Première bataille de la Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Marne
Soldats français embusqués derrière un fossé en septembre 1914, posant pour un photographe de presse.
Soldats français embusqués derrière un fossé en septembre 1914, posant pour un photographe de presse.
Informations générales
Date 5 -
Lieu de part et d'autre de la Marne, entre Paris et Verdun
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau français France
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau de la France Joseph Joffre
Flag of the United Kingdom.svg John French
Drapeau de la France Michel Maunoury
Drapeau de la France Joseph Gallieni
Drapeau de la France Franchet d'Espèrey
Drapeau de la France Ferdinand Foch
Drapeau de la France Fernand de Langle de Cary
Drapeau de la France Maurice Sarrail
Drapeau de l'Allemagne Helmuth von Moltke
Drapeau de l'Allemagne Karl von Bülow
Drapeau de l'Allemagne Alexander von Kluck
Drapeau de l'Allemagne Max von Hausen
Drapeau de l'Allemagne Albert de Wurtemberg
Drapeau de l'Allemagne Guillaume de Prusse
Forces en présence
1 082 000 hommes[1]
64 divisions françaises
6 divisions britanniques
900 000 hommes[2]
51 divisions allemandes
Pertes
227 000 Français (21 000 morts, 84 000 disparus et 122 000 blessés) et 37 000 Britanniques (3 000 morts, 4 000 disparus et 30 000 blessés)[3] 256 000 Allemands (43 000 morts, 40 000 disparus et 173 000 blessés)[3]
Première Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l’Ouest

Liège (8-1914)Frontières (8-1914)Anvers (9-1914)Grande Retraite (9-1914)Marne (9-1914)Course à la mer (9-1914)Yser (10-1914)Ypres (10-1914)Messines (10-1914)Givenchy (12-1914)Champagne (12-1914) - Hartmannswillerkopf (1-1915)Neuve-Chapelle (3-1915)2e Ypres (4-1915)Artois (5-1915)Festubert (5-1915)Linge (7-1915)2e Artois (9-1915)2e Champagne (9-1915) - Loos (9-1915)Verdun (2-1916)Hulluch (4-1916)Somme (7-1916)Fromelles (7-1916)Arras (4-1917)Vimy (4-1917)Chemin des Dames (4-1917)2e Messines (6-1917)Passchendaele (7-1917)Cote 70 (8-1917)2e Verdun (8-1917)Cambrai (11-1917)Offensive du printemps (3-1918)Lys (4-1918)Aisne (5-1918)Bois Belleau (6-1918)2e Marne (7-1918)Château-Thierry (7-1918)Le Hamel (7-1918)Amiens (8-1918)Cent-Jours (8-1918)2e Somme (9-1918)Bataille de la ligne Hindenburg - Meuse-Argonne (10-1918)Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

Coordonnées 49° 01′ N 3° 23′ E / 49.016666666667, 3.3833333333333 ()49° 01′ Nord 3° 23′ Est / 49.016666666667, 3.3833333333333 ()  

La première bataille de la Marne, souvent identifiée comme « la bataille de la Marne » a eu lieu du au [n 1] entre d'une part l'armée allemande et d'autre part l'armée française et le corps expéditionnaire britannique. Cette bataille doit être distinguée de la seconde bataille de la Marne, qui se déroula en juillet 1918.

Article détaillé : Seconde bataille de la Marne.

Les combats se déroulèrent le long d'un arc-de-cercle de 225 km[n 2] à travers la Brie, la Champagne et l'Argonne, limités à l'ouest par le camp retranché de Paris et à l'est par la place fortifiée de Verdun. Ce champ de bataille est subdivisé en plusieurs batailles plus restreintes : à l'ouest les batailles de l'Ourcq et des deux Morins, au centre les batailles des marais de Saint-Gond et de Vitry, et à l'est la bataille de Revigny[8].

Au cours de cette bataille décisive, les troupes franco-britanniques arrêtent puis repoussent les Allemands, mettant ainsi en échec le plan Schlieffen qui prévoyait l'invasion rapide de la France en passant par la Belgique, pour éviter les fortifications françaises de l'Est et ensuite se reporter contre la Russie. La retraite allemande se termine sur la rive droite de l'Aisne dès le 14 septembre, ce qui déclenche la bataille de l'Aisne.

Prélude à la bataille[modifier | modifier le code]

La situation militaire au début de la Première Guerre mondiale est très en faveur des forces armées allemandes, qui viennent de remporter pendant la seconde partie du mois d'août 1914 une série de victoires sur tous leurs adversaires, que ce soit sur le front de l'Ouest en Lorraine (bataille de Morhange le 20 août) ou en Belgique (batailles des Ardennes du 21 au 23 août, de Charleroi du 21 au 23 et de Mons le 23), comme sur le front de l'Est (bataille de Tannenberg du 26 au 29 août).

Article détaillé : Bataille des Frontières.

« Les armées allemandes sont entrées en France, de Cambrai aux Vosges, après une série de combats continuellement victorieux. L'ennemi, en pleine retraite, n'est plus capable d'offrir une résistance sérieuse. »

— Communiqué allemand du 27 août 1914[9].

De son côté, le communiqué français du même jour annonce que « dans le Nord, les lignes franco-anglaises ont été légèrement ramenées en arrière[10]. », celui du 29 août au soir évoque la retraite à mots couverts : « la situation de notre front, de la Somme aux Vosges, est restée aujourd'hui ce qu'elle était hier. Les forces allemandes paraissent avoir ralenti leur marche[11] ».

Grande Retraite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grande Retraite.

Si sur le plateau lorrain et dans les Vosges l'armée française arrête sa retraite dès le 23 août et arrive à tenir ses positions face aux attaques allemandes (bataille de la trouée de Charmes du 24 au 26 août), toutes les unités françaises et britanniques qui s'étaient avancées en Belgique battent en retraite à partir du soir du 23 août.

Un soldat français, son arme et son sac à dos[n 3] : en plus de son fusil (4,4 kg), il doit porter un sac de 8,3 kg.

Une telle retraite s'explique par la disproportion des forces entre d'une part les Allemands et d'autre part les Franco-Britanniques : l'état-major allemand avait fait le choix de masser face à la Belgique et au Luxembourg la majorité de ses unités, à raison de 59 divisions (soit un total de 1 214 160 combattants) regroupées au sein de cinq armées (numérotées de I à V) formant l'aile droite allemande, tandis que la défense de l'Alsace-Lorraine était confiée à une aile gauche plus faible avec 16 divisions (soit 402 000 combattants)[12] regroupées dans deux armées (nos VI et VII). En comparaison, les Français n'avaient prévu initialement de déployer lors de leur mobilisation que les 16 divisions (soit 299 350 hommes) de la 5e armée face à la Belgique, rapidement renforcées jusqu'à compter 45 divisions (soit 943 000 hommes)[13] au moment de la bataille des Frontières, grâce à l'envoi des 3e et 4e armées françaises ainsi que du corps expéditionnaire britannique.

Dominées numériquement et en danger d'être contournées par le flanc, les armées franco-britanniques repassent rapidement la frontière franco-belge pour se réfugier en France, puis foncent vers le sud-sud-ouest : cette retraite franco-britannique s'éternise pendant quinze jours, jusqu'au début du mois de septembre, moment où les troupes arrivent à hauteur de Paris.

« On a vu déjà les effets dissolvants de ces marches en retraite répétées, le plus souvent de nuit [...]. Effectifs fondus, nombreux traînards tombés aux mains de l'ennemi, bagages perdus, fusils et canons enlevés et, surtout, disparition du moral de la troupe ; tels étaient les résultats des retraites effectuées ces derniers jours par nos différentes armées. »

— État des lieux par le général Galliéni, au tout début de septembre 1914[14].

Redéploiement français[modifier | modifier le code]

Convoi de fourrage arrivant dans le bois de Boulogne, où sont parqués des troupeaux de bovins : le camp retranché de Paris se prépare en catastrophe à un siège.
Article connexe : Siège de Paris (1870).
Situation à la fin d'août 1914 : l'aile droite allemande a traversé la Belgique et le Nord de la France jusqu'à l'Aisne, tandis que les offensives françaises en Alsace-Lorraine et dans l'Ardenne ont échoué.

Le commandant en chef français, le général Joffre, garde malgré tout l'espoir d'un rétablissement, et dans son rapport au ministre de la Guerre Adolphe Messimy, il affirme que l'armée française peut encore lancer une contre-attaque victorieuse[15]. Il rejette la responsabilité de la défaite et des replis sur ses subalternes, critiquant ses généraux qu'il estime ne pas avoir été assez offensifs. Il prend des sanctions et limoge ceux qu'il juge incompétents, y compris les commandants d'armée tel que les généraux Ruffey (3e armée, remplacé le 30 août par Sarrail)[16] et Lanrezac (5e armée, remplacé le 5 septembre par Franchet d'Espèrey)[17]. Aux échelons inférieurs, c'est un total de huit commandants de corps d'armée et 38 de division qui sont « limogés » par Joffre entre le 10 août et le 6 septembre[18].

Toutefois, Joffre est aussi conscient du fait qu'il doit d'abord céder du terrain. Il ordonne donc dès la fin d'août aux armées françaises en retraite d'opérer des contre-attaques localisées et très temporaires pour retarder un peu la poursuite allemande et gagner du temps : la IVe armée allemande est ainsi contre-attaquée par la 4e française le 27 autour de Sedan, puis la IIIe allemande à Signy-l'Abbaye, enfin la IIe armée allemande par la 5e française le 29 autour de Saint-Quentin et de Guise (bataille de Guise le 29 août).

Le 25 août[19], l'état-major français prévoit d'arrêter la retraite derrière la Somme et l'Aisne. Six divisions sont prélevées sur le front d'Alsace-Lorraine et envoyées à partir du 27 août par chemin de fer en renfort autour de Péronne, d'Amiens et de Montdidier, regroupées au sein de la 6e armée créée pour l'occasion. Mais le débarquement de ces troupes est menacé dès le début de l'opération par l'approche des unités de cavalerie allemandes : le projet de bataille sur la ligne Somme-Aisne est annulé le 31 août et la 6e armée se joint à la retraite.

Le 2 septembre[20], Joffre annonce à ses commandants d'armée son projet de rétablissement le long de la Seine et de l'Aube, y comptant s'y fortifier et recompléter les troupes (par des envois des dépôts) avant de passer à l'offensive. L'intervalle entre les 5e et 4e armées françaises est comblé dès le 29 août par l'envoi de huit divisions prélevées ailleurs, créant ainsi la 9e armée le 5 septembre ; l'intervalle entre la 5e armée et l'armée britannique est colmaté par deux divisions de cavalerie. Tous ces renforts arrivent par voies ferrées, utilisées comme rocade pour faire une manœuvre par les lignes intérieures[21], ce qui permet le renforcement de l'aile gauche française : de 45 divisions le 23 août, elle passe à 57 le 6 septembre puis 70 le 9 septembre[22].

Poursuite par les Allemands[modifier | modifier le code]

Photo montrant cinq militaires installant une ligne de téléphone.
Les transmissions entre l'OHL et ses armées, notamment la Ire, sont difficiles : l'aile droite avance trop vite pour que la transmission filaire soit assurée, tandis que les postes de radio ont une faible portée.

Côté allemand, l'aile droite s'est lancée immédiatement après ses victoires de la bataille des Frontières à la poursuite des Français et des Britanniques, les divisions de cavalerie allemandes en tête. Cette poursuite est menée le plus rapidement possible : les étapes réalisées sont au maximum de 40 à 45 kilomètres par jour pour la Ire armée allemande, la plus à l'ouest, dans l'espoir de rattraper leurs adversaires. Le 27, le chef de l'état-major allemand, le général von Moltke, envoie à ses commandants d'armée une Directive générale mentionnant la possibilité d'un rétablissement français sur l'Aisne ou la Marne, et ordonnant les axes de marche suivant :

« Sa Majesté[n 4] ordonne que l'armée allemande se porte en direction de Paris : la Ire armée, avec le deuxième corps de cavalerie, marchera à l'ouest de l'Oise, vers la basse-Seine. La IIe armée, avec le premier corps de cavalerie, poussera entre La Fère et Laon sur Paris […]. La IIIe […] progressera entre Laon et Guignicourt, sur Château-Thierry […]. La IVe […] marchera, par Reims, sur Épernay […]. La Ve […] s'avancera vers la ligne Châlons-Vitry […]. Verdun sera investi. […] Si l'ennemi oppose une forte résistance sur l'Aisne et ultérieurement sur la Marne, il pourra être nécessaire de faire converger les armées de la direction du sud-ouest dans la direction du sud. »

— Directive générale du commandement Suprême pour la continuation des opérations du 27 août[23].

La composition des cinq armées de l'aile droite allemande a évolué depuis la mobilisation du début d'août, par la réaffectation de plusieurs unités. Six divisions sont laissées en arrière pour assurer la prise des places fortes adverses (d'une part les 3e et 9e corps de réserve au siège d'Anvers, d'autre part le 7e de réserve et une brigade du 7e corps au siège de Maubeuge) ou en mission d'occupation (une brigade du 4e corps de réserve à Bruxelles, ainsi que quatre brigades de Landwehr à Liège et Namur)[24]. S'y rajoute le transfert par chemin de fer de quatre autres divisions vers le front de l'Est (le corps de réserve de la Garde et le 11e corps d'armée libérés par la prise de Namur le 25 août)[25]. En conséquence, le total des forces allemandes engagées à l'ouest de Verdun le 5 septembre est de 44 divisions d'infanterie et de 7 divisions de cavalerie, soit environ 900 000 hommes et 2 928 canons[26].

Le 30 août, la Ire armée allemande, répondant à l'appel à l'aide de la IIe attaquée à Guise, marche vers le sud-sud-est au lieu du sud-ouest ; Moltke valide ce choix le soir même, ordonnant la conversion de l'aile vers le sud, en évitant Paris : la Ire désormais sur Meaux, la IIe sur Épernay et la IIIe sur Châlons[27]. Le 2 septembre à 23 h 37, l'OHL envoie l'ordre suivant : « Intention du Commandement Suprême est de refouler les Français en direction du sud-est en les coupant de Paris. Ire armée suivra la IIe en échelon et assurera en outre couverture du flanc des armées »[28].

« Anglais et Français […] étaient une proie qui s'offrait aux coups des Allemands et qu'il fallait saisir avant qu'ils aient pu s'arrêter, se fortifier et se reconstituer. On s'occuperait de Paris ensuite. Mais cette opération obligeait les Allemands à défiler, à 40 kilomètres environ, à l'est du camp retranché : c'était montrer un mépris non déguisé pour l'armée de Paris et, j'ajouterai, pour son chef. »

— Le général Galliéni, gouverneur militaire de Paris[29].

Prise d'initiative[modifier | modifier le code]

Fac-similé de l'ordre du jour du général Joffre, daté du 5 septembre.

Le 3 septembre, des aviateurs français découvrent que les colonnes de la Ire armée allemande infléchissent leur marche vers le sud-est et ne marchent donc plus droit sur Paris[30]. Ces aviateurs en avertissent un officier, qui se trouve être Alfred Dreyfus. Ce dernier les laisse avertir directement l'état-major malgré son grade supérieur[31] ; l'information est confirmée par les reconnaissances de cavalerie le 4 au matin[32].

Le 4, le gouverneur militaire de Paris, le général Galliéni, donne ordre à la 6e armée française (alors sous ses ordres) de se redéployer au nord-est de Paris et de marcher vers l'est entre l'Ourcq et la Marne, prenant ainsi l'initiative d'engager la bataille. Le commandant en chef Joffre, qui voulait attendre quelques jours de plus, est convaincu par une discussion par téléphone et donne ordre le 4 au soir à toutes les armées françaises de se préparer à faire front : « il convient de profiter de la situation aventurée de la Ire armée allemande pour concentrer sur elle les efforts des armées alliées d'extrême-gauche. Toutes dispositions seront prises dans la journée du 5 septembre en vue de partir à l'attaque le 6 »[33]. Le 5 au matin, cet ordre est complété par un deuxième destiné à la 3e armée qui « se couvrant vers le nord et le nord-est débouchera vers l'ouest pour attaquer le flanc gauche des forces ennemis qui marchent à l'ouest de l'Argonne »[34].

Puis Joffre informe le ministre de la Guerre Millerand, réfugié à Bordeaux devant la menace pesant sur Paris : « […] la lutte qui va s'engager peut avoir des résultats décisifs, mais peut aussi avoir pour le pays, en cas d'échec, les conséquences les plus graves. Je suis décidé à engager toutes nos troupes à fond et sans réserve […] »[35].

Enfin, un ordre du jour est adressé le 6 au matin à toutes les troupes françaises. Cet ordre du jour a été trouvé le 6 au soir par les Allemands sur le champ de bataille près de Vitry, et a été transmis par téléphone du colonel von Werder (de l'état-major de la IIIe armée) au lieutenant-colonel Tappen (de l'OHL)[36].

Affrontements[modifier | modifier le code]

La bataille de la Marne se subdivise en cinq batailles plus restreintes, de l'ouest vers l'est :

Carte de la bataille, avec les positions au 9 septembre.

Bataille de l'Ourcq[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de l'Ourcq (1914).

La bataille de l'Ourcq désigne les combats du 5 au 9 septembre sur la rive droite de la Marne, entre Nanteuil-le-Haudouin et Meaux, entre la 6e armée française (commandée par le général Maunoury) et l'aile droite de la Ire armée allemande (du général von Kluck).

La 6e armée française se met en marche vers l'est dès le 4 sur ordre du gouverneur militaire de Paris Galliéni, ses têtes de colonne rencontrant le 5 septembre le 4e corps de réserve allemand (laissé en flanc-garde par Kluck), qui contre-attaque en soirée. Les quatre autres corps de la Ire armée allemande sont alors déjà sur la rive gauche de la Marne, en train de s'aligner sur le Grand Morin : les Français menacent ainsi le flanc mais aussi les arrières de Kluck. Les combats s'amplifient les jours suivants, entre Meaux au sud et Nanteuil-le-Haudouin au nord, du 6 jusqu'au 9 septembre.

Côté allemand, l'état-major de la Ire armée renforce très rapidement son flanc en rappelant le 2e corps qui était arrivé à Coulommiers le 5 : dès le lendemain, il est engagé de part et d'autre du 4e corps de réserve. Le 7, c'est au tour du 4e corps d'armée d'arriver, tandis que les deux derniers corps allemands (3e et 9e) retraversent la Marne (ordre du 7 à 10 h 15)[37] : l'ensemble de la Ire armée, qui marchait vers le sud, est ainsi redéployé face à l'ouest. Côté français, face à ces puissantes forces allemandes, la 6e armée reçoit aussi des renforts, cinq divisions envoyées par Galliéni, pour alimenter la bataille : une brigade (de la 7e DI) est même acheminée de Paris à Nanteuil à bord de taxis réquisitionnés.

Le 9, les renforts allemands (le 9e corps) lancent une attaque de Betz vers Nanteuil : la 6e armée française est menacée d'enveloppement par le nord et n'a plus de réserve à engager. Mais à midi, le lieutenant-colonel Hentsch, envoyé par l'OHL, arrive à l'état-major de la Ire allemande et annonce la retraite de la IIe armée depuis le matin. Malgré l'opposition du chef d'état-major Kuhl qui fait état des chances de victoire sur la 6e armée française[38], le danger sur l'aile gauche oblige la Ire armée à suivre la retraite. Le décrochage allemand se fait dans l'après-midi du 9, les troupes françaises ne poursuivant que très lentement du fait de leur épuisement.

Bataille des Deux Morins[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille des Deux Morins.

La bataille des deux Morins désigne les combats du 6 au 9 septembre en Brie champenoise, d'abord sur le Grand Morin puis sur le Petit Morin, entre d'une part le corps expéditionnaire britannique (commandé par le maréchal French) et la 5e armée française (du général Franchet d'Espèrey) et d'autre part la gauche de la Ire armée allemande (du général von Kluck) et la droite de la IIe armée (du général von Bülow).

Peinture de Léon Broquet : le Petit Morin près de Talus-Saint-Prix le 10 septembre 1914, bordé par des cadavres.

Côté allemand, le redéploiement de la Ire armée allemande sur la rive droite de la Marne laisse un intervalle de 40 km entre celle-ci et la IIe armée, masqué par les 1er et 2e corps de cavalerie (total de cinq puis quatre divisions), que l'état-major de la Ire armée ordonne de renforcer par deux brigades d'infanterie (ordre du 8 septembre au 9e corps)[39]. Ces expédients retardent l'avance prudente des Franco-Britanniques (cinq divisions d'infanterie du BEF, la division de cavalerie britannique et trois divisions de cavalerie françaises, sans compter la gauche de la 5e armée française), le 6 et 7 sur le Grand Morin, le 7 et 8 sur le Petit-Morin, le 8 sur le Dolloir et la Marne[40].

Côté français, le GQG n'identifie la brèche qu'à partir du 8, Joffre envisageant alors d'envoyer les Britanniques au nord de la Marne pour menacer les arrières de la Ire armée allemande, tandis que la 5e armée française doit attaquer au nord de Montmirail[41]. Mais le 8 au soir, Henstch arrive à l'état-major de la IIe armée : le lendemain 9 septembre au matin, le chef d'état-major Lauenstein décide avec lui de faire battre en retraite son armée, qui est menacée sur sa droite, derrière la Marne. Les divisions britanniques franchissent au même moment la Marne à Charly et Nanteuil[42], tandis que la cavalerie française atteint Château-Thierry[43].

Bataille des marais de Saint-Gond[modifier | modifier le code]

Article détaillé : bataille des Marais de Saint-Gond.

La bataille des marais de Saint-Gond désigne les combats du 6 au 9 septembre, entre Sézanne et Mailly-le-Camp, entre d'une part la 9e armée française (commandée par le général Foch) et d'autre part la gauche de la IIe armée allemande du général von Bülow et l'aile droite de la IIIe armée du général von Hausen.

Dans la nuit du 4 au 5 septembre, Joffre prescrit à Foch d'entreprendre une action offensive sur les troupes allemandes présentes devant son armée. Le 6 septembre, les troupes françaises commencent leur mouvement vers le nord mais sont rapidement contenues par les troupes allemandes. Foch est contraint d'établir des positions défensives et de les protéger.

Du 6 au 8 septembre, les combats sont de plus en plus intenses, sur l'aile gauche, les troupes françaises s'opposent au Xe corps allemands et à une partie du corps de la Garde, plusieurs villages sont pris et perdus plusieurs fois. Au centre du dispositif français, les troupes présentes au nord des marais de Saint-Gond sont rapidement repoussées mais toutes les tentatives du corps de la garde pour franchir les marais sont bloquées. L'aile droite de la 9e armée française, formée par le 11e corps d'armée subit la pression d'une partie du corps de la garde et du XIIe corps de réserve allemand, elle est obligée de se replier hors des villages de Moirans-le-Petit, d'Écury-le-Repos et de Normée.

Le XIIe corps de réserve allemand est renforcé par des troupes du XIIe corps d'armée et soutenu par la 2e division de la garde, au cours d'une attaque de nuit entre le 8 et le 9 septembre, l'aile droite française est enfoncée entraînant le repli des troupes au centre du dispositif de la 9e armée française. Dans la journée du 9 septembre, Foch prend le contrôle du 10e corps d'armée français, initialement aux ordres de la 5e armée française, sur son aile gauche. Il peut ainsi dégager la 42e division d'infanterie pour se constituer une réserve. L'aile gauche de la 9e armée est fortement attaquée, elle cède le village et le château de Mondement, un point d'observation qui domine le champ de bataille. Le soir même, le 77e régiment d'infanterie soutenu par l'artillerie de la 42e DI et par la division marocaine reprend le château.

La 42e division est dirigée vers Fère-Champenoise pour combattre les troupes allemandes qui en débouchent. Le 10 septembre devant la pression de la 5e armée française, la IIe armée allemande entame un mouvement de repli pour éviter l'enveloppement. Ce mouvement entraîne également le repli des troupes de la IIIe armée allemande. Foch et son armée restent maîtres du champ de bataille et entament la poursuite des troupes allemandes.

Bataille de Vitry[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Vitry.
Sermaize-les-Bains : la rue Lombard après la bataille de la Marne (carte postale ancienne).

La bataille de Vitry désigne les combats du 6 au 10 septembre en Champagne crayeuse, de part et d'autre de la ville de Vitry-le-François entre l'aile gauche et le centre de la 4e armée française commandée par le général de Langle de Cary et l'aile droite de la IVe armée allemande du duc de Wurtemberg et l'aile gauche de la IIIe armée allemande du général von Hausen.

Les attaques allemandes au centre du dispositif de la 4e armée française entraînent le resserrement de sa ligne de front, le 17e corps d'armée initialement chargé de la liaison avec la 9e armée français est contraint de prêter main forte aux troupes attaquées. Ce mouvement est masqué dans un premier temps par la 9e division de cavalerie puis à partir du 8 septembre par l'arrivée des Vosges du 21e corps d'armée. Ce renfort permet d'attaquer la IIIe armée allemande puis de commencer l'enveloppement de la IVe armée allemande à partir du 10 septembre.

Bataille de Revigny[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Revigny.

La bataille de Revigny désigne les combats du 6 au 12 septembre au sud de l'Argonne, autour de Revigny-sur-Ornain, entre l'aile droite de la 4e armée française formée du 2e corps d'armée, l'aile gauche de la 3e armée française commandée par le général Sarrail et l'aile gauche de la IVe armée allemande et de la Ve armée allemande (du prince-héritier de Prusse).

Les troupes allemandes tentent au cours de cette bataille de percer les lignes françaises en lançant par des combats frontaux très meurtriers. Les troupes françaises sous la pression sont contraintes d'adopter une posture défensive, l'arrivée du 15e corps d'armée en provenance de Lorraine permet au général Sarrail de renforcer son aile gauche malmenée par les attaques allemandes et d’empêcher la rupture du front.

Le 10 septembre, la IIe armée allemande, menacée d'enveloppement par la 5e armée française, commence sa manœuvre de repli entraînant avec elle le retrait de la IIIe armée allemande. Le 12 septembre, le centre de la 4e armée française entame un mouvement de débordement obligeant la IV armée allemande à rompre le combat et à se replier sur une ligne défensive au delà de l'Argonne. La Ve armée allemande également menacée est contrainte de se replier en passant entre le massif de l'Argonne et la place fortifiée de Verdun.

Suites et conséquences[modifier | modifier le code]

Cavalerie française encadrant des prisonniers allemands.

Le coup d'arrêt de la Marne marque l'échec de la manœuvre allemande à travers la Belgique et le Nord de la France (surnommée « plan Schlieffen »). Mais, selon le mot du général Chambe, alors jeune officier de cavalerie, « ce fut une bataille gagnée mais une victoire perdue » : en effet, si les armées franco-britanniques mirent alors un terme à l'avancée irrésistible des armées allemandes commandées par Moltke, elles ne purent ou ne surent exploiter cet avantage en repoussant ces armées hors du territoire français. D'une part, les troupes françaises sont trop épuisées et affaiblies pour se lancer dans une poursuite. D'autre part, l'état-major allemand avait redéployé une partie de ses forces, envoyant de Lorraine plusieurs corps d'armée en renfort sur leur aile droite.

L'aile droite allemande s'arrête dès le 13 septembre, s'installant sur les rives de l'Aisne : les attaques françaises et britannique n'arrivent pas à les repousser lors de la bataille de l'Aisne et cette partie du front se stabilise en s'enterrant dans des tranchées.

Recherchant la décision par une série de tentatives mutuelles d'enveloppement vers l'ouest puis vers le nord, menant les belligérants jusqu'aux rives de la mer du Nord, lors de combats appelés la « course à la mer » (septembre à novembre 1914).

Historiographie[modifier | modifier le code]

Point de vue français[modifier | modifier le code]

Présentation de Joffre ou de Galliéni comme initiateur de la bataille[44].

Charles Péguy est mort au combat à Villeroy le 5 septembre. Le père de l'écrivain Albert Camus est mort des blessures subies lors de cette bataille.

Point de vue allemand[modifier | modifier le code]

Pièce de théâtre La bataille de la Marne jouée à Berlin en février 1933.

Question de la responsabilité de Moltke, de Hentsch ou de Bülow.

En réaction à la victoire franco-britannique lors de cette bataille, les prises de décision de l'empereur d'Allemagne furent mises à mal, ce qui provoqua en Allemagne la rédaction spontanée d'un manifeste par 93 intellectuels germaniques de renommée internationale, le 4 octobre 1914. Ce document avait pour fonction de montrer au monde entier le soutien univoque de la classe dirigeante et des intellectuels allemands à leur souverain Guillaume II.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs limites chronologiques sont proposées par les ouvrages sur le sujet, avec d'une part un début le 5 (engagement des avant-gardes de la 6e armée française au soir) ou le 6 septembre (offensive générale française), d'autre part une fin le 9 (début de la retraite pour les 1re, 2e et 3e armées allemandes)[4], le 10 (retraite de la 4e allemande)[5], le 12 (fin de la poursuite sur l'Aisne)[6] ou le 15 (fin de la poursuite pour la 3e armée française)[7].
  2. La distance de 225 km correspond à l'arc-de-cercle passant par Nanteuil-le-Haudouin, Meaux, Coulommiers, Mailly-le-Camp, Revigny-sur-Ornain et Dombasle-en-Argonne.
  3. Surnommé l' « as de carreau », le havresac modèle 1893 qui doit porter tout fantassin français contient l'habillement de rechange et les vivres de réserve (pour deux jours) ; il est en prime surmonté par une couverture, une toile de tente, une paire de chaussures, un fagot de bois et un des ustensiles de cuisine (gamelle, marmite, moulin à café, bidon, sac ou seau) ou outils (pelle-bêche, pelle-pioche, hache, hachette, cisaille, serpe, scie ou lanterne) que les hommes d'une même escouade se répartissent.
  4. Le commandant de l'armée allemande est, du moins nominativement, l'empereur d'Allemagne Guillaume II, avec le titre de « seigneur de guerre suprême » (Oberster Kriegsherr), mais la direction réelle est en fait assurée en son nom par le « chef de l'état-major général des armées » (Chef des Generalstabes der Armee) Helmuth von Moltke.

Références[modifier | modifier le code]

  1. AFGG 1931, tome 1, volume 3, p. 17.
  2. AFGG 1931, tome 1, volume 3, p. 19.
  3. a et b Henri Ortholan et Jean-Pierre Verney, L'armée française de l'été 1914, Paris, Bernard Giovanangeli et Ministère de la Défense,‎ 2004, 159 p. (ISBN 2-909034-48-8), p. 147.
  4. AFGG 1931, tome 1, volume 3, p. 22.
  5. AFGG 1931, tome 1, volume 3, p. X-XI.
  6. « Première bataille de la Marne », sur Encyclopædia Universalis.
  7. AFGG 1931, tome 1, volume 3, p. XI.
  8. Les noms des différentes batailles sont ceux donnés dans AFGG 1931, tome 1, volume 3, p. X-XI.
  9. Jean Étienne Valluy et Pierre Dufourcq, La première guerre mondiale, t. 1 : Tome Ier 1914-1916, de Sarajevo à Verdun, Paris, Larousse,‎ 1968, 320 p. (notice BnF no FRBNF332063608), p. 83-84.
  10. « Entre Nancy et les Vosges, trois jours de combats acharnés », L'Écho de Paris,‎ jeudi 27 août 1914, p. 1 (lire en ligne).
  11. « De la Somme aux Vosges, la situation reste la même », L'Écho de Paris,‎ samedi 29 août 1914, p. 1 (lire en ligne).
  12. Voir le détail dans l'article Ordre de bataille de l'armée allemande en 1914.
  13. Voir le détail dans l'article Ordre de bataille de l'armée française en août 1914.
  14. Galliéni 2013, p. 50.
  15. Frédéric Guelton (colonel), « La bataille de la Marne (septembre 1914) », 14-18 Le magazine de la Grande Guerre, no 1 hors série,‎ septembre 2004, p. 19.
  16. Service historique de l'état-major des armées, Les Armées françaises dans la Grande guerre, vol. 1, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : grands quartiers généraux, groupe d'armées, armées, corps d'armée, Paris, Impr. nationale,‎ 1923, 966 p. (lire en ligne), p. 157.
  17. AFGG 1923, tome 10, volume 1, p. 265.
  18. Pierre Miquel, Le gâchis des généraux : les erreurs de commandement pendant la guerre de 14-18, Paris, Plon, coll. « Pocket » (no 11640),‎ 2003 (1re éd. 2001), 242 p. (ISBN 2-2661-2438-2), p. 81.
  19. Instruction générale n° 2, 2349 du 25 août 1914, publié comme no 395 dans AFGG 1925, tome 1, volume 2, annexes 1, p. 278, [lire en ligne].
  20. Instruction générale n° 4, du 1er septembre 1914, publié dans AFGG 1925, tome 1, volume 2, annexes 2, p. 286, annexe no 1792.
  21. Bernard Schnetzler, Les erreurs stratégiques pendant la Première Guerre mondiale, Paris, Economica, coll. « campagnes & stratégies » (no 41),‎ 2006, 212 p. (ISBN 2-7178-5225-5), p. 45.
  22. Voir le détail dans l'article Ordre de bataille de la première bataille de la Marne.
  23. « Le point de vue du général von Kuhl, d'août au 3 septembre inclus », sur http://1914ancien.free.fr/.
  24. Pierre-Yves Hénin, Le Plan Schlieffen : Un mois de guerre - deux siècles de controverses, Paris, Economica, coll. « Campagne & stratégies » (no 99),‎ 2012, 572 p. (ISBN 978-2-7178-6447-2, présentation en ligne), p. 373.
  25. Hénin 2012, p. 372.
  26. AFGG 1931, tome 1, volume 3, p. 17.
  27. Hénin 2012, p. 374-375.
  28. Message cité dans Louis Koeltz (lieutenant-colonel), Le G. Q. G. allemand et la Bataille de la Marne : avec 4 cartes et 12 croquis, Paris, Payot,‎ 1931, 413 p. (notice BnF no FRBNF32316351j), p. 369, et dans Hénin 2012, p. 375.
  29. Galliéni 2013, p. 68.
  30. AFGG 1932, tome1, volume 3, p. 7.
  31. Joumas 2011, p. ??
  32. Galliéni 2013, p. 63.
  33. Ordre général n° 6, 3795 du 4 septembre 1914, annexe 2332.
  34. Ordre du GQG à la 3e armée, 3866 le 5 septembre 1914, annexe 2473.
  35. Télégramme du commandant en chef au ministre de la Guerre, 3845 du 5 septembre 1914 à h, annexe 2468.
  36. Louis Koeltz, Le G. Q. G. allemand et la Bataille de la Marne, Paris, Payot,‎ 1932, 413 p. (notice BnF no FRBNF32316351j), p. 141.
  37. Hénin 2012, p. 393.
  38. Hénin 2012, p. 402-403.
  39. Hénin 2012, p. 393-394.
  40. Hénin 2012, p. 395.
  41. Hénin 2012, p. 396.
  42. Hénin 2012, p. 402.
  43. Garreau 2004, p. 160.
  44. Lyet 1938.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Babin, La bataille de la Marne (6-12 septembre 1914), esquisse d'un tableau d'ensemble, Paris, Plon-Nourrit et Cie,‎ 1915 (réimpr. 1916), in-16, 91 p. (lire en ligne).
  • (de) Artur Baumgarten-Crusius, Deutsche Heerführung im Marnefeldzug 1914 : Beiträge zur Beurteilung der Schuldfrage, Berlin, A. Scherl,‎ 1921, 226 p. (notice BnF no FRBNF317774526, LCCN 22022176).
  • Artur Baumgarten-Crusius, Le Haut-commandement allemand pendant la campagne de la Marne en 1914 : Contribution à l'étude de la question de la culpabilité, Limoges, Paris et Nancy, Charles-Lavauzelle et Cie,‎ 1924, 278 p. (notice BnF no FRBNF31777454w, LCCN ltf90023468).
  • Georges Blond, La Marne, Paris, Presses de la Cité,‎ 1962 (réimpr. 1968, 1974, 1980, 1994 et 2006), 315 p. (notice BnF no FRBNF329265086).
  • Karl von Bülow, Gerhard Tappen et Wilhelm Muller-Loebnitz (trad. Louis Koeltz), Documents allemands sur la bataille de la Marne : Mon rapport sur la bataille de la Marne par le général feldmaréchal von Bulow ; Jusqu'à la Marne en 1914, par le général Tappen, chef de la section des opérations du G.Q.G. en 1914 ; La Mission du lieutenant-colonel Hentsch, par le lieutenant-colonel en retraite W. Muller-Loebnitz, Paris, Payot,‎ 1930, 223 p. (notice BnF no FRBNF34086937v).
  • (de) Thilo von Bose, Das Marnedrama 1914 : Der Ausgang der Schlacht, Gerhard Stalling,‎ 1928, 236 p. (lire en ligne).
  • Jean-Marie Carré, Histoire d'une division de couverture,‎ 1919.
  • René Chambe (général), Adieu, cavalerie ! : la Marne, bataille gagnée, victoire perdue, Paris, Plon,‎ 1979, 283 p. (ISBN 2-259-00492-X).
  • François Cochet et al., Les batailles de la Marne : de l'Ourcq à Verdun, 1914 et 1918 (actes du Colloque Batailles emblématiques, combats oubliés, tenu à Reims et Verdun les 6 et 7 mai 2004), Saint-Cloud, Soteca-14-18 éd.,‎ 2004, 324 p. (ISBN 2-9519539-2-5).
  • Jean-François Copé et Frédéric Guelton, La bataille de la Marne, Paris, Tallandier,‎ 2013, 160 pages p. (ISBN 979-10-210-0149-7, présentation en ligne).
  • Jean-Claude Corvisier, Sur la route des taxis de la Marne, A. Sutton, coll. « Mémoire En Images »,‎ 2010 (ISBN 978-2-81380136-4).
  • Ferdinand Foch, Mémoires : pour servir à l'histoire de la guerre de 1914-1918, t. 1, Paris, Plon,‎ 1931, 282 p. (lire en ligne).
  • Joseph-Simon Galliéni, La bataille de la Marne : 25 août-11 septembre 1914, Paris, Payot et Cie,‎ 1920 (réimpr. 2013, aux éditions Laville), 145 p. (ISBN 979-10-90134-26-3).
  • Patrick Garreau, 1914, une Europe se joue sur la Marne, Paris, Économica, coll. « Campagnes & stratégies » (no 48),‎ 2004, 208 p. (ISBN 2-7178-4946-7).
  • Gabriel Hanotaux, La bataille de la Marne, Paris, Plon,‎ 1922, 2 tomes (notice BnF no FRBNF322210568), lire en ligne le [volume 1] et le [volume 2].
  • (en) Holger H. Herwig, The Marne, 1914 : The Opening of World War I and the battle that changed the World, New York, Random House,‎ 2009 (réimpr. 2011), 391 p. (ISBN 978-1-40006671-1, lire en ligne).
  • Henri Isselin, La Bataille de la Marne, Paris, Arthaud,‎ 1964, 278 p. (notice BnF no FRBNF33053530v) (l'un des meilleurs livres, parmi les plus distanciés, sur le sujet).
  • Joseph Joffre, Mémoires du maréchal Joffre, t. 1 : (1910-1917), Paris, Plon,‎ 10 octobre 1932, 493 p. (lire en ligne).
  • (en) Alexander von Kluck (préf. Mark Pottle), The march on Paris : the memoirs of Alexander Von Kluck, 1914, Londres, Frontline Books,‎ 2012, 134 p. (ISBN 978-1-84832639-2, lire en ligne).
  • Jean-Yves Le Naour, 1914 : La grande illusion, Paris, Perrin,‎ 2012, 404 p. (ISBN 978-2-262-03034-6).
  • (de) Erich Ludendorff, Das Marne-Drama : Der Fall Moltke-Hentsch, Munich, Ludendorff Verlag,‎ 1934, 31 p. (lire en ligne).
  • Pierre-Jean Lyet (lieutenant-colonel) (préf. Maurice Gamelin), Joffre et Gallieni à la Marne, Paris, Berger-Levrault,‎ 1938, 160 p. (notice BnF no FRBNF32401559m).
  • Pierre Miquel, La Bataille de la Marne, Plon,‎ 2003 (réimpr. 2004), 395 p. (ISBN 2-259-19954-2).
  • Service historique de l'état-major des armées, Les Armées françaises dans la Grande Guerre,‎ 1922-1934, onze tomes subdivisés en 30 volumes :
    • AFGG, t. 1, vol. 2 : La manoeuvre en retraite et les préliminaires de la bataille de la Marne,‎ 1925, 842 p. (lire en ligne).
    • AFGG, t. 1, vol. 3 : la bataille de la Marne,‎ 1931, 662 p. (lire en ligne).
    • AFGG, t. 1, vol. 3 : annexes 1er volume,‎ 1932, 1056 p. (lire en ligne).
    • AFGG, t. 1, vol. 3 : annexes 2e volume,‎ 1932, 996 p. (lire en ligne).
    • AFGG, t. 1, vol. 3 : annexes 3e volume,‎ 1932, 1302 p. (lire en ligne).
  • (de) Reichsarchiv, Der Weltkrieg 1914 bis 1918 : Die militärischen Operationen zu Lände, vol. 4 : Der Marne-Feldzug, Die Schlacht, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn,‎ 1926, 576 p. (lire en ligne).
  • Yannick Rogier et Philippe Braquet, Bataille de la Marne : 5 septembre 1914, le choc d'une rencontre, Villeroy, Association Musée 14-18,‎ 2013, 141 p. (ISBN 978-2-9545774-0-1).
  • Georges Joumas, Alfred Dreyfus Officier en 14-18, Regain de lecture,‎ 2011 (ISBN 978-2-353910-13-7)

Jeux de simulations historiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]