Chaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Chert (géologie) » redirige ici. Pour la ville espagnole, voir Xert.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Chail et Chailles (homonymie).
Pointe de flèche du Néolithique – Muséum de Toulouse

Une chaille, ou un chert, est une concrétion partiellement silicifiée au sein de masses calcaires. De teinte généralement claire, elle est constituée d'un mélange de calcédoine et de calcite.

Les silex entrent dans cette catégorie, mais sont généralement considérés séparément. Le passage de la concrétion siliceuse à la craie est brutal pour le silex, graduel pour le chert.

Le synonyme forune est également mentionné[1].

Exemple de gisements[modifier | modifier le code]

On trouve des chailles dans les calcaires du Jurassique, en particulier du Bajocien. Il existe ainsi des gisements en Moselle et au Luxembourg.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les chailles ont été utilisées pendant la Préhistoire, principalement au Paléolithique supérieur, pour confectionner des artéfacts dont de petits outils bifaces (racloirs, perçoirs et grattoirs), ainsi que des pointes de flèches. En effet, seules les chailles de petite dimension se prêtaient à la taille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La présence de chailles est à l'origine du nom donné au bois de la Chaille et à la forêt de Chailluz, à Besançon. Cette dernière possédait par ailleurs des gisements de pierre de taille, la pierre de Chailluz, qui ont fait l'objet d'une exploitation à partir du XVIe siècle ; mais il s'agit là d'une roche en calcaire oolithique et non d'une chaille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Girard, Les Industries moustériennes de la grotte de l'Hyène à Arcy-sur-Cure, Yonne, Paris, CNRS, 1978, 224 p. (lire en ligne), p. 30.