Gare de la Défense

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gare de La Défense)
Aller à : navigation, rechercher
La Défense
Grande Arche
Image illustrative de l'article Gare de la Défense
Localisation
Pays France
Commune Puteaux
Adresse Rue Carpeaux
92800 Puteaux
Coordonnées géographiques 48° 53′ 31″ nord, 2° 14′ 19″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP et SNCF
Exploitant RATP et SNCF
Services (RER)(A) TransilienLigne L du TransilienLigne U du Transilien (T)(2)
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite (SNCF)
Voies 4 (RATP), 4 (SNCF) et 2 (Tramway)
Quais 2 centraux (RATP), 2 centraux (SNCF) et 1 central (Tramway)
Transit annuel 56,4 millions de voyageurs (2015) (hors tramway) dont :
• Gare SNCF : 27,5
• Gare RATP : 28,9
Zone 3 (tarification Île-de-France)
Historique
Mise en service (SNCF)[1]
(RATP)
Correspondances
Métro (M)(1)
Bus RATP (BUS) RATP 73 141 144 159 174

178 258 275 276 278 360

TVS (BUS) TVS 14
Express A14 (BUS) Express A14 MJLD

VOLD LMLD

Noctilien (N) N24

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La DéfenseGrande Arche

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
La DéfenseGrande Arche

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
La DéfenseGrande Arche

La gare de la Défense[2] est une gare ferroviaire française située dans le quartier de la Défense, sur la commune de Puteaux dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.

Elle se situe au cœur du quartier d'affaires de l'Ouest parisien du même nom, sous le parvis de la Défense, au pied de l'Arche. Elle est constituée de deux espaces distincts : la gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par les trains de la ligne L du Transilien (réseau Paris-Saint-Lazare) et terminus de ceux de la ligne U (La Défense - La Verrière) et la gare de la Régie autonome des transports parisiens (RATP), desservie par le RER A. La gare SNCF a la particularité d'accueillir dans le même espace une station de la ligne 2 du tramway, exploité par la RATP.

Situation[modifier | modifier le code]

Établie à 54 mètres d'altitude, la gare SNCF est située au point kilométrique (PK) 8,295 de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite du Réseau ferré national, entre les gares de Courbevoie et de Puteaux. La station de tramway est située entre la station Faubourg de l'Arche et la gare de Puteaux.

La gare RATP, établie plus en profondeur, est située au PK 13,11 de la ligne A du RER, entre les gares de Nanterre-Préfecture et de Charles-de-Gaulle - Étoile.

Les gares sont situées sous le parvis de la Défense, au pied de l'Arche, au cœur du quartier d'affaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gare SNCF[modifier | modifier le code]

Bien que la ligne de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite existe depuis 1839, c’est seulement en 1898 que le conseil général de la Seine demande à la compagnie gérant cette ligne d’établir une gare au niveau du carrefour de la Défense. La réponse de la compagnie est négative : « D’une part, le quartier (…) ne comporte en effet, ni agglomération importante, ni établissement industriel de nature à procurer un mouvement suivi de voyageurs. D’autre part, un nouvel arrêt allongerait de trois minutes la durée de trajet des trains omnibus »[3]. Par la suite, d’autres demandes furent effectuées avec la même réponse.

C’est finalement en avril 1959 qu’une gare provisoire fut établie de façon à desservir l’exposition des « floralies » du tout nouveau Centre des nouvelles industries et technologies (CNIT). Cette gare ne sera utilisée alors que pour ces expositions, les trains ne s’y arrêtant pas en service normal. La gare définitive fut inaugurée le 15 février 1970. Elle fut rapidement couverte d’une dalle de béton en 1976.

En 1993, à la suite du prolongement de la ligne des Moulineaux, les deux voies côté CNIT ne sont plus desservies par les trains SNCF mais par les rames du tramway de la ligne T2 de la RATP.

En 2015, selon les estimations de la SNCF (Transilien), la fréquentation annuelle est de 27 523 800 voyageurs[4].

Station de tramway RATP[modifier | modifier le code]

La station de la ligne de tramway T2 est implantée sur les deux voies encadrant le quai le plus à l'est de la gare SNCF. Ce quai était conçu initialement pour les éléments automoteurs Z 6400 de la SNCF. Les trams ayant des caisses plus étroites et des planchers plus bas, les rails de ces deux voies ont été reposés sur des massifs en béton pour les surélever et les rapprocher du quai, afin que le plancher des trams soit au niveau du quai. Les appareils de jonction avec les autres voies SNCF côté Paris Saint-Lazare ont été déposés.

Pour permettre la construction du pont-rails et de la trémie d'accès destinés au prolongement de la ligne T2 vers Bezons le long de la D992, les voies SNCF ont été coupées à la sortie de la gare côté Saint-Lazare pendant l'été 2008. Le temps des travaux, les trains de la ligne L étaient détournés entre Asnières-sur-Seine et Puteaux par les voies du groupe III via La Garenne-Colombes et le raccordement de La Folie.

En 2012, la station de la ligne T2 a été réaménagée de manière à répondre à l'augmentation du trafic voyageurs liée aux prolongements vers Bezons et Paris. Dans cette optique, le quai a été allongé côté Puteaux pour permettre à deux rames doubles de Citadis 302 d'être à quai en même temps, sans pour autant être côte à côte (soit une longueur de 130 m, c'est-à-dire deux fois la longueur des rames doubles du tramway de 65 m). Cet arrêt en quinconce des tramways était requis car, aux heures de pointe, les quais ne sont pas assez larges pour écouler le flux de voyageurs de deux rames à fois. Si une rame en direction de Bezons s'arrête en même temps qu'une autre rame en direction de Paris, chacune a ainsi toute la largeur du quai face à ses portes.

En conséquence il a aussi fallu construire de nouvelles sorties, pourtant encore insuffisantes (surchargées aux heures de pointe). Une des nouvelles sorties débouche au niveau de la grande salle d'échange (juste à côté d'un des accès SNCF et dont les escaliers donnent sur la partie prolongée des quais du tramway). C'est la sortie « grand dôme ». L'autre nouvelle sortie a nécessité un nouveau couloir pour relier la sortie Perronet directement vers le milieu de cette même salle d'échange. Afin de libérer le couloir SNCF, déjà saturé aux heures de pointe. On peut toujours emprunter, comme avant, une correspondance SNCF à cet endroit. Mais les autres passagers peuvent désormais aller directement vers le centre commercial, par ce couloir dédié.

La station de tramway présente la particularité de se rapprocher d'une station de type métro, notamment par la présence de lignes de contrôle, un cas unique par rapport aux autres stations de tramway RATP.

Gare RATP[modifier | modifier le code]

La gare RATP est ouverte le en même temps que le tronçon de La Défense à Charles de Gaulle - Étoile du « métro régional ». Elle est dessinée par l'architecte Henri Vicariot[réf. nécessaire]. Le , la gare est connectée à l'ancienne ligne SNCF de Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye, désormais exploitée par la RATP à partir de la gare de Nanterre-Université. Enfin, le , ce métro régional devient le RER A.

En 2015, selon les estimations de la RATP (RER A), la fréquentation annuelle est de 28 908 710 voyageurs[5].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

La gare dispose d'une vaste salle d'échange, avec un guichet Transilien SNCF, de nombreux guichets RATP, des automates pour l'achat de titres de transport grandes lignes et d'autres pour l'achat de titres de transport Île-de-France. De nombreux commerces y sont installés. Cette salle est reliée directement au centre commercial Les Quatre Temps et au Centre des nouvelles industries et technologies (CNIT). Si la plupart des accès donnent vers la salle d'échanges, un autre, situé place Carpeaux, donne directement vers la station de tramway (ainsi que, indirectement, à la gare SNCF par un passage souterrain)[6]. Il existe également, au niveau de la salle des colonnes, un accès direct à la gare SNCF[7]. Des ascenseurs permettent l'accès aux deux gares (RER A d'une part et Transilien L et U/Tramway T2 d'une autre) aux personnes à mobilité réduite.

Dessertes[modifier | modifier le code]

La gare RATP accueille les trains de la ligne A du RER. Il faut compter dix minutes pour atteindre le centre de Paris (Châtelet - Les Halles) avec 15 trains par heure et par sens aux heures creuses du lundi au vendredi, 24 à 30 trains par heure aux heures de pointe, 12 trains par heure le samedi et le dimanche et 8 trains par heure en soirée (la gare joue le rôle de terminus de certains trains).

La gare SNCF est desservie par la ligne L du réseau Saint-Lazare, à raison de 10 à 12 trains par heure et par sens du lundi au samedi, 12 à 16 trains par heure aux heures de pointe, 6 trains par heure le dimanche et 4 trains par heure en soirée. Elle est également desservie par la ligne U, à raison de 2 trains par heure du lundi au samedi, 4 trains par heure aux heures de pointe, un train par heure le dimanche et en soirée.

La station RATP est desservie par la ligne 2 du tramway, à raison d'un tramway toutes les quatre à douze minutes.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Les deux gares (SNCF, ligne L et U, et RATP, RER A) et la station de tramway sont en correspondance entre elles, mais le sont également avec la ligne 1 du métro, située au-dessus de la gare souterraine du RER et avec les nombreuses lignes de bus ou de cars desservant les deux gares routières.

La gare routière RATP présente une particularité : les voyageurs attendent dans un long hall devant des portes automatiques qui s'ouvrent lors de l'arrivée des autobus. La gare routière et le Terminal Jules Verne sont desservis par[8] :

Les activités internationales Eurolines qui desservait le Terminal Jules Verne sont suspendues.

À proximité[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture[modifier | modifier le code]

La gare est le lieu d'une scène du film Calmos de Bertrand Blier sorti en 1976. À partir de la 46e minute, Jean Rochefort monte dans une MS 61 exclusivement féminine[10].

Projets[modifier | modifier le code]

Projet de construction d'une nouvelle gare RER[modifier | modifier le code]

En 2022, la gare de La Défense sera desservie par le RER E lors de son prolongement vers l'ouest, afin de soulager le RER A, saturé depuis le milieu des années 1980 (à partir de 1985). La station du RER E devrait être construite sous le CNIT. La correspondance avec le RER A d'une part, et avec le pôle Transilien L/U/T2 d'autre part, devrait être assez facile.

La gare et ses tunnels adjacents sera réalisée par Vinci Construction, en groupement avec Spie Batignolles, pour un montant de 496 millions d'euros[11].

Projet de construction d'une station de la ligne 15 du Grand Paris Express[modifier | modifier le code]

La station de la ligne 15 du Grand Paris Express sera implantée sous le centre commercial Les Quatre Temps[12], en correspondance avec les autres moyens de transport desservant la Défense. Elle est prévue à l'horizon 2027.

Projet de création d'une gare nouvelle pour les trains de grandes lignes[modifier | modifier le code]

À la suite du projet de création du Grand Paris, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, a annoncé au début du mois de juin 2009, la construction de deux lignes à grande vitesse (LGV) :

et la création d'une gare nouvelle afin de soulager la gare de Paris-Nord et la gare de Paris-Saint-Lazare qui seront saturées en 2020.

Elle devrait être une gare de terminus pour les trains de grandes lignes :

L'ouverture de cette gare est prévue avec l'ouverture de la ligne nouvelle Paris-Normandie et de la LGV Paris - Londres par Amiens, un temps annoncées à l'horizon 2017-2020[13]. Mais n'étant pas financées et peu prioritaires parmi les projets de lignes à grande vitesse, leur mise en service, ainsi que celle de la gare grandes lignes de la Défense, est peu probable avant 2030.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, p. 69
  2. « La Défense : la Grande Arche passe en sous-titre », sur metro-pole.net via web.archive.org, (consulté le 14 août 2015).
  3. Pierre Bouchez, De Paris Saint-Lazare à Versailles et Saint-Nom-la-Bretèche (1839-2007), p. 67 à 70
  4. « Fréquentation en gares – La Défense », sur SNCF Open Data, traitement du 10 février 2017 (onglet informations) (consulté le 14 février 2017).
  5. « Trafic annuel entrant par station du réseau ferré 2015 – LA DEFENSE-RER, A », sur data.ratp.fr, traitement du 8 décembre 2016 (onglet informations) (consulté le 14 février 2017).
  6. « Une nouvelle sortie place Carpeaux pour le T2 », Defense-92.fr,‎ (lire en ligne).
  7. « L'affichage des sorties en gare de La Défense », Le blog de la ligne L,‎ (lire en ligne).
  8. [PDF] Guide Infotrafic sur le pôle intermodal de La Défense, édité en mars 2010, par Transilien SNCF. Consulté le 1er avril 2013.
  9. « Ministère du Logement, de l'Égalité des territoires et de la Ruralité, coordonnées », sur lannuaire.service-public.fr, (consulté le 28 septembre 2014).
  10. iodaxxx, « Calmos et ses extraits ferroviaires », (consulté le 7 mai 2017), à partir de la minute 2:50 de l'extrait.
  11. Noëlle Mennella, « Contrat Vinci de 496 millions d'euros avec Spie à Défense », sur Capital, (consulté le 7 avril 2016).
  12. « Gare La Défense - Société du Grand Paris », sur Société du Grand Paris (consulté le 6 juin 2016)
  13. Les Échos, article du projet "Grand Paris" pour les transports

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Cergy-le-Haut
ou Poissy
ou Rueil-Malmaison
Nanterre-Préfecture (RER) (A) Charles-de-Gaulle - Étoile Noisy-le-Grand - Mont d'Est
ou Torcy
ou Marne-la-Vallée - Chessy
Terminus Terminus (RER) (A) Charles-de-Gaulle - Étoile Torcy
Le Vésinet - Le Pecq
ou Saint-Germain-en-Laye
Nanterre-Préfecture
ou Nanterre-Université
(RER) (A) Charles-de-Gaulle - Étoile La Varenne - Chennevières
ou Boissy-Saint-Léger
Versailles-Rive-Droite
ou Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt de Marly
Puteaux
ou Suresnes-Mont-Valérien
ou Saint-Cloud
Transilien Ligne L du Transilien Courbevoie
ou Asnières-sur-Seine
ou Paris-Saint-Lazare
Paris-Saint-Lazare
La Verrière Puteaux Transilien Ligne U du Transilien Terminus Terminus