Gare de Corbeil-Essonnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corbeil-Essonnes
Image illustrative de l'article Gare de Corbeil-Essonnes
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare rue Pierre-Semart.
Localisation
Pays France
Commune Corbeil-Essonnes
Quartier Centre-ville
Adresse Place Henri-Barbusse
91100 Corbeil-Essonnes
Coordonnées géographiques 48° 36′ 51″ N 2° 28′ 25″ E / 48.614192, 2.473615 ()48° 36′ 51″ Nord 2° 28′ 25″ Est / 48.614192, 2.473615 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Service RER ligne D : (RER)(D)
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Villeneuve-Saint-Georges - Montargis
Grigny - Corbeil-Essonnes
Corbeil-Essonnes - Montereau
Voies 6 à quai + voies de service
Quais 1 latéral et 3 centraux
Zone 5 (tarification Île-de-France)
Altitude 39 m
Historique
Mise en service 17 septembre 1840
Ouverture 24 septembre 1995 ((RER)(D))
Correspondances
Bus et Noctilien Voir Intermodalité

La gare de Corbeil-Essonnes est une gare ferroviaire française de la ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis, située sur le territoire de la commune de Corbeil-Essonnes, à proximité du centre-ville, dans le département de l'Essonne en région Île-de-France. Deux autres gares sont établies sur la commune : la gare d'Essonnes - Robinson, rue de Robinson, et la gare de Moulin-Galant, rue Paul-Bert.

L'embarcadère[1] de Corbeil est mis en service par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans le 17 septembre 1840 lors de l'ouverture de sa ligne de Paris à Corbeil[2]. C'est aujourd'hui une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains de la ligne D du RER. Elle se situe à une distance de 32,37 km de Paris-Gare de Lyon.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare de bifurcation, elle est située au point kilométrique (PK) 32,367[3] de la ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis entre les gares d'Évry-Val-de-Seine et de Moulin-Galant et au PK 11,021[3] de la ligne de Grigny à Corbeil-Essonnes. Elle est également l'origine de la ligne de Corbeil-Essonnes à Montereau. Son altitude est de 39 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Corbeil au début du XXe siècle.

L'embarcadère de Corbeil est mis en service par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans lors de l'ouverture au service commercial de sa ligne de Paris à Corbeil le 17 septembre 1840[4].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Vue de l'intérieur de la gare depuis le quai de la voie 1 (direction Malesherbes ou Melun).

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[5] SNCF du réseau Transilien, elle dispose d'un personnel permanent et d'un bâtiment voyageurs ouvert tous les jours. Un guichet permet l'achat des billets grandes lignes du lundi au samedi (fermé le dimanche). Elle est notamment équipée d'automates pour la vente des titres de transport (Transilien, Navigo et billets grandes lignes), du « système d'information sur les circulations en temps réel » et de divers aménagements pour les personnes à mobilité réduite.

Une boutique de presse est installée dans le hall, ainsi que divers services comme une cabine photographique, un distributeur de boissons, une photocopieuse et une cabine téléphonique.

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les trains de la ligne D du RER. Pour de nombreux trains, cette gare est un terminus mais d'autres continuent vers Melun ou Malesherbes. Le temps de parcours depuis ou vers Paris-Gare de Lyon est d'environ 45 minutes.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Abri Véligo de la gare.

Située à proximité du centre-ville, la gare dispose de places de parking pour les véhicules et d'un parc pour les vélos. Des lignes de transports en commun routiers ont un arrêt à proximité de la gare SNCF :

Depuis juin 2012, la gare de Corbeil-Essonnes est équipée d'un abri à vélos Véligo[6],[7].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[8] (toutes marchandises y compris wagon isolé).

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Nouveau quai[modifier | modifier le code]

Une rame Z 5300 en stationnement le long du nouveau quai de la voie 4 en novembre 2013.

Dans le cadre des travaux de modernisation de la ligne D, tels que définis par le schéma de principe du RER D adopté par le Conseil d'administration du STIF du 8 juillet 2009[9],[10], un quai supplémentaire entre la voie 4 et la voie 6 (anciennes voies de service) a été construit de juillet 2012 à novembre 2013. Ce nouveau quai, situé du côté de la gare routière, offre une position de stationnement supplémentaire et permet de disposer de deux voies à quai pour les trains en provenance ou destination de Paris via Ris-Orangis (ligne dite de « la Vallée »)[11]. Ce quai est le premier « quai haut » de la gare qui dispose maintenant de quatre quais et de sept voies à quai.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Embarcadère est le nom utilisé pour les premières gares.
  2. Cette ancienne ligne est aujourd'hui partiellement intégrée dans la ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis.
  3. a et b Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-44-0, volume 2, page 92.
  4. Roger Bailly, 1994. p. 15
  5. Site Transilien SNCF, Les gares Transilien : Corbeil-Essonnes lire en ligne (consulté le 17 mars 2011).
  6. Service Véligo sur le site internet Transilien. Consulté le 29/07/2012.
  7. Article "Ouverture de trois nouveaux espaces Véligo dans les gares de Corbeil-Essonnes, Saint-Denis et Rambouillet", site internet du STIF. Consulté le 29/07/2012.
  8. Site Fret SNCF : la gare de Corbeil-Essonnes.
  9. [PDF] Communiqué de Presse du STIF du 8 juillet 2009, Adoption du Schéma de Principe du RER D
  10. « Présentation des travaux de modernisation du RER D », sur modernisation du RER D, un des sites de Réseau ferré de France (consulté le 13 avril 2013).
  11. « Amélioration en gare de Corbeil-Essonnes », sur modernisation du RER D, un des sites de Réseau ferré de France (consulté le 13 avril 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Bailly, 150 ans de Chemins de Fer en Essonne, Lys éditions Presse - éditions Amattéis,‎ octobre 1994 (ISBN 2868491472)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Creil D3
Orry-la-Ville - Coye D1
(via Ris-Orangis)
Évry Val-de-Seine (RER) (D) Terminus Terminus D6
Villiers-le-Bel - Gonesse D5
(par Évry-Courcouronnes Centre)
Le-Bras-de-Fer Évry-Génopole (RER) (D) Moulin-Galant Malesherbes D4
Juvisy
(par Évry-Courcouronnes Centre)
Le-Bras-de-Fer Évry-Génopole (RER) (D) Essonnes - Robinson Melun D2