Communauté d'agglomération Marne et Gondoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Communauté d'agglomération
Marne et Gondoire
Blason de Communauté d'agglomération Marne et Gondoire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Forme communauté d'agglomération
Siège Bussy-Saint-Martin
Communes 20
Président Jean-Paul Michel (UDI)
Date de création
Code SIREN 247700594
Démographie
Population 102 090 hab. (2015)
Densité 972 hab./km2
Géographie
Superficie 105,03 km2
Localisation
Localisation de Communauté d'agglomérationMarne et Gondoire
Localisation en Seine-et-Marne
Liens
Site web http://www.marneetgondoire.fr
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté d'agglomération Marne et Gondoire est une communauté d'agglomération française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Historique[modifier | modifier le code]

La communauté de communes Marne et Gondoire (CAMG), créée par un arrêté préfectoral du [1] se transforme le en communauté d'agglomération sous le nom de communauté d'agglomération Marne et Gondoire par un arrêté préfectoral du [2].

Au regroupement de neuf communes d'origine, faisant partie du Val de Bussy (secteur 3 de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée ; soit Bussy-Saint-Martin, Chanteloup-en-Brie, Collégien, Conches-sur-Gondoire, Gouvernes, Guermantes, Jossigny, Lagny-sur-Marne et Saint-Thibault-des-Vignes[3]), se sont ajoutées :

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le nord de la Seine-et-Marne, à 25 km à l’est de Paris, l'intercommunalité est la troisième agglomération de plus de 50 000 habitants du département.

Composition[modifier | modifier le code]

En 2018, l'intercommunalité regroupe les 20 communes suivantes[1] :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Bussy-Saint-Martin
(siège)
77059 Busséens 2,64 687 (2016) 260
Bussy-Saint-Georges 77058 Buxangeorgiens 13,39 26 971 (2016) 2 014
Carnetin 77062 Carnetinois 1,61 454 (2016) 282
Chalifert 77075 Chaliferois 2,42 1 263 (2016) 522
Chanteloup-en-Brie 77085 Chanteloupiens 3,17 3 811 (2016) 1 202
Collégien 77121 Collégeois 4,27 3 412 (2016) 799
Conches-sur-Gondoire 77124 Conchois 1,52 1 737 (2016) 1 143
Dampmart 77155 Dampmartois 5,92 3 372 (2016) 570
Ferrières-en-Brie 77181 Ferrièrois 6,75 3 222 (2016) 477
Gouvernes 77209 Gouverniaux 2,72 1 166 (2016) 429
Guermantes 77221 Guermantais 1,26 1 143 (2016) 907
Jablines 77234 Jablinois 8,04 685 (2016) 85
Jossigny 77237 Jossignaciens 9,62 672 (2016) 70
Lagny-sur-Marne 77243 Latignaciens 5,72 21 264 (2016) 3 717
Lesches 77248 Leschois 4,03 725 (2016) 180
Montévrain 77307 Montévrinois 5,45 10 950 (2016) 2 009
Pomponne 77372 Pomponnais 7,17 3 959 (2016) 552
Pontcarré 77374 Pontcarréens 9,46 2 222 (2016) 235
Saint-Thibault-des-Vignes 77438 Théobaldiens 4,70 6 457 (2016) 1 374
Thorigny-sur-Marne 77464 Thorigniens 5,17 9 610 (2016) 1 859

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant (avant l'adhésion de Ferrières-en-Brie et Pontcarré)
1968 1975 1982 1990 1999 2009 2010 2014 2015
29 89334 69040 52850 80865 72986 54788 04194 72496 938
Les données proposées sont établies à périmètre géographique identique, dans la géographie en vigueur au .
(Sources : Insee[7])


(estimations), en fonction de l'évolution du territoire communautaire, sur la base du recensement 2011 : :

  • Décembre 2001 : 36 000 habitants (9 communes).
  • Janvier 2005 : 51 658 habitants (13 communes).
  • Janvier 2007 : 52 722 habitants (14 communes).
  • Janvier 2013 : 64 700 habitants (17 communes).
  • Janvier 2014 : 90 487 habitants (18 communes).

Avec l'adhésion de Ferrières-en-Brie et Pontcarré le , l'intercommunalité dépasse désormais 100 000 habitants[6].

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, la communauté d'agglomération de Marne et Gondoire a son siège dans le domaine de Rentilly (commune de Bussy-Saint-Martin), ancien domaine appartenant en dernier à la famille Menier, propriétaire également de la chocolaterie Menier de Noisiel (aujourd'hui, siège de Nestlé). L'ensemble du domaine de Rentilly appartient à la communauté d'agglomération.

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté est administrée par un conseil communautaire, qui reste composé en 2018, après l'adhésion de Ferrières-en-Brie et Pontcarré, de 51 membres, représentant chacune des communes membres, proportionnellement à leur population, soit[8] :
- 13 délégués pour Bussy-Saint-Georges ;
- 11 délégués pour Lagny-sur-Marne ;
- 5 délégués pour Montévrain ;
- 4 délégués pour Thorigny-sur-Marne ;
- 3 délégués pour Saint-Thibault-des-vignes ;
- 1 délégué pour les autres communes.

En effet, l'attribution d'un siège à chacune des nouvelles arrivées s'est traduite par une réduction d'un siège pour Bussy-Saint-Georges, qui n'a plus que 13 délégués, et Thorigny-sur-Marne, qui n'en a plus que quatre[9].

À la suite du décès de Michel Chartier, président depuis 2001, le conseil communautaire du 12 octobre 2015 a élu son successeur, Jean-Paul Michel, maire de Lagny-sur-Marne[10], ainsi que ses 13 vice-présidents, qui sont[11] :

  1. Pierrette Munier, première adjointe au maire de Chanteloup-en-Brie, déléguée au personnel ainsi qu'au budget communautaire ;
  2. Christian Robache, maire de Montévrain, délégué à la mutualisation ;
  3. Sinclair Vouriot, maire de Saint-Thibault-des-Vignes, délégué aux transports et à la requalification des zones industrielles ;
  4. Roland Harle, maire de Pomponne, délégué au numérique ;
  5. Laurent Delpech, maire de Dampmart, délégué à l'eau et assainissement ;
  6. Edwige Lagouge, élue de Collégien, délégué à l'enseignement musical ;
  7. Frédéric Nion, maire de Conches-sur-Gondoire, délégué à la sécurité et à la prévention ;
  8. Laurent Simon, maire de Chaliffert, délégué à la politique de la ville et à l'aménagement des bords de Marne ;
  9. Patrick Maillard, maire de Jossigny, délégué à l'environnement et l'agriculture ;
  10. Pascal Leroy, maire de Carnetin, délégué au développement économique ;
  11. Thibaud Guillemet, maire de Thorigny-sur-Marne, délégué à la santé, à la transition énergétique et aux déchets ;
  12. Mireille Munch, maire de Ferrières-en-Brie, délégué à la filière sylvicole ;
  13. Yann Dubosc, maire de Bussy-saint-Georges, délégué à l'habitat et au logement.

Le bureau communautaire pour la mandature 2014-2020 est constitué du président, des vice-présidents et d'autres membres, de manière que chaque commune y soit représentée[12].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 septembre 2015[13] Michel Chartier PS Ingénieur général honoraire des Ponts et Chaussées
Maire de Collégien (1994 → 2014)
Décédé en fonction
octobre 2015[10] En cours
(au 16 janvier 2018[14])
Jean-Paul Michel UDI Maire de Lagny-sur-Marne (2014 → )

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales. Il s'agit de[réf. nécessaire] :

  • Développement économique et création de zones d'activités (cette compétence fait référence également à la compétence touristique)
  • Aménagement de l'espace communautaire
  • Voiries d'intérêt communautaire, création ou aménagement et gestion des parcs de stationnement
  • Politique de l'habitat
  • Protection et mise en valeur de l'environnement, des espaces agricoles et du patrimoine architectural
  • Équipements publics, socio-éducatifs, sportifs ou culturels, d'intérêt communautaire
  • Assainissement
  • Transports
  • Politique de la ville

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, et comme toutes les communautés d'agglomération, Marne et Gondoire perçoit la fiscalité professionnelle unique[1] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c 1/8/2018, « CA Marne et Gondoire (N° SIREN : 247700594) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL (consulté le 31 mars 2018).
  2. « Communauté d'agglomération Marne et Gondoire : Statuts en date du 10/10/2013, mise à jour: juillet 2013 », sur http://www.iau-idf.fr (consulté en janvier 2014)
  3. « 16 ans d'intercommunalité », Marne et Gondoire hebdo, actualité intercommunale, no 68,‎ , p. 1 (lire en ligne [PDF], consulté le 31 mars 2018).
  4. « Arrêté préfectoral du 3 juillet 2017 emportant le retrait des communes de Ferrières-en-Brie et Pontcarré de la communauté de communes du Val Briard et leur adhésion à la communauté d’agglomération de Marne et Gondoire », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 341 partie 2,‎ , p. 357-360 (lire en ligne [PDF], consulté le 31 mars 2018).
  5. Marion Kremp, « Marne-et-Gondoire favorable à l’intégration de Ferrière et Pontcarré », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018) « Bordées par l’autoroute A4, nichées entre Collégien et Bussy-Saint-Georges, Ferrière-en-Brie et Pontcarré « sont complémentaires de la communauté d’agglomération Marne-et-Gondoire », souligne le directeur de cabinet Pierre Tebaldini : « Il y a une vraie cohérence de territoire, en termes de géographie mais aussi de projets. Nos zones d’activités se complètent plutôt que d’être en concurrence. Nous travaillons ensemble avec Epamarne. Nous partageons le même syndicat et les habitants du secteur utilisent déjà les services de Marne-et-Gondoire comme le conservatoire de musique, par exemple ».
  6. a et b A.M., « Marne-et-Gondoire rejointe par Ferrières-en-Brie et Pontcarré », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018).
  7. Séries historiques sur la population et le logement en 2015 - CA Marne et Gondoire (247700594)., sur le site de l'Insee (consulté le 30 octobre 2018)
  8. « Arrêté préfectoral du 17 octobre 2017 constatant la composition du conseil communautaire de la communauté d’agglomération de Marne et Gondoire », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 381,‎ , p. 33-37 (lire en ligne [PDF], consulté le 1er avril 2018).
  9. A.M., « Marne et Gondoire : Bussy et Thorigny perdent chacun un élu au profit de Ferrières et Pontcarré », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (www.leparisien.fr/bussy-saint-georges-77600/marne-et-gondoire-bussy-et-thorigny-perdent-chacun-un-elu-au-profit-de-ferrieres-et-pontcarre-18-09-2017-7268751.php, consulté le 31 mars 2018).
  10. a et b Thomas Poupeau, « Jean-Paul Michel (UDI) élu président de Marne et Gondoire », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  11. Rapport d'activité 2015-2017, document mentionné en liens externes, p. 13.
  12. « Compte rendu de la réunion du conseil de communauté du 12 octobre 2015 » [PDF], Comptes-rendus du Conseil, sur http://www.marneetgondoire.fr (consulté le 31 mars 2018).
  13. Thomas Poupeau, « Marne et Gondoire : Michel Chartier (PS), décédé, laisse « un grand vide » », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  14. A. M., « Marne et Gondoire : Jean-Paul Michel veut « préparer le futur », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]