins. De la Révolution à 1926, la commune et le canton de Rozay-en-Brie appartenaient à l'arrondissement de Coulommiers, puis de 1926 à 2005 à l'arrondissement de Melun avant de passer à l'arrondissement de Provins en 2006[44].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Longtemps marquée par les rapports sociaux découlant de la propriété foncière, la Seine-et-Marne est, de manière générale, un département de tradition plutôt conservatrice, même si elle a été rapidement, sous la Troisième République, gagnée aux idées républicaines. Cette tradition conservatrice se manifeste notamment dans les arrondissements ruraux de Seine-et-Marne, où sont régulièrement élus des candidats issus des partis de droite.

Lors des élections départementales de 2015, Jean-Jacques Barbaux (maire de Neufmoutiers-en-Brie et conseiller général sortant du canton de Rozay-en-Brie) et Daisy Luczak (maire de Courquetaine), binôme UMP, ont été élus conseillers départementaux au second tour pour le canton de Fontenay-Trésigny[45]. Jean-Jacques Barbaux a été ensuite élu président du conseil départemental de Seine-et-Marne[46].

Rozay-en-Brie fait partie de la communauté de communes les Sources de l'Yerres qui regroupe neuf communes adhérentes au 1er janvier 2014.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

Depuis 1959, cinq maires se sont succédé à Rozay-en-Brie :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Raymond Bizière   Chef d'entreprise
Jacques Picard RPR Médecin
Conseiller général de Rozay-en-Brie (1979 → 1986)
Michel Bonnard   Plombier
Francis Lemaire DVD Chauffagiste
En cours Patrick Percik[47] UMP-LR Artisan maçon

L'hôtel de ville fut construit en 1840 sur l’emplacement de l’ancienne halle, démolie le 17 mai 1840[48].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie relève du tribunal d'instance de Meaux, du tribunal de grande instance de Meaux, de la cour d'assises de Melun, de la cour d'appel de Paris, du tribunal pour enfants de Meaux, du conseil de prud'hommes de Meaux, du tribunal de commerce de Meaux, du tribunal administratif de Melun et de la cour administrative d'appel de Paris[49].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie fait partie de la communauté de communes du val Briard.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Rozay-en-Brie n'est jumelée avec aucune autre commune.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [50],[51].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Rozay-en-Brie gère le service d’assainissement collectif (collecte, transport et dépollution) en régie directe, c’est-à-dire avec ses propres personnels[52].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[53]. La communauté de communes Val Briard (CCVB) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[52],[54].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la commune qui en a délégué la gestion à l'entreprise Suez, dont le contrat expire le [52],[55].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de Rozay-en-Brie était de 2 770 habitants en 2011[56]. La densité de population de Rozay-en-Brie est de 873,82 habitants par km². Le nombre de logements a été estimé à 1 169 en 2010 ; ces logements de Rozay-en-Brie se composent de 1 075 résidences principales, 20 résidences secondaires ou occasionnels ainsi que 97 logements vacants[57].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[58]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[59].

En 2018, la commune comptait 2 807 habitants[Note 5], en diminution de 1,96 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6001 4501 3701 4171 3831 4561 5131 4201 502
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4171 4891 5681 5481 5931 5691 5311 3681 390
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3541 4061 2461 0791 1081 1201 1271 2141 338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 4831 5211 7681 9142 3802 6132 7032 7122 721
2013 2018 - - - - - - -
2 8632 807-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[60].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie est située dans l'académie de Créteil.

La ville dispose de quatre établissements scolaires allant de la maternelle au lycée :
- une école maternelle,
- une école élémentaire,
- le collège des Remparts qui accueille 720 élèves,
- le lycée La Tour-des-Dames qui accueille 940[61] élèves.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de l’Épouvantail à Rozay-en-Brie. Le troisième dimanche du mois d'octobre[62].

Santé[modifier | modifier le code]

La ville compte une maison de retraite EHPAD ainsi qu'un institut médico-éducatif.

Les hôpitaux les plus proches sont le centre hospitalier de Coulommiers et la clinique privée de Tournan-en-Brie.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Police - gendarmerie[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie dispose d'une brigade territoriale autonome de la gendarmerie nationale située à l'extrémité du chemin des Étangs.

Sapeurs-pompiers[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie dispose d'un centre d'intervention et de secours situé sur le contournement est de la ville.

Sports[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie compte une douzaine d'associations sportives couvrant une grande variété de sports. La ville gère une école multisports[63].

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un espace municipal avec terrain de football, de tennis et de basket-ball.

Médias[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une bibliothèque également école de musique.

Le quotidien régional Le Parisien, dans son édition locale Seine-et-Marne, ainsi que le bi-hebdomadaire Le Pays Briard relatent les informations locales.

La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre et d'IDF1.

L’information institutionnelle est assurée par plusieurs publications périodiques : le Journal de la Communauté de Communes des Sources de l'Yerres[64] ; Seine-et-Marne Magazine, mensuel diffusé par le conseil général de Seine-et-Marne[65] et le Journal du Conseil régional, bimensuel diffusé par le conseil régional d'Île-de-France[66].

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune de Rozay-en-Brie fait partie de la paroisse catholique « Pôle missionnaire de Mormant » au sein du diocèse de Meaux. Elle dispose de l'église Notre-Dame-de-la-Nativité[67].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 1 132 (dont 62 % imposés), représentant 2 824 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 23 350 euros[68].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 1 105, occupant 1 259 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 70,2 % contre un taux de chômage de 7 %.

Les 22,8 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 9,6 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 6,7 % de retraités ou préretraités et 6,5 % pour les autres inactifs[69].

La commune de Rozay-en-Brie fait partie de la zone d’emploi de Melun[70].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre d'établissements actifs était de 100 dont 2 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 7 dans l’industrie, 12 dans la construction, 62 dans le commerce-transports-services divers et 17 étaient relatifs au secteur administratif[71].

Ces établissements ont pourvu 1 029 postes salariés.

En 2019, 22 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 16 individuelles.

Au 1er janvier 2020, la commune ne possédait aucun hôtel mais 2 terrains de camping disposant de 101 emplacements[72].

Zones d'activité[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie compte une zone industrielle située au nord, limitée par la route nationale 4 contournant la ville.

Une petite zone commerciale se trouve à la sortie de la ville en direction de Pécy, avec un Carrefour Market (anciennement Simply Market), un Mr Bricolage et plusieurs commerces.

Commerces[modifier | modifier le code]

La vie commerçante de Rozay-en-Brie se concentre principalement le long de la rue du Général-Leclerc, à la fois axe historique majeur et vitrine de la ville.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Rozay-en-Brie est dans la petite région agricole dénommée la « Brie centrale », une partie de la Brie autour de Mormant[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 6] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[73].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[74]. Cette tendance n'est pas confirmée au niveau de la commune qui voit le nombre d'exploitations rester constant entre 1988 et 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 68 ha en 1988 à 163 ha en 2010[73]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Rozay-en-Brie, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Rozay-en-Brie entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[73],[Note 7]
Nombre d’exploitations (u) 5 2 5
Travail (UTA) 6 3 7
Surface agricole utilisée (ha) 340 310 816
Cultures[75]
Terres labourables (ha) 334 s 816
Céréales (ha) 249 s s
dont blé tendre (ha) 164 s 378
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 62 s 55
Tournesol (ha) 25
Colza et navette (ha) 0 s 69
Élevage[73]
Cheptel (UGBTA[Note 8]) 12 0 0

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.
Tour d'angle des remparts.
Porte de Gironde.

Lieux et monuments remarquables[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-la-Nativité[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de la Nativité est un édifice imposant. Elle a été classée monument historique en 1862[76]. Sa construction a commencé à partir du XIIe siècle. Le clocher, de style roman, date de cette époque. Elle a été transformée au siècle suivant : adjonction de la nef, du bas-côté nord et remaniée et restaurée jusqu'au XIXe siècle. Le portail ouest, mariage entre style gothique flamboyant et style Renaissance, a été restauré à partir de 1998. Sur un contrefort côté rue du Général-Leclerc on peut voir une pierre gravée avec une marque de compagnonnage datée de 1517, date de l'achèvement de la partie sud de l'édifice. À l'intérieur, peuvent être perçus une "Vierge à l'Enfant" en marbre blanc sculptée par Germain Pilon, une huile sur panneau en bois représentant saint Jérôme écrivant ses mémoires, "la délivrance de saint Pierre" huile sur toile du XVIIe siècle (M.H. 1984).

Orgue[modifier | modifier le code]

Construits par Louis-Alexandre Clicquot au XVIIIe siècle, reconstruit entre 1930 et 1933 par Gabriel d'Alençon; le grand orgue et le positif, constitués de 2 000 tuyaux ont été remis en état de 1989 à 1996. Le positif, datant de 1723, est attribué au facteur d'orgue Deslandes et, à la mort de celui-ci, la partie instrumentale aurait été confiée à Nicolas Collard ou à L. A. Clicquot. Le buffet d'orgue, daté de 1737, aurait ainsi pu être conçu par ces derniers[77].

Maisons à colombages et à encorbellements[modifier | modifier le code]

Il subsiste cinq maisons à colombages à Rozay-en-Brie.

Fortifications[modifier | modifier le code]

Rozay était entouré de remparts dont il reste d'importants vestiges. Sur les treize tourelles d'origine, il en reste huit. Trois portes donnaient accès à l'intérieur de la cité. Les portes de Rome et de Gironde qui subsistent ont été classés monuments historiques en 1935[78]. Les anciens fossés sont comblés et, plantés d'arbres et de pelouse, offrent des lieux de promenade.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Rozay-en-Brie Blason
D'argent à trois roses de gueules sur fond sablé bleu azur
Ornements extérieurs
Les roses sont surmontées d'une couronne de comte. Une banderole portant les mots Rosa Inter Flores domine le tout. L'écu est accolé de deux branches de laurier croisées au-dessous.
Devise
Rosa Inter Flores
Détails
Les roses et la couronne de comte remontent au comté de Champagne.
Blason mentionné en 1782 au fronton de l'ancienne porte de Rome. Blason officiel de la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rozay en Brie (guide touristique pouvant être obtenu au Syndicat d'Initiative Centre Brie, 23 rue du Général-Leclerc).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  6. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  7. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  8. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Sites Natura2000 de Rozay-en-Brie » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Rozay-en-Brie - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne. », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 27 janvier 2021)

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Yerres (F4--0210) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de l'Yerres (F4721001) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Vulaine (F4722000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Fontaines Blanches (F4723000) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de Quétotrain (F4722100) »
  7. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 18 octobre 2019
  8. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021)
  9. « SAGE Yerres - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  10. site officiel du Syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE)
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2021)
  12. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  14. « Orthodromie entre Rozay-en-Brie et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 18 janvier 2021).
  15. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021)
  16. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021)
  17. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 15 janvier 2021)
  18. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Rozay-en-Brie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  19. « L’Yerres de sa source à Chaumes-en Brie - ZSC - FR1100812 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 9 janvier 2021)
  20. « site Natura 2000 FR1100812 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021)
  21. « Unité urbaine 2020 de Rozay-en-Brie », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 18 janvier 2021)
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  24. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  27. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  28. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  29. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021)
  30. Wiki Sara.
  31. Réseau des SE sur le répertoire des rues ferroviaires.
  32. Du Plessis, II, p. 7.
  33. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 575a
  34. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, p. 1261, n° 23471 (lire en ligne)][1]
  35. Archives nationales, S 371b, n° 31.
  36. a et b Ernest Nègre, op. cit.
  37. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fouille d’une voie antique et d’un habitat sur le site de Villarceaux à TOUQUIN (77) en 2011-2012.
  39. Patrimoine des communes de France.
  40. « Décret no 2014-186 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de Seine-et-Marne », sur http://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 31 décembre 2014).
  41. « Les populations légales 2012 des nouveaux cantons en vigueur à compter du 1er janvier 2015 », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  42. « Populations légales 2012 des arrondissements du département », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  43. « Populations légales 2012 des cantons du département », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  44. « Arrêté no 05 – 2408 portant modification des limites d’arrondissement dans le département de Seine et Marne », sur http://www.idf.territorial.gouv.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  45. « Elections départementales 2015 SEINE ET MARNE (77) - canton de Fontenay-Trésigny (08) », sur http://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2015/077/07708.html, (consulté le 4 avril 2015).
  46. « SEINE-ET-MARNE • Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil départemental », sur http://www.lepaysbriard.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  47. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2016).
  48. Commune de Rozay-en-Brie sur le site de la Société d’Histoire, d’Art, de Généalogie et d’Echange.
  49. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur Le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 21 avril 2014).
  50. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021)
  51. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021)
  52. a b et c « Commune de Rozay-en-Brie - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  53. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020)
  54. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  55. « Rozay-en-Brie - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  56. Populations légales base 2011 sur le site de l'Insee.
  57. Chiffres clés logement de la commune de Rozay-en-Brie sur le site de l'Insee.
  58. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  59. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  60. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  61. « Lycée polyvalent La Tour des Dames », sur college-lycee.com (consulté le 20 novembre 2019)
  62. « Fête de l'Epouvantail - ROZAY-EN-BRIE », sur http://www.fetes-et-foires.com (consulté le 5 juin 2012)
  63. La vie associative sur le site de la mairie de Rozay-en-Brie.
  64. Le Journal de la Communauté de Communes des Sources de l'Yerres sur le site de la Communauté de Communes des Sources de l'Yerres.
  65. Le Magazine de Seine-et-Marne « Copie archivée » (version du 25 juin 2014 sur l'Internet Archive) sur le site du conseil général de Seine-et-Marne.
  66. Le Journal du Conseil régional sur le site du conseil régional de l’Île-de-France.
  67. « Annuaires des lieux de cultes », sur le site EgliseInfo de la conférence des évêques de France (consulté le 4 janvier 2014).
  68. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages en 2017», consulté le 2 janvier 2021
  69. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consulté le 1er janvier 2021
  70. « Zone d'emploi 2010 de Melun », sur le site de l'Insee (consulté le 17 septembre 2014).
  71. Statistiques officielles de l'Insee, section «Caractéristiques des établissements fin 2017», consulté le 1er janvier 2021
  72. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2020», consulté le 1er janvier 2021
  73. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Rozay-en-Brie. », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 27 janvier 2021)
  74. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 27 janvier 2021)
  75. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Rozay-en-Brie. », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 27 janvier 2021)
  76. Notice no PA00087258, base Mérimée, ministère français de la Culture
  77. [2] Orgue de Rozay-en-Brie sur le site Topic Topos.
  78. Notice no PA00087260, base Mérimée, ministère français de la Culture et Notice no PA00087259, base Mérimée, ministère français de la Culture
  79. Le Pays Briard, vendredi 3 mars 1978.