Dorcel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marc Dorcel)

Dorcel
logo de Dorcel

Création 25 juillet 1979
Fondateurs Marc Dorcel
Slogan Créateur de plaisir pour adultes
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Grégory Dorcel
Activité Divertissement pour adultes, vente d’accessoires et de lingerie
Produits TV, VOD, accessoires sexy, lingerie, bien-être, fantasmes
Effectif 49 (en 2019)
Site web Site officiel

Dorcel, également appelée Marc Dorcel, Vidéo Marc Dorcel ou VMD, est une société de production cinématographique éponyme de films à caractère pornographique fondée en 1979 par Marc Dorcel[1]. Elle est dirigée par son fils, Grégory Dorcel[2].

Depuis 2002, en raison de l’effondrement du marché traditionnel de la vidéo, la société opère une modernisation de ses contenus en lançant des plateformes telles que Dorcelvision.com, Dorcelle.com, Dorcel Store et la chaîne Dorcel TV.

En 2015, la société investit dans la réalité virtuelle et se lance dans la production de films tournés entièrement à 360 degrés[3].

En 2020, le groupe est en pleine polémique après la mise en examen pour viol, proxénétisme aggravé, traite d’êtres humains de deux producteurs travaillant pour la marque. Dorcel subit également une descente du fisc visant son directeur de production suspecté d'évasion fiscale[4],[5].

Débuts[modifier | modifier le code]

Fils d'un tailleur hongrois, Marc Dorcel, le à Paris, débute à 17 ans comme designer industriel puis comme technico-commercial dans une société de machines à coudre[6],[7]. Après son service militaire, il retourne à son travail initial. Grâce au soutien financier de ses parents, Marc Dorcel crée en 1965 sa propre entreprise de transports, les Transports Dorcel. Si les affaires marchent plutôt bien au début, la société est rapidement conduite au dépôt de bilan[8].

En 1968, Marc Dorcel se lance dans la vente de livre érotiques par correspondance. De marchand, il devient éditeur[7]. Il fait paraître Ursula, qui devient un best-seller dans son domaine : plus de vingt-mille exemplaires sont vendus en moins de trois mois. La dix-septième chambre correctionnelle en interdit toutefois la diffusion, vente et publicité pour « outrage aux bonnes mœurs »[6].

Au début des années 1970, l’engouement pour les ouvrages érotiques décline, mais il existe un marché pour les romans-photos érotiques. Il s’agit de revues américaines importées en France et « retouchées » : les sexes et poils pubiens sont masqués par des sous-vêtements grossièrement dessinés. Marc Dorcel réalise le premier[réf. nécessaire] roman-photo érotique français en couleur[7], vendus 140 francs.

Marc Dorcel se diversifie ensuite dans la vidéo et crée la marque « Vidéo Marc Dorcel ». Jolies Petites Garces est le premier film X produit et réalisé par Marc Dorcel, en 1979, date de création de l'entreprise homonyme[9]. Cette vidéo pornographique de 53 minutes inclut notamment les prestations de Marilyn Jess et Piotr Stanislas. Plus de 4 000 cassettes VHS du film sont vendues en sex-shops au prix de 500 francs la cassette[réf. nécessaire]. Le contexte de l’époque explique cette popularité : la loi du 30 octobre 1975 vient de frapper les films X. Auparavant diffusés au cinéma, ils sont désormais relégués dans des salles spécialisées. Cette loi entraîne le succès de la vidéo X.[Interprétation personnelle ?] Dorcel produit et réalise plus de 15 titres entre 1980 et 1983[6]. Les films Dorcel sont diffusés par Canal + à partir de 1985[10].

En 1995, l’entreprise signe le premier contrat d’exclusivité avec une actrice, qui devient ambassadrice de la marque, Laure Sinclair[11]. C’est le début des « Dorcel Girls », des actrices qui tournent exclusivement pour la marque[11].

Dorcel commercialise le 1er CDROM interactif français en 1995[12]. En 1998, l'entreprise vend le 1er DVD classé X français multilingue pour « Le Parfum de Mathilde »[12]. Le film, sorti quatre ans auparavant est la première super production européenne à être distribuée aux États-Unis[13]. Le film remporte le prix du « Meilleur Film Européen » à Las Vegas en 1995[13].

En 1996, Grégory Dorcel intègre l'entreprise ; quelques années plus tard, il en prend la tête[9].

Au début des années 2000, l’industrie du X connaît un bouleversement. Les films amateurs sont diffusés gratuitement sur des plateformes sur Internet[14]. En deux ans, le marché du DVD s’effondre, passant de 70 % à 30 % du chiffre d’affaires de l’entreprise.

L'entreprise Marc Dorcel[modifier | modifier le code]

La société Marc Dorcel réalise en 2012 un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros, et emploie 45 personnes tout en distribuant ses produits et services dans 56 pays[15] ; six ans plus tard, c'est 35 millions d'euros[9].

Ancien logo de la société (jusqu'en 2011).

En 2009, la société commande une enquête à l'institut Ifop. En septembre, Dorcel et l'Ifop publient les résultats d'un sondage, Sexe, Média & Société : La grande enquête, sur les comportements et pratiques des Français en matière de films pornographiques. Selon cette enquête, 89 % des sondés ont déjà vu un film X et 50 % des femmes sondées disent en avoir déjà vu seules[16].

Le film Casino-No-Limit, réalisé en 2008 par Hervé Bodilis, est le film de l'industrie pornographique française au plus gros budget jusqu'alors, avec un coût de production de 230 000 euros[17]. Pour la première fois, les deux actrices principales des productions Marc Dorcel, Yasmine et Mélissa Lauren, sont réunies dans un film. Casino-No-Limit remporte le prix du meilleur réalisateur et celui du meilleur film aux V Premios Turia de Madrid, et aux Venus Awards de Berlin.

L’activité du groupe familial est organisée en deux pôles plus ou moins rentables. D’un côté, les activités de création de contenus, le licensing, les chaînes de télévision spécialisées et la plateforme de vidéos à la demande qui représenteraient 28% du chiffre d'affaires. De l’autre, le pôle retail, qui regroupe la fabrication et la distribution de sextoys ou de produits liés au plaisir, siglés du sceau rose vif[18].

Communication[modifier | modifier le code]

En 2014, la compagnie Marc Dorcel lance une campagne publicitaire pour la Coupe du Monde au Brésil, « Va te faire Foot ! », réalisée par l’agence Mademoiselle Scarlett pour leur site Dorcelstore. Cette campagne est fortement reprise et partagée sur les réseaux sociaux[précision nécessaire][réf. nécessaire].

En , Marc Dorcel lance l’opération #sanslesmains, réalisée par l’agence Marcel, qui invite les internautes à se rendre gratuitement sur le site de streaming de films pornographiques Xillimité, à l’unique condition de ne pas utiliser les mains. Si l’une des touches du clavier n’est plus enfoncée, la lecture de la vidéo s’interrompt instantanément. À la suite de cette campagne, le trafic sur Xillimité est multiplié par 27. Le hashtag « #SansLesMains » reste durant 7 heures parmi les sujets en tendance sur Twitter en France.[réf. nécessaire]

Les Dorcel Girls[modifier | modifier le code]

Les Dorcel Girls sont les actrices pornographiques chargées de faire la promotion de la société Marc Dorcel dans les médias et divers salons de l'érotisme, tout en tournant des films pendant la durée de leurs contrats. En , Anna Polina devient la neuvième actrice exclusive de Dorcel[19],[20].

Nominations et récompenses des Dorcel girl pendant leur contrat[modifier | modifier le code]

Laure Sainclair

  • 1996 : European X Award de la meilleure actrice française.
  • 1996 : Hot d'Or de la meilleure starlette européenne.
  • 1997 : Hot d'Or de la meilleure actrice européenne en 1997
  • 1997 : Erotica Sex Praha Award de la meilleure actrice européenne en 1997
  • 1998 : Eroticon Warsaw Award de la meilleure scène pour Journal d'une infirmière en 1998
  • 1998 : Hot d'Or de la meilleure actrice européenne en 1998
  • 1998 : FICEB Award de la meilleure actrice européenne pour "Les nuits de la présidente" en 1998
  • 1999 : Hot d'Or d'honneur en 1999

Melanie Coste

Priscila Sol

  • 2004 : Venus Award de la meilleure starlette[24].
  • 2005 : Prix de la meilleure actrice pornographique de l'année aux festivals érotiques de Prague, Berlin et Varsovie.
  • 2007 : Nomination à l'AVN Award de la meilleure actrice étrangère[25].
  • 2007 : Nomination à l'AVN Award de la meilleure scène de sexe dans une production étrangère pour Pornochic 9: Sonya & Priscila – nomination partagée avec Stacy Silver, JPX, Claudio Melone, Neeo & Charlie[25].

Yasmine

  • , Venus Berlin : meilleure actrice européenne
  • X Awards 2007 : meilleure actrice
  • X Awards 2008 : meilleure actrice
  • , Venus Berlin : meilleure actrice européenne

Mia Vendôme

  • Nomination Hot d'Or meilleure starlette française
  • Nomination Hot d'Or meilleur blog d'actrice

Acteurs employés par les productions Marc Dorcel[modifier | modifier le code]

De nombreuses actrices pornographiques françaises et internationales ont tourné pour des productions Marc Dorcel, parmi lesquelles Katsuni, Olivia Del Rio, Dolly Golden et bien d'autres.

Depuis 2002, Marc Dorcel publie un calendrier avec les différentes actrices collaborant avec lui.

Diversification[modifier | modifier le code]

Face à la concurrence de la vidéo gratuite apparaissant vers 2006, l'entreprise se diversifie[9]. La réalisation de films devient alors minoritaire dans le chiffre d'affaires ; l'entreprise est principalement divisée en deux activités, chaines de TV et VOD d'un côté et de l'autre les produits dérivés[9].

Contrats d'exclusivité[modifier | modifier le code]

La société Marc Dorcel a eu l’idée en 1995 de signer un contrat d’exclusivité avec un acteur X, Quentin Prospect, suivant l'idée des Vivid Girls de la société Vivid aux États-Unis. D'autres ont suivi.

En , Marc Dorcel et Private Media Group annoncent leur nouvelle collaboration, Marc Dorcel devient ainsi le distributeur exclusif pour la France des produits Private[réf. nécessaire].

VOD[modifier | modifier le code]

En [26], constatant l'effondrement du marché DVD, Marc Dorcel lance la plateforme de vidéo à la demande[9] DorcelVision.com. Selon une interview vidéo accordée à Splarte.com[27] par Gregory Dorcel (DG de Dorcel S.A[28]), ce site atteint en 2007 un chiffre d'affaires avoisinant les 250 000 euros par mois. Marc Dorcel abandonne la technologie de licence DRM de la plateforme de vidéo à la demande en . En 2013, DorcelVision génère 60 % du chiffre d’affaires[29] mais seulement environ un quart quelques années plus tard, avec plus de 4 000 films au catalogue[9].

Chaîne de télévision[modifier | modifier le code]

Le , Marc Dorcel a lancé Dorcel TV[29], une chaîne pornographique pour adultes disponible sur le câble, le satellite, l'ADSL et sur Internet[9], avec comme directeur des programmes le réalisateur Fred Coppula. En 2012, Dorcel S.A. lance une deuxième chaîne plus hard, Dorcel XXX qui privilégie les productions françaises et européennes. En 2013, elle lance sa troisième chaîne, Erotica TV qui propose des programmes érotiques s'adressant à un public masculin comme féminin[30].

Boutiques[modifier | modifier le code]

En 2006 ouvre un Dorcel Store, premier sex shop à sa marque, à Lanester[31]. Il s'ensuit l'ouverture d'autres boutiques en Bretagne, à Lorient, Nantes, Brest et Rennes[9]. La marque lance sa boutique en ligne, Dorcelstore.com[réf. souhaitée]. En 2020, la marque ouvre sa boutique à Bordeaux[32] ainsi qu'à La Réunion[33].

Magazine[modifier | modifier le code]

En décembre 2008 est lancé le magazine Marc Dorcel Magazine[réf. souhaitée].

Lutte contre le SIDA[modifier | modifier le code]

En 2010, Marc Dorcel s'associe à la galerie Pascal Vanhoecke pour proposer à la foire d'art contemporain Art Paris 2010 l'installation Sexe et convenances, censée questionner la représentation qu'ont les gens de la sexualité. Certaines œuvres présentées lors de cet évènement ont été réalisées à partir de matériel issu des tournages de Marc Dorcel. Une photo érotique de Tony Ward a également été achetée par Marc Dorcel, et mise aux enchères au profit de AIDES.

Financement participatif[modifier | modifier le code]

Toujours en 2010, Marc Dorcel lance Mydorcel.com, le premier site de production participative appliquée à un film X[29]. À cette occasion, la société Marc Dorcel se propose de financer la moitié du budget d’un film[34], laissant aux internautes le soin de réunir le reste de la somme, qui sera récoltée en 3 jours[réf. nécessaire].

1 000 coproducteurs se partagent la paternité de Mademoiselle de Paris, le 1er film X coproduit par le système du crowdfunding.

En 2010 est également lancée une gamme de 11 sextoys et de productions 3D « full HD numérique », dont l'objectif est d'« exploiter le phénomène de jaillissement permis par la 3D »[29]. À partir de fin 2010, le site de VOD de Marc Dorcel, Dorcelvision, propose ainsi aux internautes équipés d’un portable 3D de télécharger directement des scènes en 3D.

Blogs[modifier | modifier le code]

En plus de son blog permettant d'avoir plus d'information sur les productions et leur déroulement, la marque lance en , le portail Dorcelle.com à destination des femmes[29].

Récompenses[modifier | modifier le code]

L'entreprise a été récompensée dans diverses cérémonies liées au monde pornographique comme les Xbiz Awards[35] ou encore les Hot d'Or[36].

Mises en cause des conditions de tournage, accusations de viol et soupçons d'évasion fiscale[modifier | modifier le code]

Yasmine, ex-égérie Dorcel pendant trois ans, raconte le contrôle total sur sa vie privée, les tournages sordides en Hongrie et les pressions mentales et physiques. Une période de sa vie qu'elle considère comme de l'esclavagisme[37].

Dans une enquête sur l'infiltration d'un journaliste dans le monde de la pornographie, des producteurs distribués par la marque sont accusés de traitements peu éthiques et de conditions de tournages désastreuses. Grégory Dorcel se défend en se comparant à un géant de l’immobilier : « Si Bouygues fait appel à un prestataire qui fait mal les choses, est-ce que c’est la faute de Bouygues ou du prestataire ? »[38].

En octobre 2019 dans Le Monde, une enquête révèle les dessous pas si chics du label. Montages financiers, holding à l’étranger, films au rabais, actrices mal payées[39], etc.

Deux producteurs travaillant pour la marque sont mis en examen pour viol, proxénétisme aggravé, traite d’êtres humains aggravée, diffusion de l’enregistrement d’images relatives à la commission d’une atteinte volontaire à l’intégrité de la personne et exécution d’un travail dissimulé. Ils sont placés en détention préventive le 17 octobre 2020. Selon les témoignages, les deux hommes partageaient leur matériel et leurs décors, de sorte que les actrices ne savaient pas toujours pour qui elles tournaient. De graves atteintes au consentement pour des scènes très violentes sont mentionnées par les plaignantes, et le réquisitoire du Parquet ferait état de viols répétés, de mensonges et intimidations, de l'utilisation de drogues quelquefois à leur insu, de tests VIH falsifiés, et de racket pour retirer les vidéos pornographiques. Deux autres personnes, un assistant cameraman et un rabatteur — se faisant passer pour une femme sur Facebook afin de manipuler à long terme les cinq plaignantes et les amener à accepter des tournages — sont aussi mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Les deux producteurs, présumés innocents, nient les faits qui leur sont reprochés[4].

En décembre 2020, Libération publie un article étrillant la société Dorcel et ses pratiques de production avec des films à l'origine parfois floue, comme les productions du français HPG (462 films au total) qui compilent des scènes amateures sordides, cédées par d’autres producteurs presque jamais crédités. « Lors d’un entretien réalisé au printemps 2018, nous demandions à Grégory Dorcel s’il s’intéressait aux conditions de tournage des films qu’il distribue. « Absolument pas », répondait-il.[40] »

Le 14 janvier 2020, à 8 h 30 du matin, les inspecteurs du fisc ont débarqué dans les locaux de la société Marc Dorcel SAS, dans le très chic 16ᵉ arrondissement de Paris. Le fisc soupçonne d’évasion fiscale Tony Carrera, directeur de production et sous-traitant de Marc Dorcel, via sa société basée en Estonie[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marc Dorcel, l'infatigable papy du X », sur Capital.fr, (consulté le 16 mars 2019)
  2. « Profession: marchands de charme », sur LExpansion.com, (consulté le 8 octobre 2019)
  3. « Marc Dorcel : le sexe à 360° grâce à la réalité virtuelle », sur Les Echos,
  4. a et b Robin d’Angelo, « Une enquête pour traite des êtres humains expose les pratiques de l’industrie du porno », sur Mediapart (consulté le 26 novembre 2020)
  5. a et b Jamal Henni, « Un baron du porno français dans le collimateur du fisc », sur Capital.fr, (consulté le 15 janvier 2021)
  6. a b et c Véronique Willemin, La mondaine : histoire et archives de la police des mœurs, Hoëbeke, , p. 175.
  7. a b et c Le Point magazine, « Dorcel, major de l'X », sur Le Point, (consulté le 26 mars 2021)
  8. « Marc Dorcel, un Éros très discret », sur metronews.fr,
  9. a b c d e f g h et i Léa Lejeune, « Marc Dorcel sait varier les plaisirs », Challenges, no 503,‎ , p. 52 (ISSN 0751-4417)
  10. « La pornographie : un marché équivalent à la musique, soutenu par les avancées technologiques », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2021)
  11. a et b Prisma Média, « Marc Dorcel - La biographie de Marc Dorcel avec Voici.fr », sur Voici.fr (consulté le 16 mars 2021)
  12. a et b « Marc Dorcel passe à la réalité virtuelle : "Nous voulons créer des sensations fortes" », sur L'Obs (consulté le 1er avril 2021)
  13. a et b « Marc Dorcel - Une Heure chez le Roi », sur www.brain-magazine.fr (consulté le 8 avril 2021)
  14. Slate.fr, « L'uberisation du porno, nouveau modèle économique », sur Slate.fr, (consulté le 13 avril 2021)
  15. « 1979 (PARIS 16) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 316388305 », sur societe.com (consulté le 1er avril 2021).
  16. SEXE, MEDIA ET VIDEO : LA GRANDE ENQUÊTE.
  17. TF1: Marc Dorcel : le plus gros budget d'un film X en Europe
  18. « Face à la concurrence, Marc Dorcel se diversifie », sur Challenges (consulté le 16 mars 2019)
  19. The Dorcel girls sur gettyimages.fr (consulté le 7 aout 2019)
  20. Michelle Wray, Miptv 2011 Rocco Siffredi and The Dorcel Girls Photocall Pictures, sur imdb.com, 8 avril 2011 (consulté le 7 aout 2019)
  21. Didier Verdurand, Oksana, Dorcel girl, ecranlarge.com, 5 aout 2005
  22. Didier Verdurand,Yasmine, nouvelle Dorcel girl, ecranlarge.com, 15 septembre 2006
  23. Cléa Gaultier, masculin.com, juillet 2018
  24. Liste : http://www.venus-berlin.com/2004/en/presse/download/venus.2004.news.2004-10-22.award-gewinner.en.pdf Venus Award Winner 2004
  25. a et b AVN Awards 2007 Nominees
  26. La Vidéo porno en ligne satisfait Marc Dorcel par Neteco.com
  27. Le guide de la VOD : Itw Gregory Dorcel (Vidéo Marc Dorcel)
  28. Né le 17 avril 1974, Grégory Dorcel intègre Dorcel S.A en novembre 1996 après une prépa HEC, l'école de commerce ISG et être passé par la régie publicitaire de France Télévisions.
  29. a b c d et e Chloé Sculone, « Grégory Dorcel porn again », sur Libération.fr,
  30. « Marc Dorcel lache la chaîne Erotica TV », sur telesatellite.com,
  31. Serge-Henri Saint-Michel, « Marc Dorcel : quand le brick complète le clic et réinvente le sex shop », sur marketing-professionnel.fr,
  32. « Dorcel ouvre un sex-shop fin octobre à Bordeaux », sur SudOuest.fr (consulté le 28 octobre 2020)
  33. « Dorcel ouvre son premier concept store à La Réunion », sur www.memento.fr (consulté le 28 octobre 2020)
  34. « Marc Dorcel lance le premier porno participatif », sur France-Soir (consulté le 1er avril 2021).
  35. « Xbiz Awards : Marc Dorcel récompensé », sur Avoir Alire - Critiques et news films, BD, musique, séries TV (consulté le 16 mars 2019)
  36. « Hot d'or: Le palmarès du X », sur Planète Campus, (consulté le 16 mars 2019)
  37. « Yasmine, ex-égérie Dorcel: "Maintenant je sais pourquoi je suis devenue hardeuse" », sur Les Inrocks (consulté le 15 février 2019)
  38. « Robin d’Angelo : « #MeToo ne parvient pas à pénétrer l’industrie du porno français » », sur www.letagparfait.com (consulté le 15 février 2019)
  39. « Les dessous pas si chics du label X Marc Dorcel », Quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2019)
  40. « Chez Dorcel, une charte de déontologie pour se refaire une virginité », sur Libération.fr, (consulté le 13 décembre 2020)