Picard Surgelés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picard (homonymie).
Picard Surgelés
Description de l'image LOGO Picard.gif.
Création 1906 « les Glacières de Fontainebleau »
Dates clés 1973, rachat par Armand Decelle
Fondateurs Raymond Picard
Personnages clés Xavier Decelle, Philippe Pauze
Forme juridique SA
Slogan Chaque jour a un goût nouveau
Siège social Drapeau de France 37 bis rue Royale, Fontainebleau (France)
Actionnaires Lion Capital LLP 100 %
Activité Production et distribution de produits surgelés
Produits Produits alimentaires surgelés
Effectif Environ 4 500
Site web www.picard.fr
Chiffre d’affaires 1,4 milliard d'€ (2014)

Picard Surgelés est une entreprise agroalimentaire française spécialisée dans la fabrication et la distribution de produits surgelés vendus exclusivement sous la marque Picard. Elle est le leader français dans ce secteur, contrôlant près de 20 % du marché en 2014[1].

En 2014, Picard est classé premier dans le classement des enseignes préférées de français du cabinet OC&C[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1906, Raymond Picard crée « Les Glacières de Fontainebleau », une fabrique de pains de glace qu'il importe des Alpes par les chemins de fer et qui permettaient de maintenir au frais les aliments dans des glacières avant l'invention et la démocratisation du réfrigérateur et du congélateur. En 1962, l’entreprise change de nom pour s’appeler « les Établissements Picard » et, sînspirant des organisations nordiques et anglo-saxonnes, commercialise à la fois des produits surgelés vendus directement au consommateur et des congélateurs.

En 1973, Armand Decelle rachète l'entreprise, développe la vente par correspondance (avec un catalogue publié mensuellement) et ouvre en 1974 le premier freezer center (en) (magasin spécialisé dans la vente de produits surgelés) rue de Rome à Paris. La société déménage en 1979 à Nemours et ouvre un entrepôt ultramoderne, un atelier de conditionnement et débute la mise en place d'un laboratoire qualité. En 1980, l'entreprise dépasse le cap de 20 magasins. En 1987, a lieu l'ouverture du 100e magasin ; suivent les premières ouvertures en province.

En 1994, alors que l'entreprise Picard a ouvert 300 magasins, elle est rachetée (79 % du capital), par le groupe Carrefour[3]. En 2001, Carrefour revend sa participation, à un groupe d'investisseurs mené par le fonds anglais Candover et associé à la famille Decelle et au management, selon le mécanisme du LBO.

De 2001 à 2004 : ouverture du 500e magasin en 2002. BC Partners rachète l'entreprise en 2004 (second LBO)[4].

De 2004 à 2010 : ouverture du 700e magasin en 2007. En avril 2008, le PDG et fils du racheteur de Picard en 1973, Xavier Decelle, se fait évincer par l'actionnaire principal, BC Partners. Pour la première fois depuis 1973, la société n'est plus dirigée par un membre de la famille Decelle. L'actionnaire principal a rappelé l'ancien directeur général de la société, qui avait été « remercié » en juillet 2007, pour assurer une direction « d'intérim » dans l'attente du recrutement d'un nouveau PDG[5]. En 2009, Philippe Pauze, ex-groupe Carrefour, est nommé PDG par BC Partners.

Le 26 juillet 2010, le fonds britannique Lion Capital et BC Partners annoncent être en négociation pour la cession de Picard. Le montant de la transaction serait évaluée à au moins 1,5 milliard d'euros[6]. La transaction, encore par LBO, est conclue quelques mois plus tard.

En 2015, Picard Surgelés s'endette à hauteur de 790 millions d'euros, augmentant son endettement de 88 %, et affecte 602 millions au paiement d'un dividende à son actionnaire Lion Capital[7]. En mars 2015, Aryzta, une entreprise suisse de boulangerie surgelée, lance une offre d'achat en deux temps sur Picard pour un montant approximatif de 910 millions d'euros, en plus de la reprise de dette[8].

Picard à Stockholm, Suède (juin 2013)

Activités[modifier | modifier le code]

Elle détient un réseau de plus de 920 magasins (elle en ouvre en moyenne 30 par an) et vend une gamme de 1 200 produits fabriqués par près de 200 sous-traitants. Elle assure un service de vente à distance avec prise de commande par téléphone ou par Internet via son cybermarché Picard.fr. Des magasins existent également en Italie, en Belgique, en Suède et sur l'île de la Réunion et la vente à distance est possible en Espagne[9].

Développement en franchise[modifier | modifier le code]

Après avoir développé 926 magasins en interne, Picard, par la voix de son PDG Philippe Pauze, annonce le développement de franchises en France métropolitaine en 2015[10].

Bilan social[modifier | modifier le code]

En 2007, suite au dernier LBO, Picard Surgelés connaît des tensions internes[11]. Certains syndicats de salariés reprochent à leur direction d'exiger d'eux de continuels efforts de gains de productivité alors qu'elle a encaissé des millions d'euros lors de cette opération.[pas clair]

Rappels médiatiques de produits[modifier | modifier le code]

2013 : affaire Spanghero[modifier | modifier le code]

Début 2013, Picard retire de la vente des lasagnes et du chili con carne fabriqués par la société Comigel lors de la fraude à la viande de cheval[12],[13]. Picard précise que Spanghero ne fait pas partie des fournisseurs validés dans son cahier des charges avec Comigel, une information confirmée par Comigel[14].

Cette affaire conduit à une chute de 40 % de ses ventes des plats surgelés à base de viande même si depuis lors celles-ci ont retrouvé leur niveau d'avant la crise[15].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Harel, À l'enseigne : Picard le champion des surgelés, Libre Service Actualités, no 2135, 29 avril 2010, p. 90

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]