Vernoux-en-Vivarais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vernoux-en-Vivarais
Le village de Vernoux-en-Vivarais
Le village de Vernoux-en-Vivarais
Blason de Vernoux-en-Vivarais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Canton La Voulte-sur-Rhône
Intercommunalité Communauté d'agglomération Privas Centre Ardèche
Maire
Mandat
Martine Finiels
2014-2020
Code postal 07240
Code commune 07338
Démographie
Population
municipale
1 931 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 47″ nord, 4° 38′ 46″ est
Altitude Min. 360 m – Max. 949 m
Superficie 30,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Vernoux-en-Vivarais

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Vernoux-en-Vivarais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vernoux-en-Vivarais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vernoux-en-Vivarais
Liens
Site web vernoux-en-vivarais.fr

Vernoux-en-Vivarais est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Vernoux-en-Vivarais est limitrophe de 8 communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Saint-Basile Lamastre, Saint-Barthélemy-Grozon,
Châteauneuf-de-Vernoux
Boffres Rose des vents
Saint-Apollinaire-de-Rias N
O    Vernoux-en-Vivarais    E
S
Silhac Saint-Julien-le-Roux

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom "Vernoux" trouve certainement ses origines dans le nom "Vern" originaire de l'Auln. "Vivarais" fut rattaché plus tard afin de désigner à la fois la région dans laquelle est situé le village, et le fait que celui-ci ait hébergé l'une des douze baronnies du Vivarais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une fondation monastique due à l'abbaye de Cruas. Les remparts du village furent rasés en 1567, pendant les guerres de religions.

Ancienne baronnie des Chalencon, achetée en partie par les seigneurs de la Tourette qui siégèrent aux États du Languedoc.

Ce canton fut le seul canton rural de France à voter majoritairement "non" en 1851, par hostilité envers Louis-Napoléon Bonaparte soutenu par l'Église catholique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1945 mars 1959 Pierre Delarbre Rad. Médecin, Conseiller général
mars 1959 mars 1983 Raymond Finiels DVG puis PS Vétérinaire, Conseiller général
mars 1983 juin 1995 Jean-François Michel UDF-CDS député de 1986 à 1988
juin 1995 mars 2001 Joël Giraud PS  
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Maisonniac -  
mars 2008 avril 2014 Marie-Claude Martin -  
avril 2014 en cours
(au 24 avril 2014)
Martine Finiels[2] PS Conseillère générale puis départementale

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 931 habitants, en augmentation de 1,69 % par rapport à 2009 (Ardèche : 2,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 220 1 922 2 530 2 770 3 006 3 011 3 292 3 256 3 251
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 125 3 202 3 207 3 240 3 231 3 041 3 056 2 933 2 912
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 790 2 742 2 823 2 761 2 579 2 519 2 515 2 376 2 005
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 929 1 941 1 885 1 969 2 037 1 721 1 877 1 873 1 931
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

église de Vernoux

Café de l'empire (classé monument historique), doit son nom à la venue de l'empereur Napoléon 3 et qui n'a pas obtenu le plébiscite du canton (seul canton rural de France à avoir voter contre).

  • Château de La Tourette, ruine.
  • Château de Vaussèche
  • Église paroissiale, son clocher de 51 mètres fait de l'édifice le plus haut de l'Ardèche.
  • Le Temple Protestant : un premier temple fut construit en 1562 mais détruit en 1683 après le massacre de nombreux protestants par les Dragons du Roi au lieu-dit l'Herbasse. Le temple actuel est construit entre 1824 et 1826. Très simple, il fait néanmoins partie des plus grands temples protestants de France.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vernoux-en-Vivarais

Les armes de Vernoux-en-Vivarais se blasonnent ainsi :

D'azur à la ruche d'argent, sur une terrasse isolée de sinople et entourée d'abeilles d'argent volantes en nombre.

Devise : "Verno Semper Vernat" Vernoux toujours reverdit.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), « Communes - Géoportail », sur http://www.geoportail.gouv.fr, (consulté le 31 juillet 2014)
  2. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .