Déforestation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Déforestation par brûlage, pour mise en culture, Sud du Mexique.
Image satellite montrant l'état relativement déboisé du plateau du Korat et de la plaine centrale de Thaïlande par rapport aux territoires voisins.
Culture de caféiers, au détriment de la jungle australienne du Queensland, ici à Kuranda, vers 1900.
Quand il n'y a ni route, ni fleuve à proximité, ou pour échapper à la surveillance des satellites, le bois peut être découpé sur place, à la tronçonneuse, puis utilisé sur place ou transporté sous forme de planches, à dos d'homme.

La déforestation est le phénomène de régression durable des surfaces couvertes de forêts, qu'il soit d'origine anthropique ou naturelle. Si une forêt repousse après une coupe, une attaque d'insectes xylophage ou un feu, on ne parle pas de déforestation. Le phénomène de déforestation est souvent évoqué en lien avec celui de dégradation (fonctionnelle ou biologique) de la forêt. La perte de couvert forestier fait référence à la perte de surface forestière brute, elle est souvent observée par satellite.

Elle résulte des actions de déboisement puis de défrichement, liées à l'extension des terres agricoles, à l'exploitation des ressources minières du sous-sol, à des travaux d'infrastructures tels que barrage hydroélectrique ou route, à l'urbanisation, voire à l'exploitation excessive ou anarchique de certaines essences forestières. Les entreprises forestières légales ne semblent pas être les premiers responsables de la déforestation.

La déforestation n'est pas un phénomène récent puisque déjà signalé par certains chroniqueurs dès le Néolithique. Mais elle a pris des proportions et une rapidité jamais atteintes.

  • En termes de volume de bois, dans le monde de 2000 à 2010, plus de 100 millions de mètres cubes de bois auraient été illégalement coupés par an[1], soit de quoi faire dix fois le tour de la planète en couchant bout à bout les troncs coupés[1].
  • En termes financiers, les pays en développement ont été privés d'un revenu annuel d'environ 10 milliards de dollars (USD)[1].
  • En termes de surface, la déforestation actuelle concerne essentiellement les forêts tropicales, et rien que pour les coupes illégales, ce sont vers 2010 environ 5 millions d'ha de forêt qui sont coupés par an[1].
  • En termes de réchauffement climatique, en 2005, l'ONU et la FAO ont qualifié d’« alarmante »[2] la déforestation qui est aussi responsable de 4,3 à 5,5 Gigatonnes d’équivalent CO2 d'émissions de gaz à effet de serre. Soit de 9 à 11 % des émissions d'origine anthropique[3].

La moitié des forêts de la planète a ainsi été détruite au cours du XXe siècle[4]. L'une des 4 priorités proposée au Sommet de la terre lors de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (Rio de Janeiro, 3-14 juin 1992) était une « convention mondiale sur la forêt », mais « en raison notamment de l'opposition de plusieurs pays concernés »[5], les États l'ont transformé en une simple « Déclaration de principes sur les forêts (en) » (de moindre valeur juridique) annexée au Rapport de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement qui contient un Chapitre 11 ; Lutte contre le déboisement[6].

Chiffres notables[modifier | modifier le code]

Selon la FAO[7], 16 millions d’hectares de forêts disparaissaient annuellement sur Terre dans les années 1990, ce chiffre est passé au début du XXIe siècle à environ 13 millions d’hectares de forêts, les terrains étant convertis à d’autres utilisations, surtout agricoles, ou sous l’effet de phénomènes naturels. C'est l'équivalent de la surface de l'Angleterre, soit 40 terrains de football par minute[8]. C'est l'équivalent en surface de 86 % de la forêt française[9] qui disparaît ainsi chaque année.

En 2018, près de 12 millions d’hectares de forêts tropicales ont disparu, selon le dernier rapport du World Ressources Institute (WRI), dont 3,6 millions d'hectares de forêts primaires[10].

Recul des forêts primaires : sur la base des chiffres officiels envoyés par chaque état, le rapport FRA 2005[11] de la FAO conclut qu'à la suite de la déforestation ou de coupes sélectives, les plantations artificielles d'arbres ont encore augmenté, couvrant en 2005 près de 5 %[12] des superficies boisées du monde ; les forêts primaires ou faiblement anthropisées[13] ne constituent plus en 2005 que 36 % de la superficie forestière mondiale, continuant à disparaître ou être modifié à raison de 7,3 millions d’hectares par an.

Devenir des terrains : une partie des coupes sera suivie d'une régénération forestière, souvent lente ou médiocre, une autre partie sera plantée d'arbres de rentes (eucalyptus, palmier à huile, hévéa, cacaoyer, théier, caféier..) mais en Amazonie, la plus grande partie est transformée en culture de soja et ailleurs en champs (environ 75 % des pertes forestières sont dues à l'expansion agricole). En zone tropicale, ces champs se dégradent rapidement, pour évoluer vers une savane ou la désertification.

Perte de biodiversité : Olfield suggérait en 1998 que près de 10 % des espèces d'arbres connues, soit environ 7 000 espèces, sont menacées d'extinction à court ou moyen terme (essentiellement en zone tropicale), et pour chaque espèce, c'est une richesse génétique plus grande encore qui est perdue[14].

Une enquête de la FAO portant sur les ressources forestières mondiales montre que, même si la déforestation reste préoccupante, son rythme a ralenti au début du XXIe siècle : la déforestation a concerné, en valeur nette (prenant en compte les reboisements et l'expansion naturelle des forêts) 5,2 millions d'hectares de surfaces boisées entre 2000 et 2010 contre 8,3 millions entre 1990 et 2000[15]. Sur cette période 2000-2010, les régions les plus touchées sont l’Amérique du sud qui a perdu environ 4,2 millions d’hectares par an et l’Afrique avec 3,4 millions d’hectares de perdus[15], où les causes sous-jacentes de la conversion des forêts pour des utilisations agricoles comprennent la croissance démographique, le développement de l'agriculture (agriculture commerciale en Amérique du sud, agriculture vivrière en Afrique), la sécurité de jouissance des droits fonciers et la gouvernance du changement d'utilisation des terres[16]. L’Amérique du Nord et centrale affiche une légère perte nette[15]. L’Europe a gagné 0,66 millions d’hectares de forêt par an et l’Asie 2,2 millions d’hectares de forêt par an, grâce surtout au boisement à grande échelle mis en place en Chine[15]. Les 0,77 millions d’hectares de pertes de forêt en Océanie sont principalement dues à la sécheresse et aux incendies de forêts en Australie[15]. Selon le « Global Forest Watch », la déforestation a augmenté de 51 % entre 2015 et 2016 pour passer à 29,7 millions d'hectares par an, soit l'équivalent de la surface de la Nouvelle-Zélande. Cette augmentation est essentiellement due aux feux de forêts, à l'agriculture et à l'extraction minière[17].


Terminologie[modifier | modifier le code]

Définition de la forêt[modifier | modifier le code]

La définition exacte de la forêt varie selon les sources. Il s'agit d'une surface avec un minimum de couvert végétal atteignant la strate arborée.

Pour le FAO la superficie minimale d'une forêt est 1/2 ha, dont 10 % minimum de la surface est couvert d'arbre. Les arbres sont définis comme des éléments de végétation boisée hauts de plus de 5 mètres à maturité. Certains états et de nombreuses association et ONG ont des définitions plus strictes. Le programme REDD donne le choix aux états de définir la forêt comme des surfaces ayant un couvert arboré minimal entre 10 % et 30 %.

Selon la définition choisie la superficie de couvert forestier existant dans le monde actuellement varie fortement[18]

Distinction entre forêt et plantation d'arbres[modifier | modifier le code]

Il y a lieu de distinguer déforestation brute de déforestation nette. La déforestation brute correspond à la destruction de forêts anciennes. La déforestation nette tient compte du reboisement, entre autres de la replantation d'arbre de rente comme le palmier à huile, l'acacia ou l'Eucalyptus. Une forêt nouvelle ne remplit pas les mêmes fonctions qu’une forêt ancienne. Il y a perte de service pendant sa période de croissance. Elle n’a pas la richesse écologique d’une forêt qui a mis des siècles à développer son écosystème. Ses capacités en biodiversité et en stockage de carbone ne sont pas les mêmes. Gaël Giraud, économiste en chef à l’Agence française de développement déplore que la Conférence de Paris de 2015 sur le climat, (Cop 21), n’ait pas clairement distingué la déforestation brute de la nette[19].

Forêt primaire ou secondaire, ancienne ou récente[modifier | modifier le code]

Greenpeace fait régulièrement la différence entre forêt primaire, qui n'aurait pas été modifiée par l'homme[20], et forêt secondaire. Aujourd'hui les dernières études tendent à montrer que toutes les forêts ont subie l'intervention de l'Homme à un moment ou un autre de leur histoire[21]. L'influence de l'Homme peut cependant s'être exercée à une époque lointaine et n'avoir été que limitée.

Dégradation des forêts[modifier | modifier le code]

Même si la forêt ne disparaît pas, d'après les critères développés plus haut, sa qualité peut diminuer en conséquence de son exploitation. Elle peut abriter moins de biodiversité et voir sa capacité à réguler le cycle de l'eau ou le climat restreinte. Ainsi même l'exploitation sélective des essences forestière a un impact sur l'écosystème forestier, via la fragmentation du milieu notamment.

Historique[modifier | modifier le code]

En Europe, le déboisement a été important autour des grandes villes médiévales et de la Renaissance

La déforestation est ancienne. Elle a commencé selon Williams[22] dès la fin de la Préhistoire, avec une nette corrélation spatio-temporelle entre le recul des forêts et la densité de la population humaine en zone tempérée, même si des populations assez denses ont aussi pu localement vivre dans la forêt sans la détruire, en zone tropicale (ex : Amérindiens, populations d'Afrique noire et de l'actuelle Indonésie).

On pensait jusqu'à maintenant que l'Amérique du Nord avait échappé à ce phénomène. On croyait que les grandes prairies de l'ouest canadien étaient d'origines naturelles. On sait maintenant que les premières nations utilisaient le feu pour entretenir régulièrement ces vastes pâturages et empêcher la forêt de s'y installer.

Un cas historique hypothétique et médiatisé est celui du syndrome de l'île de Pâques où la surexploitation de la ressource en bois par les Pascuans aurait provoqué la chute de leur culture et de leur population. Aujourd'hui cette thèse est remise en cause. Un modèle mathématique[23] a établi que leur population n'aurait pas dû dépasser 2 000 habitants pour qu'ils puissent durablement survivre sur l'île sans épuiser la ressource forestière qui leur était indispensable, le cocotier.

Un cas emblématique de l'irréversibilité de la déforestation est celui du cèdre du Liban, utilisé de façon intensive pour la construction navale et funéraire par les Égyptiens puis les Perses, les Turcs et les Romains : dès le Ier siècle les Romains avaient pris conscience de la raréfaction des cèdres et avaient mis en place un système de protection[24]. Il n'en subsiste aujourd'hui que des îlots discontinus.

Europe[modifier | modifier le code]

Accumulation de bois en amont du Pont Charles de Prague, en 1872. Les fleuves ont été les principaux axes de transport du bois (en radeau), contribuant pour une part à la déforestation de zones situées très en amont au profit des villes, des forges et des fonderies.

La déforestation a accompagné l'homme presque partout où il s'est sédentarisé, l'agriculture restant encore aujourd'hui la principale cause de déforestation suivie de près par le besoin en bois de chauffage. Elle est ancienne. Les feux de défrichement y ont beaucoup contribué. Les haches de silex reconstituées par les préhistoriens se montrent très efficaces, mais c'est surtout le travail des bûcherons et scieurs du Moyen Âge, ainsi que les techniques de transport par flottage du bois qui ont fait reculer la forêt médiévale pour alimenter les forges, les cheminées, les fours, les charbonniers et la construction.

Dans la mythologie grecque, pour mener vengeance en Grèce après la mort de Laomédon, le roi de Troie, ce qui conduit à la guerre de Troie, son petit-fils Pâris fait construire une flotte avec l'aide de Phéréclos. Le bois nécessaire déboise tant les forêts du Mont Ida voisin que la tradition nous rapporte que l'un des sommets est réputé désormais « chauve »[25],[26],[27].

La déforestation menée en France durant le Moyen Âge afin d'étendre les terres agricoles, réduit la forêt à 15 % de sa surface à la fin du XIXe siècle. En 1850, le défrichement gagne les pentes, jusqu'aux sommets de moyenne montagne. Rapidement les forêts de plaine des zones tempérées d'Asie et d'Europe se dégradent en de pauvres taillis et séparées par de nombreux kilomètres. La déforestation européenne s'est arrêtée lorsque des recherches ont permis de rentabiliser l'extraction du charbon et d'utiliser les énergies fossiles, ce qui favorisa la Révolution industrielle et permit des gains de productivité agricole : la fin du XIXe siècle marque alors un tournant, la forêt progressant de nouveau en surface et en volume de bois sur pied[28].

Les forêts européennes ont été abattues depuis le Néolithique. La Gaule du temps de Vercingétorix avait un taux de boisement inférieur à celui de la France actuelle[réf. souhaitée]. Actuellement, 23 % sont enforestés. Le taux de boisement augmente depuis plus d'un siècle, surtout en moyenne montagne et montagne, mais avec des forêts souvent moins naturelles et écologiquement fragmentées[29]. En France, Colbert (1619-1683) a donné un coup d'arrêt à la déforestation et ordonné la plantation de forêts pour la construction navale, mais les besoins en bois ont causé une exploitation soutenue de la forêt qui au début du XIXe siècle, en tant qu'écosystème, était presque totalement détruite. Il a fallu de sévères mesures réglementaires (code forestier de 1827, et les grands reboisements du second Empire 1825-1880, et une loi sur la restauration des terrains de montagne (1860) pour changer ce que (Chateaubriand) qualifiait d'un « semblant de désert ».

On comprend intuitivement que de nombreux animaux dépendant directement ou indirectement des forêts disparaissent avec elles. Ainsi, J. Perrève, ancien procureur du roi et juge qui s'est intéressé au droit de la chasse écrivait en 1845 « Des milliers d'êtres ont disparu depuis que notre sol forestier a si notablement perdu de son ancienne étendue, et la dépopulation progressive du gibier, douloureusement signalée de nos jours, est un des graves inconvénients attachés à l'ardeur immodérée des défrichements. Les cinq sixièmes au moins de ces anciens bois, que nous tenions d'une nature bienfaisante, et qui préparaient d'éternels ombrages à une longue suite de générations, n'existent plus ; il ne nous reste que quelques masses isolées, impuissantes à calmer les feux de la terre embrasée (...) Moins abondant, faute de nourriture et d'asile, le gibier diminue encore progressivement, et sa disparition notable est le résultat non contesté de cet état des choses. Le déboisement des forêts, des plateaux et surtout des revers des montagnes a rendu pauvre et languissante l'épaisse végétation d'autrefois »[30].

Afrique[modifier | modifier le code]

Concernant la France et sa contribution à la déforestation en Afrique, comme le rappelle Gaston Cadoux en 1930 : « La mise en valeur »[31] de ses « richesses forestières coloniales est récente. C'est seulement de 1909 que date l'importation en France, dans un ordre de grandeur appréciable, de nos bois coloniaux. La guerre interrompit brutalement leur progression ; mais, au cours des hostilités, on se rendit compte de l'importance qu'aurait, d'abord pour la reconstitution des régions dévastées, puis pour notre redressement économique, une exploitation plus méthodique des immenses ressources forestières de notre domaine colonial »[31]. C'est en pleine guerre mondiale, en 1917 que le Gouvernement français charge « de se rendre en mission dans nos colonies de l'Ouest africain un conservateur des Eaux et Forêts, M.A. Bertin, en qualité de conseiller technique des colonies. Il devait préparer les cadres d'une classification des essences africaines considérées comme susceptibles d'une exploitation importante et régulière »[31].

Amériques[modifier | modifier le code]

Vers 1570, au Brésil, avec des haches importées, les Amérindiens coupent leurs forêts pour les Européens « Come ce peuple couppe et porte le brèsil es navires » ; in Cosmographie universelle illustrée de diverses choses remarquables Vol. 2, André Thevet (franciscain), 1575

Avant l'arrivée des Européens aux États-Unis, près de la moitié de la surface des États-Unis était couverte par une forêt primaire.

Dès les débuts de la colonisation, certains s’alarmaient des effets d’un déboisement anarchique dont les effets pèseraient sur les générations futures. Dans la colonie fondée par William Penn en 1681 qui deviendra la Pennsylvanie, l’un des tout premiers États des États-Unis, il était prévu « de laisser un hectare d’arbres pour cinq hectares défrichés »[32]. Ces sages préceptes n’ont pas été écoutés. Le 3 avril 1789, le Dr Nicholas Collin, recteur des Églises suédoises de Pennsylvanie, intervint devant la Société philosophique de Philadelphie et donna lecture d’un « Essai sur les recherches de Philosophie naturelle qu’il serait de l’intérêt des États-Unis d’entreprendre à présent » d’où il ressort que : « nos majestueuses forêts sont un trésor national qui mérite toute la sollicitude du philosophe et de l’homme politique patriote. Jusqu’ici, elles ont été abandonnées à la hache de bûcherons brutaux et sans prévoyance (…) N’est-il pas déplorable de voir que tant de cultivateurs américains détruisent ce dont leurs descendants regretteront amèrement l’absence ? »[33].

La forêt américaine commença de décroître vers le début du XIXe siècle. Un constat des conséquences d’une surexploitation des forêts sera établi notamment par deux Français :

  • François André Michaux (1770-1855) se plaint dans un ouvrage traitant des arbres forestiers de l’Amérique du Nord[34] que, ni le gouvernement fédéral, ni ceux de chaque État, n’aient conservé des zones boisées. Il en est résulté des effets désastreux, notamment pour l’alimentation en bois de chauffe des villes et la fourniture de bois de construction (raréfaction de la ressource et augmentation des coûts).
  • Jacques-Gérard Milbert (1776-1840) après avoir parcouru les États-Unis de 1815 à 1822 confirme les réflexions précédentes : « Mais il est un point où dans chaque canton le défrichement doit s’arrêter, si l’on veut, en peu d’années, voir se succéder à un pays verdoyant et fertile, une terre aride et dépouillée[35].

Exceptée dans sa partie ouest, la forêt était presque effacée de la carte et du paysage au début du XXe siècle[36].

Article détaillé : Déforestation aux États-Unis.

Répartition mondiale[modifier | modifier le code]

Évolution des surfaces de forêts entre 1990 et 2005.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les trois grandes zones de déforestation active, par taille décroissante de surfaces concernées sont : l'Amazonie, l'Afrique équatoriale et la zone Malaisie/Indonésie en Asie. Selon la FAO[37], c'est en Amérique du Sud que la perte nette de forêts a été la plus élevée de 2000 à 2005 (environ 4,3 millions d’hectares par an).

Sur les 12 millions d’hectares de forêts tropicales perdues en 2018, 1,3 million d'hectares se situent au Brésil, suivi par la République démocratique du Congo : 480.000 hectares et par l'Indonésie : 340.000 hectares ; au Ghana et en Côte d'Ivoire, où le taux de déboisement a atteint respectivement 60 % et 26 %, l'exploitation minière illégale est en cause, ainsi que l'expansion des exploitations cacaoyères[10].

Les deux premiers pays destructeurs de forêts pour 2000-2005 sont[38] : le Brésil (avec 3,1 millions ha/an détruits (0,6 % de déforestation)) et l'Indonésie, avec 1,8 million ha/an détruit (2 % de déforestation). En 2012, l'Indonésie a abattu près de deux fois plus de forêt vierge que le Brésil, avec 840 000 hectares de forêt abattus[39].

Près des deux tiers des forêts du monde sont concernées par une forte déforestation depuis deux siècles (le siècle étant un « pas de temps » court pour la reconstitution d'un écosystème forestier qui s'effectue sur plusieurs siècles, voire plus de 1000 ans sur les sols les plus difficiles), avec une aggravation du phénomène principalement dans huit pays : Australie, Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Fédération de Russie, Pérou, République démocratique du Congo. Les États-Unis et le Canada ont stabilisé la déforestation, mais la forêt y a souvent été très artificialisée. Ailleurs, comme en Europe et au Japon, la forêt est stable ou gagne de la surface (en Suisse et en France notamment), mais elle perd de sa qualité en termes de biodiversité et surtout d'intégrité écologique, en particulier à cause de la fragmentation écologique par les routes et des plantations d'essences de rentes. Par ailleurs, ces derniers pays contribuent à la déforestation en étant parmi les premiers importateurs de tabac, de bois tropicaux et de soja (cultivé à la place de forêts tropicales détruites).

Évolutions récentes et déclarations contradictoires : à titre d'exemple, mi-2007, le ministère brésilien de l'environnement[40] annonçait un « net recul » de la déforestation amazonienne (d'un tiers au cours des douze mois précédents, pour retrouver un niveau plus bas (équivalent à celui depuis les années 1970), mais six mois plus tard, l’Institut National Brésilien pour la Recherche Spatiale, concluait de l'analyse des images satellitaires que le rythme de la déforestation s’est à nouveau fortement accéléré les six derniers mois de 2007 en Amazonie, avec une perte d'au moins 3 200 km2 d'août à décembre 2007. Les analyses provisoires donnent les pertes ci-dessous :

Même sur de fortes pentes, les cultures de thé et de café ont contribué au recul de la forêt (Malaisie).
Déforestation mesurée par images satellitaires en Amazonie (2007)[41]
août 243 km2
septembre 611 km2
octobre 457 km2
novembre 974 km2
décembre 948 km2

C'est la première fois qu'une déforestation si rapide est mesurée à cette période de l'année. L'explication en serait l'explosion de la demande en agrocarburants[réf. nécessaire]. Selon le gouvernement brésilien, 80 % de la déforestation de l'Amazonie serait imputable à l'élevage de bétail[42]. Quant à la déforestation de l'Indonésie, elle serait plutôt liée à la demande en huile de palme[43].

Le Brésil possède 63 % du bassin amazonien, soit 4,1 millions de km2 ; l'Amazonie brésilienne a déjà perdu 700 000 km2 de forêt, dont 18 % au cours des trente dernières années. Alors que les taux annuels de déforestation en Amazonie avaient diminué depuis plusieurs années, ils ont augmenté de 28 % entre août 2012 et juillet 2013 ; les États où la hausse de la déforestation a été la plus forte, le Mato Grosso et le Pará, sont ceux où l'exploitation forestière illégale est la plus importante : d'après des données satellite, 78 % de la production du Pará, premier producteur et exportateur de bois de l'Amazonie brésilienne, était illégale, et 54 % pour le Mato Grosso, deuxième producteur et exportateur[44].

Causes[modifier | modifier le code]

Les causes principales de la déforestation actuelle sont humaines. Un rapport du député Jacques Le Guen estime que la crise forestière mondiale est avant tout une crise de surconsommation : la mondialisation de l’économie expose les forêts tropicales à la pression du marché international. La conversion actuelle des forêts tropicales pour des cultures d’exportations constitue un accaparement indirect des terres par les pays industrialisés et ceux en transition (Chine, Inde)[45].

Activités humaines[modifier | modifier le code]

Les routes principales, puis secondaires, plus faciles que les fleuves sont les premiers axes de pénétration, de morcellement et de déforestation (ici en Amazonie). Les trouées suivent un « motif » caractéristique en « arêtes de poisson ». En zone tropicale, mêmes de petites coupes ont des effets graves sur la biodiversité[46].

L'homme interfère depuis très longtemps avec la forêt, mais ses impacts deviennent plus importants de par les armes (ex : fusil de chasse) et moyens techniques qu'il a récemment acquis (tronçonneuse, engins forestiers lourds, génie routier, etc.) au détriment de la forêt et de nombreux grands sites patrimoniaux[47].

La principale cause de la déforestation est la conversion des surfaces forestières pour de nouveaux usages, l'exploitation directe du bois viens en seconde position. Certains facteurs secondaires,liés à la dérégulation, peuvent venir aggraver la déforestation.

Cultures et élevage d'exportation[modifier | modifier le code]

Ruth DeFries (en), professeur au Earth Institute (en) de l’Université Columbia, et son équipe ont étudié les facteurs qui peuvent avoir un impact direct sur la déforestation. À partir de caractérisations d’images satellites d’étendues forestières situées en Afrique, en Amérique latine et en Asie, ils ont mis en lumière une corrélation assez évidente entre le phénomène de la déforestation et l’expansion urbaine ainsi que l’exportation agricole dans ces régions. Selon l’analyse faite par DeFries et son équipe du Earth Institute, la croissance de la population en milieu rural n’a, à aucun moment, montré de lien évident avec la déforestation. En fait, l’amélioration continuelle du niveau de vie dans les grandes villes favorise grandement la déforestation, puisque davantage de terres sont consacrées à l’élevage et à la production de nourriture nécessaire pour nourrir les animaux[48].

Dans les années 1990, près de 70 % des zones déboisées ont été converties en terres agricoles[49]. La déforestation en zone tropicale est causée principalement par l'élevage de bétail, la culture du tabac[50], du soja et du palmier à huile[51]. En 1990, 75 % des terres déboisées, en Amazonie, étaient utilisées pour l'élevage[52]. 16 % de la forêt amazonienne a été convertie en surface de culture pour le soja[53]. Des effets pervers et différés existent aussi via par exemple la consommation dans les pays développés (de bétail ou de volaille, nourris par le soja cultivé au Brésil[54]), ou le développement des agrocarburants (Brésil notamment).

Le défrichement de la forêt pour la plantation de palmiers à huile a un impact important à l'échelle mondiale, des recherches publiées en 2016 lui attribue 45 % de la déforestation en Asie du Sud-est, 31 % en Amérique du Sud (les chiffres sont moins importants en Afrique et en Amérique Centrale, 2 et 7 %), ce depuis 1989[55].

Dans l'état brésilien du Mato Grosso l’élevage est aujourd’hui le premier cause de la déforestation, puisque 79,5% des terres déboisées y sont converties en pâtures pour le bétail, le Brésil est le premier exportateur de viande de bœuf au monde [56].

L'urbanisation et l'artificialisation des forêts[modifier | modifier le code]

Un nombre croissant de forêts sont sous influence urbaine. Les dernières zones naturelles boisées sont de plus en plus fragmentées et mitées. Les forêts secondaires exploitées le sont aussi en raison notamment de certaines normes sylvicoles récentes et formes plus intensives d'aménagement forestier (véritables remembrements parcellaires organisés autour d'un réseau dense de voies forestières, éventuellement élargies[57]) qui ajoutent leurs effets à ceux d'autres infrastructures (autoroutes, routes forestières…).

Des creusements de canaux et des centaines de grands barrages hydroélectriques construits depuis quelques décennies, ainsi que de nombreux travaux de drainage ou de pompage d'eau, ont aussi un impact majeur et durable sur la biodiversité forestière et la santé des arbres ; Les lacs de réserves des grands barrages peuvent noyer de vaste espaces de forêt.

Construction de routes[modifier | modifier le code]

Outre la déforestation nécessaire à la construction d'une route, toute l'urbanisation qui en découle aggrave la déforestation. Les populations s'installent ainsi aux abords de la voie de communication et défrichent pour obtenir de l'espace pour leurs habitations et des surfaces planes pour les cultures ou l'élevage. C'est par exemple le cas de la route interocéanique reliant le Brésil à la Bolivie, en passant par le Pérou[58].

Exploitation minière[modifier | modifier le code]

Outre un certain déboisement, l'exploitation minière, dont l'orpaillage, provoque un empoisonnement de la terre et des eaux (ex : arsenic, cyanures, mercure et autres métaux lourds ou radionucléides...), avec des conséquences parfois durables sur la végétation : la mine de Carajás au Brésil a ainsi détruit 150 000 km2 de forêt, et l'orpaillage guyanais et du Surinam empoisonne des milliers de km de cours d'eau forestiers par le mercure, jusqu'au cœur pourtant peu accessible de la jungle. Ces activités modifient souvent le cycle de l'eau via des pompages, drainages ou détournement de grandes quantités d'eau qui peuvent en priver la forêt ;

Marché du bois[modifier | modifier le code]

L'exploitation anarchique et illégale des ressources forestières du Sud est encouragée par les besoins locaux en bois de construction et bois de feu, mais aussi par la consommation de papier, bois et meubles ne garantissant pas une provenance légale ni une bonne gestion forestière au Nord, dont maintenant en Chine [réf. nécessaire]. La part de responsabilité du commerce et de l'exploitation du bois fait débat ; ainsi, la contribution directe du marché international des bois tropicaux ne serait pas dominante en termes d'impact direct en Amazonie, Asie et Afrique. ex. : Le prélèvement de bois d'exportation au Cameroun serait d'environ 1 tige/ha (soit 10 à 15 m3) par 30 ans[59] (en Afrique il faut souvent parcourir l'équivalent de six terrains de football pour trouver un arbre intéressant pour le marché international, qui ne prélève qu'une faible part des essences tropicales[60], mais en contribuant néanmoins à la fragmentation forestière via les pistes nécessaires à l'exploration et au débardage, qui peuvent ensuite être utilisées pour un déboisement illégal, le brûlis, la chasse de viande de brousse, etc.

Bois de feu[modifier | modifier le code]

Dans les pays en voie de développement, les trois quarts du bois servent de combustible[61] utilisé dans des installations peu efficientes ; ceci a causé la déforestation presque totale d'Haïti[61]. En zone sahélienne, la demande en charbon de bois est importante. Au sud de l'Afrique, plus de 140 000 hectares de terrains boisés indigènes disparaissent chaque année pour fournir du bois pour le séchage du tabac ; c'est 12 % de la déforestation annuelle totale de la région[62] ;

Facteurs aggravant[modifier | modifier le code]

Le non-respect des règles environnementales, ou le recul des protections traditionnelles (forêts sacrées...) exacerbent le risque de déforestation ;

Dans certains pays en l'absence de plan de gestion, l'exploitation est anarchique ou de grande portion de forêt peuvent être converties à d'autres usages

Conflits[modifier | modifier le code]

Ils causent et entretiennent certaines déforestations (légales ou illégales). La déforestation est source fréquente de graves violences, voire de meurtres pour les populations autochtones et ceux qui comme Chico Mendes ont voulu organiser la protection de la forêt. Les coupes illégales et le trafic de bois privent de nombreux États et communautés des revenus ou services qu'ils auraient pu en tirer.

Des causes indirectes sont les guerres de pays voisins avec afflux de réfugiés en forêt, des difficultés sociales, pauvreté, l'explosion démographique, l'absence de réglementation au sein des pays concernés (qui découle en partie de l'ignorance et du désintérêt des acteurs et des consommateurs, ou de freins à la mise en place de lois forestières). Souvent un cercle vicieux entretient cette situation ; ainsi selon le réseau FERN, « le bois illégal finance l’achat des armes et alimente les guerres civiles »[63] (ex : au Cambodge, en République Démocratique du Congo (RDC) et au Libéria)[63] ;

Facteurs naturels[modifier | modifier le code]

L'éruption du Mont Saint Helens provoqua la destruction de nombreux arbres.

Actuellement, les facteurs naturels ayant une influence sur le couvert forestier incluent de nombreux facteurs. Les maladies et les champignons sont aidés par la présence de cultures monospécifiques, voire de cultures composées d'arbres clones. En effet lorsqu'un arbre est atteint, tout le peuplement suit car chaque arbre dispose de la même vulnérabilité. La graphiose de l'Orme (Ceratocystis ulmi) est ainsi responsable de la mort de la quasi-totalité des ormes d'Europe durant les années 1980.

Les proliférations d'espèces comme les grands herbivores (favorisés par la disparition de leurs prédateurs) ou les insectes phytophages (favorisés par les cultures monospécifiques et le réchauffement climatique) peuvent être extrêmement destructrices, comme au Québec où la Tordeuse des bourgeons de l'épinette a provoqué entre 1938 et 1958 la mort de 60 % des sapins (Abies balsamea) et de 20 % des épinettes (Picea mariana et Picea glauca) bien que ces épidémies se produisent dans des forêts naturelles gigantesques et non dans des plantations monospécifiques. En 1975, 35 millions d'hectares étaient touchés. Ces épidémies sont récurrentes et font partie intégrante de la dynamique de la forêt boréale, mais on estime que le réchauffement de la planète pourrait réduire la période de temps entre deux épidémies en plus d'en augmenter les intensités. Dans le Sud de la France, les années 2003-2006 ont été très chaudes et sèches provoquant des épidémies dévastatrices dans les peuplements d'épicéas communs. Les forestiers locaux estiment que l'épicéa, introduit dans le Sud Massif Central et dans les Pyrénées dans les années 1950-60, pourrait devenir un reliquat d'ici quelques années, créant une pénurie de bois résineux dits « blancs » utiles pour la papeterie.

Déforestation au Honduras, exacerbée par le cyclone Mitch d'octobre 1998

Les orages secs créent avec leurs éclairs et vents induits des feux de forêts spectaculaires dans les forêts boréales (Canada[64], États-Unis, Sibérie Orientale et Nord de la Chine) ainsi que dans les forêts tropicales sèches lors de phénomènes macroclimatiques (El Nino en Indonésie). La tempête de 1999 par exemple détruisit 160 millions de m³ de bois rien qu'en France. L'éruption volcanique du mont Saint Helens aux États-Unis provoqua la destruction massive de plusieurs dizaines de kilomètres carrés de bois.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Sols[modifier | modifier le code]

La déforestation expose davantage les sols aux rigueurs du climat : le lessivage par les pluies non freinées par la végétation emporte l'humus et découvre la roche-mère. Faute de racines pour retenir le sol, les glissements de terrains sont souvent favorisés en bordure de falaise, etc.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Déforestation agricole sur les Monts Usambara (District du Lushoto, région Tanga, Tanzanie).

La déforestation est une destruction d'habitats de milliers d'espèces animales et végétales, souvent condamnées à localement (ou globalement) disparaître. Elle perturbe les équilibres et les assemblages d'espèces, souvent en ajoutant ses effets à ceux de l'agriculture, du roadkill ou de l'urbanisation fréquemment associées à la déforestation[65]. C'est aussi un facteur de fragmentation écopaysagère, qui diminue la résilience écologique des forêts. Une évaluation porte à 3 le nombre d'espèces disparaissant ainsi chaque heure (soit 72/jour et 26 280 /an)[réf. nécessaire]. La forêt est en effet le milieu terrestre qui abrite et nourrit le plus d'êtres vivants.

On distingue la « déforestation brute » où les plantations ne sont pas prises en compte, de la « déforestation nette » où celles-ci sont prises en compte, mais une forêt replantée ne remplace jamais une forêt primaire, même en termes de puits de carbone. Un contrôle de la déforestation nette tend à privilégier la fonction de stockage du carbone, en négligeant la perte de biodiversité induite par les destructions des forêts naturelles[66].

Au début du XXIe siècle les effets de la déforestation sont encore mal cernés notamment car l'extension des surfaces forestières comme celle de la déforestation ne sont pas des données scientifiquement établies et indiscutables[67]. Le manque de cartographie précise des menaces pesant le plus sur la biodiversité a freiné les stratégies de conservation forestière[68].

Les modèles écologiques théoriques prédisaient néanmoins une forte diminution de la biodiversité là où les habitats deviennent plus rares, plus petits et plus fragmentés[69] dans le paysage, avec un risque accru d'effondrement (de la biodiversité) quand ils ne comptent plus que pour 10 à 30 % de ce paysage[70],[71],[72].

En 2016, les données disponibles confirment l'intuition qu'en forêt tropicale, la biodiversité est mieux conservée dans les paysages peu fragmentés par l’homme, et quand le dérangement humain est minimal (le dérangement peut y doubler la perte de biodiversité liée à la déforestation[73]).

Un an plus tard, la revue Nature publie un travail confirmant que le recul mondial de la forêt naturelle érode de manière « disproportionnée » la biodiversité ; les dernières paysages et forêts intacts devraient être protégés concluent les auteurs[46]. Cette étude s’est basée sur les données les plus récentes disponibles sur les modifications du couvert forestier mondial[74],[75] pour étudier les conséquences du recul de la forêt naturelle ou semi-naturelle sur 19 432 espèces de vertébrés du monde entier figurant dans la Liste rouge UICN des espèces menacées à court ou moyen terme[46]. Sans surprise, là où le couvert forestier recule, les risques qu’une espèce soit classée comme menacée, qu’elle figure dans une catégorie de menace plus élevée et qu'elle présente des populations en déclin augmentent « considérablement »[46]. Un élément nouveau et important est que cette étude montre que ce risque est « disproportionné » dans des paysages relativement intacts et en particulier dans les hot-spots de biodiversité que sont les immenses massifs forestiers tropicaux de Bornéo, d'Amazonie centrale et Forêt du bassin du Congo[46] ; Partout où des chercheurs ont porté leur regard, même une très faible déforestation (routes, pistes forestières, aires de stockage, petite urbanisation…) a eu de graves conséquences pour la biodiversité des vertébrés (et très probablement donc pour d’autres espèces qui en dépendent). Les auteurs soulignent qu'ils n’ont pas trouvé d’éléments significatifs en faveur de l’idée reçue qui est que la perte de forêt serait la plus grave et la plus préjudiciable dans les paysages déjà fragmentés[46] ; pour les 3 plus grandes forêts tropicales (de Bornéo, d'Amazonie centrale et du bassin du Congo), au rythme actuel de leur dégradation, une modélisation prédit que rien que pour les vertébrés, 121 à 219 autres espèces rejoindront la liste des espèces menacées dans les 30 prochaines années, et les effets du changement climatique pourraient aggraver les choses, de même que la dette d’extinction (voir Dette d'extinction)[46]. Or l’artificialisation du monde s’aggrave rapidement[76] et seules 17,9 % de ces trois zones sont actuellement formellement protégées et moins de la moitié (8,9 %) ont une protection stricte. De nouveaux efforts de conservation et de restauration de l’intégrité écologique des forêts sont urgemment à mettre en œuvre à grande échelle (mégaréserves naturelles, réellement protégées, déjà suggérées en 2005 par C Peres[77]) « pour éviter une nouvelle vague d'extinction globale »[46].

Cycle de l'eau[modifier | modifier le code]

Les forêts participent activement au cycle de l'eau, dont via l'évapotranspiration et l'infiltration vers les nappes. Les forêts contribuent même plus que tout le reste de la flore au phénomène d'évapotranspiration, qui influence la pluviométrie et ce qu'on appelle les « hydroclimats »[78]. Ce sont elles qui entretiennent une hygrométrie élevée, parfois constante, dans les zones tropicales humides, ce qui est une condition favorable à une très haute biodiversité. Leurs racines vont chercher l'eau jusqu'à plusieurs dizaines de mètres de profondeur, ou de distance[réf. nécessaire] et facilitent l'infiltration des pluies.

Pluviométrie et climat[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, de nombreux modèles et simulations informatiques laissaient penser que la déforestation récente et actuelle réduit fortement la pluviométrie (théorie « dessicationniste »)[79],[80],[81],[82]. En croisant des analyses satellitaires et météorologiques, les scientifiques ont récemment (2012) confirmé que — à grande échelle en zone tropicale (Amazonie et bassins du Congo notamment) — la déforestation a cet effet de diminution des pluies, non seulement localement, mais aussi à échelle régionale[83] et jusqu'à des milliers de kilomètres de là, même quand des pâturages ou cultures remplacent ces forêts[84],[85] (les pâtures contribuent en zone tropicale bien mieux que les champs à recharger les nappes, mais les forêts sont encore plus performantes (dix fois plus que les pâtures) ; les forêts tropicales interceptent 50 % environ de la pluie. Cette eau est acheminée vers les nappes ou rendue à l'atmosphère via l'évapotranspiration qui contribue à recharger l'atmosphère en humidité, source de nouvelles pluies (« Sur plus de 60 % des zones tropicales terrestres, l'air qui a circulé sur une zone extensivement végétalisée dans les quelques jours qui précèdent, produit au moins deux fois plus de pluie que de l'air ayant circulé sur une zone peu végétalisée »).

Sur cette base, on peut estimer qu'au rythme actuel de conversion des forêts, le bassin de l'Amazone (l'un des plus grands du monde) pourrait subir une perte d'environ 12 % de sa pluviométrie en saison des pluies, et une baisse de 21 % en saison sèche en 2050. Et il faut s'attendre à ce que des réductions s'étendent jusqu'au bassin hydrographique du Río de la Plata à des milliers de kilomètres au sud de l'Amazonie, dans le sud du Brésil, au nord de l'Argentine, du Paraguay et de l'Uruguay. Si le Brésil respecte son engagement à limiter les taux « historiques » de déboisements (de 80 %) d'ici l'an 2020, ces prévisions pourraient cependant être revues à la baisse.

Catastrophes naturelles[modifier | modifier le code]

Une moindre pluviométrie augmente les risques d'incendies. De plus, sur les pentes, même faibles, la déforestation aggrave les glissements de terrains, avalanches et coulées de boues, augmente la turbidité et la pollution des cours d'eau, au détriment de la plupart des espèces animales et végétales, jusqu'à l'estuaire et au-delà[réf. nécessaire]. L'humus forestier fixe dans ses complexes argilo-humiques de nombreux métaux lourds et polluants (dont eutrophisants naturels). Il limite le ruissellement et l'érosion en favorisant l'infiltration d'une eau épurée vers les nappes. Sa disparition aggrave les problèmes d'inondations, de sécheresse, et de pollution de l'eau. L'eau « filtrée » par les forêts alluviales alimente aussi certains fleuves : 30 mètres de forêt riveraine retiennent la quasi totalité des nitrates agricoles. La déforestation augmente encore les problèmes de manque d'eau potable. C'est pourquoi de nombreuses législations ont créé des forêts dites « de protection », théoriquement intouchables.

Coûts financiers et humains[modifier | modifier le code]

Les dégâts induits par la déforestation (dont crues, inondations et coulées de boue) sont de plus en plus coûteux et dévastateurs et ils pourraient être aggravés par le dérèglement climatique[86] (avec des marges d'incertitudes qui restent encore à réduire concernant les effets futurs attendus, car le climat répond aussi à la modification de l'occupation des sols[87]).

Les sédiments emportés et pollués doivent être coûteusement curés et stockés, en posant des problèmes de gestion jusque dans les estuaires et en mer où elles exacerbent les phénomènes de zones mortes.

Cette eau qui ruisselle emporte avec elle le sol, qui se retrouve dans le lit et l'embouchure des rivières. Le Rhône a ainsi perdu deux mètres de profondeur en amont de Lyon à cause de la déforestation des alpages de montagne et du labour excessif de son bassin versant.

La rivière encombrée étend donc son lit, aggravant encore les inondations et provoquant des coulées de boue meurtrières, comme ce fut le cas en Chine qui a compris à ses dépens l'utilité des forêts[réf. nécessaire]. La déforestation en Chine est stoppée et des dizaines de milliers d'hectares sont reboisés, mais le problème a été simplement déplacé car la Chine est devenue un des plus grands importateurs de bois tropicaux et européens[réf. nécessaire].

La désertification menace 900 millions de personnes (dont 450 000 paysans dans le sud-ouest de Chine[88]) et touche 3,5 milliards d'hectares, soit le quart des terres émergées[89].

L'émergence de nouvelles maladies infectieuses est liée aux activités humaines perturbant l'équilibre des écosystèmes. Par exemple, l'Institut de recherche pour le développement indique que « le déboisement des forêts primaires reste l'une des causes principales de l'apparition de nouveaux agents infectieux et de leur circulation épidémique dans les populations humaines »[90]. En effet, les forêts jouent un rôle essentiel pour la biodiversité terrestre, élément stabilisateur des agents pathogènes[91]

Climat[modifier | modifier le code]

Selon le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), la déforestation contribuait à la fin du XXe siècle à environ 20 % des émissions de gaz à effet de serre[92].

La déforestation provoque

  • une modification du climat mondial et local ; la forêt interagit avec le climat via le cycle du carbone, mais elle le fait aussi via les flux d’énergie (albédo) et d’eau (évapotranspiration/stockage/infiltration) entre la terre et l’atmosphère[93]. La flore évapotranspire en rafraichissant l'air. Elle absorbe la lumière et une part de la chaleur, là où un sol nu et clair renvoie l'énergie du soleil vers l'atmosphère (albédo). La température ambiante peut croitre de 10 °C après une déforestation en zone tropicale, réchauffement qui modifie la pression atmosphérique, qui elle-même influe sur le déplacement des masses d'air et des cellules de tempêtes. Il peut aggraver des phénomènes de désertification ou de salinisation et modifier des cycles pluviométriques à échelle régionale[94], voire mondiale[réf. nécessaire], provoquant sécheresse et inondations anormales. La déforestation, en diminuant l'évapotranspiration, pourrait diminuer les précipitations en Amazonie[94].
  • une modification du cycle du carbone et des puits et stocks de carbone. La biomasse forestière emmagasinait de 1990 à 2005 environ 283 Gigatonnes (Gt) de carbone, mais avec une diminution enregistrée à l’échelle mondiale de 1,1 Gt par an. La somme des stocks de carbone de la biomasse forestière, du bois-mort, de litière et de l'humus et du sol est supérieur de 50 % au carbone présent dans toute l’atmosphère[37]. Si les forêts représentent 40 % de la quantité de carbone de la biomasse sur Terre, on comprend que leur dégradation puissent faire doubler le taux de CO2 de l'atmosphère. Bien que les arbres absorbent jusqu'à 20 % de CO2 en plus du fait même de l'augmentation du taux de CO2 atmosphérique, la déforestation rejette 1,1 Gt de carbone chaque année. L'effet sur le réchauffement climatique est donc considérable.
    Une part importante du carbone est stockée dans les sols forestiers (en zone tempérée notamment). La déforestation peut causer l'érosion ou la dégradation de ces puits de carbone. Quand la déforestation se fait en incendiant les arbres, le stock de carbone constitué par les arbres sur pied, est en grande partie (hors cendres et charbon de bois) directement renvoyé dans l'atmosphère. En 2016, après avoir croisé les données de réchauffement avec les données satellitales de déforestation, Alkama et Cescatti ont conclu que la déforestation accroit bien les variations diurnes de la température, augmente les températures moyennes et maximales de l’air, et provoque un réchauffement important (lié aux émissions de CO2 résultant du changement d'affectation des sols)[93]. Ces effets sont les plus marqués en zone aride puis en zone tempéré, puis tropicale et boréale[93].
    Sur la période 2003-2012 la variation du couvert forestier aurait ainsi généré un réchauffement biophysique moyen des terres correspondant à environ 18 % du signal biogéochimique mondial dû aux émissions de CO2 résultant du changement d'affectation des sols[93].

Activités humaines[modifier | modifier le code]

Déforestation à Rio de Janeiro - Brésil.

Une étude scientifique[95] rapporte que la déforestation n'améliore l'IDH des populations que temporairement, elle entraîne un déclin de productivité des activités économiques à cause, par exemple, de l'épuisement des ressources en bois ou la dégradation des pâturages. En Amérique du Sud, notamment au Brésil, les populations locales sont menacées par la déforestation dans leur mode de vie traditionnel. Disparition de patrimoines culturels liés à la forêt, et souvent la mort des populations autochtones : au XXe siècle, au moins 90 tribus[réf. nécessaire] dépendantes de la forêt ont disparu avec leur langue, leur savoir et leur culture.

L'économie forestière, mais aussi rurale sont détruites là où la désertification ou les plantations industrielles suivent la déforestation. La déforestation au profit des cultures industrielles de tabac, de soja ou de palmier à huile entraîne, outre un effondrement de la biodiversité, de graves problèmes sociaux et culturels. Dans les pays où le tourisme est la principale source de revenus, le recul de la forêt peut le compromettre.

Dégradation du cadre de vie et des fonctions aménitaires du paysage.

Conséquences sanitaires pour les populations locales[modifier | modifier le code]

Une étude scientifique publiée par l'American society of tropical medicine and hygiene (en) rapporte que la déforestation a un lien direct avec la propagation du paludisme dans l'Amazonie péruvienne. Partant du constat que, dans les zones déboisées, le taux de moustiques porteurs de la malaria est 278 fois supérieur à celui relevé dans les zones boisées, cette étude montre que le nombre de moustiques contaminés est inversement proportionnel à la densité de boisement de la zone où ils évoluent. La déforestation amènerait donc un risque sanitaire supplémentaire aux populations vivant à proximité des zones déboisées[96].

De plus, une autre étude de l'université McGill de Montréal rapporte que les méthodes d'extraction pétrolières, la construction de routes ainsi que l'urbanisation qui provoquent la déforestation auraient pour conséquence de libérer du mercure et de l'1-hydroxypyrene dans les cours d'eau. Une fois ces poisons libérés dans l'eau, ils seraient absorbés par les poissons dont se nourrissent les populations vivant aux abords de ces cours d'eau. Ces populations absorberaient donc des taux de mercure et d'1-hydroxypyrene dépassant les taux maximaux recommandés par l'OMS[97].

Émergence de nouvelles pathologies[modifier | modifier le code]

Une étude de chercheurs de l'université de Hawaï effectue l'inventaire des nouvelles maladies infectieuses associées aux forêts et de leurs mécanismes d'émergence, notamment la déforestation :

« D’après un nombre croissant d’études spécialisées, les principaux facteurs contribuant à la prolifération des maladies infectieuses seraient les changements dans le couvert végétal et l’utilisation des terres, notamment les variations du couvert forestier (en particulier la déforestation et la fragmentation des forêts), ainsi que l’urbanisation et l’intensification de l’agriculture[98]. »

En effet, une fois les animaux qu’ils parasitent décimés par la destruction de leur habitat naturel, les virus se cherchent de nouveaux hôtes en migrant à leur tour. Et il arrive que des virus initialement non mortels pour les animaux de la forêt se révèlent mortels pour les humains sur lesquels ils sont brutalement contraints de migrer.

« Les premiers pathogènes responsables de fléaux tels que la variole seraient nés en Asie tropicale, au début de l’histoire de l’élevage et lorsque les forêts ont commencé à être défrichées à grande échelle, au profit de cultures permanentes et d’établissements humains (McNeil, 1976[99]). La densité et la promiscuité croissantes des hommes, des animaux domestiques et de la faune sauvage, ajoutées à un climat chaud et humide, étaient des conditions idéales pour l’évolution, la survie et la transmission des pathogènes, il y a plusieurs millénaires comme aujourd’hui[98]. »

S'ajoutant à d'autres facteurs, cet enchaînement pourrait être à l’origine par exemple de l’apparition du virus Ebola dans des régions d’Afrique où la déforestation est intensive depuis plusieurs décennies[100].


Tentatives de solutions[modifier | modifier le code]

L'objectif zéro déforestation[modifier | modifier le code]

Plusieurs organisations et ONG préconisent un objectif « zéro déforestation ». En 2010 le Consumer Goods Forum (en), qui regroupe des grandes entreprises totalisant 10 millions d'employés sur 70 pays, propose une déforestation nette de zéro pour 2020. Bien que soutenu par le gouvernement des États-Unis, cette initiative à cause de la complexité à du mal à se mettre en place[101]. En 2013 l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) propose un « zéro déforestation illégale » afin de préserver les écosystèmes et les ressources en bois et en eau de populations souvent très pauvres. La FAO propose également une lutte contre les Feux de forêts qui vont devenir de plus en plus importants avec le réchauffement climatique notamment dans le bassin méditerranéen[102].

Greenpeace lance « la loi Zéro déforestation » au Brésil pour contrer un doublement des investissements dans le secteur bovin et les infrastructures comme les routes et barrages qui en sont la cause et essaye de réunir 1,4 million de signatures[103]. Greenpeace a réussi à obtenir des objectifs zéro déforestation de la part de grandes entreprises de la mode[104] ou productrice d'huile de palme ou de pâte à papier lors de brumes sèches de pollution en Asie du sud est[105].

La fin de la déforestation fait l'objet d'une cible de l'Objectif de développement durable n° 15 de l'ONU.

Protection légale des forêts[modifier | modifier le code]

La protection légale des forêts, via la création de parcs ou de réserves naturelles, est un outil utilisé dans le monde entier pour réduire la déforestation et la dégradation des forêts.

La protection légale est efficace pour conserver le couvert forestier, d'après les images satellite. Il y a significativement moins de destruction de forêt dans les aires protégées, mais on ne sait pas si elles sont vraiment la cause de la sauvegarde des forêts observée statistiquement. La protection sur le papier n'est pas suffisante, elle doit être accompagnée de fonds, d'une gestion et être appliquée sur le terrain par du personnel[106].

En Afrique, l'efficacité des aires protégées est bonne, 69 % des parcs n'ont pas subi de déforestation, selon une analyse de 224 parcs africains, publiée en 2016. Cependant seuls 25 % font mieux que les zones équivalentes situées à proximité, la clé du succès pourrait être l'accessibilité difficile de ces parcs et le fait qu'ils soient situés dans des zones peu habitées. Les parcs plus grands ou en réseau ont de meilleurs résultats, les parcs créés avant les décolonisations font eux significativement moins bien que leurs homologues plus récents[107].

Exploitation durable des forêts[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs systèmes de certification (qualifiés d'éco-certification) des exploitations forestières dont l'objectif est de favoriser une exploitation durable des forêts. Ces certifications imposent souvent que des arbres soient replantés après coupe, c'est le cas du label FSC (qui comprend d'autres volets) à l'échelle mondiale ou du label PEFC de l'UE.

Article connexe : Gestion durable des forêts.

Formée en 1989 en Slovénie[108], l’association européenne ProSilva propose un ensemble de mesures spécifiques ayant pour objectif de gérer les forêts de manière plus pertinente[109]. Implantée dans 24 pays en Europe[110], cette sylviculture entend maximiser à la fois la production et la protection des forêts. ProSilva privilégie donc une production rentable et continue de gros bois de qualité, généralement très recherché à l’exportation, tout en protégeant l’eau, les sols et la biodiversité forestière[109].

Reboisement, reforestation[modifier | modifier le code]

Le Défi de Bonn' est un effort mondial de reboisement sur des sols déforestés et/ou dégradés. Lancé par l'UICN et l'Allemagne en 2011, il visait à restaurer en moins d'une décennie (2011 et 2020) 150 millions d'hectares de paysages forestiers sur des terres dégradées et déboisée. Puis la Déclaration de New York sur les forêts (lors du Sommet sur le climat de 2014) lui a ajouté à un objectif 200 millions d’hectares supplémentaires à boiser avant 2030) ; cette déclaration a par la suite été approuvée par plus de 100 gouvernements, organisations de la société civile et organisations autochtones et entreprises privées. Son objectif est donc désormais de reboiser 350 millions d’hectares avant 2030.

Article détaillé : Le défi de Bonn.

Pression sur les grandes entreprises[modifier | modifier le code]

Les organisations non gouvernementales (Greenpeace par exemple) tentent de sensibiliser les grandes entreprises et les multinationales vis-à-vis de leurs pratiques et de leurs politiques induisant une partie de la déforestation[111]. Certains moyens de pression comme la mise à mal de leur image de marque aux yeux des consommateurs sont parfois utilisés. Dans certains cas, les entreprises acceptent et signent des chartes pour préserver un maximum les forêts et pour les utiliser de manière durable. L'entreprise Unilever s'est engagée à respecter certains engagements auprès de ses fournisseurs en huile de palme en Indonésie pour tenter de limiter et de réguler la déforestation[112].

Lutte contre la déforestation « importée »[modifier | modifier le code]

Le concept de déforestation importée tend à relier déforestation et consommation. Elle est définie comme « l'importation de matières premières ou de produits transformés dont la production a contribué, directement ou indirectement, à la déforestation, à la dégradation des forêts ou à la conversion d'écosystèmes naturels en dehors du territoire national. »[113].

Pour utiliser du bois en évitant la consommation abusive d'essences menacées, les consommateurs peuvent privilégier l'achat de produits en bois éco-certifiés.. Le boycott des bois exotiques non menacés pourrait ralentir le développement des pays concernés et paradoxalement provoquer un effet inverse : la forêt, devenue non rentable, serait défrichée et mise à disposition de l'agriculture.

Cas de la France[modifier | modifier le code]

En France, Pour réduire et stopper («zéro déforestation ») d’ici à 2030 ce phénomène, le gouvernement, notamment encouragé par le WWF[114],[115], projette pour l’été 2018, une « Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée » (SNDI, annoncée dans le Plan Climat de 2017 et le Plan Biodiversité de 2018). Elle vise notamment la production de soja en Amérique latine pour l'élevage (60 % des importations européennes), les plantations de palmiers à huile en Asie du Sud-Est (12 %), le cacao en Afrique (8 %)[116]. Le gouvernement mise sur les engagements volontaires des entreprises, via leur démarche RSE, plutôt que sur des contraintes réglementaires ou fiscales. Cependant la récente (mai 2018) autorisation d’importation d’huile de palme pour l’exploitation de la bio-raffinerie Total de La Mède contredit cette volonté gouvernementale[117]. Le , le gouvernement a adopté la Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée (17 mesures). L’objectif est de mettre fin, d’ici 2030, à la déforestation causée par l’importation de produits forestiers ou agricoles non durables[118]. Selon le rapport sur l'environnement 2019, « l'empreinte écologique de la France liée aux importations de matières premières agricoles et forestières » s’élevait à 14,8 millions d’hectares en 2016[119].

Économie[modifier | modifier le code]

La déforestation, légale ou illégale, se produit essentiellement dans les forêts tropicales de l'Amazonie, du bassin du Congo et d'Asie du Sud-Est. Du fait de la nature illégale de la déforestation, les chiffres varient. Pour les pays tropicaux, la déforestation illégale représenterait 50 à 90 % de l'ensemble des activités forestières. À l'échelle mondiale, la déforestation illégale représenterait 15 à 30 % des activités forestières, soit entre 30 et 100 milliards de dollars américains, et 10 à 30 % du commerce mondial du bois. La collusion généralisée (des fonctionnaires locaux jusqu'au judiciaire), associée aux structures gouvernementales décentralisées dans de nombreux pays tropicaux, n'incite pas ou peu les exploitants illégaux et les fonctionnaires corrompus à modifier leurs pratiques[120].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Étude publiée par le think tank anglais Chatham House en 2010
  2. FAO 2005
  3. « Fifth Assessment Report - Mitigation of Climate Change », sur www.ipcc.ch (consulté le 19 octobre 2018)
  4. enquêtes de l'ONU et du REDD, L'arbre, allié de taille, Le Monde, 20/11/11.
  5. Kiss, A. C., & Doumbe-Bille, S. (1992). Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (Rio de Janeiro-juin 1992). Annuaire français de droit international, 38(1), 823-843 (voir p. 833)
  6. Rapport de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (Rio de Janeiro, 3-14 juin 1992) ; Lutte contre le déboisement ; voir notamment le chapitre A. Maintien des rôles et fonctions multiples de tous les types de forêts, terres forestières et surfaces boisées et le point a)Activités liées à la gestion, point 11.13
  7. (Communiqué intitulé « La déforestation se poursuit à un rythme alarmant - Nouveaux chiffres de la FAO sur les forêts mondiales » Rome, 14 novembre 2005 ; basé sur les conclusions de l’Évaluation des ressources forestières mondiales 2005 (Global forest resources assessment), étude la plus complète jamais faite à cette date (à partir des chiffres officiels des États), portant sur l'usage et la valeur des forêts dans 229 pays et territoires, de 1990 à 2005)
  8. (FAO, 12/2011)
  9. 155 540 km2 en 2005, FAO
  10. a et b La déforestation des forêts tropicales se poursuit à un rythme élevé, Les Échos, 26 avril 2019.
  11. FRA 2005
  12. D'après la FAO, il y a environ 181 millions ha de forêts plantées sur un total de 3 952 millions ha, rapport sur les forêts 2007 [1]
  13. Sans signes visibles d’activités humaines présentes ou passées.
  14. Olfield, S., Lusty, C. and McKinven, A. 1998. The World list of threatened trees. IUCN Press. Cambridge, Royaume-Uni. 650 p.
  15. a b c d et e « L’agriculture dans le monde », ALIMAGRI, no 26 (hors-série),‎ , p. 5.
  16. Situation des forêts du monde, Food & Agriculture Org., , p. 22.
  17. (en) Mikaela Weisse et Liz Goldman, « Global Tree Cover Loss Rose 51 Percent in 2016 », sur globalforestwatch.org, (consulté le 27 octobre 2017)
  18. Bellassen V et al., « Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts : Quelle contribution de la part des marchés du carbone ? », Etude Climat - la recherche en économie du changement climatique n°14,‎ (lire en ligne)
  19. « Il faut « éradiquer la déforestation » », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté en article accessible uniquement aux abonnés)
  20. « Forêts primaires », sur greenpeace.fr, (consulté en mars 2019)
  21. « L’Amazonie, une forêt pas si vierge », sur la-croix.com, La croix, (consulté en mars 2019)
  22. (en) Williams, M., 2000. Dark ages and dark areas: global deforestation in the deep past. J. Hist. Geogr. 26(1): 28-46 (en) (éd.)
  23. Mauro Bologna, Université de Tarapacà, Brésil, cité par Science et Vie, avril 2008, p. 36
  24. http://www.localiban.org/article567.html
  25. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], V, 59-68.
  26. Darès le Phrygien, Histoire de la destruction de Troie [détail des éditions] [lire en ligne], VIII.
  27. Scholie de Tzétzès à propos de Lycophron, 24, (grc) Christian Gottfried Müller, Ισαακιου και Ιωαννου του τζετζου Σχολια εις Λυκοφρονα [« Isaac et Jean Tzétzès Scholies sur Lycophron »], Leipzig, Sumtibus F.C.G. Vogelii,‎ (lire en ligne), p. 316-317 (402-403).
  28. Le forestier, l’effet de serre et le pot d’échappement Émission Planète Terre sur France Culture le 6 octobre 2010
  29. Données FAO 15 554 km2 couvert en 2005 sur 675 417 km2 et L'Europe et la forêt.
  30. J. Perrève (1845), Traité des délits et des peines de chasse dans les forêts de l'état, les propriétés de la liste civile, des communes, des établissements publics et des particuliers, chez P. A. Manceron, 1845 - 464 pages - 464 pages
  31. a b et c Cadoux G (1930) Les bois coloniaux français, Journal de la Société de statistique de Paris, 1930; tome 71 (1930), p. 181-207 (PDF, archives Nundam, 28 pages)
  32. La révolution de l’environnement, Max Nicholson, Gallimard, Paris, 1973, chap. VIII, L’expérience américaine
  33. L’homme contre la nature. Essais d’histoire de l’Amérique, Gilbert Chinard, Hermann, Paris, 1949
  34. Histoire des arbres forestiers de l’Amérique septentrionale considérés principalement sous les rapports de leur usage dans les arts et de leur introduction dans le commerce, L. Haussmann et d'Hautel, Paris, 1810-1813, ouvrage traduit en anglais et plusieurs fois réédité aux États-Unis
  35. Itinéraire pittoresque du fleuve Hudson et des parties latérales de l’Amérique du Nord, publié à Paris en 1828 (Henri Gauguin & Cie.)
  36. Voir cette carte de la déforestation aux États-Unis
  37. a et b (Communiqué intitulé « La déforestation se poursuit à un rythme alarmant - Nouveaux chiffres de la FAO sur les forêts mondiales » Rome, 14 novembre 2005 ; basé sur les conclusions de l’Évaluation des ressources forestières mondiales 2005, étude la plus complète à cette date, portant sur l'usage et la valeur des forêts dans 229 pays et territoires, de 1990 à 2005)
  38. FAO
  39. AFP, « Déforestation : l'Indonésie a fait pire que le Brésil en 2012 », Le Mondevolume=,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2014).
  40. La déforestation en net recul dans la forêt amazonienne ?, sur le site Actualités News Environnement, .</
  41. Site du ministère des sciences et tecnhmologie, le , consulté le .
  42. Le massacre de l'Amazonie, Greenpeace
  43. Greenpeace, rapport de synthèse novembre 2007
  44. La crise silencieuse de l'Amazonie, Greenpeace, mai 2014
  45. Mission sur la protection des forêts tropicales, la sauvegarde de la biodiversité et la lutte contre la déforestation confiée à M. le député Jacques Le Guen - Contribution des Amis de la Terre France, mai 2010
  46. a b c d e f g et h Matthew G. Betts, Wolf C, William J. Ripple, Ben Phalan, Kimberley A. Millers, Adam Duarte, Stuart H. M. Butchart& Taal Levi (2017), Global forest loss disproportionately erodes biodiversity in intact landscapes ; Nature |Doi:10.1038/nature23285 |résumé
  47. Allan J.R & al. (2017) Recent increases in human pressure and forest loss threaten many Natural World Heritage Sites. Biol. Conserv. 206, 47–55 |résumé
  48. The Earth Institute, Columbia University, « Urbanization, Export Crops Drive Deforestation », (consulté le 19 octobre 2011)
  49. UNEP d'après la FAO
  50. « Fumer tue... la planète! » (consulté le 22 juin 2012)
  51. [PDF] http://www.cbd.int/doc/meetings/sbstta/sbstta-13/other/sbstta-13-keynote-en.pdf
  52. Le Monde, 13 juin 2009
  53. Agrocarburants et bétail européens "détournent" les terres du Sud, Le Monde,
  54. RFI, 2005
  55. (en) Vijay V, Pimm SL, Jenkins CN et Smith SJ, « The Impacts of Oil Palm on recent Deforestation and Biodiversity Loss », Plos One,‎ (lire en ligne)
  56. « Brésil, Etat du Mato Grosso : Greenpeace dénonce le rôle de l’élevage dans la déforestation », sur greenpeace.fr, (consulté en mars 2019)
  57. CRPF Amiens, Plaquette : Pourquoi élargir vos pistes forestières, 2012
  58. (en) Delgado I.C., Is the interoceanic highway exporting deforestation? A comparison of the intersity of regional Amazonian deforestation drivers within Brazil, Bolivia and Peru, Nicholas School of the Environment and Earth Sciences of Duke University, 2008.
  59. Source GFBC - 2005.
  60. Source Christian Sales, CIRAD, Colloque ITIAPE, mai 2007.
  61. a et b Lester Brown, Le Plan B, Calmann-Lévy. 2007 pour l'édition en français.
  62. (en) Geist HJ. How tobacco farming contributes to tropical deforestation. Dans : Abedian et al. eds. The Economics of Tobacco Control: Towards an Optimal Policy Mix. Cape Town, Applied Fiscal Research Centre, 1998
  63. a et b Fred Pearce, Patrimoine forestier: Comment les nouvelles lois commerciales de l’UE aident les pays à protéger leurs forêts et leurs populations, FERN, 2012-10-09
  64. Conditions météorologiques - Foudre, sur le site cchst.ca, consulté le 24 décembre 2012
  65. Carla P. Catterall, Mark B. Kingston, Katherine Park, Sven Sewell (1998), Deforestation, urbanisation and seasonality : Interacting effects on a regional bird assemblage ; Biological Conservation, Volume 84, Issue 1, avril 1998, Pages 65-81 (résumé)
  66. Rapport du député Jacques Le Guen sur les forêts tropicales : analyse de FNE
  67. Gérard Granier, Yvette Veyret, Développement durable. Quels enjeux géographiques ?, dossier no 8053, Paris, La Documentation française, 3e trimestre 2006, (ISSN 0419-5361), page 5
  68. Joppa L.N & al. (2016) Filling in biodiversity threat gaps. Science 352, 416–418
  69. Fahrig L (1998), When does fragmentation of breeding habitat affect population survival ? Ecol. Modell. 105, 273–292
  70. Newbold T et al (2016) Has land use pushed terrestrial biodiversity beyond the planetary boundary ? A global assessment. Science 353, 288–291
  71. Andrén H (1994), Effects of habitat fragmentation of birds and mammals in landscapes with different proportions of suitable habitat : a review. Oikos 71, 355–366
  72. Betts M.G, Forbes G.J & Diamond A.W (2007), Thresholds in songbird occurrence in relation to landscape structure. Conserv. Biol. 21, 1046–1058
  73. Barlow J et al (2016). Anthropogenic disturbance in tropical forests can double biodiversity loss from deforestation. Nature 535, 144–147
  74. Hansen M.C et al. (2013) High-resolution global maps of 21st-century forest cover change. Science 342, 850–853
  75. Tracewski, Ł. et al. (2016) Toward quantification of the impact of 21st-century deforestation on the extinction risk of terrestrial vertebrates. Conserv. Biol. 30, 1070–1079
  76. Kareiva, P., Watts, S., McDonald, R. & Boucher, T. (2007) Domesticated nature: shaping landscapes and ecosystems for human welfare. Science 316, 1866–1869
  77. Peres C.A Why we need megareserves in Amazonia. Conserv. Biol. 19, 728–733
  78. Hasler, N., Werth, D. & Avissar, R. Effects of tropical deforestation on global hydroclimate: a multimodel ensemble analysis. J. Clim. 22, 1124–1141 (2009)
  79. Henderson-Sellers, A. & Gornitz, V. Possible climatic impacts of land cover transformations, with particular emphasis on tropical deforestation. Clim. Change 6, 231–257 (1984)
  80. Lean, J. & Warrilow, D. A. Simulation of the regional climatic impact of Amazon deforestation. Nature 342, 411–413 (1989)
  81. Shukla, J., Nobre, C. & Sellers, P. Amazon deforestation and climate change. Science 247, 1322–1325 (1990)
  82. Werth, D. & Avissar, R. The local and global effects of Amazon deforestation. J. Geophys. Res. 107, 8087 (2002)
  83. Ramos da Silva, R., Werth, D. & Avissar, R. Regional impacts of future land-cover changes on the Amazon basin wet-season climate. J. Clim. 21, 1153–1170 (2008)
  84. D. V. Spracklen, S. R. Arnold & & C. M. Taylor (2012), Observations of increased tropical rainfall preceded by air passage over forests ; Journal Nature ; doi:10.1038/nature11390 ; reçu 2012-04-16, accepté 2012-06-29, publié en ligne 2012-09-05. et Informations supplémentaires (555K)
  85. Paula Leighton, [Deforestation reduces rainfall in tropics, says study], 2012-09-06
  86. Nobre, P. et al. Amazon deforestation and climate change in a coupled model simulation. J. Clim. 22, 5686–5697 (2009)
  87. Pitman, A. J. et al. Uncertainties in climate responses to past land cover change: first results from the LUCID intercomparison study. Geophys. Res. Lett. 36, L14814 (2009)
  88. Source : Journal chinois "Tapei Soir" du , selon lequel 35 920 km2 (1/5e des terres de la province) sont en voie de grave désertification, qui selon le département provincial des ressources de l'eau et les autorités locales oblige les paysans à fuir la région, par ailleurs soumise à une érosion croissante des sols : 73 200 km2 dans la province sont en voie d'érosion grave (41 % du total). Au rythme actuel des programmes de reboisement et revégétalisation, il faudrait 70 ans pour simplement stabiliser l'érosion (si elle n'empirait pas)
  89. Document des Nations unies : Comment combattre la désertification? (1997)
  90. « La déforestation favorise l'émergence de nouvelles maladies infectieuses », sur ird.fr, (consulté le 20 juin 2019)
  91. « SANTÉ — La biodiversité sur ordonnance ? », sur FICSUM | Fonds d’investissement des cycles supérieurs de l’Université de Montréal (consulté le 20 juin 2019)
  92. ONU, communiqué du PNUE ; REDD au secours des forêts ; Les Nations Unies et la Norvège s'unissent pour lutter contre les changements climatiques causés par la déforestation, New York, 2008-09-24]
  93. a b c et d Alkama, R., & Cescatti, A. (2016) Biophysical climate impacts of recent changes in global forest cover. Science, 351(6273), 600-604.|URL résumé : http://science.sciencemag.org/content/351/6273/600.short
  94. a et b Salati et Voze, Science, 1984
  95. « Le Monde »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  96. A.Y. Vittor, R.H. Gilman, J. Tielsch, G. Glass, T. Shields, W.S. Lozano, V. Pinedo-Cancino, J.A. Patz, “The effect of deforestation on the human-biting rate of Anopheles darling, the primary vector of Falciparum malaria in the Peruvian Amazon” dans American society of tropical medicine and hygiene, 74 (1), 2006, p. 3-11. Consulté sur http://www.sage.wisc.edu/pubs/articles/M-Z/Patz/VittoretalMH2006.pdf
  97. J. Webb, Environmental contamination of fish and humans through deforestation and oil extraction in Andrean Amazonia, McGill University, Montreal, 2010.
  98. a et b Bruce A. Wilcox et Brett Ellis, « Les forêts et les maladies infectieuses émergentes chez l’homme », Département des forêts de la FAO ici en français, 2006
  99. McNeill W.H., Plagues and peoples. Garden City, Anchor Press/Doubleday, 1976
  100. Cf. Elisabeth Schneiter, « La cause de l’épidémie Ebola ? La déforestation », à lire sur Reporterre, 17 octobre 2014 et « Déforestation and the rise of industrial-scale farming in Africa could lie behind Ebola outbreak », à lire sur Farmlandgrab, 28 octobre 2014
  101. Zero deforestation by 2020: the challenging road, The Guardian, 1/5/2013
  102. La FAO préconise un objectif Zéro déforestation illégale, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, 21/3/2013
  103. Greenpeace calls for zero deforestation globally by 2020, mongabay.com, 22/3/2012
  104. « Greenpeace s'attaque à la mode », Le Monde, , [lire en ligne]
  105. The Southeast Asian Haze Is Back and Worse May Follow, The Time,
  106. (en) Dasgupta S, « Do protected areas work in the tropics? », Mongabay Series: Conservation Effectiveness,‎ (lire en ligne)
  107. (en) Bowker J, « Effectiveness of Africa’s tropical protected areas for maintaining forest cover », Conservation biology,‎ (DOI 10.1111/cobi.12851, lire en ligne)
  108. Frivold, Favre, L-A., Rothenhan, De Turckheim, B., Wobst, Gayler, Mlinsek, Reiniger et Dolinsek (n.d). Constitution : ProSilva Association. Memorandum and articles of the association, Truttenhausen, France.
  109. a et b Baar, F., Auquiere, P., Balleux, P., Barchman, G., Debois, C., De Wouters, P., Graux, G., Letocart, M. et Van Driessche, I. (2008). « Sylviculture ProSilva : Définition, objectifs et mesures sylvicoles préconisées ». Forêt wallonne, 95 :10-25.
  110. Prosilva France, 2013, consulté le .
  111. Greenpeace, Les fournisseurs en huile de palme d'Unilever impliqués dans la déforestation en Indonésie, 2008.
  112. E. Wakker et A. Zakaria, Verification of the Greenpeace Report Burning up Borneo. Aidenvironment commissioned by Unilever: Publication number A1836, 2009.
  113. « Consultation publique pour le projet de Stratégie Nationale contre la Déforestation Importée (SNDI) (2018-2030) », document de 25 pages [PDF], sur consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 17 août 2018)
  114. Jennings S, de Korte M, King L & Moniot L (2018) Déforestation importée. Arrêtons de scier la branche !, WWF, 40 p.
  115. WWF (2018) Déforestation importée
  116. (en) « The impact of EU consumption on deforestation: Comprehensive analysis of the impact of EU consumption on deforestation » [PDF], sur ec.europa.eu, (consulté le 17 août 2018)
  117. « Déforestation importée : la stratégie du gouvernement mise sur le volontariat », sur actu-environnement.com, (consulté le 17 août 2018)
  118. « La France veut mettre fin, d’ici 2030, à la déforestation causée par l’importation de produits non durables », (Communiqué de presse comportant : 1 dossier de presse de 18 p., le texte de la stratégie de 32 p. et la synthèse des observations du public de 9 p. ainsi que 2 animations), sur ecologique-solidaire.gouv.fr, (consulté le 12 décembre 2018)
  119. Ministère de la transition écologique et solidaire, « La France veut mettre fin, d’ici 2030, à la déforestation causée par l’importation de produits non durables », (Communiqué de presse comportant : 1 dossier de presse de 18 p., le texte de la stratégie de 32 p. et la synthèse des observations du public de 9 p. ainsi que 2 animations), (consulté le 12 décembre 2018), p. 11
  120. « Carbone vert, marché noir », sur Interpol et PNUE (consulté le 27 octobre 17).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wakker, E. Zakaria, A. (2009). Verification of the Greenpeace Report Burning up Borneo. Aid environment commissioned by Unilever: Publication number A1836.
  • Baar, F., Auquiere, P., Balleux, P., Barchman, G., Debois, C., De Wouters, P., GRAUX, G., Letocart, M. et van Driessche, I. (2008). « Sylviculture ProSilva : Définition, objectifs et mesures sylvicoles préconisées ». Forêt wallonne, 95 :10-25.
  • Vancutsem Ch. & Achard F (2016) Mapping Intact and Degraded Humid Forests over the Tropical Belt From 32 Years Of Landsat Time Series ; Paper 2034 - Session title: Tropical Forest and REDD+ 1. ESA living planet symposium 2016

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]