Eugène Isabey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec son père le peintre Jean-Baptiste Isabey.
Eugène Isabey
Isabey, Eugène, Nadar, Gallica.jpg
Eugène Isabey photographié par Nadar vers 1880.
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Montévrain
Nom de naissance
Eugène Louis Gabriel Isabey
Nationalité
Activité
Mouvement
A influencé
Père
Parentèle
Distinctions

Eugène Isabey, né Eugène Louis Gabriel Isabey le à Paris et mort le à Montévrain, est un peintre, lithographe et aquarelliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième enfant du peintre Jean-Baptiste Isabey (1767-1855), dit « le plus célèbre miniaturiste du Premier Empire »[1], et de sa première épouse née Jeanne Laurisse de Salienne († 1829)[2] - ses sœurs aînées sont Alexandrine, née en 1791, et Louise, née en 1797 - Eugène Isabey, né à Paris au palais du Louvre où sa famille est logée[3], souhaite d'abord être marin et ne devient peintre que sur l'insistance de son père. Sa sœur Alexandrine épouse le peintre et décorateur d'opéras Pierre-Luc-Charles Ciceri et est donc la mère d'Eugène Cicéri[4].

Il peint des scènes d'histoire, de genre et des paysages, des naufrages en mer, thème alors en vogue, marqué par le romantisme. Ses débuts sont influencés par Eugène Delacroix et Richard Parkes Bonington.

Il réalise notamment des intérieurs d'une coloration grise tout en nuances. Peintre principalement de marines et de paysages (Picardie, Normandie), il travaillera dans son atelier parisien avec des élèves comme Eugène Boudin et Johan Barthold Jongkind dont il fut l'un des maîtres, ou Durand-Brager. Il fut l'ami d'Horace Vernet.

On lui attribue la découverte du site d'Étretat[5], où il s'installe durant six mois en 1820 pour peindre[6] chez un capitaine des garde-côtes et où il revient les années suivantes avec Bonington et Camille Roqueplan.

À partir de 1824, il séjourne à Honfleur avec le peintre paysagiste et de genre Xavier Leprince. Il expose au Salon dès 1824, où il envoie ses Vue de la plage d'Honfleur, Intérieur du port de Trouville et Ouragan devant Dieppe, qui lui valent une médaille d'or. Il s'installe à Saint-Siméon en 1826. Il envoie des vues de la région au Salon de 1827, où il obtient une médaille de première classe[7] et il rencontre Paul Huet, peintre de paysages et d'animaux. Parmi ses œuvres, citons L'Embarquement de Ruyter, William de Witt et une Tentation de saint Antoine.

En 1830, il est nommé peintre officiel de la Marine et fait la campagne d'Afrique, au cours de laquelle il peint un panorama de la rade de Toulon et le camp de débarquement français à Sidi Ferruch. En 1831, il est choisi pour accompagner la mission diplomatique du comte de Mornay au Maroc, cependant il refuse, rentrant tout juste d'Algérie ; il est remplacé par Eugène Delacroix.

Eugène Isabey épouse en juin 1832 Laure Lebreton († 1862) dont le portrait fut peint par Jean-Baptiste Isabey en 1831 (Paris, musée Carnavalet)[8], mariage dont en 1833 naît une fille, Marie[9]. Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1832 (il sera promu officier du même ordre en 1852)[10].

C'est lors de son voyage à La Haye en 1845 qu'Eugène Isabey rencontre Jongkind, incitant celui-ci, encore débutant à venir à Paris : Jongkind s'installe ainsi en 1846 place Pigalle, « dans la maison où Isabey a son atelier, lieu de rencontres des peintres et des écrivains ». « Les deux compères » visitent Fécamp, Yport, Saint-Valery-en-Caux, notamment en juin 1850, retrouvant Jehannot et Cicéri à Étretat où « tous travaillent sans relâche »[11].

Eugène Isabey obtient une médaille de première classe pour Le Départ à la chasse de Louis XIII à l'Exposition universelle de 1855[12]. Veuf, il épouse en secondes noces en juin 1864 Emma Morizot qu'Edmonde Charles-Roux évoque dans son livre Une enfance sicilienne comme s'étant ensuite remariée avec Beppe della Cerda, grand-père de la romancière[13].

Eugène Isabey est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (20e division)[14],[15].

On connaît des portraits d'Eugène Isabey exécutés par son père, comme le dessin de 1820 que conserve le musée Carnavalet à Paris[16], comme également la lithographie de Godefroy Engelmann d'après Jean Baptiste Isabey qu'en 1821 ce dernier a titré Mon fils, mon élève et mon ami et qui est visible au Cleveland Museum of Art, comme encore le portrait de 1825 conservé au Fogg Art Museum de Cambridge (Massachusetts)[17], le musée Carnavalet conservant son portrait en buste, œuvre du sculpteur Jean-Pierre Dantan en 1831[18] et la National Portrait Gallery de Londres son portrait photographié par Charles Reutlinger vers 1870[19].

Son style[modifier | modifier le code]

Eugène Isabey est célèbre pour avoir peint des scènes de marines « sans mer ». Il préfère peindre la misère des marins à marée basse, que la vague bondissante de la mer contre les falaises[20]. Son style « fluide » et « lâché » est fait d'effets tachés et d'exécution rapide, qu'il oppose à des détails précis[21].

À la fin de sa vie, Eugène Isabey renonce à la peinture à l'huile pour se consacrer à l'aquarelle et à la gouache, travaillant sur le motif. Ses aquarelles annoncent l'impressionnisme tant par le style que par les lieux qu'il découvre. Il influença Johan Barthold Jongkind et Eugène Boudin dans ces dessins de paysages de Normandie et Bretagne, utilisant encre, aquarelle et gouache[22]. La rencontre de Claude Monet et Jongkind eu lieu chez lui à Honfleur en 1862.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Un groupe scolaire de Montévrain (école primaire et élémentaire) porte son nom en hommage à sa présence dans la commune.
  • Une rue porte son nom dans les villes d'Étretat, Le Havre, Trouville-sur-Mer et Paris.
  • Une course disputée annuellement sur l'hippodrome de Dieppe porte le nom de Prix Eugène-Isabey.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Après la tempête, Baltimore, Walters Art Museum.
Paysage marin, Middlebury College Museum of Art
Matelots sortant du port de Saint-Valery, Caen, musée des beaux-arts
Falaises en Normandie, château de Dieppe
Port de Dunkerque, Dunkerque, LAAC
Le Cabinet d'un alchimiste, Lille, palais des beaux-arts
Visite de la Reine Victoria au Tréport, Paris, Musée national de la marine

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Argentine[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

}}

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Pavillon des arts, Paris, mai-juin 1966.
  • Château de Dieppe, juin-septembre 1966.
  • Eugène Isabey - Paintings, watercolours, drawings, lithographs, Fogg Art Museum, Cambridge (Massachusetts), novembre-décembre 1967.
  • Eugène Isabey (1803-1886), par les ruelles et par les grèves, Paris, musée du Louvre, juin-septembre 2012[3],[22].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Souple et rêveuse comme celle de Laurence Sterne dans son Voyage sentimental, la promenade d'Eugène Isabey s'éprend de tous les accidents de la rive ; s'il quitte le port, c'est rarement pour aborder la haute mer ; il regretterait trop la hutte goudronnée, le chantier criard et les baraques où se raccommodent les filets ! Laissez-le pensif devant les grandes ancres rouillées à terre, devant les vieilles barques, les pêcheurs de moules et les rafales de soleil qui viennent balafrer les galets ! Lui seul est le poète de votre misère, ô marins ! Lui seul comprend votre deuil quand vos filets cassent ou quand vos paniers sont défoncés ; lui seul, Eugène Isabey, qui revient avec vous d'Étretat, de Jersey ou de Greenwich. » - Roger de Beauvoir[75]
  • « Eugène Isabey, un des hommes les plus justement heureux du mouvement rénovateur. » - Charles Baudelaire[11]
  • « C'est un charmant peintre qu'Eugène Isabey, il a une couleur chaude, une facétie pétillante, un ragoût piquant ; sa moindre esquisse, sa plus légère pochade, décèlent l'artiste véritable et n'ont pas besoin de nom pour être reconnues : chaque coup de pinceau les signe... Peints par Eugène Isabey, un alambic, une pierre, un canot, ont l'air spirituel. Sa traduction de la nature n'est jamais plate. Il la relève de fantaisie, de caprice, d'entrain. » - Théophile Gautier[76]
  • « Romantique attardé, non sans une certaine poésie dans ses scènes de genre... » - Pierre Bazin[77]
  • « Cessant d'exposer après 1878 au Salon, il pratique alors l'aquarelle. Cette technique lui convient remarquablement, il a d'ailleurs incité Jongkind à cet art, et ces rapides notations annoncent l'Impressionnisme. En mêlant de larges empâtements de gouache, Isabey crée des paysages puissants et remarquablement construits, où les bleus s'opposent aux tonalités brun-rouge mises en valeur par des taches de blanc. » - François Lespinasse[42].
  • « Le fils de Jean Baptiste Isabey se montre beaucoup plus proche du style préimpressionniste de Delacroix ou de Bonington que de la manière paternelle. Cet artiste considéré en son temps, et sans doute encore aujourd'hui, comme le meilleur des marinistes romantiques, a souvent obéi à la mode des reconstitutions historiques. » - Gérald Schurr[78].
  • « Fils de Jean-Baptiste, Eugène Isabey sut imposer avec fougue son prénom : à la précision et à la suave délicatesse de l'un, l'autre répondit par la richesse de sa palette et la générosité de sa touche. En dramaturge romantique, Eugène Isabey orchestra notamment d'immenses scènes de naufrage. Ouvert aux innovations d'Outre-Manche, il sut parallèlement renouveler l'art du paysage lithographié, révélant une Auvergne tourmentée qui n'avait rien à envier à l'Écosse de Walter Scott. Isabey emprunta aussi le goût des costumes historiques à la littérature de son temps. Ses évocations chatoyantes de la cour d'Élisabeth ou des derniers Valois lui assurèrent une clientèle avide de retrouver ainsi transfigurés les fastes du Second Empire. Exploration inédite des rivages normands et bretons, d'Étretat à Saint-Malo, sa vision tourmentée des côtes déchiquetées, tour à tour battues par les vents et écrasées de soleil, nous rappelle que derrière le virtuose de la gouache et de l'aquarelle se cache un artiste authentique, de ceux qui font regarder autrement le spectacle de la nature, leçon à laquelle furent sensibles Jongkind comme Boudin. » - Christophe Leribault[79]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Leribault, Eugène Isabey (1803-1886) - Par les ruelles et par les grèves, Éditions Le Passage, 2012.
  2. Généanet, La généalogie Isabey
  3. a b et c Valérie Oddos, « Le Louvre expose ses aquarelles d'Eugène Isabey, d'Étretat à Saint-Malo », France-Info, 27 août 2012.
  4. Artistes de Bourron-Marlotte, Eugène Cicéri et sa parentèle
  5. Adolphe Joanne,Le Havre, Étretat, Fécamp, Saint-Valery-en-Caux, Guide Touristique, Paris, Éd. Hachette, 1872, p. 102.
  6. Abbé Cochet, Étretat, son passé, son présent, son avenir, 1853 p. 7.
  7. « Eugène Isabey », in : Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, Librairie Vergne, 1831.
  8. Portrait de Madame Eugène Isabey, notice du musée Carnavalet.
  9. a et b Eugène Isabey, Madame Eugène Isabey et sa fille Marie, collections du Musée Carnavalet
  10. Étienne Arago, Notice des peintures, sculptures et dessins de l'École moderne : exposés dans les galeries du Musée national du Luxembourg, Musée du Luxembourg, Paris, 1888, p. 26.
  11. a et b Sous la direction de Jean-Louis Ferrier, L'aventure de l'art au XIXe siècle, Société nouvelle des Éditions du Chêne, 1997, page 432.
  12. G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, Hachette, 1858, p. 927.
  13. Edmonde Charles-Roux, Une enfance sicilienne, Grasset, 1981.
  14. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 429-430
  15. « Eugène Isabey », Les Amis et passionnés du Père-Lachaise.
  16. Musée Carnavalet, Portrait d'Eugène Isabey par Jean-Baptiste Isabey, 1820
  17. Fogg Art Museum, Portrait d'Eugène Isabey par Jean-Baptiste Isabey, 1825
  18. Musée Carnavalet, buste d'Eugène Isabey par Jean-Pierre Dantan
  19. National Portrait Gallery, photographie d'Eugène Isabey par Charles Reutlinger
  20. Louis Désiré Véron, « Le Salon de 1836 », La Revue de Paris, Tome 22, Paris, 1836, p. 244.
  21. Charles Lenormant, Les artistes contemporains : Salon de 1831, Tome 1, Paris, Alexandre Meunier, 1833, p. 49.
  22. a et b Eugène Isabey (1803-1886). Par les ruelles et par les grèves, Musée du Louvre, 2012.
  23. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 7, pages 369-371.
  24. Staatliche Kunsthalle Karlsruhe, Eugène Isabey dans les collections
  25. National Gallery of Victoria, Eugène Isabey dans les collections.
  26. Galerie d'art de Nouvelle-Galles du Sud, Eugène Isabey dans les collections
  27. Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Eugène Isabey dans les collections
  28. « Un Eugène Isabey exceptionnel acquis par Montréal à la TEFAF », La Tribune de l'art, 18 mars 2013.
  29. Musée des beaux-arts de Montréal; Eugène Isabey dans les collections
  30. Musée des beaux-arts du Canada, Eugène Isabey dans les collections.
  31. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r The Athenameum, Eugène Isabey dans les grandes collectiops
  32. Davison Art Center, Eugène Isabey dans les collections
  33. Des Moines Art Center, Eugène Isabey dans les collections
  34. The Hyde Collection, Eugène Isabey dans les collections
  35. Musée d'art du comté de Los Angeles, Eugène Isabey dans les collections
  36. J. Paul Cetty Museum, Eugène Isabey dans les collections
  37. Minneapolis Institute of Art, Eugène Isabey dans les collections
  38. Rhode Island School of Design Museum, Eugène Isabey dans les collections
  39. Musée des beaux-arts de St. Petersburg, Eugène Isabey dans les collections
  40. National Gallery of Art, Eugène Isabey dans les collections.
  41. Smithsonian American Art Museum, Eugène Isabey dans les collections
  42. a et b François Lespinasse, La Normandie vue par les peintres, Edita S.A., 1988, p. 32-33.
  43. « Installation du tableau d'Eugène Isabey dans l'église de Bellême », Églises du Perche ornais, 28 décembre 2012.
  44. a et b « L'incendie du steamer Austria en 1858 », Diacritiques
  45. Musée des beaux-arts de Brest, Eugène Isabey dans les collections
  46. Musée des beaux-arts de Caen, Matelots sortant du port de Saint-Valery
  47. Musée des beaux-arts de Dijon, Eugène Isabey dans les collections
  48. Ville de Dijon, Le musée Magnin
  49. Musée Magnin, Dessins et estampes français du musée
  50. Musée de la Chartreuse, Eugène Isabey dans les collections
  51. LAAC Dunkerque, Eugène Isabey dans les collections
  52. Château d'Hardelot, Eugène Isabey dans les collections.
  53. Musée Eugène-Boudin, Salle Eugène Boudin et les peintres du XIXe siècle
  54. Palais des beaux-arts de Lille, Eugène Isabey dans les collections.
  55. Musée Fabre, Eugène Isabey dans les collections.
  56. Musée des beaux-arts de Mulhouse, Eugène Isabey dans les collections
  57. « Le musée des beaux-arts de Nancy », Dossier de l'art, n°202, décembre 2012.
  58. Fondation Custodia, Eugène Isabey dans les collections
  59. Institut national d'histoire de l'art, Eugène Isabey dans les collections.
  60. Musée national de la Marine, Eugène Isabey dans les collections.
  61. Musée d'Orsay, Eugène Isabey dans les collections.
  62. Musée maritime de l'île Tatihou, Eugène Isabey dans les collections
  63. a et b Musée villa Montebello, Eugène Isabey dansles collections
  64. Musée national d'art et d'histoire du Luxembourg, tableaux de maîtres dans les collections
  65. Musée national de l'art, de l'architecture et du design, Eugène Isabey dans les collections
  66. Te Papa Tongarewa, Eugène Isabey dans les collections
  67. a b et c Art U.K., Eugène Isabey dans les collections britanniques
  68. National Gallery, Eugène Isabey dans les collections
  69. a et b Irina Kouznetsova et Evguenia Gueorguievskaïa, La peinture française au musée Pouchkine, Éditions Cercle d'art, Paris / Éditions d'art Aurore, Leningrad, 1980.
  70. Château des ducs de Bretagne, L'Austria, une tragédie dans l'Atlantique, dossier de presse de l'exposition, 2012
  71. Musée des impressionnismes, Dessins de la collection Dyke, présentation de l'exposition, 2012
  72. Jean-Pierre Dalbéra, Fabricia, présentation de l'exposition, Nantes, 2014
  73. Musée des beaux-arts de Montréal, Mnémosyne, présentation de l'exposition, 2017
  74. Sarah Belmont, « Exposition à Arras : quand Napoléon brillait à Versailles », Le Parisien, 6 octobre 2017
  75. Roger de Beauvoir, « Le Salon de 1836 », Revue de Paris, n°85, 1836.
  76. Hélène Braeuener et Bénédicte Pradié-Ottinger, Les peintres de la baie de Somme : Autour de l'impressionnisme, La Renaissance du livre, 2001.
  77. Pierre Bazin, Eugène Isabey, Éditions du Musée de Dieppe, 1966.
  78. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, p. 453.
  79. Christophe Leribault, Eugène Isabey (1803-1886) - Par les ruelles et par les grèves, Éditions Le Passage, 2012.
  80. a b et c « Eugène Isabey », The famous artists

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'École française au XIXe siècle, Librairie Vergne, 1831.
  • René Delorme, Eugène Montrosier et Jules Clarette, Société d'aquarellistes français - Ouvrage d'art publié avec le concours artistique de tous les sociétaires, Paris, Launette, 1883.
  • Germain Hédiard, Eugène Isabey - Étude suivie du catalogue de son œuvre, Paris, Delteil, 1906.
  • Ulrich Thieme et Felix Becker, Allgemeines Lexikon des Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, E.A. Seemann, 1926.
  • Atherton Curtis, Catalogue de l'œuvre lithographié d'Eugène Isabey, Éditions Paul Prouté, 1939.
  • Eugène Isabey - Paintings, watercolours, drawings, lithographs, Éditions Fogg Art Museum, Cambridge (Massachusetts), 1967.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, Les Éditions de l'Amateur, 1975.
  • Pierre Miquel, Eugène Isabey, 1803-1886. La marine au XIXe siècle, Éd. de la Martinelle, Maurs-la-Jolie, 1980, 2 vol., 245 et 349 p.
  • Irina Kouznetsova et Evguenia Gueorguievskaïa, La peinture française au musée Pouchkine, Éditions Cercle d'art, Paris / Éditions d'art Aurore, Leningrad, 1980.
  • Gabriel Désert, La vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles, Hachette, 1983.
  • François Lespinasse, La Normandie vue par les peintres, Lausanne, Edita S.A., 1988.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Jacques-Sylvain Klein, La Normandie, berceau de l'Impressionnisme - 1820-1900, Rennes, Éditions Ouest-France, 1996.
  • Sous la direction de Jean-Louis Ferrier, L'aventure de l'art au XIXe siècle, Société nouvelle des Éditions du Chêne, 1997.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Hélène Braeuener et Bénédicte Pradié-Ottinger, Les peintres de la baie de Somme - Autour de l'Impressionnisme, La Renaissance du livre, 2001 (lire en ligne).
  • Dictionnaire de la peinture, Larousse, 2003 (lire en ligne).
  • Germain Hédiard, Eugène Isabey. Étude suivie du catalogue de son œuvre, Nabu Press, 2010.
  • Bruno Delarue, La Normandie des peintres - Balade dans les cinquante plus beaux sites, Fécamp, Éditions Terre en vue, 2011.
  • John House et Esther Bell, Studying Nature Oil Sketches from the Thaw Collection - Catalogue raisonné of the Eugene Victor Thaw Collection, New York, Éditions Jennifer Tonkovich, 2011.
  • Christophe Leribault, Eugène Isabey (1803-1886) - Par les ruelles et par les grèves, Paris, Éditions Le Passage, 2012, 81 p.
    Catalogue de l'exposition du musée du Louvre, commissariat de Christophe Leribault, 5 juillet-17 septembre 2012.
  • Sous la direction de Margaret Morgan Grasselli et Andrew Robinson, De Delacroix à Signac - Dessins de la collection Dyke, National Gallery of Art/Musée des impressionnismes Giverny, 2012.
  • Bruno Delarue, Les peintres à Étretat, Fécamp, Éditions Terre en vue, 2014.
  • Jocelyn Leclerc, Le Cotentin des peintres, Éditions Isoète, 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]