Ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Moret - Veneux-les-Sablons
à Lyon-Perrache
Image illustrative de l’article Ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache
La séparation de la ligne (voies du milieu) avec la ligne Paris-Marseille (voies de gauche) à Veneux-les-Sablons.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Nevers, Moulins, Roanne, Saint-Étienne
Historique
Mise en service 1850 – 1861
Électrification 1950 – 1989
Concessionnaires Saint-Étienne à la Loire (1823 – 1853)
Saint-Étienne à Lyon (1826 – 1853)
Loire (1928 – 1853)
Jonction du Rhône à la Loire (1853 – 1855)
Grand-Central (1855 – 1857)
PLM (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 750 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 1500 V continu
de Moret à Montargis
25 kV – 50 Hz
de Montargis à St-Germain-des-Fossés
1500 V continu
de St-Étienne à Lyon-Perrache
Nombre de voies Double voie
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Transilien R de Moret à Montargis
TGV de Saint-Étienne à Givors
Intercités
TER
Fret
Schéma de la ligne

La ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache est une ligne ferroviaire reliant les gares de Moret - Veneux-les-Sablons et de Lyon-Perrache via Nevers, Saint-Germain-des-Fossés et Saint-Étienne, traversant quatre régions administratives (Île-de-France, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes). Elle constitue la ligne 750 000[1] du réseau ferré national.

Elle a longtemps été utilisée comme itinéraire de dédoublement de la ligne de Paris à Lyon via Dijon, en particulier pour le fret, malgré un parcours plus long de 49 km. L'achèvement de l'électrification de Paris-Lyon à Lyon-Perrache via Dijon le a mis fin à cette fonction.

Le tronçon de Moret - Veneux-les-Sablons à Saint-Germain-des-Fossés reste très utilisé puisque qu'il est emprunté par les relations Paris – Clermont-Ferrand. Au sud, les relations assurées par TGV entre Paris et Saint-Étienne utilisent la section entre Givors-Canal et Saint-Étienne.

Enfin, le courant transversal entre les Pays de la Loire et la région lyonnaise crée un certain trafic entre Saincaize et Le Coteau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Le tronçon entre Saint-Étienne et Saint-Just-sur-Loire est issu de la concession par ordonnance royale du 26 février 1823 de la ligne de Saint-Étienne à Andrézieux, première voie ferrée construite en France[2]. Cette ligne a été mise en service le 30 juin 1827 par la Compagnie du chemin de fer de Saint-Étienne à la Loire. Le tronçon entre Saint-Just-sur-Loire et Le Coteau est issu de la concession de la ligne « d'Andrézieux à Roanne » par ordonnance royale du 27 août 1828[3]. Cette ligne a été mise en service en totalité en mars 1833 par la Compagnie du chemin de fer de la Loire. Le tronçon entre Saint-Étienne et Lyon est issu de la concession par ordonnance royale du 7 juin 1826 de la ligne de Saint-Étienne à Lyon[4]. Cette ligne a été mise en service en totalité en octobre 1832 par la Compagnie du chemin de fer de Saint-Étienne à Lyon. Ces tronçons ont connu plusieurs rectifications de tracé, notamment à la suite de la fusion des trois compagnies initiales au sein de la Compagnie des chemins de fer de jonction du Rhône à la Loire, acté par une loi le 10 juin 1853[5].

Dès le 15 octobre suivant, la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France rachète la Compagnie des chemins de fer de jonction du Rhône à la Loire. Ce rachat est approuvé par décret impérial le 26 décembre 1855[6].

La section de Saincaize à Saint-Germain-des-Fossés, partie d'un itinéraire de Bourges à Clermont, est déclarée d'utilité publique par une loi le 26 juillet 1844[7]. Cette même loi autorise la concession ultérieure de la ligne.

La section de Saincaize à Nevers est concédée à la Compagnie du chemin de fer du Centre par une loi le 4 décembre 1848[8].

La section de Saincaize à Roanne, partie d'un ensemble de lignes « du Bec-d'Allier à Clermont, avec embranchement de Saint-Germain des Fossés sur Roanne », est concédée à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée le 27 mars 1852 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie. Cette convention est approuvée par un décret à la même date[9]. Cette même loi transfère la concession du tronçon de Nevers à Saincaize de la Compagnie du chemin de fer du Centre à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans.

Les 2 février et 6 avril 1855, les compagnies des chemins de fer de Paris à Orléans, de Paris à Lyon, et du Grand-Central signent avec le ministre des Travaux publics une convention portant création d'une société en commandite, connue sous le nom de syndicat du Bourbonnais. La convention attribue aussi à la société la concession d'un chemin de fer « de Paris à Lyon par Corbeil et Moret, Nevers, Roanne et Saint-Étienne, d'un côté, Tarare de l'autre ». Les trois compagnie apportant les tronçons de Paris à Corbeil, de Nevers à Roanne, et du Coteau à Lyon, déjà concédés à la nouvelle société qui reçoit en outre la concession de l'État du tronçon de Corbeil à Moret et Nevers. Cette convention est approuvée par décret impérial le 7 avril 1855[10]. La société reçoit la concession de la jonction entre Roanne et Le Coteau par une convention signée avec le ministre des Travaux publics le 11 avril 1855. Cette convention est approuvée par décret impérial le 26 décembre 1855[11].

Mais la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France est victime d'une déconfiture financière et est démantelé en 1857. Cela provoque la disparition de la société commune qui est démembrée au profit de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et de la constitution de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. Cette dernière compagnie récupère notamment la concession de la ligne de Moret à Lyon par le Bourbonnais lors de sa création par la convention signée le 11 avril 1857 entre le ministre des Travaux publics et les Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon et Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée. Cette convention est approuvée par décret le 19 juin 1857[12].

L'époque PLM[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, de nombreuses usines étaient installées près de la ligne : extraction de sable à Bourron-Marlotte et Nemours, pneumatiques à Montargis, usine métallurgique à Fourchambault et Saincaize, cimenterie à Créchy, etc. Les domaines agricoles utilisaient également le rail, notamment dans le Gâtinais, le Nivernais et le Bourbonnais[RP 1].

Lorsque la radiale de Paris à Clermont-Ferrand via Gannat était achevée, la ligne comptait neuf gares ouvertes entre Moret et Montargis[RP 2],[Note 1], dix-huit entre Montargis (exclue) et Nevers[RP 2],[Note 2], onze entre Nevers (exclue) et Saint-Germain-des-Fossés[Note 3], sept entre Saint-Germain-des-Fossés exclue et Roanne[Note 4], quinze entre Roanne et Saint-Étienne[Note 5] et 21 entre Saint-Étienne exclue et Lyon[Note 6].

En 1871, un train express reliait Paris à Saint-Germain-des-Fossés et à Vichy, en complément d'un Paris – Nîmes, avec une vitesse ne dépassant pas 100 km/h[RP 2]. Par ailleurs, à la fin des années 1890, les trains transportant du charbon de La Vernarède, La Levade et de Trescol, à destination de Marseille, devaient utiliser une partie de la ligne entre Saint-Étienne et Givors à la suite d'un mouvement de terrain entre La Levade et La Grand-Combe[RP 2].

La ligne voit aussi se développer les transversales utilisant en partie la ligne Moret-Lyon dans les années 1920 : un Nantes – Lyon et un Nevers – Lyon de nuit via Saint-Germain-des-Fossés et Roanne (ces trains continuent vers Lyon par Tarare), un train Bordeaux – Milan via Saint-Germain, Roanne, Tarare et Lyon (utilisation de la ligne entre Saint-Germain et Roanne), ainsi qu'un train de nuit Bordeaux – Genève via Saint-Germain, Roanne, Saint-Étienne et Lyon (utilisation de la ligne entre Saint-Germain et Lyon). Aussi la gare de Saint-Germain-des-Fossés joua-t-elle « un rôle majeur […] pour les coupes et raccords des rames Nîmes et Saint-Étienne et le rebroussement des trains Bordeaux – Lyon[RP 2] ». À cette époque, il fallait près de deux heures pour relier Paris et Montargis, quatre heures pour Nevers, cinq pour Moulins et sept pour Clermont-Ferrand via Gannat[RP 2].

En 1934, le PLM mettait en service une relation entre Paris et Clermont-Ferrand, via Corbeil, Malesherbes (ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis), Vichy et la nouvelle ligne vers Riom (utilisation de la ligne Moret–Lyon entre Montargis et Saint-Germain-des-Fossés, du fait de la présence de quatre arrêts commerciaux sur la ligne), assurée en autorails Bugatti. Ces autorails permettaient d'atteindre 130 km/h, alors que les trains à vapeur ne pouvaient dépasser 120 km/h[RP 3].

Depuis la création de la SNCF[modifier | modifier le code]

À la naissance de la SNCF en 1938, cinq trains reliaient Paris à Clermont-Ferrand ou Saint-Étienne. Aussi les temps de parcours furent-ils diminués à « h 23 pour Nevers, h 2 pour Moulins [et] h 20 pour Clermont-Ferrand » pour ces trains utilisant la ligne. Cependant, l'exploitation fut appauvrie pendant la Seconde Guerre mondiale ; ne circulent plus en 1940 qu'un train de jour Paris – Saint-Étienne et un Dijon – Clermont-Ferrand via Nevers, ainsi qu'un train de nuit Paris – Lyon par Nevers et Saint-Étienne, utilisant donc quasiment toute la ligne[RP 4]. Les bombardements allemands imposent même aux trains de voyageurs utilisant habituellement l'artère impériale de passer « par Montargis, Nevers, Moulins et Paray-le-Monial »[RP 4] (cette circulation reprenant son itinéraire normal en 1945[RP 5]). De même, le trafic est interrompu à la suite de la destruction de ponts, notamment le pont sur le canal du Loing à Souppes. L'exploitation reprend après divers travaux de réparation (mais les trains pour Clermont-Ferrand sont détournés par Vierzon), mais ces temps de parcours sont sévèrement dégradés au service d'été 1941 (h 25 pour Nevers, h 54 pour Moulins et h 50 pour Clermont-Ferrand)[RP 4].

Dans les années 1960, des trains reliant Paris à Lyon ont été déviés par Nevers, Moulins et Saint-Étienne à la suite de graves accidents sur la ligne impériale[RP 6]. Les locomotives à vapeur utilisées sur les relations de Paris à Clermont-Ferrand, jusqu'alors assurées par des 141 R et des 241 P, ainsi que par des 231 G, sont progressivement remplacées par des locomotives diesel BB 67000. Le prototype des ETG a circulé en essais à 212 km/h entre Saincaize et Saint-Germain-des-Fossés[RP 7].

Modernisation de la ligne[modifier | modifier le code]

Des relèvements de vitesse bénéfiques pour les Paris – Clermont[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, la relation de Paris à Clermont-Ferrand, utilisant la ligne entre Moret et Saint-Germain-des-Fossés, bénéficie d'une amélioration conséquente d'un temps de parcours « de 30 à 60 minutes » par l'utilisation des CC 72000 sur de multiples sections parcourables à 140 km/h. De nombreux travaux sont menés pour augmenter le plafond de vitesse à 150 et 160 km/h entre 1974 et 1976 : rectifications de tracé, remplacements d'appareils de voie, renouvellements de voie avec utilisation de longs rails soudés au nord de Nevers, remplacement du block manuel Sud-Est par le block automatique lumineux[RP 8].

Relèvement de vitesse entre Saincaize et Saint-Germain-des-Fossés[modifier | modifier le code]

Des travaux de relèvement de vitesse à 200 km/h ont été effectués entre Saincaize et Saint-Germain-des-Fossés. Même si les trains entre Paris et Clermont-Ferrand marquant les arrêts à Nevers et Moulins sur la ligne peuvent atteindre cette vitesse (à condition que la locomotive et toutes les voitures du train soient aptes), il existe un train sans arrêt dans chaque sens reliant les gares de Paris-Bercy et de Clermont-Ferrand en h environ (en 2014, il s'agit des trains 5954 et 5977, ne circulant qu'en semaine[14]). Ce relèvement de vitesse ne concerne pas les TER, limités à 160 km/h.

Dans le cadre du CPER 2007-2013 conclu entre l'État et la Région Auvergne, des travaux de relèvement de vitesse et d'adaptation de la signalisation ont été engagés pour un coût de 20 millions d'euros[15]. Plusieurs passages à niveau ont été supprimés :

  • le PN 154 à Chazeuil, village de Varennes-sur-Allier, jugé préoccupant, a été supprimé en 2007 par construction d'une déviation de la RD 46[16],[17] ;
  • le PN 155 à Varennes-sur-Allier : fin 2010, pour compenser sa suppression, une nouvelle route a été créée débouchant près de la base militaire[18] ;
  • le PN 156 coupant la RD 75 au sud de Varennes-sur-Allier, qui a fait l'objet d'une étude d'impact (rejetée) car la route départementale à rétablir est située dans la ZNIEFF du Val d'Allier et à proximité d'un site Natura 2000[19] ;
  • le PN 159 à Créchy.

Agglomération lyonnaise[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du prolongement de la ligne B du métro de Lyon jusqu'à la station Gare d'Oullins (mise en service en décembre 2013), RFF a procédé au réaménagement des quais de la gare, à la création d'un passage souterrain piétonnier et d'un pont-rail préfabriqué sur place (ripé en mai 2013[20]) et à la fermeture d'un passage à niveau[21]. Situé rue Pierre-Semard, celui-ci a été définitivement supprimé en février 2014[22].

Dans le 2e arrondissement de Lyon, juste après le franchissement du pont de la Mulatière, la ligne passe dans le quartier de la Confluence.

En août 2014, le pont-rail Panama, long de 43 m, destiné à relier la rue Hrant-Dink au cours Charlemagne, a été mis en place en utilisant la technique du ripage, afin de désenclaver le port Rambaud. Ces travaux ont nécessité la coupure du trafic et le détournement des trains Lyon – Saint-Étienne par la rive gauche du Rhône, via Saint-Fons[23]. Ce pont est situé au km 557,6 de la ligne ; son coût est de 10 192 000 euros hors taxes[24]. Deux ponts-rails avaient aussi été créés en utilisant la même technique, lors du prolongement de la rue Casimir-Périer en 2005 et du cours Bayard en 2008. Un autre pont-rail est prévu en 2015 pour désengorger la circulation sur le cours Charlemagne[23].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé et profil[modifier | modifier le code]

Les déclivités maximum sont situées entre Givors et Saint-Étienne et atteignent 14 .

La ligne a connu de profondes modifications entre Oullins et Lyon-Perrache, avec la création de nombreux ponts-rails (Panama en août 2014, sur la rue Casimir-Périer en 2005[23], sur le cours Bayard en 2008[23]) dans le cadre du réaménagement du quartier de la Confluence. Elle passe au premier étage du centre commercial de Confluence juste avant de franchir un nouveau pont sur la place nautique. Cette nouvelle configuration remplace l'ancienne gare de marchandises de Perrache 2[25], détruite dans les années 2000 pour l'occasion[réf. souhaitée].

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Viaducs[modifier | modifier le code]

Tunnels[modifier | modifier le code]

Il existe sur cette ligne un certain nombre de tunnels dont plusieurs ont été supprimés.

Le tunnel de Sampanges à Saincaize, situé sur la commune de Gimouille, en très mauvais état, et imposant une limitation de vitesse très réduite (30 km/h)[RP 7], a été supprimé en 1967 par la construction d'une déviation de 1 700 m, parcourable à 110 km/h[RP 7]. Son accès reste dangereux compte tenu de la densité très forte de la végétation[29].

Le tunnel de Saint-Pierre-le-Moûtier (longueur 652 m) a été supprimé en 1986 lors de l'électrification, également par construction d'une déviation, pour cause de gabarit limité imposant une limitation de vitesse plus faible (140 km/h contre 160)[30].

Le tunnel de Saint-Martin-d'Estréaux, à la frontière entre les départements de l'Allier et de la Loire, d'une longueur de 1 382 m, est réalisé en roche fracturée provoquant des infiltrations d'eau. La rénovation du tunnel a été effectuée en 2003 avec la création d'une voie sur dalle[31]. En 2012, la traversée du tunnel a été limitée à 40 km/h[32]. Entre 2014 et 2016 des travaux de régénération de ce tunnel ont été entrepris, afin de stabiliser l'infrastructure et rétablir la vitesse de 110 km/h[33].

Le tunnel du Crozet, près de La Pacaudière, a connu un accident très grave le 20 mars 1971. Un train (impair) composé de 52 wagons, tracté par une BB 67000 (la BB 67106), et un autre train (pair) d'hydrocarbures, en provenance des raffineries de Feyzin et en retard, circulent en même temps sous le tunnel. Mais le train pair déraille, ce qui a pour conséquence une collision et l'explosion des wagons d'hydrocarbures. L'incendie ne peut être maîtrisé à temps (toute approche était interdite le jour même). Le 18e wagon-citerne du train pair est le plus touché et sera heurté par la locomotive du train impair. Ce sont plus de 500 m3 de carburant qui brûlent ; la température atteint 2 000 °C à l'intérieur du tunnel[34] avec pour conséquence, lors des tentatives d'extraction du matériel accidenté dans le tunnel, des effondrements partiels de la voûte ainsi que l'apparition de fontis dans les champs situés au-dessus du tunnel. D'ailleurs, il était envisagé de renouveler le ballast sur la voie paire[34].

Il a donc été décidé de supprimer celui-ci par la réalisation d'une tranchée de grande profondeur, ce qui a pris plusieurs mois. Il est apparu à la fin des opérations que le granite de la voûte avait fondu.

L'accident a fait deux victimes (les conducteurs du train impair) et un troisième lors de l'opération de déblaiement[34]. Le trafic a repris dès le 26 juin 1971. Une stèle commémorant cette catastrophe a été inaugurée un an jour pour jour après l'accident[34].

Le tunnel de Terrenoire (de 1 298 m de long) est l'un des plus vieux tunnels ferroviaires en France. Situé à la sortie sud-est de la gare de Saint-Étienne-Châteaucreux sur l'ancienne commune de Terrenoire rattachée depuis à Saint-Étienne, sa construction remonte à 1829, à l'origine à voie unique. Ce tunnel a été mis au gabarit double voie entre 1855 et 1857[35],[36].

Le tunnel de Couzon (de 890 m de long, sur la commune de Rive-de-Gier) est le plus vieux tunnel de France. Sa construction remonte aux années 1820. Conçu à voie unique, il a été abandonné en 1856 après la construction d'un autre tunnel, plus court (552 m)[37],[38]. L'ancien tunnel est inscrit au titre des monuments historiques le 2 mai 1995[39].

Enfin, le dernier tunnel notable de la ligne est le tunnel de la Mulatière, long de 305 m, suivi immédiatement par le pont éponyme longeant l'autoroute A7 et franchissant la Saône. Compte tenu de la reconstruction du pont dans les années 1910, l'axe du tunnel a été modifié[27].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Signalisation[modifier | modifier le code]

La ligne est équipée[40] :

Le contrôle de vitesse par balises (KVB) est opérationnel entre Moret et Saint-Germain-des-Fossés et entre Saint-Étienne et Lyon[41].

Des liaisons avec les trains existent sous forme de radio sol-train sans transmission de données sur les sections électrifiées et avec transmission en dehors de ces sections[42].

Électrification[modifier | modifier le code]

Voies au sud de la gare de Saint-Germain-des-Fossés
Voies de service de la gare de Saint-Germain-des-Fossés électrifiée en 1989.

Plusieurs tronçons de cette ligne ont été électrifiés :

  • la gare de Moret - Veneux-les-Sablons (1,5 kV), le  ;
  • de Lyon-Perrache à Givors-Canal (1,5 kV), le  ;
  • de Saint-Étienne à Givors-Canal (1,5 kV), le  ;
  • de Moret - Veneux-les-Sablons au PK 123,550 (1,5 kV), le  ;
  • du PK 123,550 à Nevers (25 kV - 50 Hz), le  ;
  • de Nevers à Saincaize (25 kV - 50 Hz), le  ;
  • de Saincaize à Saint-Germain-des-Fossés (25 kV - 50 Hz), le .

Dans les années 1980, il avait été envisagé d'électrifier les lignes de Roanne à Lyon, via Saint-Étienne et via Tarare, dans le projet d'électrification totale entre Nantes et Lyon (les trains Intercités effectuant cette liaison empruntent la ligne entre Saincaize et Lyon), mais celui-ci a été ajourné. Le choix de jonction électrique entre le Bourbonnais et le Rhône n'est toujours pas décidé. En effet, depuis la mise sous tension à l'automne 2011 du tronçon de Bourges à Saincaize, avec une mise en service commerciale en 2012[43], les trains empruntent une voie non électrifiée à partir de Saint-Germain-des-Fossés. C'est pourquoi cette liaison est effectuée par des Autorail grande capacité bi-alimentation (électrique et thermique). La Bretagne et Nantes sont reliés en traction électrique jusqu'à Clermont-Ferrand, bien qu'il n'y ait aucune relation commerciale à ce jour.

Vitesses limites[modifier | modifier le code]

Les vitesses limites de la ligne en 2014 pour les trains V 200 (ces trains ont la vitesse limite la plus élevée sur certaines portions de la ligne), ou les AGC au-delà de Saint-Germain-des-Fossés (bifurcation de Vichy), en sens impair, sont indiquées dans le tableau ci-dessous ; toutefois, les trains de certaines catégories, comme les trains de marchandises, sont soumis à des vitesses limites plus faibles[44].

De (PK) À (PK) Limite (km/h)
Moret - Veneux-les-Sablons PK 69,1 140
PK 69,1 Nemours - Saint-Pierre (PK 86,0) 160
Nemours - Saint-Pierre (PK 86,0) PK 106,0 180
PK 106,0 PK 119,0 140
PK 119,0 Gien 160
Gien PK 159,2 140
PK 159,2 PK 267,9 160
PK 267,9 PK 283,7 200
PK 283,7 PK 301,0 160
PK 301,0 PK 309,6 200
PK 309,6 PK 316,3 160
PK 316,3 Saint-Germain-des-Fossés BV (PK 354,4) 200
Saint-Germain-des-Fossés BV (PK 354,4) Bifurcation de Vichy (PK 356,2) 160
Bifurcation de Vichy (PK 356,2) PK 369,5 140
PK 369,5 PK 385,2 130
PK 385,2 PK 401,4 110
PK 401,4 PK 408,6 120
PK 408,6 Roanne BV 140
Roanne BV Balbigny 95
Balbigny Montrond-les-Bains 130
Montrond-les-Bains Saint-Just-sur-Loire (bif. de Clermont) 110
Saint-Just-sur-Loire (bif. de Clermont) Saint-Étienne-La Terrasse 105
Saint-Étienne-La Terrasse Saint-Étienne-Châteaucreux 100
Saint-Étienne-Châteaucreux Terrenoire (PK 505,6) 100
Terrenoire (PK 505,6) PK 509,5 115
PK 509,5 Saint-Chamond 105
Saint-Chamond PK 520,0 125
PK 520,0 Givors-Ville 105
Givors-Ville Givors-Canal (bif. PK 539) 90
Givors-Canal (bif. PK 539) Badan Poste 2 90
Badan Poste 2 Pierre-Bénite 115
Pierre-Bénite Oullins 105
Oullins Lyon-Perrache Poste 1 80
Lyon-Perrache Poste 1 Lyon-Perrache Voyageurs 30

Trafic[modifier | modifier le code]

La ligne est utilisée pour assurer la relation commerciale de Paris à Clermont-Ferrand entre Moret - Veneux-les-Sablons et Saint-Germain-des-Fossés, la relation commerciale Paris – Montargis – Cosne – Nevers et la relation transversale Nantes – Tours – Lyon entre Nevers ou Saincaize et Roanne. Elle voit également circuler des trains régionaux TER Bourgogne, TER Auvergne et TER Rhône-Alpes.

TGV[modifier | modifier le code]

  • TGV Paris-Gare de Lyon – Saint-Étienne

Intercités[modifier | modifier le code]

  • Relation Paris –  Clermont-Ferrand (arrêts à Nevers et Moulins) par trains à réservation obligatoire[14]
  • Relation Paris – Montargis – Cosne – Nevers
  • Relation Nantes – Tours – Lyon (arrêts à Nevers pour rebroussement, Saincaize, Moulins, Saint-Germain-des-Fossés et Roanne)[45]

Trains régionaux[modifier | modifier le code]

  • TER Bourgogne : Cosne – Nevers, Nevers – Moulins – Paray-le-Monial – Lyon
  • TER Auvergne : Moulins – Saint-Germain-des-Fossés (tous les trains continuent vers Vichy et Clermont-Ferrand ou au-delà), relation de Clermont-Ferrand à Lyon entre le raccordement de Saint-Germain-des-Fossés et Roanne
  • TER Rhône-Alpes : Roanne – Saint-Étienne, Saint-Étienne – Lyon

Transilien[modifier | modifier le code]

Les trains de la ligne R circulent entre Moret et Montargis. Il s'agit de missions en provenance de Paris-Gare-de-Lyon et ces trains desservent toutes les gares du parcours à partir de Melun, sauf certains qui ne s'arrêtent ni à Dordives, ni à Ferrières - Fontenay[46].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit des neuf gares citées dans la nomenclature, avec les numéros d'ordre de 1 à 9[13].
  2. Il s'agit des gares de la nomenclature dont les numéros d'ordre vont de 10 (Solterres) à 16 (Bonny), dans le Loiret, et de 1 (Neuvy-sur-Loire) à 11 (Nevers) dans la Nièvre[13].
  3. Il s'agit des gares de la nomenclature dont les numéros d'ordre vont de 12 (Saincaize) à 22 (Saint-Germain-des-Fossés)[13]. La source de Rail Passion évoque vingt-et-une gares, comprenant celles au-delà vers Clermont-Ferrand[RP 2], via Gannat, hors sujet dans cet article.
  4. Il s'agit des gares de la nomenclature dont les numéros d'ordre vont de 8 (Saint-Gérand-le-Puy) à 10 (Arfeuilles) dans l'Allier et de 1 (Saint-Martin-Sail-les-Bains) à 4 (Roanne) dans la Loire[13].
  5. Il s'agit des gares de la nomenclature dont les numéros d'ordre vont de 2 (Le Coteau) à 16 (Saint-Étienne) dans la Loire[13].
  6. Il s'agit des gares de la nomenclature dont les numéros d'ordre vont de 17 (Pont-de-l'Âne) à 23 (Couzon) dans la Loire, de 24 (Trèves-Burel) à 26 (Givors) (p. 110) et de 1 (Givors-Canal) à 11 (Lyon-Perrache Poste 2) (p. 111) dans le Rhône[13].

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • « De Paris à Nîmes : la traversée du Bourbonnais et des Cévennes » :
  1. « Le contexte économique passé des régions traversées », p. 19-20.
  2. a b c d e f et g « L'exploitation à l'origine », p. 20-24.
  3. « Changements dans les années 30 », p. 24-26.
  4. a b et c « L'avènement de la SNCF et la guerre de 1939-1945 », p. 26-31.
  5. « Les conditions de reprise du trafic et de la reconstruction après la Libération », p. 32-38.
  6. « La ligne du Bourbonnais délaissée par la région Sud-Est », p. 38-47.
  7. a b et c « La traction diesel remplace avantageusement la vapeur », p. 47-52.
  8. « Des réformes horaires bénéfiques pour la relation Paris – Clermont », p. 52-56.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement sonore des voies du département du Rhône » (consulté le 10 juin 2014).
  2. « N° 14250 - Ordonnance du Roi relative à l'établissement d'un chemin de fer de la Loire au Pont de l'Ane sur la rivière de Furens, par le territoire houiller de Saint-Étienne, département de la Loire : 26 février 1823 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série VII, vol. 16, no 591,‎ , p. 193 - 197 (lire en ligne, consulté le 21 août 2014).
  3. « N° 9135 - Ordonnance du Roi portant approbation de l'adjudication passée pour l'établissement d'un chemin de fer d'Andrézieux à Roanne : 27 août 1828 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série VIII, vol. 9, no 251,‎ , p. 228 - 229 (lire en ligne, consulté le 21 août 2014).
  4. « N° 3006 - Ordonnance qui approuve l'adjudication de l'établissement d'un chemin de fer de Saint-Étienne à Lyon : 7 juin 1826 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série VII, vol. 3, no 107,‎ , p. 317 - 318 (lire en ligne, consulté le 21 août 2014).
  5. « N° 550 - Loi relative aux chemins de fer de jonction du Rhône à la Loire : 10 juin 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 1, no 59,‎ , p. 1149 - 1172 (lire en ligne, consulté le 21 août 2014).
  6. « N° 1091 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 24 décembre 1853, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du Chemin de fer Grand-Central : 26 décembre 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 3, no 131,‎ , p. 147 - 152 (lire en ligne, consulté le 21 août 2014).
  7. « N° 11378 - Loi relative au chemin de fer de Paris sur le centre de la France : 26 juillet 1844 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 29, no 1119,‎ , p. 145 - 165 (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2015).
  8. « N° 926 - Loi qui autorise le ministre des Travaux publics à donner à bail à la Compagnie du chemin de fer du Centre, l'embranchement sur Nevers : 4 décembre 1848 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 2, no 99,‎ , p. 707 - 708.
  9. « N° 3971 - Décret qui approuve la convention passée, le 27 mars 1852, entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans : 27 mars 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 9, no 520,‎ , p. 1071 - 1086 (lire en ligne, consulté le 18 août 2014).
  10. « N° 3272 - Décret impérial qui approuve la convention passée, les 2 février et 6 avril 1855, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et les trois Compagnies du Chemin de fer de Paris à Orléans, de Paris à Lyon et du Grand-Central de France : 7 avril 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 7, no 354,‎ , p. 49 - 76 (lire en ligne, consulté le 21 août 2014).
  11. « N° 3284 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 avril 1855, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et la société concessionnaire du Chemin de fer de Paris à Lyon par le Bourbonnais : 26 décembre 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 7, no 354,‎ , p. 130 - 135 (lire en ligne, consulté le 21 août 2014).
  12. « N° 4797 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 avril 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et les Compagnies des chemins de fer de Paris à Lyon, et de Lyon à la Méditerranée », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 522,‎ , p. 275 - 327.
  13. a b c d e et f Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, Nomenclature des gares, stations et haltes, Paris, Impr. Maulde, Doumenc, (lire en ligne) : « Moret-Les Sablons à Nîmes », p. 88-89 ; « Saint-Germain-des-Fossés à Lyon par Tarare », p. 107-108 ; « Roanne à Lyon, par Saint-Étienne », p. 110-111.
  14. a et b Site Intercités, Relation Paris - Clermont-Ferrand
  15. État et Conseil régional d'Auvergne, « Contrat de plan État-région Auvergne 2007-2013 » [PDF] (consulté le 10 juin 2014).
  16. « Suppression du passage à niveau de Chazeuil », sur webtrains.net, (consulté le 13 juin 2014).
  17. « Suppression du passage à niveau de Chazeuil » (consulté le 13 juin 2014). Le passage à niveau a été supprimé dans le but de la réalisation du contournement de Varennes-sur-Allier.
  18. « Varennes-sur-Allier : trois passages à niveau en moins », Reflets d'Allier, Conseil général de l'Allier, no 31,‎ , p. 10.
  19. « Rétablissement de la RD75 après suppression du passage à niveau 156 à Varennes-sur-Allier », DREAL Auvergne, (consulté le 13 juin 2014)
  20. « Pôle d'échanges multimodal d'Oullins La Saulaie : ripage du pont-rail République », sur RFF, (consulté le 10 juin 2014).
  21. « Pôle d'échanges multimodal d'Oullins La Saulaie », sur RFF, (consulté le 10 juin 2014).
  22. Isabelle Gonzalez, « Oullins : plus de passage à niveau ! », sur France 3 Rhône-Alpes, (consulté le 10 juin 2014).
  23. a b c et d Communiqué de presse : « Lyon Confluence : ripage du pont-rail Panama – Du 12 au 18 août : plus de 130 h pour mettre en place un nouveau pont », sur sncf.com, (consulté le 20 août 2014).
  24. « Conseil de communauté du 13 janvier 2014 - Décision no 2014-4497 », Grand Lyon, (consulté le 20 août 2014).
  25. Gare de marchandises Perrache II
  26. « Pont ferroviaire de Nevers », sur Structurae (consulté le 11 juin 2014).
  27. a et b « Tunnel de la Mulatière » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 11 juin 2014).
  28. « Pont dit viaduc ferroviaire de la Mulatière », Ministère de la Culture, (consulté le 11 juin 2014).
  29. « Le tunnel de Sampange » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 10 juin 2014).
  30. « La Galerie de Saint-Pierre-le-Moûtier » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 10 juin 2014).
  31. Maurice Guillaud, « Rénovation de la plate-forme du tunnel de Saint-Martin-d'Estréaux », Tunnels et ouvrages souterrains, Paris, Association française des travaux en souterrain, no 175,‎ , p. 27-30 (ISSN 0399-0834, lire en ligne)
  32. « Le Tunnel de Saint-Martin-d'Estreaux » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 10 juin 2014).
  33. « Lyon – Clermont-Ferrand : poursuite de la régénération du tunnel de Saint-Martin d'Estréaux », sur sncf-reseau.fr, (consulté le 28 novembre 2015).
  34. a b c et d « Le Tunnel du Crozet » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 10 juin 2014).
  35. « Tunnel de Terrenoire » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 11 juin 2014).
  36. « Tunnel de Terrenoire », sur Structurae (consulté le 11 juin 2014).
  37. « Tunnel de Couzon » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 11 juin 2014).
  38. « Tunnel de Rive-de-Gier » [PDF], sur tunnels-ferroviaires.org (consulté le 11 juin 2014).
  39. « Ancien tunnel de Couzon », notice no PA00135652, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. RFF, Modes d'espacement des trains
  41. RFF, Lignes équipées de contrôle de vitesse
  42. RFF, Lignes équipées de liaisons avec les trains
  43. « Électrification de la ligne Bourges - Saincaize », sur RFF (consulté le 21 août 2014).
  44. « Vitesse maximale nominale sur ligne, « Ligne de Moret-Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache », sur SNCF Open Data, (consulté le 29 mai 2017).
  45. Site Intercités, Relation Nantes - Tours - Lyon
  46. Site Transilien, Horaires de la ligne R branche Montargis (consulté le 10 juin 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « Modernisation à Saincaize », La Vie du Rail, no 1448,‎ (en couverture)
  • « Amélioration de la desserte du Massif central : Paris - Clermont-Ferrand », La Vie du Rail, no 1577,‎ , p. 39 et suiv.
  • « Des caténaires pour Nevers », La Vie du Rail, no 2015,‎ (en couverture)
  • « Moret - Nevers : la caténaire file plein sud », La Vie du Rail, no 2096,‎ (en couverture)
  • « Moret-Nevers en bicourant », La Vie du Rail, no 2140,‎ (en couverture)
  • Bernard Collardey, « De Paris à Nîmes par le Bourbonnais et les Cévennes », Rail Passion, no hors-série,‎ , p. 4-80 Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Présentation de la relation ferroviaire de Paris à Nîmes. Seule la section entre Moret - Veneux-les-Sablons et Saint-Germain-des-Fossés est évoquée dans cet article.
  • M. Croizette-Desnoyers, « Sur les travaux et les dépenses de la partie de chemin de fer du Bourbonnais comprise entre Saint-Germain-des-Fossés et Roanne, sur une longueur de 66 kilomètres », Annales des ponts et chaussées : Mémoires et documents relatifs à l'état des constructions et au service de l'ingénieur, Paris, Dalmont et Dunod éditeurs, 3e série, no 247,‎ 2e semestre 1859, p. 121-196 (lire en ligne)
  • Adolphe-Laurent Joanne, Atlas historique et statistique des chemins de fer français, Hachette, (lire en ligne), p. 70
  • Patricia Laederich, Pierre Laederich, André Jacquot et Marc Gayda, Histoire du réseau ferroviaire français, Valignat, Éditions de l'Ormet,

Articles connexes[modifier | modifier le code]